archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • compagnie pétrolière et gazière à Bruxelles où elle était entre autre en charge du suivi des politiques énergétiques européennes Elle a également travaillé pour la Délégation de la Commission Européenne à Damas en Syrie Elle enseigne aussi les politiques énergétiques à Science Po Paris Sa recherche se concentre principalement sur les hydrocarbures gaz pétrole gaz de schistes ressources non conventionnelles les questions de géopolitique énergétique le secteur du raffinage et les transports Maïté de Boncourt couvre plus particulièrement le Moyen Orient le Golfe et la Méditerranée gouvernance de l energie Elle dirige l axe de recherche sur Mediterranée Orientale Maïté de Boncourt est diplômée d un Master en Affaires Européennes du Collège d Europe Bruges d un Master en Administration Publique de l Université Catholique de Louvain KUL Leuven Belgique et d une Maîtrise d Histoire de Paris IV Sorbonne Elle parle couramment l anglais et le français Ses articles pour Diploweb com Le Proche Orient met les gaz L exploitation des réserves gazières en mer Méditerranée est une chance inespérée pour les économies des États du Proche Orient Mais elle pourrait aussi Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Maite-de-BONCOURT_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Qatar : soft power, hard power, smart power 2008-2014 - Moyen-Orient
    en Libye est venue de l élite et de l émir Hamad qui mettait en avant le fait que les Arabes doivent résoudre les problèmes des Arabes 2 Cette doctrine et sa mise en œuvre permit alors de projeter le Qatar sur la scène internationale en tant que leader régional du Moyen Orient tandis que le potentiel gazier libyen permettait une fois le colonel Kadhafi renversé de mettre en place des accords et des synergies entre deux grandes économies gazières du monde arabe Enfin la question de l antipathie mutuelle des deux dirigeants n est pas à négliger dans la question libyenne Ce faisant néanmoins le Qatar a clairement rompu avec ses politiques d influences précédentes inspiré du soft power anglo saxon pour s engager dans une politique de puissance proche du hard power Cette première étape du changement de paradigme stratégique qatari fut suivie peu après du cas syrien où Doha profita non seulement du vide laissé par les autres pays arabes mais aussi de sa convergence de vues avec Riyad et certains Etats occidentaux comme la France Le Qatar et l Arabie Saoudite avaient d ailleurs été notamment suite à leur rapprochement datant de 2008 capables de se mettre d accord sur le traitement de la crise du Bahreïn avec l envoi de troupes de pays du Conseil de Coopération du Golfe afin d empêcher une prise de pouvoir chiite sur la rive ouest du Golfe Persique Le Qatar et l Arabie saoudite se sont rejoints dans la tentative de renforcer l arc sunnite au Proche et Moyen Orient La répression de février et mars 2011 fut d ailleurs absente des écrans d Al Jazeera ce qui laisse penser à une couverture des évènements de la chaine en arabe à géométrie variable en fonction des intérêts géopolitiques de l émirat Alliés de circonstance malgré leur compétition pour la maitrise de la dynamique sunnite dans le Golfe le Qatar et l Arabie saoudite se sont rejoints dans la tentative de renforcer l arc sunnite au Proche et Moyen Orient Ce fut le cas au Bahreïn mais aussi en Syrie Cependant la complexité de cette nouvelle stratégie régionale qui consiste à renforcer et à influencer les pouvoirs sunnites mit le Qatar dans une position délicate consistant à se ranger du côté des révoltes arabes et donc souvent de partis issus de la mouvance des Frères musulmans tout en ne froissant pas trop ouvertement l Iran comme lorsque Doha a tenté de faire sortir la Syrie alaouite de l influence chiite Et ceci en concurrençant plus ou moins ouvertement l Arabie Saoudite pour l influence sur les groupes révolutionnaires leaders des révoltes comme en Syrie ou en Egypte Une telle complexité dans un environnement régional aussi instable ressemblait bien à une randonnée sur une ligne de crête que le Qatar a du mal à suivre Excessivement complexe géopolitiquement cette tendance entre 2011 et 2013 a néanmoins semblé indiqué que le Qatar ne se sentait plus aussi vulnérable que dans les années 1990 et 2000 grâce à son rapprochement avec Riyad mais aussi en raison du soutien des Etats occidentaux notamment le parapluie américain et de leur frilosité à s engager directement sur le terrain moyen oriental Cela a permis à Doha de défier plus ouvertement l Iran alors qu il s était rapproché du camp Damas Téhéran lors de la décennie 2000 Enfin ce changement de stratégie fut possible grâce à la capitalisation des bonnes relations que le Qatar a mises en place pendant de nombreuses années avec les partis et mouvances issus des Frères musulmans dans la région La visite de l ancien Emir Hamad dans la bande de Gaza en octobre 2012 s inscrit d ailleurs dans cette dynamique Elle arriva au moment où le Hamas prit ses distances avec Téhéran et Doha y a vu une opportunité d éloigner Gaza de l Iran tout en renforçant les liens entre le mouvement islamiste palestinien et l émirat en concurrence pour le leadership sunnite dans la région avec l Arabie saoudite et l Egypte Cette stratégie se retrouva aussi dans d autre pays avec un appui à certains mouvements islamistes comme en Afrique du Nord Ainsi en 2011 Doha a fourni un appui financier et diplomatique au parti Ennahda en Tunisie Auparavant le Qatar avait aussi acquis un rôle grandissant auprès d une partie de l opposition algérienne islamiste en exil notamment les réseaux de l ex FIS et en particulier Abassi Madani qui vit dans l émirat et qui y a noué des relations avec le CNT libyen Ce fut aussi le cas en Egypte avec le soutien financier du Qatar au pays après la victoire de l ex Président Morsi et cela alla jusqu à des rumeurs faisant état d une aide financière du Qatar aux mouvements islamistes armés au Nord du Mali 3 Cette prise de distance avec la diplomatie de médiation des années 2000 de Doha ne fut cependant pas sans risque et l enlisement du conflit syrien les dérives djihadistes en Libye ou encore l échec des Frères Musulmans en Egypte ont coûté cher au Qatar 2013 2014 vers un smart power discret Les leçons de l étirement stratégique trop important du Qatar par rapport à sa puissance réelle ont été tirées L arrivée au pouvoir du nouvel émir le 25 juin 2013 ont imposé un changement de style certain dans l exercice diplomatique de l émirat 4 Les leçons de l étirement stratégique trop important du Qatar par rapport à sa puissance réelle ont été reçues et l impasse dans laquelle Doha se trouve au niveau diplomatique en Egypte mais aussi en Syrie en sont un exemple concret C est cet échec diplomatique dû au changement de paradigme stratégique en 2011 qui explique en partie l abdication de l émir Hamad Ben Khalifa Al Thani et le départ dans la foulée de son Premier ministre Hamad Ben Jassem Al Thani responsable de la politique étrangère de Doha à la faveur du prince héritier Tamim

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Qatar-2008-2014-du-soft-au-smart.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Les satellites de la « guerre froide » irano-saoudienne - Moyen-Orient
    Al Khalifa Le pays a été un des premiers à être secoué par les printemps arabes dès le 14 février 2011 juste après la Tunisie et l Egypte Trois ans plus tard l opposition est généralement décrite comme un rassemblement de mouvements chiites qui protestent contre l accaparement du pouvoir entre les mains de dignitaires sunnites soutenus par l Arabie Saoudite Si le conflit permanent à Bahreïn est aujourd hui un affrontement confessionnel c est parce que la minorité sunnite au pouvoir l a décidé Si Riyad s est bien senti menacé par les protestations des militants bahreïnis la lecture simpliste de l affrontement confessionnel entre les deux camps ne semble pas rendre hommage aux origines de la contestation C est ce qu explique l analyste américano iranien Reza Aslan au travers d un article intitulé L imposture de la guerre sectaire à Bahreïn 4 publié par Foreign Affairs au cours de l été 2013 Selon l auteur si le conflit permanent à Bahreïn est aujourd hui un affrontement confessionnel c est parce que la minorité sunnite au pouvoir l a décidé Aslan cite ainsi le cas d opposants sunnites manifestant au début de l année 2011 aux côtés de chiites avec pour mot d ordre l ouverture du pays vers plus de transparence et de justice sociale Les craintes du gouvernement de Manama ainsi que de leur allié saoudien de voir l émergence des revendications démocratiques dans les monarchies du Golfe menacer leur exercice autoritaire du pouvoir ont poussé la dynastie Al Khalifa à enfermer les contestataires dans un affrontement religieux La répression a été dans un premier temps bien plus forte envers les contestataires sunnites avec par exemple des condamnations à des peines de prison de plusieurs années pour de simples participations à des manifestations interdites en vue de les décourager de prendre part au printemps bahreïni Dans un second temps les dirigeants ont exacerbé le rôle des chiites dans ce mouvement en autorisant uniquement les rassemblements du principal groupe chiite d opposition Al Wefaq Ainsi le gouvernement a pu donner l impression que les manifestations ne concernaient que les chiites du pays conclue Aslan Si vous êtes un citoyen chiite arrêté par un militaire sunnite torturé par un policier sunnite licencié par un patron sunnite et condamné par un juge sunnite votre ressentiment profond à l égard du régime sunnite en place peut dégénérer dans la violence témoigne un employé du Bahreïn Center for Human Rights La polarisation de la société entre chiites et sunnites s inscrit évidemment dans un contexte géopolitique régional où l Iran et l Arabie Saoudite jouent les rôles principaux La radicalisation de l opposition chiite à Bahreïn a aussi été encouragée par l intervention militaire saoudienne à peine un mois après le début de la contestation Le 14 mars 2011 les blindés saoudiens franchissaient la Chaussée du roi Fahd le pont construit par Riyad qui relie les deux pays pour venir en aide aux forces de sécurité bahreïnies L entrée en scène

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Relations-internationales-02-2014.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Circassiens de Syrie, guerre civile et JO de Sotchi... - Moyen-Orient
    lors d une conférence le dirigeant de la communauté circassienne de la Syrie annonçait qu environ 2 000 de ses membres souhaitaient quitter le pays mais n en avaient pas les moyens 5 Moscou méfiante vis à vis de l évacuation des Circassiens syriens en Russie Dans ce contexte la question se pose d une éventuelle évacuation de cette communauté vers la terre de son origine le Caucase du Nord En novembre 2012 moins de 1 000 visas avaient été accordés par la Russie aux Circassiens syriens Justifiant le refus d en délivrer davantage par les quotas d immigration les autorités russes peinent à déterminer leur position sur la question En réponse aux requêtes des organisations circassiennes demandant au gouvernement russe d organiser un rapatriement d urgence de leurs compatriotes de Syrie en Russie le Ministère des Affaires Etrangères russe a déclaré le 31 janvier 2013 que les Circassiens de Syrie ne faisaient pas l objet de persécutions ni de la part du régime ni de la part de l opposition 6 Cependant face aux critiques des organisations circassiennes Moscou a semble t il légèrement changé de position peu après En mars 2013 une mission parlementaire mandatée par le gouvernement russe pour se rendre en Syrie a en effet reconnu dans une certaine mesure la gravité de la situation des Circassiens La mission a également constaté que la situation dans la ville de Homs où les Circassiens résident en grand nombre était particulièrement critique en raison de la famine et en l absence de toute aide médicale 7 Malgré ces conclusions aucune mission d évacuation n est pour lors mise en place par le gouvernement russe Les nombreuses pétitions adressées par les organisations de diaspora aux différentes autorités russes n ont pas eu d effet Les Circassiens fuyant la guerre civile en Syrie ne bénéficient d aucun statut particulier et sont considérés comme de simples migrants De ce fait leur arrivée sur le territoire russe demeure assujettie aux quotas généraux d immigration Les raisons de la méfiance russe Il semblerait que la raison principale des réticences du gouvernement russe soit le militantisme traditionnel des Circassiens Ce peuple est en effet très bien organisé on trouve dans ses communautés quel que soit le pays de résidence un organe de gouvernement appelé Adyghe Khase le Parlement du peuple Adyghe Adyghes étant le terme par lequel les Circassiens se désignent eux mêmes Il existe en outre un très grand nombre d organisations non gouvernementales circassiennes Le Kremlin a réussi à contrôler celles qui sont domiciliées en Russie La plus grande d entre elles l Association Circassienne Internationale aurait même été créée par les services secrets russes pour mieux gérer les rapports avec les diasporas circassiennes étrangères et pour maintenir leurs revendications communautaires que nous détaillerons plus tard dans les limites jugées acceptables par la Russie Par ailleurs l ACI est habilement instrumentalisée par le gouvernement central afin de jouer le rôle de contre pouvoir à l égard des pouvoirs locaux En effet Moscou

    Original URL path: http://www.diploweb.com/JO-et-Circassiens-de-Syrie-quels.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • doctorant en quatrième année à l Institut Français de Géopolitique sous la direction de Barbara Loyer Début 2013 il devient lauréat du programme de soutien financier annuel aux doctorants de l IHEDN Sa thèse intitulée la Russie au Proche Orient 2009 2015 acteurs enjeux et stratégies s articule autour de trois grandes problématiques les enjeux de la politique extérieure russe au Moyen Orient dans le contexte des événements du printemps arabe les rivalités géopolitiques autour de l exploitation des gisements gaziers récemment découverts en Méditerranée orientale et le rôle des diasporas russophones du Moyen Orient dans les relations qu entretient Moscou avec les acteurs de la région A Barkhudaryants a également obtenu un DEUG en langue arabe à l INALCO Publications Barkhudaryants Alexander Kurdskiï vopros vo vnechneï politike Rossiï i stran Zapada v kontekste protivostoyaniya Islamskomu Gosudarstvu La question kurde dans les politiques extérieures russes et occidentales dans le contexte de lutte contre l Etat Islamique Vestnik MGU 2015 1 Barkhudaryants Alexander Le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale face au problème de la sécurité énergétique l exemple des gisements de gaz en Méditerranée orientale in Bondaz A dir et alii Eclairages critiques sur le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale de 2013 Paris IHEDN 2014 Barkhudaryants Alexander La communauté circassienne de la Syrie à l épreuve de la guerre civile et les Jeux Olympiques de Sotchi à l épreuve de la communauté circassienne de la Syrie Diploweb com mis en ligne le 11 février 2014 URL http www diploweb com JO et Circa consulté le 11 février 2014 Publication des cartes dans LOYER Barbara Les crises géopolitiques et leur cartographie Hérodote 2012 3 n 146 147 p 90 107 novembre 2012 Ses articles pour Diploweb com Russie Turquie jusqu où iront les tensions

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Alexander-BARKHUDARYANTS_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • M. Guidère, "Monde arabe – Monde musulman" éd. De Boeck - Moyen-Orient
    la quasi totalité des dirigeants islamistes qu elle a accusés de terrorisme En Tunisie les islamistes du parti Ennahda ont été obligés sous la pression de la rue de composer avec d autres forces politiques et même de céder les rênes du pouvoir malgré leur victoire aux élections en 2011 Au Maroc les islamistes du parti Justice et développement ont été rapidement absorbés par la monarchie et intégrés à l establishment politique Aujourd hui il est difficile de parler d hiver islamiste tant les rapports des forces évoluent rapidement et souvent en défaveur des islamistes justement P V Quels publics visez vous Quel format avez vous choisi et quelles thématiques reviennent d un livre à l autre M G La collection vise clairement le grand public qu il soit étudiant ou non à la fois par son petit format 14x21 cm et par sa taille de 128 à 136 pages que par son écriture et son style Elle possède une charte graphique aérée et une structure commune qui traite des aspects suivants histoire géographie société politique économie finance éducation arts culture sport Tout ce qu il faut savoir sur un pays est synthétisé par des spécialistes et référencés en s appuyant sur les enquêtes et les travaux les plus récents pour éviter les clichés et les perceptions faussées L objectif est de donner une idée claire et précise à quiconque recherche une introduction à un pays en particulier P V Quels choix président à la réalisation des illustrations graphiques et cartes Qui est le cartographe Pourquoi son nom n apparaît il pas M G Nous avons fait le choix d illustrer chaque chapitre par une seule carte qui exprime un aspect de la thématique abordée population économie etc soit pour le préciser lorsque l aspect est complexe soit pour le compléter lorsque le développement écrit ne le permettait pas Ces cartes sont réalisées par un atelier parisien de création cartographique AFDEC spécialisé dans la réalisation de cartes thématiques historiques géographiques touristiques pédagogiques de graphiques diagrammes croquis et schémas illustrés ainsi que dans le traitement de données avec ou sans SIG Système d Information Géographique Mais la collection n a pas vocation à devenir un atlas et c est pourquoi l accent n a pas été mis sur les cartes ni sur les cartographes C est l analyse et la synthèse qui sont mises à l honneur La collection peut être utilement complétée par l Atlas des pays arabes Editions Autrement richement illustré par des cartographes et régulièrement mis à jour P V La maquette fait une large place aux encadrés pourquoi Quels types d informations vous semblent le mieux valorisées ainsi M G Les encadrés ont pour fonction de mettre en valeur un événement historique un aspect culturel un personnage clé ou une notion centrale C est une manière d attirer visuellement l œil du lecteur sur les éléments les plus importants du développement ou du chapitre Ils font ressortir également les données les plus instructives sur le sujet ou

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Monde-arabe-Monde-musulman-la.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Sinaï : Rapprochement entre l’Egypte et Israël ? Géopolitique - Moyen-Orient
    constatée depuis le départ de Morsi ce double discours des militaires sur le terrorisme dans la région semble incohérent compte tenu des divergences entre le Hamas et les groupes djihadistes invoqués En revanche ces accusations ont d une part permis aux militaires de discréditer l action de Morsi durant son mandat puis de justifier la traque de ses partisans à partir du mois de juillet 2013 Egypt Independant L éventualité d une instrumentalisation des actes terroristes dans la péninsule est renforcée par le blackout médiatique 5 imposé par l armée à propos de ces évènements écrit le reporter Drew Brammer dans la version anglaise du quotidien égyptien Al Masry Al Youm Dans cet article intitulé Sinaï peut on dire la vérité il s interroge sur les raisons de l arrestation de son confrère Abu Draa qui était devenu célèbre depuis qu un de ses reportages dans le Sinaï avait reçu un prix Peu de temps après avoir fait état sur les réseaux sociaux d un raid militaire ayant ciblé des habitations de civils dans la région ce journaliste s est vu condamné par une cour militaire à une suspension de ses activités pendant une période de 6 mois pour avoir diffusé de fausses informations L armée refuse en effet de mentionner d éventuelles victimes civiles dans la campagne qu elle mène contre les activistes ayant trouvé refuge dans ce vaste territoire de 60 000 km2 Lors d une conférence de presse le 19 septembre 2013 le colonel Ali porte parole de l armée faisait ainsi état de 125 morts du côté des militaires depuis janvier 2011 et de 134 victimes parmi les miliciens aussi parfois désignés comme Palestiniens 6 Selon Mouna Elzamlout une reporter locale interrogée par Drew Brammer il est aujourd hui très compliqué de contredire la version officielle le pouvoir utilise Abu Draa pour intimider l ensemble des journalistes Ces derniers ont peur de publier quelque chose qui serait perçu comme antimilitaire poursuit Brammer Le poids des images De plus l opinion publique semble se satisfaire en partie de cette situation Les images des 25 corps des policiers froidement abattus le 19 août 2013 suite à une embuscade près de la frontière avec Gaza ont particulièrement choqué dans tout le pays Mohannad Sabry spécialiste du Sinaï regrette dans le journal en ligne Al Monitor que les représentants des tribus bédouines n aient pas été plus loin que la simple condamnation 7 de cet attentat Selon lui l attitude de spectateur adoptée par les Bédouins a ouvert la voie à la recrudescence des actes terroristes alors que les activistes craignaient jusque là l autorité des tribus locales lourdement armées Celles ci avaient même prouvé qu elles étaient capables de remplir un rôle de médiation avec les forces de sécurité notamment au cours de la libération au mois de mai 2013 de 7 militaires pris en otage Mais les Bédouins sont aujourd hui vus dans le reste de l Egypte comme tirant profit de cette zone de non droit pour

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Relations-internationales-01-2014.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La question ethnique en République islamique d’Iran : un enjeu (...) - Moyen-Orient
    en problème public Cette évolution est également portée par de nouveaux acteurs qui voient dans l ethnicité un moyen de revenir dans le champ politique On observe alors une politisation de l ethnicité avec des revendications d un nouveau rapport entre l Etat et les groupes ethniques pour mettre fin à des politiques considérées comme discriminatoires le pouvoir central est accusé de mener une politique discriminatoire envers les populations non persanes et jugé responsable du sous développement des provinces périphériques 4 Alors que cette grille d interprétation mettait principalement en accusation le régime des Pahlavis avant la présidence de Khatami 1997 2005 la République islamique devient de plus en plus la cible des critiques des militants de la cause ethnique L Etat iranien est donc sommé d intervenir pour améliorer la situation des groupes ethniques Ses critiques de l Etat iranien ont pu prendre la forme d un appel au fédéralisme devenu une plate forme rassemblant différents mouvements ethniques actifs dans la diaspora iranienne 5 La montée en puissance de la question ethnique s accompagne d une multiplication des manifestations dans les provinces périphériques dont le nombre culmine entre 2003 et 2006 Quelques exemples peuvent être donnés au Khouzestan 6 des émeutes ont secoué à plusieurs reprises la province lors desquelles les manifestants s en prennent aux institutions étatiques jugées responsables du sous développement de la province En Azerbaïdjan iranien une manifestation annuelle en l honneur de Babak présenté comme un héro de la résistance azerbaïdjanaise face à l Etat central a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dans une localité reculée de la province Le registre de l ethnicité est également investi par des groupes structurés qui font le choix de recourir à la violence Dans les régions kurdes le PJAK Parti de la vie libre au Kurdistan mène une guérilla contre les forces de sécurité iraniennes depuis ses bases situées au Kurdistan irakien Si les affrontements ont culminé entre 2005 et 2007 le PJAK conduit toujours des attaques contre les forces iraniennes 7 Au Baloutchistan la lutte armée emprunte à l idéologie et aux modes opératoires des organisations islamistes du Pakistan et de l Afghanistan voisins Le Jundollah a organisé plusieurs attentats et mené des opérations spectaculaires comme l attaque contre le convoi d Ahmadinejad en visite dans la province en 2005 L arrestation puis l exécution du leader du Jundollah Abdolmalek Riggi en 2010 n a pas entrainé la fin des violences Au contraire une nouvelle organisation sunnite le Jaish al Adl a revendiqué plus de 30 opérations depuis un an Elles auraient entrainé la mort d au moins une centaine de membres des forces de sécurité 8 L Iran se trouve ainsi engagé dans une lutte de contre insurrection sur ses frontières occidentales et orientales 3 La réponse sécuritaire de l Etat La question ethnique est aujourd hui une problématique reconnue par les élites politiques de la République islamique Pendant ses campagnes victorieuses de 1997 et 2001 le candidat réformateur Mohammad Khatami avait obtenu de

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Iran-La-question-ethnique-un-enjeu.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •