archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • pour Diploweb com Etats Unis les défis d Obama vers un nouveau leadership américain Un livre pour appréhender la géopolitique des Etats Unis Barthélémy Courmont Etats Unis les défis d Obama vers un nouveau leadership américain Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Isabelle-MELI_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Obama : le rebond américain ? - Amérique du Nord
    d Europe l OTAN se trouve bientôt engagée dans une opération particulièrement difficile Certains experts comme Gérard Chaliand considèrent une victoire militaire consolidée comme improbable voire impossible 1 L administration de G W Bush accuse ensuite l Irak de Saddam Hussein d abriter des armes de destruction massive Ce que conteste notamment les services de renseignement français G W Bush et Tony Blair lancent pourtant le 20 mars 2003 l opération Liberté de l Irak Si les premiers jours ressemblent à une démonstration de force les États Unis et leurs alliés peinent à contrôler l ensemble du pays et plus encore les esprits Sans parler des cœurs La contestation politique progresse outre Atlantique lorsque l opinion constate l absence d armes de destruction massive En outre les morts et les blessés américains sont plus nombreux que prévu La démonstration de force vire au cauchemar 2005 sortie aux Etats Unis du film de guerre consacré à l Irak Over there Crédits P Verluise L Irak se transformera t il pour Washington en un nouveau Vietnam À Bagdad la lutte pour le pouvoir est ouverte et nul ne peut envisager à quoi ressemblera le pays dans quelques années La base de la puissance américaine se délite Alors que les troupes américaines sont engagées sur deux fronts la base de la puissance américaine l économie se fragilise Au mois d août 2007 la crise des subprimes touche le rêve américain en son cœur la maison individuelle L internationalisation de la crise des crédits immobiliers américains à risque provoque une forte baisse des principales bourses mondiales Les banques centrales des pays de la Triade injectent plusieurs centaines de milliards d euros Cela ne suffit pas à enrayer une crise dont les origines remontent pour partie aux années Reagan Le 15 septembre 2008 la crise des subprimes contribue à la faillite de la banque d affaire américaine Lehman Brothers fondée en 1850 La banque d investissement Merrill Lynch se voit rachetée par la Bank of America Puis la première caisse d épargne américaine Washington Mutual disparaît Les bourses du monde entier s effondrent Les banques hésitent à accorder des crédits aux entreprises ce qui amorce une crise économique de grande ampleur En effet l activité risque d être comprimée par les deux bouts en amont moins de crédit pour financer la production et les projets en aval moins de demande pour acheter les produits et les services Dans la tourmente Le 4 novembre 2008 l élection du démocrate Barack Obama à la présidence des États Unis fait date Avec un taux de participation élevé il est le premier Noir à accéder à ce poste Il s agit très probablement d un évènement important mais suffira t il à estomper les responsabilités des États Unis dans la crise mondiale Quels seront les effets du ralentissement de l activité économique et du développement du chômage dans de nombreux pays sur les représentations des États Unis Non seulement les piliers de l hyperpuissance semblent effondrés mais Washington emporte

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Obama-le-rebond-americain.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Obama, au tournant - Amérique du Nord
    manière Derrière les mêmes mots les faits diffèrent parfois très sensiblement Reste qu à l égard du peuple américain le nouveau président va devoir rétablir la vérité il y a eu trop de mensonges en huit ans retrouver le sens de la réalité tant économique que diplomatique perdu à force de volontarisme idéologique et enfin sur ces deux bases restaurer la confiance politique et économique Cela fait une petite dizaine d années que chacun constate la relativisation de la puissance des Etats Unis au regard des grandes économies émergentes Les différentiels de dynamisme font leur œuvre inexorablement Chine Inde Brésil témoignent d une vitalité économique technologique et démographique qui renvoient la vieille Europe à la nostalgie de la croissance des années 1950 70 la Russie demeurant quant à elle dans un entre deux Certes les Etats Unis conservent un potentiel énorme qui ne va pas se dissoudre du jour au lendemain Tournant Cependant c est là qu intervient la notion de tournant Il n est nullement assuré que l équipe Obama puisse enrayer la récession Il est même douteux qu elle parvienne à déclencher rapidement une relance La crise économique étant loin d avoir épuisé ses effets la reprise risque fort de tarder ou de rester poussive à tout le moins Si donc Obama échoue ou ne réussit que trop lentement un tournant sera pris pour les Etats émergents selon qu ils seront plus ou moins affectés Si la Chine l Inde et d autres déjà entraînés dans la crise financière voient leur croissance cassée et si par millions des travailleurs se retrouvent à la rue de par l effet de la récession américaine la leçon sera retenue pour l avenir de manière à éviter cette dépendance dont l Europe est aujourd hui la première victime A l inverse le nouveau président peut trouver les voies d une résolution mondiale de la crise en associant directement les grands Etats aux mécanismes de régulation mondiaux qui doivent être définis ensemble pour être appliqués par chacun Fini le G7 1 2 plus des invités de circonstances Puissance établies et puissances émergentes doivent ou coopérer ou s opposer chacun partant de son côté Mais il existe des conditions préalables à une coopération efficace Remèdes mondiaux C est pourquoi la Maison blanche faisant confiance à ses partenaires et alliés traditionnels en Europe peut temporairement leur laisser une grande part de la charge des dossiers de la coopération transatlantique Car le président Obama doit aller chercher en urgence les remèdes mondiaux à Moscou Pékin Dehli et Brasilia là où les vraies difficultés se posent On a relevé la fraîcheur du message du président D Medvedev les immédiats avertissements de Pékin sur le Tibet et Taïwan La Chine conserve un mauvais souvenir de Jimmy Carter et du premier mandat Clinton Elle craint une réaction protectionniste qui serait désastreuse alors que son économie se ralentit Il est donc urgent de clarifier la situation en faisant valoir concrètement que dans le monde nul n a intérêt à laisser

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Obama-au-tournant.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • de l Institut Diplomatie Défense devenu en juillet 2004 l Institut Français d Analyse Stratégique IFAS Directeur de recherches auprès de l Université Paris 3 Sorbonne nouvelle où il enseigne les problèmes de prolifération nucléaire il est également directeur de séminaire au Collège Interarmées de défense pour le terrorisme international Chevalier de la légion d honneur 2006 Membre du Conseil scientifique du Centre géopolitique l association qui apporte son soutien au Diploweb com Ses articles pour Diploweb com André Beaufre et l Institut Français d Etudes Stratégiques 1902 1975 Le Diploweb com publie une série d articles consacrés la pensée stratégique française contemporaine Nous découvrons au fil des mois des penseurs Au Commencement était de Lattre Le Diploweb com inaugure une série d articles consacrés la pensée stratégique française contemporaine Nous découvrirons au fil des mois des penseurs Cyberespace les trois âges François Géré appelle de ses voeux une Cyberstratégie Il la définit à ce jour comme l ensemble des pratiques civiles et militaires publiques et Pour une gouvernance mondiale du Nucléaire civil et militaire Comment développer l industrie électronucléaire dans des conditions telles que la communauté internationale dans son ensemble et chacun de ses membres UE Les défis géopolitiques de l Union européenne vingt ans après la chute du Mur de Berlin Les nouveaux défis géopolitiques de l Union européenne vingt ans après la chute du Mur de Berlin Avec l entrée en vigueur le 1er décembre 2009 du Obama au tournant Géopolitique des Etats Unis et du monde Le retour au réalisme stratégique consiste à reconnaître que l OTAN ne peut intervenir partout et ne peut L Iran et le nucléaire Les tourments perses L accession de l Iran au rang de puissance nucléaire est un cauchemar pour beaucoup en Occident Instabilité au Moyen Orient prix du pétrole

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Francois-GERE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Les Etats-Unis et le monde : la reconversion est-elle possible (...) - Amérique du Nord
    en Géorgie et Washington Dotés d un statut de partenaires de l OTAN les nouveaux membres tendent à souhaiter retrouver une liberté de décision quant à leur propre conception de la sécurité et à leur propre appréciation de la hiérarchie des menaces qui les fragilisent La pénurie la dépendance quant à leurs approvisionnements énergétiques se posent comme urgence autant et plus que la représentation du risque que ferait peser sur eux une frappe balistique iranienne Toute atlantiste hier la Pologne change et s inquiète de voir installer sur son sol les structures du projet anti missile américain Toute atlantiste hier la Roumanie se demande ce que lui apportent les bases américaines installées à la suite d un accord passé avec Washington en 2005 sur son sol Un réflexe de rétraction se dessine face à des demandes émanant des Etats Unis et de l OTAN Les budgets consacrés à la défense sont trop lourds aux dépens des priorités d éducation et de santé qui sont enfin perçus comme des éléments de puissance à considérer A quel avenir peuvent prétendre des pays qui se vident pour cause d émigration et de déclin de la natalité ce qui est le cas de la Bulgarie et de la Roumanie Sur ces constats se greffe un bilan manifeste les Etats Unis la plus grande puissance du monde se montrent incapables de gagner la guerre tant en Afghanistan qu en Irak L égocentrisme des nations renaît et nourrit les forces politiques locales dans le débat interne Si l opinion américaine dans sa majorité souhaite le retrait d Irak au nom de quoi Polonais Bulgares et Roumains iraient ils maintenir leurs propres forces En une telle configuration il est aisé pour Moscou de reprendre le thème familier aux Soviétiques et à M Gorbatchev le dialogue pour la paix Une leçon à tirer L incapacité des acteurs Serbes et Albanais au Kosovo l incapacité des acteurs occidentaux Etats Unis et Union européenne à trouver une issue acceptée par l ensemble des parties sur la question du devenir du Kosovo autonome dans le cadre respecté de la souveraineté serbe ou indépendant ou indépendant sous contrôle conduit à une fracture au sein de l Europe creuse la faille entre les Etats Unis et certains membres inquiets de la Nouvelle Europe Cette crise s installe aux dépens de la puissance des Etats Unis En 1995 en plein cœur de l Ohio sur la base de Dayton le diplomate américain Richard Holbrooke réussissait à persuader les frères ennemis serbes alors dirigés par Milosevic Croates et Bosniaques musulmans de mettre un terme à leurs guerres civiles sanglantes et d accepter la construction d une Bosnie Herzégovine sous contrôle de l ONU et de l OTAN Holbrooke l emporte en évitant de soumettre au serbe Milosevic crispé sur le maintien de la souveraineté serbe sur le Kosovo la question d une modification du statut de cette province où les populations albanaises majoritaires réclament l indépendance Le processus de luttes intestines entre Serbes et Albanais s est poursuivi et au printemps 1999 c est l OTAN qui intervient par voie de frappes aériennes pour arrêter les exactions serbes contre les Albanais Le moment printemps 1999 est essentiel pour comprendre la posture en dysfonctionnement de cette Europe du Sud Est vis à vis de Washington D un côté les pays voisins de la Serbie étaient Bulgares et Roumains en demande d intégration dans l OTAN une demande largement portée par les populations Mais de l autre ces populations se sentaient proches des Serbes fraternité orthodoxe pauvreté identités de pays mineurs périphéries lointaines de l UE Les populations ont lu dans les frappes aériennes sans troupes au sol l expression de l hyper puissance des Etats Unis et de l OTAN démesurée Cette intervention asymétrique fut loin d être populaire les gouvernements de Bucarest et de Sofia ont du faire fi de leurs opinions publiques pour accepter de céder leurs espaces aériens à l OTAN lors des frappes contre Belgrade La leçon à tirer est claire les Etats Unis séduisent ces pays voulaient entrer dans l OTAN l expression de leur puissance rebute ces pays ont été choqués par l asymétrie du rapport de forces Il y a plus le projet post guerre est insuffisant En 1999 le Kosovo passe sous administration de l OTAN et de l ONU Les Kosovars albanais persistent à réclamer l indépendance En 2007 la demande se voit prise en compte par Washington et la majorité des capitales de l Union européenne au nom du droit des peuples à disposer d eux mêmes Mais Belgrade rétorque en avançant un refus au nom du respect des frontières des états souverains Face à un risque de nouveau conflit l Union européenne lance à la hâte une proposition d ouverture vers la Serbie allant vers la libre circulation des personnes dans l espace européen sans visa Si l imagination fait défaut à Washington et Bruxelles Moscou n en manque pas Le 17 février 2008 le Kosovo s est prononcé pour l indépendance via une déclaration unilatérale Les autorités kosovares font reconnaître cette indépendance au coup par coup Moscou rejette cette reconnaissance La Russie considère à juste titre que cet acte unilatéral délégitime la déclaration 1244 du Conseil de Sécurité qui gérait depuis 1999 l évolution de la Serbie et du Kosovo Bucarest en dépit de son partenariat privilégié avec Washington en dépit de l installation de 4 bases américaines sur le territoire roumain se trouve en phase avec l argumentaire des Russes et se refuse à reconnaître l indépendance du Kosovo Chacun se met à penser que la situation de ce Kosovo indépendant et reconnu par certains états alors que d autres s y refusent conduit à une impasse de la diplomatie à une impasse de la pensée sur la souveraineté des états A Washington comme à Bruxelles sur ce terrain des relations avec Belgrade et Pristina l imagination a donc manqué aux lendemains de la démonstration de force Elle n a pas fait défaut

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Les-Etats-Unis-et-le-monde-la.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Le système politique canadien et ses particularités - Amérique du Nord
    qui entraîne celle de ses ministres et qui amène le gouverneur à nommer pour le remplacer le chef de parti qui commande dorénavant l appui de la majorité des élus Au Canada on n a pas adopté la pratique des gouvernements de coalition à laquelle beaucoup d Européens sont habitués Quand aucun parti n a la majorité absolue des sièges dans l assemblée élue le gouvernement est confié au chef du parti qui peut avoir l appui de quelques parlementaires d autres partis pour faire adopter ses projets de loi cela vaut pour la Chambre des communes à Ottawa comme pour chacune des assemblées provinciales Aucun membre de ces autres partis n est invité à participer au gouvernement Il n y a pas de coalition alors qu il y en a souvent en France Ce refus des coalitions n a pas eu de réelles exceptions depuis que les partis d aujourd hui existent Il y a eu certes dans l histoire lointaine de quelques provinces des épisodes un seul par province et chaque fois pour une courte durée qui ont permis de parler de coalitions mais les partenaires de ces coalitions étaient déjà unis lors des élections précédentes de sorte que leurs gouvernements n étaient pas de vraies coalitions Il y a eu aussi à Ottawa une entente entre parlementaires libéraux et conservateurs pour former ce qu on a appelé un gouvernement d Union avec des candidats unionistes aux élections de 1917 mais ayant une nette majorité les conservateurs n ont conçu cette apparente coalition que pour soutenir l effort de guerre En refusant de former une coalition avec un petit parti alors que son propre parti n a pas la majorité un Premier ministre évite de se retrouver avec des ministres qu il n a pas choisis ou pire avec des adversaires et il évite ainsi de renforcer un autre parti que le sien Autre particularité par rapport à ce qui se voit en France au Canada les ministres doivent être des parlementaires une personne qui devient ministre sans être déjà parlementaire doit sans délai se faire élire dans une circonscription faute de quoi sa démission s impose Il s ensuit que les personnes qui exercent le pouvoir exécutif ont en général ce qu on appelle le flair électoral ou la sensibilité démocratique car elles ont fréquenté des électeurs de divers milieux ce qui n est pas le cas de ministres qui n ont jamais eu à se faire élire On considère comme un trait démocratique le fait que les ministres au Canada sont des élus cependant à Ottawa il y a généralement parmi les ministres un membre du Sénat ancien député En plus de nommer les ministres et d émettre les brefs d élections le gouverneur doit poser sur la recommandation du Premier ministre divers autres gestes prévus par la Constitution Il doit signer la convocation des parlementaires pour ce qu on appelle une session ou l avis de prorogation d une session et l ordre de dissolution en vue de nouvelles élections celle de la Chambre des communes d Ottawa ou de l assemblée de la province assemblée que l on dit nationale au Québec Le gouverneur doit aussi procéder à diverses nominations par exemple à Ottawa celles des membres du Sénat canadien et des juges de certains tribunaux La Constitution précise incidemment que les parlementaires ne peuvent pas affecter de fonds publics en l absence d une recommandation du gouverneur Cette disposition rend impossible l adoption d une mesure financière autre que celles que présente le pouvoir exécutif Le gouverneur général à Ottawa ou le lieutenant gouverneur dans une province s il n a pas de délégataire est aussi appelé à contresigner les projets adoptés par les parlementaires projets qui portant enfin sa signature deviennent lois On appelle sanction royale royal assent le geste ainsi posé lequel on l a compris est dicté par le Premier ministre ou un porte parole du Premier ministre Le gouverneur général à Ottawa ou le lieutenant gouverneur dans une province fait la lecture du texte qui inaugure chacune des sessions parlementaires Ce texte appelé discours du Trône ou discours inaugural est préparé par les services du Premier ministre de l endroit Insistons sur ce point les actes posés par un gouverneur conformément à la Constitution sont dictés par le Premier ministre ou son porte parole à moins d une improbable crise parlementaire crise dont on n a pas eu d exemple au Canada sauf en Colombie Britannique entre 1898 et 1903 alors qu aucun prétendant au poste de Premier ministre n arrivait à constituer une majorité et à Ottawa en 1926 On ne peut pas dire que le représentant du monarque à Ottawa ou dans une capitale provinciale bénéficie d une sinécure car il remplit des tâches nombreuses certaines n étant même pas prévues par les lois comme l accueil des membres de la famille royale lors de leur visite au Canada ou d hôtes étrangers que les autorités veulent honorer Il faut ajouter que dans la capitale où il réside le représentant de la Couronne est appelé à rehausser de sa présence de très nombreuses manifestations bals banquets défilés inaugurations distribution de titres décorations ou médailles commémorations etc En définitive au Canada c est le représentant de la Couronne qui assume une bonne part des heures qu un chef d Ëtat dans un régime présidentiel doit consacrer aux cérémonies et aux formalités des heures qu il n a pas pour l étude des dossiers qui lui sont soumis Parce qu il n a pas à s occuper des formalités qui relèvent du gouverneur un Premier ministre au Canada a forcément plus de temps pour l étude de ses dossiers que n en a le chef d État dans un régime présidentiel Il faut ajouter que contrairement à ce qui se passe dans un pays unitaire le fédéralisme canadien libère le Premier ministre du Canada d une quantité de dossiers difficiles qui eux relèvent des Premiers ministres des provinces lesquels de leur côté n ont pas à s occuper de tout ce qui intéresse l électorat Le parlementarisme canadien La prééminence du Premier ministre dans la vie politique tant à Ottawa que dans chacune des capitales provinciales est une importante caractéristique du parlementarisme canadien Cet ascendant lui vient d abord du fait qu il est le chef le vrai chef du parti qui lui a permis d accéder à la tête du gouvernement Puisqu il a été préféré à ses concurrents lors des élections il bénéficie d une popularité personnelle qui lui assure la fidélité de ses ministres qu il choisit lui même et qu il peut au besoin exclure de son gouvernement sans autre forme de procès La situation d un Premier ministre au Canada à Ottawa ou dans une capitale provinciale contraste avec celle de Premiers ministres qui dans d autres pays n ont pas tous ses atouts n ayant même pas parfois pu choisir eux mêmes les ministres qui les entourent Le contraste avec la France est à cet égard impressionnant En plus de présenter les particularités qui viennent d être citées le parlementarisme canadien a conservé plusieurs de ses traits d origine ceux de l époque où le Canada était un territoire neuf peu peuplé Ainsi une assemblée provinciale typique ne réunit qu une soixantaine de membres avec ses 125 membres l Assemblée nationale du Québec est de loin la plus considérable des assemblées provinciales Alors que la population de chaque province a crû considérablement le nombre de membres dans les assemblées provinciales n a presque pas augmenté Le nombre de membres de la Chambre des communes d Ottawa depuis 1867 n a même pas doublé alors que la population du Canada a décuplé En 139 ans le nombre de membres du Sénat à Ottawa est passé de 72 à 105 En définitive par le petit nombre de ses parlementaires compte tenu de sa population le Canada présente une autre particularité par rapport à la France Par ailleurs les parlementaires au Canada font montre d une assiduité qui paraitrait exemplaire aux Européens notamment aux Français si ces derniers avaient l occasion de l observer Cette assiduité vient en partie du fait qu un parlementaire au Canada ne peut pas déléguer son droit de vote à un collègue et du fait qu une absence se voit facilement dans un petit groupe Cependant exemplaire quand on la compare cette assiduité ne semble pas satisfaire certains électeurs canadiens qui pensent que leurs élus n ont rien à faire Autre différence les parlementaires au Canada ne pratiquent pas comme en France le cumul des mandats L interdiction d être élu à la fois à la Chambre des communes d Ottawa et à l assemblée d une province date de 1874 L élection d un maire à une assemblée provinciale ou à la Chambre des communes d Ottawa entraine sa démission du conseil municipal Aucun cumul n a été recensé depuis très longtemps C est clair c est net et cela donne des parlementaires qui dans l ensemble sont à leur affaire Du point de vue des électeurs canadiens insatisfaits des décisions cela certes ne suffit pas mais du point de vue d une comparaison avec la France cela fait contraste De plus les parlementaires au Canada sont particulièrement ouverts à ce qu on appelle la participation des citoyens La division du travail entre les institutions fédérales et les institutions provinciales favorise cette participation La pratique des commissions parlementaires ouvertes aux citoyens est devenue générale au Canada et les consultations publiques organisées à propos de questions controversées y sont très fréquentes beaucoup plus fréquentes en tout cas que dans bien d autres pays y compris en France Il est très facile au Canada de former des organisations pour tenter d influencer les décisions politiques le lobbying qui se fait au Canada étonnerait en France On observe d ailleurs au Canada depuis quelques décennies une prolifération d organisations de ce type en raison certes de la complexification de l économie comme en raison de l hétérogénéité croissante de la société notamment quant aux langues parlées par les gens et aux religions auxquelles ils adhèrent mais aussi il faut le répéter en raison de l attitude des parlementaires tant ceux d Ottawa que des capitales provinciales les uns et les autres étant en quelque sorte en concurrence dans la recherche de soutiens Les organisations qui tentent d influencer les décisions politiques au Canada sont d autant plus nombreuses qu elles sont spécialisées en fonction des intérêts ou des opinions et spécialisées également selon diverses portions du territoire localité par localité région par région province par province ou diverses catégories de personnes et enfin divisées de façon à refléter le partage des compétences législatives et réglementaires entre autorités fédérales et autorités provinciales puis dans chaque province entre les autorités provinciales et les institutions décentralisées que sont les municipalités et diverses autres instances sectorielles ou régionales Cette participation de si nombreuses organisations à la vie politique au Canada est pourtant perçue par de nombreux Canadiens comme insuffisante ou biaisée d autant qu elle ne permet pas de satisfaire tout le monde puisque les détenteurs des postes d autorité ont à choisir entre des options concurrentes ou même contradictoires Néanmoins s ils comparaient leurs perceptions de la vie politique canadienne aux observations que l on peut faire de la vie politique de certains autres pays dont la France ces Canadiens se consoleraient probablement D un autre côté les insatisfactions ressenties par les perdants dans les jeux d influence expliquent sans doute en partie l augmentation de l abstentionnisme électoral que l on peut regretter au Canada comme dans de nombreux autres pays encore que lors du référendum tenu au Québec en 1995 95 des électeurs ont voté taux inégalé dans un référendum tenu en France Autre particularité le monocamérisme des institutions législatives des provinces qui contraste avec le bicamérisme que la France a conservé Les institutions législatives provinciales ne comportent qu une seule chambre d où le mot monocamérisme Le contraste frappe d autant plus que 49 des 50 États des États Unis d Amérique ont deux chambres dont un Sénat Un Sénat il y en a un à Ottawa cependant Ce Sénat est formé de personnes choisies par le Premier ministre en fonction à Ottawa au moment de leur nomination Choisis par un Premier ministre d Ottawa et nommés par un gouverneur général d Ottawa les membres du Sénat canadien ne représentent assurément pas les autorités provinciales ni les électorats des provinces Pour cette raison ce Sénat se distingue du Sénat français aussi bien que du Sénat des États Unis d Amérique deux sénateurs pour chacun des 50 États de la fédération élus par les citoyens de cet État et du Bundesrat d Allemagne dont les membres sont désignés Land par Land par le gouvernement du Land concerné En poste jusqu à leur soixante quinzième anniversaire et inamovibles jusqu à leur retraite autre distinction dans une comparaison avec la France les sénateurs canadiens se considèrent en général comme des législateurs chargés de veiller à ce que les projets de loi adoptés préalablement par la Chambre des communes ne comportent pas d éléments que la majorité à la Chambre des communes regretterait si on les soumettait à nouveau à la réflexion Il s ensuit que de tels éléments quand il s en trouve font l objet d un amendement du Sénat transmis à la Chambre des communes pour approbation approbation qui arrive presque toujours Quand elle n arrive pas le Sénat le plus souvent n insiste pas et adopte le texte voulu par la majorité de la Chambre des communes La majorité au Sénat peut ne pas être celle du gouvernement quand les élections à la Chambre des communes ont entraîné une alternance au pouvoir Cela s est produit à l issue des élections du 23 janvier 2006 mais cela n entraîne aucune conséquence majeure puisque le Sénat ne peut forcer un gouvernement à démissionner même s il n adopte pas tous les projets de loi de ce gouvernement dans le passé les très rares obstructions menées par une majorité d opposition au Sénat n ont porté que sur des sujets extrêmement controversés Dans le passé quand la majorité au Sénat canadien n était pas celle de la Chambre des communes en 1984 et peu après notamment de nombreux projets de réforme du Sénat ont fleuri Des gens ont alors proposé l abolition du Sénat alors que d autres voulaient le transformer suivant le modèle du Sénat des États Unis d Amérique ou du Bundesrat d Allemagne On peut s attendre à une nouvelle floraison de tels projets Aucun de ces projets ne pourra cependant être adopté sans le consentement d une majorité des membres du Sénat tel qu il existe présentement 24 sièges du Sénat sont réservés à des résidants du Québec 24 à des résidants de l Ontario 24 à des résidants de l Ouest et 33 à des résidants d ailleurs dans le pays Un tel projet devrait aussi avoir l aval de la Chambre des communes d Ottawa qui compte présentement 308 sièges répartis en fonction de la population et des assemblées d au moins sept provinces avec 50 de la population du Canada On peut conclure que le Sénat canadien restera longtemps ce qu il est tout comme persiste depuis plus d un siècle le même parlementarisme Ce parlementarisme a même été adopté dans les trois territoires autonomes du Nord Nunavut Territoires du Nord Ouest et Yukon dont les assemblées de création récente ne comptent que 18 ou 19 personnes Ces territoires très vastes et peu peuplés 26 000 habitants au Nunavut par exemple ne sont pas des provinces et ils dépendent pour leur financement et bien autres choses encore de décisions prises à Ottawa Alors qu il s impose dans les institutions législatives fédérales et provinciales le parlementarisme n est pas en vogue dans les quelque 5 000 municipalités du Canada qui relèvent des autorités provinciales ou territoriales parce que le conseil municipal typique n a que sept membres y compris le maire ou la mairesse titre que prend au Canada une femme qui accède à la tête d une municipalité Seules les grandes villes sont dotées de conseils municipaux comptant plus d une dizaine de membres À noter toutefois les délibérations publiques des conseils municipaux respectent une procédure typiquement parlementaire On aura déjà vu le contraste pour une population qui n est pas le double de celle du Canada la France compte six fois plus de municipalités et une petite ville de France a quatre fois plus d élus municipaux qu une ville canadienne de même population Les lois relatives aux municipalités dont le contenu varie selon les provinces et les territoires valorisent la participation au processus d élaboration des décisions mais cette participation se fait normalement sans affrontements partisans comme on en voit en France Au Canada d ailleurs lors des élections municipales il arrive souvent que chaque poste à combler n attire qu un seul candidat qu on dit alors élu par acclamation Les partis politiques au Canada Au Canada les partis politiques qui ont des membres au Parlement d Ottawa sont appelés partis fédéraux et ils sont distincts des partis politiques qui ont des membres au sein des institutions législatives des provinces et des territoires lesquels sont distincts des partis municipaux qui peuvent être installés dans certaines villes au Québec pour citer ce cas il y avait en 2005 répartis dans 4 des municipalités 137 partis municipaux dûment inscrits au registre tenu par le directeur général des élections La façon dont se sont divisés les partis au Canada est très différente de ce qui est observé ailleurs Ainsi en France les mêmes partis se font la lutte chaque fois qu il y a des élections peu importe lesquelles La spécialisation de chaque parti au Canada selon un type d élections résulte d un long processus qui a été impulsé par l interdiction du double mandat en

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Le-systeme-politique-canadien-et.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • What does Quebec want 1978 Problèmes politiques Canada et Québec 1993 Les Institutions politiques au Québec et au Canada 1995 et Vie politique au Canada 2005 Ses articles pour Diploweb com Le système politique canadien et ses particularités Géographie et système politique quelles relations Le Canada est le deuxième plus vaste pays du monde après la Russie et tout juste avant la Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Andre-BERNARD_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Existe-t-il deux Amériques ? Eléments de géographie électorale - Amérique du Nord
    1 Depuis lors les résultats dans cet Etat sont quasiment similaires d élection en élection Tableau 1 Elections présidentielles en Alabama en 1960 et 1964 Etats Unis Elections présidentielles en Alabama en 1960 et 1964 Source statistique http www uselectionatlas org RESU Ce revirement électoral s explique assez facilement par le fait qu une bonne partie de l électorat du Sud profond a clairement refusé l évolution du parti démocrate en faveur des minorités notamment raciales Or comme l écrit Roz 1931 l homme moyen ne vote pas pour quelque chose mais contre quelque chose Dans ce cas plus qu une adhésion au parti républicain cet électorat majoritairement blanc du Sud des Etats Unis s est en fait prononcé contre l évolution idéologique et politique du parti de Lyndon Baines Johnson Pourtant le parti démocrate continua sur cette voie au cours des années 1960 et au début des années 1970 Une partie de l électorat démocrate s est ainsi sentie de plus en plus en porte à faux avec ce discours et lorsque apparaîtra le discours sur la majorité morale à la fin des années 1970 de nombreux électeurs démocrates dans le Middle West franchiront le pas Ce basculement du Middle West notamment du Texas s est appuyé sur des discours récurrents souvent populistes notamment contre l establishment le gouvernement fédéral et les impôts et pour une immixtion plus importante de la morale et de la religion en politique Les mythes de la géographie politique américaine Malgré cette division qui semble assez nette entre démocrates et républicains la géographie politique américaine est plus compliquée qu elle n y paraît Ainsi lorsqu on analyse au niveau des comtés les résultats de l élection de 2004 qui semble être l archétype d une élection polarisée et si on excepte le nord du Texas l Oklahoma et le Missouri on s aperçoit que toutes les régions comprennent des comtés démocrates et républicains Même dans un Etat réputé être au cœur des régions républicaines comme le Kansas le comté de Wynadotte au sud de Kansas city vote démocrate à toutes les élections depuis 1960 Carte 2 Le vote à l élection présidentielle de 2004 par comtés Michael Gastner Cosma Shalizi and Mark Newman University of Michigan election results by county à l adresse http www personal umich edu mejn Voir la carte L un des clivages importants dans la politique américaine actuelle est celui existant entre d une part les grandes villes et d autre part les campagnes et petites villes Un exemple intéressant est l Etat de New York qui vu d Europe est l une des terres démocrates par excellence Or les comtés urbains sont évidemment acquis aux candidats démocrates mais tous les comtés ruraux de l Etat votent majoritairement républicains voir tableau 2 Tableau 2 Vote démocrate en 2004 dans l Etat de New York par comtés Etats Unis Vote démocrate dans l Etat de New York par comtés Source statistique http www uselectionatlas org RESU L homogénéité du vote démocrate

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Existe-t-il-deux-Ameriques.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •