archive-com.com » COM » C » CRIMINOLOGIE.COM

Total: 279

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • redevabilité | criminologie.com
    Cour européenne des droits de l homme pour torture en 1999 Pour autant et c est un autre paradoxe de la rareté de l emploi de la force les mécanismes de contrôle extérieurs ne peuvent à eux seuls maîtriser la force policière là encore en raison de ses caractéristiques structurelles Rare la force policière est concentrée sur une clientèle particulière celle qu au XVIIe siècle déjà des rapports de la maréchaussée l ancêtre de la gendarmerie en France désignaient comme le gibier de prévôt la population des marginaux migrants vagabonds rebelles que les policiers estiment relever de leur pleine et exclusive souveraineté A ces populations les policiers ont longtemps appliqué avec l assentiment des électeurs et contribuables ce que le langage commun désignait aux Etats Unis comme la sanction de la rue la street justice Aujourd hui ces clientèles policières bénéficient des ressources offertes par le droit la scolarisation massive laisse peu de gens à distance de la connaissance de leurs droits et du recours aux systèmes externes de contrôle Mais les recherches montrent que les sanctions prononcées contre les policiers sont inversement proportionnelles à la gravité des faits allégués Ainsi les policiers poursuivis ont un risque beaucoup plus fort d être sanctionnés pour par exemple perte de leur carte professionnelle ou de leur badge que pour violence illégitime Deux éléments jouent ici Le premier a trait au fait que la police est légitime à employer la force Il est alors difficile de prouver que telle atteinte telle blessure ou fracture est une violence illégitime c est à dire d un point de vue technique un surcroît non nécessaire de force les policiers peuvent par exemple se retrancher derrière la résistance opposée par l individu lors de son arrestation Le second élément a trait au caractère social particulier de la clientèle particulière la violence de la police s exerce en particulier sur des personnes qui sont dépourvues de ressources pour gagner en crédibilité devant la justice qui elle dépend d une coopération excellente avec la police pour plus généralement mener ses affaires pénales à bien Cette relation inverse entre la fréquence de la violence policière et les chances de la voir établie par les autorités judiciaires ajoutée à la difficile imputation causale des traces de violence dessinent un espace social dans lequel les policiers jouissent d une relative liberté d exercice de la force Toutefois ce caractère comme immanent à la police d abuser de la force qui rappelle l observation de Montesquieu selon laquelle tout homme qui exerce un pouvoir est amené à en abuser peut être contrôlé voire endigué Plus que la formation toujours très contestée et fragiles de commissions permanentes judiciaires ou citoyennes de surveillance de la police l un des changements récents les plus notables consiste en la tentative de limiter les dommages liés au nécessaire emploi de la force et ce de manière collective et individuelle En ce qui concerne le collectif les efforts se sont concentrés depuis les années 1960 et 1970 enseignements tirés

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/redevabilit%C3%A9 (2016-04-25)
    Open archived version from archive


  • Send page by email | criminologie.com
    humain Ceci m aide à prévenir les soumissions de robots Spam What code is in the image Enter the characters shown in the image Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité

    Original URL path: http://criminologie.com/printmail/279 (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Surveillance: Neutralization and Counter-Neutralization | criminologie.com
    based not on anything suspicious but on a table of random numbers or the roving inspections on subways that rely on an honor system for ticket purchases Deception in creating concern that persons and objects are other than they appear to be is another form of uncertainty Informers and undercover tactics are the classic deceptive examples of breaking informational borders Hidden bugs and disguised surveillance cameras in everyday objects such as clocks smoke detectors towel dispensers and even Bibles are other examples Subjects may encounter repeated applications of the same means To maximize deterrence they may be told that there will be repetition but not when and where Or when the emphasis is on apprehension nothing is communicated Consider checking the tickets of skiers at the top of a hill to be sure that they did not send their entry ticket down the hill to be used by someone else Multiple means can be seen in comparing an individual s voice retinal fingerprint facial or DNA patterns to those in a data base along with requiring the possession of passwords and documents Tying certification directly to the person s body lessens problems such as stolen identification and passwords Video cameras aimed at computer users offer an additional means of identification beyond access controls Where it is not possible to defeat neutralization via any of the prior strategies law and policy may combat it by controlling information about tactics prohibiting and penalizing activities and artifacts offering rewards or legally compelling cooperation Required standards for tools and agents may be designed to minimize successful neutralization If a tack in the shoe fails because subjects are required to take their shoes off there are still other ways to create a pain in the posterior for agents through counter counter neutralization means Thus for the polygraph after the addition of sensors to the subject s chair to combat sphincter contracting the main how to beat it book suggested tongue biting a move presumed to be undetectable by such means Maschke and Scalabrini 2005 Once restricted to police devices for spoofing Caller Id such that the number displayed is not the number from which the call is made are now publicly available In response to police use of lasers for traffic enforcement an anti laser stealth coating can be painted on headlights which is said to reduce the targeting range for determining speed giving the driver more time to slow down Sellers of anti drug products claim continual updates e g heat strips for powdered urine to pass the temperature test In response to aerial surveillance marijuana growers in national parks have turned to strains that are shorter and grow well in shaded areas making them less vulnerable to discovery Varieties of Acceptance and Resistance The above concepts for organizing types of resistance and response can permit the systematic analysis of variation for questions such as what are the correlates of the various forms of neutralization and counter neutralization What are the major interaction processes

    Original URL path: http://criminologie.com/article/surveillance-neutralization-and-counter-neutralization (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Marx, Gary T. | criminologie.com
    Counter Neutralization 2011 03 07 15 52 Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité technologie terrorisme violence État more tags Sous la direction de Benoît Dupont et Stéphane Leman Langlois Chaire

    Original URL path: http://criminologie.com/auteur/marx-gary-t (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • déviance | criminologie.com
    search of air travelers or those at borders based not on anything suspicious but on a table of random numbers or the roving inspections on subways that rely on an honor system for ticket purchases Deception in creating concern that persons and objects are other than they appear to be is another form of uncertainty Informers and undercover tactics are the classic deceptive examples of breaking informational borders Hidden bugs and disguised surveillance cameras in everyday objects such as clocks smoke detectors towel dispensers and even Bibles are other examples Subjects may encounter repeated applications of the same means To maximize deterrence they may be told that there will be repetition but not when and where Or when the emphasis is on apprehension nothing is communicated Consider checking the tickets of skiers at the top of a hill to be sure that they did not send their entry ticket down the hill to be used by someone else Multiple means can be seen in comparing an individual s voice retinal fingerprint facial or DNA patterns to those in a data base along with requiring the possession of passwords and documents Tying certification directly to the person s body lessens problems such as stolen identification and passwords Video cameras aimed at computer users offer an additional means of identification beyond access controls Where it is not possible to defeat neutralization via any of the prior strategies law and policy may combat it by controlling information about tactics prohibiting and penalizing activities and artifacts offering rewards or legally compelling cooperation Required standards for tools and agents may be designed to minimize successful neutralization If a tack in the shoe fails because subjects are required to take their shoes off there are still other ways to create a pain in the posterior for agents through counter counter neutralization means Thus for the polygraph after the addition of sensors to the subject s chair to combat sphincter contracting the main how to beat it book suggested tongue biting a move presumed to be undetectable by such means Maschke and Scalabrini 2005 Once restricted to police devices for spoofing Caller Id such that the number displayed is not the number from which the call is made are now publicly available In response to police use of lasers for traffic enforcement an anti laser stealth coating can be painted on headlights which is said to reduce the targeting range for determining speed giving the driver more time to slow down Sellers of anti drug products claim continual updates e g heat strips for powdered urine to pass the temperature test In response to aerial surveillance marijuana growers in national parks have turned to strains that are shorter and grow well in shaded areas making them less vulnerable to discovery Varieties of Acceptance and Resistance The above concepts for organizing types of resistance and response can permit the systematic analysis of variation for questions such as what are the correlates of the various forms of neutralization and

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/d%C3%A9viance (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Send page by email | criminologie.com
    humain Ceci m aide à prévenir les soumissions de robots Spam What code is in the image Enter the characters shown in the image Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité

    Original URL path: http://criminologie.com/printmail/323 (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Les théories de la régulation du phénomène de la délinquance (control theories) | criminologie.com
    l adolescent la famille et l école Le Blanc 1992 vérifie un modèle de la régulation familiale Celui ci inclut les liens familiaux attachement aux parents et participation à des activités communes et les contraintes familiales les règles et leur légitimité les méthodes disciplinaires et la supervision comme mécanismes de la régulation de la conduite délinquante En plus il introduit les forces modulatrices que sont les statuts sociéconomique et familial les relations entre les parents et les attitudes et comportements déviants des parents Concernant la régulation scolaire Le Blanc Vallières et McDuff 1992 démontrent que les liens scolaires attachement aux professeurs participation aux activités scolaires et engagement envers l éducation interagissent avec la performance et les contraintes scolaires les règles et leur légitimité les sanctions pour régulariser la conduite délinquante compte tenu du statut socioéconomique et du sexe de l adolescent La régulation psychologique Plusieurs manuels sur la délinquance reconnaissent que la régulation sociale a un pendant psychologique Empey 1978 soutient que certains éléments de la théorie psychanalytique de Freud sont associables aux théories de la régulation Freud dans son essai sur Le Moi et le Ça 1967 affirme que la vie mentale dépend de l interaction entre trois instances psychiques Il s agit d abord un ça qui constitue le réservoir des pulsions et des instincts il y a ensuite un moi avec ses niveaux conscient et inconscient qui régit les fonctions mentales assure la gestion des pulsions et permet l adaptation de la personne à la réalité extérieure et finalement il existe un surmoi une structure morale qui définit le bien et le mal les aspirations et les interdits L interaction entre ces instances régularise les instincts antisociaux des personnes qui se manifestent entre autres sous la forme de la conduite délinquante Cette théorie a inspiré les cliniciens anglo saxons Feldman 1969 et français Chartier 1991 mais elle n a pas fait l objet de vérifications empiriques rigoureuses Shoemaker 2005 Notons que Durkheim 1963 avait identifié un troisième élément de la moralité qu il nommait l autonomie de la volonté Il utilise les termes de tempérament intelligence et personnalité mais il définit cet élément comme la maîtrise de soi une puissance d inhibition une autorité sur soi En criminologie la régulation psychologique a fait l objet d un certain intérêt dans les années 1950 1960 par exemple les travaux de Reckless 1967 Il distingue des forces de la poussée et de la retenue qui régularisent la conduite délinquante Parmi les forces d endiguements de cette dernière un concept de soi solide et prosocial constitue les principales d entre elles Celui ci se manifeste par des aspirations à long terme de la tolérance à la frustration et de l engagement envers les normes Il y a une ressemblance entre le surmoi de Freud et le concept de soi Qu il s agisse du concept de soi de l estime de soi ou de toutes les autres notions équivalentes selon Shoemaker 2005 un concept de soi piètre ou antisocial est associé à un niveau plus élevé de la conduite délinquante Toutefois il souligne que les études qui comparent ce mécanisme de la régulation avec d autres concluent que le concept de soi n est pas le facteur explicatif le plus important de la conduite délinquante Il aura fallu attendre 1990 pour que la criminologie américaine vive une révolution culturelle et s intéresse sérieusement à la régulation psychologique Gottfredson et Hirschi publient leur livre A general theory of crime Ils affirment que la cause principale de la conduite délinquante n est pas des liens sociaux fragiles mais une faible maîtrise de soi a low self control Ils précisent les traits de la faible maîtrise de soi l impulsivité l insensibilité l activité la recherche de sensations ou du risque le présentisme et la prépondérance du non verbal Un rapprochement est facile entre le moi de Freud l autonomie de la volonté ou la maîtrise de soi de Durkheim et la faible maîtrise de soi de ces auteurs Cette position a occasionné de nombreux débats théoriques et de nombreuses recherches empiriques Dix ans plus tard la méta analyse de Pratt et Cullen 2000 confirme que la faible maîtrise de soi prédit efficacement la conduite délinquante mais que contrairement à l affirmation de Gottfreson et Hischi elle n explique pas à elle seule la conduite délinquante La régulation sociale et psychologique Reiss en 1951 a été le premier à concevoir clairement la régulation individuelle de la conduite délinquante comme une interaction entre la régulation sociale et la régulation psychologique Il confirmait empiriquement que cette conduite résulte d une régulation sociale et psychologique moins efficace Cette voie de la recherche n a pas été suivie avant quelques décennies À partir des années 1980 Le Blanc a formulé la régulation individuelle de cette manière 1997a 2005 et il a procédé à une vérification de ce modèle avec des échantillons de diverses époques et de diverses natures Le Blanc Ouimet et Tremblay 1988 Le Blanc 1997b La régulation du passage à l acte délinquant Les théoriciens contemporains du passage à l acte Clarke et Cornish 1985 adoptent une perspective de la régulation D une part Hirschi 1986 reconnaît qu il n y a pas d opposition entre les théories de la régulation sociale et du choix rationnel d autre part Felson 1986 signale que les théories de la régulation sociale et des activités routinières sont compatibles Les activités routinières sont des activités publiques qui mettent les individus en contact avec des occasions de commettre des crimes ils auront lieu dans la mesure ou la surveillance de la cible est relâchée et que l intérêt pour le délinquant potentiel est présent ainsi ce dernier effectue un choix rationnel Plusieurs criminologues ont élaboré cette théorie dont Cusson 1981 1998 Le Blanc 1997a propose de concevoir la régulation du passage à l acte comme la résultante de quatre mécanismes la nature des activités routinières la faible maîtrise actuelle de soi les occasions de commettre des comportements délinquants et la

    Original URL path: http://criminologie.com/article/les-th%C3%A9ories-de-la-r%C3%A9gulation-du-ph%C3%A9nom%C3%A8ne-de-la-d%C3%A9linquance-control-theories (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Le Blanc, Marc | criminologie.com
    régulation du phénomène de la délinquance control theories 2010 08 23 14 07 Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité technologie terrorisme violence État more tags Sous la direction de Benoît

    Original URL path: http://criminologie.com/auteur/le-blanc-marc (2016-04-25)
    Open archived version from archive



  •