archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Evolution et typologie des think tanks chinois. Diplomatie - Chine
    État le Centre de recherche économique ERC le Centre de recherche technico économique TERC le Centre de recherche sur les prix PRC et le Centre de recherche sur le développement rural RDRC L ERC le TERC et le RDRC fusionneront plus tard dans le Centre de recherche sur le développement DRC le plus important think tank de la RPC derrière la CASS 38 Hu Yaobang Zhao Ziyang et d autres se sont aussi entourés d intellectuels qui étaient étroitement associés aux groupes de recherche gouvernementaux ou au sein des structures du PCC Dans le sillage des événements de 1989 certains think tanks seront fermés et des dirigeants de ces instituts devront se réfugier à l étranger Mais l existence des think tanks en tant que tels n a pas été remise en cause et leur expansion a repris après 1992 Dans les années 90 Jiang Zemin et Zhu Rongji ont fréquemment consulté des experts des think tanks Jiang Zemin a par exemple souvent cherché l avis d intellectuels connus affiliés à des institutions de Shanghai comme Fudan le SIIS ou l Académie des Sciences sociales de Shanghai SASS Certains spécialistes ont travaillé très étroitement avec lui dans quelques secteurs spécifiques comme la planification ou la question de Taiwan par exemple Wang Huning l ancien doyen de la faculté de droit de l Université de Fudan est devenu son assistant personnel La théorie des trois représentations Sange daibiao qui caractérise la période Jiang Zemin est ainsi considérée par certains comme une idée de Wang En tant qu ancien chef de l école centrale du Parti Hu Jintao a lui même recherché l avis des experts Cheng Li cite l exemple de Wang Jisi ou de Zheng Bijian dans le développement de la théorie du développement pacifique de la Chine Zhongguo heping jueqi heping fazhan au début des années 2000 Depuis le tournant du XXIe siècle les think tanks se sont développés à la fois en termes de nombre de professionnalisation et d internationalisation En 2010 James McGann en a dénombré 428 en Chine ce qui situerait ce pays en seconde position en nombre de think tanks après les États Unis mais devant la Grande Bretagne et l Inde Une spécialiste chinoise Lili Wang rapporte que certaines études académiques chinoises fixent le nombre de think tanks existant en Chine à plus de mille La plupart d entre eux sont cependant des think tanks gouvernementaux et seulement 5 sont qualifiés d indépendants Ces derniers sont en général des structures de petite taille employant au maximum 20 personnes avec un budget annuel d environ 450 000 dollars 39 Les nouveaux think tanks deviennent de plus en plus spécialisés dans certaines matières avec souvent une spécialisation dans les matières économiques environnementales ou sociales Il faut cependant souligner qu aucune de ces récentes additions à la scène des think tanks chinois ne figure dans la liste dressée par Global Times En termes de politique étrangère les plus importants think tanks demeurent ceux créés avant la Révolution culturelle ou immédiatement après Typologies des think tanks chinois Il n existe pas de définition standard de ce qu est un think tank Une étude dirigée par Stephen Boucher en 2004 a dégagé neuf critères qu un think tank devrait remplir être une organisation permanente se spécialiser dans la production de solutions de politique publique posséder un personnel propre dédié à la recherche à plein temps fournir une production originale de réflexion d analyse et de conseil dont la vocation est d être communiquée aux gouvernants et à l opinion publique et donc disposer d un site Internet ne pas être chargé d accomplir des missions gouvernementales s efforcer de maintenir son indépendance par rapport aux intérêts privés et garder sa liberté de recherche ne pas avoir comme fonction principale de former ni d accorder des diplômes et enfin oeuvrer au bien public à travers son travail 40 Les auteurs de la recherche soulignent à juste titre que ces critères doivent être appliqués avec une certaine flexibilité pour répondre à la pratique La plupart des instituts de recherche et des think tanks que nous avons mentionnés ne remplissent que partiellement cette liste de critères Cependant il ne faudrait pas en tirer pour conclusion hâtive que ce ne sont pas de véritables think tanks En effet en dépit de différences qui sont discutées ci dessous beaucoup de ces institutions sont réellement proches de leurs homologues occidentaux quand on examine de plus près les critères énumérés ci dessus En général ce sont des structures permanentes orientées dans la production de solutions de politique publique avec leurs propres chercheurs qui publient régulièrement et communiquent les résultats de leurs travaux aux officiels et au public à un moindre degré il est vrai que leurs équivalents occidentaux Elles tâchent toute d obtenir une plus grande liberté de recherche et de contribuer à l intérêt public mais ces orientations sont naturellement limitées par les lignes rouges fixées par le gouvernement et par la nécessité de respecter la supériorité du PCC dans leurs solutions de politique publique Quant à savoir si elles représentent des intérêts particuliers cela reste une question délicate à trancher avec certitude étant donné l opacité qui entoure les budgets et le fonctionnement de la plupart de ces institutions Finalement aucun ou très peu de ces think tanks fournissent une formation académique ou octroient des diplômes Bien entendu malgré les similitudes les think tanks chinois et plus spécialement ceux spécialisés en relations internationales qui nous intéressent ici sont différents de leurs homologues occidentaux mais pas jusqu au point de leur dénier la qualité de think tank Selon Liao Xuanli il est difficile pour les chercheurs des think tanks chinois spécialisés en relations internationales de conduire des recherches totalement indépendantes sur des problèmes politiques sensibles mais ils possèdent néanmoins une certaine marge de manœuvre dépendant du sujet et des chercheurs impliqués 41 La diversité des opinions au sein de ces think tanks n est pas non plus comparable à ce que l on peut trouver chez leurs homologues occidentaux où l existence parmi le personnel d un large éventail d opinions politiques et sociales diverses est une chose commune Une autre différence est leur proximité avec le gouvernement qui peut offrir aux think tanks chinois une plus grande influence sur les décideurs que la plupart de leurs homologues occidentaux et européens Comme les think tanks totalement privés et spécialisés en relations internationales sont quasi inexistants en Chine on ne recense que quelques douzaines d institutions spécialisés en relations internationales qui se consacrent qui plus est majoritairement à l étude des aires géographiques Area Studies Dans ces conditions les dirigeants chinois n ont donc qu un choix limité pour savoir qui consulter mais aussi peu d incitation à rechercher des spécialistes en dehors des institutions de références traditionnelles 42 L influence des think tanks sur le processus décisionnel en matière de politique étrangère dépend dans une large mesure de la place que leurs dirigeants et leurs figures clés occupent dans le paysage politique Liao rapporte que la compétition entre les instituts spécialisés en relations internationales est très limitée parce qu ils possèdent tous leur niche mais nous verrons un peu plus loin que c est de moins en moins vrai car la communauté des instituts de relations internationales augmente rapidement Contrairement aux think tanks occidentaux qui influent sur le processus politique à travers le lobbying informel ou les recommandations de politique publique leurs homologues chinois utilisent deux canaux principaux pour influencer les décideurs Soit ils font circuler leurs vues par l intermédiaire du canal bureaucratique formel chaque think tank du gouvernement possède son propre canal pour soumettre ses rapports internes de recherche aux dirigeants via le secrétaire personnel du leader ou à travers le bureau des Affaires étrangères du Comité central Soit ils recourent aux contacts informels et à leur réseau de relations personnelles guanxi Selon Liao ce dernier mode d influence très flexible permet aux membres des think tanks de contourner les canaux bureaucratiques formels Les directeurs de think tank ou certains chercheurs prestigieux peuvent avoir des relations personnelles et directes avec les plus haut décideurs de l État L informalité est ainsi un facteur significatif qui affecte l efficacité d un think tank mais rend très délicate pour un observateur extérieur l évaluation du poids et de la position d un institut particulier parmi ses pairs Enfin en termes de financement les think tanks chinois ont naturellement moins de possibilités de sources de financement que leurs pairs occidentaux Jusque récemment tous les think tanks étaient entièrement financés par le gouvernement et c est encore le cas pour la majorité écrasante de ceux touchant aux relations internationales 43 Pour obtenir une image plus claire du monde hétérogène des think tanks chinois quelques auteurs ont tenté de mettre en place une typologie pour les classer Liao Xuanli a dégagé trois catégories les think tanks gouvernementaux les think tanks académiques spécialisés et les think tanks affiliés aux universités 44 Sa première catégorie les think tanks gouvernementaux regroupe les instituts liés au Conseil des affaires de l État ou aux différents départements et ministères du gouvernement Quelques uns des think tanks de cette catégorie sont parmi les plus importants de Chine comme le CICIR ou le CIIS Ces instituts de recherche sont subordonnés et financés exclusivement par le gouvernement central et leurs chercheurs ont les mêmes salaires que les fonctionnaires du même rang mais ils n ont aucun pouvoir ni aucune responsabilité administrative Leur principale mission est de fournir des expertises aux décideurs de haut niveau Ces think tanks sont différents de leurs homologues occidentaux dans le sens où ce ne sont pas des ONG mais en même temps ils s écartent aussi du canon de la tradition chinoise où les conseillers des décideurs sont des officiels du gouvernement Selon Liao Xuanli les think tanks gouvernementaux jouissent de nombreux avantages par rapport à leurs collègues des deux autres catégories Leur position dans la structure bureaucratique leur permet de consulter des sources plus confidentielles Etant proches du centre de décision ils disposent aussi de plus de canaux à travers lesquels ils peuvent faire circuler leurs recommandations en matière de politiques jusqu au niveau ministériel ou plus haut Le statut semi officiel des chercheurs de ces instituts leur permet souvent de représenter la position officielle de la Chine lors des conférences internationales par exemple Pour toutes ces raisons Liao Xuanli souligne que les think tanks gouvernementaux demeurent les plus influentes institutions sur la scène des think tanks chinois La seconde catégorie rassemble les think tanks académiques spécialisés c est à dire principalement les nombreux instituts contrôlés par la CASS Placée sous l autorité du Conseil des affaires de l État la CASS est une institution de nature académique qui ne se focalise pas spécifiquement sur les projets de recherche sur les politiques policy research Contrairement à leurs pairs des think tanks gouvernementaux les chercheurs de la CASS ne sont qu occasionnellement engagés dans des recherches ayant une implication politique immédiate Etant donné la nature académique de leurs recherches ces instituts exercent moins d influence Leurs recherches plus théoriques et orientées vers le long terme sont moins immédiatement utilisables par les décideurs qui très souvent n ont guère de temps à consacrer à la lecture En termes d accès à l information les instituts de la CASS sont situés quelque peu en dehors des canaux gouvernementaux où l information sensible et classifiée circule ce qui réduit évidemment leurs capacités de recherche Bien qu ils bénéficient également d un accès régulier aux hauts décideurs à travers les canaux bureaucratiques officiels les chercheurs de la CASS reconnaissent eux mêmes un faible niveau d interaction réelle avec les fonctionnaires du gouvernement 45 Liao Xuanli note cependant que grâce au développement d un processus de consultation régulière en matière de politique étrangère dans les années 90 les instituts de relations internationales de la CASS ont vu leur influence croître graduellement notamment parce qu ils ont réussi à mettre en avant leurs liens avec des instituts de recherche étrangers ce qui a accru leur crédibilité Les relations avec ces derniers leur permettent aussi de jouer les ponts entre le gouvernement chinois et les représentations diplomatiques étrangères installées à Pékin particulièrement en cas de crise La troisième catégorie de Liao Xuanli est celle des think tanks affiliés aux universités C est la moins influente en raison de leur situation géographique marginale loin des centres de décision et à cause de la nature académique de leurs recherches Liao nuance cependant cette vision trop tranchée et remarque que certains think tanks de cette catégorie jouissent de plus d influence que d autres en raison de leurs liens bureaucratiques particuliers C est le cas des think tanks affiliés au ministère des Affaires étrangères L influence de ces instituts sur les hauts décideurs s est accrue du fait de leur coopération grandissante avec d autres think tanks spécialisés en recherche sur les politiques Comme leurs homologues de la CASS leur impact sur les décisions politiques est devenu progressivement plus important Ce développement est en grande partie dû au fait qu ils ont pu utiliser l expertise de leur réseau de plus en plus large d associés étrangers pour renforcer leur propre position dans le système chinois Comme nous l avons signalé la complexité croissante des problèmes internationaux oblige les dirigeants chinois à rechercher des avis et des expertises auprès d un grand nombre de sources y compris les experts étrangers Comme nous le verrons ci dessous certains des chercheurs dans ces think tanks affiliés aux universités ont trouvé une place spécifique dans laquelle leur expertise est largement reconnue même au plus haut niveau Ils bénéficient donc d un accès privilégié aux décideurs Une autre typologie plus récente a été développée par deux chercheurs chinois Zhu Xufeng et Xue Lan Elle comporte deux catégories les instituts publics semi officiels et les think tanks civils c est à dire les instituts de recherche liés aux sociétés aux universités ou les fondations sans but lucratif 46 Les think tanks semi officiels comprennent les plus importantes composantes du système de recherche et de consultation sur les politiques en dehors des structures gouvernementales chinoises Ils ne sont pas complètement indépendants du gouvernement mais sont gérés de manière plus autonome que les instituts de recherche officiels Leurs dirigeants sont nommés par le gouvernement et ils sont financés par des fonds publics alloués en raison de leurs tâches régulières de recherche pour les administrations gouvernementales Ils bénéficient aussi de davantage de liberté parce qu ils sont autorisés à accepter des projets de recherche avec des partenaires étrangers et même des fonds des services gouvernementaux étrangers ou d organisations internationales Ces instituts sont principalement apparus à la fin des années 70 début des années 80 Zhu et Xu citent comme exemples le China Centre for Information Industry Development CCID créé par le ministère de l Industrie de l information en 2000 ou le China Development Institute Zonghe kaifa Yanjiuyuan CDI Ce dernier a reçu l approbation du Conseil des affaires de l État et a été engagé dans des recherches sur la politique économique pour tous les niveaux du gouvernement de même que pour quelques entreprises Il maintient des liens avec le PCC notamment à travers les membres de son conseil En raison de ses liens étroits avec les structures gouvernementales et les membres de Parti ce think tank est une forme hybride mêlant des éléments des deux catégories des think tanks semi officiels et civils 47 La seconde catégorie se compose des think tanks civils Selon Zhu et Xue leur relation globale avec le gouvernement est moins intense Ils reçoivent du financement de différentes sources principalement des entreprises ou des fondations étrangères Ils sont souvent modestes en taille mais sont néanmoins capables d attirer des personnalités académiques renommées qui souvent n hésitent pas à critiquer la politique économique du gouvernement Ils sont surtout apparus à partir du début des années 90 Aujourd hui la Chine compte également des think tanks totalement privés principalement créés à l initiative d économistes d entrepreneurs ou d activistes sociaux et financés par des entreprises ou des fondations privées Leur domaine de spécialisation est principalement économique ou touche à l environnement C est par exemple le cas de l institut de recherche privé sans but lucratif Unirule Institute of Economics Tianze Jingji Yanjiusuo fondé en juillet 1993 par cinq économistes Il ne reçoit aucune aide financière du gouvernement chinois et dépend de donations privées et de subventions ad hoc pour des projets menés pour le compte d institutions en Chine ou à l étranger spécialement des projets de recherche ou des programmes de formation Il organise des séminaires périodiques des conférences annuelles et ne publie pas moins de sept revues Dans le domaine de l environnement on peut aussi citer l exemple des Amis de la Nature Friends of the Nature Fon Ziran Zhiyou fondé en 1994 C est la plus ancienne ONG environnementale de Chine Elle a accompli une tâche très importante en promouvant la conscience environnementale non seulement à Pékin mais aussi dans toute la Chine Elle s occupe de questions comme le recyclage ou l efficacité énergétique et grâce à son action de lobbying auprès des fonctionnaires du gouvernement a réussi à faire adopter une législation condamnant le braconnage des espèces menacées Ses efforts plus récents visent à stimuler la formation sur les problèmes environnementaux et à créer un réseau domestique d O N G environnementales Selon Cheng Li ces think tanks privés restent jusqu à présent marginaux en termes d influence en ce qui concerne l élaboration des politiques ou d impact sur l opinion publique 48 Alors qu une tendance allant dans le sens de la mise en place de think tanks plus indépendants dans des domaines moins politiquement délicats comme l économie ou l environnement peut être observée en Chine ce n est pas encore le cas dans le secteur des think tanks spécialisés en relations internationales Un pionnier à cet égard est le peu connu China Think Tank Zhongguo zhiku établi en 2006 Il compte parmi les trois ou quatre think tanks de relations internationales en Chine sur lesquels le gouvernement exerce très peu de contrôle mais qui possède un niveau considérable d influence Il rassemble environ deux cents experts de haut niveau qui contribuent de façon bénévole à ses recherches la plupart du temps sur des questions de sécurité de défense et des problèmes stratégiques puisque environ la moitié de ses contributeurs ont une expérience militaire Il est financé en partie par des subventions ad hoc du gouvernement pour des projets spécifiques mais aussi grâce à l organisation de séminaires et de stages de formation pour de grandes compagnies chinoises La clef de l indépendance réside selon le point de vue d un de ses dirigeants dans la capacité à fournir un appui en termes d expertise politique au gouvernement tout en maintenant une distance critique bienveillante à son égard 49 Le département de planification politique DPP Les deux organes décisionnels les plus importants de la République populaire de Chine sur les questions de politique étrangère relèvent du Conseil des affaires de l État lui même Il s agit du Groupe dirigeant restreint de travail sur la politique étrangère Waishi gongzuo lingdao xiaozu et du Groupe dirigeant restreint de travail sur la sécurité nationale Guojia anquan gongzuo lingdao xiaozu créé en 2000 Bien que ces deux groupes soient présidés par Hu Jintao le travail est coordonné dans les faits par Dai Bingguo qui dirige le secrétariat de ces deux corps Certains chercheurs et experts interviewés dans le cadre de cette étude ont souligné l absence d un concept de sécurité nationale en Chine ainsi que l absence d un Conseil permanent traitant des questions de sécurité nationale Comme souvent en Chine les structures extérieures au Parti possèdent moins de pouvoir que les organes du Parti et il est largement admis que le MAE décide seulement des sujets de deuxième et troisième catégories 50 Il n est pas étonnant non plus de remarquer que les quatre derniers ministres des Affaires étrangères ont été des diplomates de carrière et qu ils ont soigneusement suivi la ligne du parti L ironie de la situation est que les principaux décideurs en matière de politique étrangère trouvent maintenant le MAE trop conservateur et essayent de recourir à d autres ressources pour élaborer plus efficacement les politiques 51 Dai Bingguo et son équipe se reposent ainsi considérablement sur le système des consultations avec les experts et les think tanks Le problème de cette approche est que les principaux groupes dirigeants restreints ne sont pas des corps permanents Ils traitent des questions sur une base ad hoc et le plus souvent dans des situations d urgence Ce déséquilibre dans les structures décisionnelles en matière de politique étrangère pourrait avoir incité les décideurs à hausser le profil du département de planification politique Policy Planning Department DPP du MAE une mise à niveau récente qui n est pas passée inaperçue dans les cercles politique chinois Une des caractéristiques principales du personnel du DPP est le fait qu il rende des comptes aux structures du Parti et pas seulement aux divisions géographiques du MAE ce qui accroît sensiblement son niveau d accès aux décideurs Le DPP est chargé de soutenir le travail du ministre avec des rapports et des documents d information mais plus important encore il fournit directement des données aux principaux leaders et prépare leurs discours et visites 52 On peut relever également que le responsable du DPP Le Yucheng était présent au dernier sommet UE Chine à Nankin 53 Selon un fonctionnaire de DPP le département est également devenu plus influent depuis qu il prend davantage en considération les attentes domestiques dans son travail touchant aux sujets internationaux 54 La croissance de l importance du DPP est résumée dans le récent changement du nom de cet organe qui est passé de Département de recherche de politiques zhengce yanjiu si à Département de planification politique zhengce guihua si avec l accent placé sur son rôle dans la planification 55 En reconnaissance du travail accompli par Ma Chaoxu entre 2006 et 2009 pour accroître le profil du DPP ce dernier a été promu l année dernière à la tête du Département hautement stratégique de l Information 56 Alors qu une carrière diplomatique traditionnelle vers les échelons plus élevés du MAE impliquait habituellement de passer par un poste au département des affaires nord américaines ou dans le domaine de la gestion des crises certains signes laissent à penser que la diplomatie publique et les positions analytiques au ministère pourraient être la nouvelle manière de faire carrière Ceci reflète logiquement l accent mis récemment par le leadership chinois sur le développement scientifique et de manière plus importante sur le besoin de renforcer la diplomatie publique de la Chine pour améliorer son image de puissance responsable sur la scène internationale 57 Les départements de planification politique de la plupart des ministères des Affaires étrangères sont souvent considérés comme les think tanks de politique étrangère officiels des gouvernements et leur valeur ajoutée comparée aux analyses politiques fournies par les différents départements géographiques est d offrir aux hauts responsables des perspectives sur les développements futurs Etant donné la nature semi gouvernementale des instituts de politique en Chine le DPP est leur interlocuteur naturel Le niveau d interaction entre le DPP et les think tanks semble d ailleurs augmenter quoique ces derniers paraissent encore préférer traiter directement avec les divisions géographiques du MAE On peut aussi relever que le programme de consultations régulières entre les fonctionnaires de DPP et les experts a été étendu au cours de ces dernières années pour inclure la plupart des think tanks même ceux qui ne sont pas situés à Pékin comme le SIIS 58 Les canaux d influence La plupart des think tanks gouvernementaux chinois jouissent d un canal privilégié d influence sur les hauts dirigeants à travers une ou plusieurs de leurs personnalités clé On rapporte que Ma Zhengang du CIIS Zhou Hong de la CASS ou Yang Jiemian du SIIS sont invités régulièrement par le conseiller d État Dai Bingguo pour des consultations de haut niveau soit avec d autres experts en matière de politique et des fonctionnaires ou lors des réunions des principaux groupes dirigeant restreint de travail 59 À côté de cette influence personnelle directe aux échelons les plus élevés l influence des experts membres des think tanks dans le processus politique est étroitement liée à l efficacité de leurs propositions en période de tension et de crise Ceci se reflète particulièrement dans le système d évaluation pishi où les hauts fonctionnaires et les dirigeants évaluent l intérêt et l importance d un rapport présenté par les échelons inférieurs Comme les rapports et leur évaluation pishi circulent parmi les ministères et les agences concernés un peu comme les télégrammes diplomatiques en Occident un bon pishi est un élément essentiel pour la carrière d un expert en politiques puisqu elle influence sa réputation parmi ses pairs et les fonctionnaires travaillant dans son domaine 60 À la différence des États Unis il n existe aucun phénomène de va et vient entre les think tanks et la fonction publique Mais il y a néanmoins un certain niveau d interaction facilité par la nature semi gouvernementale des institutions chinoises Beaucoup de directeurs des think tanks sont d anciens ambassadeurs et la plupart des chercheurs du CICIR et du CIIS ont occupé des positions diplomatiques Selon un chercheur du CIIS ces postes sont connus sous le nom de jie diao ce qui signifie que les experts prêtés par les think tanks au MAE travaillent dans les ambassades où ils ne remplissent pas les tâches typiques dévolues aux diplomates comme la négociation mais conseillent plutôt l ambassadeur sur des sujets politiques Dans ces deux think tanks les plus proches du gouvernement le CIIS pour le ministère des Affaires étrangères et le CICIR pour le ministère de la Sécurité d État une importante proportion du personnel de recherche a été en poste dans une mission diplomatique à un moment de sa carrière 61 Il est de plus en plus rare que les experts venant de l extérieur des structures gouvernementales jouissent de ce privilège Les membres de la CASS par exemple ne pouvaient traditionnellement pas servir à l étranger mais il apparaît que le gouvernement chinois a récemment reconsidéré son approche en ce qui concerne le système de jie diao et a décidé d étendre le domaine diplomatique au delà des sources traditionnelles de recrutement L exemple le plus important de cette nouvelle approche est illustré par la nomination à la mission chinoise auprès de l Union européenne de deux professeurs de l Université de Fudan 62 Parmi leurs fonctions les plus importantes ces chercheurs diplomates agissent comme une sorte de tampon et présentent d une manière différente les positions chinoises aux publics locaux Leur travail comporte aussi la participation aux conférences organisées par les think tanks locaux et aux dialogues informels avec les institutions ainsi que la préparation des interventions publiques de l ambassadeur 63 Nous pouvons certainement nous attendre à ce que le gouvernement chinois continue de recourir à l immense réservoir d experts en matière de relations internationale dont il dispose en Chine plus de cinq mille selon un professeur de Fudan pour continuer à diversifier le personnel de ses missions diplomatiques à l étranger 64 Pour le moment les diplomates de ce système jie diao peuvent être personnellement choisis par l ambassadeur ou à travers des candidatures formelles En dépit des relations étroites entre les think tanks chinois et le gouvernement il y a un mécontentement global parmi les membres de ces institutions au niveau de l interaction avec les fonctionnaires Hormis les consultations de haut niveau entre les directeurs des think tanks et les dirigeants chinois il semble que les relations soient le plus souvent un processus à sens unique Les fonctionnaires du gouvernement viennent souvent en délégation pour être informés par les experts des think tanks 65 Il semble d autre part que le gouvernement attend de plus en plus des think tanks et essaye de profiter au maximum de leur expertise recourrant à la méthode millénaire chinoise qui consiste à recueillir une myriade d informations sur la situation pour dresser un tableau général Tous les think tanks ont par exemple été chargés de rédiger un rapport destiné directement au Conseil des affaires de l État avant la visite d état du Président Obama en novembre dernier chacun d entre eux essayant de s attirer les bonnes grâces des dirigeants en conseillant la bonne approche ou en prévoyant des développements futurs Le vice ministre des affaires étrangères He Yafei aurait briefé les chercheurs au CIIS après la visite du Président Obama mais il s agit semble t il d un événement peu fréquent parce que les fonctionnaires sont trop occupés s est plaint un chercheur du CIIS Un expert en affaires européennes nous a aussi rapporté qu elle a dû insister pour obtenir une rétroaction des fonctionnaires après le sommet UE Chine 66 Cela devrait changer petit à petit puisque le gouvernement chinois semble de plus en plus vouloir prendre en considération les think tanks dans le processus de formation de la politique étrangère Le concept de développement scientifique lancé par Hu Jintao au XVIIe congrès de Parti en 2007 se répand dans toutes les couches de gouvernement chinois Dès 2002 les analystes occidentaux ont souligné le fait qu une politique extérieure chinoise plus pragmatique et un processus de formulation de la politique étrangère plus bureaucratique augmentaient les occasions pour les instituts de recherche d influencer la politique extérieure 67 En second lieu aussi technocratiques que les différents ministères soient devenus il y a toujours un manque sérieux de capacité du gouvernement sur quelques unes des questions les plus complexes et les plus importantes de politique étrangère Par exemple une grande partie de la délégation officielle chinoise au sommet du climat de Copenhague en décembre 2009 était composée d experts membres des think tanks 68 Alors que les autres délégations nationales comportaient quelques experts non gouvernementaux dans leur équipe le fait que la délégation chinoise en a eu plus que tout autre est parlant Bien qu elle ne soit pas totalement débarrassée des dispositifs de contrôle de la propagande officielle l interaction entre les think tanks chinois et les médias est devenue plus intensive et les analyses publiées dans les médias sont maintenant plus nuancées que jamais auparavant dans l histoire de la République populaire Selon un diplomate occidental il y a eu une véritable percée l année dernière dans le traitement des questions de politique extérieure dans les médias et dans la place accordée aux avis donnés par les experts des think tanks 69 La couverture par les médias de l essai nucléaire de la Corée du Nord en mai 2009 a été plus franche que jamais auparavant en Chine et des experts de la péninsule coréenne connus pour leur franc parler comme Shi Yinhong de l université Renmin ont eu la liberté de lancer une discussion sur la nécessité ou non de changer la politique officielle de la Chine à l égard de Pyong Yang La couverture du processus de révision du Traité de non prolifération nucléaire a également été plus ouverte Les commentateurs de politique extérieure dans les médias sont maintenant considérés comme le troisième pouvoir en matière de politique étrangère en Chine après les think tanks gouvernementaux et les universités Ce phénomène est rendu possible par le fait que le public chinois est désormais plus instruit et davantage intéressé par les relations extérieures grâce à l Internet où les discussions sont riches et souvent animées sur les matières d actualité touchant à la politique étrangère allant de la critique de Sarkozy à l Obama mania ou à la participation militaire chinoise aux opérations maritimes dans le Golfe d Aden Bien que ce ne soit pas l objet de cette étude on ne peut guère nier le fait que l Internet et les innombrables blogs et forums de politique extérieure sont un acteur non étatique actif émergeant rapidement dans le processus de formation de la politique extérieure en Chine 70 Les débats contradictoires dans les médias restent encore rares même si les experts des think tanks sont plus souvent sollicités pour fournir un support intellectuel aux politiques officielles du gouvernement 71 A l automne 2009 le journal Global Times un des nouveaux outils de la diplomatie publique de Zhongnanhai a publié une discussion entre experts chinois sur une possible participation de la Chine aux opérations militaires en Afghanistan un débat qui semble avoir été largement calibré sur la ligne des rédacteurs du journal et celle de leurs maîtres politiques 72 Mais le fait que de telles questions sont maintenant soulevées dans les médias constitue un pas en avant important Certaines matières sensibles de politique extérieure demeurent toutefois toujours absentes de la presse et les experts des think tanks sont enjoints de ne pas les commenter ouvertement Celles ci incluent la cause du Tibet et des Ouïgours les problèmes de frontières particulièrement avec l Inde ou les revendications en mer de Chine du Sud Interrogés sur la stratégie de leurs instituts dans les médias la plupart des chercheurs des think tanks chinois sont incertains sur la réponse à donner Premièrement parce que leurs tâches principales sont de conseiller le gouvernement et de conduire des études confidentielles ou non publiques non d exprimer leurs idées dans les médias Deuxièmement ils ne sont pour la plupart pas formés et pas habitués à parler aux journalistes Les think tanks chinois n ont pas été jusqu ici confrontés à la nécessité de lutter pour obtenir de l influence politique de la même manière que leurs homologues occidentaux Les relations entre les experts en matière politique et les journalistes restent toujours dans une certaine mesure de nature professeur étudiant les premiers acceptant de partager un peu de leur expertise pour permettre aux seconds de faire leur travail La plupart des experts sont encore payés environ 100 pour leurs interviews ou leurs contributions aux articles de presse Dans le cas des interviews avec un chercheur des think tanks le rédacteur en chef décide toujours si le contenu restera interne neibu ou s il peut être publié waibu le rapport étant d environ 20 pour 80 73 Récemment on a pu noter que les journaux et les magazines sont de plus en plus réceptifs aux idées innovatrices des experts en matière de politique qui sont alors présentées dans les éditoriaux ou les colonnes d expert De plus en plus d articles ne sont plus censurés dans leur ensemble Seul le contenu considéré comme interne neibu est retiré 74 Comme la concurrence entre les experts en matière de politique s accroît et que les acteurs des médias deviennent de plus en plus audacieux la relation entre les experts et les journalistes est destinée à devenir beaucoup plus fluide et interactive Déjà certains think tanks basés hors de la capitale s appuient de plus en plus sur leurs contacts avec les médias pour essayer de compenser le manque d attention qu ils reçoivent de la part des décideurs de Pékin Certains des observateurs chinois les plus judicieux de la scène domestique des think tanks précisent néanmoins qu il est peu probable qu une interaction sur le modèle occidental entre les experts en matière de politique et les journalistes se développe dans un environnement secret tel que l est celui de la Chine pour des raisons à la fois politiques et culturelles Les experts en politique les plus avisés cultivent leur guanxi avec les fonctionnaires et savent quand employer un mélange d éloge et de conseil pour que leur message soit entendu 75 Cette approche fine s applique également à l utilisation des déclarations publiques dans la presse un outil employé parcimonieusement et souvent stratégiquement par les fonctionnaires et les diplomates chinois Une concurrence plus dure entre experts en matière de politique étrangère et la compétition pour la reconnaissance

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Chine-L-impact-des-think-tanks.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Vente d’armes américaines à Taïwan : tensions entre Pékin et (...) - Chine
    Unis Chine Revue de presse vers des articles en français anglais allemand espagnol et italien Les Etats Unis ont annoncé le 29 janvier 2010 la vente à Taïwan d équipement militaire pour un montant global de 6 4 milliards de dollars En réaction la Chine a suspendu ses échanges militaires avec les Etats Unis et a demandé à Washington d annuler ce nouveau contrat Malgré le réchauffement des relations sino taïwanaises le gouvernement chinois qui a chassé le gouvernement nationaliste du Kuomintang vers Taïwan en 1949 considère toujours l île comme une province rebelle faisant partie de la Chine et menace d y intervenir militairement si elle proclame son indépendance La vente d armes à Taïwan par les Etats Unis a toujours été un sujet de discorde dans les relations sino américaines depuis la signature de l Acte de relation des Etats Unis avec Taïwan en avril 1979 Cet acte est considéré comme la base légale de la vente d armes par les Etats Unis à Taïwan qui aurait alors promis à la Chine de réduire progressivement ces ventes sans que cela ne soit effectif Pour la Chine vendre des armes à Taïwan reste une ingérence dans les affaires intérieures du pays Afin de ne pas produire de liens cassés les URL sont ôtés après 6 mois Nous vous remercions de votre compréhension Consultez l ensemble des revues de presse de l ISIT Voir Pourquoi et comment faire un don au Diploweb Mots clés Etats Unis Chine Taïwan Géopolitique Relations internationales 2010 Crise Relations sino américaines Revue de presse internationale ISIT Armement Ventes d armes Politique militaire Relations sino taïwanaises Relations américano taïwanaises Tension diplomatique Recommander cette page Votre adresse email Destinataire Texte de votre message Tweets de diploweb Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Vente-d-armes-americaines-a-Taiwan.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • "Chine, La grande séduction. Essai sur le soft power chinois", par (...) - Chine
    d instituts Confucius à travers le monde L organisation soignée des Jeux Olympiques de Pékin de l été 2008 est surtout l occasion pour la Chine de dévoiler sa puissance au grand jour en somme une vitrine de ce que la Chine est désormais capable d offrir au monde p 19 Or ce n est pas seulement le regard posé par les étrangers sur la Chine qui évolue mais celui des Chinois eux mêmes La génération de Tiananmen 1989 fait place à une nouvelle jeunesse marquée par un nationalisme plus farouche à l étranger la diaspora chinoise très importante sert de relais aux efforts de Pékin dont elle amplifie la portée La familiarité personnelle de l auteur avec les réalités chinoises lui permet de dépasser un simple point de vue extérieur pour s intéresser à la manière dont la population chinoise vit les transformations très rapides du pays Cet aspect souvent négligé est un enjeu primordial pour comprendre la Chine d autant plus que la priorité de Pékin concerne la stabilité intérieure du pays Sur le plan extérieur le soft power prolonge et renforce l insertion économique de la Chine dans la mondialisation Quel rapport à la puissance Entre imitation et rejet du modèle occidental Pourquoi alors avoir négligé le soft power dans les années 1990 L auteur replace l attitude des stratèges chinois à l égard du concept de soft power au sein d un débat plus général sur la puissance L exemple américain joue un rôle structurant dans la vision chinoise des relations internationales et sert à la fois de modèle et de contre modèle aux aspirations de Pékin Par une mise en regard habile des deux pays l auteur permet de mieux appréhender les caractéristiques principales de la puissance chinoise Celle ci refuse ainsi l étiquette d hyperpuissance statut contraignant et trop lié aux pays développés pour Pékin Ce sentiment s accompagne d une volonté d éviter tout conflit avec les États Unis et conduit les dirigeants chinois à naturellement privilégier une stratégie d influence pragmatique et patiente Sa faculté à ne pas se disperser p 69 donne un caractère inéluctable à l ascension chinoise malgré l asymétrie de moyens avec les États Unis Pékin a su exploiter les déboires de la politique américaine entre 2001 et 2008 pour se poser en véritable contre modèle à Washington sans entrer en conflit direct avec les intérêts américains Une offensive de charme en direction des Sud Après ces examens d ensemble et théoriques de la stratégie d influence chinoise l auteur démontre à travers des analyses empiriques qu elle s appuie essentiellement sur le couple partenariat économico commercial et échanges culturels p 74 Pour en mesurer la réussite dans les différentes régions Sud Asie du Sud Est Afrique Moyen Orient Amérique Latine il fait un usage très intéressant de sondages qui comparent la popularité des États Unis à celle de la Chine dans les principaux pays de chaque zone citée précédemment Ces brefs chapitres régionaux montrent comment les partenariats

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Chine-La-grande-seduction-Essai.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • une attention particulière à la dimension régionale de ce dernier Articles en français sélection à paraître Vers un monde polycentrique L Inde face à l ordre international in Barthélémy Courmont dir Repenser la multipolarité Le Pakistan porte d entrée du Proche Orient pour Pékin Monde Chinois n 23 hiver 2010 Le Yémen et l avenir de la stratégie antiterroriste américaine IRIS 1er novembre 2010 La situation particulière de l Inde face au régime international de non prolifération Chaire Raoul Dandurand en études stratégiques et diplomatiques UQAM 11 mai 2010 Le partenariat entre Pékin et Islamabad reflet des ambitions stratégiques chinoises Monde chinois n 18 été 2009 Le projet de coopération trilatérale Russie Inde Chine au XXIe siècle enjeux et implications pour la politique étrangère russe Actualité de la Russie et de la CEI n 16 IRIS mai 2009 Après l élection d Obama quel avenir pour les partis républicain et démocrate aux États Unis IRIS 11 novembre 2008 Un douloureux héritage des années Bush les subprime 1ère partie et 2e partie IRIS 23 et 26 mai 2008 Articles en anglais sélection Rethinking regional engagement and transition in Afghanistan an initiative proposal for SRAP Grossman Registan net 11 avril 2011 Haqqani Network 2 0 From Local Actor to Ideological Foe The Review Middle East 25 nov 2010 The Afghan Peace Jirga partie 1 et partie 2 IRIS Affaires Strategiques info 15 et 22 juin 2010 Needed a Coherent U S Strategy for India IRIS Affaires Strategiques info 7 mai 2010 Ses articles pour Diploweb com Le Japon en Afghanistan quelles retombées du séisme du 11 mars 2011 Parmi les donateurs majeurs le Japon se distingue par une absence de desseins politiques quant à l avenir de l Afghanistan Il peut alors être Chine La grande séduction Essai sur le soft power

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Colin-GERAGHTY_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La première tournée asiatique de Barack Obama - Chine
    En visite officielle en Chine pour la première fois le président américain Barack Obama a plaidé pour une coopération accrue entre les Etats Unis et la Chine lors d un discours devant un parterre d étudiants réunis à Shanghaï tout en insistant sur la liberté d expression de culte et d information Cette visite de trois jours en Chine est considérée comme le point culminant de la première tournée asiatique de Barack Obama qui l a déjà mené au Japon à Singapour où il a rencontré pour la première fois le premier ministre birman Thein Sein et lui a demandé de libérer la dissidente Aung San Suu Kyi et le conduira en Corée du Sud Malgré trente années de liens diplomatiques les relations restent compliquées entre les deux pays car si la Chine est un grand marché pour les produits américains les Etats Unis s inquiètent de la montée en puissance de leur principal partenaire économique Pour sa première rencontre avec le président Hu Jintao en Chine Barack Obama devrait évoquer des dossiers complexes voire des contentieux lutte contre le réchauffement climatique avant la conférence de Copenhague conflits commerciaux évaluation du yuan prolifération nucléaire en Corée du Nord et Iran droits de l Homme et transparence du programme militaire chinois Afin de ne pas produire de liens cassés les URL sont ôtés après 6 mois Nous vous remercions de votre compréhension Consultez l ensemble des revues de presse de l ISIT Voir Pourquoi et comment faire un don au Diploweb Mots clés Etats Unis Chine Géopolitique Internet Relations internationales Droits de l homme Puissance régionale Coopération économique 2009 Barack Obama Liberté Protectionnisme Relations sino américaines Revue de presse internationale ISIT Asie du Nord Est Hu Jintao Censure Recommander cette page Votre adresse email Destinataire Texte de votre message Tweets de

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-premiere-tournee-asiatique-de.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • UE/Chine Armements et embargo : quelles conditions préalables à (...) - Chine
    notons le au passage bénéficie malgré tout très largement des failles du dispositif existant 6 Il serait extrêmement aisé de dresser une liste des exportations qui ont été admises par plusieurs Etats européens au regard de ce que les produits autorisés à l exportation ne constituaient dans l absolu que des ensembles ou des composants non létaux A titre d illustration tel est le cas du moteur MTU 16V 396 SE de 6 092 chevaux qui par le biais d un transfert glissant d une application civile vers une application militaire équipe désormais les sous marins classiques de la classe Song 039A Deuxième critère respect des droits de l homme Le deuxième critère impose que le pays concerné doit appliquer les règles du respect des droits de l homme chez lui Sur ce point Chinois et pays authentiquement démocratiques n ont pas la même grille de lecture De ce fait de réelles tentations existent parfois pour incliner dans un sens lénifiant en faveur des Chinois essentiellement avec la perspective de répondre à de seuls intérêts économiques Les nombreux évènements récents à commencer par ceux qui ont concerné le Tibet en 2008 le Xinjiang à l été 2009 les détentions arbitraires de défenseurs des droits de l homme au motif de subversion démontrent que Pékin est très largement en dessous la barre 7 Troisième critère absence de tensions ou de conflits armés dans le pays Le troisième critère établit qu il doit y avoir absence de tensions ou de conflits armés dans le pays de destination finale Des tensions dans le pays l on en relève évidemment au Tibet au Xinjiang où le mouvement indépendantiste ouïghour bien qu amoindri depuis 1997 démontre aujourd hui qu il reste très actif et chose moins connue avec certains Mongols de Mongolie intérieure Mais la question la plus aiguë qui se pose ici est celle de Taiwan Puisque tous les Etats qui ont reconnu la Chine populaire et instauré des relations diplomatiques avec elle ont admis que Taiwan était partie intégrante du territoire chinois la situation démontre qu il y a bien existence de tensions dans le pays de destination finale soit la Chine Il est en effet indéniable que la question de Taiwan reste toujours défendue comme une affaire intérieure chinoise par le régime de Pékin D aucuns diront que le risque s est aujourd hui estompé avec le retour des nationalistes au pouvoir et que s est évanouie la perspective d une prise d indépendance de l île Mais ce n est pas parce que le Kuomintang a repris les rênes de la province ce n est pas non plus parce que les relations entre l île et le continent se sont notablement améliorées que la menace armée communiste à l égard de l île nationaliste a pour autant disparu Elle s est certes assagie mais s il venait à apparaître que Taiwan s orientât vers une prise définitive d indépendance la menace du recours à l usage de la force pour ramener l île renégate dans le giron de la mère patrie reste solidement affirmée dans le discours officiel de Pékin Certains observateurs tenteront de temporiser en soulignant que la menace est essentiellement maintenue pour contraindre les Taiwanais à poursuivre la négociation avec le Continent Certes mais quelles qu en soient les raisons elle demeure En outre la Chine n a à ce jour toujours pas abrogé la loi anti sécession qu elle avait adoptée au mois de mars 2005 autre menace ouverte à l époque où le courant indépendantiste de l ancien président Chen Shui Bian était en place Quatrième critère absence de risque d agression contre d autres pays Le quatrième critère stipule qu une autorisation d exportation ne doit pas être délivrée s il existe un risque manifeste que le destinataire envisagé utilise l exportation de manière agressive contre un autre pays ou pour faire valoir par la force une revendication territoriale Comme pour le troisième critère il est ici possible de jouer sur l ambiguïté du statut de Taiwan pour faire valoir qu il s agit d une revendication territoriale chinoise En revanche il est clair que en regard du droit de la mer la Chine avance des revendications territoriales infondées en Mer de Chine méridionale 8 infondées en regard du Droit de la mer infondées en regard du droit international relatif à la question des frontières héritées de l ère coloniale A cet égard même si elle prétend privilégier le dialogue avec les autres pays riverains sous couvert de sa nouvelle doctrine dite du développement pacifique elle a maintes fois recours à des opérations militaires parfois d intimidation parfois d agression contre eux Les exemples d agression sont nombreux même si depuis mars 1988 date de la conquête de vive force d une partie des îles Spratleys il n y en a plus eu de cette ampleur Les actes d intimidation par voie militaire ou paramilitaire sous couvert d opérations de police le sont plus encore Les programmes militaires d équipement qu elle a entrepris visent entre autres préoccupations à instaurer une hégémonie sur l ensemble du bassin 9 au risque de finlandiser les autres pays adjacents si elle parvient à ses fins Cinquième critère absence de risque d atteinte contre la France ou ses alliés Le cinquième critère détermine que le matériel vendu ne doit pas risquer de porter atteinte à la sécurité nationale des Etats membres et des territoires dont les relations extérieures relèvent de la responsabilité d un Etat membre ainsi que celle des pays amis ou alliés Dès lors que nos armées européennes interviennent sur des théâtres où peuvent être mis en œuvre des armements réalisés directement ou indirectement par les Chinois le risque est effectif L exemple type est celui des missiles de croisière iraniens construits avec l aide de Pékin à partir des technologies cédées des missiles chinois C 801 eux mêmes largement inspirés des Exocet français C est aussi celui des sous marins Song indirectement motorisés par les Allemands susceptibles de menacer dans le Pacifique la marine américaine qui jusqu à nouvel ordre est une marine au moins alliée si ce n est amie Ce peut être enfin la coopération de l Italien IVECO avec le Chinois NORINCO pour la construction d un véhicule léger type jeep susceptible d emporter le missile antichar chinois HJ 9A moyen que les Français seraient susceptible de trouver en face d eux sur les divers théâtres extérieurs d opération notamment de maintien ou de restauration de la paix où ils sont engagés 10 Sixième critère comportement à l égard de la communauté internationale Avec le sixième critère doit être pris en considération le comportement du pays acheteur à l égard de la communauté internationale et notamment son attitude envers le terrorisme la nature de ses alliances et le respect du droit international Sur ce point il est difficile de juger la Chine dont le comportement sur l ensemble des sous critères évoqués nécessiterait une étude approfondie Sur le plan de la lutte contre le terrorisme la Chine a contribué à l adoption à l unanimité de la résolution 1373 de l ONU instaurant la lutte internationale contre ce fléau Mais cet engagement derrière lequel elle peut par ailleurs s abriter pour justifier son action au Xinjiang contre le mouvement indépendantiste ouïghour pour partie imprégné de fondamentalisme islamiste est il suffisant quand par ailleurs pour prendre un seul exemple les roquettes tirées par le Hamas sur Israël à la fin de 2008 provenaient de Chine par voie de contrebande Quant à l appui à la criminalité organisée internationale s il est possible que les Triades agissent pour l exécution de basses besognes avec le soutien complice de quelques individus qui ont place dans les hiérarchies locales chinoises il n est en aucun cas prouvé que les hautes autorités de l Etat chinois couvrent sciemment ce type d activités Enfin pour ce qui concerne l engagement de la Chine en faveur de la non prolifération et d autres domaines relevant de la maîtrise des armements et du désarmement force est de constater qu elle n est toujours pas adhérente à l arrangement de Wassenaar que si elle a garanti à plusieurs reprises vouloir respecter l esprit du Régime de Contrôle des Technologies de Missiles MTCR elle n en est toujours pas partenaire Enfin il a bien été démontré que si les Pakistanais ont pu proliférer sur le plan des technologies nucléaires sans nul doute militaires c était bien grâce à la Chine Au total le doute demeure sur une incontestable éligibilité de la Chine à l examen de ce sixième critère Dans certains cas son attitude est manifestement claire Dans d autres elle est plutôt ambiguë D un côté elle peut soutenir des résolutions de l ONU et en même temps par divers biais les contourner C est toute la dichotomie du comportement culturel des Han dans le discours et dans les actes le discours n engageant jamais systématiquement les actes Septième critère absence de risque de détournement des équipements vendus Le septième critère exige qu il ne doive pas exister de risque de détournement de l équipement à l intérieur du pays acheteur ou de réexportation de celui ci dans des conditions non souhaitées Les éléments d analyse que suggère la Position commune pour déterminer si un pays répond à ce septième critère sont nombreux A l égard de la Chine compte tenu de ses antécédents proliférants il peut y avoir doute sur sa capacité à circonscrire les risques de réexportation d une technologie importée d Europe En revanche les capacités chinoises en matière de rétro technique sont suffisamment connues dans les applications civiles pour ne pas douter de l existence de cette capacité dans le domaine militaire Cela a notamment été démontré autour de la coopération sino allemande sur les moteurs MTU mais aussi sur les moteurs Deutz 11 De multiples autres exemples existent tels que les clones des missiles navals Crotale vendus à deux exemplaires par Thomson quelques années avant les évènements de Tian An Men clones présentés lors du défilé militaire du 1er octobre 1999 date de la célébration du 50ème anniversaire de la création de la République populaire Il est également reconnu que des contingents de scientifiques militaires visitent régulièrement les Zones de développement industriel des hautes technologies ZDIHT où sont encouragés les investissements étrangers dans les technologies de pointe pour détecter celles qui pourraient être utiles à l industrie chinoise de défense 12 Huitième critère compatibilité avec la capacité technique et économique du pays destinataire Enfin en ce qui concerne le huitième critère il doit y avoir compatibilité des exportations d armement avec la capacité technique et économique du pays destinataire compte tenu du fait qu il est souhaitable que les Etats répondent à leurs besoins légitimes de sécurité et de défense en consacrant un minimum de ressources humaines et économiques aux armements Dans l absolu un regard froid sur les chiffres fait apparaître que maintenant 3ème puissance économique mondiale en passe de dépasser le Japon en raison des dégâts que celui ci subit du fait de la crise économique mondiale la Chine répond incontestablement à ce dernier critère Et ce d autant plus que cette fois ci le gouvernement chinois apparaît vouloir réaliser et faire appliquer un certain nombre d authentiques réformes sociales dans le but d améliorer les conditions de vie de la frange la plus démunie de sa société réformes qui doivent commencer par une remise en ordre efficace et vigoureuse du système complètement déréglé de santé publique Cela dit malgré cette résolution récemment affichée l on ne saurait oublier que 16 de la population vit encore au dessous du seuil de la pauvreté 13 que le revenu des campagnes n a pas cessé de se dégrader depuis plusieurs années que les manifestations populaires liées aux multiples spoliations dont est victime une partie de la société se multiplient et que les immenses réserves chinoises de change à hauteur de quelque 2 000 milliards de dollars à l automne 2009 n ont jusqu à présent même pas pour partie servi à améliorer les conditions de vie du peuple Ainsi au bilan peut on dire que la Chine répond aujourd hui à un seul critère d éligibilité pour la réception de matériels militaires européens le huitième Elle répondra à deux le jour où il sera décidé de lever l embargo qui la frappe puisque le 1er ne s appliquera plus Dans cette hypothèse elle continuera incontestablement à ne pas répondre à quatre du deuxième au cinquième et il y aura litige sur deux le sixième et le septième Dans ces conditions la décision peut être prise de lever l embargo sur les armements en direction de la Chine Mais dans une telle perspective il apparaît fondamental d instruire tout un chacun notamment les décideurs politiques de l ensemble des dispositions que recouvre la Position commune de l Union européenne sur les exportations d armement sans en occulter aucune Négliger l une ou l autre des dispositions qu elle édicte reviendrait à reléguer la Position commune au rang de morituri Les trahir pour des intérêts prioritairement mercantiles prévalant sur des exigences de sécurité stratégique globale ne ferait qu ajouter aux hypocrisies qui entourent parfois les relations avec la Chine La troisième condition qui s impose pour appliquer concrètement les dispositions de la Position commune est que tous les Etats européens harmonisent entre eux leurs dispositifs règlementaires d autorisation d exportation des matériels de guerre et de technologies à double usage III La nécessaire uniformisation des dispositifs nationaux européens de contrôle des exportations sensibles En effet si tous les pays de l Union européenne se réfèrent à la Liste commune des équipements militaires de l Union européenne adoptée par le Conseil le 19 mars 2007 matériel couvert par le Code de conduite de l Union européenne en matière d exportation d armement actualisant et remplaçant la liste commune des équipements militaires de l Union européenne adoptée par le Conseil le 27 février 2006 14 et au règlement CE N 1334 2000 instituant un régime communautaire de contrôles des exportations de biens et technologies à double usage régulièrement mis à jour les procédures d autorisation d exportation de tels matériels continuent malgré les opérations progressives de resserrement des politiques à ce propos à différer selon les pays Et ces procédures sont devenues d autant plus problématiques à appliquer aux niveaux nationaux que la constitution de sociétés transnationales bouleverse les conditions du contrôle 15 Le rapport N 2334 fourni par les parlementaires français en 2000 faisait clairement ressortir ces disparités de procédures à la lumière des exemples français britannique allemand italien espagnol et suédois Pour résumer si en France les industriels de l armement présentent leurs demandes d autorisation d exporter devant la Commission Interministérielle pour l Exportation des Matériels de Guerre CIEMG le Royaume uni de son côté ne délivre pas d agrément préalable à la demande d exportation 16 Mais c est au moment de l exportation physique du matériel que l exportation est accordée ou refusée 17 En Allemagne la sévérité des directives qui régissent les autorisations d exportation était jusqu à la publication de la première liste commune des équipements militaires de l Union européenne contrebalancée par un système de contrôle en réalité beaucoup moins rigide que le système français 18 En effet la loi sur le contrôle des armes de guerre la Kriegswaffen Kontroll Gesetz KWG en date du 20 avril 1961 ne s appliquait qu à une partie des exportations d armement 19 soit uniquement les armes directement létales 20 Tout ce qui ne tirait pas ou n explosait pas n était pas une arme 21 C est ce qui a ainsi permis aux Allemands de procéder à un certain nombre d exportations notamment de technologies duales qui n auraient vraisemblablement pas été acceptées en France ou au Royaume uni La création de la liste commune en incluant un certain nombre de moyens qui ne figuraient pas dans le registre allemand tels que les logiciels ou les simulateurs par exemple a quelque peu changé la donne mais l empreinte de ce qui existait auparavant transparaît dans les compte rendus que l Allemagne présente au Conseil sur ses exportations d armements Dans les rapports annuels établis par le Conseil en application du point 8 du dispositif du Code de conduite en matière d exportation d armements apparaît en effet dans les notes de fin de rapport que l Allemagne ne dispose pas de la capacité de fournir de données sur ses exportations effectives selon la classification établie par la liste commune elle peut rendre compte pays par pays de la valeur totale de ses exportations effectives d armes de guerre telles qu elles sont définies dans la liste allemande des armes de guerre ce qui constitue une sous liste de la liste commune 22 L Autriche présente une situation presque analogue mais dans ses comptes rendus elle établit toutefois une discrimination entre matériels de guerre et équipements qui dans la liste militaire commune ne sont pas répertoriés matériels de guerre 23 La procédure italienne sans toutefois comporter de passage devant l équivalent d une CIEMG de type français s appuie sur un système dont le fonctionnement s en rapproche En Espagne c est comme en Angleterre au moment de l exportation elle même qu est prise la décision 24 d accorder l expédition hors du territoire national ou de la refuser Enfin en Suède c est le gouvernement lui même et non la loi qui définit ce qui est matériel d armement et c est un comité consultatif présidé par l Inspection des produits stratégiques ISP qui soit statue en dernier ressort soit saisit le gouvernement pour décision Ainsi une uniformisation entre partenaires européens des procédures amenant à délivrer les autorisations d exporter des matériels de guerre et des technologies duales constituerait un authentique renforcement du contrôle de ce type d exportations Cela interdirait également à des pays comme la Chine de spéculer sur les divisions intra européennes

    Original URL path: http://www.diploweb.com/UE-Chine-Armements-et-embargo.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Chine: les émeutes interethniques au Xinjiang - Chine
    longuement focalisés le jour des émeutes et les jours suivants une version trop partiale selon les Ouïgours qui dénoncent l absence d informations sur les victimes ouïgoures des événements et de la répression Officiellement les émeutes du 5 juillet 2009 à Urumqi ont fait 197 morts dont 137 morts Han et 46 Ouïgours et 1800 blessés 9 Les autorités locales chinoises confirment la destruction de 331 magasins et 627 véhicules 10 Pékin a aussi finalement officiellement reconnu à la mi juillet que la police avait abattu 12 Ouïgours un chiffre que les Ouïgours et les organisations ouïgoures contestent évoquant un nombre beaucoup plus élevé de victimes 11 Les causes profondes Si les causes immédiates du déclenchement des émeutes d Urumqi sont donc à rechercher dans les événements de Shaoguan Pékin reconnaît implicitement le lien avec ces incidents mais considère qu ils ont été instrumentalisés à des fins politiques par des instigateurs basés à l étranger 12 leurs causes profondes sont cependant à rechercher dans les frustrations nées au sein de la population locale ouïgoure en raison de la politique menée par la République populaire depuis plus de 20 ans au Xinjiang Alors que les années 1980 avaient été marquées par une relative libéralisation au Xinjiang libéralisation qui avait permis un revivalisme islamique et la redécouverte par les intellectuels Ouïgours de leur identité et de leur histoire par le biais notamment des romans historiques ou de l oeuvre historique de chercheurs comme Turgun Almas les années 1990 ont inversé cette tendance Confronté au revivalisme islamique et au renouveau du sentiment national ouïgour au Xinjiang dans les années 1980 aux critiques et au mécontentement des Ouïgours sur de nombreux points de sa gestion politique et économique de la région ainsi qu à leurs revendications politiques religieuses culturelles et en faveur d une autonomie réelle facteurs auxquels il faut ajouter le contexte international marqué par la chute de l URSS et la naissance de républiques indépendantes en Asie centrale aux frontières du Xinjiang Pékin a choisi depuis le début de la décennie 1990 la manière forte pour faire taire toute contestation et lutter contre les tendances séparatistes qu il discerne au sein de cette population Le contrôle sur toutes les activités politiques religieuses voire culturelles ainsi que l intimidation n ont pas cessé de se renforcer tout au long des années 1990 Cette politique a été poursuivie sur le plan interne mais elle a aussi une dimension internationale à travers les relations que Pékin a tissées avec ses voisins centre asiatique et russe tant sur le plan bilatéral que multilatéral à travers l Organisation de coopération de Shanghai Pékin a cherché à établir un véritable cordon sanitaire autour du Xinjiang en développant des liens de sécurité tournés contre les séparatistes ouïgours avec ces pays mais aussi avec d autres États contigus à son territoire comme le Pakistan le Népal ou plus récemment l Afghanistan 13 Ce contrôle n a fait que s amplifier tout au long de la décennie 1990 avec un nouveau renforcement dans la période post 2001 dans le cadre de la guerre contre le terrorisme à laquelle Pékin s est associé en présentant les organisations ouïgoures de la diaspora comme étant liées aux réseaux du jihadisme international Plus récemment des tendances assimilationnistes ont également pu être relevées au Xinjiang notamment en matière d éducation où l utilisation de la langue ouïgoure est en perte de vitesse à tous les niveaux ou en matière culturelle avec la destruction des centres historiques des villes du sud Xinjiang au nom de la planification urbaine le dernier exemple en date étant la ville de Kachgar 14 Loin d apaiser la frustration de la population ouïgoure le refus du dialogue la méfiance à l égard de sa minorité et ses choix en faveur du contrôle et de la répression n ont fait qu attiser l amertume et ce d autant que la contrepartie à l absence d ouverture politique promise par Pékin sous forme de développement économique et de participation de sa minorité aux bénéfices de l ouverture de la région ne se sont pas matérialisées En effet parallèlement à cette orientation sécuritaire la Chine a mis en oeuvre une politique d ouverture économique au Xinjiang et fait bénéficier les Ouïgours de mesures préférentielles appliquées aux minorités ethniques en Chine par exemple sous forme d avantages lors de l examen d entrée à l université ou d une politique moins restrictive en matière de planning familial L objectif de cette politique était de gagner le soutien de la population locale et de limiter l attrait potentiel du séparatisme en offrant des bénéfices économiques Pourtant cette politique a eu des effets contre productifs Au Xinjiang les disparités économiques au sein de la population n ont en fait pas cessé de croître Les Han ont été les principaux bénéficiaires du développement économique du Xinjiang pour diverses raisons importance du rôle économique des entreprises d État et surtout du Corps de Production et de Construction du Xinjiang très majoritairement Han caractère urbain des Han alors que les Ouïgours vivent dans les campagnes plus défavorisées faible connaissance de la langue chinoise par les Ouïgours meilleurs réseaux pour les entrepreneurs privés Han préjugés etc Les disparités économiques entre Han et Ouïgours n ont pas cessé de se creuser Un problème relevé tant par de nombreux observateurs occidentaux mais aussi ouïgours comme Ilham Tohti et même dans le cadre des récents événements par l Organisation de la Conférence islamique 15 L ouverture économique a aussi créé un appel d air qui a attiré davantage encore de Han dans la région ce qui a eu pour conséquence d accroître les possibilités de frictions mais aussi de renforcer la concurrence sur un marché du travail déjà difficile pour les Ouïgours La discrimination à l embauche en faveur des Han a ainsi été mise en lumière dans un rapport de la Congressional Executive Commission on China CECC des États Unis antérieur aux événements d Urumqi 16 Les Ouïgours ont donc l impression d être de plus en plus marginalisés économiquement dans leur propre région et de ne tirer aucun profit des bénéfices d une croissance mise de leur point de vue au service des seuls Han A ce facteur il faut encore ajouter la corruption latente dans la région la rapacité de certains cadres et l arrogance liée au sentiment de supériorité culturelle qu affichent certains Han On comprend ainsi mieux le mécontentement des Ouïgours Une enquête du célèbre écrivain chinois Wang Lixiong qui a travaillé sur le Tibet et sur le Xinjiang dès 1999 17 parue en 2007 dans son livre Wode Xiyu Nide Dongtu évaluait à 30 les Ouïgours qui pensent à l indépendance à 50 ceux qui veulent une autonomie réelle du Xinjiang et à 5 10 ceux qui sont satisfaits de la politique de Pékin Les autres ne s occupant pas de politique De l autre côté beaucoup de Han critiquent les privilèges octroyés aux Ouïgours et à d autres minorités en matière d éducation ou de planning familial Ils considèrent que ce sont en fait les Han qui sont défavorisés par le pouvoir et que les Ouïgours ne sont que des ingrats pour les avantages qu ils ont obtenus et les progrès économiques sanitaires etc réalisés grâce aux Han au Xinjiang A cela s ajoute les préjugés raciaux et la crainte des Han face à une population présentée dans les médias chinois comme des séparatistes et des terroristes Face à cet ensemble de facteurs on comprend mieux pourquoi une étincelle a suffi à déclencher une telle violence interethnique La réaction des autorités Une fois la première vague de violence passée la reprise en main a été extrêmement rapide Dès le soir de cette journée d émeute les autorités se sont lancées dans une vaste opération de ratissage poursuivie le lendemain La police a annoncé dès le mardi détenir plus de 1 400 suspects liés aux événements Rebiya Kadeer évoquera pour sa part lors d une visite à Tokyo 10 000 personnes disparues 18 un chiffre invérifiable que Pékin s est empressé de dénoncer comme une fabrication grossière 19 Un contrôle sur le trafic a été instauré à Urumqi dès le lundi matin et un important déploiement policier et militaire a été mis en place Le couvre feu a été établi Dès le lundi matin les autorités ont coupé l accès à Internet 20 et les services de China Mobile phone ont été suspendus dans la région 21 Fin juillet 2009 l Internet n avait été remis que très partiellement en fonction 22 et les communications téléphoniques internationales restaient encore difficiles fin août Ainsi à part quelques courtes vidéos du début de la manifestation du dimanche 5 juillet apparues par exemple sur YouTube les autres images des événements ont été fournies par les médias officiels de la RPC En même temps qu elles tarissaient les sources alternatives d images les autorités ont organisé une vaste opération de communication publique en accueillant contrairement à ce qui s était passé à Lhassa la presse internationale à Urumqi Un centre de presse a été mis à sa disposition ce qui a permis aux autorités de diffuser leur version des faits A leur arrivée les envoyés de la presse étrangère disposaient d une ligne Internet fonctionnant ce qui n était pas le cas ailleurs et d un CD contenant des images où on voit des cadavres essentiellement des Han éparpillés dans des ruelles adjacentes aux lieux d affrontements Le message était donc parfaitement clair les agresseurs étaient Ouïgours Cette ouverture de la Chine aux médias internationaux a été saluée comme un progrès Certes mais il ne faut cependant pas trop en exagérer la portée Le travail des médias a été encadré et des limites fixées Par exemple le mardi 7 juillet 2009 la police a dû disperser une foule de 200 à 300 Ouïgours réunie devant la mosquée Id Kah à Kachgar une ville historique du sud Xinjiang où les Ouïgours sont majoritaires contrairement à Urumqi Un journaliste de l AFP et le photographe qui l accompagnait ont été arrêtés à cette occasion par la police et reconduits à leur hôtel Les jours suivants l ensemble des médias a été invité à quitter Kachgar pour assurer sa sécurité 23 A Urumqi des journalistes et des équipes de télévision auraient aussi été empêchés de travailler 24 Plus inquiétant certains journalistes occidentaux travaillant sur place sur le sujet ont reçu des menaces de mort en raison de leurs reportages qui seraient biaisés et anti chinois On est donc encore bien loin au Xinjiang d une véritable liberté d enquête et d investigation pour la presse internationale en matière de relations interethniques 25 Le déploiement policier à Urumqi n a pour sa part pas réussi à empêcher au moins un millier de Han entre 3 000 et 4 000 pour les organisations ouïgoures circulant en groupe et armés de bâtons de barres de fer de machettes etc scandant des slogans nationalistes et arborant parfois le drapeau de la RPC de descendre dans les rues de la capitale provinciale où ils sont très majoritaires le mardi 7 juillet 2009 Certains s en sont pris de manière indiscriminée aux Ouïgours qu ils ont pu trouver en représailles des émeutes du dimanche avant que les forces de l ordre n interviennent pas toujours rapidement pour rétablir l ordre Il n y a pas de bilan du nombre de victimes que ces opérations de représailles pourraient avoir causé Selon des témoignages recueillis par le Guardian au moins 4 personnes ont été tuées 26 mais les organisations ouïgoures se référant à un témoignage reçu par Radio Free Asia rapportent le chiffre de 150 à 200 tués sans qu il soit possible de le vérifier 27 Les médias officiels chinois n ont pas fait un large écho à ces incidents 28 dont certains ont été filmés par la presse internationale présente sur place Un traitement partial de l information que dénoncent les Ouïgours qui comparent avec la large place faite aux victimes Han dans les reportages des médias de la RPC Le mardi 7 juillet 2009 profitant d un tour de ville organisé par les autorités pour les correspondants étrangers venus de Pékin pour couvrir les émeutes d Urumqi un groupe d au moins 200 ouïgours dont une grande majorité de femmes a aussi bruyamment manifesté devant les caméras de la presse internationale pour demander la libération de leur mari et de leurs proches arrêtés dans le sillage des événements du 5 juillet 2009 ce qui confirme en tout cas l organisation d opérations de ratissage les jours précédents Les opérations de contrôle et rétablissement de l ordre se sont poursuivies dans les jours et les semaines suivants Le ton au Xinjiang est resté à la fermeté 29 L adoption de nouvelles mesures anti séparatistes a ainsi été annoncée 30 Pékin a aussi mis la pression sur Rebiya Kadeer en s en prenant directement à ses enfants et aux membres de sa famille vivant encore au Xinjiang 31 Parallèlement les autorités ont favorisé un retour progressif et sous surveillance à la normale à Urumqi Les 433 mosquées de la ville ont par exemple été ré ouvertes rapidement mais sous surveillance policière 32 et les autorités n ont pas hésité à rétablir le couvre feu quinze jours après les événements 33 Cette orientation a été pragmatiquement complétée par des mesures d apaisement à destination de la population du Xinjiang campagne sur l unité des nationalités et l harmonie annonce de nouveaux investissements dans les infrastructures de communication mais aussi dans les écoles qui enseignent en mandarin et en ouïgour annonce que les personnes accusées dans le cadre des événements de juillet 2009 bénéficieront de la présence d un avocat parlant ouïgour etc 34 Evoquant les opérations de représailles menées par des groupes de Han le 7 juillet le vice président de la commission d État aux affaires ethniques Wu Shimin a également déclaré quinze jours après les événements que les Han qui ont participé aux émeutes violentes au Xinjiang devraient être également punis 35 Un message adressé aux Ouïgours et à l opinion internationale et qui reste à confirmer Incertitudes aux lendemains des émeutes A l heure actuelle on ne possède guère d informations sur les personnes arrêtées suite aux événements de juillet 2009 China Daily cite le chiffre de 718 personnes détenues et 83 formellement arrêtées Les chiffres cités précédemment par la presse chinoise étaient cependant plus importants Si on additionne les chiffres officiels publiés en Chine soit selon le Quoditien du Peuple du 7 juillet 1 434 personnes 36 auxquelles il faut ajouter 253 autres dont l arrestation à une date indéterminée a été annoncée le 29 juillet 2009 37 cela donne un total minimal de 1 687 personnes arrêtées Ce chiffre officiel doit donc être considéré comme un minimum Les autorités du Xinjiang ont peut être arrêté davantage d individus mais on peut difficilement le savoir en l absence d informations crédibles Rebiya Kadeer a évoqué 10 000 arrestations lors de sa visite à Tokyo Un chiffre rejeté par les autorités chinoises Le nombre exact de personnes arrêtées doit en toute logique se situer entre ces deux chiffres 1 687 et 10 000 C est tout ce que l on peut dire au stade actuel Il faut cependant ajouter que des arrestations ont eu lieu à Urumqi mais aussi selon le Quotidien du Peuple ailleurs au Xinjiang où l on a beaucoup moins d informations encore On ne sait pas non plus avec certitude si des personnes détenues essentiellement des Ouïgours ont été libérées depuis début juillet Des rumeurs de mauvais traitements voire d exécution en prison circulent aussi depuis le mois d août Pékin les a démenties China Daily a annoncé fin août que le procès de 200 émeutiers allait commencer 38 Une information démentie le lendemain par les autorités 39 ce qui laisse à penser que le climat sur place est peut être encore jugé trop délicat et que la tension ne retombe au Xinjiang que très progressivement Certains pensent peut être qu il vaut mieux gagner du temps pour laisser les esprits se calmer Le fait que des Han pourraient aussi se retrouver devant le juge si on suit les déclarations de Wu Shimin indispose peut être également le pouvoir qui doit compter avec l opinion et le sentiment nationaliste han dans un climat socio économique délicat Pékin semble en tout cas confronté à un dilemme Un procès où apparaîtraient seulement des accusés ouïgours pourrait être très mal accueilli par la communauté ouïgoure au Xinjiang mais également par l opinion internationale non seulement occidentale mais aussi et c est plus neuf dans les pays musulmans D un autre côté l opinion publique Han exige des châtiments exemplaires pour les émeutiers 40 Si Pékin adopte une attitude jugée lénifiante à l égard des accusés ouïgours ce sont les Han particulièrement les groupes nationalistes très actifs sur l Internet qui pourraient s indigner La propagande mise en œuvre dans les médias chinois depuis les événements et qui a insisté lourdement sur les seules victimes Han apparaît de ce point de vue particulièrement contre productive Le retour à l apaisement dans la région entre Han et Ouïgours risque de s avérer compliqué Vers une nouvelle politique au Xinjiang Sur le plan politique au début juillet 2009 la situation a semble t il été jugée tellement délicate en haut lieu à Pékin que pour la première fois le président Hu Jintao a interrompu une réunion internationale le G8 en Italie pour rentrer au pays Certains analystes évoquent à ce propos des problèmes internes au pouvoir chinois et des luttes de factions en cours les émeutes d Urumqi étant instrumentalisées sans que l on puisse se prononcer à ce stade sur ces informations Si certains comme Wu Shimin considère que la politique menée par Pékin au Xinjiang à l égard des minorités nationales est tout à fait correcte et doit être poursuivie 41 d autres comme Wang Yang le chef du PCC du

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Xinjiang-les-emeutes.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géopolitique de la Chine en Afrique. Quelles réalités ? F. (...) - Chine
    pour les économies locales Les produits made in China plutôt bien accueillis initialement car bon marché pour une population confrontée à des difficultés persistantes font l objet aujourd hui de reproches faible fiabilité dangerosité toxicité même de certains médicaments 11 Paul Wolfowitz alors président de la Banque mondiale avait vertement critiqué cette diplomatie africaine de la Chine 12 L économie sud africaine est l une des plus fragilisées par la concurrence chinoise particulièrement dans le textile et la confection Le commerce entre l Afrique du Sud et la Chine a été multiplié par trois depuis 2004 la Chine étant maintenant le 2e fournisseur du pays après l Allemagne Mais cette croissance est au détriment de l Afrique du Sud qui entre 2004 et 2007 a déploré un important déficit commercial En 2008 l Afrique du Sud a dégagé un léger excédent dans ses échanges avec Pékin qui s explique en partie par les cours élevés des métaux et du pétrole 13 jusqu à l été 2008 La Chine est désormais l objet de multiples récriminations Thabo Mbeki 14 a été l un des premiers dirigeants africains à se montrer très critique devant une présence chinoise jugée envahissante Un état d esprit de plus en plus partagé dans la région Ce ressentiment envers la Chine s est exprimé lors de la visite du président Hu Jintao en Zambie en février 2007 Dans ce pays l opposition emmenée par Michael Sata dénonce depuis plusieurs années le comportement des hommes d affaires chinois accusés de négliger les règles de sécurité dans les mines de rémunérer de manière dérisoire leurs salariés africains de faire venir leur propre main d œuvre de Chine et de se livrer à un dumping entraînant la disparition d activités artisanales locales Lors de ses réunions électorales M Sata affirmait que la Chine ne devait pas considérer la Zambie comme l une de ses provinces Plusieurs manifestations contre la présence chinoise se sont déroulées en Zambie notamment lors des deux derniers scrutins présidentiels septembre 2006 et octobre 2008 Lors de sa visite officielle 3 et 4 février 2007 Hu Jintao avait dû renoncer à se rendre dans la mine de Chambeshi de crainte d être pris à parti dans un pays où l hostilité envers les Chinois est forte II La Chine en Afrique une réalité à nuancer Pourtant les critiques formulées contre la RPC doivent être nuancées Parmi les vingt premiers partenaires commerciaux de la Chine en Afrique qui représentent 92 du commerce bilatéral neuf dégagent un excédent commercial Le solde commercial de la Chine avec l Afrique se dégrade régulièrement et depuis cinq ans la RPC a toujours déploré un déficit dans ses échanges avec le continent noir à l exception de l année 2007 Le taux de couverture de la RPC avec l Afrique s établit à 90 7 un chiffre proche de celui de l Union européenne L image d une Chine pillant le sous sol de l Afrique se révèle contredite par les chiffres Le graphique 8 montre que la RPC ne figure pas parmi les principaux acheteurs de minerais de métaux et d hydrocarbures du continent noir Graphique 8 Importation de matières premières d Afrique métaux minerais et produits chimiques en milliards de dollars en 2007 L Afrique assure en 2007 selon l Agence internationale de l énergie AIE 15 le tiers des importations en pétrole de la RPC avec comme principaux fournisseurs l Angola le Soudan et le Nigeria Pourtant la Chine n est pas le premier acheteur de pétrole africain un rang qui revient à l Union européenne Graphique 9 Exportations de pétrole des pays africains 16 Grâce aux achats massifs de matières premières et à sa forte demande la RPC a amplement contribué à la croissance économique du continent noir ces dernières années Le graphique 10 montre ci dessous la progression significative depuis 2000 du PNB de l Angola 573 de l Afrique du Sud 112 6 ou encore du Mozambique 83 Graphique 10 Progression du PNB de cinq pays d Afrique 17 Les investissements chinois en Afrique demeurent encore faibles comparés à ceux des Européens ou des Américains comme l indique le graphique 11 ci après La RPC n arrive qu au 10e rang parmi les investisseurs étrangers sur le continent noir bien après la Grande Bretagne 1er L Afrique en 2006 n accueille que 3 4 du stock des IDE de la RPC investis dans le monde Et les IDE de la RPC se concentrent dans cinq pays Soudan Zambie Algérie Nigeria Afrique du Sud Graphique 11 Le stock des investissements directs étrangers en Afrique 18 Les États africains ont conscience qu ils doivent conserver un équilibre dans leurs relations commerciale et politique Le Nigeria le premier producteur en pétrole de l Afrique subsaharienne n est qu un fournisseur marginal de la Chine en dépit des efforts diplomatiques de Pékin Le Nigeria maintient des liens étroits avec les États Unis qui sont les destinataires de 44 de ses exportations pétrolières en 2008 De surcroît les sociétés pétrolières chinoises ne maîtrisent guère les techniques de forage en off shore profond Et l Algérie pourtant le 4e client de la Chine en Afrique montre sa proximité avec Washington en participant aux exercices navals de l OTAN L Algérie joue un subtil jeu d équilibre entre Washington Paris Moscou et Pékin L Algérie voit dans les États Unis la puissance susceptible d assurer la stabilité et la sécurité du pays à long terme dans la France un partenaire commercial et culturel traditionnel dans la Russie un fournisseur d armes et un investisseur dans le secteur des hydrocarbures et enfin dans la Chine un soutien diplomatique et commercial Abdelaziz Bouteflika considère la Chine comme un allié susceptible d accélérer la modernisation de son pays sans lui imposer de contraintes particulières Les Africains ont compris l intérêt de faire jouer la concurrence notamment entre la Chine et l Inde puisque New Delhi en quête également de matières premières hydrocarbures minerais et de reconnaissance internationale

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-Chine-en-Afrique-une-realite-a.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •