archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Proche-Orient - Syrie: entretien avec F. Balanche (Lyon (...) - Moyen-Orient
    L Arabie Saoudite le Qatar la Libye et les Emirats Arabes Unis aident militairement et financièrement les rebelles Il existe aussi des fondations privées qui envoient de l argent à certains groupes rebelles Les Etats Unis la Grande Bretagne et la France entraînent quant à elle les rebelles en Jordanie et en Turquie Ce pays sert d ailleurs de base arrière et logistique pour l opposition sans toutefois fournir directement des armes Que pensez vous des décisions prises par la France et le Royaume Uni d envisager un contournement de l embargo européen sur la livraison d armes en Syrie Fabrice Balanche Ces deux puissances européennes veulent peut être montrer qu elles agissent alors qu on commémore le deuxième anniversaire du début de la révolte en Syrie Elles souhaitent peut être également mettre la pression sur l Europe pour obtenir un accord plus sévère à l encontre du régime de Bachar al Assad une levée de l embargo sur les armes défensives par exemple Carte de la Syrie en mars 2013 Carte de la Syrie mars 2013 Insurrection et contre insurrection Cependant un déblocage de l embargo ne résoudrait rien D une part Laurent Fabius a déclaré que la France allait livrer des armes à la branche armée de la Coalition Nationale Syrienne c est à dire l Armée Syrienne Libre qui n existe pas dans les faits Il n y a donc aucune garantie que ces armes tombent seulement entre de bonnes mains D autre part cette décision pourrait pousser les Russes à renforcer leur livraison de matériels plus sophistiqués et en grande quantité au régime syrien Il faut également penser aux troupes européennes présentes depuis 2006 au Sud Liban dans le cadre de la FINUL Force Intérimaire des Nations Unies au Liban qui pourraient subir des représailles On peut penser à des attentats de la part de groupes pro syriens comme le Hezbollah L embargo européen vous parait il approprié à la situation actuelle du conflit Fabrice Balanche Oui probablement Il vaut mieux ne pas prendre parti dans cette situation Il existe en effet un paradoxe dans ce conflit Les soutiens du régime à l intérieur du pays sont minoritaires ce sont les alaouites et les chrétiens qui sont les plus enclins à partager les valeurs européennes Or nous sommes en train d armer des salafistes et les Frères Musulmans qui se tournent vers les pays du Golfe Le régime de Bachar al Assad peut il perdurer Fabrice Balanche Il ne pourra pas perdurer sur l ensemble du pays mais seulement sur Damas et les territoires majoritairement alaouites c est à dire le sud du pays On peut imaginer une partition Nord Sud de la Syrie qui se met actuellement en place avec un régime qui contrôle la côte le centre et le Sud tandis que les rebelles contrôlent le Nord Il faut également ne pas oublier les Kurdes qui tiennent leur territoire au Nord Est voir carte ci dessus Le pouvoir syrien ne reprendra probablement pas le

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-UE-face-a-la-Syrie.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  • Orient à la Maison de l Orient Agrégé et docteur en Géographie il fait un premier séjour au Moyen Orient en 1990 Depuis il a vécu une dizaine d années entre la Syrie et le Liban terrains privilégiés de ses recherches Responsable de l Observatoire Urbain du Proche Orient à l Institut Français du Proche Orient IFPO entre 2003 et 2007 Il effectue des travaux d expertise sur la question de l eau et de l environnement au Proche Orient pour la GTZ et l AFD Fabrice Balanche a publié deux ouvrages l Atlas du Proche Orient arabe dans lequel il dessine l unité et la diversité de l ancien Bilad es Sham Syrie Liban Jordanie et Palestine et La région alaouite et le pouvoir syrien dans lequel il analyse le clientélisme politique qui structure le régime baathiste Biographie mise à jour en 2013 Ses articles pour Diploweb com L UE face à la Syrie Que devient le conflit syrien deux ans après son déclenchement Après les déclarations de David Cameron et François Hollande en mars 2013 proposant Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Fabrice-BALANCHE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Entre le Qatar et l'Algérie: de la passion à la raison (...) - Moyen-Orient
    concorde pas avec les intérêts algériens un pays qui veut sauver le régime de Bachar Al Assad Dans ce cas l opposition diplomatique entre les deux Etats fut très claire Alger comme la Russie un important partenaire commercial et militaire de l Algérie et de la Syrie se méfie des positions interventionnistes de l ONU tandis que le Qatar est un allié des Etats Unis dont il accueille la plus grande base à l étranger En outre l Algérie comme le Qatar sont membres du comité chargé du dossier syrien à la Ligue arabe le Qatar pilote le comité dans lequel ils se sont largement opposés 14 Par exemple lors d une session de la Ligue arabe l ambassadeur du Qatar avait interdit au ministre algérien des Affaires étrangères de prendre la parole L opposition s est poursuivie dans d autres organes comme à l UNESCO où l émirat a reproché à Alger d avoir empêché l expulsion de la Syrie Enfin l Algérie se méfie de l activisme régional du Qatar et de son appui à certains mouvements islamistes en Afrique du Nord comme lorsqu en 2011 l émirat a fourni un appui financier et diplomatique au parti Ennahda en Tunisie Pour Alger en effet le soutien du Qatar aux groupes islamistes issus de la mouvance des Frères musulmans 15 implique le genre de risque de déstabilisation que le pays a connu dans les années 1990 16 Un refrain récurrent en Algérie est donc que certaines puissances occidentales et leurs alliés du Golfe en particulier le Qatar sont la principale force motrice derrière les révolutions des printemps arabes 17 Ainsi dans ce contexte Alger s inquiète du rôle grandissant du Qatar auprès d une partie de l opposition algérienne en exil notamment les réseaux de l ex FIS Abassi Madani vit en effet dans l émirat où il est régulièrement reçu par l émir en compagnie d autres responsables islamistes du Maghreb Grâce au Qatar Abassi Madani a par exemple noué des relations avec le CNT libyen Cette relation pourrait d ailleurs expliquer en partie la persistance des tensions entre Alger et le CNT 18 Car Alger a malgré tout été touchée par la vague des printemps arabes avec des appels à manifester en janvier et février 2011 notamment de la part de la coordination nationale pour le changement et la démocratie qui souhaitait un changement du système 19 De plus Abassi Madani souhaite pouvoir rentrer en Algérie 20 Officiellement l ex chef du FIS âgé de 80 ans veut pouvoir passer les dernières années de sa vie dans son pays natal mais un tel retour étant donnée la conjoncture actuelle ne peut qu inquiéter l Algérie Alors si en apparence les relations entre l Algérie et le Qatar sont cordiales de nombreux incidents ont émaillé les rapports entre les deux Etats ces deux dernières années Cependant Alger se garde de critiquer publiquement Doha même dans un contexte tendu Par exemple lorsque les rumeurs faisant état d une aide financière du Qatar aux mouvements islamistes armés au Nord du Mali sont apparues 21 alors que l Algérie a des otages retenus par Mujao au Sahel 22 il n y a pas eu de réaction algérienne Les facteurs de crispation sont donc nombreux et les récentes visites de l émir du Qatar à Alger semblent indiquer que la péninsule souhaite recentrer sa relation avec l Algérie sur le plan de la coopération économique des investissements et des échanges d avis sur l avenir du monde arabe Cela permet de limiter les effets d une relation versatile et de contourner les nombreux points d achoppement 3 Des relations économiques qui s étoffent sur fond de nouvelle conjoncture énergétique La visite de l Emir du Qatar en janvier 2013 à Alger a été marquée par la signature de sept accords de partenariat dans les domaines de l énergie des mines et de l industrie Le plus emblématique de ces accords est la signature d un mémorandum d entente pour la création d un complexe sidérurgique dans la zone industrielle de Bellara Wilaya de Jijel d une capacité de cinq millions de tonnes par an qui permettra à l Algérie d importer moins d acier ces importations coûtent au pays environ dix milliards de dollars par an et de créer environ deux mille emplois 23 Il semble également que l Algérie et le Qatar veulent créer un fonds commun pour la réalisation de projets mixtes à l étranger 24 et les deux pays ont également conclu un accord de coopération pétrolière et gazière 25 Ces accords majeurs ont été signés alors que les relations politiques entre les deux Etats sont tendues mais que des facteurs de convergence géoéconomiques existent En effet avec l impact de la découverte et de l exploitation de plusieurs gisements de gaz de schiste dans le monde le paysage énergétique global est profondément modifié Les Etats Unis deviennent un acteur majeur du secteur et devraient être indépendants énergétiquement à l horizon 2030 Les conséquences sont donc importantes pour les importateurs et exportateurs de gaz C est en partie ce qui pousse ces deux pays producteurs de gaz à poursuivre activement la diversification leurs économies afin de moins dépendre de la conjoncture mondiale et des mono exportations d hydrocarbures Ainsi alors que le Qatar semble développer une stratégie économique globale avec un volet méditerranéen 26 afin de diversifier ses actifs l Algérie souhaite attirer de plus en plus les investissements étrangers Or le Qatar voit en l Algérie un pays jeune et un marché important offrant de nombreuses opportunités économiques et une certaine stabilité politique notamment par rapport aux autres pays arabes La convergence d intérêts autour de la production gazière existe par ailleurs entre les deux Etats Le Qatar est le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfie et l Algérie est un acteur important de ce secteur Et dans ce nouveau paysage énergétique face à la concurrence mondiale existante la Russie et l Iran ou émergente les Etats

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Qatar-Algerie-quelles-relations.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Confrontations et coopérations entre Israël et la Russie. (...) - Moyen-Orient
    des intérêts russes L ancienne élite technique et scientifique juive soviétique a constitué un indéniable moteur à la croissance économique israélienne Très représentés dans les métiers de la technologie de pointe les Russes ont apporté un savoir faire qui a consolidé le potentiel d excellence d Israël dans le domaine Ces Israéliens d origine russe représentent d ailleurs un véritable pont économique entre les deux pays 7 Russes et Israéliens ont donc cherché à renforcer leur coopération malgré certains points de divergences qu ils sont parvenus à dépasser comme dans le domaine économique les Israéliens convoitent en partie les diamants bruts venant de Russie tandis que les Russes sont intéressés par la technologie de pointe israélienne Les deux États ont signé plusieurs accords commerciaux depuis 1993 tandis qu une Chambre israélo russe du commerce et de l industrie incite au développement de partenariats Certains oligarques possèdent la double nationalité israélo russe alimentant ainsi les échanges entre leurs deux patries Ces hommes d affaires ayant bénéficié de l ouverture et de la politique de privatisation d entreprises publiques en Russie côtoient souvent les cercles du pouvoir comme Roman Abramovitch qui fut gouverneur de la région de Tchoukotka et même honoré d une distinction par V Poutine En 2008 l abolition du régime des visas entre les deux États contribuait également à développer les échanges Depuis les deux pays ne cessent d alimenter des projets communs comme une coopération entre entrepreneurs israéliens et russes dans la préparation des Jeux Olympiques de Sotchi en 2014 Le Kremlin a également convoité la communauté juive qui est devenue un outil d influence et un relais pour les relations israélo russes Certains représentants religieux en Russie sont personnellement proches de V Poutine C est le cas du rabbin Berl Lazare qui au début des années 2000 a été imposé à la tête du grand rabbinat russe Ce rabbin s avère porteur d un judaïsme politique il est même en quelque sorte un outil de politique étrangère russe Il a ainsi participé à l ouverture en 2010 d une synagogue dans le Daguestan République du Caucase Nord L action de l ONG russe Congrès mondial des Juifs russophones CMJR prouve l intérêt que porte la Russie envers la communauté juive Suite au conflit opposant la Russie à la Géorgie en 2008 le CMJR s est montré favorable à l idée d établir un tribunal pénal international pour l Ossétie du Sud dans le but de juger les responsables politiques et militaires géorgiens En avançant l accusation de génocide des Ossètes par les Géorgiens l ONG rappelait les crimes perpétrés par le passé à l encontre des Juifs pour justifier sa position en faveur de la Russie La question sécuritaire et la coopération technologique La compréhension mutuelle des menaces et enjeux liés à la sécurité a mené Israël et la Russie à développer leur partenariat dans les domaines sécuritaires et technologiques Les deux États se sont ainsi engagés dans une lutte commune contre le terrorisme islamiste qui met en péril la stabilité et la pérennité de leur territoire Sous la présidence de Boris Eltsine déjà des agents du Mossad rencontraient secrètement les Russes au Kremlin Les Israéliens ont créé en 1996 un Institut de Contre Terrorisme ICT à l Université IDC d Herzliya forum annuel auquel participe régulièrement une délégation russe Les dirigeants israéliens et russes ont opéré certains rapprochements le problème tchétchène a souvent été rapporté à la question palestinienne En 2005 des experts israéliens et russes élaboraient conjointement un plan pour une barrière de sécurité en Tchétchénie sur le modèle israélien Des unités russes ont même été formées aux techniques israéliennes dans le domaine du contre terrorisme notamment auprès d officiers israéliens du Shin Bet Si les deux États mènent la guerre contre un même ennemi les enjeux diffèrent cependant il s agit surtout pour la Russie de sécuriser le Caucase du Nord tandis qu il en va de la survie même de l État hébreu Les deux États ont aussi développé une étroite coopération militaire notamment depuis un accord passé entre leurs industries de défense en 1995 et renouvelé en 2000 Ainsi ils ont collaboré dans de nombreux projets communs concernant principalement les missiles et l électronique militaire Israël a même espéré que le transfert d une part de sa technologie aux Russes pouvait les détourner de vendre des armes à la Syrie Suite à la guerre contre la Géorgie en 2008 les Russes manifestaient leur volonté de moderniser leurs équipements et leur intention d investir dans du matériel militaire israélien plusieurs contrats ont été conclus avec Israel Aerospace Industries L aviation russe a opté pour des systèmes de navigation israéliens réputés pour leur performance et aurait également envisagé d installer des lasers russes sur les drones israéliens Les deux pays ont également entretenu des relations privilégiées avec la Chine et l Inde et concrétisé certains projets israélo russes dans le domaine spatial L Agence spatiale russe Roscosmos effectuait en 2011 le lancement du nouveau satellite israélien Amos 5 à partir du Baïkonour Depuis les années 2000 Israël et la Russie ont développé un partenariat dans le domaine énergétique De fait la dépendance d Israël envers les hydrocarbures russes s est progressivement accrue Un accord israélo russe permettait de reprendre le tracé de l oléoduc Eilat Ashkelon et donc d éviter le passage par le canal de Suez Le géant gazier Gazprom passait alors un accord d approvisionnement avec Israël prévoyant d augmenter les importations de 25 d ici 2025 La découverte de champs gaziers au large d Israël tels que Tamar Léviathan et plus récemment le gisement Sarah et Myra remettait en cause les futures exportations de pétrole russe vers Israël mais a également motivé les Russes à investir dans le marché énergétique israélien II LES LIMITES DU PARTENARIAT Malgré une coopération renforcée certaines pierres d achoppement continuent à les opposer Les deux États semblent perplexes devant les choix de leurs partenaires respectifs C est pourquoi chacun d eux tente d assurer ses arrières Israël garde toujours un temps d avance sur la technologie afin de garantir sa supériorité face aux pays voisins la Russie cherche à conserver tous ses alliés au Moyen Orient L armement est devenu l objet de tensions et de concurrence stratégique et économique entre Israël et la Russie Divergences et tensions Les relations diplomatiques entretenues par la Russie avec les ennemis déclarés de l État hébreu ont largement suscité la méfiance des Israéliens Un tournant s est opéré avec la politique pro arabe du ministre russe Evguéni Primakov en poste dans les années 1996 1999 8 L État hébreu craint dès lors que la livraison de systèmes de défense aériens et de missiles à l Iran et à la Syrie puisse passer ensuite entre les mains d organisations qui combattent directement Israël Si la coopération militaire avec les pays du monde arabe et du Golfe persique a surtout constitué de nouveaux débouchés pour le complexe militaro industriel russe elle a pu aller à l encontre de la sécurité d Israël L État hébreu ne peut concevoir la coopération de la Russie avec l axe syro iranien qui dans la négation permanente d Israël en appelle à la destruction de l entité sioniste Pourtant au Conseil de sécurité de l ONU Moscou a cherché à plusieurs reprises à défendre ses alliés contre les mesures voulues par la communauté internationale Le soutien russe avéré au projet nucléaire iranien a ainsi entaché les relations bilatérales Outre sa contribution à la construction du réacteur de Bushehr depuis un accord conclu en 1995 la Russie aurait également livré à l Iran de nombreux équipements militaires chars d assaut véhicules blindés et systèmes anti aériens Dans le domaine énergétique les deux pays ont aussi coopéré et en 2001 l Iran et la Russie ont fondé avec le Qatar le Forum des pays exportateurs de gaz Les sociétés russes Loukoïl Rosoboronexport et Gazprom notamment ont alors investi dans divers projets iraniens L arrivée de Mahmoud Ahmadinedjad aux positions anti américaines à la présidence de l Iran en 2005 aurait été favorablement accueillie par Moscou D ailleurs les Russes aux côtés des Chinois permettaient aux Iraniens de disposer du statut d observateur au sein de l Organisation de coopération de Shanghai La Russie s est aussi rapprochée de la Syrie depuis 2005 et le règlement du différend lié à la dette syrienne Le Kremlin aidait non seulement l armée syrienne à se moderniser mais fournissait à Damas des missiles balistiques capables d atteindre la base nucléaire de Dimona en Israël Lors de la guerre du Liban en 2006 les Israéliens ont accusé les Syriens d avoir doté le Hezbollah des missiles antichars qui ont endommagé de nombreux blindés De fait les partenaires de Moscou l Iran et la Syrie soutiennent largement les activités politiques et militaires du Hezbollah et du Hamas La Russie est le seul État du Quartet à s entretenir ouvertement avec des organisations que les autres membres qualifient de terroristes ni le Hamas ni le Hezbollah ne figurent dans la liste noire publiée par Moscou en 2006 Mais les Russes verraient ces liens comme un moyen de conserver un certain contrôle sur les activités terroristes et peut être obtenir les garanties que ces organisations n agiraient pas de pair avec les rebelles du Caucase Nord Au milieu des années 1990 les services de renseignement russes auraient renoué contact à travers l ambassade russe de Beyrouth avec le Hezbollah Après le conflit de 2006 la Russie refusa de participer à la formation du contingent militaire FINUL formé par l ONU préférant alors envoyer sa propre assistance humanitaire force militaire par ailleurs susceptible d asseoir l influence de Moscou En 2009 l implication du FSB aurait été décisive dans le démantèlement du Mossad au Liban La Russie s est également entretenue avec le Hamas en lui reconnaissant un pouvoir légitime de représentant du peuple palestinien à Gaza Pourtant dans sa charte le Hamas évoque la destruction de l État d Israël l instauration d un régime islamique palestinien et pour atteindre ses objectifs politiques n a pas hésité à prôner une action armée à l encontre des civils israéliens En avril 2004 certains dirigeants russes ont vivement critiqué l assassinat perpétré par Israël du leader du Hamas Ahmed Yassine Suite à la victoire du Hamas face au Fatah de M Abbas aux élections parlementaires début 2006 une délégation de l organisation était accueillie à Moscou afin d impulser le processus de paix israélo palestinien et d en discuter avec le parti nouvellement majoritaire Mais les espoirs du Kremlin de voir Fatah et Hamas former un gouvernement d unité nationale dépassant les clivages furent vains l offensive du Hamas à Gaza en juin 2007 scindait les territoires palestiniens en deux entités contrôlées par des partis rivaux En vue des élections générales Fatah et Hamas renouaient cependant en mai 2011 et les deux factions saluaient le rôle important de la Russie dans la réconciliation inter palestinienne 9 Par ailleurs le Kremlin a développé une relation cordiale avec l Autorité palestinienne dès sa création en 1993 parfois même au détriment de ses rapports avec l État hébreu Le soutien à la cause palestinienne s est effectué sans interruption et dans la continuité du soutien apporté par l Union soviétique aux organisations palestiniennes M Arafat effectuait régulièrement des visites à Moscou jusqu à 2001 de même que son successeur M Abbas Depuis l arrivée au pouvoir de V Poutine la Russie a souvent voté contre Israël pour condamner à l ONU ses actions dans les territoires palestiniens Suite au verdict de la Cour internationale de Justice en juillet 2004 les Russes dénonçaient le mur de séparation construit par les Israéliens comme étant contraire au droit international En septembre 2011 la Russie déclarait qu elle soutiendrait l adhésion de la Palestine à l ONU et en octobre la Palestine devenait membre de l UNESCO avec 107 voix favorables dont celle de la Russie La reprise de la construction de colonies juives à Jérusalem Est serait perçue par les autorités russes comme une sorte de punition pour les tentatives de la Palestine de rejoindre l ONU 10 Mais les rapports qu entretient Israël avec son allié américain d une part et l étranger proche de la Russie d autre part s opèrent aussi parfois au détriment du partenariat israélo russe Pour l État hébreu l assistance militaire des États Unis s est avérée nécessaire afin de renforcer son assise dans une région qui lui est largement hostile Le soutien américain à Tel Aviv s est démontré à plusieurs reprises livraisons d armement lors de la guerre du Golfe en 1991 présence de la Sixième flotte dans le port de Haïfa subventions à la recherche développement En 2011 outre les 3 milliards de dollars annuellement transférés à l État hébreu Washington versait 415 millions de dollars pour la R D de projets de défense israélo américain dont plus de la moitié destinée à financer le projet du dôme de fer Israël s est également rapproché de la Géorgie en livrant non seulement des équipements militaires drones et modernisation de chasseurs bombardiers mais aussi en organisant des entraînements pour les soldats géorgiens et en les conseillant pour l établissement d unités d élite sur le modèle de Sayeret Matkal en Israël Cette coopération militaire israélo géorgienne aurait été impulsée grâce aux liens privilégiés qui unissent les deux nations l immigration de Géorgiens en Israël et leurs activités au sein de l industrie de l armement a facilité le transfert d armes israéliennes vers la Géorgie de même que la présence d hommes politiques proches d Israël à des postes clés du gouvernement géorgien comme le premier ministre Temour Yakobachvili Lors de la guerre de Géorgie en 2008 la Russie accusa Israël d avoir porté assistance aux Géorgiens Les forces russes auraient alors abattu plusieurs drones géorgiens et également bombardé la zone à proximité de l oléoduc Bakou Tbilissi Ceyhan BTC par ailleurs financé par Washington et utilisé par Israël afin d amoindrir sa dépendance énergétique envers l industrie pétrolière russe Les Israéliens auraient également conclu un accord avec Tbilissi afin d utiliser les couloirs aériens dans l éventualité d une attaque préventive contre les installations nucléaires iraniennes Moscou et Tel Aviv ont exercé des pressions respectives afin de limiter le transfert d équipement militaire vers des zones sensibles pour chacun des deux pays La Russie aurait ainsi renoncé à honorer plusieurs contrats comme la livraison à l Iran du système de défense aérien S 300 tandis qu Israël suspendait ses livraisons à l armée géorgienne Pourtant malgré le chantage exercé par l État hébreu pour obtenir l annulation de la vente aux Syriens Moscou a continué de fournir en armes le régime de Damas bien qu il soit contesté depuis 2011 La technologie israélienne est quant à elle de plus en plus sollicitée y compris par l Azerbaïdjan ce qui n est pas sans déplaire à Moscou Bakou permettrait en échange aux services de renseignement israéliens d opérer librement sur son territoire ce qui inclut l enclave de Nakhitchevan à la frontière iranienne Mais plusieurs projets israélo russes dans le domaine militaire n ont pas abouti car Washington a cherché à les faire avorter pour ne pas compromettre la suprématie américaine sur le marché de l armement Un projet commun visant à investir sur le marché turc a ainsi échoué avant même la rupture diplomatique de 2010 entre Ankara et Tel Aviv Les Russes d Israël et les Juifs de Russie un défi pour leurs pays respectifs Si le rapprochement effectué entre les deux peuples est indéniable il n en demeure pas moins certains obstacles Les Russes israéliens ont connu une difficile intégration socio économique et ont souvent été victimes de stéréotypes ancrés au sein de la société israélienne ce qui a pu encourager leur communautarisme De nombreux immigrants ont perdu leur statut socio professionnel car leurs qualifications ne correspondaient pas toujours aux besoins de la société israélienne Après vingt ans passés en Israël et les difficultés relatives aux premières années suivant l aliyah les Russes israéliens sont aujourd hui encore confrontés au chômage à la déqualification et perçoivent souvent des salaires moins élevés que les Israéliens installés avant eux Le maintien de leurs traditions et le repli communautaire caractérisant l immigration russe en Israël ont été perçus par la société d accueil comme un manque d intégration D ailleurs beaucoup de Russes arrivés adultes en Israël n ont pas ou peu appris l hébreu et n ont peut être pas trouvé nécessaire d apprendre la langue d un pays qui accueillait massivement des russophones Le problème d intégration dans l économie du pays fait naître chez les immigrants un sentiment d exclusion l impression d être passés à côté du rêve associé à leur aliyah et un mauvais a priori pouvant dissuader les Juifs restés en Russie d émigrer vers Israël De nombreux Russes choisiraient même de quitter Israël pour retourner dans leur pays d origine où ils espèrent certainement trouver davantage d opportunités De plus certaines communautés ultra orthodoxes remettent en cause la judéité des Russes d Israël et critiquent leur pratique d un judaïsme laïque Leur expérience du communisme qui les a acculturé a souvent joué contre eux en Israël leur russité prenant parfois le pas sur leur judéité L immigration massive des Russes a aussi fait venir à travers les mariages mixtes de nombreux non Juifs Si certains d entre eux n étaient pas juifs selon la Halakha Loi juive le gouvernement aurait néanmoins fermé les yeux devant l atout démographique qu ils représentaient Mais certains partis politiques religieux comme le parti Shas craignant une laïcisation d Israël ont cherché à limiter cette immigration Les lieux communs auxquels les Russes sont associés révèlent plus généralement l image que se font les Israéliens de la Russie perçue comme un pays qui viole les droits de l Homme et où la corruption fait rage L affaire Mikhaïl Khodorkovsky en est l exemple

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Relations-Israel-Russie-alliance.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • politiques d Aix en Provence Elle a effectué une année à l étranger à l Université IDC à Herzliya en Israël 2010 2011 Cet échange universitaire lui a permis de suivre des cours et séminaires dans les domaines de la Diplomatie de la Stratégie et du Contre terrorisme auprès de professeurs et experts renommés dans le domaine et de membres de l Institut du Contre terrorisme ICT Cette année passée en Israël ainsi qu un stage à l Ambassade de France en Russie lui ont donné l opportunité d entreprendre de nombreuses recherches concernant les relations bilatérales entre ces deux pays Ces expériences au sein des sociétés russes et israéliennes lui ont permis de mieux comprendre les réalités et les enjeux qui les caractérisent Elle s est également passionnée pour les cultures de ces deux pays ce qui l a mené à étudier le Russe et l Hébreu depuis de nombreuses années Son mémoire de 4ème année a ainsi porté sur les relations entre Israël et la Russie depuis 1991 Ses articles pour Diploweb com Relations Israël Russie alliance ou défiance Les relations entre Israël et l Union soviétique puis la Fédération de Russie sont d une grande complexité et

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Salome-STOIKOVITCH_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Stratégie. Vers le dépassement de la crise nucléaire iranienne (...) - Moyen-Orient
    ordonner la mise en œuvre de mesures militaires Il est toutefois très peu probable qu il puisse s engager sur cette voie en raison des vetos potentiels de la Russie et de la Chine Ces deux Etats sont en effet des partenaires actifs de l Iran dans le domaine du nucléaire civil mais également de l économie Les entreprises chinoises ont ainsi remplacé les entreprises occidentales et notamment françaises pour l exploitation des gisements de pétrole et de gaz iraniens La conclusion de contrats entre la China National Petroleum Corporation CNPC et la National Iranian Oil Company NIOC d une part et la société Sinopec et la NIOC d autre part en témoignent Toutefois l exploitation des gisements pétroliers de l Azadegan Nord et de l Azadegan Sud de même que celui gazier de South Pars par la CNPC ne vont pas sans soulever un certain nombre de difficultés et de tensions Ces tensions caractérisent également l exécution du contrat conclu entre la société Sinopec et la NIOC pour l exploitation du gisement pétrolier du Yadevaran Elles trouvent leur origine dans les retards successifs pris dans la mise en œuvre de ces contrats retards dont s est à plusieurs reprises plaint le gouvernement iranien Tant la CNPC que Sinopec sont en effet freinées par la nécessaire préservation des intérêts chinois notamment eu égard aux relations bilatérales sino américaines mais également par la protection de leurs propres intérêts commerciaux En premier lieu elles redoutent une éventuelle perte d investissement dans un environnement commercial défavorable En second lieu Sinopec est fortement intéressée par les gisements de gaz de schiste américains dans lesquels elle a déjà investi 2 2 milliards de dollars En conséquence les entreprises chinoises s efforcent de choquer le moins possible la position américaine du moment vis à vis de l Iran tout en conservant une position préférentielle sur le marché iranien dans l optique d une normalisation des relations iraniennes avec la société internationale La crise iranienne est donc porteuse d enjeux qui dépassent le strict cadre de la non prolifération II Les enjeux géopolitiques de la crise iranienne La crise iranienne s inscrit en effet dans des enjeux stratégiques et géopolitiques qui ne sauraient se limiter à sa seule dimension nucléaire Celle ci se trouve surexposée dans la mesure où elle constitue un bras de levier très efficace pour l ensemble des acteurs concernés Iran inclus Cette surexposition est favorisée par l inscription de l enjeu nucléaire dans le cadre des tensions israélo iraniennes L Etat israélien est un autre Etat du seuil Il ne dispose toujours pas de programme nucléaire militaire officiel même si ses capacités atomiques en matière militaire ne font plus de doute depuis 1970 le stock estimé de têtes nucléaires varie entre 70 et 200 unités L accession par l Iran au statut de puissance nucléaire mettrait fin au monopole d Israël dans la région en matière de dissuasion Passé cet enjeu stratégique absolument fondamental du point de vue de la sanctuarisation du territoire israélien l Iran nucléarisé ou pas ne constitue pas une menace militaire directe pour Israël La supériorité de ce dernier dans ce domaine est évidente En revanche l affrontement entre l Etat israélien et l Etat iranien dépasse le strict cadre nucléaire Pour l Iran il s agit de s insérer dans le conflit israélo palestinien afin de prendre position au sein du monde musulman notamment face aux Etats à majorité sunnite 3 Cette politique peut être considérée comme un échec L Iran n a pas réussi à s imposer comme un Etat susceptible de peser sur le règlement du conflit israélo palestinien Pour Israël présenter l Iran comme le centre le mécène et le financier de la terreur dans le monde et un danger pour le monde entier 4 relève de la même logique que mentionner les dangers de l émergence d un croissant chiite pour le roi Abdallah de Jordanie Le concept de croissant chiite désigne le risque d émergence d un croissant régional sous influence chiite allant de l Iran au Liban en passant par l Irak et la Syrie pourtant alaouite 5 Il procède d une surestimation de l influence iranienne au niveau régional à travers une prise en compte simplificatrice des solidarités chiites Dans ce cadre stratégique le nucléaire reste un enjeu majeur à condition de l envisager non pas du simple point de vue de la dissuasion ou de la non prolifération mais en le réinsérant dans les rapports de puissance au sens large L accès au feu nucléaire n est plus un défi à relever pour Téhéran accéder pleinement au rang de puissance émergente se révèle être une préoccupation bien plus urgente pour le régime iranien L Iran est pour Bernard Hourcade une puissance émergente au même titre que le Brésil ou l Inde 6 même si l émergence de l Iran dans le cadre du processus multipolaire 7 reste difficilement appréciable Ainsi que le rappelle Gérard Chaliand l Iran demeure un Etat au potentiel considérable mais qui se retrouve largement isolé et se limite pour le moment à un rôle de perturbateur 8 C est dans ce cadre de pensée que quelque soit par ailleurs la portée de ses ambitions régionales ou internationales la possession de l arme nucléaire est un élément central dans l affirmation de la puissance iranienne A l inverse la non prolifération vise à retarder le plus possible la sanctuarisation des puissances moyennes surtout quand elles sont hostiles Pour le plus puissant il s agit de conserver la capacité de contraindre le faible 9 La crise nucléaire reflète par ailleurs les intérêts divergents des puissances occidentales dans la région Ces intérêts ont en effet directement influencé l approche diplomatique de la crise iranienne L Iran a acquis une importance certaine aux yeux des Etats Unis notamment dans le cadre du désengagement des troupes américaines du théâtre irakien Cela explique en partie la volonté américaine de privilégier la voie diplomatique et la recherche d un compromis acceptable avec la

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Iran-Crise-nucleaire-vers-le.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Quelles perspectives géopolitiques au Proche-Orient ? - Moyen-Orient
    demandant en 2012 le statut d État non membre à l instar du statut du Vatican 3 qui ne requiert pas l approbation du Conseil de sécurité mais seulement une majorité simple à l Assemblée générale des Nations unies dont plus de 130 pays avaient d ores et déjà reconnu la Palestine lors de la proclamation de l État de Palestine par l Organisation de libération de la Palestine OLP à Alger en 1988 Alors que l Autorité palestinienne disposait d un bureau au siège de l ONU et d une invitation permanente à participer en qualité d observateur aux sessions et travaux de l Assemblée générale Mahmoud Abbas a souhaité faire passer la Palestine d entité observatrice statut obtenu en 1974 au statut d État observateur Au delà de l aspect symbolique fort il convient de rappeler que cette élévation du statut de la Palestine à l ONU n équivaut pas à une reconnaissance universelle de la Palestine en tant qu État Dès lors il appartient à chaque État ou organisation internationale de reconnaître ou non la Palestine puisque l Assemblée générale n a pas la capacité juridique formelle pour créer un État sans l autorisation du Conseil de sécurité En revanche au niveau de l ONU ce statut donne la possibilité à la Palestine de postuler aux agences qui lui sont rattachées comme l Organisation mondiale de la santé OMS ou le Programme alimentaire mondial PAM Arguant de son statut d État même non membre la Palestine pourrait également porter plainte devant la Cour Pénale Internationale CPI mais ce recours peut être considéré comme l arme ultime l ultima ratio juridique pour l Autorité palestinienne à l encontre de son voisin israélien 4 Par conséquent la décision de l Assemblée générale du 29 novembre 2012 revêt en l état une importance davantage politique que strictement juridique En représailles de la réussite de cette démarche unilatérale palestinienne Israël et les États Unis surtout sous l impulsion du Congrès à majorité républicaine pourraient menacer de réduire certains fonds destinés au développement de l économie palestinienne qui demeure fragile en dépit des forts taux de croissance récents permis par l action du gouvernement de Salam Fayyad On peut espérer que le président Obama comme Benyamin Netanyahou vont limiter la portée de telles mesures et éviter de faire la politique du pire en affaiblissant encore plus l Autorité palestinienne face au Hamas Cependant comme l a montré le précédent avec l admission de la Palestine à l UNESCO en octobre 2011 les États Unis peuvent cesser leur financement d un organe ou d une agence des Nations Unies Et après Un statu quo évolutif En fait le véritable problème est que le temps joue contre les Palestiniens car l assise territoriale d un futur État palestinien s amenuise progressivement sous l effet notamment du développement des colonies de peuplement La perspective d une victoire probable lors des prochaines élections législatives qui se tiendront le 22 janvier 2013 de la coalition conservatrice Likoud

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Conflit-israelo-palestinien-un.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Accueil Denis BAUCHARD Biographie mise à jour en 2012 Denis Bauchard a été ambassadeur de France en Jordanie 1989 1993 puis directeur pour l Afrique du Nord et le Moyen Orient au ministère des Affaires étrangères 1993 1996 directeur du cabinet du ministre des Affaires étrangères Hervé de Charrette 1996 1997 et ambassadeur au Canada 1998 2001 Après avoir été président de l Institut du Monde arabe 2002 2004 il est aujourd hui consultant notamment auprès de l Institut français des relations internationales IFRI Il a notamment publié le 31 octobre 2012 une Note de l IFRI La Russie au Moyen Orient Dernier ouvrage en date Le nouveau monde arabe André Versailles 2012 Ses articles pour Diploweb com Conflit israélo palestinien un statu quo évolutif Guillaume Coulon a rencontré l ancien diplomate Denis Bauchard Il livre au Diploweb com sa vision du conflit israélo palestinien au lendemain de Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne Diploweb sur Union européenne États membres Institutions Pays candidats Russie CEI Russie CEI Amérique Amérique du Nord Amérique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Denis-BAUCHARD_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •