archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Une stratégie sur le fil: Kim Jong-un, le funambule nord-coréen - Zone asiatique
    plus tard que son pays est en guerre avec le voisin du sud ce qui techniquement est vrai depuis l offensive de 1950 puisqu aucun traité de paix n a jamais été signé Il plaide d un côté en faveur de réformes économiques aidé par son oncle Jiang Song taek et impressionné par les succès du modèle de son immense voisin la Chine Son rêve voir la Corée du Nord reproduire le miracle chinois la principale et sans doute pour Kim la plus attrayante caractéristique de ce miracle étant bien entendu de pouvoir se maintenir au pouvoir En clair tout changer pour que rien ne change l essentiel à savoir le régime en particulier Il agite de l autre côté la menace et rompt les quelques rares passerelles permettant un semblant de dialogue pour rappeler à ceux qui l auraient oublié et se disent que son allure presque juvénile cache un manque d autorité manifeste qu il est le chef suprême Rien de nouveau dans cet autre pays du matin calme Kim Jong il est passé par les mêmes phases d ouverture et de fermeté alternant selon ses besoins mais aussi ses possibilités des messages rassurants et des rencontres historiques notamment avec Madeleine Albright alors Secrétaire d Etat américain sans oublier les dirigeants sud coréens dans le cadre de la sunshine policy d un côté des attaques contre son voisin et des essais nucléaires de l autre Ce qui ressemble de l extérieur à de la schizophrénie est pour les hommes forts de Pyongyang de la realpolitik Dans ce contexte les agissements de Kim Jong un n ont pas lieu de surprendre et répondent à une stratégie sur le fil avec un objectif précis la survie du régime et pour y parvenir un exercice de haute voltige Un bon calcul stratégique Le double problème avec une stratégie sur le fil consiste à s assurer que le fil sera suffisamment solide et que l acrobate gardera l équilibre de bout en bout En d autres termes pour que sa stratégie s avère efficace et payante Pyongyang ne peut se permettre la moindre erreur que ce soit les fondements sur lesquels elle s appuie sa force de frappe nucléaire supposée en particulier ou les directions prises par le dirigeant sachant que tout écart pourrait précipiter la chute du régime On peut bien sûr s interroger dans la durée sur la pertinence d un tel calcul Mais quelles sont les autres options qui se présentent aujourd hui au régime nord coréen L ouverture lui serait fatale et la guerre ne lui laisserait pas la moindre chance de succès Ne reste donc qu une zone grise entre les deux sorte de dosage difficile et qui permet de retarder l échéance de la chute Jusqu ici force est de reconnaître que cette stratégie fonctionne à merveille Le régime est toujours deux décennies après la fin de la Guerre froide en place malgré les prophéties de ceux qui après la chute de l URSS la mort

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Coree-du-Nord-calculs-strategiques.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Que lire sur la Corée du Nord ? Ouvrages en français et en (...) - Zone asiatique
    racontant leur calvaire 5 Autant de récits et d analyses détaillées qui ne peuvent plus laisser ignorer à quiconque la nature du régime politique initié au lendemain du second conflit mondial par Kim Il sung Le Grand Successeur Les pages avalées même par centaines ne sauraient remplacer le goût d aller voir sur place à quoi ressemble le pays de la dictature absolue celui des Kim aux délirants surnoms de Génie aux dix mille talents de Cerveau parfait de Soleil du XXIème siècle de Génie de la Révolution de Soleil rouge des peuples opprimés de Patriote suprême de Lumière du genre humain de Sommet de la pensée de Phare de l Espoir et de Grand Successeur pour le dernier en date Oui mais comment aller au nord du 38ème parallèle En s affiliant par exemple à une association de soutien au pays de la pensée juchéenne telle l Association d amitié franco coréenne AAFC mais ce n est pas si simple quand on ne partage pas cette vision politique singulière C est pourquoi le meilleur viatique apparaît aujourd hui celui de l ambition mercantile Que penser de l ouvrage de Jean Luc Coatalem Nouilles froides à Pyongyang éd Grasset Les uns prétextent des appétits économiques liés à leurs activités en Asie 6 d autres les inventent de toutes pièces C est le choix fait par l écrivain journaliste Jean Luc Coatalem Il a ainsi décidé de s inventer une activité d agent touristique à coups de faux bulletins de paie et d imposition fiscale pour aller au moins une fois là où personne ne se rend et franchir les portes du Royaume Hermite Autant d efforts justifiés par le sentiment diffus qu il ne reviendra jamais à Pyongyang une fois son objectif atteint Un aventurisme qui n a pas été toutefois jusqu à embarquer sur l un des antédiluviens Tupolev d Air Koryo Alors va pour les vols réguliers d Air China pour rejoindre la terra incognita Le séjour de J L Coatalem est un voyeurisme assumé qui incite le lecteur à faire de même Engoncé dans ses préjugés on dévore les chapitres du récit à la recherche de l incongru de l anecdote amusante voire de coutumes intactes préservées par l autarcie paranoïaque du régime On a le sentiment d être en apesanteur dans l univers du Nord Coreanus pour reprendre la formule de l auteur Certes la RPDC est une immense prison à ciel ouvert mais elle est beaucoup plus que cela On a donc entre les mains un récit superficiel même s il est ponctué d éclairages historiques utiles L industriel en vadrouille ne tire pas pleinement parti de son périple Il le conduit pourtant en de nombreux points du pays Pyongyang Mangyong Nampo Kaesong Panmunjom Certes le séjour est sans imprévu et deux accompagnateurs garde chiourmes y veillent Néanmoins plusieurs sites officiels auraient mérité de plus longs descriptifs tels l hôpital central et sa salle d acupuncture électrique le salon floral le musée de la Tapisserie

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Coree-du-Nord-livres-a-choisir.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Comprendre le conflit des îles Senkaku/Diaoyu entre Japon et (...) - Zone asiatique
    leur poids en resserrant d une part leurs liens avec leurs autres alliés du Pacifique Australie Corée du Sud Japon et Philippines et d autre part en limitant l accès de la Chine dans cette zone de géoconfluence où cette dernière a dans l histoire exercé une forte influence D ailleurs le fait que les géographes aient pris l habitude de nommer cet espace mer de Chine nous renseigne davantage sur ce point Depuis la fin de la Guerre froide 1947 1990 Pékin affiche ostensiblement sa stratégie visant à faire de la mer de Chine orientale et méridionale une mare nostrum chinoise Dans la zone méridionale ses objectifs se heurtent à ceux des autres puissances riveraines qui espèrent tout autant tirer profit des richesses naturelles présentes dans les fonds et sous sols marins La Chine nourrit des prétentions territoriales sur l archipel des Spratleys les îles Paracels le récif de Scarboroughet et les îles Pratas Cela ne concourt pas à apaiser les relations diplomatiques qu elle entretient avec les Philippines le Vietnam la Malaisie Brunei l Indonésie ou encore Taiwan Les conflits en mer de Chine méridionale ne concernent pas directement le Japon mais contribuent à alimenter les incertitudes quant aux ambitions territoriales de Pékin dont la stratégie insulaire maritime est l une des composantes de la doctrine dite du collier de perles 4 Dans la zone orientale Pékin a décidé d imposer une pression supplémentaire à Tokyo Le 13 septembre 2012 le gouvernement chinois a déposé auprès du Secrétaire général des Nations Unies comme le lui confère l Article 16 2 de la Convention de Montego Bay de 1982 le tracé de lignes de base 5 les limites extérieures de la mer territoriale de Chine ainsi qu une liste des coordonnées géographiques des îles litigieuses et des îlots affiliés les noms et les coordonnées de 17 points de base Par cet acte la Chine entend contester internationalement le contrôle exercé par le Japon sur les îles Senkaku Diaoyu depuis leur rétrocession par les États Unis 6 Alors que la pression diplomatique est à chaque crise plus forte le Japon ne semble pas enclin à céder Le conflit à propos des îles Senkaku Diaoyu donne au nationalisme nippon le champ libre pour canaliser le fort sentiment de vulnérabilité causé par la crise économique de 2008 ainsi que par l accident nucléaire de Fukushima Daiichi de 2011 En Chine les revendications nationalistes sont encore plus grandes Le Parti communiste chinois PCC fait du conflit une cause nationale dont il tire avantage En perte de popularité constante le PCC trouve une nouvelle légitimité alors qu il fait régulièrement l objet de scandales politico financiers fortunes amassées par les familles des dirigeants du PCC et que son monolithisme se fissure en dévoilant la lutte de pouvoir qui se joue entre les tenants d une ligne historique plutôt conservatrice et ceux issus d une ligne plutôt réformatrice prônant une plus grande ouverture Toutefois les cadres du PCC soutiennent la ligne politique qui vise à contester la souveraineté du Japon sur les îles Senkaku Diaoyu afin que la Chine puisse étendre son influence dans la région De cette manière elle accéderait avec plus de facilité à l espace contesté rendant du même fait plus aisée l exploitation des richesses présentes dans la zone 2 Contrôle des richesses naturelles en mer de Chine orientale L augmentation de la consommation des ressources naturelles dont les réserves se sont considérablement réduites par rapport aux besoins des êtres humains entraîne d importantes tensions internationales Leur contrôle planétaire est toujours l enjeu d âpres rivalités entre les nations car il détermine leur place et leur rayonnement sur la scène internationale La défense de la souveraineté des îles Senkaku Diaoyu n est pas étrangère à cet aspect des relations internationales La zone entourant ces îles est une région où le potentiel économique est grand Bien qu importantes les richesses halieutiques ne représentent à court terme qu un intérêt secondaire pour les deux concurrents La présence de vastes champs d hydrocarbures dans les eaux entourant les îles convoitées comme l indique le rapport de 1969 du comité des Nations Unies pour la coordination de la prospection des ressources minérales au large des côtes asiatiques le CCOP permet de comprendre la fermeté des positions japonaise et chinoise L Agence d information énergétique américaine EIA estime les réserves connues de brut en mer de Chine orientale à 100 millions de barils de pétrole et entre 1 et 2 billions de pieds cube de gaz Si l on en croit les chiffres chinois le potentiel serait bien plus grand Pour la China National Offshore Oil Corporation entre 70 et 160 milliards de barils de pétrole et 250 billions de pieds cube de gaz pour toute la mer de Chine orientale dans un rapport de 2011 U S Energy Information Administration 5 octobre 2012 7 Non loin des îles Senkaku Diaoyu les champs de gaz de Shirakaba Chunxiao Kusunoki Duanqiao Asunaro Lonjing et Kashi Tianwaitian sont déjà en cours d exploitation par la China National Offshore Oil Corporation CNOOC Ces derniers font l objet d une attention particulière car ils se trouvent dans une région où la délimitation de la Zone Economique Exclusive reste problématique Si pour la Chine l exploitation extraterritoriale des champs d hydrocarbures de la région est d une importance moindre compte tenu de ses réserves totales continentales pour le Japon les gisements potentiels sont fondamentaux car ce dernier importe la quasi totalité de l énergie qu il consomme La fermeture de plusieurs centrales nucléaires considérées comme potentiellement dangereuses après que l accident de Fukushima Daiichi ait entraîné une prise en compte plus grande des risques liés à l exploitation de l atome même à des fins civiles a accentué la consommation en énergies fossiles et rendu davantage dépendant le Japon de l extérieur quant à son approvisionnement énergétique On comprend dès lors l opiniâtreté avec laquelle le japon gère la crise territoriale des îles Senkaku Diaoyu ainsi que deux autres crises l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Japon-Chine-Senkaku-Diaoyu-les.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • 2011 Membre du Comité de lecture de la revue Dynamiques internationales Depuis 2005 Membre associé du Centre de Droit international CDI de l Université Jean Moulin Lyon 3 2010 Doctorat de Droit International et Relations Internationales Université Jean Moulin Lyon 3 mention très honorable avec les félicitations du jury Publications liste non exhaustive Géopolitique des murs et des clôtures nouveaux obstacles nouvelles perspectives Les cahiers de la Revue Défense nationale 2011 Introduction à la géopolitique des murs et des clôtures Revue Défense nationale Tribune n 154 décembre 2011 Le crime d agression devant la Cour Pénale internationale Journal du Centre de Droit International N 7 2011 Ses articles pour Diploweb com Conflit territorial Japon Chine en mer de Chine orientale Voici une présentation cartographiée de la situation stratégique en mer de Chine orientale marquée par les relations conflictuelles entre le Japon Japon Chine Senkaku Diaoyu les enjeux du conflit territorial Conflit des îles Senkaku Diaoyu J E Medina met en perspective sa dimension géostratégique avec pour toile de fond une concurrence pour le Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jean-Emmanuel-MEDINA_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Asie : une reconfiguration géopolitique - Zone asiatique
    États Unis sont en perte de vitesse sur la scène internationale ils jouent pourtant un rôle d arbitre et de régulateur toujours plus important en Asie de l Est et du Sud L essor de la Chine et son attitude de plus en plus menaçante envers ses voisins leur ont permis de consolider leur position en Asie Le resserrement des liens avec l Inde initié à la fin des années 1990 s est poursuivi Paul 2010 l alliance avec le Japon et l Australie a été renforcée Quelle identité régionale pour l Asie Rivalités et luttes d influence L appartenance à géométrie variable des pays de l Asie de l Est et du Sud à diverses organisations intergouvernementales OIG asiatiques est un bon indice de l interaction croissante entre deux complexes de sécurité et pose la question brûlante de l identité de l Asie en tant que région Ce type d organisation s est en effet multiplié à partir des années 1990 Comme le remarque T J Pempel 2010 l Asie de l Est se distingue des autres régions par la multiplicité de ses OIG de taille modeste et qui coexistent sans qu aucune ne domine les autres aucune OIG régionale ne rassemble tous les États situés en Asie de l Est Cette configuration est asiatique particulière est représentative de ce que E Goh et A Acharya 2007 appellent la course à l adhésion où les États de la région se livrent une féroce compétition pour déterminer qui doit devenir membre de quelle organisation ou groupe à travers elle s expriment des conceptions rivales de l identité du rôle de la région et de sa place dans une société internationale agencée et encore dominée par l Occident L ASEAN 3 APT et les organes qui s y rattachent sont les plus représentatifs de l Asie de l Est mais n incluent ni la Corée du Nord ni Taïwan À l origine l ASEAN établissait une distinction entre l Asie du Sud Est et l Asie du Nord Est mais elle s emploie à réunir les deux ensembles depuis les années 1990 L Asie du Nord Est n a pour sa part jamais compté d OIG régionale du moins jusqu en 2008 lorsque la Chine le Japon et la Corée du Sud ont lancé le principe de réunions au sommet tripartites indépendantes de l APT Pempel 2010 Le bilan de ces réunions à l issue du quatrième sommet tenu en 2011 reste cependant maigre La dégradation des relations entre la Chine d une part et le Japon et la Corée du Sud de l autre a relégué cette tentative de dialogue au second plan Rozman 2011 Pékin aurait souhaité que le sommet de l Asie orientale EAS rassemble les États situés dans la région mais le Japon a fait pression avec succès pour que l organisation s élargisse au delà de l Asie de l Est Goh à paraître Ren 2009 Pékin et Tokyo se sont livré en coulisse une bataille sans merci pour prendre la main sur la création et la composition d OIG régionales et promouvoir par celles ci leur vision de la région et leurs ambitions pour elle dans le contexte de la société internationale occidentale Goh à paraître Au risque d une simplification abusive on peut avancer que la Chine affiche généralement sa préférence pour des organisations intergouvernementales est asiatiques aux effectifs restreints dans lesquelles elle peut imposer sa domination Cette stratégie rejoint l inclination typique des grandes puissances pour le bilatéralisme il s agit de prendre l ascendant dans diverses OIG régionales tout en s assurant que chacune reste bien séparée des autres La Chine est tout à fait consciente de la nécessité de paraître moins menaçante pour ses voisins et mesure les risques liés à un durcissement de la rivalité qui l oppose à Tokyo Son engagement dans l ASEAN va dans le sens de la modération mais Pékin se positionne toujours en faveur d un noyau dur est asiatique complété par un système de coopération régionale plus large par exemple dans le cadre de l EAS ou du Forum régional de l ASEAN ARF Ren 2009 Inde et Japon peuvent s entraider dans la course à l adhésion au niveau régional et mondial tous deux convoitant un siège au Conseil de sécurité des Nations unies Le Japon comme nombre d autres membres de l ASEAN voudrait faire entrer dans l organisation l Inde et d autres États pour d une part amoindrir l influence de Pékin et d autre part créer des liens plus forts entre la région et la société internationale occidentale Deux facteurs sont ici déterminants l absence de toute OIG pôle incluant l ensemble des États d Asie de l Est et le modèle régional combinant OIG restreintes et appartenances multiples Ils expliquent l existence d un nombre impressionnant d OIG sur le pourtour de l Asie de l Est incluant un ou plusieurs États est asiatiques et reliant ces derniers à un voisinage plus vaste Très souvent ces OIG permettent à leurs membres est asiatiques de tisser des liens particuliers avec une région voisine à travers elles les États de l Asie de l Est interagissent parfois directement avec la société internationale occidentale Il suffit de passer les OIG de la région en revue pour observer la répétition de ce modèle et constater qu il a permis de créer des liens forts et nombreux entre différentes régions Au nord on trouve les pourparlers à six et l OCS États Unis Russie Japon Corée du Nord Corée du Sud et Chine participent aux pourparlers initialement établis pour négocier l abandon du programme nucléaire nord coréen L OCS inclut quant à elle la Chine la Russie l Ouzbékistan le Tadjikistan le Kazakhstan et le Kirghizistan ainsi que des observateurs Inde Pakistan Iran Turquie Mongolie et Turkménistan Pempel 2010 L OCS exclut donc les États Unis mais compte parmi ses membres la Russie et lie la Chine à l Asie centrale Les États observateurs fournissent des liens transversaux avec l Asie du Sud et le Moyen Orient À l est et au sud jusqu aux rives opposées de l océan Pacifique le Forum de coopération économique Asie Pacifique APEC regroupe la plupart des États d Asie de l Est l Amérique du Nord l Océanie et certains États d Amérique du Sud Divers organes tripartites complètent cette OIG qui étendent des accords de sécurité originellement bilatéraux conclus avec les États Unis le Trilateral Coordination and Oversight Group TCOG réunit les États Unis le Japon et la Corée du Sud un ensemble du même modèle comprend États Unis Australie et Japon Pempel 2010 et un sommet plus récemment institué regroupe la Chine le Japon et les États Unis Washington a de ce fait un pied dans la région et on peut se demander à cet égard si l Océanie fait réellement partie de l Asie de l Est ou si on doit plutôt la considérer comme un avant poste du pôle international occidental Le Partenariat trans Pacifique TPP vient s ajouter à ce vaste ensemble Australie Brunei Chili Malaisie Nouvelle Zélande Pérou Singapour États Unis et Vietnam s y rassemblent autour d un projet d accord de libre échange Canada Japon et Mexique pourraient les rejoindre Si un accord complet et approfondi voit effectivement le jour le Partenariat gagnera une importance significative Il est cependant trop tôt pour prévoir l issue du projet Si Pékin reste hors du TPP celui ci pourrait devenir un nouvel instrument de la politique de contrepoids menée par nombre de pays sous la houlette des États Unis pour contenir la montée en puissance de la Chine Dans l hypothèse inverse où la Chine finirait par rejoindre l organisation ses tentatives d isoler l Asie de l Est dans un ensemble régional plus étroit plus facile à dominer se verraient de la même manière contrecarrées Dernière possibilité le TPP pourrait s avérer une coquille vide de peu d utilité comme d autres forums multilatéraux avant lui Au sud et à l ouest vers l océan Indien on trouve l Association sud asiatique de coopération régionale SAARC qui regroupe l ensemble des États d Asie du Sud et accorde le statut d observateur à la Chine au Japon à la Corée du Sud à la Birmanie et à l Australie Elle constitue en quelque sorte le pendant de la configuration de l OCS où l Inde et le Pakistan sont observateurs Bailes 2007 Enfin le Forum régional de l ASEAN et l EAS assurent dans une certaine mesure le lien avec l échelon mondial tout en renforçant les relations interrégionales mentionnées plus haut L ARF relie ainsi la plupart des États est asiatiques à l Asie du Sud à l Océanie à l Amérique du Nord à la Russie et à l Union européenne UE L EAS de même compte parmi ses membres l Australie la Nouvelle Zélande l Inde la Russie et les États Unis L image à retenir de cette démonstration est celle d un vaste éventail de pôles de cercles de coopération qui étendent loin leur influence et se chevauchent partiellement rapprochant l Asie de l Est et l Asie du Sud et les reliant tout à la fois à la Russie et à l Occident Un nombre croissant d États d Asie du Sud adhèrent aux OIG est asiatiques et vice versa tandis que ces mêmes OIG s ouvrent à des membres non asiatiques La pertinence de l échelle régionale est ainsi remise en question ou réduite à néant par ces interactions et des liens transversaux multiples et étendus L idée d une région indopacifique parfois défendue par l administration Obama rend le concept même de région absurde à force de dilution Comme je l ai soutenu ailleurs cette idée s inscrit à merveille dans l habile stratégie antirégionale que les États Unis déploient déjà depuis des années Buzan 1998 Son principe les États Unis en revendiquant leur appartenance à divers groupements régionaux Atlantique Asie Pacifique Amériques légitiment leur ingérence dans les affaires de chacun d eux et gagnent une influence utile pour contrer la formation de groupements dont ils sont exclus en Europe en Asie de l Est en Amérique latine Ces tendances se retrouvent dans les stratégies de contrepoids à l échelle du supercomplexe asiatique Contrepoids et containment Nombre d États voisins de la Chine à la plus grande satisfaction des faucons de Washington commencent à craindre que le durcissement récent de l attitude de la Chine tant en matière de litiges territoriaux que de politique intérieure ne préfigure pire encore Cette menace ressentie par le Japon l Inde le Vietnam les Philippines ou l Australie les pousse à renforcer leur alliance avec les États Unis qui n ont ainsi aucun mal à maintenir leur positionnement stratégique dans le Pacifique occidental et l océan Indien L Inde et plusieurs États d Asie du Sud Est cherchent de manière croissante à s allier entre eux avec le Japon ou les États Unis pour faire front contre la menace chinoise C est là le véritable cadeau diplomatique et stratégique que les tenants chinois d une ligne dure font aux États Unis et il vient à point pour accompagner le revirement stratégique récent de Washington qui replace l Asie au cœur de la politique de sécurité américaine Le renforcement des liens stratégiques entre l Asie du Sud et l Asie de l Est dépendra principalement de la manière dont les montées en puissance respectives de l Inde et de la Chine s articuleront et de la répercussion de cet essor sur les alliances et l engagement des États Unis en Asie On peut désormais discerner les prémices d une interaction stratégique encore limitée mais bien réelle entre l Inde et la Chine adversaires davantage qu ennemies Elles s opposent directement différends frontaliers et sur les fleuves qui les traversent IISS 2010 et indirectement engagement de chacune dans la région d influence de l autre Pour I Rehman 2009 et D Scott 2008 Inde et Chine se livrent à un jeu de containment et d anti containment prises dans l engrenage des dilemmes de sécurité De manière générale les réalistes indiens et chinois craignent le développement d un profond antagonisme entre les deux puissances montantes à leurs yeux inévitable du fait des différends frontaliers de la détention par les deux pays de l arme nucléaire de leurs rivalités navales économiques et en termes de stature internationale La Chine s emploie à détourner l attention de l Inde en apportant un soutien aux États voisins elle est plus présente en Asie du Sud au Pakistan en Birmanie et au Sri Lanka Paul 2010 Elle tente aussi de maintenir l Inde hors des OIG est asiatiques et du Conseil de sécurité des Nations unies Ladwig 2009 Ren 2009 Pékin cherche par ailleurs à projeter sa puissance militaire dans l océan Indien notamment en construisant des infrastructures portuaires et de transport au Pakistan en Birmanie et au Sri Lanka officiellement pour favoriser les échanges économiques mais qui pourraient servir de point d appui au déploiement d une présence militaire Ladwig 2009 Les conséquences de l intensification considérable des échanges commerciaux entre la Chine et l Inde restent encore incertaines Pour B R Nayar 2010 le phénomène aurait une influence modératrice sur la Chine moins tentée d encourager l hostilité des États d Asie du Sud envers l Inde Ce n est pourtant pas ce qu on observe aujourd hui la Chine adopte une ligne plus dure que jamais dans les différends frontaliers qui l opposent à l Inde et fournit des réacteurs nucléaires au Pakistan Comme les États Unis l Inde cherche à limiter l investissement chinois dans des secteurs sensibles tels que l énergie ou les télécommunications IISS 2010 L élément principal de la politique de contrepoids de l Inde face à la Chine est le rapprochement avec Washington amorcé en 2000 qui a notamment permis à New Delhi de se voir reconnaître le statut de puissance nucléaire Pant 2009 L Inde n entend cependant ni s aligner ni s enfermer dans la rivalité opposant son allié à la Chine Elle nourrit le projet ambitieux d étoffer ses forces avec par exemple une marine de haute mer dotée de trois porte avions pour affirmer sa présence comme puissance dominante dans l océan Indien Ladwig 2009 IISS 2009 New Delhi a par ailleurs fait évoluer sa politique de Regard vers l est qui visait au départ d abord à arrimer le pays au moteur de croissance économique régional vers un engagement plus global en Asie de l Est L Inde et la Chine se livrent une bataille d influence en Birmanie la première entretient des liens d amitié étroits et anciens avec le Vietnam dont elle espère faire un allié aussi loyal que le Pakistan à l égard de la Chine Rehman 2009 En Asie du Sud Est l Inde cultive aussi de bonnes relations avec Singapour et l Indonésie La marine indienne est régulièrement présente dans la région et y participe à des exercices navals avec ses partenaires locaux Ceux ci se réjouissent du contrepoids ainsi apporté à la présence chinoise Ladwig 2009 New Delhi joue en outre un rôle croissant dans l exploitation minière des grands fonds marins en mer de Chine méridionale dans des zones contestées entre la Chine et les autres États riverains Depuis les années 2000 les relations entre Inde et Japon se sont améliorées avec en 2008 une Déclaration conjointe sur la coopération de sécurité Ce nouveau lien est d abord politique encore peu défini il n est assorti d aucun accord militaire et ne repose pas sur des échanges économiques particulièrement intenses Brewster 2010 Mais la marine indienne a étendu sa zone de manœuvre au delà de la mer de Chine méridionale pour inclure les eaux du Japon et de la Corée du Sud Ladwig 2009 L Inde souhaite par ailleurs acquérir des technologies de défense antimissile balistique DAMB qui pourraient lui être fournies par le Japon ou les États Unis Brewster 2010 Scott 2008 Inde et Japon se gardent bien de choisir un camp dans l antagonisme opposant Washington et Pékin Mais un axe démocratique s est progressivement construit en Asie entre l Inde le Japon l Australie et les États Unis pour émerger clairement dès 2007 inquiétant la Chine Rehman 2009 Brewster 2010 Cet atout démocratique permet à l Inde d avancer sans hâte et sans heurts et de s associer au système d alliances locales bâti autour des États Unis sans engagements trop contraignants Ces liens politiques militaires et dans une moindre mesure économiques de plus en plus étroits entre l Asie de l Est et l Asie du Sud sous tendent l émergence du nouveau supercomplexe asiatique Reléguée aux marges du continent la Russie est trop faible pour peser réellement sur ses dynamiques Sa marginalisation s accentuera probablement avec la croissance et le développement rapides des États asiatiques Restent les conflits encore ouverts entre la Chine et Taïwan entre la Corée du Nord et la Corée du Sud et l éternel antagonisme Inde Pakistan La Chine alimente ce dernier de longue date Jusqu alors l Inde s est sagement abstenue d intervenir dans les contentieux impliquant les deux Corée ou la Chine et Taïwan et continuera probablement à le faire Ces deux foyers de tension peuvent s embraser à tout moment mais ils n influent pas significativement sur les dynamiques globales du supercomplexe Il existe désormais un supercomplexe asiatique lâche mais bien réel et non plus embryonnaire Les relations entre l Asie de l Est et l Asie du Sud en matière politique et de sécurité s intensifient l Inde et la Chine nourrissent une interaction stratégique soutenue dont elles perçoivent bien les enjeux La Chine est plus puissante que l Inde et se sent moins menacée par son adversaire que l inverse Scott 2008 sa position en Asie du Sud est plus ancienne et plus solide que celle de l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Asie-une-reconfiguration.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Monde Livres géopolitiques Transversaux Compil Diploweb Audiovisuel Audio Photo Vidéo Accueil Barry BUZAN Biographie mise à jour en 2012 Professeur émérite de relations internationales à la London School of Economics and Political Science LSE chercheur associé au centre LSE IDEAS et membre de la British Academy Il est notamment l auteur de International Systems in World History Remaking the Study of International Relations avec Richard Little Oxford Oxford University Press 2000 Regions and Powers The Structure of International Security avec Ole Waever Cambridge Cambridge University Press 2003 From International to World Society Cambridge CUP 2004 The Evolution of International Security Studies avec Lene Hansen Cambridge CUP 2009 Ses articles pour Diploweb com Asie une reconfiguration géopolitique Le supercomplexe asiatique a pris forme on le voit à travers le modèle d adhésion croisée aux organisations intergouvernementales asiatiques et avec Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne Diploweb sur Union européenne États membres Institutions Pays candidats Russie CEI Russie CEI Amérique Amérique du Nord Amérique centrale Amérique du Sud Asie Chine Inde Zone asiatique Afrique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Barry-BUZAN_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • L’indispensable rebond japonais - Zone asiatique
    arrêt du nucléaire explique que la balance commerciale ait affiché en 2011 son premier déficit depuis plus de trente ans Les délocalisations risquent de se multiplier Ce n est pas une situation à laquelle le Japon qui a construit sa prospérité actuelle sur la conquête des marchés d exportations puisse se résigner très longtemps Si la surévaluation du Yen a l avantage de gonfler le trésor de guerre des entreprises nippones et les réserves en devises la santé financière du pays est loin d être assurée à long terme A cet égard la crise de la zone euro a été un signal d alarme C est une bonne leçon pour le Japon Les pays européens en crise sont moins endettés que nous Cela nous incite à ne pas pêcher par excès de confiance souligne t on au ministère des Finances où l objectif est désormais de réduire de moitié le déficit budgétaire primaire hors service de la dette d ici 2015 et de parvenir à un surplus d ici 2020 Bien que la dette japonaise atteigne deux fois le PIB et soit donc en effet bien plus importante qu en Europe elle reste gérable dans la mesure où elle est souscrite dans sa quasi totalité par les Japonais eux mêmes Cela dit compte tenu du vieillissement accéléré de la population bien plus prononcé qu en France l épargne intérieure qui reste très élevée trois fois le PIB a tendance à se réduire les personnes âgées devant puiser dans leur bas de laine pour assurer leurs vieux jours En 2010 23 1 des Japonais avaient plus de soixante cinq ans et 13 2 seulement moins de quinze ans Le taux de fécondité 1 21 enfant par femme en moyenne contre 1 96 en France est l un des plus faibles des pays développés Ces chiffres inquiétants qu il n est pas question de compenser en faisant appel à l immigration appellent une réforme trop longtemps différée du financement de la sécurité sociale et du régime des retraites selon l OCDE l âge de la retraite effective au Japon est de 70 ans Le gouvernement Noda a donc adopté pour principal cheval de bataille une hausse de la TVA impôt qui n existe au Japon que depuis 1989 et dont le taux est actuellement de 5 seulement L objectif est de faire passer la TVA à 8 en 2014 et à 10 en 2015 Economiquement la réforme s impose d elle même Politiquement elle sera très difficile à faire passer Japon Tokyo Une vue prise de la Tour de Tokyo plus connue sous le nom de Tokyo Tower Cette dernière plus grande que la Tour Eiffel est située dans le quartier de Shiodome Extrait d un reportage de Camille Poulain Le Japon tradition et modernité Au parlement l opposition contrôle la chambre haute et peut faire obstacle à la hausse de la TVA Au sein même de la formation du Premier ministre Noda le Parti démocratique du Japon tout le monde n

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-indispensable-rebond-japonais.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • avoir entamé sa carrière à l Agence France Presse AFP il a rejoint Le Figaro en 1988 en tant que grand reporter chargé de la couverture de l Amérique latine La chute du mur de Berlin l a conduit à suivre les bouleversements en Europe centrale La première guerre du Golfe a coïncidé avec sa nomination à Jérusalem où il a été l envoyé spécial permanent du journal de 1990 à 1996 Il a ensuite dirigé le Service étranger du Figaro à partir de 1998 avant d occuper ses fonctions actuelles A l AFP il a d abord été envoyé spécial en Iran en 1980 peu après le retour de l Ayatollah Khomeiny avant d être nommé en septembre 1980 au bureau de Washington où il a d abord été chargé de couvrir les questions économiques puis de 1982 à 1986 la Maison Blanche période pendant laquelle il a suivi pour l AFP la présidence de Ronald Reagan Ses articles pour Diploweb com L indispensable rebond japonais De retour de Tokyo où il a réalisé de nombreux entretiens P Rousselin brosse un tableau d ensemble du pays Il explique ici pourquoi le Japon est Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Pierre-Rousselin_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •