archive-com.com » COM » B » BEATSTREULI.COM

Total: 185

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Alessandra Pace - Beat Streuli
    which makes everything more exciting and magical AP You sometimes turn your photographs into poster billboards which you then hang in downtown public spaces as if they were advertisement But there is something at odds advertisement always asks the viewer for something to desire a product and possibly buy it while your images don t seem to be asking for anything The viewers are presented with a picture in the style and spaces normally reserved to advertisement and are puzzled when they realise that the expected commercial message cannot be traced This working method reminds one of the conceptual language based strategy used in the 80s by artists like Barbara Kruger and Jenny Holzer although they substituted the advertisement with a subversive message as in Jenny Holzer s huge billboard at Piccadilly Square in London which epitomised Beware of what you wish for BS The two artists you mention and whose work I like very much convey a much stronger message than I In almost all of their work there is an accusing undertone and an uneasy feeling you are made to be worrying about something The billboard I did for the Sydney Biennale consisted of about twenty portraits which I selected because I liked them I thought if I went to see an exhibition which of all the images I had taken in Sydney would I like to look at most In the end a third of the pictures were of Asian people which is probably representative of the ethnic mixture you see when you walk the streets of Sydney a percentage that may seem surprisingly high Although my illustration of this fact assumes possible political connotations this is unintentional and is able to cause reflections and discussions all the same People I believe always need a sensual input to really think about something to act or react This is in a way one of the problems we have with globalisation we are forced to deal with it on an abstract level which is not part of our natural daily experience so people don t act considering global contexts People need to be directly touched or hurt in order to realise that there is something wrong or sometimes right too AP You watch people and transfer their image from the street to a prominent place the museum or advertisement allotments in downtown areas attracting their attention into watching images they can identify with By portraying people in advertisement like manner while not asking them for anything in return aren t you in fact giving back to them their own image magnified and nobilitated BS I hope that s one of the ways in which my art works although this was never my intention or concept But this is probably a reason why it makes sense to me to work the way I do I want to show and evoke emotions I am fascinated by my fellow human beings and I am sure that my respect for them is the foundation of my work The quality of my installation here in Turin might be even more benign because after all it is summer here and in my opinion summer optimism well being and sensuality are good enough material to be used IN art In contemporary art this is sometimes almost a taboo although it is not a taboo in film music and literature AP Advertisement techniques merged with large format colour photography and film are characteristics of your work and seem to allow you to extend the restricted art audience to a broader one This democratisation of art seems a very important point for you BS Yes As opposed to advertising the viewers know that I show real people met in the street and not casted or hired and I think that this makes a big difference in the perception of my images AP Do you ever think of kitsch as a kind of counterpart you are juggling with a borderline notion against which you are bouncing off BS Kitsch is something very relative for example most people in the street probably think that what you see in museums is not kitsch enough and this is why they are bored by it So maybe it is about time we think a little more about the audience although I m not into populism either because basically I only present what I like myself I am not interested in kitsch as an idea my work talks about my images are not ironical in that sense I try my approach as far as possible to be a sincere one as opposed to sensational cynical art AP The backgrounds you choose for your photographs are typically downtown or recreational areas in big cities Is that because these are places where an unselected variety of people and age groups you wouldn t usually encounter in the same place gather together BS These areas are also stages where the circus of human comedy or tragedy can take place you might call it a background which articulates what is in the foreground I think it is easier to look at things against a neutral background and this is why I hardly ever take pictures in poor suburbs where the social problems are obvious because against such surroundings people could become blank and absorbed by the problematic environment Recreational areas instead provide a few hours of costless paradise for everybody There are no video games no particular attractions but everybody enjoys themselves in a quite old fashioned almost archetypical way Partly you could even say that of shopping areas You see people with lives very different from yours and also people with lives similar to yours having a sudden glimpse of a range of possibilities ways of life that make me very curious because after all we only have one life and will not be able to experience many of the other possibilities This curiosity is DROP ALSO quite essential to my work So my question is where

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/87.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive


  • Trevor Smith - Beat Streuli
    we who have inherited their world How have we dealt with our inheritance Streuli s work presents us with the evidence by which we might begin to consider that question the evidence of how we inhabit urban situations at the end of the 20th century The questions raised by Evans sober black and white photographs of urban disengagement are answered in some measure by Streuli s spectacular projections of social and psychological connections When Streuli s Bondi Beach Parammatta Road is on exhibition in Hannover it will not be distanced by time as were the Subway portraits but by geography Yet the hundreds of images which make up this installation go beyond the specificity of Sydney to resonnate with broader patterns of urbanism marked by shifting degrees of individuals attention and connection Jean Francois Chevrier has argued recently that it is critical to study transcultural permanences in contemporary cultures of which he sees only two language and the urban He defines the urban as that which is not reducible to the city its morphology its historical particularities but which might rather be defined somewhat approximately as a constructed relational space that one can only have access to through specific cases Streuli s Bondi Beach Parammatta Road explores urbanism precisely through the examination of specific locales and the people who inhabit them Momentarily frozen in time and viewed in monumental scale people inhabit the beaches and streets of Sydney during the long hot summer while on the other side of the globe Europe is frozen in winter s icy grip Microgestures and motion body language and sartorial selection the small touches and expressions with which we measure our connections to one another and our environment are given extraordinary weight If Bondi Beach initially seems an unusually arcadian setting for an artist who is an urbanist par excellence then it needs to be understood that Bondi Beach Mac220 along with Parramatta Road the second geographical pole in this installation Mac220 underscores the particularity of Sydney as a city as much as Oxford Street might represent London The photographs in Bondi Beach Parramatta Road are similar in intent but contrast markedly to those in his earlier installation Oxford Street In that work waves of people descend into the city s Underground system We see them front on often from below some expressions not dissimilar to the Walker Evans Subway portraits On Bondi Beach many of the people are seen from behind frolicking in the waves that crash upon the beach The cool tang of the water refreshing in the heat of the day In Europe s densely populated cities it is the street where democracy is most clearly seen In Oxford Street people from all walks of life negotiate one another s presence without the strict hierarchies of the workplace or traditional society Class structures do not exactly break down but they are momentarily stymied by the crush of too many people and too much information Australia s major cities lack European density

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/88.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive

  • Catherine Grout - Beat Streuli
    intéresse Beat Streuli car lorsque le public ne comprend pas il y a des chances pour qu il regarde à nouveau ce qui échappe au registre du déjà connu ou du reconnaissable et pour que son regard soit alors différent La présence des jeunes japonais en photographie parmi les personnes attendant leur bus ou passant dans la rue a souvent été pour moi si intense qu elle me donnait le sentiment d une rencontre comme si aussi étrange que cela puisse paraître les japonais présents en image partageaient l espace de la rue avec les gens d Enghien Et ce n était pas seulement dû au fait que l environnement autour des japonais n était pas visible sur les photographies et que donc ceux ci pouvaient se contextualiser n importe où Dans le quotidien d une banlieue parisienne cette série sans histoire a eu la capacité d ouvrir ma vision sur le monde alentour Contrairement aux publicités conçues pour favoriser un désir d objet ces images n ont donc pas attiré mon regard en elles pour que j oublie tout le reste Elles n excluaient pas ce qui les entouraient pour sembler plus vraies plus désirables que le réel Leur force fut plutôt dans leur manière d apparaître qui favorisait une certaine manière de les voir Alors même que je les avais déjà vues leur rayonnement ouvrait ma disposition visuelle au point de me faire voir comme pour la première fois ou plus exactement sans savoir antérieur sans préjugé Lorsque cet événement d ouverture m advenait il n y avait plus alors de différence entre les photographies et le monde les deux existaient dans le même événement sans hiérarchie Pour être ainsi dans le rythme d un moment du monde les images n imposaient aucun langage autrement dit elles ne se donnaient pas comme représentation mais comme présence et les personnes photographiées étaient moins là en tant que portraits définition sociale et personnalité qu en tant que moment être là dans un moment À chaque fois l événement fut impressionnant car il dé couvrait tout ce qui était là comme on aurait retiré le filtre translucide empêchant le visible d être autre chose qu une surface de lecture La présence des œuvres déliait les êtres et les choses de l environnement quotidien des hiérarchies de sens et d usages pour être dans une totalité visible Apparitions désintéressées Techniquement l apparition des images est évidemment différente lorsque le travail photographique de Beat Streuli est conçu sous forme de projection de diapositives car les projections dramatisent l apparition en plaçant le spectateur dans une salle sombre où les images imposent leur clarté colorée par ailleurs l œuvre est structurée dans la durée Au lieu d être une série d images dispersée en plusieurs endroits de la ville elle est conçue en une unité temporelle faite de séquences orchestrées Le mode d apparaître est il pour autant modifié dans le sens où si la co présence image et monde n a pas lieu

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/89.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive

  • Rupert Pfab - Beat Streuli
    the chosen succession of images The consistency in Streuli s serial approach and his different forms of presentation are evidence of an analytical turn of mind The idea for a photograph comes to him before the instant of the shot itself Chance and spontaneity are part of that approach Even if his unswerving recourse to the same shooting procedure may lend the result the air of having been turned out in fast serial production every shot is the outcome of a considered artistic process both at the moment of shooting and later in the designating of the subject to be shown In other words his art is guided by conceptual methods It is consistent that the greater concept of the ouvre is always part of the subject of the individual picture and only those subjects that accord with the general concept are candidates for pictures In the literature on Streuli there is repeated reference to his proximity to Walker Evans s Subway photos 10 for each of which the American took a photograph of the person opposite him in the carriage The observation that the element of the seemingly chance in Streuli is not unlike Evans s is not untenable at base but it overlooks the genre s sheer abundance of street scenes with passers by so that this alone is not a significant factor The motif is also to be found in painting Caillebotte for instance painting in the 1880s had strollers cut by the edges of the picture as if they had walked across the artist s view comparable to the photographer s situation when someone walking in front of the camera inadvertently blocks the view just as the shutter is released Such considerations in turn do not take into account that accelerated pictures of the kind familiar today did not exist in Evans s or Caillebotte s day Speed has influenced our perception fundamentally and the cinematic energy of the video and computer graphic image brought overwhelming change in photography The point stands even though Evans was inspired by the film still since films too and the rate of cuts in succession in particular have become faster since his day Time in Streuli s photographs has not only been arrested but also made perceptible as the speed and movement of people This is achieved in part by blurring or the off centre location of figures in the composition Jean Christophe Ammann speaks of Streuli s missing his subject when he takes a photograph 12 It is the overall situation however the mood and atmosphere in these pictures along with the societal information they convey that constitute Streuli s central theme and thus the individual subject It never subsists in the people alone The artist also makes a distinct feature of the fact that his photography is made up of picture sequences Moving pictures word and sound lend film and video a narrative potential unknown to the single photographic image Streuli s photographic but modern device is to

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/90.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive

  • Boris Groys - Beat Streuli
    likely to retain of the visions that transfixed him with their divine light is the isolated images which are subsequently canonised as icons or again individual words and phrases later repeated as prayer But the whole remains as the term has it inexpressible The cinema goer of today is the ascetic of the twentieth century He too pays for his visions with the loss of articulation Individual aspects of the film can be discussed but the film as an entity remains inexpressible But then the dynamics of language logic and rhetoric are not that unlike physical bodily articulation a specific variant of movement they certainly are It is not by chance that Greek sophistry and philosophy developed in the act of walking in the free movement of conversation in the ability to turn away from an object to detach oneself and then later to approach it again from a new angle and so on All these typical descriptions of the dynamics of the mind and of language in three dimensional terms are much more than metaphors The capacity for moving about freely in space and coupled with that to determine the time rhythm and orientation of one s attention as one sees fit is an indispensable condition for the kind of thinking that is capable of expression in language to occur and then to develop The above sets cinema radically apart from the arts traditionally termed high The reader can relate actively to the book determining freely where and at what rhythm to read Likewise the beholder of the classical painted picture is at liberty to move about in the exhibition space view the picture from various standpoints approach it or indeed look away the picture will not change but remains passive and identical to itself in its original place on the wall Even if we realise that all pictures are mortal finite things our culture endows them with an indefinite intrinsically eternal duration Since a traditional picture at least will not run away from its beholders it is they who acquire a freedom of movement and attention in relation to it As already pointed out in the cinema the situation regarding time is reversed the time for the encounter is linked to a given finite narrative Beat Streuli s projections and video works are interesting especially because they place these two contradictory expectations of an image s concomitant time into a new equilibrium The images relieve one another and do not remain where they are and yet there is a sense of always being confronted by the same image of forever returning to one s point of departure True something new radically different and altogether unexpected may happen at any moment in his slide or video show to separate present from past unequivocally but de facto nothing of the sort occurs Everything remains the same Both the story in the film maker s sense and history as such appear to have been annulled finally and utterly There is the

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/91.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive

  • Jean-François Chevrier - Beat Streuli
    l automatisation de la production industrielle participe au mouvement inéluctable d autodestruction du capitalisme qui progresse en sapant ses bases idéologiques Avec sa violence coutumière Brecht avait résumé les convictions marxistes les plus orthodoxes de Benjamin En réalité le cinéma a besoin d action extérieure et non de psychologie introspective Et c est dans ce sens que le capitalisme en provoquant en organisant et en automatisant certains besoins à l échelle des masses agit de façon tout simplement révolutionnaire En se concentrant uniquement sur l action extérieure en réduisant tout à des processus en ne reconnaissant plus dans le héros un médiateur ni en l homme la mesure de toute chose il démolit la psychologie introspective du roman bourgeois il ravage les grandes étendues idéologiques 4 Il n en reste pas moins que ces lignes si elles peuvent être dégagées d une trop rigoureuse confiance téléologique indiquent encore clairement ce qui a fait l efficacité et bien sûr la force de propagande du cinéma comme spectacle à l échelle des masses Cette efficacité reconnue aux films d Eisenstein et de Vertov même par ceux qui ne partageaient pas leur engagement politique n a cessé de travailler l art du xx e siècle La photographie instantanée qui avait permis le cinéma peut encore recueillir ici un héritage même si elle doit renoncer à toucher effectivement un public de masse C est précisément dans cette situation d héritage que s est placé spontanément Beat Streuli Chez lui la figure du flâneur professionnel ne renaît pas sans le paysage urbain où elle s est formée Ce paysage appelle la même expérience du choc décrite par Benjamin et des réponses similaires à ce qui définit le lyrisme cinématographique chez Dziga Vertov l auteur de L Homme à la caméra en 1929 ou plus près chez Jean Luc Godard Le bonheur de la foule est là quand celle ci n est plus tant le voile qui cache la masse que son image en mouvement comme une matière dynamique fluide déliée et non plus une substance aveugle qui attendrait qu on lui donne une forme qu on l organise qu on l oriente Benjamin avait raison de reprocher au flâneur baudelairien une idéalisation de la foule qui masquait la réalité des masses mais il n avait pas suffisamment reconnu qu une image heureuse de la foule peut être un antidote aux manipulations totalitaires des masses Chez Streuli l homme à la caméra absorbe l homme des foules en transformant le flâneur L observateur s est mis dans le mouvement capté par l appareil d enregistrement Il ne plonge pas dans la foule pour en fixer l empreinte Il cherche plutôt son rythme sa modulation Et s il en accepte l indifférence c est parce qu elle lui permet de dégager des singularités plus dynamiques que la figure dramatique de l individu isolé enfermé dans sa solitude Rien n est donc plus proche de sa recherche que la dédramatisation opérée par Vertov et rien ne lui est plus étranger que cette phrase solennelle de Jean Genet dans L Atelier d Alberto Giacometti Cette région secrète cette solitude où les êtres les choses également se réfugient c est elle qui donne tant de beauté à la rue Rien ne lui est plus étranger que cette vision de la rue développée comme une succession de croquis ou d instantanés rassemblés en une page de chefs d œuvre dont l écrivain conclut à la solitude monadique des êtres et des choses La solitude comme je l entends ne signifie pas condition misérable mais plutôt royauté secrète incommunicabilité profonde mais connaissance plus ou moins obscure d une inattaquable singularité 5 Pour Streuli l instantané n est pas de l ordre de l inscription de la gravure qui appelle une idée de pénétration dans la matière et de permanence dans le temps Utilisant précisément l enregistrement sur lequel se calque le regard de Genet il s est formé une tout autre conception de la singularité Il remarquait récemment Les villes occidentales se ressemblent si on les considère comme le théâtre de la vie moderne et de l homme anonyme Les spécificités deviennent une matière subtile L anonymat n est pas une chose négative Plus qu une perte de l individualité c est une forme du général du commun Il contribue à la mélancolie du flâneur mais celle ci n empêche de voir ni la beauté ni la sensualité Il faut sans doute distinguer le singulier de l individuel Les figures qui surgissent de l anonymat sont plus singulières qu individuelles 6 Benjamin l avait déjà noté un visage anonyme qui se détache de la foule ne fait pas un portrait La singularité n est pas le signe d une individualité constituée autonome Pour mieux indiquer comment l individu perd ici la forme assurée que lui donne un portrait et revient à un régime d existence plus fondamental il faut citer l épistémologue Georges Canguilhem qui a étudié les glissements métaphoriques entre la description scientifique et les définitions politiques On n a peut être pas assez remarqué que l étymologie du mot fait du concept d individu une négation L individu est un être à la limite du non être étant ce qui ne peut plus être fragmenté sans perdre ses caractères propres C est un minimum d être Mais aucun être en soi n est un minimum L individu suppose nécessairement en soi une relation à un être plus vaste il appelle il exige un fond de continuité sur lequel sa discontinuité se détache 7 C est l idée que suggèrent les découpes instantanées du flux formé par les passants Streuli l a bien compris Les fragments qu il isole ne sont pas de simples morceaux isolés d une continuité spatiale Ce sont des interruptions d un mouvement où apparaissent des figures singulières qui tendent à dessiner leur propre durée La fragmentation dont procède l image de l individu est définie ici littéralement comme l amorce d une continuité découpée dans une masse qui est aussi une durée L opposition entre l individu autonome et la foule essentielle dans la pensée occidentale correspond en effet à une opposition plus formelle entre deux images de la durée la concentration de l instant valorisé comme immédiateté ou hyperlucidité et sa dissolution dans la multitude ou dans le nombre qui n est jamais que le chiffre idéal d une masse aveugle analogue à cette substance que les penseurs rationalistes se proposaient de rendre intelligible Il faut revenir ici une dernière fois à Baudelaire qui a cherché la résolution de cette antinomie À plusieurs reprises dans Le Peintre de la vie moderne mais aussi dans Le Spleen de Paris Les Foules et dans Fusées il parle de la jouissance et surtout de l ivresse du nombre procurées par l expérience de la foule quand sous le signe de l abstraction numérique s opère l équivalence entre multitude et solitude 8 Baudelaire note Benjamin cherchait pour le héros un refuge dans la masse de la grande ville 9 Mais ce refuge comme le narcissisme d une solitude extensive qui absorbe la multitude ne va pas sans le goût de la destruction qui explique une autre ivresse celle de 1848 quand le poète rebelle a participé aux émeutes populaires Mon coeur mis à nu Dans une sphère marquée par la division de la durée individuelle et collective l extase du nombre exaspère au lieu de l apaiser la tragique concentration du héros solitaire Kierkegaard avait déjà noté la difficulté le penseur qui s est soustrait au commun des hommes ne peut situer sa solitude dans la foule car la curiosité le cerne partout 10 Baudelaire a vérifié à son tour que la masse aveugle contient une multitude de regards que le penseur rebelle ne peut fuir dans la foule une curiosité qui le renvoie à sa propre cruauté introspective Cela permet de mieux mesurer la puissance du rêve investi dans l imagerie idéale du peintre de la vie moderne Pour accomplir ce rêve Beat Streuli a compris qu il fallait accepter de s identifier au commun des hommes Il fallait aussi trouver une forme qui permette de résoudre cette tension dramatique entre l instant individuel et la durée collective qui condamne l expérience de l artiste à une concentration tragique Sa solution tient à une méthode une méthode de prises de vues et de montage qui lui permet de travailler entre l instantané photographique et la durée cinématographique en associant au suspens des gestes et des attitudes les modulations séquentielles d un mouvement Toute figure apparaît alors effectivement comme l amorce d une continuité singulière ou individuelle à l intérieur d une durée massive plus complexe mais qui n est jamais elle même que l intrication mobile de ces singularités Il pense donc l enregistrement en termes d interruption de reprise de rythme et d intervalle quand les photographes la conçoivent généralement comme fragmentation et totalité fragmentaire Il ne récuse pas bien au contraire l idée d instantané puisqu il privilégie la qualité d une image d amateur ou ce que les Américains appellent snapshot sur les performances descriptives des longues poses à la chambre On pourrait même rattacher ses images à la tradition de la street photography Mais là où les photographes qui ont marqué cette tradition cherchent l image exceptionnelle voire unique qui fixe un instant décisif Cartier Bresson ou résume une situation il préfère suggérer une interruption qui appelle une reprise Il récuse la synthèse d une durée condensée en un fragment complet pour privilégier les déplacements les passages Sa réussite est d avoir cassé la forme pathétique du fragment en rabattant la tension par laquelle une discontinuité cherche à se constituer comme unité à s élever à la totalité S il tire ses images en grand format ce n est pas pour leur donner l autosuffisance d un tableau avec toute la verticalité frontale qui le définit mais au contraire une dilatation qui les introduit dans un rythme et leur donne l amplitude d un déploiement d une extension On pourrait même considérer qu il veut appliquer à l image photographique les transformations du tableau de chevalet qui ont caractérisé les expériences picturales du champ coloré depuis Monet En même temps qu il aligne des images sur un mur ou les enchaîne dans une projection séquentielle il évite soigneusement de suggérer que l alternative idéale au fragment et au tout fragmentaire tient à la continuité d une durée indivise Cette alternative suppose en effet une conception de la nature comme flux global qui conduit toujours à condamner le sectionnement du temps par l image La passion moderne de l image s est longtemps nourrie de cette conception nostalgique d une totalité perdue de la nature dont le spectacle des masses urbaines jusque dans les grands rassemblements fascistes est moins la négation que l ultime avatar Il est d ailleurs très significatif que la photographie de rue street photography ait connu un important renouveau après la Seconde Guerre mondiale en relation avec le film noir américain apparu au début de la décennie et le néoréalisme italien Il s agissait d exorciser les délires totalitaires des années trente en travaillant sur le terrain où ils s étaient formés la grande ville et ses foules C était également la fin d un deuil de la nature ou plutôt de la relation ville nature soit que la ville fût plongée comme définitivement dans la nuit et ses lumières artificielles comme on le voit exemplairement chez Louis Faurer soit qu elle s ouvrît sur l espace déchiré de ses banlieues Dans les années cinquante Robert Frank et William Klein ont concentré les images du cinéma en traduisant leur instabilité dans une géométrie dramatique et aléatoire Klein surtout a donné une nouvelle image de la compression des corps et des physionomies en représentant la foule comme l énergie accumulée d une masse en mouvement fixée dans le cadre rigoureux de l objectif Mais cette image appartenait encore à une veine expressionniste retravaillée par un formalisme géométrique Dans les années soixante quand Lee Frank renonça à la photographie pour se consacrer au cinéma Friedlander et Garry Winogrand ont semblé accomplir toutes les possibilités de la street photography comme si l héritage de l après guerre et en amont celui des années trente et de la guerre elle même étaient épuisés Quand Beat Streuli a commencé à travailler trente ans après les gestes frénétiques et contenus de Klein il ne servait à rien de se jeter dans la foule comme on plonge dans l inconnu La ville n était plus l inconnu ni un mystère en clair obscur ni même le labyrinthe du merveilleux surréaliste répondant aux arcanes de la nature tel que l avait exploré Aragon dans Le Paysan de Paris Elle avait cessé également d être le théâtre des masses jetées sur le pavé par les crises économiques et manipulées par le fascisme Quand il parle de la généralité de la ville moderne à laquelle il cherche à s adapter le mieux possible Streuli désigne bien ce qui lui permet de se guérir de la passion moderne de l image Il précise Quand j ai commencé à faire des images de rue je ne connaissais presque rien des antécédents dans ce domaine Je n avais pas encore vu Les Américains de Frank ni les œuvres de Friedlander ou de Winogrand Aujourd hui encore je me sens peut être plus proche des photographes que j ai vus en Suisse comme Bischof ou Burri même si je me suis formé en dehors de toute tradition du métier photographique Je partage leur volonté d idéalisation Winogrand cherche à capter des moments très spéciaux très particuliers L idéalisation au contraire va dans le sens du général En réalité l essentiel de sa formation à l image est passé par le cinéma Les films de Godard ont été pour moi très importants comme tout le cinéma d auteurs européen qui a transformé et intellectualisé le cinéma américain qui a su notamment adapter le film noir à l environnement européen Il ajoute Je suis sensible au contenu sentimental des films de Godard à sa manière de montrer la beauté des jeunes filles par exemple Dans une langue très artificielle il peut traduire les sensations fortes produites par des choses simples 11 Quand il photographie aujourd hui les rues de New York il n ignore ni la faillite de la ville ni ses violences bien que la zone qu il explore et où il vit le Sud de Manhattan ne soit pas la plus touchée Plus que jamais la foule est sa matière exclusive Ce qui dans les enquêtes antérieures Rome Paris notamment ressortissait encore à une lecture de la ville avec ses signes et ses signaux ses constructions et ses espaces de communication plus ou moins vacants ses restes de végétation ou ses dernières ouvertures sur un semblant de nature ses perspectives aériennes et sa banlieue tout cela a presque entièrement disparu La densité de la circulation interdit toute configuration stable Aucun groupe ne peut se former comme aucune figure ne peut se détacher durablement Et malgré tout Streuli tient la ligne qu il s était fixée Il privilégie encore le général Il évite encore ce qu il appelle les situations extrêmes Confronté à une société multiraciale qui n a jamais accompli bien au contraire ses ambitions déclarées d intégration et qui a maintenu ou récemment exacerbé les exclusions les plus criantes il choisit encore de montrer le lieu commun des mélanges et même pourrait on dire le melting pot des couleurs Derrière ce parti pris il faut reconnaître le refus particulièrement prononcé d un sociologisme rhétorique qui lui paraît la contrepartie du formalisme géométrique ou conceptuel dont il s était initialement démarqué durant ses années d apprentissage en Suisse Il a choisi d accepter la grâce cette beauté fluide que nous appelons la grâce disait Georg Simmel 12 Et ce choix reste essentiel C est encore lui qui oriente ses plus récentes images comme si toute tension sociale aussi bien que psychologique n était qu un facteur d une physiologie de l image irréductible aux données descriptives comme aux contraintes les plus spécifiques Dans les rues de New York le commun est donc devenu infiniment plus mêlé plus complexe sans perdre sa généralité Cette nouvelle situation était pour Streuli exemplaire Il n ignore pas en effet que la généralité qu il a pu constater et dont il cherche la traduction nuancée risque à tout moment de se perdre dans ce que Michel de Certeau appelait la rumeur océanique de l ordinaire 13 La foule peut être le milieu idéal d une fusion voire d une confusion régressive ou narcissique avec l amortissement des conflits la chute des tensions mais aussi l amnésie qui en résultent Il en a toujours pris le risque Mais celui ci est d autant plus sensible que les tensions sinon les conflits sont elles mêmes plus visibles Il y a là précisément matière à un nouveau conflit qui ne peut être traité que dans et par l image par le travail de l image à tous ses niveaux d intégration et de disjonction spatiotemporelles D où l importance prise par le montage qui est aujourd hui aussi bien une articulation de durées dans les projections avec les effets de fusions substitutions par fondu enchaîné qu une combinaison plus froide de fragments dilatés dans les séquences d images objets traitées plus ou moins en tableaux Plus que deux procédés distincts il faut reconnaître ici deux régimes d images complémentaires Par la nature même du dispositif de projection mais aussi et surtout par ce qui assimile le fondu enchaîné à une surimpression les séquences de diapositives développent en profondeur ce que les grandes épreuves déploient horizontalement en masses discrètes Maintenues plus ou moins longtemps dans la lumière vibrante du projecteur les images s effacent en se fondant en celles qui leur sont progressivement substituées alors que la présentation étale des épreuves les rassemble

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/jean-francois-chevrier.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive

  • News - Beat Streuli
    Medernach headquarters in Luxembourg a permanent window installation as well as a comprehensive solo show will open on November 17 together with a new sculpture installation by Julian Opie Until 3 April 2016 2014 12 15 2014 12 15 A group show at Christophe Guye gallery Zurich Urban Spirit with Stephen Gill Will Steacy Sascha Weidner und Michael Wolf features also some of my work until 21 February 2015 Faces Now at Bozar Brussels will open on 5 February 2015 featuring a large video installation in its central Horta Hall One Day at Tableau posters in the urban space of Zurich is on view until spring 2015 and a new commissioned video installation at Biennale dell Immagine m a x museo in Chiasso Switzerland until mid January 2015 A permanent commissioned façade work at a new school building in Le Raincy in the suburbs of Paris has been installed in November 2014 A new book with over hundred images of children Villa Monte Schule der Kinder published by Lars Mülller Publishers is available from November 2014 texts by Remo Largo and others Bitcoin online gallery www cointemporary com launches on May 28 8 pm with one of my works the exhibition duration is one week 2014 04 01 2014 03 01 As part of Oblick Dialogues of Photography festival in Strasbourg a monumental projection installation in an former brewery s 3000 square meter warehouse opens on April 4 On February 6 an exhibition started at Maison des Cultures Molenbeek Brussels including a new wallpaper photographed in Tangier together with work by Peter Downsbrough and Emilio López Menchero At Städtische Galerie Nordhorn a site specific mural KL Kids will be part of the group show The Best of All Worlds opening on May 23 2013 05 26 2013 08 19 A

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/news.html?page=1 (2016-02-15)
    Open archived version from archive

  • MMK, Frankfurt - Beat Streuli
    Conrads Dusseldorf Sint Pieters station Gent HPZ Altdorf Fotofestival Mannheim Oeconomicum Dusseldorf Berghain Berlin MOCAK Krakow Biennale Singapore AON Building Hamburg Erna Hecey Brussels MMK Frankfurt Wilma Tolksdorf Berlin Dogenhaus Leipzig Museum für Moderne Kunst MMK Frankfurt a M 2010 Five screen slide installation Bondi Beach Parramatta Road 99 1999 Museum für Moderne Kunst MMK Frankfurt a M 2010 Five screen slide installation Bondi Beach Parramatta Road 99 1999 Museum

    Original URL path: http://www.beatstreuli.com/mmk-frankfurt.html (2016-02-15)
    Open archived version from archive



  •