archive-com.com » COM » C » CRIMINOLOGIE.COM

Total: 279

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • gouvernance | criminologie.com
    services publics d application de la loi douanes services de renseignement administrations fiscales sécurité routière etc par exemple l énumération de 79 catégories d agents administratifs dotés de pouvoirs de police faite par Lascoumes et Barberger 1986 p 288 pour la France les organismes gouvernementaux ou communautaires de prévention les services de sécurité internes des entreprises les agences de sécurité privée gardiennage consultants intelligence économique ainsi que les groupes d autodéfense et même dans certains cas des groupes criminels Si les fonctions de mandant et de prestataire sont généralement assumées par les mêmes acteurs dans le modèle étatique les structures du marché et des réseaux se caractérisent par une plus grande dispersion des responsabilités Une dernière dimension empirique de la gouvernance de la sécurité concerne la nature des liens qui unissent les divers acteurs mentionnés plus haut On distingue cinq modes relationnels qui vont permettre la coordination et la régulation des mandants et des prestataires de sécurité l obligation ou tierce police la délégation la vente l échange et le don L obligation se traduit par la contrainte qu une organisation fait peser sur des tierces parties afin d obtenir de leur part le comportement désiré comme la transmission d informations concernant des transactions financières suspectes la mise en œuvre de dispositifs spécifiques de prévention du crime ou encore le respect de certaines normes de sécurité lors de l organisation d événements culturels ou sportifs La délégation reflète le transfert de fonctions traditionnellement assumées par des acteurs étatiques à des acteurs hybrides ou privés moyennant le versement de redevances par l État ou l octroi d un privilège de prélèvement direct auprès des usagers du service délégué Ainsi dans les pays où la gestion et l entretien des radars automatisés de vitesse sont confiés à des entreprises ces dernières perçoivent un pourcentage des amendes perçues auprès des automobilistes en infraction Nous avons vu plus haut que la vente est le mode de relation privilégié dans la structure de marché entre acteurs privés Cependant les acteurs publics y ont également recours de plus en plus fréquemment aussi bien à titre d acquéreur sous traitance de certaines tâches comme la détention ou le transfert de prisonniers à des entreprises que de vendeur commercialisation de services de formation de patrouille ou d enquête à des intérêts parapublics ou privés Ce recours croissant des acteurs publics à la vente vise en partie à compenser les coupures budgétaires auxquelles ces derniers sont parfois confrontés Le don obéit à la même logique lorsqu il prend la forme d un parrainage d acteurs publics par des intérêts privés qu il s agisse de la mise à disposition de locaux d équipements ou de compétences professionnelles à titre gracieux Le don est également répandu dans le secteur communautaire où de nombreux programmes de prévention sont par exemple subventionnés par des compagnies d assurance ou des entreprises locales L échange se manifeste enfin par le partage bilatéral ou la mutualisation de ressources matérielles humaines et d informations L échange

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/gouvernance (2016-04-25)
    Open archived version from archive


  • sécurité privée | criminologie.com
    sont souvent d anciens agents des services rendent l intégration de cette fonction au sein de ces organisations encore complexe Septembre 2010 L auteur remercie Antoine Minot responsable de la sécurité de GlaxoSmithKline Biologicals S A et Charlotte Lepri chercheur à l IRIS pour leurs remarques et commentaires Naturellement les propos tenus dans cet article n expriment que l opinion de l auteur Références Monnet B P Very et O Hassid 2010 Panorama 2008 2009 des crimes commis contre les entreprises Sécurité Stratégie n 3 pp 6 13 Hassid O et A Masraff 2010 La sécurité en entreprise prévenir et gérer les risques Paris Maxima ASIS International CSO Roundtable 2010 Enterprise Security Risk Management how great risks led to great deeds a benchmarking survey and white paper The CSO Roundtable of ASIS International Gill Martin 2007 Demonstrating the value of security Perpetuity Research and consultancy international PRCI Briggs Rachel et Charlie Edwards 2006 The Business of resilience London Demos Ministère de l Intérieur 2009 Délégation à la prospective et à la sécurité Dépenses de sécurité des entreprises charges ou investissements France Ericson Richard et Kevin Haggerty 1997 Policing the Risk Society Oxford Clarendon Press Laïdi Ali 2010 Les Etats en guerre économique Paris Seuil Mots clés sécurité privée Mots clés risque Mots clés entreprises Mots clés crimes économiques Mots clés fraude Mots clés gestion de crise Version imprimable Send by email Gouvernance de la sécurité Publié par BD SLL Auteur Dupont Benoît Le concept de gouvernance de la sécurité reflète la prise de conscience par les criminologues les politologues et les sociologues que la production de sécurité dans les sociétés modernes ne relève pas de la responsabilité exclusive de l État mais qu elle résulte au contraire d une prolifération d acteurs publics privés et hybrides qui y contribuent de manière significative Les recherches menées à partir des années 1970 ont en effet démontré à quel point le rôle joué par la sécurité privée avait été jusque là négligé et dans quelle mesure la notion classique d un monopole étatique en matière de production de sécurité manifestait un fétichisme institutionnel qui ne reflétait plus une réalité complexe La gouvernance qui est définie par le Dictionnaire des politiques publiques comme un processus de coordination d acteurs de groupes sociaux et d institutions en vue d atteindre des objectifs définis et discutés collectivement Boussaguet et al 2004 243 ne concerne bien entendu pas seulement le domaine de la sécurité D autres secteurs traditionnels de l intervention étatique comme l éducation la santé le logement social les transports ou l accès à l emploi ont aussi été soumis à de profondes reconfigurations de leurs modes de gouvernance au cours des dernières décennies Gaudin 2002 La gouvernance de la sécurité est généralement abordée à travers deux cadres d analyse complémentaires D abord le concept de gouvernance offre aux chercheurs une boîte à outils leur permettant de décrire avec plus de nuances la multiplication d acteurs et d interactions qui contribuent à la production de sécurité dans toute sa complexité Cette approche empirique s accompagne souvent d une dimension normative qui se traduit par un jugement de valeur porté sur les bénéfices ou au contraire les périls inhérents à cette pluralisation des modes de production de la sécurité Les configurations empiriques de la gouvernance de la sécurité Loin de représenter un concept mythologique qui n existerait que dans les textes abstraits des chercheurs qui l étudient une sorte de licorne ou de sirène théorique la gouvernance de la sécurité se manifeste au quotidien par le biais de configurations institutionnelles caractérisées par leur diversité et leur capacité d adaptation adhocatrique Hassid 2005 Qu il s agisse de la présence d agents de sécurité dans les espaces publics ou privés recevant du public les propriétés privées de masse de la commercialisation de services policiers à des autorités parapubliques ou à des intérêts privés ou encore des échanges constants de données et de renseignements criminels entre acteurs publics et privés qui rythment notre vie quotidienne dans la société du risque Ericson et Haggerty 2001 la gouvernance de la sécurité nous est plus familière qu on ne l imagine de prime abord Trois grandes structures institutionnelles l État le marché et les réseaux sont généralement associées à des formes distinctes de gouvernance Ces idéaux types qui sont étroitement imbriqués dans la réalité reflètent des modalités de pilotage spécifiques Dans le modèle étatique la gouvernance de la sécurité prend ainsi la forme d un mode d organisation vertical où l autorité législative et administrative de l acteur public dominant la police s exerce sur les autres acteurs de la sécurité qu ils soient parapublics communautaires ou privés Dans le modèle de marché qui a connu une forte expansion depuis le début des années 1970 dans le monde occidental la gouvernance de la sécurité est structurée par la loi de l offre et de la demande Si le marché se caractérise par une logique de compétition qui permet d offrir des services variés à moindre coût il introduit également de profondes inégalités dans l accès au bien public qu est la sécurité en excluant les plus démunis Les réseaux constituent enfin la troisième structure institutionnelle de gouvernance Reposant sur des relations horizontales de réciprocité entre leurs membres et plus flexibles que les structures bureaucratiques traditionnelles les réseaux permettent la mise en place de mécanismes de gouvernance qui incluent aussi bien des acteurs publics que privés au niveau local national et international Concrètement la gouvernance de la sécurité s exprime à travers les interdépendances de ces trois grandes structures institutionnelles Par exemple dans les États fortement centralisés où les acteurs publics occupent une position dominante le rôle du marché dans la gouvernance de la sécurité sera souvent moins prononcé que dans les systèmes décentralisés où il constituera une alternative attractive à des acteurs publics fragmentés et par conséquent plus faibles De la même manière la capacité des réseaux à gouverner la sécurité ainsi que leur composition et leurs modes de fonctionnement seront

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/s%C3%A9curit%C3%A9-priv%C3%A9e (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Send page by email | criminologie.com
    Ceci m aide à prévenir les soumissions de robots Spam What code is in the image Enter the characters shown in the image Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité technologie

    Original URL path: http://criminologie.com/printmail/275 (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Organisation(s) policière(s) | criminologie.com
    la tranquillité et la salubrité a pour objectifs de dissuader les passages à l acte et de prévenir les petits désordres dans l espace public par le biais d une bonne interconnaissance des îlotiers avec la population des lieux de leur contrôle et de leur surveillance La seconde longtemps considérée comme une auxiliaire de la justice chargée des basses besognes contre le crime par sa connaissance intime du milieu a progressivement autonomisé et scientificisé ses techniques d enquête en étendant notablement le champ de ses compétences spécialisées Lévy 1987 Elle se déploie moins sur une aire géographique précise qu elle ne se soucie d adaptation de son fonctionnement en pôles et en réseaux Bigo 1996 en reproduisant la localisation des grandes délinquances qui débordent les frontières Sheptycki 2005 et en traquant les vecteurs acteurs de vulnérabilités sur les réseaux virtuels Leman Langlois 2008 La police de souveraineté historiquement la plus ancienne L Heuillet 2001 Napoli 2003 trouve quant à elle son unité dans une égale dépendance à l égard du Prince ou de l État dont il lui revient d assurer la protection et le conseil Cette police politique au sens noble du terme serait d ailleurs la seule des missions dont on peut soutenir qu elle incarnerait la force publique une force régalienne intrinsèquement assimilable à l essence de l État En effet elle assure et conforte la souveraineté dans le champ intérieur regroupe des missions de contrôle des excès des populations sur le territoire national informe le pouvoir sur les menaces extérieures et intérieures potentielles qui se trament maintient l ordre public par le contrôle et la contention des manifestations de masse en fluidifiant l espace public pour pouvoir garantir en période troublée la continuité du fonctionnement de ses services Son territoire d exercice est donc la nation entière et son organisation matérielle en privilégiant mobilité et disponibilité de ses troupes se traduit par une capacité d intervention massive et instantanée sur n importe lequel de ses points Monjardet 1996 a proposé une typologie restée sans égale pour rendre compte des implications dynamiques des trois grands modes de production de l organisation policière d ensemble valable dans tous les pays de développement comparable border none ORDRE POLITIQUE RÉPRESSION DU CRIME SÉCURITÉ PUBLIQUE Approvisionnement Source Ministre préfet directeur parquet Juge d instruction Victime Public Forme Ordre Réquisition Plainte Sollicitation Appel Référence État institution Justice Citoyen Objet Cible Adversaire opposition Criminel déviance Perturbation événements incivilités Territoire Nation Pôles et réseaux Local agglomération quartier Objectif Maintien de l ordre Élucidation Sécurité Tranquillité Critère Moindre coût Statistique performance Sentiment Ressources Outil Force surveillance Information enquête Autorité Qualification Discipline Expertise Discernement Mode d acquisition Collectif Savoirs techniques Expérience Fonctionnement Organisation Militaire Professionnelle Artisanale Principe d action Légalisme Performance prouesse Service Principe de sélection Faible Fort priorités Fort opportunités Moteur Prince Intérêt professionnel Demande sociale Sanction Contrôle Hiérarchique externe pouvoir Hiérarchique interne experts profession Collectif déontologie Rétribution Matérielle Notoriété Prestige Popularité Confiance Faute accident Disproportion Visibilité Scandale Erreur judiciaire Abstention Saturation Perversion Milice au dessus des lois Justicier escadron de la mort Travail social en deçà de la loi Source 9 0pt line height 115 Cambria serif Dominique Monjardet Ce que fait la police sociologie de la force publique Paris La Découverte 1996 p 140 Quand on différencie l institution policière l usage de la force qui la distingue de beaucoup d autres institutions de son organisation empirique c est à dire des modalités concrètes d investissement au travail de ses propres agents on perçoit mieux les caractéristiques générales qui les apparentent à d autres collectifs au travail comme dans l armée à l école ou l hôpital par exemple Bernoux 2009 La force de travail peut se décrire dans chacun de ces univers organisationnels de deux façons De façon formelle dans ce que l organisation est censée être sous la forme d organigrammes de définitions de tâches d instances et de programmes de règles et de procédures de rapports et de bilans Mais d une façon informelle tout autant Tous ces collectifs fonctionnent autrement que ce qui est dit sur le papier les organisations ne marchent que si leurs agents procèdent en permanence à des ajustements réciproques jugent avec discernement les situations saisissent des opportunités ou suspendent des contraintes anticipent et corrigent leurs actions en situation de rationalité limitée S ils arrêtent de travailler en se livrant à une grève du zèle par exemple toute l organisation se trouve instantanément paralysée L organisation est avant tout le fruit d un ensemble de micro ajustements et d interprétations opportunes des règles permettant à ses membres de s adapter à l infinie variété des conjonctures par delà ou en deçà des missions que leur assignent les organigrammes et les tableaux de bord en termes de rendements quantifiés Les gardiens de la paix négocient informellement leur propre autorité dans la rue avec les contrevenants Monjardet 1994 ils mobilisent des savoir faire empiriques et routinisés par la coutume hérités de l édification des anciens ou de pairs plutôt que par les savoirs scolaires Tiévant 2001 au sein des équipages urbains en civil ou en tenue ils mobilisent toute la gamme des savoirs formels et informels disponibles armes physiques autant qu intellectuelles pour ne pas perdre la face dans les cités sensibles Boucher et alii 2013 les cadres négocient téléphoniquement avec leurs homologues du parquet et de la préfecture la mise en œuvre pratique de la sécurité publique générale Gatto Thoenig 1993 Bref à tous les étages de la hiérarchie de l administration les agents de police sont plus que tous autres fonctionnaires pris dans l étau de la tension de la force et du droit Et c est dans ce domaine que la grammaire normative de l organisation est la plus développée et la plus contraignante beaucoup plus que dans n importe quel autre univers non régalien Mais contrairement au professionnalisme des CRS dans les techniques du maintien de l ordre les aléas des événements ordinaires dans l espace public des gardiens de la paix exigent du

    Original URL path: http://criminologie.com/article/organisations-polici%C3%A8res (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Ocqueteau, Frédéric | criminologie.com
    à jour Organisation s policière s 2014 03 18 09 22 Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité technologie terrorisme violence État more tags Sous la direction de Benoît Dupont et

    Original URL path: http://criminologie.com/auteurs/ocqueteau-fr%C3%A9d%C3%A9ric (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • sociologie des organisations | criminologie.com
    La première mission visant à assurer l ordre quotidien local autrement dit la tranquillité et la salubrité a pour objectifs de dissuader les passages à l acte et de prévenir les petits désordres dans l espace public par le biais d une bonne interconnaissance des îlotiers avec la population des lieux de leur contrôle et de leur surveillance La seconde longtemps considérée comme une auxiliaire de la justice chargée des basses besognes contre le crime par sa connaissance intime du milieu a progressivement autonomisé et scientificisé ses techniques d enquête en étendant notablement le champ de ses compétences spécialisées Lévy 1987 Elle se déploie moins sur une aire géographique précise qu elle ne se soucie d adaptation de son fonctionnement en pôles et en réseaux Bigo 1996 en reproduisant la localisation des grandes délinquances qui débordent les frontières Sheptycki 2005 et en traquant les vecteurs acteurs de vulnérabilités sur les réseaux virtuels Leman Langlois 2008 La police de souveraineté historiquement la plus ancienne L Heuillet 2001 Napoli 2003 trouve quant à elle son unité dans une égale dépendance à l égard du Prince ou de l État dont il lui revient d assurer la protection et le conseil Cette police politique au sens noble du terme serait d ailleurs la seule des missions dont on peut soutenir qu elle incarnerait la force publique une force régalienne intrinsèquement assimilable à l essence de l État En effet elle assure et conforte la souveraineté dans le champ intérieur regroupe des missions de contrôle des excès des populations sur le territoire national informe le pouvoir sur les menaces extérieures et intérieures potentielles qui se trament maintient l ordre public par le contrôle et la contention des manifestations de masse en fluidifiant l espace public pour pouvoir garantir en période troublée la continuité du fonctionnement de ses services Son territoire d exercice est donc la nation entière et son organisation matérielle en privilégiant mobilité et disponibilité de ses troupes se traduit par une capacité d intervention massive et instantanée sur n importe lequel de ses points Monjardet 1996 a proposé une typologie restée sans égale pour rendre compte des implications dynamiques des trois grands modes de production de l organisation policière d ensemble valable dans tous les pays de développement comparable border none ORDRE POLITIQUE RÉPRESSION DU CRIME SÉCURITÉ PUBLIQUE Approvisionnement Source Ministre préfet directeur parquet Juge d instruction Victime Public Forme Ordre Réquisition Plainte Sollicitation Appel Référence État institution Justice Citoyen Objet Cible Adversaire opposition Criminel déviance Perturbation événements incivilités Territoire Nation Pôles et réseaux Local agglomération quartier Objectif Maintien de l ordre Élucidation Sécurité Tranquillité Critère Moindre coût Statistique performance Sentiment Ressources Outil Force surveillance Information enquête Autorité Qualification Discipline Expertise Discernement Mode d acquisition Collectif Savoirs techniques Expérience Fonctionnement Organisation Militaire Professionnelle Artisanale Principe d action Légalisme Performance prouesse Service Principe de sélection Faible Fort priorités Fort opportunités Moteur Prince Intérêt professionnel Demande sociale Sanction Contrôle Hiérarchique externe pouvoir Hiérarchique interne experts profession Collectif déontologie Rétribution Matérielle Notoriété Prestige Popularité Confiance Faute accident Disproportion Visibilité Scandale Erreur judiciaire Abstention Saturation Perversion Milice au dessus des lois Justicier escadron de la mort Travail social en deçà de la loi Source 9 0pt line height 115 Cambria serif Dominique Monjardet Ce que fait la police sociologie de la force publique Paris La Découverte 1996 p 140 Quand on différencie l institution policière l usage de la force qui la distingue de beaucoup d autres institutions de son organisation empirique c est à dire des modalités concrètes d investissement au travail de ses propres agents on perçoit mieux les caractéristiques générales qui les apparentent à d autres collectifs au travail comme dans l armée à l école ou l hôpital par exemple Bernoux 2009 La force de travail peut se décrire dans chacun de ces univers organisationnels de deux façons De façon formelle dans ce que l organisation est censée être sous la forme d organigrammes de définitions de tâches d instances et de programmes de règles et de procédures de rapports et de bilans Mais d une façon informelle tout autant Tous ces collectifs fonctionnent autrement que ce qui est dit sur le papier les organisations ne marchent que si leurs agents procèdent en permanence à des ajustements réciproques jugent avec discernement les situations saisissent des opportunités ou suspendent des contraintes anticipent et corrigent leurs actions en situation de rationalité limitée S ils arrêtent de travailler en se livrant à une grève du zèle par exemple toute l organisation se trouve instantanément paralysée L organisation est avant tout le fruit d un ensemble de micro ajustements et d interprétations opportunes des règles permettant à ses membres de s adapter à l infinie variété des conjonctures par delà ou en deçà des missions que leur assignent les organigrammes et les tableaux de bord en termes de rendements quantifiés Les gardiens de la paix négocient informellement leur propre autorité dans la rue avec les contrevenants Monjardet 1994 ils mobilisent des savoir faire empiriques et routinisés par la coutume hérités de l édification des anciens ou de pairs plutôt que par les savoirs scolaires Tiévant 2001 au sein des équipages urbains en civil ou en tenue ils mobilisent toute la gamme des savoirs formels et informels disponibles armes physiques autant qu intellectuelles pour ne pas perdre la face dans les cités sensibles Boucher et alii 2013 les cadres négocient téléphoniquement avec leurs homologues du parquet et de la préfecture la mise en œuvre pratique de la sécurité publique générale Gatto Thoenig 1993 Bref à tous les étages de la hiérarchie de l administration les agents de police sont plus que tous autres fonctionnaires pris dans l étau de la tension de la force et du droit Et c est dans ce domaine que la grammaire normative de l organisation est la plus développée et la plus contraignante beaucoup plus que dans n importe quel autre univers non régalien Mais contrairement au professionnalisme des CRS dans les techniques du maintien de l ordre les aléas des événements

    Original URL path: http://criminologie.com/categorie/articles-mots-cl%C3%A9s/sociologie-des-organisations (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Send page by email | criminologie.com
    Ceci m aide à prévenir les soumissions de robots Spam What code is in the image Enter the characters shown in the image Thèmes agression sexuelle analyse longitudinale carrière criminelle chiffre noir contrôle de la police contrôle social crimes contre l humanité crimes de guerre criminalité organisée criminalité transnationale droit droit international délinquance juvénile détention exécution des peines famille France immigration justice marchés police politique prison prévention surveillance sécurité technologie

    Original URL path: http://criminologie.com/printmail/341 (2016-04-25)
    Open archived version from archive

  • Science forensique | criminologie.com
    endroit à un moment elle contient une information signe sur sa source et finalement sur l action qui l a produite Ces éléments ont comme conséquences line height 115 1 la valeur d existence que lui donne sa matérialité indépendamment de toute signification permet de la mesurer de déterminer des caractéristiques physiques chimiques biologiques et enfin de la comparer à d autres données line height 115 2 puisque la marche du temps est irréversible et que l action criminelle représente une activité unique le modèle que l on cherche à construire ne vise pas à généraliser mais bien à décrire le cas et uniquement celui ci line height 115 3 une donnée incomplète et ou imparfaite peut conduire à des raisonnements approximatifs ou incertains ces derniers doivent donc être révisables lorsque de nouvelles données apportent un éclairage nouveau et permettent de nouvelles inférences line height 115 4 le fait qu elle n appartienne pas naturellement ou habituellement à l endroit où elle est observée il s agit de distinguer la trace provenant d une activité courante dans l endroit sous investigation de ce qui pourrait provenir d une activité inhabituelle en particulier délictuelle line height 115 5 l information sur sa source doit permettre de déterminer quelle personne ou objet l a transférée line height 115 6 l information sur l action qui l a produite doit finalement aider à expliquer ce qui s est passé Une gradation va donc de l élément matériel la trace à l explication des circonstances de sa présence une gradation dont il est important de comprendre la progression La trace devient donc une information élémentaire qui indique ce qui s est passé Comprendre les mécanismes de l activité ne sert donc pas uniquement au processus judiciaire qui considérera cette information comme un indice mais a des conséquences qui vont bien au delà toute discipline qui s intéresse à ces formes de criminalités ou à des problèmes de sécurité qui génèrent des traces devraient s appuyer sur ce constat au risque de laisser s échapper une information centrale peut on parler de crime de violence sans envisager les échanges physiques de trafic de stupéfiant sans étudier les substances en cause et leurs effets d incendie sans envisager la combustion de contrefaçons et de falsifications sans comprendre les procédés de fabrication Ainsi la compréhension de phénomènes de criminalité le renseignement criminel dans ses formes opérationnelles et stratégiques l enquête judiciaire l identification et la localisation de l auteur la structuration des indices et leur appropriation par le juge en tant qu éléments de preuve s appuient sur la science forensique Cette perspective étend considérablement son rôle trop souvent perçu au travers du procès pénal et des décisions du tribunal uniquement De sa découverte sur la scène de crime à la présentation des indices et à leur utilisation en tant qu éléments de preuve la trace suit donc plusieurs processus qui appuient des décisions qui portent tant sur un plan stratégique ou de politique criminelle que sur le plan de la prévention e g diminution des risques d incendies de l enquête judiciaire de la structuration des indices ou du tribunal lui même Le mécanisme logique qui prévaut part donc de la trace vers son explication la plus plausible Il s agit de l abduction proposée par Peirce Peirce 1931 Eco et Sebeok 1983 Par exemple les relations entre des modes opératoires et les traces qu ils sont susceptibles de générer et les connaissances générales sur les affinités entre les matières études des échanges la divisibilité de la matière Inman et Rudin 2001 ainsi que sur l existence de caractéristiques spécifiques dans certaines populations d objets ou de personnes constituent les règles sur lesquelles s appuie l abduction À un niveau plus quantitatif afin de gérer les incertitudes les probabilités peuvent s inviter grâce au théorème sur la probabilité des causes du Révérend Bayes L analogie est une autre activité inférentielle élémentaire qui s applique lorsque des relations entre des événements sont recherchées la comparaison des caractéristiques de traces collectées sur plusieurs faits indique souvent l activité du même auteur l usage du même objet ou type d objet ou un mode de fabrication d un objet e g des bombes peu commun L identité les processus d identification et d individualisation Une vision duale au postulat de Locard est proposée par Paul Kirk Kirk 1963 Kwan 1977 Il recentre les réflexions autour de l identité les processus d identification et la capacité d exploiter l individualité d une trace et de sa source Sans entrer de manière trop avancée dans des considérations épistémologiques ce que la science forensique pratique peu par ailleurs on peut prétendre que cette idée de l identité et de la fonction d identification intervient de manière multiforme en science forensique Locard 1909 dont quelques variantes essentielles sont line height 115 1 L identité de la source d une trace e g le scripteur d un document la semelle à l origine d une trace de souliers le doigt à la source d une trace digitale Il s agit d une question élémentaire dont la résolution peut maintenant s appuyer sur des banques de données telles que les fichiers d empreintes et de traces digitales ou de profils d ADN On parle généralement d identification lorsque c est la catégorie à laquelle appartient la source de la trace qui est recherchée e g cette poudre blanche contient de la cocaïne ou d individualisation lorsqu on évalue la relation entre une trace et une personne ou un objet spécifique ou éventuellement entre deux traces dont on détermine une origine unique même si on ne la connaît pas Inman et Rudin 2001 Ces relations sont toujours entachées d incertitudes C est pourquoi les probabilités jouent un rôle central dans la démarche Kwan 1977 Cook et al 1998 Cook et al 1999 Evett et al 2000 Jackson et al 2006 line height 115 2 La vérification de l identité d une personne Les démarches forensiques s

    Original URL path: http://criminologie.com/article/science-forensique (2016-04-25)
    Open archived version from archive



  •