archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le président bélarusse Alexandre Loukachenko, dictateur (...) - CEI
    de coopération dans les domaines de la sécurité frontalière du crime organisé international ou de l immigration illégale lesquels pourraient lui donner une certaine marge de manœuvre bien que très limitée vis à vis de Bruxelles Dans la mesure où les relations entre le Belarus et l Union européenne vont inévitablement se détériorer et qu il n y a pas de révolution en vue à Minsk dans un futur proche Loukachenko pourrait se trouver le dos au mur du Kremlin L intégration dans le EEC Au lendemain de l élection Loukachenko a déclaré j aurai de la patience et je supporterai toutes les souffrances pour m assurer que nous ne nous éloignerons pas de la Russie Par ailleurs il a promis à Moscou que son pays serait le premier à ratifier tous les accords nécessaires à la création d un espace économique unifié EEC entre son pays la Russie et le Kazakhstan Dans les faits le 21 décembre 2010 les dix huit accords signés entre Moscou et Astana au début du mois ont été votés par la chambre basse du Parlement En agissant aussi rapidement Minsk s attendait à ce que Moscou comme promis dix jours avant le scrutin par la Ministre du Développement économique russe Elvira Nabiullina supprime les taxes sur le pétrole ce qui aurait fait économiser au Belarus environ 4 milliards de dollars Depuis lors le Belarus s est engagé à rétrocéder à la Russie toutes les taxes collectées sur la réexportation des produits raffinés vers l Europe 4 La création d un espace économique commun permettra la libre circulation des biens des services des capitaux et du travail entre le Belarus la Russie et le Kazakhstan Une politique macroéconomique commune sera mise en place pour réguler la nouvelle union L ultime étape d intégration de l espace économique commun consistera comme cela a été fait au sein de l Union européenne au 1er janvier 1999 à mettre en place une monnaie unique Malgré des échanges rhétoriques durs des disputes autour des prix du gaz ou le refus de Minsk d honorer la promesse de reconnaître les anciennes républiques autonomes de Géorgie d Abkhazie et d Ossétie du Sud il semblerait que le Belarus n ait d autre choix que d intensifier l intégration avec la Russie dans l espace économique commun En novembre 2010 le Fonds monétaire international FMI a souligné Le Belarus récupère de la crise économique globale mais il y existe encore de sérieuses vulnérabilités Nous devons nous rappeler que l économie bélarusse demeure non réformée depuis l époque soviétique Si une timide libéralisation a bien eu lieu au début des années 1990 la situation s est inversée à partir de 1996 et l arrivée au pouvoir de Loukachenko Depuis le milieu des années 1990 le Belarus continue de vivre grâce à des subventions massives accordées par la Russie en échange d une fraternité éternelle et d une vague intégration économique et politique avec Moscou La majeure partie de cette aide financière consiste en

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Belarus-une-main-de-fer.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Biélorussie, aux frontières de la Pologne, Lituanie et (...) - CEI
    et candidat à la présidentielle pour le Parti Civil Uni cette confrontation risque d avoir des conséquences importantes sur la Biélorussie La Russie n a pas encore donné de graves sanctions à l encontre de la Biélorussie fait remarquer Romanchouk et l énergie russe fournie à la Biélorussie est au prix le plus bas Si Minsk poursuit sa confrontation avec Moscou elle sera très prochainement confrontée à une guerre commerciale très forte avec la Russie explique t il Le discours et la personnalité de Romanchouk révèlent bien la frontière existante entre la politique étrangère et intérieure biélorusse Membre observateur du Parti populaire européen et observateur permanent à l Union démocrate européenne ce politicien de 44 ans s exprime dans le centre de recherche qu il dirige en russe alors que la question est toujours sujet à débat dans le pays et considère la Russie comme partenaire inévitable Volonté d émancipation à l intérieur mais aussi des vues de politiques extérieures nuancées à la différence de Loukachenko pro russe il n y a pas si longtemps La Biélorussie s aventure dangereusement car il n est pas certain qu elle trouve un soutien inconditionnel et collectif auprès de l Union européenne L idée d acheminer le pétrole depuis le Vénézuela semble également peu avantageuse Finalement Loukachenko spécule sur les rapports contradictoires entre la Russie et l UE alors même que la position de Bruxelles diffère de celle de ses membres Y aurait il un risque d isolement et d étiolement du régime autoritaire de Minsk Loukachenko affaibli Le directeur du Centre d étude de l espace post soviétique Alexeï Vlassov donne son avis Bruxelles applique certes des doubles standards quant à l espace post soviétique Le désir d offenser la Russie pourra primer sur la volonté de l UE de défendre les principes démocratiques auxquels les autorités biélorusses ne se conforment que partiellement C est moitié moitié comme on dit Mais si l on suit les propos tenus par Bruxelles il ne faut pas s attendre à ce que les bureaucrates européens soutiennent le leader biélorusse 2 Berlusconi égal à lui même L opposition biélorusse reste critique vis à vis de la percée diplomatique opportuniste de certains pays européens Il y a un an Silvio Berlusconi effectuait la première visite d un chef d État occidental sur le sol biélorusse depuis 12 ans Avec la grandiloquence qui le caractérise il Cavaliere déclarait alors à Loukachenko les gens vous aiment ce dont témoignent les élections Anatoli Lebedko leader du Parti Civique Uni estimait que cette visite ne contribuerait pas à la promotion des valeurs démocratiques en Biélorussie D après cet opposant Berlusconi venait en homme d affaires Pour lui tout est une marchandise qui a un prix même s il faut pour cela sacrifier les valeurs européennes avait il alors ajouté Moscou et Minsk entretiennent fin 2010 des relations conflictuelles La non reconnaissance par la Bélorussie de l Abkhazie et de l Ossétie du Sud en est l exemple le plus concret De

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Bielorussie-Minsk-defie-Moscou-s.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • 2010 stage au journal Le Monde à Moscou auprès de Marie Jégo Février mars 2010 représentant Citoyen des Rues à Irkoutsk hargé de communication auprès des partenaires locaux afin de mettre en place un projet de centre d accueil pour enfants défavorisés et femmes enceintes Depuis janvier 2010 rédacteur pour le magazine Pix n love Novembre 2009 dossier d introduction à un colloque sur le mur de Berlin illustré par la lauréate du concours Libération 2009 Depuis juillet 2009 chargé de communication pour l association humanitaire Citoyen des Rues et du pôle Russie Formation 2008 2010 Etudes de journalisme à l ESJ Paris Entré directement en seconde année avec les félicitations Master en journalisme et communication 2008 2009 Etudes de japonais à Paris VII 2006 2008 Etudes en langue littérature et civilisation russe à la Sorbonne Paris IV 2006 2007 Etudes de russe aux Langues O INALCO Ses articles pour Diploweb com Biélorussie Minsk défie Moscou s agace Bruxelles s invite Une partie complexe semble se jouer en Biélorussie aux frontières de la Pologne de la Lituanie et de la Russie Les élections présidentielles Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Paul-CAUSSE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • L’Asie centrale à l’aune de la mondialisation – Une approche (...) - CEI
    de l Irtych et n a valide que la création d une commission sino kazakhe consultative qui a finalisé en 2006 un projet d accord sur la diffusion par chacune des parties d informations sur la qualité de l eau Le texte final n a toujours pas été ratifié les autorités chinoises cherchant a gagner du temps afin de modifier le statu quo en leur faveur Une fois le Kazakhstan mis devant le fait accompli des ponctions de l Ili et de l Irtych Astana ne pourra plus exiger le retour a une situation antérieure 8 Même si la question des fleuves transfrontaliers ne domine plus la vie politique ni l espace médiatique du Kazakhstan elle est appelée à réoccuper le devant de la scène dans les années à venir Les délégations diplomatiques kazakhes en Chine soulèvent par ailleurs le problème de manière régulière tout en sachant ne pas avoir d outils de pression à leur disposition L Organisation de coopération de Shanghai succès et limites Une fois la question frontalière résolue et le problème ouighour passé sous contrôle la Chine a mis en place une large offensive économique en Asie centrale et a investi les questions de sécurité Crée en 1996 le Groupe de Shanghai se donne pour objectif premier de démilitariser les zones frontalières sino soviétiques et d aider a la délimitation des traces mais envisage rapidement de s engager dans une vision plus globale de la stabilité régionale En 2001 la création de l Organisation de coopération de Shanghai sur la base du groupe de Shanghai ne passe pas inaperçue Elle réunit en effet les trois cinquièmes du continent eurasiatique et un quart de la population mondiale plus encore si l on y ajoute les Etats ayant un statut d observateur comme l Inde le Pakistan l Iran et la Mongolie Si certains observateurs y voient un premier mécanisme de coopération entre des pays ayant une longue tradition d inimitié d autres l analysent comme une nouvelle alliance anti occidentale entre Beijing Moscou et quatre Etats d Asie centrale Kazakhstan Kirghizstan Ouzbékistan Tadjikistan voire comme l expression de l hégémonisme russo chinois au cœur du vieux continent 9 Par delà la rhétorique de coopération et les déclarations de bonnes intentions la jeune organisation n est pas sans connaître de nombreuses difficultés les Etats membres ayant des domaines de prédilection souvent très différents qui pour certains mettent en cause la crédibilité de l organisation à moyen ou long terme L OCS semble ainsi avant tout l émanation de la volonté chinoise de soutenir ce que Beijing nomme un ordre centre Asiatique sain épuré des trois maux san gu shili le terrorisme le séparatisme l extrémisme Dès sa fondation l OCS fait figure d organisation anti occidentale La déclaration de Douchanbe en 2000 rappelle qu elle a pour but de s opposer à toute intervention internationale sans l aval de l ONU et aux ingérences dans les affaires internes sous prétexte de défense des droits de l homme une allusion directe a la politique américaine dans la région Cette orientation anti occidentale se trouve accentuée à l issue du sommet d Astana de juillet 2005 lorsque l OCS exige des Etats Unis qu ils limitent dans la durée leur présence militaire en Asie centrale Tous les Etats membres affichent leur solidarité face aux critiques occidentales sur les questions de droits de l homme de démocratisation et de bonne gouvernance Beijing et Moscou se disent en outre victimes d une politique de containment menée par Washington la première via le Pacifique la seconde par les changements de régime au sein de l espace post soviétique 10 Néanmoins si l OCS tente indéniablement de faire contrepoids a l influence occidentale au sein du vieux continent aucun Etat de la région ne souhaite mener de politique agressive directe envers les intérêts américains La Chine ne peut se permettre d être déclarée pays ennemi par Washington tant son économie est aujourd hui dépendante de ses relations avec les Etats Unis Les Etats centre asiatiques quant a eux veulent garder des contacts avec l Occident afin d affaiblir tant Moscou que Beijing et se désenclaver en direction de l Ouest 11 La Russie de son côté cherche a signaler a l Occident qu elle dispose d alternatives géopolitiques si l Union européenne et les Etats Unis s opposent de manière trop radicale a ses objectifs sans toutefois appeler à la rupture du partenariat avec l Ouest L OCS a permis de désamorcer un certain nombre de conflits potentiels en particulier frontaliers mais n a jamais réussi pour l instant à organiser des actions de paix multilatérales à l intérieur ou à l extérieur de sa zone Malgré sa rhétorique sécuritaire les évènements du 11 septembre 2001 ont démontré que l organisation n était pas préparée à réagir aux évènements afghans N ayant pas vocation à devenir une organisation supranationale rognant une part de la souveraineté de ses membres l OCS ne dispose pas d une structure militaire constituée comme l OTSC comprenant par exemple la vente de matériel technologique aux Etats membres Elle ne se présente pas non plus comme une alliance de défense militaire à l image de l OTAN et ne cherche pas à créer des unités militaires ou de police multilatérales En dépit de la mise en place d un centre antiterroriste à Tachkent en 2004 la Structure régionale antiterroriste RATS chargée d élaborer des méthodes communes pour combattre les mouvements terroristes cette dynamique sécuritaire multilatérale reste embryonnaire Elle permet cependant l échange d informations et un dialogue doctrinal qui facilite une meilleure compréhension entre les structures de sécurité Par ailleurs l Organisation de coopération de Shanghai n a pas réussi à adopter une position claire face à d autres organisations régionales et internationales révélant ainsi son manque de coordination et de projet de long terme 12 Crée tardivement elle n a pas l efficacité de structures plus anciennes et mieux établies La Russie par exemple ne cache pas donner priorité a l Organisation du traité de sécurité collective en matière militaire et à la Communauté économique eurasienne dans le secteur économique Alors que les Etats d Asie centrale continuent à participer aux activités de l OTAN dans le cadre du Partenariat pour la paix seule l OTSC semble en mesure de freiner cette coopération avec l Alliance atlantique tandis que l OCS reste marginale en ce domaine Les régimes centre asiatiques quant a eux ne cachent pas leur préférence pour la Russie en matière d achat de matériel militaire et de formation des cadres de l armée Même le Kazakhstan qui a signé un partenariat stratégique avec Beijing en 2005 et adopté une nouvelle doctrine militaire en 2007 qui signale son intérêt à coopérer avec la Chine reste hésitant sur le sujet lorsque les objectifs sécuritaires sont concrets et cibles la coopération sino kazakhe est possible par exemple des brigades communes aux frontières contre le trafic de drogue mais dans les secteurs plus strictement militaires les officiers kazakhs sont réservés quant a la coopération avec leurs collègues chinois 13 Ainsi alors que la coopération militaire constitue l axe historique de l OCS les Etats membres connaissent de nombreux désaccords entre eux et la méfiance réciproque est de mise Dans un premier temps les exercices militaires menés dans le cadre de l OCS sont restés bilatéraux Il a fallu attendre 2003 pour que de premiers exercices multilatéraux aient lieu dans l Est du Kazakhstan et au Xinjiang En 2005 ont été menés les premiers exercices de grande ampleur impliquant des forces russes et chinoises En 2007 deux exercices communs ont été organisés l un sur le pourtour du lac Issyk Koul qui a regroupé des militaires de l OCS de l OTSC et les agences de sécurité des Etats membres et la mission de paix organisée vers Tcheliabinsk incluant tous les membres de l OCS 14 En 2009 les exercices communs se sont tenus au Nord Est de la Chine avec plus de 3 000 soldats selon un scénario probablement lié a Taiwan ou à la Corée du Nord puisqu il engageait des forces maritimes Ceux de 2010 auront lieu au Kazakhstan Au total la Chine a participé à plus d une vingtaine d exercices militaires bilatéraux et multilatéraux avec les membres de l OCS mais ceux ci restent superficiels et ne doivent pas masquer le fait que les états majors n envisagent ni échanges d informations stratégiques ni partenariat approfondi 15 L extension des compétences de l OCS en particulier dans le domaine économique suscite également des débats entre Etats membres qui révèlent leurs intérêts divergents voire contradictoires 16 Dorénavant deux vecteurs s opposent le sécuritaire et l économique Ceux ci ne sont pas exclusifs en soi mais au regard d un budget communautaire limité ils ne peuvent être tous deux considérés comme prioritaires La Chine constitue bien évidemment le principal moteur de la réorientation économique de l OCS en qui elle voit entre autres une opportunité pour le développement du Grand Ouest et la conquête de nouveaux marchés en ex URSS Cette dynamique chinoise en faveur d un marché commun loin de faire l unanimité est perçue comme hégémonique Tout aussi bien Moscou que les Etats centre asiatiques craignent en effet au vu du différentiel de développement et de croissance de passer sous protectorat économique chinois Ils arguent qu une zone franche n est possible qu entre pays de même niveau économique et se contentent de proposer des mesures d assouplissement du commerce Certains secteurs semblent toutefois être de plus en plus nettement privilégies dans le cadre multilatéral qu est l OCS mise en place d un corridor de transport entre la Chine et la mer Caspienne via la Russie et l Asie centrale accords d exportation de l énergie électrique développement de structures pour coordonner le commerce et le transit des hydrocarbures parmi les Etats membres 17 En une dizaine d années l OCS et son précurseur le groupe de Shanghai ont connu d indéniables succès ils ont permis d atténuer les tensions historiques anciennes entre monde russe et monde chinois de mettre en place des mécanismes de coopération aidant les Etats de l ex URSS à mieux connaître leur voisin chinois et d établir un discours commun sur les menaces auxquelles les Etats de la région s estiment soumis Sur le plan géopolitique l OCS bénéficie d une reconnaissance internationale que tous les Etats membres espéraient en particulier Moscou et Beijing Sa simple existence est avantageuse pour les Etats centre asiatiques L organisation fait figure de tampon entre les deux grandes puissances régionales permettant ainsi d arbitrer pacifiquement les désaccords et de jouer de la concurrence entre les deux afin d obtenir des solutions plus avantageuses L OCS est en effet l une des rares structures où Moscou est obligée de négocier avec la Chine et où Beijing doit afficher son souci du multilatéralisme et respecter l opinion russe Un bémol doit néanmoins être ajouté malgré l illusion de multilatéralisme crée par l organisation les autorités chinoises ont instauré des relations asymétriques car les Etats d Asie centrale sont tous pris dans un rapport bilatéral avec Beijing qui joue en leur défaveur au vu du différentiel de puissance La Chine a réussi à éviter toute unification des intérêts centre asiatiques ou des intérêts post soviétiques Russie et Asie centrale à son encontre Russie et Kazakhstan n ont pas su présenter un visage uni sur la question des fleuves transfrontaliers Kazakhstan et Kirghizstan se disputent actuellement le transit des flux commerciaux chinois Kirghizstan et Tadjikistan s engagent dans un bras de fer pour accueillir les marchés de gros chinois Par ailleurs l organisation fait face à de nouveaux défis Sur le plan des missions de l OCS les tensions croissent le Kazakhstan refuse de perdre de son autonomie au profit des deux puissances russe et chinoise l Ouzbékistan reste un participant hésitant tandis que le Kirghizstan et le Tadjikistan se plaignent de la préférence donnée aux débats énergétiques sur les questions de sécurité Sur le plan économique l OCS n a pas réussi à encadrer le développement des relations commerciales entre Etats membres qui restent avant tout bilatérales ni à effacer les craintes de la Russie et de l Asie centrale quant au risque d une invasion des produits chinois Seul le domaine énergétique en particulier les hydrocarbures est reconnu comme l un des moteurs de la coopération régionale dans l optique encore lointaine d un club énergétique influent sur la scène internationale Sur le plan stratégique les activités de l OCS sont multiples mais restent majoritairement au stade des déclarations d intention Malgré les discours du Secrétariat général et de la Structure régionale antiterroriste RATS le manque de coordination entre Etats membres est évident la volonté d échanger des informations restreinte les moyens financiers bien trop minimes la structure bureaucratique faible Par ailleurs l absence de réelle juridiction commune dans la plupart des domaines et le manque de relais pour les affaires importantes liées à ce type de dossiers affaiblit considérablement la marge d action potentielle Dans le secteur clé de la lutte contre le terrorisme le RATS ne peut être considéré comme un Interpol local L OCS a par ailleurs échoué dans deux grands domaines coordonner la lutte contre le trafic de drogue venant d Afghanistan et devenir la plate forme de discussion des Etats centre asiatiques sur le problème de l eau Malgré l existence d une commission OCS Afghanistan l organisation a du mal à dépasser un stade rhétorique sur la question du trafic de drogue ne dispose d aucun instrument multilatéral pour influer sur la situation afghane et n envisage pas la création de brigades collectives de police ou de gardes frontières Quant à la question de l eau la Chine refuse de mettre sur la table des négociations aussi bien la question des fleuves transfrontaliers sino kazakhs que les conflits croissants entre Tachkent Bichkek et Douchanbe au sujet de l hydroélectricité signe des difficultés de l organisation à aborder les sujetsconflictuels Les ambiguïtés du condominium russo chinois sur l Asie centrale La Chine se pose aujourd hui en principal concurrent de la domination russe en Asie centrale même si cette compétition d influence reste pour le moment virtuelle au vu de la bonne entente entre les deux pays En effet depuis le début des années 1990 Moscou et Beijing cherchent à se rapprocher une tendance qui a permis l établissement d un partenariat stratégique en 2005 Cette alliance repose en grande partie sur la volonté commune des deux capitales de s opposer à ce qu elles considèrent être l hégémonisme des Etats Unis et de défendre un monde multipolaire qui récuserait la suprématie des valeurs occidentales Leur relation est donc avant tout pragmatique et fonctionnelle et ne semble pas destinée à se transformer en une alliance politique En Asie centrale Moscou et Beijing partagent les mêmes objectifs toutes deux critiquent le droit de regard occidental souhaitent la stabilité à leurs frontières s inquiètent de l incapacité des gouvernements à faire face à toute déstabilisation et du rôle de zone de transit joue par l Asie centrale dans le narcotrafic en provenance d Afghanistan Elles se sont donc partagées la surveillance de la région en essayant de contrôler l aide militaire accordée aux cinq Etats d orienter leurs grands axes sécuritaires d apporter un soutien politique aux régimes en place et de les engager dans des logiques anti occidentales Cette répartition des rôles s effectue en fonction des sphères de compétence de chacun La Chine ne peut concurrencer la Russie dans le secteur militaire car elle n en a pas les moyens technologiques et sait que les gouvernements centre asiatiques s inquiètent de l entrisme de ses propres services secrets Les autorités chinoises sont plutôt satisfaites de laisser à Moscou la charge des questions sécuritaires difficiles et coûteuses et préfèrent se concentrer sur leur développement économique et la stabilisation des zones intérieures sensibles comme le Xinjiang ou le Tibet Beijing est obligée de freiner sa volonté de faire de l OCS l instrument majeur de son implantation économique en Asie centrale mais l atout commercial chinois n a pas besoin du multilatéralisme pour s affirmer il s impose de lui même dans un cadre bilatéral sur lequel Moscou n a aucune prise La question économique constitue en effet le principal élément du débat sur la collaboration compétition russo chinoise en Asie centrale Si les intérêts géopolitiques de la Russie et de la Chine s accordent dans leurs grandes lignes le différentiel de puissance économique entre les deux pays est un motif de tensions Entre 2000 et 2003 le commerce centre asiatique avec la Russie stagne au niveau des années 1990 alors que les échanges entre la Chine et l Asie centrale augmentent de plus de 200 passant d environ un milliard de dollars à plus de trois milliards annuels 18 Les deux puissances connaissent ensuite une hausse conséquente de leur commerce avec l Asie centrale en 2006 celui avec la Russie atteint 21 milliards de dollars tandis que celui avec la Chine est officiellement à 13 probablement à 17 milliards 19 En 2008 les chiffres se rapprochent le total des échanges commerciaux entre l Asie centrale et la Chine s élève à 19 267 milliards d euros celui avec la Russie atteint 20 105 milliards d euros La Chine est ainsi devenue le premier partenaire commercial du Kirghizstan le second du Tadjikistan le premier importateur pour ces deux pays le troisième du Kazakhstan et de l Ouzbékistan le septième du Turkménistan mais son troisième importateur un chiffre appelé à croître en 2010 avec la mise en service du gazoduc sino centre asiatique 20 Le gouffre entre les deux pays est en train de se résorber à l avantage de la Chine dont le développement commercial semble exponentiel Si l on prend en compte dans ces calculs l ensemble du petit commerce frontalier difficile à estimer ainsi que la contrebande en particulier de métal

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-Asie-centrale-a-l-aune-de-la.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • au Central Asia Caucasus Institute de Washington Ses articles pour Diploweb com L Asie centrale à l aune de la mondialisation Une approche géoéconomique Les États qui composent l Asie centrale le Kazakhstan le Kirghizstan l Ouzbékistan le Tadjikistan et le Turkménistan forment un espace en Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Marlene-LAMELLE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • V. Iouchtchenko , I. Timochenko et V. Ianoukovitch: quelles (...) - CEI
    réalise quelques scores honorables dans certains oblasts régions de l ouest comme ceux de Jitomir de Soumy et même en Transcarpathie à l extrême ouest du pays frontalière avec la Slovaquie la Hongrie et la Roumanie Pour les analystes politiques le clivage géographique ukrainien n est pas figé Il a subi des évolutions car le thème majeur du scrutin n est plus la diplomatie et plus particulièrement les relations avec la Russie mais l économie et le traitement de la pauvreté Par un discours plus modéré vis à vis de la Russie qui détient de nombreux intérêts économiques en Ukraine Viktor Ianoukovitch a ainsi su séduire une partie de l électorat de l ouest L Ukraine retourne t elle dans le giron de la Russie A l aube de la Révolution Orange les élections présidentielles présentées comme une étape cruciale pour l avenir du pays étaient suivies avec une grande attention afin de savoir de quel côté allait pencher le pendule ukrainien 1 entre l UE et la Russie Cette fois les deux candidats principaux Viktor Ianoukovitch et Ioulia Timochenko ne sont pas présentés de manière réductrice entre le premier qui bénéficierait du soutien de Moscou et le second uniquement tourné vers l ouest Par exemple ils partagent dorénavant le même avis sur deux points essentiels la poursuite de l intégration européenne et le report sine die d une adhésion à l OTAN Or l Ukraine ne semble plus constituer l enjeu géostratégique majeur qu elle était sur la route du gaz entre l Europe et la Russie Avec une instabilité politique chronique et des querelles entre les deux têtes de l exécutif l Ukraine a il est vrai rarement été en mesure de prouver qu elle était un interlocuteur crédible et donc présenter une feuille de route claire Dans son discours de victoire prononcé en russe Viktor Ianoukovitch indique vouloir poursuivre l ouverture de l Ukraine à l Europe tout en retrouvant des relations de bon voisinage avec la Russie Nous allons voir comment il opte pour une voie médiane dans les domaines de l économie de l énergie et de la défense Tout d abord le rapprochement de l Ukraine et de l Union européenne connaît une certaine accélération sous l impulsion de Viktor Iouchtchenko Après l Accord de Partenariat et de Coopération en vigueur depuis 1998 un Plan d Action bilatéral est mis en place dès 2005 dans le cadre de la Politique de Voisinage de l UE pour renforcer les coopérations économiques et politiques En 2008 un Accord d Association est signé pour prendre le relais l année suivante Cependant la situation se dégrade fortement les réformes attendues ne sont pas appliquées et l atmosphère régnant lors du sommet UE Ukraine de Kiev de décembre 2009 s en ressent 2 Comme son prédécesseur Viktor Ianoukovitch effectue sa première visite de chef d Etat le 1er mars 2010 à Bruxelles pour manifester son intention de relancer le processus d intégration de l Ukraine à l UE la priorité clé de sa politique extérieure par la création d une zone de libre échange Cette volonté semble se confirmer dès les jours suivants avec le refus du vice Premier Ministre chargé de l Economie Sergueï Tigipko d entrer dans l union douanière créée par la Russie aux côtés du Kazakhstan et du Belarus Les crises du gaz au cours desquelles la Russie décide de couper les vannes pour faire pression contribuent sans doute le plus à décrédibiliser l Ukraine La première crise survenue le 1er janvier 2006 est perçue par Vladimir Poutine comme un moyen de favoriser la victoire de Viktor Ianoukovitch aux élections législatives du mois de mars Elle est aussi une façon de rappeler à l Ukraine que le contrat qui lui offrait des tarifs préférentiels sur l énergie est rompu depuis juin 2005 3 Elle révèle également la dépendance et la vulnérabilité de l Union européenne vis à vis de la Russie en matière d énergie Une politique commune est envisagée mais rien de concret n est avancé La deuxième crise du gaz survient trois ans après et dure près de 3 semaines Elle touche de plein fouet des pays totalement dépendants de la Russie comme la Roumanie la Bulgarie la Slovaquie et la Bosnie Herzégovine L Union européenne joue alors le rôle de médiateur dans les négociations entre l Ukraine et la Russie et comprend qu il est nécessaire d agir afin d éviter une nouvelle fois les conséquences d un conflit extérieur 4 Géopolitique des tubes La Russie par l intermédiaire du géant Gazprom avait déjà proposé à l Allemagne de contourner l Ukraine principal pays de transit du gaz russe vers l Europe dans le cadre du projet North Stream signé le 8 septembre 2005 Ce gazoduc de près de 3000 km doit relier directement les deux pays sous la Mer Baltique entre les ports de Wyborg Russie et Greifswald Allemagne d ici 2011 De plus le projet de gazoduc South Stream en partenariat avec l Italien ENI prévu pour 2015 consiste au contournement de l Ukraine par le sud via la Mer Noire En quelques mois durant l année 2009 la Bulgarie la Serbie la Hongrie la Grèce et la Slovénie valident le passage du gazoduc sur leurs territoires En revanche le projet concurrent Nabucco déjà lancé en 2004 par l Union Européenne se heurte à quelques difficultés Dans le cadre d une diversification de l approvisionnement il doit acheminer le gaz de la Mer Caspienne vers l Europe plus précisément de l Azerbaïdjan à l Autriche La Turquie la Bulgarie la Roumanie la Hongrie et l Autriche ont signé un accord en juillet 2009 Cependant il tarde à se concrétiser du fait d entraves diverses Par exemple des groupes énergétiques comme l Autrichien OMV ou le Bulgare Bulgargaz sont également engagés dans le projet South Stream alors que le Français GDF en est écarté par la Turquie pour des raisons diplomatiques en février 2008 5 L évolution de la géopolitique des

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Ukraine-feu-la-Revolution-Orange.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La crise au Kirghizistan : analyse des différentes dimensions (...) - CEI
    sur la vie politique du pays les factions ainsi que la crise économique et sociale N ayant jamais connu ni monarchie ni féodalité la société kirghize demeure dirigée par des factions claniques soumises à l autorité de leurs Anciens et très solidaires du fait de l état de guerre perpétuelle dans lequel elles vécurent des siècles durant Elles sont de culture orale ce qui fait que encore aujourd hui les informations circulent très rapidement de bouche à oreille Ainsi l ensemble de la population n ignore t elle rien des faits et gestes de ses dirigeants notamment de leurs turpitudes Ces clans auraient des bases régionales encore solides héritées du compartimentage du relief Ils se disputent le contrôle d un État faible Il en résulte de la part des détenteurs temporaires du pouvoir des pratiques caractéristiques de la mauvaise gouvernance l autoritarisme la corruption et le népotisme L intérêt général et le dévouement au bien commun ne se sont pas encore acclimatés au Kirghizistan Dans la mesure où une part importante de la population n a pas d emploi et vit dans la pauvreté ces abus entretiennent le mécontentement et la criminalité tout en offrant un terrain de manœuvre à toutes les tentatives de déstabilisation La réélection truquée du président Bakiev le 23 juillet 2009 le contrôle de pans entiers de l économie par certains de ses parents la hausse du coût de plusieurs produits ou services de base eau électricité chauffage télécommunications entre autres dont profitaient des proches du président et l accentuation de la répression y compris des assassinats contre ceux qui critiquaient le régime composèrent le cocktail explosif qui provoqua la révolution de 2010 Observons que les mêmes causes avaient entraîné la chute du président Askar Askaiev en 2005 qui lui même avait succédé à l autoritaire Abasamat Massaliev en 1990 lequel avait remplacé le corrompu et népotique premier secrétaire du parti communiste en place depuis l ère Khrouchtchev Turdakan Ousoubaliev en 1985 Le gouvernement provisoire affiche l intention de renforcer les pouvoirs du parlement et de mettre en place les conditions d élections libres et non truquées En admettant qu il le puisse le fera t il ou bien s agit il d un discours à destination des éventuels bailleurs de fonds occidentaux Moins de deux semaines le 19 avril après le renversement de Bakiev de violentes émeutes éclatèrent à Maevka aux portes de Bichkek Des déshérités d ethnie kirghize exproprièrent par la violence des terres détenues par des Russes qu ils avaient eux mêmes confisquées à la fin du XIXe siècle et par des Turcs Meskhètes déportés de Géorgie par Staline en 1944 Les logements sociaux promis à plusieurs reprises depuis l indépendance n étant toujours pas construits les terrains prévus à cet effet firent l objet de spéculations plus rentables des pauvres venus de tout le pays pour tenter de survivre dans le seul centre économique du pays décidèrent de s emparer de terrains sur lesquels construire des abris de fortune Certains observateurs voient dans ces occupations illégales un facteur d appauvrissement et de désordre ces parcelles se trouvent dans des zones non viabilisées et ceux qui s en emparent n ont aucun revenu pour les aménager Cela ne peut donc déboucher que sur la constitution de poches de misère et de criminalité Dans certains cas des fonctionnaires liés aux groupes mafieux auraient fait venir des parents depuis la province pour occuper ces terres jusqu à ce qu elles passent aux mains de spéculateurs fonciers Cette violence ces pratiques illégales ces antagonismes interethniques s exacerbent du fait du creusement extrêmement rapide des inégalités et faute d un État fort capable de faire régner l équité la loi et l ordre À court terme les changements de dirigeants en dehors de tout processus électoral et accompagnés de violences ne laissent pas augurer de progrès en ce domaine Cette instabilité est aggravée par un voisinage pour le moins difficile Or ni ses ressources ni ses capacités militaires ne permettent au Kirghizistan d assurer son indépendance Son enclavement le pousse à multiplier les accords de coopération LE KIRGHIZISTAN UN PAYS D ASIE CENTRALE PROCHE DE L AFGHANISTAN L espace régional joue un rôle essentiel Or les relations avec les autres États d Asie centrale sont contrastées La libéralisation précoce de son économie amena l admission du Kirghizistan dans l Organisation mondiale du commerce OMC en 1998 ce qui l exclut des avantages douaniers internes à la Communauté des États indépendants CEI formée par la Russie avec plusieurs anciennes républiques socialistes soviétiques dont celles d Asie centrale Il se voit donc depuis lors appliquer des taxes de l ordre de 200 sur ses exportations à destination de ses partenaires principaux Cela ne l empêche pas pour sa part de surtaxer la réexportation des produits chinois dans ces mêmes pays Intermédiaire économique indispensable pour l approvisionnement du pays liaisons routière et ferroviaire lignes de transport d électricité contrôlant l essentiel de son secteur bancaire et principal investisseur étranger le Kazakhstan est le seul voisin qui n a pas de contentieux avéré avec le Kirghizistan Un peu moins autoritaire que les autres pays limitrophes et un tantinet plus soucieux qu eux d améliorer les conditions de vie de sa population le gouvernement semble toutefois redouter un effet de contagion et la frontière est fermée depuis le soulèvement Présidant alors l Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe OSCE il joua un rôle actif de médiateur entre les acteurs pour contenir les troubles d avril 2010 Tout en envoyant une aide humanitaire d urgence et des produits énergétiques il encouragea le gouvernement provisoire à améliorer en priorité la situation économique et sociale En outre sous la pression de la Russie il tente de mieux lutter contre le trafic de drogue C est peut être aussi pourquoi il ferma temporairement leur frontière commune Cette implication contraste avec le silence des dirigeants des autres pays de la région probablement préoccupés par les menaces de déstabilisation En effet le Kirghizistan partage quatre facteurs de risques avec le Tadjikistan et l Ouzbékistan mauvaise gouvernance sous développement tensions ethniques et contestation religieuse Avec le Tadjikistan il n existe pas de contentieux territorial mais ce pays est impuissant face au trafic de drogue et aux groupes islamistes armés Démocratie factice il n apporte pas à sa population les sécurités élémentaires et les services de base qu elle est en droit d attendre de ses dirigeants Bien pis il couvrirait des activités criminelles et demeure absent de régions entières du pays Il entretient avec l Ouzbékistan de mauvaises relations qui retentissent sur le Kirghizistan litiges frontaliers soutien de Tachkent aux islamistes durant la guerre civile de 1992 1997 contrôle de l eau barrage de Roghum L Ouzbékistan caresse le rêve de devenir la puissance dominante de la région Il cherche donc à peser sur son faible voisin en particulier par la fermeture inopinée des passages frontaliers En outre il s inquiète de la sécurité de son approvisionnement en eau dans la mesure où Bichkek contrôle le cours supérieur de l un de ses fleuves nourriciers le Syr Daria Ainsi l annonce du projet de nouveau barrage hydro électrique à Kamabarata sur l un de ses affluents la Naryn provoqua en mars 2010 de fortes tensions entre les deux pays De plus en Asie centrale le foyer traditionnel d agitation islamiste se trouve dans la vallée du Ferghana Aussi toute déstabilisation du Kirghizistan risque d offrir au Mouvement islamique d Ouzbékistan soutenu par les taliban lorsqu ils détenaient le pouvoir à Kaboul et qui combattit les Américains aux côtés d al Qaida en 2001 une base territoriale mitoyenne contre le régime du président Karimov Enfin le partage de la riche vallée du Ferghana orchestré par Staline ne cesse d alimenter les rivalités Bichkek possède pratiquement toute la partie montagneuse crêtes du Tchamkal au nord massif de l Alaï au sud prenant littéralement en tenaille la vallée proprement dite qui appartient pour l essentiel à l Ouzbékistan Des querelles éclatent fréquemment au sujet des terres et de l eau Tachkent revendique la ville d Och sise dans la vallée et ses environs au motif que la population en est majoritairement ouzbèke Certains avancent même comme explication l inquiétude du haut commandement de l armée kirghize déjà préoccupé par la présence de deux enclaves ouzbèkes en territoire kirghize celles de Sokh et de Khamzaabad quant à la loyauté des Ouzbeks ne seraient ils pas une cinquième colonne potentielle en cas de conflit avec l Ouzbékistan En tout cas cette solidarité ethnique explique son implication dans l aide aux victimes des émeutes anti Ouzbeks de juin 2010 Relevons toutefois qu elle fut limitée par sa propre fragilité le pays n a pas pu accueillir tous les réfugiés qui se pressaient à la frontière Ses capacités matérielles étaient limitées et les flots de réfugiés facilitent l infiltration d éléments hostiles Signalons enfin que Tachkent serait particulièrement mécontent de l éventuelle implantation d une base russe près d Och Celle ci a peut être une finalité dissuasive à l encontre ses éventuelles visées expansionnistes Le conflit en Afghanistan Le conflit en cours en Afghanistan pèse sur l ensemble de l Asie centrale Les factions insurgées les seigneurs de la guerre et des membres du gouvernement de Kaboul organisent un trafic de drogue à grande échelle qui s écoule largement par la région Depuis les années 1990 les taliban et al Qaida soutiennent des groupes armés islamistes qui menacent l ensemble des gouvernements en place affectés à des degrés variables des mêmes défauts que ceux qui provoquèrent la chute du président Bakiev Mouvement islamiste radical issu d une dissidence des Frères musulmans 1951 le Hezb al Tahrir al Islami Parti de la libération islamique veut restaurer le califat musulman et l étendre à l ensemble du monde Il est interdit et efficacement pourchassé en Ouzbékistan il se serait replié dans le sud du Kirghizistan Actif au Proche Orient où il tente d infiltrer l armée et les services de sécurité pour rétablir l islam véritable on le retrouve dans l ensemble de l Asie centrale et il dispose de bases arrière dans les communautés musulmanes émigrées en Europe occidentale Sa réelle capacité de nuisance paraît limitée et il semble avant tout fournir un épouvantail commode aux despotes locaux Sans être le pivot stratégique de l ensemble du monde l Asie centrale revêt une grande importance comme couloir de communication entre l est et l ouest de l Eurasie et comme réservoir de matières premières LE KIRGHIZISTAN UN PAYS SOUMIS AUX PRESSIONS DE LA RUSSIE ET DE LA CHINE Ces atouts intéressent la Chine et la Russie ce qui insère le Kirghizistan dans l espace continental eurasiatique Intégré dans l Empire russe en 1864 le Kirghizistan demeura sous son contrôle jusqu en 1991 De la sorte les Russes avaient la mainmise sur les routes menant à la Chine au Tibet ou à l Inde et ils disposaient avec les Tian Chan d un rempart naturel rôle également joué par les Carpates et le Caucase Aujourd hui le Kirghizistan permet de surveiller l Ouzbékistan le Kazakhstan la Chine et le Tadjikistan voire d exercer des pressions sur eux Dans le cas d un conflit limité à l usage d armes conventionnelles le relief et la distance retrouveraient toute leur importance d où l intérêt stratégique de ce pays Moscou y a conservé un centre de télécommunication pour sa marine à Kara Balta à l ouest de Bichkek et une base d essais d armes anti sous marines sur le lac Issyk Koul Depuis l éclatement de l URSS la Russie affiche la volonté d exercer une influence exclusive sur ses anciennes possessions qu elle désigne comme son étranger proche Elle demeure très présente économiquement et la pauvreté rend le Kirghizistan particulièrement vulnérable à la domination financière D ailleurs le premier geste des autorités provisoires en avril 2010 fut de remercier la Russie et de négocier avec elle une aide économique Nécessité certes mais également sage précaution avec un associé qui avait déstabilisé le régime précédent en augmentant de manière considérable les droits de douane sur les exportations de produits énergétiques à destination de Bichkek Autre moyen de pression environ 1 million de Kirghizes travailleraient en Russie et leurs envois assureraient 40 des revenus du pays L on imagine sans peine les troubles que provoquerait le renvoi chez elle de tout ou partie de cette main d œuvre Toutefois depuis la crise financière de 2009 l arrêt d une partie des chantiers de construction a réduit les ressources de ces migrants employés pour l essentiel dans le bâtiment La très forte diminution de leurs envois d argent serait l une des causes de l appauvrissement considérable de la population notamment dans le sud enregistré durant les derniers mois Néanmoins observons que du fait de la régression démographique du pays l économie russe a besoin de cette main d œuvre pour accompagner sa croissance Intégration Moscou réussit à intégrer le Kirghizistan dans toutes les organisations régionales qu elle domine Bichkek est membre de la Communauté des États indépendants CEI et de la Communauté économique eurasiatique Elle appartient également à l Organisation du traité de sécurité collective OTSC fondée en 1992 pour faire contrepoids à l OTAN qui d ailleurs ne la reconnaît pas et qui se rapprocha de l ONU en mars 2010 pour lutter en commun contre le terrorisme et la criminalité internationale Dans ce cadre la Russie dispose gratuitement depuis 2003 d une base militaire à Kant près de Bichkek Compensation probable du maintien de la présence américaine elle avait obtenu l accord de principe pour en ouvrir une seconde à Och dans le sud du pays Cela lui aurait permis de se trouver à proximité de la vallée du Ferghana région revendiquée par l Ouzbékistan et zone sensible du fait tant d un intense trafic de drogue six des dix routes répertoriées de l héroïne afghane passent par Och que d une forte activité islamiste Ce projet avait tendu les relations de Tachkent avec la Russie et entraîné un rapprochement avec les États Unis Mais inquiet des risques de déstabilisation de son pouvoir le soulèvement d Andijan en 2005 survint peu après la révolution des tulipes le président ouzbek s était rapproché de Moscou Ces implantations servent officiellement à protéger les russophones de la région au lendemain des affrontements de Maevka le 19 avril le président Medvedev ordonna à son ministre de la Défense de protéger les Russes résidant en Asie centrale et leurs propriétés et à lutter contre la pénétration des islamistes Il ne fait guère de doute qu elles visent aussi à contrer l implantation américaine Il se pourrait qu en outre elles permettent une surveillance électronique de la Chine puissance rivale très présente dans les parages La Chine En effet la Chine contrôla la région à plusieurs reprises depuis l Antiquité la dernière fois entre 1750 et 1820 Préoccupée par ses besoins hydrauliques elle revendique d ailleurs la région du lac Issuk Koul perdue en 1820 Des siècles durant elle emprunta ce couloir de communication Elle s approvisionnait en chevaux jusqu au Ferghana L extrémité orientale du pays domine la porte de Dzoungarie passage stratégique essentiel Aujourd hui Pékin vise essentiellement deux objectifs D une part elle cherche un accès aux matières premières et aux marchés d Asie centrale Or le Kirghizistan est un lieu de transit indispensable d où les projets de routes comme celle de 500 kilomètres qu elle a construite pour rejoindre Bichkek par le col d Erkeshtam et de voie ferrée D autre part elle entend contrer le péril islamiste qui couve dans la province du Xinjiang et son petit voisin semble un État tampon entre les extrémistes musulmans ouzbeks du Ferghana et les Ouïghours Préoccupation supplémentaire pour Pékin une minorité ouïghoure estimée entre 50 000 et 250 000 personnes réside au Kirghizistan Leur contrôle suppose la stabilité de ce dernier La frontière poreuse ne mesure pas moins de 1 100 kilomètres et il faut que Bichkek ait les moyens d y assurer une surveillance efficace En conséquence et au grand déplaisir de la Russie la Chine s implique de plus en plus dans l aide économique à son voisin Elle déploie également son influence culturelle un centre Confucius vient d ouvrir à Bichkek et le nombre de migrants chinois augmente Toutefois que ce soit dans le cadre de l Organisation de coopération de Shanghai dont Bichkek est membre et où elle cohabite avec la Russie ou dans ses relations bilatérales la Chine se refuse à prendre la moindre part directe à la sécurité de la région Par manque de moyens ou par habileté politique Nul ne le sait Soucieuse au même titre que l Iran et la Turquie de la stabilité politique de cette partie du monde elle ne s empressa d ailleurs pas davantage que ces derniers d établir des contacts officiels de haut niveau avec le gouvernement provisoire Depuis le début des émeutes de juin 2010 elle s est bornée à évacuer ses ressortissants Comme Moscou avec qui elle fait cause commune sur ce point la Chine entend contrer toute implantation américaine dans la région Le Kirghizistan cherche donc son salut dans un délicat jeu de bascule illustré par cette plaisanterie les Kirghizes prennent le petit déjeuner avec les Chinois le déjeuner avec les Russes et le dîner avec les Américains LE KIRGHIZISTAN UN PAYS PRIS DANS LES RIVALITES POUR LA PREPONDERANCE MONDIALE Depuis 1991 les États Unis sont soupçonnés de mener une politique plus ou moins discrète de refoulement de la Russie sur l ensemble des territoires qui échappèrent à l Empire Washington dément officiellement mais l observation des événements et des cartes laisse planer un doute Le Kirghizistan a tout d une pièce du puzzle que les États Unis assemblent inlassablement afin d assurer leur suprématie mondiale Situé sur l arc de crises il leur offre une position à partir de laquelle surveiller la Russie la Chine et l Iran protéger leurs

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-crise-au-Kirghizistan-analyse.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Ukraine - Russia’s Black Sea fleet in Sevastopol - CEI
    the Yanukovych Medevedev agreement Russian Prime Minister Putin and his Ukrainian counterpart Nikolay Azarov met in Sochi and proposed to start the integration of several in dustrial sectors between the two countries Thus Russia and Ukraine are planning to merge their civilian nuclear sectors which will give Moscow access to uranium deposits on its southern neighbor s territory as reserves on Russian soil are shrinking The two Slavic countries also plan to integrate their aviation industry once ranking second in the world which has fallen apart since the collapse of the Soviet Union at the beginning of the 1990 s Russia could purchase a controlling stake in the Ukraine s Antonov design bureau and incorporate it into its own aviation holding United Aircraft Corporation UAC The aim of this strategy is above all to jointly produce the An 148 regional jet and resume serial production of the An 124 heavy lift transport aircraft This merger makes sense as the two aircrafts are in high demand in Russia and could even get good prospects worldwide The two countries are also interested in developing coop eration in space services spacecraft controls and shipbuilding construction Moreover Russia expects to get at least fair if not preferential access to the Ukrainian metallurgical chemical and telecommunications sectors in case of privatization property redistribution or sale by businesspeople Thus there is great potential for economic integration on a mutually advantageous basis The current situation in the eurozone demonstrates that the European Union EU is not only experiencing a seri ous financial disorder but is also plunged in a crisis regarding its administrative model It seems to us that the EU has ceased to be an attractive alternative in the near term Under these circumstances Russia should clearly take advantage of the situation and show Ukraine and other countries in the CIS that they will be better off by speeding up the integration process between the two Slavic nations that share the same history culture and ancestral ties More significantly keeping its base in Sevastopol until 2042 enables Russia to score a great political victory in the mid term and deliver a heavy blow to NATO expansion Containing NATO Although Ukraine achieved enormous economic benefits politically Russia comes out with very significant gains from this agreement The Black Sea fleet has always been close to Russia s heart and a priority in its foreign policy The prospect of having to pack up and leave was indeed gloomy as it would mean having to quicken the pace in building the new base in Novorossiysk which in the meantime could expose Russia s southwestern border severely decreasing security in the Black Sea and in the Caucasus Russia could not afford to lose this strategic position so it moved to an all in agreement with President Yanukovych Behind the scenes one of the major underpinnings of the Russian position and its most generous financial deal with Ukraine is the fact that the Black Sea fleet presence in Sevastopol blocks Ukraine s accession to NATO while containing the Atlantic organization Although NATO has not yet clarified its position regarding the renewed lease membership cannot be granted to a country housing a non member s military base in its territory The Sevastopol agreement closely follows Russia s 2010 Military Doctrine which identifies the Atlantic Alliance as a serious threat to its sovereignty and to its presence in supposed Russian areas of influence commonly referred as the near abroad Thus the new lease agreement suggests in principle that Ukraine will not be able to join NATO until 2042 by the time the lease expires and a new agreement would have to be reached The agreement also assures the Russian leadership that no other former Soviet country besides the Baltic states will be granted NATO membership a move Russia has been strongly opposing since the collapse of the Soviet Union Although several groups and opposition politicians in Ukraine have criticized the agreement suggesting it weakens Ukraine s sovereignty and national identity while turning the country s back on the West the fact is that both NATO and the European Union never seriously en gaged with Ukraine or promised it full membership Under former President Yushchenko the mood was Western oriented with talks of joining NATO and the EU opening a fresh new page in Ukraine s relations and orientation towards the Western world and its values But Partnerships for Peace and Neighborhood Policies do not entail membership which was a low priority especially at a time when both organizations and their member states are busy managing two wars and the biggest financial crisis since 1929 NATO is still redesigning its new Strategic Concept and attempting to resolve the conflicts in Afghanistan and Iraq while the EU is deeply overstretched and burdened by the Greek financial crisis and prospects of slow economic growth across the continent Under Yushchenko s leadership Ukraine tried to find economic security and defense guarantees in the West constantly fearing Russian intervention in its domestic issues and possible violations of its territorial integrity especially after the August 2008 war in Georgia Ironically Russia is now the one providing such guarantees A renewed stance Whether opposition politicians in Ukraine accept it or not the Black Sea fleet is a beacon of security for the entire Black Sea region At a time when the prospects of Russia invading the Ukraine are slim to none especially due to the large economic interdependence both countries share the Black Sea fleet in Sevastopol together with the Ukrainian Navy represents a substantial security apparatus sufficient to disrupt drug trade and hu man trafficking keep in check terrorist influence from the Middle East and the Caucasus in both Western Russia and Ukraine and assure ethnic stability in Crimea Stationed in a strategic geographical point the Black Sea fleet under the new agreement will not only maintain but will even reinforce the security system in the region while also helping to fight international human trafficking a dark reality in

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Russia-s-Black-Sea-fleet-in.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •