archive-com.com » COM » C » CRIMINOLOGIE.COM

Total: 279

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Allemagne | criminologie.com
    du Québec la base de la formation y est assez similaire à celle que l on retrouve dans la plupart des pays occidentaux et mis à part les cas de l Allemagne et des pays scandinaves dont nous avons fait état soit l équivalent d un diplôme technique collégial À l heure actuelle ce sont 12 institutions collégiales 11 francophones et 1 anglophone qui dispensent les cours de la formation de base en technique policière Le contenu des programme est conçu selon l approche par compétences qui vise à développer les aptitudes des étudiants à s acquitter des tâches spécifiques au travail policier Les méthodes pédagogiques mobilisées font appel à des mises en action concrètes simulations reconstitutions et études de cas et à des liens avec le monde de la pratique stages et bénévolat Ces cours techniques sont complétés par des cours plus théoriques de criminologie de sociologie de psychologie de droit et de littérature destinés à sensibiliser les étudiants à la diversité de la société québécoise à l importance de l intervention auprès des victimes aux diverses formes de criminalité aux techniques de prévention et de résolution de problèmes ainsi qu aux pouvoirs et aux devoirs légaux attachés à la fonction policière Dupont et Pérez 2006 68 Les 12 institutions réparties à travers le Québec vont former environ 950 diplômés par année Et ce sont entre 650 et 700 de ces 950 diplômés qui accéderont au stade final de la formation qualifiante de base qui est donné dans ce cas en exclusivité en un seul endroit soit à l École nationale de police du Québec ENPQ Mais avant de détailler davantage cette dernière étape de la formation qualifiante initiale des patrouilleurs en uniforme il convient de souligner qu au Québec et au contraire de plusieurs autres endroits ailleurs dans le monde la profession policière est extrêmement populaire et recherchée on y fait de bons salaires les taux de placement au terme de la formation de base atteignent près de cent pour cent et on peut prétendre à la retraite après 25 ans de service soit à un âge où une seconde carrière est tout à fait envisageable ce qui ouvre la possibilité de cumuler un nouveau salaire et une rente de retraite déjà fort généreuse Il est dès lors peu surprenant de constater qu à l entrée du cursus quatre demandes sur cinq sont rejetées et que seulement un candidat sur vingt parviendra à décrocher le diplôme 1 Si l on peut penser que ce niveau élevé de compétition garantira que seuls les meilleurs candidats et candidates passeront au travers du processus on pourra également penser qu en revanche il se créera un niveau d attente tout aussi élevé Alain et Grégoire 2008 Alain et Baril 2005a 2005b Or compte tenu du fait que la structure de fonctionnement de l organisation policière est composée à près de 75 de policiers qui demeureront tout au long de leur carrière aux premiers niveaux hiérarchiques des déceptions sont d autant plus susceptibles

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/allemagne (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • apprentissage social | criminologie.com
    leurs actes d agression plus tôt dans la vie Côté 2007 Par ailleurs les études longitudinales qui se poursuivent jusqu à l adolescence montrent que la période préscolaire est une période charnière pour ce qui est de l apprentissage de la régulation de l agression physique En effet la minorité des enfants à l école primaire de 5 à 10 qui continuent à manifester des niveaux élevés d agression physique présentent le risque le plus élevé de se livrer à des comportements de violence physique pendant l adolescence Broidy et al 2003 Nagin et Tremblay 1999 Il est intéressant de noter que la fréquence des agressions physiques diminue à partir de la troisième ou la quatrième année après la naissance alors que la fréquence des gestes d agressivité indirects propos désobligeants à l insu de la personne visée augmente de façon importante entre quatre et sept ans et que les filles ont tendance à user de cette forme d agressivité plus souvent que les garçons Côté et al 2007 Les principaux facteurs de risque qui font que les femmes peuvent avoir des enfants qui éprouvent de graves problèmes d agressivité sont les suivants un faible niveau d études une histoire de problèmes de comportement une première grossesse à un jeune âge la consommation de tabac pendant la grossesse et de faibles revenus Côté et al 2006 Liben et Bigler 2002 Tremblay et al 2004 Nagin et Tremblay 2001 Keenan et Shaw 1994 Les résultats d une étude récente sur un important échantillon de jumeaux semblent également indiquer qu il y a une dimension génétique dans les différences individuelles quant à la fréquence des agressions physiques à l âge de 19 mois Dionne et al 2003 Conclusions Contrairement aux croyances traditionnelles les enfants n ont pas besoin d observer des modèles d agression physique pour commencer à user de ce genre de comportement En 1972 Donald Hebb a fait remarquer que les enfants n ont pas besoin d apprendre à faire une crise de colère Hebb 1972 Dans son livre de 1979 sur le développement social Robert Cairns a rappelé à ceux qui étudient le développement humain que les animaux agressifs étaient dans la plupart des cas ceux qui ont été isolés dès la naissance Cains 1979 Les petits enfants semblent spontanément recourir à l agression physique pour atteindre leurs objectifs quand ils sont fâchés À la suite des travaux novateurs de Charles Darwin Michael Lewis et ses collègues ont montré qu on observe des réactions de colère dès l âge de 2 mois Lewis et al 1990 Lewis et al 1992 Aussi les enfants semblent ils spontanément jouer à se battre Peterson et Flanders 2005 Ainsi plutôt que d apprendre à recourir à l agression physique par l intermédiaire de leur environnement les enfants apprennent à ne pas recourir à l agression physique grâce à divers types d interactions avec leur environnement Les études sur le développement de l agressivité pendant les années préscolaires n ont pas encore élucidé de manière adéquate les mécanismes qui expliqueraient pourquoi certains petits enfants sont plus physiquement agressifs que d autres pourquoi certains se livrent très peu à des formes d agression physique pourquoi les petites filles tendent à se livrer moins souvent à des formes d agression physique que les petits garçons pourquoi la plupart des enfants apprennent à réguler leurs comportements d agressivité physique avant de commencer à aller à l école pourquoi certains enfants ne l apprennent pas pourquoi certains enfants commencent à se livrer à des formes d agression indirecte pourquoi les filles se livrent davantage à des formes d agression indirecte que les garçons dans quelle mesure le recours à l agression indirecte réduit l agressivité physique ce qu on peut faire pour aider les enfants d âge préscolaire qui éprouvent des difficultés à apprendre à contrôler leur tendance à devenir plus physiquement agressifs Implications pour la prestation de services et pour l élaboration des politiques Les études précitées ont deux implications importantes pour la prévention de l agression physique Il y a d abord le fait que la plupart des enfants acquièrent d autres moyens d expression que l agression physique pendant leurs années préscolaires Par conséquent cette période de l enfance est sans doute la plus favorable aux interventions visant à aider les enfants qui risquent de devenir des agresseurs physiques chroniques à apprendre à réguler leur comportement Le soutien intensif destiné aux familles à risques élevés qui commence pendant la grossesse devrait avoir des effets à long terme Côté et al 2007 Olds et al 1998 Schweinhart et Xiang 2003 Ensuite comme la plupart des êtres humains ont eu recours à une forme ou à une autre d agression physique pendant leur jeune enfance la plupart courent probablement le risque d y recourir de nouveau s ils se trouvent dans une situation qui ne semble offrir aucune autre solution satisfaisante Ceci expliquerait pourquoi tant de crimes violents sont commis par des gens qui n ont pas d antécédents d agression physique chronique et pourquoi tant de conflits entre familles groupes ethniques ou religieux classes socio économiques et nations conduisent à l agression physique Les politiques qui favorisent une éducation de qualité pendant la jeune enfance devraient réduire l incidence des cas de violence chronique de même que le niveau général d agression physique au sein de la population Mais il faut aussi des politiques qui cherchent à maintenir des environnements empreints de paix partout dans la société pour empêcher que des réactions agressives primitives ne percent la mince couche de civilité que nous acquérons en vieillissant Note Cette entrée a été initialement publiée dans Tremblay RE Barr RG Peters RDeV Boivin M eds Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants sur Internet Montréal Québec Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants 2008 1 7 Disponible sur le site http www enfant encyclopedie com Reproduite avec l autorisation de l auteur Références Alink LRA Mesman J Van Zeijil J Stolk MN Juffer F Koot HM

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/apprentissage-social (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • balistique | criminologie.com
    se trouve elle est l effet d une activité en un endroit à un moment elle contient une information signe sur sa source et finalement sur l action qui l a produite Ces éléments ont comme conséquences line height 115 1 la valeur d existence que lui donne sa matérialité indépendamment de toute signification permet de la mesurer de déterminer des caractéristiques physiques chimiques biologiques et enfin de la comparer à d autres données line height 115 2 puisque la marche du temps est irréversible et que l action criminelle représente une activité unique le modèle que l on cherche à construire ne vise pas à généraliser mais bien à décrire le cas et uniquement celui ci line height 115 3 une donnée incomplète et ou imparfaite peut conduire à des raisonnements approximatifs ou incertains ces derniers doivent donc être révisables lorsque de nouvelles données apportent un éclairage nouveau et permettent de nouvelles inférences line height 115 4 le fait qu elle n appartienne pas naturellement ou habituellement à l endroit où elle est observée il s agit de distinguer la trace provenant d une activité courante dans l endroit sous investigation de ce qui pourrait provenir d une activité inhabituelle en particulier délictuelle line height 115 5 l information sur sa source doit permettre de déterminer quelle personne ou objet l a transférée line height 115 6 l information sur l action qui l a produite doit finalement aider à expliquer ce qui s est passé Une gradation va donc de l élément matériel la trace à l explication des circonstances de sa présence une gradation dont il est important de comprendre la progression La trace devient donc une information élémentaire qui indique ce qui s est passé Comprendre les mécanismes de l activité ne sert donc pas uniquement au processus judiciaire qui considérera cette information comme un indice mais a des conséquences qui vont bien au delà toute discipline qui s intéresse à ces formes de criminalités ou à des problèmes de sécurité qui génèrent des traces devraient s appuyer sur ce constat au risque de laisser s échapper une information centrale peut on parler de crime de violence sans envisager les échanges physiques de trafic de stupéfiant sans étudier les substances en cause et leurs effets d incendie sans envisager la combustion de contrefaçons et de falsifications sans comprendre les procédés de fabrication Ainsi la compréhension de phénomènes de criminalité le renseignement criminel dans ses formes opérationnelles et stratégiques l enquête judiciaire l identification et la localisation de l auteur la structuration des indices et leur appropriation par le juge en tant qu éléments de preuve s appuient sur la science forensique Cette perspective étend considérablement son rôle trop souvent perçu au travers du procès pénal et des décisions du tribunal uniquement De sa découverte sur la scène de crime à la présentation des indices et à leur utilisation en tant qu éléments de preuve la trace suit donc plusieurs processus qui appuient des décisions qui portent tant sur un plan stratégique ou de politique criminelle que sur le plan de la prévention e g diminution des risques d incendies de l enquête judiciaire de la structuration des indices ou du tribunal lui même Le mécanisme logique qui prévaut part donc de la trace vers son explication la plus plausible Il s agit de l abduction proposée par Peirce Peirce 1931 Eco et Sebeok 1983 Par exemple les relations entre des modes opératoires et les traces qu ils sont susceptibles de générer et les connaissances générales sur les affinités entre les matières études des échanges la divisibilité de la matière Inman et Rudin 2001 ainsi que sur l existence de caractéristiques spécifiques dans certaines populations d objets ou de personnes constituent les règles sur lesquelles s appuie l abduction À un niveau plus quantitatif afin de gérer les incertitudes les probabilités peuvent s inviter grâce au théorème sur la probabilité des causes du Révérend Bayes L analogie est une autre activité inférentielle élémentaire qui s applique lorsque des relations entre des événements sont recherchées la comparaison des caractéristiques de traces collectées sur plusieurs faits indique souvent l activité du même auteur l usage du même objet ou type d objet ou un mode de fabrication d un objet e g des bombes peu commun L identité les processus d identification et d individualisation Une vision duale au postulat de Locard est proposée par Paul Kirk Kirk 1963 Kwan 1977 Il recentre les réflexions autour de l identité les processus d identification et la capacité d exploiter l individualité d une trace et de sa source Sans entrer de manière trop avancée dans des considérations épistémologiques ce que la science forensique pratique peu par ailleurs on peut prétendre que cette idée de l identité et de la fonction d identification intervient de manière multiforme en science forensique Locard 1909 dont quelques variantes essentielles sont line height 115 1 L identité de la source d une trace e g le scripteur d un document la semelle à l origine d une trace de souliers le doigt à la source d une trace digitale Il s agit d une question élémentaire dont la résolution peut maintenant s appuyer sur des banques de données telles que les fichiers d empreintes et de traces digitales ou de profils d ADN On parle généralement d identification lorsque c est la catégorie à laquelle appartient la source de la trace qui est recherchée e g cette poudre blanche contient de la cocaïne ou d individualisation lorsqu on évalue la relation entre une trace et une personne ou un objet spécifique ou éventuellement entre deux traces dont on détermine une origine unique même si on ne la connaît pas Inman et Rudin 2001 Ces relations sont toujours entachées d incertitudes C est pourquoi les probabilités jouent un rôle central dans la démarche Kwan 1977 Cook et al 1998 Cook et al 1999 Evett et al 2000 Jackson et al 2006 line height 115 2 La

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/balistique (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • catégorie pénale | criminologie.com
    intégrante de la problématique des alternatives à la privation de liberté Mais il existe aussi des mesures qui réduisent le temps réellement passé derrière les murs sans levée d écrou C est le cas en France des permissions de sortir de la semi liberté du placement à l extérieur mesures qui elles aussi sont de fait des mesures alternatives à la prison mais qui n évitent pas la mise sous écrou et ne réduisent pas la durée du temps passé sous écrou C est aussi parmi ces alternatives de 3ème catégorie que l on doit classer le placement sous surveillance électronique PSE dernier avatar de la prison du XXIe siècle Mais la démographie carcérale s intéresse aussi à tous les événements judiciaires administratifs humains qui vont avoir une influence sur le temps passé sous écrou ou en détention leurs conditions leurs durées condamnations mesures d aménagement des peines et des mesures transfèrements incidents mesures disciplinaires décès etc Contrairement à ce que l on dit ou écrit si souvent la prison n est pas le lieu de l exécution des peines privatives de liberté du moins pas seulement Nombre de personnes mises en détention sont prévenues non encore condamnées définitivement Aussi bénéficient elles de la présomption d innocence En dehors de toutes autres considérations qu il conviendrait de prendre en compte le temps carcéral vécu par une personne en attente de jugement de 1ère instance ou définitif ne peut être de même nature que celui d un détenu condamné engagé pour quelques mois ou des années dans l exécution de la peine dont il connaît la fin Et cela même s il peut espérer être libéré de façon anticipée ou s évader C est ce qui explique le fait que la question du temps carcéral liée à celle de la catégorie pénale soit au cœur de la démographie carcérale Barré et Tournier 1988 Une variable essentielle la catégorie pénale A l instant t la population carcérale est constituée de prévenus et de condamnés Est considéré comme condamné tout détenu ayant fait l objet d une condamnation définitive la personne doit avoir épuisé ses voies de recours appel et pourvoi Sont considérés comme prévenus les détenus qui ne sont pas des condamnés définitifs Ils peuvent être en attente d un premier jugement ou avoir déjà été jugés en première instance Si la personne est impliquée dans plusieurs affaires son statut de condamné dans une affaire prime sur le statut de prévenu La catégorie pénale est définie à un instant donné et peut naturellement changer au cours de la détention c est une caractéristique d état Ce concept de catégorie pénale à la date t doit être distingué de celui que l on a été amené à introduire la catégorie pénale chronologique qui n a de sens que pour des détentions achevées Barré Le Toqueux Tournier 1982 Il s agit d attribuer un statut pénal à la détention en faisant référence à la catégorie pénale du détenu prévenu et condamné La détention sera

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/cat%C3%A9gorie-p%C3%A9nale (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • chômage | criminologie.com
    anti criminalité BAC Par delà les alternances politiques ces deux types de politiques publiques ville et sécurité guideront l action des gouvernements jusqu à nos jours sans parvenir à renverser la donne Depuis 1990 des émeutes locales ont éclaté quasiment chaque année La généralisation Enfin entre le 27 octobre et le 17 novembre 2005 l émeute perd son caractère localisé pour s étendre à l ensemble du territoire national Pour la première fois une émeute se déroulant dans un quartier d une ville a des répercussions à des centaines de kilomètres elle suscite un processus d identification collective Et dans la mesure où les télévisions montrent des voitures en feu depuis 25 ans ce processus ne saurait s expliquer par sa médiatisation Durant trois semaines des incidents de gravité très diverse surviennent dans près de 300 communes occasionnant 10 000 incendies de véhicules particuliers et plusieurs centaines d incendies ou de dégradations à l encontre de bâtiments publics notamment scolaires La répression est lourde La panique est telle au sommet de l État que le Premier ministre décide de recourir au couvre feu Le 8 novembre est décrété l état d urgence en application d une loi du 3 avril 1955 prise au temps de la Guerre d Algérie Comment expliquer ce phénomène Les émeutiers interviewés dans la région parisienne donnent deux séries de raisons à leur colère Mucchielli Le Goaziou 2007 Les premières sont relatives aux événements de Clichy sous Bois et à l attitude des pouvoirs publics C est ce qui est considéré comme un déni et un mensonge de la part des autorités qui fonde l indignation et donc le sentiment de légitimité morale de la colère émeutière Les secondes raisons évoquent non pas le contexte de l émeute mais certaines dimensions de l expérience de vie quotidienne de ces jeunes qui nourrit en profondeur la rage et la haine Cette expérience révèle d abord un vécu d humiliations multiples accumulées Viennent d abord les souvenirs les plus forts Certains racontent des expériences de discriminations à l embauche voire font du racisme une explication généralisée La plupart font remonter leur sentiment d injustice et d humiliation à l école Enfin tous disent que la source quotidienne de leur sentiment d injustice et d humiliation est leur relation avec la police avec moult récits Ensuite en orientant l analyse vers leurs conditions de vie générale il apparaît que cette expérience est liée à l absence de perspective d intégration sociale et d abord au chômage dont le niveau n a cessé d augmenter durant les années 1990 creusant les écarts en fonction des niveaux de diplôme maximisant les frustrations économiques et sociales des moins diplômés et accroissant le caractère durablement discriminatoire des parcours scolaires Cette non insertion économique pèse sur l ensemble du processus d intégration sociale et d entrée dans la vie adulte Derrière l absence d emploi et donc de revenu se profile en effet l impossibilité matérielle du départ du domicile des parents pour accéder

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/ch%C3%B4mage (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • cibles | criminologie.com
    d accès combinent les appareils électroniques l informatique et l intervention humaine 4 Les contrôles des moyens et de l information sont les mesures tendant à limiter l accessibilité aux armes substances et outils qui facilitent l exécution du délit ou le passage à l acte Pensons aux lois sur les armes à feu et à celles qui interdisent la vente de l alcool aux mineurs 5 Les détournements sont les mesures par lesquelles on empêche des délinquants potentiels d entrer en contact avec des victimes ou des cibles On modifie les trajets des uns ou des autres on aménage les horaires pour éviter les contacts prolongés entre les uns et les autres on sépare les adversaires Par exemple un plan d urbanisme peut être conçu de manière à créer des cul de sac les cambrioleurs devant faire un effort supplémentaire pour repérer leurs cibles 6 Les désintéressements sont les mesures visant à réduire ou annuler les gains espérés par les contrevenants On évite de circuler les poches pleines d argent On marque les pièces des véhicules automobiles pour en empêcher la revente On efface rapidement les graffitis pour priver leurs auteurs de la satisfaction de revoir leur œuvre Par hypothèse les délinquants renonceront à leur projet s ils n ont pas grand chose à en tirer ils y perdront intérêt 7 Les alternatives offrent des solutions de rechange légitimes à l infraction La disponibilité des policiers qui répondent rapidement aux appels des citoyens apparaît dans plusieurs circonstances comme une alternative plutôt que de recourir à la force pour se débarrasser de l individu menaçant le citoyen appelle la police 8 La cessation des hostilités vise à rétablir la paix en cas de conflit et réduire les provocations les offenses ou les frustrations susceptibles de susciter des conflits et de nourrir la colère Les policiers qui demandent à des noctambules de faire moins de bruit pour respecter le sommeil de leurs voisins pratiquent l apaisement Et quand ces mêmes policiers interviennent en pleine bagarre pour s interposer et empêcher la continuation du combat ils préviennent une possible ascension aux extrêmes Ces mesures visent à infléchir les choix des délinquants potentiels en 1 augmentant leurs risques 2 augmentant leurs difficultés 3 réduisant leurs bénéfices 4 offrant une solution de rechange et 5 en réduisant les provocations et les risques d escalade Le crédit accordé de plus en plus par les criminologues à la prévention situationnelle tient largement aux démonstrations de son efficacité En effet elle a gagné ses lettres de noblesse à partir du moment où il est devenu incontestable que certaines modifications des situations précriminelles étaient suivies de réductions significatives du nombre des vols ou des agressions C est ainsi que durant les années 1970 Clarke et ses collaborateurs avaient constaté que l installation de dispositifs antivols sur la colonne de direction des véhicules automobiles était suivie d importantes diminutions du nombre de vols de véhicules En 2009 Guerette fait un bilan systématique des évaluations rigoureuses de mesures de prévention situationnelle publiées en anglais Il en trouve 206 Parmi celles ci 154 75 aboutissent à la conclusion que l intervention examinée fut efficace 24 12 se révélaient inefficaces et dans 28 autres études 14 les résultats restaient ambigus ou non significatifs Il est vrai que les chercheurs ont tendance à publier des évaluations qui concluent au succès et qu ils renoncent à publier des autres Pour autant le bilan de Guerette fait constater que dans 154 cas il fut avéré que des projets de prévention situationnelle bien conçus et correctement mis en oeuvre avaient fait reculer la délinquance prise pour cible Les principales techniques de prévention situationnelle évaluées répertoriées par Guerette se distribuent comme suit 1 des mesures visant à renforcer la surveillance par des agents de sécurité ou par des policiers 44 2 des mesures d aide à la surveillance naturelle par exemple l éclairage qui améliore la visibilité des lieux exposés 28 3 les protections physiques 24 des mesures comme l habitude de circuler dans la rue accompagné qui assurent une meilleure protection des personnes ou des biens 22 les contrôles d accès 18 le recours à un garant des lieux comme un concierge 8 Guerette et Bower 2009 ont repris le même corpus de 206 évaluations solides pour étudier la question du déplacement et celle de son contraire la diffusion des bénéfices de la prévention On sait que le déplacement s observe quand une activité délinquante prévenue en un lieu donné réapparaît non loin de là durant un autre moment ou sous une autre forme Le phénomène inverse que l on appelle la diffusion des bénéfices se produit quand l observateur constate que l activité délinquante n est pas seulement prévenue dans l endroit pris pour cible mais aussi dans des secteurs environnants voir Clarke et Weisburd 1994 Parmi les 206 études évaluatives passées en revue par Guerette et Bower 102 examinaient les possibilités de déplacement ou de diffusion des bénéfices pour un total de 574 observations une étude pouvant mesurer plusieurs effets possibles Dans 26 de ces 574 observations les chercheurs constatent des effets de déplacement et dans 27 des cas des effets de diffusion des bénéfices de la mesure préventive De plus dans tous les cas où un déplacement est observé il n est jamais de 100 ce qui laisse toujours un bénéfice net de la mesure préventive voir aussi Hesseling 1994 Comment expliquer le phénomène de la diffusion des bénéfices Il repose probablement sur l incertitude dans laquelle sont plongés les délinquants sur l étendue des risques auxquels ils s exposent Ils ignorent la portée d une mesure comme la surveillance et ils ont tendance à en exagérer l étendue Une série de six propositions théoriques peuvent être déduites des résultats de ces études évaluatives Elles portent sur le processus de prise de décision des délinquants sur les facteurs dont ils tiennent compte et sur la manière dont ils s adaptent à leur environnement 1 Les résultats encourageants de ces nombreuses évaluations jettent le

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/cibles (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • commission d’enquête | criminologie.com
    extrême droite avaient maladroitement tenté de s emparer de la province du Bophuthatswana Ainsi malgré les revendications de plusieurs groupes insistant pour que des procès soient tenus surtout pour les dirigeants du Parti nationaliste National Party la haute direction de l ANC opta plutôt pour une approche qui risquerait moins de mettre le feu aux poudres L éthique de la vérité En Afrique du sud un discours éthique justifiant l abandon de l approche pénale conventionnelle fut assez rapidement adopté par le gouvernement secondé d experts de notables et de groupes de citoyens intéressés par le concept contemporain de justice réparatrice Le projet de commission de vérité fut présenté comme une incarnation de ce modèle de justice à la fois avant gardiste parce qu en pleine expansion dans plusieurs pays et traditionnel parce qu on réussit à le connecter à la culture africaine ancestrale À travers le concept d ubuntu mot africain exprimant la réflexivité de la nature humaine on construisit une mythologie justificatrice sur la justice non pénale traditionnelle en Afrique Il est aisé de constater à quel point le modèle de justice réparatrice répond aux problèmes énumérés plus haut Premièrement on y évitera d accuser de dénoncer et bien sûr de punir un grand nombre d individus assimilés à un groupe socio ethnique ce qui contredirait du moins en apparence le nouveau discours de la réconciliation ou de la paix nouvellement gagnée Deuxièmement les membres du nouveau gouvernement qui auraient commis des abus dans le passé pourront également participer au processus sans risque de retombées politiques Troisièmement le vocabulaire de la réconciliation nationale pierre d assise de la nouvelle structure du pouvoir politique est une des clés de la notion de réparation Enfin autre point focal du modèle l amélioration de la position des victimes passera par la subordination de la nouvelle institution à leurs intérêts c est pour les victimes qu on cherchera la vérité voire bien sûr par le niveau plus concret du dédommagement matériel ou symbolique Une des caractéristiques principales des crimes de régimes autoritaires ou totalitaires est le secret dans lequel ils sont commis Prisons secrètes accusations secrètes torture disparitions Le tout sous forme de guerre sale justifiée dans par le discours politique et par les médias qui en chantent les louanges comme une lutte au communisme au terrorisme ou autre démon populaire La mission principale d une commission dans ce contexte en est une d investigation et de redressement historique Ainsi le projet sud africain par exemple consista à accueillir un certain nombre des responsables de l apartheid et de ses diverses oppressions afin d obtenir une fois pour toutes la vérité sur le passé On reconnaissait à cette vérité plusieurs propriétés intrinsèques et axiomatiques dont celles de réhabiliter les victimes en contredisant les accusations criminelles de l ancien gouvernement de réintégrer les responsables puisque avec leur témoignage ils participaient au processus de réconciliation et de prévenir un retour de l oppression en protégeant la démocratie et en produisant des citoyens bien informés

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/commission-d%E2%80%99enqu%C3%AAte (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • contre-surveillance | criminologie.com
    search of air travelers or those at borders based not on anything suspicious but on a table of random numbers or the roving inspections on subways that rely on an honor system for ticket purchases Deception in creating concern that persons and objects are other than they appear to be is another form of uncertainty Informers and undercover tactics are the classic deceptive examples of breaking informational borders Hidden bugs and disguised surveillance cameras in everyday objects such as clocks smoke detectors towel dispensers and even Bibles are other examples Subjects may encounter repeated applications of the same means To maximize deterrence they may be told that there will be repetition but not when and where Or when the emphasis is on apprehension nothing is communicated Consider checking the tickets of skiers at the top of a hill to be sure that they did not send their entry ticket down the hill to be used by someone else Multiple means can be seen in comparing an individual s voice retinal fingerprint facial or DNA patterns to those in a data base along with requiring the possession of passwords and documents Tying certification directly to the person s body lessens problems such as stolen identification and passwords Video cameras aimed at computer users offer an additional means of identification beyond access controls Where it is not possible to defeat neutralization via any of the prior strategies law and policy may combat it by controlling information about tactics prohibiting and penalizing activities and artifacts offering rewards or legally compelling cooperation Required standards for tools and agents may be designed to minimize successful neutralization If a tack in the shoe fails because subjects are required to take their shoes off there are still other ways to create a pain in the posterior for agents through counter counter neutralization means Thus for the polygraph after the addition of sensors to the subject s chair to combat sphincter contracting the main how to beat it book suggested tongue biting a move presumed to be undetectable by such means Maschke and Scalabrini 2005 Once restricted to police devices for spoofing Caller Id such that the number displayed is not the number from which the call is made are now publicly available In response to police use of lasers for traffic enforcement an anti laser stealth coating can be painted on headlights which is said to reduce the targeting range for determining speed giving the driver more time to slow down Sellers of anti drug products claim continual updates e g heat strips for powdered urine to pass the temperature test In response to aerial surveillance marijuana growers in national parks have turned to strains that are shorter and grow well in shaded areas making them less vulnerable to discovery Varieties of Acceptance and Resistance The above concepts for organizing types of resistance and response can permit the systematic analysis of variation for questions such as what are the correlates of the various forms of neutralization and

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/contre-surveillance (2016-04-25)
    Open archived version from archive



  •