archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • La géopolitique des populations du Sahel - Afrique
    veulent imposer les populations mandingues qui dominent le sud ouest du pays En conséquence la question touareg fait périodiquement irruption à l occasion de rébellions Au centre de l espace sahélien le Niger est un territoire tripolaire composé à l ouest des Djerma Shongaï environ 22 de la population totale du pays au centre et à l est des Haoussas 56 et au nord des Touaregs environ 10 de la population Le Niger compte aussi d autres ethnies comme les Fulas les Kanouris les Arabes les Toubous ou les Gourmantchés Globalement les Djermas exercent plutôt le pouvoir militaire et les Haoussas le pouvoir économique Dans ce pays comme au Mali la rébellion plus ou moins continue des Touaregs atteste de la fragilité de l unité nationale de cet État Au Tchad l une des caractéristiques marquantes de la population tient à une différenciation en trois zones de peuplement 4 Certes la densité du Tchad est faible inférieure à 10 habitants km2 Toutefois la faiblesse de cette densité moyenne cache une forte inégalité de la répartition de la population entre les trois zones géo climatiques La population tchadienne est donc très inégalement répartie dans l espace géographique national sachant que l occupation humaine y obéit notamment aux conditions climatiques Du Nord au Sud les densités moyennes se présentent selon trois zones distinctes très basses dans la zone saharienne assez basses en zone sahélienne et plus élevées dans la zone soudanienne Il en résulte des densités de population qui peuvent aller de moins de 1 habitant au km2 dans le Nord à plus de 60 dans le Sud notamment dans la région du Logone occidental Les trois principales zones de peuplement correspondent à des zones climatiques bien distinctes Dans la moitié Nord du pays la zone saharienne qui comprend les régions du BET 5 Bourkou Ennedi Tibesti 6 est caractérisée par une très faible pluviométrie moins de 200 mm parfois nulle Les potentialités agro pastorales sont limitées à l exploitation des oasis et à l élevage des camelins et des bovins Cette partie septentrionale de Tchad a une superficie d environ 500 000 km2 donc autant que la France métropolitaine pour 500 000 habitants soit autour de 1 habitant km2 Cette zone saharienne soit 47 de la superficie totale du Tchad abrite seulement 5 de la population Y vivent les populations sahariennes des Arabes pasteurs anciennement islamisés sédentaires ou nomades Dans cette zone une typologie possible 7 des populations permet de distinguer quatre catégories Les Sahariens peuvent se différencier en Kamadja et Libyens Les semi sédentaires se différencient en TédaTou Dôza et Bilia Les semi nomades se différencient en Annakaza Kokorda et Ounia Enfin les différents nomades sont les Gaéda les Gouroa les Erdiha les Tébia les Mourdia les Borogat les Arna du Borkou les Noarma les Djagada La deuxième zone couvrant le centre du Tchad représente 43 de la superficie du territoire national Cette zone sahélienne comprend les régions du Batha du Biltine limitrophe du Soudan du Ouadaï du Guéra du Kanem du Salamat limitrophe de la République centrafricaine et du Chari Baguirmi Cette zone bénéficiant d une pluviométrie comprise entre 200 et 800 mm par an les principales activités y sont l élevage et les cultures vivrières comme le sorgho le mil pénicillaire et l arachide Cette zone qui compte environ 2 5 millions d habitants et une densité moyenne de 8 habitants km2 Les populations sahéliennes se partagent en ethnies sédentaires semi sédentaires semi nomades et nomades Troisième ensemble géographique à la superficie beaucoup plus réduite que les précédents soit environ 10 de la superficie du Tchad la zone soudanienne couvre les régions du Mayo Kebbi limitrophe du Cameroun du Logone Oriental du Logone Occidental de la Tandjilé et du Moyen Chari limitrophe de la République centrafricaine Cette zone caractérisée par une pluviométrie comprise entre 800 et 1200 mm par an comprend de vastes domaines très fertiles pour les cultures aussi bien pour les cultures de rente que pour les cultures vivrières riz mil pénicillaire arachide sorgho et autres cultures vivrières dont les oléagineux et les tubercules Elle compte environ 7 millions d habitants en 2008 et une densité moyenne d environ 38 habitants km2 Le peuplement est donc plus important dans les cinq régions du Sud mais néanmoins varié le Logone Oriental compte une densité de plus de 25 habitants km2 le Mayo Kebbi et la Tandjilé plus de 45 hab km2 et le Logone Occidental plus de 95 habitants km2 L étude de ces trois zones conduit à distinguer de très nombreux groupes ethniques sans doute plus d une centaine dont la recension est difficile Au Soudan pays indépendant depuis 1956 une première distinction conduit à distinguer les Noirs environ 52 de la population les Arabes 39 et les Bejas 6 Le tiers septentrional est le domaine de tribus nomades chamelières islamisées mais non toutes arabisées comme les Béjas des montagnes de la mer Rouge de langue couchitique Au centre les tribus noires sont arabisées et islamisées ce qui n est pas le cas des groupes sédentaires repliés dans les massifs montagneux comme les Noubas vivant dans la province du Sud Kordofan Au centre ouest le Djebem marra qui culmine à 3 088 mètres est habité par les Fours noirs islamisés qui maintinrent jusqu en 1916 l indépendance du sultanat du Darfour Enfin la spécificité du Sud avait déjà été notée par les Anglais qui lui avaient donné un mode de gouvernance coloniale différent de celui du reste du pays Au total les habitants du Sahel se distinguent en plusieurs centaines de groupes ethniques dont l inventaire exact demeure difficile dans la mesure où certains groupes ethniques doivent être eux mêmes distingués en sous groupes ethniques Deux risques géopolitiques internes naissent de ces différences ethniques D une part le pouvoir central peut vouloir construire brutalement une identité nationale en faisant fi du principe de subsidiarité si nécessaire pour assurer la concorde sociale entre des traditions ethniques diverses Il peut alors en résulter des résistances et donc des tensions entre ce pouvoir central et tel ou tel groupe ethnique qui se considère maltraité Une telle situation existe notamment en raison de l intention fréquente du pouvoir central de sédentariser des ethnies nomades pour mieux les contrôler D autre part dans la mesure où des populations attachent davantage d importance à leur appartenance à un groupe ethnique qu à leur nationalité juridique leur attitude peut consister à promouvoir essentiellement voire uniquement leur ethnie dans les luttes pour l obtention du pouvoir national en attachant plus d importance aux avantages que peut en retirer leur ethnie qu au bien commun de l ensemble de la population Cette attitude peut notamment prévaloir lorsqu une ethnie domine le gouvernement et en profite pour distribuer la plupart des postes de responsabilité ou des avantages matériels aux membres de la même ethnie En outre la question ethnique a des effets géopolitiques en raison du caractère transfrontalier de nombreuses ethnies à l exemple de l ethnie zaghawae transfrontalière entre le Tchad et le Soudan Il en résulte que des territoires étrangers sont aisément utilisés pour être des lieux de replis lors de conflits civils Ainsi le Soudan s est il souvent trouvé un lieu de préparation à l offensive ou de repli pour des groupes rebelles du Tchad comme le Tchad l est ou l a été pour des groupes du Soudan L Algérie sahélienne est utilisée comme lieu de repli pour des groupes du Niger ou du Mali en rébellion avec leurs pouvoirs centraux Une telle région de repli n est d ailleurs jamais qu un espace historiquement utilisé par les Touaregs La diversité ethnique du Sahel conduit donc à voir s exercer la loi des groupes humains 8 C est également le cas pour les différenciations religieuses Les différenciations religieuses et leur usage géopolitique A priori la question religieuse se semble guère concerner les trois pays les plus occidentaux soit la Mauritanie le Mali et le Niger dont la très grande majorité de la population est musulmane mais ce serait supposer que la population adhère à une conception unique de l islam Par exemple la question religieuse pourrait paraître absente en Mauritanie puisque ce pays s intitule officiellement République islamique de Mauritanie Néanmoins ce pays affiche de façon ostensible dirait un laïc son appartenance à l islam et même de façon accentuée depuis l indépendance En effet le préambule de la constitution commence par une profession de foi en la toute puissance d Allah et la religion se veut un facteur d identité d un pays dont l unité nationale issue de l indépendance n a guère de profondeur historique Néanmoins la religion est aussi un facteur de division parce que tous les Mauritaniens n interprètent pas de la même façon la référence à l Islam en raison de la présence de divers courants musulmans L existence de dissensions internes dues à la question religieuse est périodiquement mise en évidence L interdiction d autoriser le parti Ouma rassemblement d islamistes 9 en a offert un exemple En outre la Mauritanie subit l activisme de groupes intégristes armés dont des agressions terroristes revendiquées par un groupe salafiste se réclamant de l islamisme La répartition religieuse des populations est semblable au Mali et au Niger Au Mali il faut compter 94 de musulmans 2 d animistes et 4 de catholiques L évaluation pour le Niger indique 95 de musulmans le restant de la population étant animiste ou chrétien En revanche la situation religieuse au Tchad et au Soudan est fort différente de celle des trois pays précédents Au Tchad la dualité religieuse crée dans une certaine mesure une fracture Nord Sud l islam étant venu du nord véhiculée par des migrations ou des marchands arabes alors que la chrétienté est venue du Sud base de l installation des Européens pendant la période coloniale Les estimations possibles conduisent à chiffrer l islam comme la religion de la moitié de la population et la chrétienté pour le tiers de la population le reste relevant notamment de religions animistes Mais en fait les pratiques et croyances religieuses peuvent être diversifiées marquées parfois sous le sceau d un certain syncrétisme 10 Enfin au Soudan les deux tiers de la population sont islamisés et le tiers restant est copte catholique ou protestant Même si la religion comme l ethnie n est pas en elle même un facteur inévitable de conflit les référents religieux comme les référents ethniques apparaissent comme des principaux référents de la rhétorique politique 11 C est particulièrement le cas lorsque le pouvoir cherche un dérivatif ou un bouc émissaire face aux difficultés de la vie quotidienne ou cherche à justifier certaines pratiques autoritaires La complexité des rapports de force est alors réduite à un aspect de l identité des populations choisi comme un marqueur du bien et du mal Kaléidoscope linguistique et absence d identité linguistique partagée Une autre spécificité géopolitique du Sahel reflet des variétés ethniques tient à ce que ni l identité de l ensemble ni l identité de chaque État ne peut y être symbolisée par une langue commune ou par un alphabet commun Certes plusieurs pays disposent d une langue officielle mais cette dernière ne traduit nullement une pratique linguistique nationale En Mauritanie l arabe est la langue officielle mais il faut y ajouter des langues nationales comme le pular le soninké ou le ouolof Au Mali compte tenu de l existence de nombreuses langues vernaculaires comme le bambara le peul le soninké ou le sonrhaï le choix d une langue officielle s est porté sur le français Il en est de même au Niger mais cette langue officielle n est parlée que par une petite minorité sans doute un dixième de la population La langue la plus pratiquée y est le haoussa par environ 60 de la population à côté d autres langues minoritaires comme le djerma le tamashek le peul ou le kanouri Le pays le plus plurilingue de la région est sans doute le Tchad cette caractéristique étant largement corrélée avec ses diversités ethniques En effet le nombre exact de dialectes ne peut être connu avec exactitude parce que chaque groupe ethnique correspond à un dialecte et que dans chaque groupe ethnique existent plusieurs sous groupes ethniques avec d autres dialectes qui les caractérisent La très grande pluralité linguistique y rend la communication difficile d autant plus que le Tchad ne dispose pas de langue partagée En effet au français seule langue officielle depuis les premières heures de la colonisation s est ajouté l arabe d après la constitution de 1993 mais toutes deux ont une faible audience parmi les populations D ailleurs il est difficile pour ces populations de comprendre l intérêt que présentent ces deux langues officielles si leur adoption implique d abandonner leurs dialectes généralement sans audience en dehors de la région ou du village d origine mais qui font partie de leur identité Enfin au Soudan l arabe est langue officielle Dans les faits environ les deux tiers de la population parle plus ou moins l anglais La pratique linguistique permet de distinguer environ 200 langues ou dialectes parmi lesquels le dinka pratiqué dans le Sud par ces populations qui ont refusé l islamisation de la vie quotidienne voulue par le pouvoir central et ont particulièrement souffert de la guerre civile 12 Diversifiée en de nombreux groupes humains la population du Sahel s inscrit néanmoins dans des dynamiques démographiques communes La dynamique démographique naturelle En effet les cinq pays étudiés se caractérisent par une forte croissance démographique naturelle partout supérieure à 2 par an et même à 3 au Mali et au Niger selon les estimations de l année 2008 soit des taux nettement plus élevés que la moyenne mondiale 1 2 Cette croissance démographie naturelle s explique essentiellement par une fécondité élevée allant de 4 5 enfants par femme au Soudan à 7 1 au Niger soit des ordres de grandeur comparables à ceux de l Afrique comme de l Afrique subsaharienne Toutefois les effets de la fécondité sur la croissance démographique sont limités par des taux encore très élevés de mortalité infantile allant de 77 décès d enfants de moins d un an pour mille naissances en Mauritanie à 106 au Tchad La mortalité maternelle est également très élevée Quant au sida sauf au Tchad les estimations de personnes infectées sont inférieures aux moyennes de l Afrique subsaharienne sachant que les taux mondiaux les plus élevés se constatent toujours en Afrique australe En conséquence l espérance de vie à la naissance est faible parfois supérieure à la moyenne de l Afrique subsaharienne 50 ans comme en Mauritanie 60 ans parfois inférieure comme au Tchad 47 ans Bien entendu ces chiffres peuvent varier globalement ou localement selon les pratiques hygiéniques la qualité des réseaux sanitaires ou les effets mortifères des conflits civils Néanmoins il est clair que le Sahel ne se trouve que dans la première étape de la transition démographique 13 celle pendant laquelle les taux d accroissement naturel sont les plus élevés Approcher la dynamique démographique nécessite d examiner outre la croissance naturelle le solde migratoire La dimension géopolitique du système migratoire Les estimations 2008 des taux d accroissement migratoire des cinq pays n indiquent pas de solde négatif sauf au Mali Mais ces taux ne mesurant qu un solde ils ne signifient nullement l absence de mouvements migratoires Par exemple selon les données la Banque mondiale pour 2005 plus de 3 des Mauritaniens soit plus de 100 000 personnes auraient émigré vers quatre espaces géographiques Le premier concerne des pays de l Afrique occidentale et plus particulièrement le Sénégal voisin le Nigeria et la Gambie Le deuxième concerne l Afrique centrale avec le Congo RDC Les deux autres régions d émigration sont l une en Europe principalement la France et l Italie l autre en Amérique du Nord les États Unis pour l essentiel Le Mali est le pays du Sahel à la plus forte tradition migratoire intracontinentale comme intercontinentale et son nombre d émigrés est estimé à 1 2 million soit 9 de la population alors que les immigrants y seraient moins de 50 000 Les commerçants sarakolé oeuvrent jusqu en Afrique centrale et une importante migration légale ou illégale se dirige vers la France Selon les déclarations ministérielles françaises 14 le nombre d immigrés maliens en situation irrégulière serait de 50 000 en France début 2009 Les principaux pays de l émigration malienne sont dans l ordre la Côte d Ivoire le Burkina Faso le Nigeria la France le Niger le Gabon et le Sénégal 15 Pour le Niger la Banque mondiale estime à 438 000 en 2005 le nombre de personnes émigrées soit 3 de la population dans deux directions différentes principales La première est dans un champ intrarégional celui des pays de l Afrique occidentale la Côte d Ivoire le Burkina Faso le Nigeria le Tchad le Bénin et le Togo La seconde supposant une migration intercontinentale concerne la France et l Italie Le Niger est aussi un pays d immigration avec 124 000 résidant la quasi totalité relevant d une nationalité d un autre pays d Afrique occidentale Les migrations s expliquent par des logiques traditionnelles de liens avec des territoires appartenant au même espace géographique mais aussi par les effets de certaines décisions géopolitiques Par exemple dans les années 1960 s installe au Mali avec Modibo Keita un régime socialiste hostile à la propriété privée alors que le voisin ivoirien conduit sous la houlette d Houphouët Boigny une politique efficace de développement 16 Le régime crée le franc malien monnaie du Mali entre le 1er juillet 1962 et le 1er juillet 1984 remplaçant le franc CFA pendant cette période Il quitte de facto la zone franc mais doit dévaluer en 1963 et 1967 L échec cuisant de la politique économique gouvernementale pousse à l émigration En outre dans l ensemble du Sahel comme en Afrique en général les gouvernements apparaissent favorables à l émigration pour deux raisons D une part elle apaise d éventuels mécontentements grâce

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-geopolitique-des-populations-du.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La situation économique en Afrique: quelle crise ? - Afrique
    des matières premières par la restriction du crédit et par l instabilité des monnaies La chute du fret maritime est significative Les économies intégrées dans la décomposition mondiale des processus productifs subissent les effets de crise des grands secteurs automobiles aéronautiques immobilier textiles La demande interne se réduit par les effets de la dégradation des termes de l échange de la baisse des revenus des chômeurs et des transferts des émigrés de l attentisme des ménages et des entreprises d un effet de richesse négatif et du retournement du cycle du crédit En revanche le ralentissement de l inflation les politiques de relance budgétaire et le soutien financier international qui renforce la liquidité et la solvabilité jouent positivement Longueville Faure 2008 Les canaux de contagion de la crise Les effets doivent être différenciés selon la durée de la crise A court terme les principales variables financières qui jouent sont la déconnexion relative du système financier la diversité des réserves et des contrôles de change et l exposition des banques aux risques Les seuls risques observables d un point de vue financier sont les pertes des banques centrales les retraits des fonds de la part des maisons mères et la baisse des bourses Sur le plan commercial la baisse des prix des produits primaires a joué immédiatement A moyen terme les variables déterminantes seront l évolution du commerce international l évolution des investissements les transferts financiers de la part des pays industriels et des pays émergents que ce soit par l aide les transferts des migrants ou les IDE La crise mondiale infléchit ainsi les trajectoires de l Afrique par le biais de deux principaux canaux de transmission 1 Le canal commercial et productif Il est prévu pour le continent que les exportations chutent de 634 milliards à 383 milliards en 2009 Les excédents des comptes courants estimés à 2 7 du PIB en 2008 40 milliards devraient se situer à 4 3 du PIB 65 milliards BAD 2009 La chute de la demande de la part des pays industriels et émergents comme la montée du protectionnisme réduisent les exportations africaines en volume La récession des pays industriels conduit à une baisse en valeur des exportations Ainsi en 6 mois les importations européennes de produits venant d Afrique ont baissé de 5 Les prix des matières premières ont également chuté On a observé une forte chute des prix des hydrocarbures des produits miniers et des produits agricoles sauf le sucre le maïs et le cacao Ces baisses de prix des produits primaires sont positives pour les importateurs nets d hydrocarbures et de produits alimentaires même si elles rendent moins rentables certains projets agricoles Ils sont en revanche très négatifs pour les Etats producteurs d hydrocarbures Angola Nigeria Soudan ou de produits miniers et agricoles Cameroun Côte d Ivoire Ethiopie Kenya pays du Sahel exportateurs de coton La baisse en valeur des exportations est problématique car elle se répercute en termes de devises et de recettes budgétaires De plus la chute de la demande de produits primaires et de leurs prix ralentit les projets d investissements mis en place en période de flambée des prix que ce soit dans le domaine pétrolier minier ou agricole 2 Le canal financier Les économies africaines ont été à court terme relativement déconnectées de la crise financière exception faite du Botswana de la Côte d Ivoire de Maurice du Nigeria de l Egypte de l Afrique du Sud ou du Kenya où les places financières ont chuté Celles d Accra de Douala de Tunis du Malawi ou de la Tanzanie ont connu une hausse Globalement les produits financiers sont peu sophistiqués les marchés financiers restent embryonnaires et les marchés monétaires demeurent limités Les banques globalement sur liquides ont peu de produits toxiques Les capitaux extérieurs à court terme sont limités Plusieurs effets financiers apparaissent néanmoins D une part la chute des transferts des migrants est estimée à 1 milliard alors qu elle représente 20 milliards en Afrique Les emplois et revenus des immigrés sont les premiers touchés dans les pays industriels et émergents emplois précaires secteur immobilier En outre les filiales des banques multinationales voient leurs crédits se réduire et ont accru leur frilosité Les lignes de crédits commerciaux pour les importations ou les investissements se sont fortement réduites En conséquence de ces baisses de capitaux plusieurs projets d investissement sont suspendus notamment en ce qui concerne les infrastructures Les investissements directs étrangers chutent notamment dans le secteur minier et forestier En outre à plus long terme la montée des déficits publics risque de créer des effets d éviction vis à vis des projets privés D autre part on note une chute de la part don de l aide publique au développement Néanmoins ces effets sont différenciés selon les économies Ainsi les 15 pays de la Zone franc appartiennent à des unions monétaires réduisant le risque de change et les volatilités des capitaux flottants La finance islamique 300 institutions qui pèsent pour 500 à 700 milliards de dollars d actifs interdite de spéculation a moins de produits toxiques et d instruments financiers complexes De fait elle résiste apparemment mieux Debt Rating Agency Moody Elle n est toutefois pas à l abri du manque de liquidité de la faiblesse du marché interbancaire et du poids élevé des obligations à court terme 90 contre 67 pour les banques conventionnelles 2 L ensemble de ces facteurs devrait conduire à une chute de plus de deux points du taux de croissance en 2009 On estime qu une chute de 1 point de croissance de l économie mondiale conduit à une baisse entre 0 3 et 0 5 points de la croissance africaine Hugon 2009 Il est prévu une perte des recettes fiscales en du PIB à 3 9 pour 2009 World Bank mars 2009 Bien entendu ces facteurs extérieurs ne jouent qu en relation avec les dynamiques internes fragilité des Etats régulation de tensions sociales sécurité et les politiques plus ou moins fortes de relance L impact de la crise sur la vulnérabilité et la sécurité alimentaire Le PIB et les données macro économiques ont un impact sur la pauvreté et la vulnérabilité On note des effets asymétriques de l accélération et de la décélération de la croissance sur la pauvreté En effet la pauvreté baisse légèrement en période de forte croissance mais s aggrave fortement en période de décélération La contagion sociale de la crise passe par plusieurs canaux l effet multiplicateur sur les activités informelles la baisse des emplois et des revenus du secteur moderne et public et la baisse des dépenses publiques L éloignement vis à vis des Objectifs du Millénaire pour le développement OMD s accroit Selon la Banque mondiale 2009 la mortalité infantile pourrait toucher 700 000 enfants en plus en 2009 La population africaine en deçà du seuil de pauvreté devrait croître de 10 pour se situer à 550 millions en 2009 Selon la FAO le nombre de mal nourris doit fortement augmenter Cette situation est d autant plus préoccupante que la crise s ajoute aux effets de la flambée des prix alimentaires et pétroliers en 2008 qui avait entraînée une forte augmentation du nombre d Africains en deçà du seuil de pauvreté 3 Néanmoins les effets dépendent évidemment de l évolution des marges internes de la part des intermédiaires et des politiques mises en œuvre Ainsi les facteurs de la crise alimentaire ayant conduit aux émeutes de la faim en 2008 étaient certes liés au climat et à la variabilité des récoltes aux instabilités politiques et conflits aux facteurs démographiques à l exclusion d une majeure partie de la population à l accès aux biens et services marchands aux services sociaux ou financiers Ce sont la flambée des prix mondiaux et leur répercussion sur les marchés locaux qui ont conduit à une exclusion des populations disposant de moins de 1 par jour et pour lesquels la part alimentaire représente plus de 2 3 du budget Pour l essentiel l agriculture familiale à faible productivité et non protégée affronte la concurrence des agricultures des pays industriels et émergents à forte productivité et faisant l objet de soutiens publics Les pouvoirs publics liés le plus souvent aux pouvoirs des commerçants préfèrent s approvisionner sur les marchés mondiaux et prélever une rente plutôt que de soutenir les agricultures Les populations pauvres et vulnérables essentiellement rurales sont malnutries Elles ont un faible pouvoir d achat tout en subissant la volatilité des prix alimentaires Si la crise alimentaire se maintient malgré une baisse des prix mondiaux et les bonnes récoltes y compris en Afrique c est pour deux principales raisons structurelles D une part les intermédiaires réalisent une relative déconnexion entre les prix mondiaux et les prix internes Ainsi début 2009 alors que le prix du maïs mondial avait chuté de 32 la baisse au consommateur de Mombassa était de 1 D autre part il existe une conjonction des effets de la croissance démographique et urbaine de la demande des pays émergents en viandes du rôle des biocarburants et des faibles progrès de productivité II La différenciation des Etats et des sociétés Les effets de la crise diffèrent selon la durée de la crise les structures de production et d exportations des Etats africains leur exposition au système financier ou leur capacité à amortir les effets négatifs Les résiliences durables à la crise sont fonction de facteurs démographiques environnementaux technologiques politiques et pas seulement économiques et financiers Les indicateurs de résilience des économies à la crise sont à la fois liés à leur mode d insertion à l économie mondiale endettement réserves de changes taux de change non apprécié insertion dans les chaînes de valeur et aux facteurs internes solidité et libéralisation contrôlée du système financier rôle régulateur de l Etat indice de Gini profils institutionnels La contagion de la crise à court et moyen termes diffère pour des raisons financières mais également des facteurs structurels Structurellement les régimes rentiers liés aux exportations de produits primaires notamment d hydrocarbures et de minerais malédiction pétrolière croissance extravertie enclaves minières ou pétrolières importations alimentaires divergent des régimes d accumulation extensive ou intensive Ceux ci sont selon des degrés divers tirés par les exportations et l ouverture IDE sous traitance off shoring ou par le marché intérieur Les dynamiques extraverties des premiers diffèrent des dynamiques intraverties ou mixtes des seconds croissance et diffusion de la productivité remontée en gamme de produits exportés différenciation du système productif composantes technologiques des exportations avec effets d entrainements forte valeur ajoutée et élasticité de la demande mondiale Les petites économies ouvertes sont évidemment vulnérables mais leurs groupes économiques ont de grandes capacités de restructuration et sont capables de rebondir Elles peuvent bénéficier des stratégies de relocalisation de la part des grands groupes occidentaux Leur système financier est relativement développé Les pays dont la croissance est orientée vers l exportation sont touchés par la baisse de celles ci du tourisme et des transferts des migrants Ils se retrouvent de plus dans un climat d incertitude quant à leur attractivité sur les investissements Le Maroc et la Tunisie largement orientés vers l UE 80 des échanges visent à devenir des lieux d accueil des firmes des pays émergents ex dans l automobile et à se réorienter vers les marchés du Sud Ainsi la baisse des marchés européens conduit à une chute du textile pour le Maroc 20 000 emplois perdus et à des stratégies de repositionnement vers le marché intérieur et asiatique Le Maroc et la Tunisie veulent profiter de la délocalisation des entreprises européennes par l off shoring et la sous traitance automobile pour des modèles bon marché Les autorités prévoient grâce au plan de relance une croissance de 6 9 en 2009 Le plan émergence du Maroc 2012 orienté vers les secteurs de l automobile de l aéronautique du tourisme de l électronique du textile et porté par les nouvelles technologies l attractivité de Tanger et de Casablanca et la formation de 15 000 ingénieurs est maintenu Les facteurs de vulnérabilité sont essentiellement internes montée de l intégrisme religieux inégalités sociales impatience des jeunes face au chômage faisant le lit du terrorisme Il faudrait pour le Maghreb créer 16 millions d emplois supplémentaires entre 2000 et 2020 pour accueillir les jeunes L Ile Maurice doit gérer la conjonction de la baisse du tourisme celle des Bâtiments et travaux publics BTP entraînée par la baisse du secteur hôtelier de l immobilier et des transports aériens Air Mauritius Le pays doit aussi faire face à la réduction des exportations des zones franches mais il a su absorber la suppression des accords multi fibres et réaliser des montées en gamme de produits Les pays rentiers à régime extraverti ou semi rentiers à régime mixte exportant des hydrocarbures se retrouvent en excédent de réserve et connaissent une chute de leurs réserves de change Algérie Nigeria 4 En Algérie la croissance a été de 4 2 par an entre 1999 et 2008 contre 0 9 en 1989 1998 La balance commerciale est largement excédentaire Le budget est déconnecté du prix des hydrocarbures L Algérie connait certes un développement des télécommunications de l agro alimentaire et des BTP mais elle demeure une économie rentière où le secteur public joue un rôle central La fiscalité pétrolière représente les trois quarts des recettes publiques et les importations agro alimentaires s élèvent à 8 milliards La crise peut aussi être une opportunité pour gérer l après pétrole relancer l agriculture et sortir d une économie de rente De nombreux pays pétroliers africains avaient établi leur budget sur la base d un prix élevé du baril ce qui n est pas le cas du Nigeria Ils pratiquent dans l ensemble des politiques pro cycliques et n ont pas de fonds de stabilité Les principaux secteurs touchés par les effets de la crise baisse des réserves de change sont l immobilier notamment du fait de la raréfaction du crédit Rentrent dans cette catégorie l Angola le Nigeria et les 6 Etats de la CEMAC Certains pays tels le Congo et à un degré moindre le Gabon n ont pas découplé leur budget des prix volatiles du pétrole et ils ont programmé leurs dépenses sur des cours élevés Le ralentissement de la croissance se traduit en outre par une baisse des transferts des migrants au sein de cette zone Les pays rentiers miniers et forestiers Ce sont les économies africaines minières et forestières qui ont subi le plus les effets de la forte chute des prix des minerais exception faite de l or et du diamant RDC Zambie La RDC est exsangue financièrement subissant à la fois les effets des conflits des pillages et gaspillages des ressources et de la baisse des prix des produits miniers et forestiers Il s opère un ralentissement des projets d investissement mais également un repositionnement des conglomérats chinois Les enjeux sont toutefois essentiellement internes dans la gestion de la rente minière Certains pays tels la RDC demeurent pillés alors que la gestion de la rente diamantifère au Botswana reste rigoureuse Le Mozambique connait une forte chute de l activité 5 L ajustement se fait par la baisse des investissements publics et des dépenses sociales Les pays forestiers d Afrique centrale se trouvent dans une configuration proche avec une forte chute des prix et de la demande entrainant la faillite de près de la moitié des entreprises Comme pour les produits miniers l incertitude porte sur les stratégies de présence à terme des émergents notamment la Chine face au retrait des opérateurs américains et européens Les pays déficitaires et semi industrialisés comme l Afrique du Sud risquent de subir un fort ralentissement et un manque de crédit Cela s explique par plusieurs facteurs leur marché financier a subi la crise financière mondiale leur secteur bancaire est intégré nationalement ils dépendent des capitaux étrangers et ils ont un déficit des paiements courants Une stagnation économique est prévue pour 2009 La chute des prix des produits miniers qui représentent la moitié des exportations exception faite de l or se répercute sur les devises et les recettes budgétaires Un plan de relance est difficile compte tenu des investissements publics développés avant la crise et du montant du déficit public Dans un pays où le chômage officiel s élève déjà à près de 25 il y a eu en 6 mois une forte augmentation des licenciements de l ordre de 300 000 Les pays agro exportateurs relativement diversifiés Les principaux pays agro exportateurs ont subi immédiatement les effets de baisse des cours des produits agricoles café coton huile de palme Les situations sont en fait très contrastées selon les pays Des pays comme le Ghana ou le Kenya n ont pas eu d impacts négatifs significatifs Le Ghana a bénéficié de la crise cacaoyère de la Côte d Ivoire des cours favorables de l or et des découvertes pétrolières dans un régime stable politiquement et crédible internationalement le bon élève des institutions de Bretton Woods La dynamique des télécommunications s est maintenue Le Kenya a moins résisté au choc S il a retrouvé une relative stabilité politique après les troubles de 2008 et si son agriculture demeure un moteur les secteurs du tourisme et des transports ont en revanche subi les effets négatifs de la crise La situation de la Côte d Ivoire est elle aussi mitigée En relative stagnation elle a été un facteur de la hausse mondiale du prix du cacao par la chute de sa production parafiscalité dissuasive épuisement des plants insécurité des fonts pionniers Certes l économie se diversifie avec le rôle des hydrocarbures des télécommunications des sociétés de transport ou des groupes agro alimentaires mais l insécurité politique et la crise politico militaire sont plus déterminantes que les facteurs internationaux En revanche l appartenance à l UEMOA est un facteur central de stabilité monétaire Les pays les moins avancés enclavés Les pays enclavés tels le Burkina Faso ou le Mali ne sont pas structurellement touchés Ils subissent certes les effets de la baisse des transferts des migrants ou des cours du

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-crise-en-Afrique.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Afrique du Sud : émergence d’une puissance africaine - Afrique
    recherche et de développement Recherche et développement La puissance sud africaine réside en effet également dans la maîtrise des technologies de pointe et dans un potentiel scientifique pour partie hérité des années d apartheid qui ont poussées Pretoria à développer ses propres savoir faire afin de limiter l impact des sanctions internationales La haute qualité de l enseignement scientifique s allie à d importants investissements publics et privés 1 du PNB en 2008 de loin les plus élevés d Afrique pour attirer des savants du monde entier notamment de l ex bloc de l Est Elle permet aux organismes de recherche sud africains de rayonner aujourd hui bien au delà des frontières du pays et de se distinguer par de nombreuses découvertes notamment dans les domaines hydraulique alimentaire de la radiation cosmique ou de la géophysique L Atomic Energy Corporation AEC équivalent du Commissariat à l énergie atomique français a permis à la RSA de devenir avec l aide d Israël une puissance nucléaire dans les années 1970 avant de démanteler sa filière militaire en 1996 Le pays possède à Koeberg une centrale nucléaire et envisage de se doter d un nouveau parc pouvant atteindre douze centrales en 2025 La médecine sud africaine est quant à elle la meilleure d Afrique Après s être distinguée par la première transplantation cardiaque du monde professeur Barnard en 1967 elle fait bénéficier l ensemble du continent de ses recherches sur la malaria ou sur la maladie du sommeil En outre grâce à son expérience dans l extraction le pays est le leader mondial dans l aménagement de l environnement souterrain Il a également investit dans le domaine spatial suivi de satellites et interprétation de données Investissements étrangers La crédibilité et la puissance économiques de la République d Afrique du Sud constituent un indéniable facteur de sa puissance et contribuent à son assise sur la scène internationale Elles se mesurent également à l aune des investissements directs étrangers IDE au sein de l économie S agissant des relations franco sud africaines le président Jacques Chirac expliquait à l occasion du Forum économique franco sud africain de 1998 que la France dont l approche était emprunte de confiance était prête à constituer pour l Afrique du Sud un partenariat privilégié Lors de sa visite au Cap le 28 février 2008 le président Nicolas Sarkozy a évoqué des relations exemplaires équilibrées décomplexées qui font de la RSA le premier partenaire économique de la France en Afrique Visite durant laquelle le chef d Etat français a signé avec Thabo Mbeki des accords dans les domaines de l énergie des transports de la science et du tourisme La France n est pas le seul Etat à faire ainsi confiance à l Afrique du Sud Dès l an 2000 le pays figurait au troisième rang des IDE en Afrique avec 961 millions de dollars précédé par l Angola et le Nigéria dont le volume des IDE était démesurément gonflé par l apport massif de capitaux pour l exploitation du pétrole Dopée par ses ressources en matière première par sa compétitivité et par la croissance mondiale elle occupait la première place en 2005 avec 6 4 milliards de dollars 29 et dépassait les IDE en Inde A bien des égards l économie sud africaine soutient la comparaison avec celle des pays les plus développés Elle présente aussi les défauts d une économie de pays émergent fortes distorsions sociales main d œuvre noire peu qualifiée population autochtone peu solvable Pour autant elle demeure de loin la plus forte du continent africain et ses fondamentaux économiques globalement sains font d elle une porte d accès privilégiée des capitaux vers le reste de l Afrique sub saharienne Phénomènes qui expliquent son hégémonie régionale et ses ambitions d expansion continentale UN GEANT EN SON CONTINENT L Afrique du Sud dont le territoire ne recouvre que 3 75 de l Afrique et dont la population n en représente que 6 fait figure de géant économique à l échelle du continent Son PIB représente en effet 25 de celui de l ensemble de l Afrique 33 de celui de l Afrique subsaharienne et 75 de celui d Afrique australe La RSA s appuie sur sa prééminence régionale pour étendre sa suprématie à l ensemble du continent Actrice de premier plan elle se trouve aujourd hui face au paradoxe de la méfiance des pays d Afrique qui la soupçonnent de visées hégémonique tout en cherchant à s associer avec elle Hégémonie régionale L intégration économique en Afrique est asymétrique et polarisée autour l Afrique du Sud 30 Le pays entretient d étroites relations économiques avec ses voisins mais celles ci sont à bien des égards à sens unique La force de l économie sud africaine et l étroite dépendance dans laquelle elle les tient n est pas sans créer tensions et inquiétudes parmi ses partenaires africains Intégration ou domination La zone d échange d Afrique australe ressemble aujourd hui pour l Afrique du Sud à un confortable pré carré Les relations économiques et commerciales privilégiées que l Afrique du Sud entretient avec ses voisins s inscrivent dans des organisations régionales qu elle domine largement Relations privilégiées avec ses voisins directs d abord comme la Namibie le Bostwana et les Etats enclavés du Lesotho et du Swaziland Ces quatre pays forment avec la RSA la Southern African Customs Union SACU dont l objectif est d abolir les droits de douane entre les pays membres L organisation constitue en fait un marché captif entièrement dominée par l Afrique du Sud qui représente 90 du PNB de l ensemble et lui dicte sa politique commerciale Les capitaux sud africains contrôlent les mines de diamant et d uranium namibiennes ou encore celles du deuxième producteur mondial de diamant le Bostwana Les fonds d Afrique du Sud tiennent des pans entiers des économies de ces pays dont la dépendance se manifeste dans de multiples secteurs approvisionnement en produits alimentaires en produits manufacturés ou encore sur le plan monétaire avec l intégration de la Namibie du Lesotho et du Swaziland dans la zone monétaire commune Common Monetary Area CMA l indexation de leur monnaie sur le rand 31 et leur soumission à la politique monétaire et de taux de change imposée par la Banque centrale d Afrique du Sud Le Lesotho et le Swaziland pays enclavés dans le territoire sud africain en sont réduits à l état de quasi colonies Les relations avec le Zimbabwe et le Mozambique si elles sont plus récentes n en sont pas moins intenses Elles s inscrivent dans le cadre de la Southern Africa Development Coordination Conference SADC 32 qui regroupe 200 millions d habitants sur 7 millions de kilomètres carrés Par la fluidification des échanges commerciaux la SADC a pour but l accélération de la croissance économique de la région notamment avec l instauration d une zone de libre échange 33 entre les membres Initialement créée en 1980 sous le nom de Southern African Development Coordination Conference SADCC par neuf Etats d Afrique australe 34 qui cherchaient à réduire leur dépendance économique vis à vis de l Afrique du Sud ségrégationniste la SADC est devenue un organe de coopération régionale fort de quinze pays 35 Deux ans après sa création en 1992 elle a accueilli la RSA lorsqu il est apparu qu elle n aurait pas les moyens de lui faire contrepoids autrement qu en l intégrant à part entière Il est d ailleurs significatif qu à l époque l organisation régionale a cru devoir prévenir qu elle ne tolérerait aucun hégémonisme de la part du plus récent de ses membres fût il celui d un gouvernement démocratique postapartheid 36 La présence sud africaine au sein de la SADC a dopé les relations commerciales dans la région et constitue un atout de taille pour son désenclavement en lui permettant de bénéficier de la qualité des infrastructures du pays et de sa position sur l une des routes maritimes les plus fréquentées au monde 85 du commerce extérieur du Zimbabwe et du Botswana transitent ainsi par le territoire de leur voisin tout comme la moitié des minerais de la République démocratique du Congo RDC Le poids économique de l Afrique du Sud 80 de l économie des pays de la SADC induit également un fort déséquilibre notamment dans le domaine alimentaire Ainsi 90 des importations agricoles du Swaziland et 70 de celles de la Zambie du Zimbabwe ou du Malawi proviennent du pays de N Mandela Et si la SADC lui permet aussi d augmenter ses exportations de biens manufacturés celui ci s approvisionne très peu chez ses partenaires ses exportations dans la région représentent le quintuple de ses importations L Afrique du Sud attire prioritairement les investisseurs étrangers qui regardent peu au delà si ce n est pour les opérations à haute intensité de main d œuvre le salaire moyen en Afrique du Sud est plus du double de celui de ses voisins et dans le domaine minier Et même dans ces cas la qualité des infrastructures de la RSA joue le rôle d aimant et en fait une base arrière privilégiée pour l assaut des marchés régionaux 37 Résistances Ces déséquilibres ne sont pas sans créer quelques tensions et inquiétudes parmi les partenaires du géant austral qui jugent sa politique d exportation parfois trop agressive et l accusent de pratiquer un nouvel impérialisme Accusation récusée en 2003 par Thabo Mbeki Je tiens à assurer les pays voisins et les peuples d Afrique que le gouvernement sud africain n a pas de prétention de domination Nous ne revendiquons pas le droit d imposer notre volonté à des pays indépendants quels qu ils soient Si les Etats de la périphérie immédiate à l exception du Zimbabwe paraissent se résoudre à la tutelle économique et politique de Pretoria les pays de la SADC de l Afrique centrale Angola RDC Tanzanie accueillent avec beaucoup plus d inquiétude la pénétration sud africaine dans la région Ils s efforcent de lui résister en pariant notamment sur les dynamiques économiques et démographiques de long terme qui a priori leur seront plus favorables 38 En outre quelques initiatives concrètes sont apparues pour limiter l influence sud africaine Certains pays d Afrique australe à l initiative de la Namibie tentent ainsi de contrer l hégémonie économique de leur voisin par l ouverture de voies commerciales alternatives notamment en reliant les principaux axes économiques aux ports de Mozambique ou de Namibie Cette dernière s oppose clairement avec la Zambie et le Zimbabwe à la projection économique de l Afrique du Sud dans la région La crainte est vive en effet de voir l augmentation des exportations sud africaines de biens manufacturés s accompagner de la désindustrialisation significative des économies Phénomène qui ne ferait qu accroitre les dépendances Après la transformation de la SADCC en SADC et l affirmation en son sein du leadership de la RSA une autre initiative a vu le jour avec pour objectif avoué de contrer la domination de l Afrique du Sud 39 Le Common Market for Eastern and Southern Africa COMESA 40 rassemble 20 pays de la Lybie au Zimbabwe et a pour but la suppression des droits de douane entre ses membres avec l obligation pour chacun d eux de venir s approvisionner au sein de la communauté Cette finalité semble impossible à atteindre du fait de l hétérogénéité de l association de la faiblesse de ses infrastructures de son capital humain sous qualifié et des conflits qui opposent certains de ses membres Ethiopie et Erythrée par exemple Malgré ces difficultés l Afrique du Sud perçoit le COMESA comme un obstacle à sa volonté d expansion Celle ci s applique en effet aujourd hui au delà de son habituel pré carré austral et s élargit au continent africain Expansion continentale L extension du champ d influence sud africain s appuie sur la présence consolidée du pays dans tous les secteurs économiques La RSA engendre plus de 40 de la production industrielle du continent fabrique 70 de son électricité 65 de son acier assure la moitié de son trafic ferroviaire et recèle 50 de son parc automobile 45 de ses minéraux et près de la moitié de son réseau téléphonique Des investissements et des exportations en hausse Les investissements sud africains ont su profiter de la vague de libéralisation imposée en Afrique par les programmes de réajustement structurels et l ouverture de nouveaux marchés rendue possible par la fin des conflits touchant la région RDC Angola Avec près de 14 milliards de dollars d investissements entre 1995 et 2005 l Afrique du Sud est aujourd hui le premier investisseur sur le reste du continent Loin devant les États Unis moins de 10 milliards la France 6 milliards le Royaume Uni 4 5 milliards l Allemagne 2 5 milliards le Portugal 1 8 milliard et les Pays Bas 1 milliard Les exportations de la RSA vers le marché africain ont considérablement augmenté De 5 milliards de rands sud africains en 1991 elles ont réalisé un bond vertigineux pour passer à 43 milliards en 2002 À ce jour elles comptent pour environ 19 du volume global des exportations sud africaines toutes destinations confondues et ont pour la première fois dépassé celles destinées aux États Unis et à la plupart des pays de l Union européenne Le gros de ces investissements est intervenu au cours d une période d intense activité diplomatique de l Afrique du Sud qui cherchait à rassurer tant les marchés que ses nouveaux partenaires économiques Dynamisme des entreprises Tirant partie de l intégration à la SADC de pays n appartenant pas géographiquement à la sphère de l Afrique australe ou pouvant revendiquer une double appartenance géographique c est en fait à l ensemble de l Afrique subsaharienne que les entreprises sud africaines s intéressent Elles y sont en première ligne Les sept seules compagnies africaines parmi les cinquante plus importantes multinationales basées dans les pays en voie de développement sont sud africaines Parmi elles la compagnie papetière Sappi la compagnie pétrochimique Sasol la compagnie de télécommunication MTN les brasseries SAB Miller 2ème mondiale et le géant minier Anglogold 1er producteur mondial Servie par son avance technologique l Afrique du Sud vend surtout des produits finis à forte valeur ajoutée à ses partenaires économiques africains 70 du volume global des exportations essentiellement des machines outils engins mécaniques produits chimiques ou en acier matériel de transport armes Ce qui traduit corrélativement la faiblesse du tissu industriel de ces économies Les exportations progressent en direction des pays d Afrique de l Est et de l Ouest avec une percée significative dans le golfe de Guinée offrant des débouchés à l industrie pétrolière et gazière du pays Au Nigeria au Gabon et en Angola les trois principaux producteurs d or noir africain les entreprises sud africaines sont à pied d œuvre pour satisfaire les besoins à la fois en ingénierie et en construction mécanique Les compagnies investissent également le secteur minier notamment au Ghana Mali Burkina Faso et Guinée et consolident par l intermédiaire de l électricien Eskom le leadership de leur pays dans le domaine hydroélectrique notamment avec le projet Grand Inga sur le fleuve Congo projet pharaonique évalué à 50 milliards de dollars qui devrait générer quelques 40 000 Mégawatts soit deux fois la capacité du barrage chinois des Trois Gorges une production suffisante pour satisfaire les besoins de l ensemble du continent 41 La pénétration du marché nord africain où le Maroc et l Algérie sont les deux premières destinations des exportations sud africaines s effectue plus timidement pour des raisons tenant tout à la fois aux différences culturelles aux divergences politiques et aux pesanteurs liées à la réglementation économique et douanière des pays concernés En outre la reconnaissance de la République arabe sahraouie par Pretoria affecte indéniablement ses relations avec Rabat En Algérie l Afrique du Sud est engagée dans des projets touchant à des secteurs aussi variés que les mines le raffinage de pétrole la pétrochimie les transports les télécommunications ou le traitement des eaux Tout en consolidant sa place en Afrique la RSA s intègre aussi résolument dans l économie mondiale INTEGRATION DANS L ECONOMIE MONDIALE Si l Afrique du Sud occupe dans de nombreux domaines la tête de la liste des fournisseurs des pays africains moins de 20 de ses exportations leur sont en fait destinés et nous avons vu qu elle s approvisionne très peu chez eux Situation qui trouve sa principale explication dans l absence de complémentarité commerciale entre la RSA et ses partenaires du continent 42 Les intérêts sud africains ne s inscrivent donc pas seulement en Afrique Ils se traduisent par l existence d étroits partenariats avec les principaux pays industrialisés mais aussi par le développement de nouvelles relations avec les pays du Sud et les pays émergents De forts liens occidentaux Les liens entre les économies sud africaine et occidentales remontent pour partie aux relations établies au cours de la Guerre froide Ils ont été renforcés par l implication occidentale dans les transformations qu a connues le pays après le démantèlement de l apartheid Première puissance de l Afrique sub saharienne engagée dans la stabilisation du continent et rayonnant au delà ayant su préserver un environnement stable et propice aux investissements la RSA est aujourd hui courtisée par les principaux Etats occidentaux Le pays entretient notamment d étroites relations avec l Union européenne qui a conclu avec lui un accord de libre échange en 2002 Ses principaux clients l Allemagne la Grande Bretagne et les Pays Bas achètent le quart de ses exportations De son côté la France a fait de la RSA son premier partenaire africain Le groupe Alstom a ainsi signé en février 2008 un contrat de 1 36 milliards d euros avec la compagnie sud africaine d électricité Eskom pour une centrale à charbon pulvérisé Areva est de son côté bien placée dans la compétition liée à la construction en RSA de nouvelles centrales nucléaires De son côté Renault s est lancée à l assaut du marché sud africain en annonçant la construction en 2009 de son dernier modèle à bas coût la Sandero dans l usine Nissan implantée près de Pretoria A l instar de Renault les industriels occidentaux ne s intéressent pas seulement au marché intérieur de l Afrique du Sud Le pays représente également un point d entrée privilégié en direction du reste du continent le moyen pour eux d y pénétrer et d y imposer leur normes et leurs produits Enfin les économies occidentales dépendent largement des matières premières sud africaines notamment pour leur industrie aéronautique titane De nombreux minerais nécessaires à la fabrication des composants électroniques sont extraits par des entreprises de la RSA qui se trouve ainsi en situation de quasi monopole Ce phénomène confère une importance stratégique au pays Ainsi la part modeste du commerce réalisé par les Etats Unis avec l Afrique du Sud 1 5 de l ensemble des activités américaines ne doit pas masquer la dépendance de la superpuissance vis à vis des matières premières sud africaines La RSA participe par exemple à hauteur de 90 des importations américaines de chrome Le pays fournit par ailleurs 50 de la consommation de manganèse et de chrome de l UE Ces relations Sud Nord auxquelles vient s ajouter une coopération grandissante avec la Chine et la Russie ne constituent cependant pas le seul axe de l effort économique sud africain Les relations Sud Sud et les pays émergents L Afrique du Sud privilégie en effet de plus en plus la consolidation d un axe Sud Sud pour la défense de ses intérêts Le front IBSA En juin 2003 elle a ainsi créé le G3 43 avec le Brésil et l Inde un forum de dialogue entre grands pays émergents dont le but est de développer des échanges commerciaux mutuels mais aussi de présenter un front commun dans les négociations internationales notamment au sein de l Organisation mondiale du commerce OMC et de provoquer la mise en place de nouvelles règles du jeu dans les échanges commerciaux La même année au sommet de Cancún le G3 a pris la tête d un groupe plus important le G20 afin de faire pression sur les pays industrialisés et de les contraindre à réduire leurs subventions agricoles Vers l Est La RSA est à l origine de la fondation en 1997 de l Association de la couronne de l océan Indien pour la coopération régionale IOR ARC qui rassemble 18 pays riverains de l océan Indien 44 et dont le but est de développer investissements et échanges commerciaux et culturels entre ses membres La Chine de son côté n hésite pas à utiliser l Afrique du Sud son premier partenaire en Afrique pour asseoir sa position dans le continent et y trouver une partie des ressources indispensables à la réalisation des objectifs de croissance économique qu elle s est fixés Les échanges entre les deux pays représentent 20 des échanges sino africains Les importations chinoises de Pretoria outre le fer et le cuivre sont l or le diamant la platine l acier l aluminium Environ 100 000 chinois vivent en Afrique du Sud 45 Les deux pays ont signé en 2004 un accord de partenariat stratégique qui a été renforcé en 2006 Le président Hu Jintao s est rendu deux fois en visite en RSA signe de l importance que revêt le pays aux yeux de l Empire du Milieu qui voit le solde des échanges s établir nettement en sa faveur L insistance chinoise à consolider ses relations avec l Afrique du Sud ne laisse d ailleurs pas dupe les élites sud africaines En échange des matières premières que nous leur vendons nous achetons leurs produits manufacturés Et cela ne peut qu avoir un résultat prévisible une balance commerciale négative N assiste t on pas à la répétition d une vieille histoire 46 Thabo Mbeki considère d ailleurs la présence chinoise comme une mauvaise chose à long terme pour l Afrique du fait de son attitude peu regardante sur les questions de gouvernance et de son absence de réelle prise en compte du développement africain Enfin l Afrique du Sud et la Russie ont établi en 2006 de nouvelles relations avec la visite de Vladimir Poutine au Cap Les deux pays sont surtout exportateurs de produits primaires or diamant L entreprise russe ALROSA et la De Beers représentent ainsi 75 du marché du diamant On observe toutefois des complémentarités dans certains domaines les technologies spatiales et nucléaires les usines de montage d automobiles le pétrole et le gaz Le groupe russe RENOVA a décidé d investir en 5 ans 1 milliard de dollars dans l exploitation du manganèse sud africain dans la Province du Cap du Nord 47 Forte d un dynamisme qui s adosse à d immenses ressources en matières premières l Afrique du Sud a émergé depuis 1994 comme la principale puissance économique africaine et a vu son rôle s élargir au delà du continent Elle a su tirer profit de son retour sur la scène internationale pour s inscrire avec un certain succès dans la mondialisation et nouer des alliances qui y renforcent son rôle et son influence Si son hégémonie régionale et ses velléités d expansion continentales suscitent quelques résistances parmi ses partenaires et concurrents africains la RSA n hésite pas à agir non sans une certaine audace sur la scène politique et diplomatique pour affermir son leadership sur le continent faire porter sa voix dans le concert des nations et alimenter ainsi ses rêves de puissance DEUXIEME PARTIE REVES DE PUISSANCE La mise en place de l apartheid en 1948 a marqué le début d une longue période d isolement diplomatique de l Afrique du Sud qui a limité ses visées géopolitiques à la préservation de ses frontières sur la ligne de front avec l Angola le Mozambique et le Zimbabwe suspectés de visées communistes Attitude qui s est traduite vers l extérieur par la constitution d un glacis sécuritaire et de fréquentes incursions de l armée sud africaine les South African National Defense Forces SANDF dans les pays limitrophes notamment en Angola et sur le plan intérieur par le repli autour du Laager camp défensif expression héritée de l épopée Boer du Grand Treck Une politique toute entière dévolue à la sécurisation des populations blanches Tournant le dos à cet héritage l Afrique du Sud de Nelson Mandela et de Thabo Mbeki a effectué un impressionnant retour sur la scène internationale Forte de l expérience d une transition démocratique à de nombreux titres exemplaire de la légitimité qu elle en tire et du statut de puissance tutélaire régionale que lui confère son économie elle se pose en contre exemple d une Afrique à l abandon et nourrit des ambitions qui s étendent au delà de sa sphère traditionnelle d influence se faisant le chantre du multilatéralisme au sein d organisations internationales où elle est désormais très présente Ce messianisme géopolitique suscite cependant en Afrique une certaine méfiance et n est parfois pas sans provoquer l agacement des grandes puissances Le bilan de l activisme sud africain est aujourd hui mitigé au regard des hautes ambitions affichées par la nation arc en ciel qui se déclinent en quatre maîtres mots coopération régionale et internationale compromis démocratie et développement 48 Il n empêche le dynamisme de la politique internationale de l Afrique du Sud donne la mesure de ses ambitions de puissance et souligne le rôle clé qu elle entend jouer sur la scène mondiale RETOUR DIPLOMATIQUE Les autorités de la nouvelle Afrique du Sud ont fait montre d un volontarisme diplomatique qui a rapidement replacé le pays à une place privilégiée sur la scène internationale Sa politique étrangère initialement très imprégnée de l héritage de la lutte menée par l ANC a subi depuis une réorientation marquée par une approche plus pragmatique des problématiques Elle se caractérise par une certaine audace diplomatique Réinsertion Dès la fin de l apartheid Nelson Mandela s est employé à réinsérer son pays au sein de la communauté internationale L Afrique du Sud a pu à nouveau faire entendre sa voix au sein de l ONU du FMI de la Banque mondiale de l UNESCO ou du Commonwealth Cette réintégration lui a permis d accueillir de nombreux évènements d ordre mondial comme la conférence des Nations unies sur le sida en 2000 la conférence mondiale sur le racisme en 2001 la première session de l Union Africaine UA en 2002 le sommet de la terre de Johannesburg la même année ou encore des manifestations sportives comme la coupe du monde rugby de 1995 que son équipe les Springboks longtemps symbole de l apartheid a remportée sous les yeux de Nelson Mandela Une politique étrangère redéfinie Sous l impulsion de l ex prisonnier de Robben Island la politique étrangère sud africaine a subi une véritable redéfinition Se refusant à devenir un relais de l Occident en Afrique Mandela a développé une diplomatie morale également baptisée idéaliste s appuyant sur les principes qui avaient guidé la lutte anti apartheid respect des droits de l homme solidarité avec les pays africains et non alignés fidélité aux soutien de l ANC Cette politique souvent marquée par un discours moralisateur diversement apprécié n est pas toujours parvenue à masquer la volonté sud africaine de se poser en puissance continentale développant simultanément persuasion et volonté de coercition L attitude parfois arrogante de la RSA a pu provoquer méfiance et incompréhension en Afrique Dans leur majorité les dirigeants africains ont modérément apprécié les leçons données par le gouvernement de Pretoria accusé de tomber dans le moralisme facile après avoir hérité d une entreprise en bon état Si Nelson Mandela bénéficie toujours d une aura qui lui permet de se poser en brillant avocat du continent noir les objectifs de son pays ont évolué depuis son départ de la présidence Les velléités sud africaines de se poser en puissance continentale ayant suscité la méfiance d une partie des classes dirigeantes africaines le pays a du opérer une sensible réorientation de sa politique étrangère L école réaliste à laquelle s est rallié Thabo Mbeki dès 1999 cherche désormais à concilier solidarité africaine et politique de puissance sur le modèle du soft power prôné par Joseph Nye 49 Cette nouvelle politique plus pragmatique tend à remplacer la contrainte par l attraction et l influence La persuasion et la volonté de coercition de la période post apartheid évoquées plus haut qui se voulaient l attribut de la puissance commencent à se dissoudre dans une nouvelle trajectoire qui se caractérise par l aspiration à créer l adhésion autour d elle Ce sont dès lors plus les relations d interdépendance que les relations de domination qui prévalent et s expriment dans une rhétorique et un programme politique panafricanistes qui s efforcent de rallier sceptiques et hésitants Cette attitude trouve sa traduction dans la realpolitik que mène aujourd hui la RSA en Afrique INITIATIVES AFRICAINES Nous avons vu plus haut comment géant économique en son continent elle a bénéficié de son intégration au sein de la SACU et de la SADC pour y imprimer sa marque Son influence s étend au delà des structures purement économiques Après son intégration à l Organisation de l Unité Africaine OUA en 1994 elle a activement œuvré à la transformation de cette dernière en Union Africaine UA et se trouve à l origine d un véritable programme politique pour la reconstruction et le développement du continent La RSA déploie de nombreux efforts au service de la paix et de la stabilité en Afrique non sans se heurter parfois à la concurrence de certains Etats du continent Renaissance africaine et NEPAD L Afrique du Sud ne peut être un îlot de prospérité dans une mer de misère 50 A la faveur de l adhésion de son pays à l OUA à Tunis en 1994 Nelson Mandela a lancé le concept de Renaissance africaine Cette expression initialement destinée essentiellement à l électorat noir de l Afrique du Sud a été reprise et étoffée par Thabo Mbeki et veut marquer une volonté africaine de prendre en main le destin du continent avec le soutien certes indispensable de la communauté internationale mais en proposant des solutions africaines à des problèmes africains Dans cette démarche de responsabilisation le continent accepte d assumer une part de responsabilité dans ses drames au même titre que l héritage colonial et se veut acteur plus que spectateur de la mondialisation 51 Cette rhétorique qui met en avant les principes de bonne gouvernance et de création de richesses par la libéralisation des marchés a suscité des réactions diverses en Afrique Certains y ont vu le signe d une volonté sud africaine d imiter l Occident et d asseoir ainsi son hégémonie 52 Mais en y associant les dirigeants du Sénégal de l Algérie du Nigéria et de l Egypte Thabo Mbeki a pu faire traduire son discours en un véritable programme économique et social à l échelle du continent le Nouveau Partenariat pour le Développement de l Afrique NOPADA ou NEPAD New Partnership for Africa s Development présenté au sommet de l OUA de Lusaka en juin 2001 La RSA a pris une part active dans la transformation de l OUA en UA Thabo Mbeki inaugurant en 2002 la première présidence de l organisation Le gouvernement sud africain s efforce de promouvoir l idée d un continent uni la constitution d un continuum africain créant les conditions favorables à l implémentation des ambitieuses réformes préconisées par le NEPAD Ce dernier qui veut fonder une nouvelle relation de partenariat entre l Afrique et la communauté internationale pose les clauses fondamentales du développement du continent initiatives pour la paix bonne gouvernance libéralisation des échanges favorisant les IDE choix de la région comme cadre de développement S il est parfois désigné comme une initiative de la dernière chance le lancement du NEPAD n en constitue pas moins une indéniable réussite pour la diplomatie sud africaine Cependant ses progrès sont aujourd hui limités Son succès est étroitement lié au financement qu il parviendra à recevoir des pays développés mais aussi à la stabilité intérieure du continent africain L Afrique du Sud y œuvre déployant de nombreux efforts au service de la paix Un pays faiseur de paix Implication diplomatique Avec un bonheur variable mais non sans faire montre d un certain pragmatisme la RSA joue en effet depuis la fin des années 1990 un rôle grandissant dans la résolution des conflits notamment en Afrique sub saharienne médiation de Mandela au Burundi intervention militaire au Lesotho en 1998 suite à un coup d état conférence inter congolaise de Sun City aboutissant à la signature d un accord entre les partis en juin 2002 puis accord de Pretoria signé entre la RDC et le Rwanda le mois suivant En décembre 2003 l Afrique du Sud a également pris la tête des initiatives régionales et de la délégation de l UA en faveur de la mise en œuvre de l accord transitionnel aux Comores Ces premiers succès parfois précaires de la diplomatie de Thabo Mbeki marquent le rôle clé que la RSA entend désormais occuper sur la scène diplomatique africaine Le bilan demeure cependant mitigé Ainsi malgré sa volonté de participer à la résolution de la crise ivoirienne qui s est traduite par sa nomination comme médiateur de l Onu et de l UA en 2005 le président sud africain a vu sa marge d action limitée par la France et les autorités ivoiriennes et a finalement jeté l éponge en 2006 Opérations extérieures et défense L implication croissante de l Afrique du Sud dans les opérations de paix tient autant à une volonté nationale de s imposer sur le continent comme un membre responsable et respecté de la communauté internationale qu aux attentes internationales croissantes nées de l avènement du régime démocratique sud africain Pretoria est aujourd hui le dixième contributeur pour les opérations de paix de l ONU et le premier participant africain avec 1900 hommes en opération extérieure notamment au Darfour en Erythrée et en RDC La RSA ambitionne en outre de jouer un rôle clef dans la force d alerte panafricaine de l UA ainsi que dans la force régionale envisagée dans le cadre du pacte de défense de la SADC Elle peut s appuyer pour cela sur une armée de taille modeste mais efficace héritée du régime d apartheid dotée de troupes aguerries et bien équipées Sa qualité est comparable à celle des forces européennes Avec la multiplication des déploiements ordonnés par le gouvernement les SANDF ont cependant atteint leurs limites capacitaires Signe des ambitions réelles de la RSA la révision du dernier Livre blanc sur la défense prévoit le passage du budget défense de 1 5 à 2 du PNB et une augmentation des effectifs de 63 000 à 85 000 hommes Cet effort se traduit également par l achat à l Allemagne de quatre corvettes Meko 200 et de trois sous marins de type U 209 qui donnent à la marine sud africaine une réelle capacité océanique Cependant l interventionnisme diplomatique de l Afrique du Sud est en partie contraint par les nombreux actes d ingérence militaire et économique qu elle a commis du temps de l apartheid Les initiatives sud africaines soulèvent en outre de fortes réticences régionales et le pays se heurte à l hostilité de ses concurrents agacés par l arrogance de Pretoria et par certains de ses choix Les entraves à l action diplomatique de la RSA Freins africains La RSA butte parfois sur la concurrence de certains Etats aux fortes ambitions africaines Le Nigéria le plus peuplé d entre eux 140 millions d habitants observe ainsi avec méfiance les médiations conduites par Thabo Mbeki dans ce qu il considère comme sa sphère d influence et se pose lui aussi en héraut de la cause africaine sur la scène internationale L Angola qui apprécie peu les leçons de bonne gouvernance de Pretoria affiche de son côté des ambitions alimentées par la manne financière du pétrole et soutenues par

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Afrique-du-Sud-emergence-d-une.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Ses articles pour Diploweb com Afrique du Sud émergence d une puissance africaine Géopolitique de l Afrique du Sud Plus de dix après la fin de l apartheid l Afrique du Sud est à de nombreux titres considérée comme un modèle pour Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Guillaume-MERVEILLEUX-du-VIGNAUX_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • L’Ouganda, moteur de la construction régionale ? - Afrique
    Obote avait besoin de l armée pour se maintenir au pouvoir jusqu à ce qu elle le renverse la centralisation excessive des ressources le renforcement du phénomène tribal et la déliquescence des institutions politiques 3 Par ailleurs le panafricaniste Obote joue un rôle important dans la naissance en 1967 de la communauté est africaine et participe également à la création de l Organisation de l Unité Africaine OUA en 1963 bien que les intégrations régionales soient en net recul à cette période En 1971 Idi Amin Dada chef de l armée ancien soldat de l armée britannique 4 prend le pouvoir avec les soutiens américain et britannique Le caractère marginal de son origine ethnique et religieuse musulman et originaire de l ethnie Kakwa qui vit entre le Soudan et la région du Nil occidental le place au dessus des rivalités classiques 5 Cependant les espoirs de la population et des puissances occidentales sont vite déçus Il se proclame président à vie instaure rapidement un régime nationaliste de terreur notamment en expulsant en 1972 plus de 40 000 Indo pakistanais qui contrôlaient l économie du pays La mesure n est pas impopulaire mais les conséquences sur l économie sont désastreuses Pour aviver l unité nationale face au chaos montant Amin Dada déclare la guerre à la Tanzanie en 1978 et s empare de la région tanzanienne du saillant de la Kagera située sur la rive occidentale du lac Victoria un morceau de terre qui fut par erreur apposé à la Tanzanie lors de l indépendance Une intervention de l armée tanzanienne et de ses opposants réfugiés en Tanzanie le destitue en 1980 Il s exile alors en Libye principal soutien financier de son régime puis en Arabie Saoudite où il décède en août 2003 Du milieu des années 1960 au milieu des années 1980 le cycle des coups d Etat et la guerre civile aurait fait 800 000 victimes L Ouganda est alors un pays ravagé 1986 Museveni et l arrivée au pouvoir des Sudistes En 1980 face à des élections largement truquées qui voient la victoire d Obote Yoweri Museveni ancien ministre de la Défense fonde le National Resistance Movement NRM et sa branche armée la National Resistance Army NRA composée de nombreux combattants exilés au Rwanda Il parvient à prendre le pouvoir en 1986 grâce à cette dernière Ancien officier des services de renseignement dans l armée protestant d ethnie Anchole et de caste hima proche des Tutsis il a su profiter d une alliance avec les Baganda et écarter les officiers Acholi Museveni rétablit l Etat de droit libère la presse autorise les Asiatiques à revenir encourage les investissements étrangers et le tourisme Il réduit même de 50 les effectifs militaires et met en place les réformes recommandées par le FMI Avec lui se sont les gens du Sud et du Centre les Bantu qui arrivent au pouvoir après la longue domination de ceux du Nord Les royaumes sont à nouveaux reconnus en 1993 Museveni instaure une démocratie sans partis afin d éviter les divisions tribales ethniques et religieuses 6 Les opposants s expriment par voie de presse ou au sein du Parlement Museveni mène également une politique pragmatique sur le plan de la politique étrangère puisqu il renoue des relations diplomatiques avec Israël et reconstruit les liens avec les pays occidentaux notamment les Etats Unis et la Grande Bretagne mais aussi avec des pays comme Cuba la Libye la Corée du Nord et l Iran 7 La restauration de la sécurité dans une majeure partie du pays dit Ouganda utile lui offre les faveurs de la Maison Blanche qui le voit comme une figure du new leadership africain 8 En intervenant dans la crise rwandaise en 1994 et en faisant tomber Mobutu Président du Zaïre baptisé RDC en 1997 en 1997 le pays s impose comme un acteur important de la région Museveni a relevé son pays et en a fait une puissance militaire susceptible de peser dans les recompositions stratégiques du continent au point de faire évoluer le centre de gravité politique d une partie de l Afrique centrale selon Richard Banégas 9 L histoire de l Ouganda est marquée par une succession de coups d Etat de dictatures militaires sur fond de corruption et de détournement des fonds publics Les divergences incessantes entre nordistes et sudistes voire entre les différentes religions sont au cœur des problématiques ougandaises et impactent sur son développement économique et sur sa politique extérieure Un acteur géopolitique incontournable Un rôle important dans les crises régionales La Corne de l Afrique Pour les Américains la Corne de l Afrique est la continuité géopolitique de la péninsule arabique Elle est donc extrêmement stratégique 10 Selon le commissaire au Développement de l Union européenne Louis Michel les différents conflits de la région tendent à devenir le théâtre d une polarisation entre une ligne pro occidentale chrétienne laïque et une ligne arabo islamiste Une dérive qui représente une menace sérieuse pour les intérêts stratégiques occidentaux Dans ce jeu d influence dans la Corne de l Afrique l Ouganda a décidé de jouer un rôle de premier plan En octobre 2007 le pays a tenté une mission de médiation en Somalie et c est le seul pays avec le Burundi à répondre à l appel pour le maintien de la paix en déployant près de 1 700 hommes dans le cadre de l AMISOM Pour Kampala le but est aussi de mettre un terme à la prolifération incontrôlée des armes et pour ramener la paix et la sécurité dans la région guidé par l idée qu il était temps d appliquer des solutions africaines aux problèmes africains Le Soudan La tension entre l Ouganda et le Soudan est latente Kampala aide le Mouvement Populaire de Libération du Soudan MPLS rébellion sudiste en guerre contre le pouvoir central avant de disposer en 2005 d une large autonomie et en retour Khartoum fournit une assistance à la Lord s Resistance Army LRA rébellion qui sévit dans le Nord de l Ouganda La normalisation avec l Ouganda qui accueille 300 000 réfugiés soudanais est timide mais l armée ougandaise est autorisée à poursuivre les rebelles de la LRA sur le territoire soudanais Bien que Kampala accuse toujours le Soudan de soutenir la rébellion Les Grands Lacs L Afrique des Grands Lacs subit encore aujourd hui les conséquences déstabilisatrices du génocide rwandais L Est du territoire de la République démocratique du Congo où les combats militaires et les déplacements de populations n ont jamais cessé depuis 1994 demeure l épicentre de cette crise 11 L attitude du Rwanda et de l Ouganda est déterminante pour la stabilisation de la région Pourtant Kampala continue de jouer la carte de la déstabilisation dans l Est de la RDC soutien aux milices qui entretiennent l insécurité obstruction au travail du groupe d experts chargé de la surveillance de l embargo sur les armes maintien des réseaux de pillage des ressources naturelles Kampala persiste à grossir la menace de la rébellion de la LRA de Joseph Kony et n a pas renoncé à revendiquer un droit de poursuite sur le territoire congolais Le rôle de l Ouganda dans les affaires rwandaises et zaïroises des années 1990 est très controversé même si celui de la communauté internationale n est pas non plus exempt de reproches Museveni a soutenu la rébellion du Front patriotique rwandais entre 1990 et 1994 et la rébellion des forces de Kabila contre Mobutu en 1996 97 Ces deux affaires ont marqué l émergence du leadership régional du président Ougandais dont l ambition est d instaurer à terme une vaste zone d échanges de l Est à l Ouest dont l Ouganda serait le pivot En voulant jouer un rôle dans l avenir des Grands Lacs l Ouganda veut surtout donner forme à son désir de se projeter vers l Océan Atlantique notamment par le port de Matadi auquel il accédera par le réseau fluvial zaïrois 12 Ce choix permet à l Ouganda de se désenclaver et de ne pas être complètement dépendant du Kenya Le voisinage de l Ouganda n est donc pas unifié et le pays ne semble pas en mesure de le fédérer L Ouganda a imposé à ses voisins plus faibles son statut de puissance régionale Une puissance stabilisatrice Un rôle de stabilisateur L Ouganda a une approche régionale et panafricaine de la sécurité Effectivement le pays est touché par l instabilité régionale qui l affecte en termes de flux de réfugiés de déplacements internes d insécurité transfrontalière Or l insécurité hypothèque ses objectifs de développement socio économiques et d intégration régionale Ainsi les pays et zones d intérêts stratégiques pour sa sécurité sont les voisins immédiats puis les pays des Grands Lacs les autres pays africains avec un accent particulier sur l Afrique du Sud le Nigeria et l Égypte en raison de leurs positions géostratégiques et le reste du monde La force militaire constitue un élément et un instrument essentiels de la puissance Celle de l Ouganda est remarquable avec 45 000 hommes pratiquement tous dans l armée de terre l Ugandan People s Defense Force 1 800 paramilitaires police et près de 10 000 hommes dans des milices locales pour une population totale de 31 3 millions A titre de comparaison le Nigeria puissance d Afrique de l Ouest possède 78 500 hommes pour une population de 131 5 millions d habitants Kampala ne joue pas un rôle majeur en matière de contribution aux opérations de paix car il n a pas les ressources financières nécessaires pour s engager comme le fait un pays tel que l Afrique du Sud Cependant depuis le milieu des années 1990 l Ouganda a montré sa volonté de s impliquer dans les initiatives de construction de la paix à travers la médiation et la prévention des conflits Une base stratégique anglo américaine L Ouganda est devenu une puissance militaire d importance en Afrique de l Est et une base stratégique anglo américaine Ce petit pays africain est parvenue à passer d une position géopolitique de périphérie africaine de l océan Indien à celle de périphérie de l océan Atlantique jouant un rôle moteur dans le nouveau partage d influence en Afrique 13 L Ouganda premier bénéficiaire de l aide au développement britannique sur le continent est aussi un intérêt pour les Etats Unis du fait de ses potentialités pétrolières 14 et parce qu il apparaît comme une base arrière d observation du Soudan et peut offrir un point d ancrage pour la stabilisation de la région des Grands Lacs notamment la RDC qui bénéficie encore de l intérêt américain du fait de son potentiel minier Un poids lourd de l économie régionale Le Mouvement de Museveni est arrivé au pouvoir avec une vision hostile du libéralisme mais il a rapidement opté pour la stratégie de la flexibilité Le régime a intégré les évolutions géopolitiques en cours au début des années 1990 avec la chute de l URSS Dans ce contexte les bailleurs de fonds cherchaient à promouvoir des modèles politiques de bonne gouvernance afin de réorienter l aide économique en appliquant les méthodes libérales L Ouganda devint cette vitrine Depuis son arrivée au pouvoir Museveni a donc engagé des réformes favorables au marché Dans les années 1990 le pays a amorcé son redressement économique Il a enregistré une forte croissance de presque 7 par an au cours des années 1990 Les réussites économiques et sociales du modèle ougandais ont permis à Museveni de s assurer le soutien de la communauté internationale Les Etats Unis et la Grande Bretagne principaux bailleurs du pays ont fortement contribué à la réussite économique du pays Dans son environnement régional l Ouganda domine par son économie performante conjuguant faible inflation et forte croissance Le renforcement de l intégration au sein de la Communauté de l Afrique de l Est représente un atout supplémentaire pour le pays Kampala est un membre actif du Marché Commun d Afrique Orientale et Australe COMESA puisqu il est présent dans les bureaux de la conférence des chefs d Etat et du conseil des ministres de cette organisation Il est aussi membre fondateur de la Communauté d Afrique de l Est EAC Un modèle remis en cause L intérêt suscité par l Ouganda n a pas la même intensité qu auparavant C est un acteur en perte de vitesse Un pays qui reste en développement Si l Ouganda a longtemps été un modèle pour les institutions monétaires internationales il convient d aller au delà des indicateurs macroéconomiques inflation maitrisée taux de croissance On constate tout d abord de grandes disparités géographiques L écart de niveau de vie entre les ruraux et les urbains s élargit et la pauvreté dans le Nord s aggrave du fait de la rébellion de la LRA En dépit des progrès enregistrés l économie ougandaise demeure extrêmement dépendante de l aide extérieure qui représente 50 du budget national mais aussi du pillage des ressources de la RDC et en particulier des richesses de la province de l Ituri or diamant De plus la réputation de bonne gouvernance du gouvernement ougandais est sérieusement remise en cause pour plusieurs raisons qui ont conduit les bailleurs de fonds à être plus vigilants le niveau de corruption 126ème sur 180 d après le classement de Transparency International 2008 la hausse récurrente des dépenses militaires Selon l Usaid l échec de l Ouganda à atteindre certains objectifs du FMI tient à l augmentation du budget de la défense l armée continue à jouer un rôle actif dans les affaires civiles de l Etat à la non résolution de la situation dans le Nord et au pillage en RDC Ainsi en décembre 2005 de nombreux bailleurs décident d une réduction de l aide budgétaire à l Ouganda en raison des entorses à la démocratie pendant la campagne de l élection présidentielle de février 2006 Le régime politique a longtemps été verrouillé par le président Museveni Un référendum organisé en juillet 2005 à son initiative entérine le multipartisme comme une promesse d ouverture politique En échange le président a obtenu la possibilité de briguer un troisième mandat Il doit désormais composer avec une opposition officielle qui a des élus locaux et des relais dans la population même si elle reste minoritaire au parlement Un potentiel menacé par une rébellion sanglante Après la victoire de la NRA et l arrivée au pouvoir de Museveni quelques mouvements armés d opposition ont secoué le pays à l échelle locale L Ouganda doit faire face à plusieurs mouvements de rébellion dans le pays L un des principaux mouvements qui figure sur la liste américaine des groupes terroristes internationaux à combattre est l Armée de résistance du Seigneur LRA Cette guerre est la plus ancienne de la région et entrave les perspectives d avenir Dirigé par Joseph Kony la LRA s est formé à partir du mouvement millénariste d Alice Auma le Holy Spirit Movement HSM La prêtresse se disait possédée par l esprit Lakwena messager qui lui ordonne de constituer des forces armées pour renverser le gouvernement ainsi que pour purger le monde du pêché et construire un monde nouveau où seront réconciliés l homme et la nature 15 Le HSM prêche un syncrétisme mêlant christianisme islam et religions traditionnelles Les agressions de la LRA débordent largement sur la RDC le Soudan et même le Kenya Au départ ce mouvement était un mouvement populaire d autodéfense des populations Acholi du nord du pays face à la prise de pouvoir de Museveni et donc des ethnies du Sud ouest Son objectif est de remplacer le pouvoir de Museveni par un pouvoir basé sur la Bible A l origine l armée comptant près de 10 000 combattants beaucoup d anciens militaires attirés par le repentir et parce qu ils craignent de connaître la marginalisation politique et la discrimination rencontre de nombreux succès et entame une marche vers la capitale Elle est défaite à 60 km de Kampala en 1987 et Alice Lakwena s exile au Kenya Les troupes rejoignent plusieurs mouvements qui succèdent aux HSM dont celui de Joseph Kony qui serait le neveu d Alice Lakwena Joseph Kony emprunte la plupart des idées du discours et des méthodes du HSM cependant la LRA est moins messianiste Cette rébellion a peu de visibilité internationale pourtant elle est très active et fait de nombreuses victimes Qualifiée de crise humanitaire la plus négligée du monde par l ancien secrétaire général adjoint des Nations unies en charge des Affaires humanitaires Jan Egeland la guerre civile ougandaise a provoqué des dizaines de milliers de morts 100 000 et environ 2 millions de déplacés dans le Nord de l Ouganda et le sud du Soudan depuis 1986 Ses effectifs seraient aujourd hui constitués à plus de 80 d enfants soldats Plus de 25 000 enfants ont été enlevés par la LRA depuis 1986 dont 30 de filles et sont utilisés comme soldats porteurs et esclaves sexuels Le conflit avec la LRA est dans l impasse Aussi bien les tentatives politiques de résolution du conflit médiation Betty Bigombe loi d Amnistie que les solutions militaires ont échouées Les pressions internationales s intensifient en faveur de la résolution du conflit Une quarantaine de médiations n ont pu venir à bout de cette guerre La Cour Pénale Internationale a émis des mandats d arrêts en septembre 2005 qui visent les 5 hauts responsables de la LRA dont Joseph Kony et son adjoint Vincent Otti L intervention de la CPI suscite une vive controverse dans le pays 16 Ces inculpations constitueraient un frein au processus de paix entamé en juillet 2006 entre les rebelles et le gouvernement D autant que cette cour pourrait aussi s intéresser aux exactions commises par l armée ougandaise Une militarisation croissante L Ouganda maintient son emprise sur la région frontalière d Ituri malgré le retrait de ses troupes en avril 2003 Les rapports Kassem du Conseil de Sécurité réalisés par un panel d experts entre 2000 et 2003 accusent l Ouganda de piller

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-Ouganda-moteur-de-la.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • de l Ecole des Hautes Etudes Internationales et du Master Recherche Droit et politiques du développement à l Université Paris Descartes V Sonia Le Gouriellec est allocataire de recherche à l Université Paris Descartes où elle étudie les politiques de sécurité des Etats Unis et de l Union Européenne dans la Corne de l Afrique Bibliographie L Afrique noire le Nigeria et l Afrique du Sud in Géopolitique les grandes puissances Paris 2007 P U F pp 401 à 428 Les 100 lieux de la géopolitique Coll Que Sais Je Paris PUF 2008 128 p contribution articles concernant le continent africain Ses articles pour Diploweb com L Ethiopie un pays atypique L ETHIOPIE est l un des plus vieux Etats d Afrique et le plus grand des pays de l Est africain avec un million de km² et près de 80 millions L Ouganda moteur de la construction régionale Géopolitique de l Afrique L Ouganda est un pays fragile manquant d unité et bien qu il ait tous les attributs d une puissance régionale c est un Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Sonia-LE-GOURIELLEC_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Egypte : les enjeux de la succession de Hosni Moubarak - Afrique
    Charif de deux proches de Gamal Moubarak conforte sa place d homme fort Parallèlement à ces changements le dauphin se voit octroyer la place de secrétaire général adjoint du parti Cette nomination indique parfaitement ses destinées futures tout en ménageant la vieille garde La consécration intervient lors du Congrès de 2006 Omniprésent Gamal Moubarak s impose comme l homme incontournable Conscient des éléments qui lui sont reprochés il tente de modifier son image de réformiste libéral en se présentant comme le porte parole de tous les Egyptiens et en particulier ceux touchés par les inégalités sociales et géographiques A travers les discours prononcés il apparaît clairement qu il cherche à se parer des habits de chef d Etat Pour preuve il s autorise avec à l évidence l assentiment de son père à prononcer un discours de politique étrangère domaine réservé du Président en Egypte Son propos cherche à rassurer ses alliés notamment les Etats Unis en réaffirmant les intérêts stratégiques de la relation égypto américaine tout en affirmant l autonomie du régime dans sa capacité décisionnaire Dans le même temps il stimule la fibre nationale en annonçant la relance du programme nucléaire civil Ce congrès marque donc l avènement de Gamal Moubarak sur la scène politique comme futur chef d Etat Cette ascension au sein de l appareil politique égyptien suscite quelques tensions au sein du PND Les caciques apprécient diversement le parachutage du fils du Président D autant que cette accession aux instances de pouvoir du parti se fait par l éviction de certains membres de la vieille garde qui conservent un réseau de clientèle important dans le pays 2 2 Comment gérer les tensions au sein du PND entre réformateurs et l ancienne génération Les tensions entre les réformateurs et les conservateurs remontent à 1999 Le clivage entre les deux courants se creusent jusqu au moment où les premiers envisagent la création d un nouveau parti Parti du futur Hizb al Mustaqbal censé aider Gamal Moubarak à accéder au pouvoir Une fois l idée de fonder une nouvelle entité politique dissipée les tensions semblent se calmer En réalité elles deviennent moins perceptibles mais continuent à exister au gré des différents remaniements du gouvernement et du parti La préservation du régime dépendra de sa capacité à maintenir la cohésion au sein de son parti En cas d éclatement Gamal Moubarak n est pas sûr d accéder au pouvoir Comme dans tous les partis le PND est constitué des équipes dirigeantes de clans et de groupes Ces entités ne sont pas en réalité aussi séparées il existe des interactions entre celles ci Pour simplifier l analyse on distingue la vieille garde al haras al qadim 22 de la jeune génération Les premiers contrôlent le parti tandis que les seconds veulent s en emparer pour engager de profondes réformes Cette vision mérite d être élargie En effet si les caciques du parti partagent un héritage et une vision communs la nouvelle vague se scinde en deux composantes L une incarnée par Abdel Moneim Said regroupe les cinquantenaires se définissant comme libéraux mais peu pressé de mettre en œuvre les réformes L autre emmenée par Gamal Moubarak se compose de trentenaires avide de changement Certains analystes 23 subdivisent davantage la mouvance réformiste Cette distinction ne doit pas occulter que tous cherchent sinon le pouvoir du moins à tirer parti de leur position dans les instances du PND L idéologie n est pas leur seul leitmotiv Mais même si des divergences existent entre les réformateurs les caciques ont rapidement pris conscience que la maîtrise de cette tendance s imposait Aussi en réponse à la création du Parti du Futur le fils du Président a été intégré au secrétariat du PND Cette nomination s est accompagnée de la dissolution du nouveau parti Cependant dès le début de l ascension de Gamal Moubarak les réticences des caciques se sont fait sentir Ses pratiques politiques déroutent les pratiques classiques de la vieille garde qui se méfie de son aventurisme 24 L adoption en 2003 de la politique de la nouvelle pensée al fikr al jadid prônant les réformes a suscité de vifs débats au sein du PND Les caciques ont profité du relatif échec des élections législatives pour critiquer les nouvelles méthodes du parti et militer pour un retour aux pratiques classiques En réalité ces tensions s expliquent par le désir de la vieille garde de conserver l avantage en s assurant une large représentation à l Assemblée du peuple qui joue un rôle central dans la vie politique égyptienne Ce fut le cas à la sortie des urnes car nombreux de caciques furent réélus Si l on considère que dans un régime autoritaire les élections ne servent pas à valider un programme mais à élire des hommes alors la vieille garde a gagné cette première bataille Pour illustrer d une autre manière ces tensions il suffit de décrire l ambiance au Congrès de 2006 En effet dans ses discours Gamal Moubarak s est attribué les bons résultats macro économiques oubliant de citer au passage le travail du Premier ministre Ahmed Nazif Il est vrai que l ambiance entre les deux hommes semble délétère Cette tension était également palpable au niveau des autres caciques qui ont réservé un accueil plutôt réservé aux propos du dauphin et ont applaudi chaudement celui du Premier ministre Hosni Moubarak a entrepris sous l impulsion du courant réformiste du PND mené par son fils un certain nombre de réformes Les résultats économiques attestent de leur pertinence dans ce domaine En revanche les réformes politiques semblent montrer le souci du Raïs de contrôler les futures élections présidentielles afin de favoriser l accession au pouvoir de son fils Pour autant l ouverture démocratique lors des campagnes électorales de 2005 a favorisé l émergence d une opposition particulièrement active et critique notamment grâce à l utilisation massive des nouvelles technologies de l information et de la communication DEUXIEME PARTIE LES CONSEQUENCES POLITIQUES DES ELECTIONS DE 2005 VERS L EMERGENCE D UNE VERITABLE OPPOSITION L organisation de la première élection présidentielle au suffrage universel en septembre 2005 a permis à l opposition d occuper l espace public L essor de la contestation a été favorisé par l ouverture autorisée par le président Moubarak En effet soucieux de répondre favorablement aux injonctions américaines de démocratisation 25 le Raïs a accepté de laisser les contestataires du régime s exprimer Cette ouverture s est étendue à la presse ainsi qu à tous les formes et les lieux d expression publique La critique du pouvoir a été virulente et constitue un phénomène sans précédent dans le pays Cette tolérance du régime a permis aux Frères musulmans de s affirmer comme la première force d opposition et à favoriser l émergence de groupes d opposition tel le plus emblématique d entre eux le mouvement libéral et composite Kefaya Assez Cette dynamique s est concrétisée aux élections législatives par une poussée de la confrérie au Parlement Cependant le régime égyptien a bien compris le risque que représente une opposition trop libre Aussi sur ordre du gouvernement la répression policière s est attachée à briser le mouvement des Frères musulmans et à réduire l espace de liberté de l opposition L espoir issue de la période électorale de 2005 tend à s estomper d autant plus rapidement que l allié américain diminue la pression sur les régimes arabes depuis son enlisement en Irak Par conséquent les forces de l opposition égyptienne sont profondément affaiblies depuis 2006 En outre les élections présidentielles égyptiennes au suffrage universel et à candidatures multiples n ont pas répondu aux attentes populaires En effet les conditions requises pour se porter candidat étaient tellement restrictives qu aucun concurrent crédible de Moubarak ne pouvait prétendre concourir à cette élection 1 Les Frères musulmans la première force d opposition Nous voulons l individu musulman puis la famille musulmane la société musulmane l état musulman et enfin la nation musulmane Célèbre formule de Hassan al Banna Mouvement créé en 1928 à Ismaïlia en Egypte par Hassan al Banna les Frères musulmans se distinguent des autres groupes islamistes égyptiens tels le Jihad ou la Jamma islamiya par leur profond enracinement dans le pays En effet bien intégrés dans la population forts de leur ancienneté sur la scène politique égyptienne ils ne visent pas à renverser le pouvoir mais à l islamiser en douceur en s appuyant sur la stratégie de la dawa c est à dire la prédication dont le but est de parvenir à l application de la charia par voie légale En d autres termes ils aspirent au pouvoir pour aboutir à l unité finale du politique et du religieux dans un Etat islamique Principale force d opposition 26 elle est parfaitement structurée 27 ce qui lui permet d infiltrer de nombreux ministères en premier celui de l Education mais également ceux de la Justice des Affaires sociales et de l Information Les Frères musulmans utilisent leur position pour faire avancer leur cause Il est un autre domaine dans lequel la confrérie exerce son influence ce sont les syndicats professionnels notamment le syndicat des ingénieurs et de manière générale les ordres professionnels De cette influence la confrérie tire sa capacité à se régénérer Le mouvement s est propagé des classes moyennes urbaines alphabétisées pour se diffuser ensuite dans le monde rural Ils disposent donc d une base très solide 1 1 Un mouvement en pleine résurrection politique Les Frères musulmans tentent en vain de s implanter dans la vie politique par la voie légale Mouvement politique interdit constitutionnellement en raison de ses références à la religion la confrérie utilise tous les subterfuges possibles pour accéder au pouvoir De ce fait elle entretient une relation ambiguë avec le régime qui sait opportunément l instrumentaliser pour servir le message qu il veut délivrer En 2005 les Frères musulmans ont connu la consécration politique en pénétrant en masse à l Assemblée du peuple grâce à un discours politique rénové Galvanisée par cette victoire sans précédent la confrérie a progressivement modifié son discours en le radicalisant en particulier pour répondre aux diverses tendances qui la composent Cette dérive s explique également par la forte répression qu ils subissent depuis les élections législatives Le report des élections municipales prévues en 2006 a contribué à motiver la branche radicale convaincue de l inanité du jeu démocratique 1 2 Une relation avec le régime ambiguë Pour comprendre la relation entre l Etat et la confrérie il convient de rappeler un événement fondateur de son histoire En 1952 les Frères musulmans applaudissent le coup d Etat des Officiers libres car il répond à leurs aspirations Très rapidement ils déchantent lorsque Gamal Abdel Nasser met en place son projet nationaliste et socialiste qui s adresse aux mêmes couches sociales que celles courtisées par la confrérie Cette concurrence politique n est pas acceptée par le Président Par conséquent il décide de pourchasser et d enfermer dans des camps les Frères musulmans Cet emprisonnement a deux conséquences majeures D abord au sein de leur cellule ils échangent leurs idées et aboutissent à l élaboration d un discours cohérent Ensuite ils prennent conscience de la force de l Etat avec lequel l affrontement direct risque de toujours tourner à leur désavantage Fort de cette expérience ils développent une nouvelle stratégie vis à vis de l Etat Sous Sadate ils comprennent que celui ci les instrumentalise pour contrer l influence de la gauche marxiste et nassérienne considérée comme principale menace pour le régime Profitant d une certaine liberté d action ils vont alors investir des pans entiers de la société et étendre leur popularité grâce à des actions sociales Puis au lendemain de l assassinat d Anouar el Sadate le régime Moubarak a établi une règle du jeu implicite les Frères musulmans sont libres de participer à la vie politique à charge pour eux de ramener les radicaux à la raison Avec Hosni Moubarak on est passé d une gestion politique du type Qui n est pas avec moi à une formule moins exigeante Qui n est pas contre moi est avec moi 28 Ces accords tacites avec le régime interviennent alors que les thèses très radicales de Sayyid Qutb 29 sont rejetées officiellement par la confrérie 1 3 Une justification du pluralisme politique par la tolérance de Frères musulmans Dès le début de son régime Moubarak a cherché à intégrer dans le jeu politique le plus grand nombre possible d acteurs au sein d importants réseaux clientélistes Cette intégration constituait une force il y a encore quelques années Or la politique récente de privatisation économiquement nécessaire et d ailleurs efficace comme évoqué précédemment l a obligé à se défaire de certaines fidélités devenues ou perçues comme trop coûteuses Cette démarche compromet le soutien des forces corporatistes et par conséquent leur emprise Ainsi elles se laissent attirer par de nouveaux discours comme celui des Frères musulmans Par ailleurs la pression occidentale pour démocratiser le régime politique incite Moubarak à accepter qu ils puissent participer aux élections législatives Dans un premier temps cela se traduit par des alliances politiques avec des partis officiels Et de citer comme exemple l alliance avec le Wafd en 1984 Puis les membres de la confrérie se présentent en tant que candidats indépendants Aux législatives de 1987 ils obtiennent 37 députés Mais ils sont également autorisés officieusement à participer aux élections syndicales Cette ouverture leur permet de s implanter dans de très nombreux syndicats notamment ouvriers Ces sphères d influence constituent une formidable tribune pour véhiculer leur message Mais dans les années 1990 la montée de l islamisme radical dans l ensemble du monde offre une opportunité au régime égyptien de durcir sa politique sans s attirer les foudres occidentales Face à la répression le Guide suprême de l époque Moustafa Machhour qui a passé vingt ans en prison sous Nasser rejette tous les actes de violence afin de préserver les acquis de la confrérie L expérience du passé a porté ses fruits et lui permet de prôner au moins officiellement une politique de tolérance De ce rapport ambigu avec le régime les Frères musulmans ont appris à composer avec l autoritarisme du pouvoir En adoptant le visage de la victime et en changeant leur discours ils répondent aux attentes du peuple et placent le régime dans une situation délicate Mais cette évolution idéologique n est pas sans susciter quelques tensions au sein de la confrérie 1 4 Un nouveau discours politique percutant et répondant aux aspirations populaires Dès les origines du mouvement al Banna s inspire des penseurs réformistes du XIXème siècle tels qu Al Afghani Mohammed Abdou Rachid Rida pour donner un contenu islamique à la modernité plus que pour opérer un retour aux sources Selon lui l islam est un système complet et total 30 qui répond aux exigences d un Etat moderne Les frustrations sociales occasionnées par les récentes réformes rendent le discours des Frères musulmans plus audible tandis que dans le même temps le régime annonce des chiffres de croissance considérables Le décalage de perception entre l Egyptien de la rue et le discours officiel joue en faveur de la confrérie Parallèlement elle utilise tous les moyens de communication moderne notamment Internet pour véhiculer ses arguments En réalité les prémices d une évolution idéologique débutent en 1989 31 Il s agit d un long processus de maturation qui a pour objectif de délivrer un message qui transcende les classes sociales Pour toucher les quartiers aisés comme les circonscriptions ouvrières les Frères musulmans ont élaboré et publié en 2004 un document fondateur 32 Selon Patrick Haenni son argumentation s est articulée autour du concept suivant une perspective islamique réconciliée avec la notion de citoyenneté et de pluralisme économique Cet aggiornamento idéologique vise à réconcilier l ordre traduit la modernité occidentale et l ordre transcendantal l ordre divin 33 Concrètement les Frères musulmans développent un discours articulé autour d arguments classiques dont le but est de dénoncer les dérives de l autoritarisme et de propositions nouvelles Ainsi ils prônent le respect de la démocratie pour stigmatiser au passage le comportement répressif du régime à leur égard Au nom des principes démocratiques ils condamnent le pouvoir égyptien qui selon eux bafoue les Droits de l Homme Cette position déjà adoptée par le passé se complète par une autre posture plus originale qui tend à crédibiliser les précédents propos La déclaration du porte parole de la confrérie Abd al Mun im Abû al Futûh est de ce point de vue sans ambiguïté Il affirme que son mouvement adopte intégralement les principes démocratiques comme instrument de régulation du pouvoir 34 Selon lui la souveraineté populaire et la religion ne sont par forcément imbriquées En outre la confrérie reconnaît désormais le principe de citoyenneté Cette position marque un changement puisqu elle implique la reconnaissance des coptes et des femmes dans la société comme citoyen à part entière par conséquent légitime pour occuper des fonctions au sein des institutions étatiques Cette évolution idéologique aussi spectaculaire soit elle mérite d être nuancée Ce discours intervient en pleine campagne présidentielle de 2005 Aussi on ne peut négliger la volonté derrière ces propos de séduire un électorat dérouté par le régime en place D ailleurs l attitude du leader des Frères musulmans Muhammad Mahdî Akhif est assez édifiante En effet il a approuvé officieusement ce discours permettant d entretenir le flou quand aux positions idéologiques réelles de la confrérie Cette prudence s explique également par les fortes tensions présentes au sein du mouvement 1 5 Un discours qui divise au sein de la confrérie Pour comprendre les dissensions au sein des Frères musulmans il convient de dresser une typologie relativement succincte des tendances existantes Au nombre de trois elles se déclinent de la façon suivante les anciens des théocrates qui bien qu encore majoritaires voient leur poids au Bureau de Guidance instance de direction de la confrérie décliner la génération intermédiaire issue de l université des années 1970 composée de professionnels de la politique ainsi que de démocrates les militants ou la base composés pour l essentiel de jeunes plutôt radicaux et très motivés farouchement hostile au régime en place ils veulent servir leur religion et leur pays afin d instaurer le Loi divine telle que décrite selon Qutb Evidemment cette typologie comporte toujours un caractère artificiel En effet la séparation entre les groupes n est pas aussi marquée des interactions existent entre ces trois entités Compte tenu de ces tendances il paraît clair que le nouveau discours idéologique divise Dans les faits cela se traduit par une incapacité pour les Frères musulmans à inspirer une réelle confiance sur plusieurs questions clés telles l économie le statut des minorités et de la femme et surtout la politique étrangère Ce tiraillement entre ouverture démocratique et repli religieux les conduit à commettre ce qui paraît être des erreurs stratégiques de communication Deux exemples illustrent cette difficulté à concilier deux postures opposées Le plus célèbre fut celui du leader des Frères musulmans Mahdi Akhif lors d un entretien dit du Toz à l Egypte 35 Au cours de celui ci il affirme qu un musulman peut diriger le pays alors qu un non musulman non Cette affirmation contredit les positions adoptées en 2004 Le deuxième exemple touche les débats à l Assemblée du peuple Les députés de la confrérie ne cessent d adopter des positions radicales comme celles prises en 2006 à propos des chanteuses libanaises dépravés Régulièrement des incidences émaillent les séances de travail de l Assemblée Ces dérapages s expliquent pour différentes raisons D abord il existe toujours une certaine hostilité à l encontre de nombreuses valeurs considérées comme occidentales Ensuite depuis 2005 les perspectives électorales ont disparu avec le report des élections municipales 36 La pression américaine sur le régime s est considérablement atténuée Par conséquent la branche radicale estime qu il n est plus nécessaire de poursuivre leur entreprise de séduction des élites intellectuelles égyptiennes Enfin la radicalisation du discours entre deux élections vise à mobiliser la base et par là même à contribuer à assurer la cohésion interne Les Frères musulmans jouent donc un rôle grandissant dans le paysage politique égyptien depuis les années 2000 en dépit des attentats islamistes qui nuisent à la crédibilité de son discours La confrérie s impose par une communication bien étudiée et fondée sur le rejet de l autoritarisme et la revendication de la démocratie dans un monde islamique Cette stratégie leur a permis d atteindre une masse critique 37 en terme de sympathisants Cependant les Frères musulmans restent handicapés par des problèmes de fond qui leur barrent l accès au pouvoir D abord il y a la question de leur statut la confrérie est officiellement interdite depuis 1954 mais ses activités sont tolérées tant qu elles restent dans le cadre fixé par le pouvoir Dans ce contexte il est difficile de concrétiser les sympathies politiques Ensuite les divisions internes entre la vieille garde et la nouvelle génération contribuent à limiter l action concrète de la confrérie faute de pouvoir élaborer un programme politique crédible 2 L émergence de nouvelles forces grâce à la libéralisation de l espace public le cas Kefaya L émergence d une opposition forte aux lendemains de l élection présidentielle s est concrétisée au moment des élections législatives Ne trouvant pas de réponse politique à cette montée en puissance le régime a d abord repoussé l échéance électorale des municipales à une date ultérieure puis a recouru à des méthodes plus classiques de répression policières Les premiers touchés par cette reprise en main autoritaire de l espace public sont les Frères musulmans 38 Comme cela a été évoqué précédemment la confrérie a dans le même temps offert au gouvernement de bonnes raisons en multipliant les actes de provocations Ce comportement répressif ne se limite pas aux islamistes radicaux Il s étend en effet à tout individu considéré comme suspect sous entendu ayant eu un comportement islamiste A l évidence la subjectivité volontaire des critères répressifs vise à calmer les velléités des opposants bien décidés de profiter de l ouverture démocratique de 2005 pour s imposer dans le débat public 2 1 Les origines du mouvement Kefaya Assez Le mouvement Kefaya est un mouvement fédérateur et composite regroupant des individus de toute tendance 39 A la veille de l élection présidentielle et à son immédiat lendemain ce groupe peu nombreux en réalité a bénéficié d une adhésion populaire lui permettant de se développer Depuis quelques mois les dissensions au sein du groupe prévisible compte tenu de sa composition hétéroclite mettent en péril son existence ou à tout le moins sa capacité à convaincre Officiellement créé en 2004 le Mouvement Egyptien pour le changement Egyptian Movement for Change EMC l autre appellation de Kefaya trouve son origine dans les années 1970 Contrairement à l analyse trop rapide et trop étroite des Occidentaux il ne s apparente pas à un mouvement de contestation classique du pouvoir En réalité sa vision politique 40 se veut plus large en offrant notamment à l Egypte un nouveau projet politique Il vise à transformer la politique égyptienne Cette démarche procède d un long processus de rapprochement entre des courants idéologiques et politiques différents voire opposés Cette synthèse a été rendue possible par la volonté d hommes et par les contingences de la vie politique intérieure et extérieure La singularité de Kefaya constitue à la fois un atout et une faiblesse pour assurer sa longévité et poursuivre son travail Les interprétations occidentales pour comprendre l émergence de ce mouvement s appuient pour l essentiel sur les concepts sociologiques relatifs aux groupes contestataires Aussi les Américains entrevoient dans cette formation la renaissance d un groupe de gauche suite à une longue période de répression policière D autres y voient une réaction à la montée de l islamisme et des Frères musulmans avec pour objectif principal de contenir cette expansion Définir Kefaya passe par une analyse de ses origines et en particulier de ses fondateurs Cette démarche s avère essentielle pour comprendre la diversité idéologique du mouvement et comprendre son programme politique Les principaux fondateurs du mouvement sont des leaders étudiants des années 1970 provenant à la fois de la gauche nassérienne et marxiste et de la tendance islamiste Si les deux groupes s opposaient dans de nombreux domaines un les rassemblait celui de la politique étrangère A partir de cette base commune ils ont multiplié les rencontres formelles et informelles pour trouver peu à peu d autres terrains d ententes A l époque ils condamnaient la visite de Sadate en Israël les accords de Camp David et évidemment la normalisation des relations avec le voisin sioniste 41 En outre comme souvent en Egypte le régime sert de catalyseur à l émergence de nouvelles alliances Ce fut le cas pour ces tendances En effet quelques mois avant son assassinat Sadate envoya en prison des intellectuels et des activistes toutes tendances confondues Confinés dans les mêmes cellules ses opposants ont engagé un dialogue A partir de leur première rencontre et en dépit des vicissitudes 42 il est parvenu à perdurer au delà des divisions et des aléas politiques De manière générale la montée des Frères musulmans dans les organisations syndicales chez les mouvements étudiants et dans la vie politique les poussait à un rapprochement avec la gauche en plein déclin dans les années 1990 Initialement la confrérie interdite par la Constitution devait s appuyer sur les réseaux politiques de gauche pour concrétiser sa poussée et exister politiquement Les difficultés rencontrées par les différentes tendances pour avoir un dialogue constructif ont fait prendre conscience à certains que celles ci servaient les intérêts étatiques En effet face à une opposition divisée le régime ne pouvait que renforcer sa position et son monopole sur la vie politique Pour progresser il fallait partir de points de vue convergents Dans cette optique en 1994 le Comité de coordination des associations professionnelles dominé par les frères musulmans a organisé une conférence regroupant des intellectuels et des activistes de tous horizons pour débattre des problèmes de libertés individuelles et de libertés politiques Cet échange de point de vue intéressant finalement toute l opposition a failli déboucher sur l élaboration d un texte commun mais les frictions entre les dirigeants ont eu raison de cet effort Cette tentative a eu néanmoins le mérite de créer une dynamique en particulier chez les jeunes L idée que seul un rassemblement des forces d opposition autour de propositions communes pouvait aboutir à provoquer une réforme politique faisait son chemin Les réticences des vieilles générations devaient s éclipser pour laisser la place à une vision plus moderne et plus progressiste La politique extérieure a permis de dégager un consensus Ainsi le Comité de soutien à l Intifada palestinienne a permis non seulement le dialogue mais également la mise en œuvre d actions communes comme par exemple fournir de l aide aux Palestiniens en réalisant des campagnes de levée de fonds A travers ce type de collaboration s est créée entre les différents partis une relation de confiance Cette collaboration s est ensuite étendue à d autres domaines Par exemple en 2000 ces opposants ont proposé un projet d amendements constitutionnels Par ailleurs la détérioration de la situation régionale à partir de septembre 2001 les a conduits à approfondir leur réflexion commune De celle ci émerge le consensus suivant Plus l agression étrangère est grave plus les réformes nationales deviennent essentielles 43 A partir de cette base commune les premiers jalons idéologiques semblaient poser 2 2 Les fondements idéologiques Les fondements idéologiques de Kefaya s inspirent de deux préoccupations majeures liées à la situation régionale D abord le rejet du sionisme et de la politique étrangère américaine constitue deux puissants catalyseurs Ce mouvement dénonce l oppression israélienne sur le peuple palestinien et la violation de leur territoire Ce sentiment d agression est renforcé par la politique étrangère américaine mise en œuvre depuis 2001 et surtout depuis 2003 Ensuite l autoritarisme du régime alimente l idéologie du mouvement L argument phare de celle ci repose sur la dénonciation d un régime inféodé aux Américains et aux Israéliens C est à partir de cette base idéologique que six membres représentant les principales tendances de l opposition ont réfléchi et écrit un texte fondateur Rencontrant un vif engouement il sert de base pour créer Kefaya Si les menaces extérieures décrites ci dessus continuent de mettre en péril le nationalisme et l identité égyptienne le document de référence d EMC s étend davantage sur les conséquences désastreuses du despotisme de Moubarak et le refus d une transmission dynastique du pouvoir Ces fondateurs arrivent à la conclusion suivante les réformes sont nécessaires pour surmonter cette crise de grandeur ampleur 44 2 3 Des modes d actions audacieux Conscients des difficultés à fédérer un mouvement composite les fondateurs de Kefaya exigent que chaque membre intervienne à titre individuel et non au nom de son parti d appartenance En outre le mouvement est ouvert aux activistes de la société civile à condition qu ils ne bénéficient pas de subventions venues de l étranger notamment des Etats Unis Cette importante restriction participe de la volonté de Kefaya d assurer sa crédibilité aux yeux de l opinion publique égyptienne en évitant toute accusation de corruption et toute dépendance vis à vis de l étranger Or il semblerait qu une partie du financement de Kefaya proviennent des États Unis D un point de vue pratique son mode d action montre une conscience particulière de l importance de la communication et pas seulement par Internet En effet le choix des lieux de rassemblement des manifestations ou des sit in revêt un caractère stratégique et une symbolique politique Les membres de Kefaya ont également su profiter de la sympathie qu ils inspiraient aux médias internationaux pour dénoncer les violences policières dont ils étaient victimes Cette tactique valable au cours de la campagne électorale en 2005 se poursuit encore aujourd hui Ce mouvement n a pas hésité à braver de nombreux tabous pour se faire entendre suscitant auprès de la population un véritable courant de sympathie Cependant il convient de s interroger sur le potentiel politique d une structure aussi composite Pour être crédible il convient également de proposer une alternative viable à travers une vision politique cohérente Aussi Kefaya a diffusé sur son site Internet un programme intitulé Toward a New Sociopolitical Contract Nahwa aqd ijtimai e syassi jaded Partant des dangers et des défis auxquels l Egypte est confrontée il propose l instauration d un véritable régime démocratique Ce qui suppose une réduction des prérogatives de l exécutif une séparation des pouvoirs la levée de l Etat d urgence ainsi que l abrogation des lois liberticides Il s oppose également avec vigueur à la transmission héréditaire du pouvoir Ces revendications bien que populaires proviennent d un consensus entre ses différentes composantes Aucune vision économique ou sociétale crédible n apparaît dans ce texte L analyse d International Crisis Group 45 ICG prouve que les propositions relèvent plus de l utopie que de la réalité Si la crédibilité de Kefaya en tant qu alternative politique paraît très faible il n en demeure pas moins que ce mouvement est à l origine d une dynamique contestataire sans précédent dans le pays tant dans la forme que dans le fond Son impact ne peut être négligé même si depuis cet âge d or les difficultés internes pour approfondir le mouvement réduisent sa portée 2 4 Une presse de plus en plus critique grâce à l effet Kefaya Profitant de l atmosphère de détente démocratique dans la vie politique égyptienne la presse a en 2005 à l instar de Kefaya fait montre d une certaine audace En effet elle s est risquée à couvrir les manifestations d opposition et surtout à rendre compte des revendications populaires Corollaire de cette libération de la parole de nouveaux journaux indépendants et d opposition sont apparus Leur contenu offrait une critique acerbe de la politique gouvernementale La controverse envahissait l espace public par le biais de la presse Pour la première fois un débat s engageait sur les réformes politiques Cette dynamique s explique également par les relations assez étroites entre le syndicat des journalistes et Kefaya en 2005 Comme le constatent les intellectuels égyptiens les forces politiques d opposition sont incapables ou peu désireuses d engager un bras de fer et de le remporter Peut on croire que cette atonie demeurera une constante Un sursaut n est peut être pas à exclure même si l autoritarisme limite la liberté d action des mouvements d opposition Néanmoins la recrudescence des grèves souligne le malaise social qui règne dans le pays Dans ce contexte particulier la transmission héréditaire du pouvoir peut emprunter des chemins très différents TROISIEME PARTIE QUELLES OPTIONS POSSIBLES POUR LA SUCCESSION Il convient à ce stade d analyser les scénarios les plus probables de la succession de Moubarak Deux éléments guident la réflexion D abord le Raïs a parfaitement conscience que la transmission dynastique du pouvoir rencontre une forte opposition sur la scène intérieure A l extérieur cette possibilité décriée il y a encore quelques mois par les Occidentaux semble la plus acceptable compte tenu de la dégradation de la situation régionale Pour les Etats Unis comme pour la France l Egypte doit rester un pôle de stabilité avant tout quitte à sacrifier les principes de la démocratie sur l autel du pragmatisme politique Partageant dans une certaine mesure les mêmes préoccupations que ces concitoyens Hosni Moubarak 46 semble selon certains observateurs plutôt rétif à toute transmission dynastique car résolument sources de tensions difficilement gérables par la suite Ensuite la deuxième réflexion concerne l absence avérée de relève pour le long terme au sein du PND Aucun candidat à la prochaine élection ne pourra être issu d un autre parti tant les précautions constitutionnelles et institutionnelles prises par le Président égyptien pour assurer la succession de son fils sont importantes 1 Le mécontentement populaire une inconnue dangereuse Le mécontentement populaire est patent Plusieurs sources de frustrations concourent à son développement Les raisons économiques méritent d être évoquées A ces éléments conjoncturels s ajoutent un repli sur des valeurs identitaires et religieuses un rejet d un régime usé et déconsidéré notamment en raison de la corruption et l absence de perspectives à court terme Il est particulièrement difficile d évaluer cette contestation bien souvent rampante mais la multiplication des grèves ces derniers mois laissent présupposer que le malaise est profond Cette inconnue est perçue par les autorités égyptiennes Aussi pour en minimiser les effets deux axes politiques sont mis en œuvre la répression et la négociation A noter l absence de mesures économiques fortes et rapidement perceptibles par l opinion publique 1 1 Des réformes économiques nécessaires et ambitieuses mais mal perçues par la population Depuis 1994 le régime égyptien a entrepris des réformes économiques qui se sont accélérées depuis 2004 Elles s accompagnent de profonds changements dans le pays qui entre progressivement dans l économie mondialisée Concrètement les privatisations de la plupart des grandes entreprises du pays ont porté leur fruit Pour preuve l Egypte a connu une croissance de l ordre de 4 au cours des quatre dernières années Cependant les fruits de cette croissance ne sont pas partagés et redistribués équitablement En effet si de nombreux experts économiques reconnaissent les résultats de l économie égyptienne le peuple égyptien a du mal à en percevoir concrètement les dividendes Aussi le discours officiel fondé sur les thèmes du changement et de la réforme perd de son efficacité Il entretient au contraire la frustration et les ressentiments D un point de vue officiel les objectifs de ces réformes économiques sont d une part d attirer les investissements étrangers 47 et d autre part de développer les exportations Pour ce faire diverses mesures ont été prises par le gouvernement pour les atteindre Elles concernent par exemple la baisse massive et unilatérale des tarifs douaniers la refonte du système fiscal avec en particulier la diminution des taxes sur les bénéfices commerciaux la réforme du secteur bancaire fusion de certaines banques procédure d apurement des prêts non performants

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Egypte-les-enjeux-de-la-succession.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • défense Paris 2007 2008 Ses articles pour Diploweb com Egypte les enjeux de la succession de Hosni Moubarak Pivot entre l Afrique et le Proche Orient l Egypte constitue un pôle de stabilité particulièrement rassurant pour les occidentaux notamment pour les Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Luc-PENET_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •