archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Comment comprendre la géopolitique de l'Afghanistan ? - Zone asiatique
    imposant une ligne de démarcation la fameuse ligne Mortimer Durand du nom du colonel anglais qui l a tracée signée en 1893 qui fait office de frontière sans en avoir jamais eu clairement le statut malgré trois réécritures du traité en 1905 1919 et 1921 La ligne Durand fait basculer plus de la moitié de la population pachtoune du côté de l Empire indien britannique Le jeune État pachtoun ne s en remettra jamais mais la blessure est à l origine d un sentiment national très exacerbé et le plus souvent combattant À ce point de l histoire des peuples et des États de la région l Afghanistan apparaît déjà dans sa configuration actuelle Après la signature du traité de la ligne Durand le roi Abdul Rahman compense l amputation du pays à l est en consolidant son contrôle du nord par l implantation de colonies de peuplement pachtoun au milieu des Ouzbeks et des Tadjiks Il est donc bien clair que l État afghan s identifie à la nation pachtoune Mais qu en est il des autres À vrai dire c est surtout pendant ce XIXe siècle violent que naît le sentiment d appartenir à une maison commune que l on soit afghan c est à dire pachtoun ou qu on ne le soit pas et cette maison commune abrite toutes les populations prêtes à se battre pour n être ni sous la botte russe ni sous la botte britannique ni sous domination de l Iran chiite Lorsque après 1917 l Empire colonial russe laisse la place à l URSS les Tadjikes persanophones et les Ouzbeks turcophones tourneront définitivement le dos à l Ouzbékistan et au Tadjikistan soviétiques à leurs yeux trop séculiers et athées Mieux les résistants au régime soviétique les fameux basmatchis finiront par traverser l Amou Darya le Coran sur la tête dit on plutôt que de rendre les armes et grossiront ainsi les populations ouzbèkes et tadjikes d Afghanistan C est même de cette dernière grande migration que date l arrivée de quelque 200 000 Turkmènes venus de Merv et Ashgabad En 1979 l invasion de l Afghanistan par les Soviétiques ressoude encore les rangs de cette mosaïque des peuples Si le nationalisme est le plus souvent pachtoun le patriotisme afghan est partagé par tous Il n y a pas d étude démographique fiable et récente mais les chiffres admis sont les suivants 14 Pachtouns 42 Tadjiks 27 Hazaras 9 Ouzbeks 9 Aymaks 4 Turmènes 3 Baloutches 2 divers Nouristanis Pashaïs Brahuis etc 4 Chaque groupe a bel et bien conscience de ses signes de reconnaissance par l origine la langue les systèmes sociaux une relative endogamie lorsque les critères de spécificité sont forts comme les Hazaras du centre chiites et descendants des premiers envahisseurs mongols Cependant ils se nomment plus souvent par le lieu où ils habitent que par le nom de l ethnie Panshjiri astom je suis du Panshjir plutôt que je suis tadjike Traditionnellement seuls les Pachtouns se disent Afghans qu ils soient d ailleurs citoyens d Afghanistan ou qu ils ne le soient pas Et pourtant on a remarqué pendant la guerre contre l occupant soviétique et grâce à des solidarités de résistance et d exil au Pakistan que des non pachtouns commençaient volontiers à dire je suis Afghan mais parfois aussi simplement je suis d Afghanistan Le choix conscient d appartenir à l Afghanistan quelle que soit l origine ethnique ne fait aucun doute et même les Pachtouns dominants ne remettent pas cela en cause Est ce à dire que l État afghan joue pleinement le rôle d un État nation du vouloir vivre ensemble Ce n est pas si simple l amputation de l Afghanistan par la Ligne Durand a créé des déséquilibres qui ne sont pas seulement numériques il y a des lignes de fractures entre les Pachtouns eux mêmes la dynastie régnante a toujours été de la tribu Durrani l actuel président Hamid Karzaï est lui aussi un Durrani du lignage Popalzaï alors que la tribu Ghilzaï a toujours été tenue à l écart du pouvoir jusque 1978 elle a en revanche fourni les rangs communistes 1978 1992 puis du régime taliban 1996 2001 et une partie non négligeable de cette tribu Ghilzaï du lignage Kokar habite dans le nord du Baloutchistan pakistanais Si l on ajoute que depuis la chute des Taliban les Pachtouns ont perdu le poids qu ils avaient autrefois dans l appareil d État on comprend que les méfiances et rivalités ne facilitent pas l intégration de la mosaïque non pachtoune au sein d une même nation À ce point de l analyse nous ne pouvons plus progresser sans passer par le Pakistan héritier lui aussi du traité de la ligne Durand Outre les turbulentes zones tribales pachtounes le Pakistan doit aussi gérer un paradoxe démographique grave avec 12 ou 13 millions la population pachtoune représente presque la moitié de l Afghanistan pays des Pachtouns alors que le Pakistan en compte aujourd hui le double pour un poids beaucoup plus relatif de 15 de sa population Dans la logique des rapports entre États et nations le centre de gravité de la nation pachtoune n est pas du bon côté À cela s ajoutent les groupes terroristes wahhabites et salafistes exogènes mais installés dans les zones tribales qui véhiculent une idéologie très particulière autour du concept de nation Pakistan Nous avons souligné le morcellement des grands espaces que parcouraient les conquérants de l Orient médiéval Pour achever ce morcellement Staline décida en 1924 de diviser le Turkestan en cinq Républiques autonomes qui deviendront les cinq Républiques indépendantes d Asie centrale à la chute de l URSS en 1991 Chacune porte le nom de la nation qui la fonde Kazakh stan Kirghiz i stan Ouzbek i stan Turkmen i stan Tadjik i stan 15 Elles s ajoutent à l Afghan i stan déjà constitué Au moment de sa création en 1947 le Pak i stan fait donc exception puisque pak signifie pur et ne correspond à aucune nation distincte En réalité ce qu on appelle la théorie des deux nations l une hindoue l autre musulmane et pure est le seul fondement du Pakistan et sa seule raison officielle telle qu elle apparaît encore dans tous les manuels scolaires du pays Au moment où les Britanniques abandonnent leur Empire des Indes les musulmans craignent d être submergés par les hindous majoritaires La partition de l Empire s impose alors et le Pakistan est conçu comme une maison commune pour tous les musulmans de l Asie du Sud Évidemment les mouvements migratoires qui suivent l indépendance dans les deux sens pour rejoindre ou pour fuir la maison commune sont très meurtriers Mais il faut surtout souligner que seul le facteur religieux a été retenu pour définir le concept d une nouvelle nation et d un État nation Les hindous assurent d ailleurs la réciproque puisque le Bharatiya Janata Party BJP un parti politique majeur en Inde au pouvoir de 1998 à 2004 se définit lui même comme un parti nationaliste hindou Mais différence notoire la religion hindoue est à peu près contenue dans la péninsule indienne ce qui n est pas le cas de la religion musulmane qui s étend de l Indonésie au Maghreb Ainsi Maud ud Din alors chef du parti islamique Jamaat i Islami est réticent à cette création du Pakistan au prétexte qu on ne peut libérer la nation musulmane pour l enfermer aussitôt dans les frontières d un État Ali Jinnah le fondateur du Pakistan lui même très séculier entend bien éviter le piège et déclare dans son discours inaugural de la première Assemblée constituante en août 1947 Avec le temps les hindous cesseront d être hindous et les musulmans d être musulmans non pas au sens religieux car il s agit de la croyance personnelle de chaque individu mais au sens politique en tant que citoyens de l État 16 Rêve inachevé puisqu il meurt un an plus tard Ali Jinnah avait mal mesuré à quel point l islam est fondamentalement politique et ne peut pas rester confiné dans la sphère du privé Malgré toutes les contorsions possibles de l esprit les héritiers de Jinnah dont beaucoup sont alors des modernistes ne réussissent pas à marier nation islamique et État laïc En effet les clercs religieux qui siègent en nombre à l Assemblée constituante se disent absolument démocrates mais affirment aussi qu une démocratie musulmane n a pas besoin d Assemblée législative puisque l islam dispose déjà d un corpus de lois la charia et qu une Assemblée où siégeraient seulement des Oulémas docteurs de la Loi représentants naturels de la nation suffirait à réglementer démocratiquement les champs d application de la charia Dans ces conditions scolastiques acrobatiques le Pakistan mettra neuf ans à rédiger et adopter une Constitution un compromis bizarre où le mot charia n apparaît pas mais qui contient en préambule une Déclaration d objectifs qui en garantit le caractère islamique et affirme la souveraineté de Allah sic Cette théorie des nations religieuses comme fondement d un État nation apporte donc beaucoup de confusions d autant que le Pakistan est composé de plusieurs provinces à forte conscience identitaire S il fallait n en citer qu une le cas du Baloutchistan est le plus emblématique du télescopage de deux définitions incompatibles de la nation En effet Baloutch i stan signifie bien qu une nation baloutche s était déjà arrogé le statut de stan ce que confirme l histoire puisque le Baloutchistan était un État souverain depuis 1666 Cette souveraineté était même garantie par les Britanniques traité de Sandeman 1876 en contrepartie du droit pour ces derniers d installer des cantonnements militaires sur le flanc sud de l Afghanistan Ce traité était toujours en vigueur au moment de la partition 17 Ainsi le Baloutchistan reste aujourd hui la province la plus secouée par le nationalisme militant Les médias en parlent moins que des zones pachtounes car les insurrections permanentes ne sont pas islamistes de type taliban ou Al Qaïda Bien au contraire les partis nationalistes balouches 18 affichent tous leur obédience marxiste et ne sont donc pas perçus comme une menace mondiale En revanche un train pouvant en cacher un autre les risques de déstabilisation de l État viennent au moins autant du Baloutchistan que des zones pachtounes mais auraient les mêmes répercussions régionales la nation baloutche s étendant largement sur les territoires de l Iran le Séistan et du Sud afghan Le concept d une nation musulmane est donc inopérant au regard des fortes identités nationales revendiquées et regroupées au sein du ponam 19 mais il explique la totale incapacité de l État à gérer harmonieusement les provinces S il y avait eu une nation musulmane viable au Pakistan elle n aurait pu se développer qu autour et à partir du bassin moyen et inférieur de l Indus là où s interpénètrent les cultures pendjabies seraïkies baloutches sindhies et pachtounes dans un islam syncrétique unique au monde où survivent des influences brahmaniques de l Inde et zoroastriennes d Iran baignées dans des pratiques musulmanes soufies plus mystiques et fraternelles que dogmatiques et combattantes 20 Mais les confréries soufies locales n ont pas de goût particulier pour la politique 21 c est donc l islam dogmatique déobandi qui s est imposé au Pakistan dès le départ et sous l influence de Maud ud Din comme seule force structurante de l islam politique Jamaat i Islami et Jamaat i Ulema i Islami pour l essentiel Au lieu de laisser respirer naturellement l islam traditionnellement tolérant du Pakistan l islam politique s est surtout efforcé de créer et structurer des causes militantes islamiques en espérant cristalliser ainsi une identité nationale pakistanaise autour d épopées communes La première de ces causes combattantes a bien sûr été focalisée dès 1947 sur le Cachemire qui n aurait pas dû selon le Pakistan et la théorie des deux nations rester dans le giron de l Inde Le Pakistan met beaucoup d argent dans son armée pour être capable d affronter l Inde il engage des conflits et perd trois guerres mais il soutient aussi et entretient des armées de l ombre qui conduisent la guerre sainte le djihad dont le but est de libérer la nation musulmane retenue sous le joug de la nation hindoue ennemie par nature donc honnie Le second djihad est mené aux côtés des partis islamiques de la résistance afghane contre l invasion soviétique de 1979 et offre le double avantage d être mobilisateur de la nation et d attirer le soutien donc les aides économiques de l Occident et des États musulmans au premier rang desquels l Arabie Saoudite dont le parrainage est précieux pour faire éclore la fierté nationale d être le deuxième pays musulman le plus peuplé du monde Puis cerise sur le gâteau en 1998 la première bombe atomique islamique fait lever la clameur de Pakistan zindabad vive le Pakistan un peu partout sur le territoire Mais c est sans doute là le dernier engouement collectif très passager et insuffisant pour dire qu il existe aujourd hui une nation musulmane pakistanaise ou même l embryon cohérent d une entité unifiée L État et les partis de l islam politique ont joué ensemble une même partition mais ils ont surtout joué avec le feu L aventure des Taliban venus du Pakistan en 1994 pour s imposer en Afghanistan a mal tourné Leur défaite après le 11 septembre 2001 a eu un effet boomerang dans le nord du Baloutchistan et dans les zones tribales pachtounes de la frontière où ils se sont repliés et réorganisés avant de reprendre les offensives en Afghanistan Pire encore dans l agence tribale du Waziristan les Taliban pakistanais les plus extrémistes de la tribu Mehsud ont créé le Tehrik i Taliban Pakistan TTP le plus puissant et le plus efficace réseau terroriste régional L acte officiel de naissance du TTP date de décembre 2007 mais c est en réalité depuis 2005 qu il attaque sans relâche toutes les structures de l État pakistanais partout dans le pays en représailles du ralliement du président Pervez Musharraf à l Amérique de Georges W Bush et l engagement de l armée pakistanaise dans les zones tribales en avril 2004 Le TTP n impose pas seulement sa loi de fer et de feu dans toute la province pachtoune du nord ouest il n attaque pas seulement l armée la police et les convois de l otan mais il s en prend aussi aux magistrats aux élites politiques 22 et à tous les lieux de culte qui ne sont pas dans la droite ligne de l islamisme sunnite le plus puritain c est à dire les mosquées et mausolées chiites et soufies partout dans le pays de Peshawar à Lahore d Islamabad à Karachi de Quetta à Multan Pour un simple aperçu de l efficacité mortifère du TTP notons qu entre octobre 2009 et octobre 2010 88 attentats suicides ont fait 1 790 morts 23 dans la population civile soit 20 morts par attentat et 150 par mois en moyenne Ce chiffre ne tient évidemment pas compte des combats quotidiens entre insurgés et armée et des bombardements aériens de zones sensibles En tout ce qu il faut bien appeler une guerre a fait près de 12 000 morts entre août 2008 et juillet2009 24 La population du Pakistan n en peut plus L État ne contrôle plus les forces du djihad qu il avait mises à l œuvre avec l aide de l armée et des partis de l islam politique S il y avait eu une toute petite chance de réussir à faire naître un sentiment national islamique autour de quelques causes communes c est raté d autant qu une crise structurelle de l économie et les inondations sans précédent de cette année creusent encore la profondeur du désespoir populaire De cet échec de l islam comme ferment d une nation nouvelle sous le drapeau du même État découle ipso facto le retour à des identifications nationales séculières et très anciennes voire à des luttes nationalistes Mises à part les causes sindhies seraïkis et baloutches que nous avons déjà citées cela nous ramène pour fermer la boucle de cette analyse régionale au nationalisme pachtoun qui est le véritable enjeu entre Afghanistan et Pakistan soit pour une sortie de crise soit au contraire pour une balkanisation dont on n ose imaginer les conséquences Af pak ou le laboratoire d Al Qaïda pour une nation islamique sans État La communauté internationale a souvent reproché au Pakistan de trop mettre son nez dans les affaires afghanes par souci de profondeur stratégique Beaucoup d âneries ont été dites sur cette profondeur stratégique la plus courante étant que l armée pakistanaise aurait besoin d un repli en Afghanistan en cas d attaque de l Inde Qui connaît la topographie sait que c est absurde A t on jamais imaginé l armée française se repliant de l autre côté des Pyrénées pour contrer une offensive en Champagne En réalité la profondeur stratégique est une obsession géopolitique car l Afghanistan n a jamais reconnu la ligne Durand comme frontière internationale Or le nationalisme pachtoun séculier soutenu par l Inde et l URSS a été virulent dans les années 1950 1970 Côté pakistanais les partis nationalistes séculiers Awami National Party actuellement au pouvoir à Peshawar et le Pakhtunkhwa Milli Awami Party affichent leurs sympathies marxistes et soutiennent les insurrections En 1948 le drapeau du Pachtounistan indépendant soutenu aussi par le roi afghan Zaher Shah flotte sur le Waziristan et la vallée de Tirah Doté d un chef le Faqir de Epi et d un Parlement l État rebelle tient tête à la jeune armée pakistanaise pendant une vingtaine de mois Quant aux élites pachtounes nationalistes afghanes elles sont éduquées en URSS et appuient le président afghan Daoud 1973 1978 lorsqu il revendique toutes les zones pachtounes du Pakistan comme partie intégrante de l Afghanistan il fait même éditer des cartes repoussant la frontière jusqu à l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Afghanistan-une-geopolitique.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • nations 30 chercheurs enquêtent sur l identité nationale Paris Choiseul 2011 Ses articles pour Diploweb com Afghanistan une géopolitique L Afghanistan État pachtoun dans l esprit de son fondateur en 1747 avait bien vocation à être un État nation composite les nations non pachtounes Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Georges-LEFEUVRE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La submersion du Japon - Zone asiatique
    de fin du monde et pas de panique Une véritable leçon de civilisation offerte au reste du monde Reste que cette catastrophe naturelle de grande ampleur un peu plus de quinze ans après le tremblement de terre qui avait ravagé Kobe et sans doute la plus importante au Japon depuis le tremblement de terre qui avait anéanti Tokyo en 1923 risque de plomber un peu plus le moral des Japonais La submersion du Japon était d ailleurs plus qu un simple roman d anticipation une métaphore de la théorie du déclin du Japon et de la disparition de ce pays la submersion étant ici symbolique Depuis plusieurs décennies les Japonais craignent ce qu ils qualifient de big one à savoir la catastrophe naturelle du siècle Le 11 mars 2011 restera ainsi dans les mémoires La catastrophe frappe un pays déjà en plein doute Le phénomène de submersion est amplifiée par plusieurs facteurs qui indiquent que la catastrophe est arrivée au pire moment notons cependant ici qu il ne saurait exister de moment particulièrement favorable pour un drame d une telle ampleur Hier triomphant le Japon est dans une phase de stagnation de son économie depuis maintenant deux décennies A cela s ajoute une crise politique historique avec une valse permanente des gouvernements depuis cinq ans et une véritable crise de représentativité des élites politiques D un point de vue sociétal le vieillissement de la population désormais consommé se traduit par une baisse significative de la population Sur la scène internationale le Japon a récemment cédé sa place de deuxième économie mondiale et surtout première économie asiatique au rival chinois Et plus généralement la compétition avec Pékin a pour conséquence d isoler de plus en plus le Japon Il s agit certes là de perceptions mais elles sont basées sur des faits réels et prennent une ampleur importante dans un pays qui s inquiète de plus en plus de son avenir Symbole de ce sentiment de dépit le Premier ministre Naoto kan a même qualifié la situation actuelle de pire crise depuis la Seconde guerre mondiale Là encore une simple déclaration mais qui en dit long sur le déterminisme qui frappe désormais les Japonais Une exceptionnelle capacité à se relever Le tremblement de terre le tsunami les risques nucléaires la facture de la reconstruction qui risque d être historique et vient s ajouter à une dette publique déjà abyssale les risques pour les industries vivant de l exportation la liste des maux du Japon au lendemain de sa submersion du 11 mars 2011 est décidément bien longue et il faudra plus que du courage pour relever la tête Mais là est peut être la solution La submersion du Japon fut publiée à une époque où tout semblait sourire au Japon et sonnait ainsi comme une sorte d avertissement mais aussi comme un appel à la prudence face aux risques de voir la civilisation japonaise disparaître sous les effets de la mondialisation et de l ouverture à l extérieur La modernisation effrénée

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-submersion-du-Japon.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Le Japon en 2010, l’année de tous les défis - Zone asiatique
    japonaise était une partitocratie dans laquelle le gouvernement était très faible face à sa propre majorité et à une administration érigée en véritable pouvoir autonome Cet état de choses est largement responsable des atermoiements des autorités face à la crise des années 1990 Sous la pression de l opinion et des médias le PLD avait multiplié les promesses d instaurer le leadership politique pour rendre aux citoyens le pouvoir usurpé par la bureaucratie Une réforme de l administration centrale avait réduit de moitié le nombre des ministères 2001 et des mesures avaient tenté de donner au Premier ministre les moyens d élaborer les politiques renforcement de ses services multiplication des commissions consultatives nommées à sa discrétion Mais l administration avait d autant mieux préservé son pouvoir qu elle était liée au parti gouvernemental par un demi siècle de collaboration qui avait dégénéré au fil du temps en collusion et elle était de facto maîtresse des promotions et nominations en son sein Le nouveau gouvernement a porté le fer dans la plaie Il a interdit aux fonctionnaires d exposer dans les médias leur opinion sur les affaires courantes Il a mis un terme aux réunions régulières où les plus hauts responsables des différents ministères se concertaient pour présenter un front uni face au pouvoir politique Il décidera lui même des nominations aux plus hauts postes Chaque ministère a été doté en sus du ministre d un vice ministre et d un secrétaire parlementaire chargés d y imposer le fameux leadership politique le PLD avait déjà flanqué chaque ministre d un vice ministre mais ce duo travaillait avec les fonctionnaires dans un esprit conciliant dont ne devraient pas faire preuve les troïkas mises en place par le PDJ Enfin au sein du cabinet un ministre en mission spéciale tokumei tantô daijin dirige une commission de revitalisation de l administration chargée de rationaliser le fonctionnement de l administration centrale pour en réduire le coût de 20 Le défi de la démocratie Le parti gouvernemental a lui aussi été écarté de l élaboration des politiques Le conseil qui y était chargé de cette tâche a été dépossédé au profit d un conseil de la stratégie nationale créé au sein du cabinet Les élus démocrates ont perdu jusqu au droit de traiter les pétitions que les électeurs japonais ont coutume d adresser à leurs représentants pour appuyer de multiples demandes d intérêt local et qui constituaient un ressort essentiel des pratiques clientélistes qui ont si bien servi le PLD Les parlementaires qui négociaient ces demandes directement avec les ministères concernés devront désormais les transmettre au secrétaire général du parti le très puissant Ozawa Ce dernier s est donné pour mission d en finir avec un mode de gouvernance dans laquelle les intérêts particuliers avaient mis la main sur le processus de décision et réduit les chefs de gouvernement au rang d arbitres ou d exécutants hormis les plus décidés comme Koizumi Nationaliste convaincu Ozawa est conscient du handicap que cela représente sur une scène mondiale en proie à des changements accélérés Il est à l origine de la réforme électorale de 1994 destinée à favoriser une alternance et de celle du financement politique dont l objectif caché était d imposer l autorité du parti aux élus en diminuant leur capacité à se financer par eux mêmes Il entend parachever son œuvre L interdiction aux entreprises et aux organisations syndicales ou professionnelles de financer les hommes politiques est au programme du PDJ Elle priverait ce qui reste du PLD de l essentiel de son financement et minerait l influence des lobbies En mettant pour ce qui est du financement public les partis au régime elle placerait définitivement les élus sous la coupe de l état major détenteur des clés du coffre Ozawa en serait le premier bénéficiaire en sa qualité de secrétaire général du PDJ L interdiction satisferait l opinion exaspérée par les multiples scandales politico financiers qui émaillent la vie politique Ozawa y a été impliqué une énième fois au lendemain même de la victoire du PDJ et Hatoyama se voit reprocher d avoir bénéficié de contributions illégales de sa mère représentant environ huit millions d euros En finir avec la fric politique kinkenseiji révolutionnerait la démocratie japonaise Mais les démocrates voudront ils tout bien considéré se priver des ressources qu ils ne manqueraient pas étant au pouvoir de capter Le défi de la participation citoyenne La restitution symbolique du pouvoir aux citoyens a été mise en scène lors de la préparation du budget 2010 2011 Sous l égide de la commission de revitalisation de l administration une petite partie des demandes budgétaires a été examinée par une commission d élus d experts de représentants du secteur privé et de dirigeants associatifs Les séances étaient publiques et retransmises sur internet En dépit de ses résultats modestes cet exercice inédit a remporté un vif succès d opinion Le gouvernement multiplie aussi les commissions consultatives mi task forces mi instruments de marketing politique dont les débats seront aussi mis en ligne sur internet Sur ce dernier point le PDJ reprend une stratégie déjà utilisée par Koizumi et avant lui par Yasuhiro Nakasone 1982 1987 pour tenter d imposer leurs politiques de réforme Les démocrates ne font qu accélérer et radicaliser une évolution en cours depuis trois décennies pour moderniser un système politique parfois qualifié de féodal en raison de l importance qu y avaient les liens d homme à homme et la distribution des prébendes aussi bien pour les électeurs que pour les élus L instauration d une gouvernance ramassée aux mains de l exécutif servie par les ressorts du populisme et de la communication moderne rend le processus de décision plus réactif voire nerveux comme il est advenu dans le Royaume Uni de Tony Blair l Italie de Silvio Berlusconi et la France de Nicolas Sarkozy Dans un pays où la politique était traditionnellement un jeu subtil et lent d ajustement des intérêts cette évolution constituerait comme le revendique Hatoyama une révolution analogue à la reconquête du pouvoir par le palais impérial en 1868 Mais les Japonais qui en attendent qu elle sorte le pays de la crise économique et sociale le supporteront ils Le défi de la refonte du modèle économique À puissance vertueuse crise injuste Le Japon de 2010 reste une formidable puissance économique même si la Chine vient de lui ravir la seconde place mondiale Il produit autant qu elle 8 du PIB mondial 10 de la valeur ajoutée manufacturière avec douze fois moins de population active Si sa part des exportations mondiales a reculé de 8 à 5 depuis 2000 alors que celle de la Chine passait de 5 à 9 c est notamment parce que les grandes entreprises exportatrices de l archipel se sont mises à l heure de la mondialisation en délocalisant une part des profits engendrés par les exportations chinoises leur revient Enfin le Japon reste le premier créancier du monde son patrimoine net à l étranger de 2 500 milliards de dollars 51 de son PIB lui rapporte bien davantage que son excédent commercial Cette puissance financière est servie par un système bancaire assaini après la catastrophe des années 1990 un taux d épargne brute très élevé 27 du PIB contre 14 aux États Unis et 19 3 pour l Union européenne UE quelque 12 000 milliards de dollars d épargne accumulée par les ménages Cela n a pas empêché le Japon d être très durement ébranlé par la crise mondiale causée par l éclatement de la bulle des subprimes aux États Unis En 2008 ses exportations ont chuté de moitié En 2009 son PIB a reculé de 5 et le chômage a atteint un record historique de 5 7 un chiffre très sous estimé par la méthode d estimation utilisée Cela peut sembler d autant plus injuste que les banques japonaises s étaient tenues pour l essentiel à l écart des actifs toxiques américains et que le Japon recueillait enfin sous forme de six années successives de croissance les fruits des douloureuses réformes menées depuis le début du siècle Mais si les Japonais se voient volontiers en victimes d une crise importée deux facteurs internes ont joué un rôle majeur dans leurs malheurs la dépendance excessive de l économie japonaise aux importations et des réformes de type néolibéral menées en l absence d amortisseurs sociaux suffisants L injustice faite aux ménages Le modèle qui a fait du Japon la deuxième économie mondiale reposait prioritairement sur l investissement des entreprises au détriment de la consommation des ménages Au début des années 1990 cette dernière ne représentait que 58 du PIB et la formation de capital fixe 19 contre 67 et 12 aux États Unis Cette sous consommation relative faisait des exportations un moteur très important de l économie La situation défavorable faite aux ménages était aggravée par des prix très élevés sur le marché intérieur où la concurrence était systématiquement limitée par l administration pour le plus grand bénéfice des entreprises En conséquence les Japonais ne vivaient pas aussi bien qu ils l auraient pu compte tenu de leurs performances économiques Ils l acceptaient parce que leur niveau de vie augmentait régulièrement que la sécurité de l emploi était garantie et la distribution des revenus plus égalitaire qu en Occident Ce modèle a été performant pendant trois décennies mais ses défauts à long terme étaient patents La régulation qui limitait la concurrence sur le marché intérieur entretenait la sous productivité dans les secteurs qui n exportaient pas Celle ci était à son comble dans les catégories archaïques clientélisées par le PLD micro paysannerie petit commerce qui achetait leur fidélité au prix de lourdes dépenses notamment de travaux publics Dans les années 1980 la mondialisation avait incité le parti gouvernemental encouragé par une minorité clairvoyante du patronat à entreprendre des réformes privatisations dérégulation Mais cette politique avait achoppé sur la résistance des lobbies avant que l éclatement de la bulle financière en 1990 ne précipite le Japon dans la crise Après avoir démesurément accru les déficits à coups de plans de relance pendant une décennie le PLD se résigna à des réformes de type néolibéral Le gouvernement Koizumi déréglementa flexibilisa le marché du travail et tailla dans les dépenses de l État à commencer par les travaux publics Il engagea aussi un processus de privatisation de la Poste dans le but de mettre l énorme gisement d épargne que celle ci contrôle au service de l investissement privé Cette politique a rétabli la compétitivité des exportations qui ont pris plus d importance que jamais dans l économie japonaise bondissant de 11 du PIB en 2002 à 17 5 en 2007 Elles ont joué un rôle essentiel pour permettre à l archipel de renouer avec la croissance pendant six années consécutives avant la crise de 2008 Mais les revenus des ménages stagnaient entretenant sur le marché intérieur une tendance déflationniste préjudiciable aux profits des entreprises qui se tournaient d autant plus vers l extérieur Les réformes néolibérales ont redynamisé le modèle centré sur l exportation mais en aggravant le biais défavorable aux ménages elles ont ruiné le compromis social qui le rendait acceptable et ouvert un boulevard au PDJ Le défi au néolibéralisme Koizumi promettait la croissance après la souffrance itami ato seicho Aujourd hui le tiers des emplois est précaire et le taux de pauvreté du Japon 15 7 compte parmi les plus élevés de l Organisation de coopération et de développement économiques OCDE après ceux du Mexique de la Turquie et des États Unis Depuis 1995 le revenu annuel moyen des ménages a chuté de 6 6 à 5 5 millions de yens environ 42 800 euros Cette potion amère a été administrée en l absence d amortisseurs sociaux suffisants Dans un pays où les entreprises et la famille jouaient traditionnellement ce rôle plutôt que l État la protection sociale s est dégradée dès lors que les premières taillaient dans les coûts et que la seconde pâtissait de la baisse des revenus et de l évolution des mentalités forte augmentation du divorce et du célibat Il n y a parfois rien entre les dortoirs où nombre de firmes hébergent leurs salariés temporaires et la rue en cas de licenciement L accroissement criant des inégalités entre gagnants kachigumi et perdants makegumi ébranle l identité nationale dans un pays qui s enorgueillissait d une égalité relative des revenus plus forte que dans les autres pays avancés et y voyait le gage de sa cohésion Alors que le mécontentement gagnait la crise et l avènement du libéralisme laminaient les clientèles archaïques du PLD Depuis 1990 plus du tiers des petits commerces et des très petites entreprises a disparu ainsi que la moitié des micro exploitations agricoles Les coupes dans les travaux publics ont appauvri les zones rurales où le BPT est souvent le plus gros employeur Les stabilisateurs politiques du modèle se sont délités et le PDJ appuyé par les syndicats a surfé sur le rejet des réformes de Koizumi et de la brutalité sociale Hatoyama a eu beau jeu de dénoncer dans un manifeste qui a fait grand bruit le fondamentalisme du marché dénué de toute morale et de toute modération qui détruit la dignité humaine Les démocrates entendent remettre l homme au centre de l économie aider les ménages plutôt que les entreprises revaloriser le lien social et préserver les services publics Ils ont arrêté la privatisation de la Poste promis d augmenter le salaire minimum horaire de 40 pour le porter à 1 000 yens 7 7 euros et d interdire les formes les plus précaires du travail dans l industrie Ils vont améliorer massivement les prestations sociales allocation mensuelle de 26 000 yens 200 euros par enfant jusqu à la fin du collège gratuité réelle de l éducation publique meilleure indemnisation du chômage création d une retraite minimum de 70 000 yens environ 540 euros avec dix années de cotisation Les catégories archaïques abandonnées par le PLD n ont pas été oubliées Aux petites entreprises le PDJ a accordé une baisse d impôt et jusqu à trois ans de moratoire pour le paiement d une partie des intérêts de leurs crédits bancaires Pour la micro paysannerie agonisante il va remplacer les subventions à la production par un soutien direct aux revenus En sus de ces largesses les démocrates ont promis de réduite la fiscalité sur l essence de supprimer les péages autoroutiers et de geler à 5 le taux de la taxe à la consommation pendant toute la durée de la législature Le défi du financement des promesses Alors que la dette publique approche 200 du PIB et que son service représente plus de 20 des dépenses de l État les promesses du PDJ coûteront au moins 2 25 du PIB par an de 2010 à 2014 Le nouveau gouvernement se faisait fort de trouver une bonne partie des ressources nécessaires en rationalisant les dépenses de l État Le budget 2010 2011 l a ramené à la réalité les recettes ont fondu avec la crise et la chasse au gaspi n a guère rapporté Le déficit budgétaire que Koizumi avait ramené autour de 2 5 du PIB a bondi à 9 Pour la première fois dans l histoire l État sera financé par l emprunt davantage que par les recettes fiscales Le PDJ commence à faire machine arrière La suppression des péages autoroutiers est prudemment mise à l essai dans quelques endroits et le gouvernement va engager une réflexion approfondie sur le système fiscal Depuis deux décennies le patronat et le ministère des Finances recommandent l augmentation de la taxe à la consommation établie à 3 lors de sa création 1989 portée à 5 en 1996 mais que nul n a osé modifier depuis Le PDJ assure ne pas vouloir procéder à cette augmentation mais à peine 10 des électeurs croient en cette promesse en sorte que le prix politique d un reniement ne serait pas rédhibitoire au regard des quelque 10 000 milliards de yens quelque 80 milliards d euros soit environ le tiers du déficit prévu par le budget 2010 2011 que cela rapporterait à l État Mais cette lourde ponction sur les ménages ruinerait la perspective d un recentrage de l économie sur la consommation intérieure qui constitue le credo économique des démocrates laisserait le Japon dépendant comme jamais du commerce international et risquerait de casser toute reprise La situation n est pourtant pas désespérée Le PDJ peut puiser comme le PLD avant lui dans les trésors cachés de l État l équivalent de 1 600 milliards d euros sous forme de comptes spéciaux et autres fonds de réserves En outre le retour des fonds postaux sous le contrôle de l État lui rendra la disposition plus ou moins libre de ce qui était sa tirelire la mieux garnie Par ailleurs l endettement net de l État déduction faite de ses avoirs ne représente que 107 du PIB et les bons du Trésor sont aujourd hui souscrits à 93 sur le marché local à des taux guère supérieurs à 1 Le nouveau gouvernement n est donc pas aux abois Mais le volontarisme des démocrates ne peut rien contre le fait que le vieillissement de la population conduit les dépenses publiques à la hausse et que les économies sur les dépenses de l État sont limitées dans un pays où les fonctionnaires ne comptent que pour 5 de l emploi total Le PDJ devra aussi résoudre la contradiction existant entre sa volonté de réduire les gaspillages clientélistes et la nécessité de fidéliser les circonscriptions rurales qu il a gagnées en 2009 De même il ne s assurera pas la coopération des gouvernements locaux en diminuant les transferts financiers que le budget 2010 2011 a ramenés à leur niveau d avant les coupes opérées par Koizumi Ces largesses devraient permettre aux démocrates de passer le test des élections sénatoriales en juillet 2010 Mais au delà l avenir de leur projet se jouera sur le retour à une croissance durable et endogène Le défi d un nouveau

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Le-Japon-en-2010-l-annee-de-tous.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • recherche scientifique CNRS Ses articles pour Diploweb com Le Japon en 2010 l année de tous les défis Le changement d année est l occasion de se retourner sur 2010 et de lever le nez de nos difficultés locales pour observer les défis que d autres ont Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jean-Marie-BOUISSOU_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • "Géopolitique du Japon", B. Courmont, éd. Artège - Zone asiatique
    comptera encore 40000 soldats américains sur son sol après le transfert vers Guam financé par l Etat japonais pour un montant proche de 9 milliards de dollars L archipel conserve ainsi son rôle d allié le plus proche et de pilier de la stratégie américaine en Asie Les inquiétudes sur la relation Washington Tokyo au sujet des bases militaires américaines se sont amplifiées avec l arrivée au pouvoir du Parti Démocrate du Japon et les déclarations du ministre des Affaires étrangères Katsuya Okada le 17 septembre 2009 voulant rediscuter avec les Etats Unis d un plan de redéploiement des troupes américaines basées dans l archipel notamment en ce qui concerne son coût La question du transfert des forces américaines et des conditions dans lesquelles il doit s effectuer sera au cœur de la relation entre les deux pays dans les prochaines années et est parfois instrumentalisée politiquement au Japon Ces aspects géopolitiques de l ouvrage de Barthélémy Courmont complètent une analyse très fouillée des structures politiques propres au Japon Entre le départ de Yasuhiro Nakasone fin 1987 et l arrivée au pouvoir de Junichiro Koizumi en avril 2001 le Japon a connu pas moins de dix Premier ministres Cette instabilité chronique s est accentuée ces dernières années et depuis septembre 2006 le Japon en est à son sixième Premier ministre Dans un contexte de récession économique cette instabilité révèle comme le souligne Barthélémy Courmont deux faits une crise de la représentativité et la question du renouvellement des élites dirigeantes Ce dernier aspect est très net en ce qui concerne les dérives népotiques l immense majorité des responsables politiques japonais étant issus de familles comptant plusieurs générations successives de dirigeants Demain quelle pourrait être la place de l UE L ouvrage de Barthélémy Courmont aborde enfin des domaines encore peu traités par les spécialistes de l Archipel la nature des relations diplomatiques et économiques entre le Japon et l Union européenne par exemple Démocraties ayant en partage le respect des Droits de l homme ils ont instauré un dialogue politique qui à partir de 2001 s est élargi à des questions de sécurité internationale comme le contrôle des armements le désarmement et la non prolifération la prévention des conflits et la construction de la paix Même si la coopération entre le Japon et l Union européenne dans le domaine militaire reste très peu développée il sera intéressant rappelle l auteur de voir dans quelle mesure l Europe peut représenter une option pour le Japon dans les prochaines années notamment dans le cas d une modification de la relation avec les Etats Unis ou d une évolution sensible de la relation avec la Chine Une chose est certaine conclue Barthélémy Courmont la recherche par le Japon de nouveaux partenaires est très largement amorcée y compris dans les régions proches comme le Pacifique et l Océan Indien Cet environnement suscite en effet pour Tokyo de nombreuses inquiétudes Il s agit plus particulièrement de la question nord coréenne qui concentre une partie de son

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Geopolitique-du-Japon-B-Courmont.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Jeux stratégiques entre les deux Corées et la Chine - Zone asiatique
    Département d Etat a tenu à préciser que ces sanctions ne visent pas la population nord coréenne mais ses dirigeants Sur la base de ces seules nouvelles sanctions probablement plus symboliques que garantes de résultats on pourrait penser que Washington demeure arc bouté sur une logique dure vis à vis de ce régime totalitaire L attaque du Cheonan la réponse déterminée de Séoul et l attitude autiste de Pyongyang depuis lors auront convaincu l administration américaine de ne baisser ni la garde ni le ton Pourtant à l image de la visite privée de l ancien Président américain Jimmy Carter à Pyongyang on ne peut s empêcher de penser que des courants contradictoires sont à l œuvre au sein de l establishment politique américain Il est vrai que les divers volets de sanctions imposés à la Corée du nord n ont pas produit les résultats escomptés ni jusqu alors fait vaciller l inoxydable base du régime N ont ils pas au contraire davantage poussé Pyongyang vers de dangereux retranchements et un aventurisme frôlant l irréparable cf essai nucléaire du 25 mai 2009 affaire du Cheonan en mars 2010 Aussi au sein de la Maison Blanche du Département d Etat du Congrès et même du Pentagone il serait des personnalités partisanes d une approche moins agressive du dossier nord coréen plus engageante destinée à établir à défaut d un improbable climat de confiance à tout le moins une trame bilatérale de dialogue pérenne réaliste équitable et constructive Une approche différente donc qui miserait davantage sur l incitation que sur la mise à l index et la condamnation Dénucléarisation Pourparlers à Six impasse ou reprise Dans l impasse depuis décembre 2008 et plus encore depuis avril 2009 10 le mécanisme de discussion collégiale des Pourparlers à Six 11 PP6 sur le désarmement nucléaire nord coréen engagé en 2003 12 demeure à l été 2010 à l état de pointillé pris en otage par les atermoiements provocations et retraits de l insondable Pyongyang Pourtant de retour de son périple en Chine le Cher Dirigeant confia à son agence de presse KCNA 13 et aux médias chinois son souhait de voir une reprise rapide des PP6 afin d apaiser la tension dans la Péninsule Une formule alliant assurément volonté Pyongyang aimerait revenir dans le jeu des négociations bilatérales avec Washington en premier lieu et comme bien souvent avec l austère régime nord coréen faux semblant Pyongyang entend éventuellement réintégrer les discussions négociations des PP6 mais à sa main en passant outre notamment le contexte post Cheonan comme si de rien n était De même en faisant officiellement montre d une certaine envie de renouer le dialogue et relancer le processus enlisé au plus tôt Pyongyang cherche d une certaine manière à reporter la faute sur les autres partenaires un autre tour coutumier du régime Séoul Tokyo et Washington considérant actuellement qu en l absence d excuses officielles nord coréennes sur la tragédie du Cheonan il est impensable que les PP6 reprennent avant un certain temps nonobstant l avis moins tranché de Pékin Il est donc plus que probable que ce laborieux effort collectif de discussion des PP6 tarde encore quelque peu à reprendre A quel s jeu x joue Pékin Dans cette délicate entreprise de dénucléarisation du programme nord coréen il est une capitale impliquée dans les PP6 à occuper une place particulière Pékin Siège des rencontres quand elles ont lieu des PP6 la capitale chinoise revendique le privilège d être la seule à entretenir avec Pyongyang des relations diplomatiques économiques militaires et commerciales peu ou prou normales Un point fort 14 autant qu une gageure la patience de l allié chinois ayant depuis 2006 série d essais balistiques et franchissement du seuil nucléaire été éprouvée bien trop souvent au goût du pouvoir pékinois De Washington à Moscou de Séoul à Tokyo les membres des PP6 n ont de cesse de solliciter Pékin et sa proximité de Pyongyang pour ramener cette dernière dans le droit chemin du respect de ses engagements programme nucléaire ou à tout le moins lui faire entendre raison A l impossible nul n étant tenu la République Populaire de Chine navigue au gré de l inconstance ou de la détermination de son ombrageuse voisine du sud incapable de réfréner ses ardeurs belliqueuses cf 110 tirs d artillerie en mer Jaune début août 2010 ou son dangereux aventurisme technologique cf essais nucléaires de 2006 et 2009 Tout juste en capacité d aider Pyongyang quand la carence est trop criante cf inondations et destructions en juillet août 2010 et de se montrer au monde extérieur comme la seule porte d entrée de ce régime isolé Pékin joue un rôle plus modeste qu ambigüe dans cette complexe partie d échec Tenue généralement pour acquise en Occident son ascendance sur le pouvoir nord coréen est en réalité bien plus modeste L intransigeance de Séoul est elle susceptible de s assouplir Les autorités de Séoul comme les 50 millions de sud coréens ont naturellement fort mal vécu le drame du naufrage 15 de la corvette Cheonan et la disparition d une cinquantaine de marins Par nature peu suspect de sympathies pro nord coréennes le Président Lee Myung bak 16 élu en 2008 sur le principe d une position moins conciliante 17 vis à vis du voisin du nord a montré sans tarder 18 à Pyongyang à ses administrés à la communauté internationale que cette défiance portant le sceau de Pyongyang des affabulations selon celle ci ne serait pas prise à la légère Soutenue par Washington et Tokyo notamment son administration parvint à mobiliser le concert des nations autour de l idée de sanctions fussent elles verbales et symboliques et d excuses sincères de la part de la capitale incriminée Près d un semestre après le naufrage de ce bâtiment de 1 200 tonnes le lecteur ne sera pas surpris d apprendre que les excuses demandées tardent encore à venir Depuis lors après avoir obtenu gain de cause au moins pour ce qui est de la

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Coree-du-nord-Coree-du-sud-la.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Quelle contre-insurrection en Afghanistan ? Globale et intégrée (...) - Zone asiatique
    est agité l autorité du roi et de son administration le Machzen est très détériorée par la corruption et le clientélisme Le docteur Lyautey avec son grand sens politique son sens de l opportunité et sa grande culture historique prescrit un traitement qui se révèle particulièrement efficace Il oblige le sultan Moulay Hafid dont l autorité était discréditée à abdiquer Aussitôt il place sur le trône son frère Moulay Youssef Ce dernier est foncièrement et culturellement légitime pour prendre sa succession Tout l art de Lyautey a consisté alors à le faire accepter par les chefs de tribus Par ailleurs plutôt que de détruire avec ostentation le Machzen dans sa forme traditionnelle il constitue de nouvelles directions qui font double emploi avec les organes traditionnels Puis peu à peu elles se substituent à lui de l importance de sauvegarder la face On pourrait multiplier les exemples qui illustrent le talent politique du maréchal Lyautey Au delà de l exemple du mode opératoire c est l esprit qu il convient de retenir Le maréchal Lyautey est cultivé féru d histoire curieux et respectueux des traditions locales Il prescrit un remède en rapport avec le mode de gouvernance traditionnel du pays Ce qu il prescrit à Madagascar est radicalement différent de ce qu il a préconisé au Maroc Mais l esprit ou le génie de cette démarche est le même gouverner avec le mandarin Unicité de commandement Disciple du général Gallieni au Tonkin puis à Madagascar le maréchal Lyautey retient la nécessité de constituer des commandements à chef militaire unique sous lequel se subordonnent des sous commandements civils et militaires Militaires et administrateurs civils travaillent intelligemment sous un commandement unique Une fois la zone durablement pacifiée il s agit d opérer le transfert à un commandement régional civil L armée n est plus cantonnée dans un rôle offensif elle doit développer également son aptitude organisatrice et administrative Cette méthode a fait ses preuves au Tonkin à Madagascar puis au Maroc Chaque fois qu elle n a pas été respectée les insurgés ont profité du manque de réactivité dans la décision pour gagner du terrain et attiser l instabilité Le maréchal Lyautey a popularisé ce concept mais il l a également poussé plus loin au service d une mission civilisatrice plus globale Tout en combattant les insurgés au Maroc il construit des routes des ports et une capitale administrative dans une vision globale et cohérente Il arpente les champs de bataille comme il inspecte l avancée des chantiers engagés avec la même exigence de résultats envers civils et militaires placés sous son commandement L esprit de cette démarche réside bien dans l économie des forces et des moyens Toutes les ressources militaires et financières sont placées sous un commandement unique qui les affecte en fonction d une vision globale cohérente faisant la chasse au moindre gaspillage On trouve aujourd hui cette notion sous le vocable d approche globale ou intégrale La tâche d huile A Madagascar puis au Maroc le Maréchal Lyautey applique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Lyautey-au-chevet-de-l-Afghanistan.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •