archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • aux dynamiques politiques et économiques de la région Iran Asie Centrale Ses articles pour Diploweb com Atlas du Renseignement Géopolitique du pouvoir Voici un livre ne se contente pas de faire une analyse historique linéaire mais cherche à anticiper les évolutions à venir de la nature même du Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_David-GROSJEAN_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géopolitique de l'OCS: a-t-elle un avenir ? J. NICHARAPOVA - Transversaux
    Les pays membres se sont réunis pour contrecarrer conjointement le terrorisme le séparatisme et l extrémisme dans toutes leurs manifestations de lutter contre le trafic illicite des narcotiques des armes et d autres types d activités criminelles de caractère transnational et également contre les migrations illégales Les pays participants encouragent une coopération régionale efficace dans des sphères telles que la politique le commerce et l économie la défense l application des lois la protection de l environnement la culture les sciences et les technologies l éducation l énergie les transports les finances et également d autres sphères d intérêt commun La coopération au sein de l OCS facilite une croissance économique équilibrée le développement social et culturel dans la région C est grâce à une action commune dont la base est une association équilibrée qu il est possible de parvenir à une augmentation régulière du niveau de vie et des conditions de vies des populations des États membres Ces dernier temps les pays coordonnent les approches de l intégration dans l économie globale et essaient de favoriser les droits de l homme et les libertés fondamentales selon les engagements internationaux des États membres et de leur législation nationale L OCS maintient et développe des relations avec d autres États et organismes internationaux coopère à la prévention des conflits internationaux et à leur règlement pacifique recherche conjointement des solutions aux problèmes qui pourraient surgir au XXIème siècle 24 Alexandre Loukine estime que l un des principaux objectifs de l OCS est l intensification de la coopération en Asie centrale Les membres de l OCS partagent les objectifs généraux suivants 1 maintien de la stabilité politique dans les pays de la région et 2 préservation des régimes laïques au pouvoir comme alternative à l islamisme radical et 3 développement économique rapide des pays d Asie centrale en tant que base de la stabilité politique Pour atteindre ces objectifs la Russie coopère activement dans le cadre de l OCS avec la Chine et Pékin reconnaît les intérêts traditionnels russes dans la région Moscou se félicite de la stabilisation de la présence économique chinoise Cependant certains en Russie redoutent l accroissement rapide du rôle économique de la Chine en Asie centrale 25 L OCS a été créée pour garder l Asie centrale dans la zone d influence russo chinoise B Anti occidentalisme le but principal Jusqu en 2005 l OCS était considérée comme une structure de sécurité et comme une structure antioccidentale L adjoint du secrétaire général de l OCS sur les questions politiques en 2011 M Konarovskiy a dit que La création de l OCS a été dictée par la situation internationale L OCS est une voie vers la multipolarité vers un ordre mondial plus juste 26 Ces mots reflètent un des buts d existence de l OCS Ici s ajoute les points de vue de Primakov qui a dit que le monde n a jamais été unipolaire 27 L Occident commence à parler de l OCS après le sommet d Astana de 2005 comme d une organisation créée contre les États Unis et l OTAN Et la raison principale en est l adhésion de l Inde de l Iran et du Pakistan à l OCS 28 mais aussi la déclaration d Astana où les pays de l OCS demandent aux États Unis de définir la date de la fin des activités des bases militaires stationnées sur le territoire des pays membres de l OCS A ceci s ajoute les déclarations des chefs de certains pays de l OCS sur le respect de non ingérence dans les affaires intérieures des pays indépendants etc Les États membres de l OCS estiment que les participants à la coalition anti terroriste doit définir une date limite pour l utilisation temporaire des infrastructures et de leur présence militaire sur le territoire de tout État membre de l OCS 29 En 2005 lors de la rencontre d Islam Karimov avec Hu Jintao le président ouzbek dans une attaque apparente contre l Occident a déclaré que des forces extérieures avaient cherché à semer le trouble Ils visent à créer une situation d instabilité que l on appelle manipulable et nous imposer leur propre modèle de développement a t il dit Hu Jintao qui a cordialement reçu Islam Karimov en visite d État après les violences d Andijan a déclaré que les États d Asie centrale doivent choisir leur propre voie Les peuples d Asie centrale sont les seuls maîtres de leur destin a t il dit parlant avec l intermédiaire d un interprète russe Ils sont sages et assez libres pour mettre leurs propres maisons en ordre 30 Après le sommet d Astana l OCS est vue comme une structure qui pourrait être un concurrent des États Unis ou de l OTAN sur la scène internationale Dans la Déclaration russo chinoise lors du sommet d Astana ces deux pays ont déclaré Nous devons respecter les traditions historiques des États multinationaux afin de promouvoir la coexistence pacifique et le développement commun de diverses nations et aussi soutenir leurs efforts pour protéger leur unité nationale Toute action visant à diviser les États souverains et de semer la discorde ethnique n est pas recevable Nous ne pouvons pas ignorer les processus objectifs de développement social des États souverains et leur imposer de l extérieur un modèle d ordre social et politique Les deux pays soulignent la nécessité d accélérer la coopération culturelle en vue de rejeter la culture occidentale et de développer les cultures des pays de l OCS Les chefs d États mettent l accent sur le fait que la variété des cultures et des civilisations dans le monde est une valeur humaine Le droit de chaque peuple à sa propre voie de développement doit être pleinement garanti Il ne faut pas imposer de modèle de développement aux peuples Après le sommet d Astana l OCS est vue comme une structure qui pourrait être un concurrent des États Unis ou de l OTAN sur la scène internationale Beaucoup des gens ont réellement pris l OCS en sérieux Les pays du monde attendaient le sommet de l OCS chaque année avec impatience et prudence Beaucoup ont estimé que l OCS est réellement une force sur la scène internationale que le monde peut devenir bipolaire comme avant Mais depuis 2005 l OCS cesse de faire des grandes déclarations comme avant Les spécialistes pensent que ni la Chine ni la Russie n ont pas d intérêt à contrebalancer à l Occident Surtout la Chine qui a des liens commerciaux importants avec les États Unis et les pays occidentaux Le coordonnateur national russe à l OCS Kirill Barskiy a déclaré qu il est à noter que l OCS n est pas une alliance militaro politique et n a pas l intention de le devenir et que l action entre les ministères de la Défense est un développement relativement exceptionnel à des fins antiterroristes L OCS n est pas dirigée contre des pays tiers étrangers à ses approches idéologiques elle est confrontée à des questions d actualité du développement international et régional Il s agit d un sigle nouveau dans la politique mondiale L OCS est juste un exemple qui montre que les associations mais pas les blocs militaires peuvent garantir la sécurité internationale 31 C est une déclaration officielle mais qui diverge avec le point de vu des experts De l autre côté Il y a un antiaméricanisme dans l OCS Ni la Chine ni la Russie ne rejettent cette idée 32 a dit Mouratbek Imanaliyev lors de son intervention à l Université nationale kirghize à Bichkek le 8 avril 2013 Étant donné que Mouratbek Imanaliyev a été deux fois ministre des affaires étrangères du Kirghizstan et le secrétaire général de l OCS entre 2010 2013 son opinion est des plus pertinentes en relation avec notre sujet Une autre question se pose cet antiaméricanisme sert il les intérêts de tous les pays membres de l OCS ou seulement aux intérêts de la Chine et de la Russie Est ce que les pays d Asie centrale sont aussi anti américains ou non La Chine et la Russie n imposent elles pas aux pays de la région leur antiaméricanisme Dans les années 2005 2010 l OCS était très discutée par des pays du monde Mais pour aujourd hui elle cesse d être une structure intéressante elle est vue plutôt comme une structure vide déclarative inefficace et non viable C Intégration Pendant mes recherches sur le terrain au Kirghizstan et au Kazakhstan en février avril 2010 beaucoup d experts kirghiz et kazakhs ont exprimé l opinion que l OCS n est qu un mode de coopération et qu elle ne pourra jamais devenir une région Selon Mourat Souyounbayev 33 expert kirghiz et Sanat Kushkumbayev 34 expert kazakh la première raison de cette impossibilité est la taille de l OCS Comment un si vaste espace peut il devenir une région Il couvre presque la moitié du monde 35 Et deuxièmement selon Mourat Souyounbayev l aspect culturel ne permettra pas à l OCS de devenir une région L OCS inclut presque toutes les civilisations existantes chrétienne bouddhiste musulmane confucéenne etc M Souyounbayev a cité le cas de l Union européenne et c est grâce à l appartenance à une même culture que les pays européens arrivent à construire une telle union devenue maintenant une région Les pays membres de l UE ne peuvent pas risquer leur avenir en acceptant la Turquie comme membre parce que la Turquie appartient à une autre culture étrangère à la culture européenne Nous ne pouvons même pas parler d une intégration dans le cas de l OCS c est impossible L OCS est une organisation régionale politico militaire Elle ne deviendra jamais une organisation économique 36 selon Mourat Souyounbayev Dans le cas de l OCS la transmission des pouvoirs étatiques à l OCS n est pas concevable D autres experts comme Marat Kazakpayev estiment qu à la vue des inégalités politique et surtout économique l OCS ne peut pas être une organisation d intégration Il y a la Chine et la Russie ces géants politiques économiques et militaires qui ne peuvent pas être comparés aux États d Asie centrale comme le Tadjikistan et le Kirghizstan Selon la théorie des régimes ancienne théorie des organisations internationales l intégration doit être construite entre des pays qui ont les mêmes niveaux de développement politique et économique Dans ce cas et à cause des intérêts divergents des pays participants de l OCS l intégration est impossible Dans sa définition classique l intégration est une unification Les pays s unissent et donc transmettent certains pouvoirs étatiques aux organisations régionales c est le cas de l Union européenne Mais dans le cas de l OCS la transmission des pouvoirs étatiques à l OCS n est pas concevable L existence de structures parallèles régionales comme la CEE l OTSC et l Union douanière mettent en question l avenir les perspectives et l utilité de l OCS Pourquoi créer des structures doublon de l OCS L OCS est compétente dans tous les domaines mais la Russie et le Kazakhstan essaient de mettre en place et d élargir l Union douanière Au sujet de l Union douanière la Chine est sujet d inquiétude Les experts kazakhs disent même que l Union douanière est un instrument russe pour contrebalancer la Chine La Russie et certains pays d Asie centrale redoutent l influence croissante de la Chine dans la région 37 Il n existe pas de projets multilatéraux au sein de l OCS et cela prouve qu il n y aura pas d unification économique de l OCS Sur ce sujet Alexandre Loukine disait que l économie était l axe le plus faible et que dans ce domaine les programmes multilatéraux de l OCS sont pratiquement absents La coopération est plutôt bilatérale Elle aurait pu en principe se développer sans l OCS Le président Dmitriy Medvedev s est exprimé sur la nécessité de renforcer la coopération économique lors des sommets d Ekaterinbourg 2009 et de Tachkent 2010 38 Selon des experts chinois 39 les conditions favorables à l intégration des pays de l OCS existent Une des conditions favorables est la proximité géographique des pays membres de l OCS Ces pays sont liés géographiquement et ont des frontières communes Il est possible de construire des autoroutes qui relieront tous les pays de l OCS Cela facilitera la libre circulation des personnes et des biens Les pays seront alors physiquement liés On peut aussi construire sans obstacles des gazoducs et des oléoducs ou construire des lignes d électricité Une autre condition propice à l unification de l OCS a son origine dans la complémentarité économique des pays participants Il y a les pays consommateurs de ressources énergétiques comme la Chine le Kirghizstan et le Tadjikistan et les pays producteurs comme la Russie le Kazakhstan et l Ouzbékistan Il y a des pays riches en ressources d eau le Kirghizstan et le Tadjikistan qui peuvent garantir l eau et l électricité aux pays comme le Kazakhstan l Ouzbékistan et la Chine La Russie a besoin de la main d œuvre que la Chine le Kirghizstan le Tadjikistan l Ouzbékistan peuvent fournir Sur le plan économique les pays membres de l OCS deviennent des partenaires économiques indispensables et qui occupent les premières places dans la coopération économique Une condition importante pour faire de l OCS une structure d intégration réside dans la volonté et le désir de coopération des pays membres La Russie et la Chine sont devenues des partenaires numéro un l une et l autre Elles sont d accord sur les questions internationales importantes Elles ont trouvé un consensus en Asie centrale Elles ont des intérêts communs pour coopérer intimement sur les plans politique économique géopolitique militaire Tous les pays participants à l OCS ont exprimé qu ils étaient favorables à l unification au sein de cette structure L OCS répond aux intérêts nationaux de tous les États Mais dans la réalité les projets économiques communs qui visent à unifier les pays de l OCS ne se réalisent pas Leur financement n est toujours pas assuré D autre part la création de l Union douanière met en question l utilité et l avenir de l OCS L OTSC s occupe de la sécurité régionale et l UD s occupe des questions économiques Alors il ne reste que la sphère humanitaire pour l OCS Sur le plan humanitaire l OCS réalise avec grand succès les projets communs comme l Université de l OCS la santé le Conseil des affaires de l OCS coordonne les projets sur ce champ D Coopération Selon la théorie de coopération les pays coopèrent avec les autres pays afin d atteindre leur objectif national Parfois les pays membres d une structure de coopération peuvent avoir des intérêts divergents et égoïstes Ceci peut concerner l OCS aussi Pour répondre à cette question il faut analyser les intérêts des pays participants Russie Ses objectifs stratégiques possèdent différents axes Tout d abord la Russie veut éviter toute création de systèmes de sécurité en Asie centrale dont elle serait exclue et s oppose à la présence militaire d États tiers En outre elle veut s assurer une position capitale dans les secteurs clés de l économie afin de conserver un bon fonctionnement de ses couloirs de transport et de communications y compris pour le carburant et l énergie Ensuite elle tend à protéger les droits et les intérêts des compatriotes russes vivant dans la région et souhaite renforcer la place de la langue et de la culture russe en Asie centrale Enfin elle veut renforcer la structure multilatérale avec la participation de la Fédération de Russie La Chine a créé l OCS comme instrument de contrôle de l Asie centrale et elle vise à devenir le leader absolu dans l organisation La Russie a également son outil d influence et de contrôle sur l Asie centrale dans la sphère politico militaire à savoir l OTSC ainsi que dans le domaine économique l Union douanière Comme le dit Moldaliyev 40 l OCS est un instrument pour la Russie de contrôler la Chine en Asie centrale et représente la voie d un consensus avec la Chine L Organisation de coopération de Shanghai a manifestement trois fonctions importantes pour la Russie correspondant à des axes clefs de sa politique étrangère générale à savoir démontrer sa capacité à rallier autour d elle des États désireux de faire front commun face à l arrogance des valeurs occidentales et de l hyper puissance américaine consolider son influence dans les républiques ex soviétiques d Asie centrale et se doter d un outil supplémentaire pour canaliser les effets de la montée en puissance économique et politique du redouté voisin chinois en particulier dans cette zone sensible de son ancien empire 41 Au sein de l OCS la Russie bloque les projets et les intentions des autres pays membres sur le futur développement de l Organisation La Russie bloque la création de mécanismes de financement des projets communs le compte spécial la banque de l OCS La Russie ne perçoit pas l OCS comme une organisation d intégration économique Selon l opinion des experts et des hommes politiques russes au sein de l OCS l idée de création d une zone de libre échange ou d un système de transport unique n est pas réalisable Les désaccords entre la Russie et la Chine ont pour conséquence que l OCS ne peut pas se développer pleinement La Russie voit d un mauvais œil les propositions chinoises de financement des projets pour le développement des pays de la région Elle a montré une première fois son opposition en 2004 quand la Chine a donné 900 millions de dollars En 2011 la Chine a remis sur la table l idée de création du compte spécial de l OCS et elle a également proposé 10 milliards de dollars pour la réalisation des projets communs La Russie préfère activer les choses au sein des autres structures comme l OTSC ou l Union

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-OCS-a-t-elle-un-avenir.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • des Études stratégiques auprès du Premier ministre de la République Kirghize Ses articles pour Diploweb com L OCS a t elle un avenir Géopolitique de l OCS A quel type d organisation internationale appartient l OCS et quels sont ses buts d existence Résidant en Asie centrale en Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jildiz-NICHARAPOVA_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géopolitique: Frontières et trafics d'armes J-C. ANTOINE - Transversaux
    capacité pour les trafiquants d entrer sur le territoire ouest européen et d y faire proliférer leurs filières clandestines polycriminelles dont celles des armes à feu peut se cartographier A cette disparition des frontières soviétiques s est superposée deux années après l effacement des frontières européennes occidentales au sein de l espace Schengen Ce traité signé en 1993 a concrétisé la disparition des frontières nationales au sein d un espace géographique compris dans l Union européenne et auquel les membres choisissaient ou non d appartenir La libre circulation des personnes et des marchandises devenait la règle à l intérieur de cet ensemble territorial Les contrôles systématiques aux limites des Etats devenaient impossibles puisque les postes de douanes étaient désactivés A cette évolution politique d envergure s ajoutait enfin un troisième élément majeur pour la future création de filières illicites d approvisionnement en armes à feu les conflits dans les Balkans La guerre en Bosnie Herzégovine de 1992 à 1995 puis en 1997 les émeutes à Tirana et enfin le conflit au Kosovo en 1999 ont provoqué une multiplication des filières locales du marché noir Des quantités astronomiques d armes de guerre et de munitions ont ainsi été disséminées au sein des populations bosniaques serbes albanaises kosovares et croates certes extérieures à l espace Schengen mais positionnées à ses abords proches et disposant de solides relais dans les diasporas implantées dans les pays d Europe occidentale ceux là même qui appartenaient déjà à l espace Schengen La superposition de ces trois paramètres majeurs l abandon des armes et munitions des arsenaux militaires est européens après la chute de l URSS la multiplication des filières d approvisionnement clandestin due aux conflits balkaniques et la disparition des frontières dans l espace Schengen a largement favorisé les livraisons possibles en armes et munitions Pour pénétrer cet ensemble territorial désormais sans frontières la corruption s est avérée essentielle La carte ci après représentant le niveau de corruption en Europe et aux abords de l espace Schengen au début de la décennie 2010 sur la base des chiffres de l ONG Transparency International illustre cette capacité pour les trafiquants d entrer sur le territoire ouest européen et d y faire proliférer leurs filières clandestines polycriminelles dont celles des armes à feu Carte Corruption et trafics en Europe Copyright J C Antoine L évolution géopolitique mondiale désormais axée autour de la mondialisation des échanges et la circulation européenne des personnes et des marchandises n est pas à l origine directe du trafic d armes En revanche la superposition des trois paramètres présentés précédemment ont facilité la mise en place de filières illicites jusque dans les cités d Europe occidentale à partir de la fin de la décennie 1990 lorsque l expansion des filières du trafic de drogues a provoqué un besoin en armes dans les cités européennes pour défendre les micro territoires tenus par les économies clandestines La disparition ou plus précisément l absence de frontières fortes et militairement tenues a de nos jours des conséquences identiques sur le territoire africain notamment dans sa partie sahélienne Durant la décennie 1990 des éléments radicaux islamistes se sont développés sur le territoire algérien en s organisant au sein du Groupe Islamique Armé et son volet politique le Front Islamique du Salut Le gouvernement algérien a combattu ces éléments les obligeant à se réfugier dans le sud algérien territoire sur lequel ces radicaux se sont constitués en Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat GSPC Tandis qu en 2006 Alger décide de neutraliser le GSPC et d extraire ses membres hors du territoire algérien ces derniers se réfugient au Nord des territoires malien et nigérien pour adopter le label Al Qaïda et donner naissance à Al Qaïda au Maghreb Islamique AQMI L évolution géopolitique régionale le Printemps Arabe en Tunisie et surtout en Libye le renouveau des revendications touareg et le développement du gangsterrorisme sub saharien a créé un besoin en grandes quantités d armes à feu et de munitions pour les différents groupes rebelles en action L absence de frontières fortes a alors également favorisé les transferts illicites d armes par convois routiers entiers sur les pistes désertiques en raison de l absence de contrôle sur ces axes Seule l acquisition de renseignements tactiques permettait la lutte efficace contre ces filières Que ce fût en Europe à partir de la décennie 1990 ou du territoire africain depuis les débuts de la décennie 2010 l absence de frontières mêlée à une corruption active ou passive latente a pour conséquence d empêcher les contrôles systématiques sur les grands axes routiers alors que la voie routière est toujours celle privilégiée pour les transferts illicites d armes de moyenne envergure Pour les grands transferts d armement par voie maritime ou aérienne les conséquences de l effacement des frontières au profit de la liberté de circulation des marchandises et des personnes sur les océans ou dans les airs a enfin eu la même conséquence tant le commerce mondialisé a connu une croissance exponentielle depuis deux décennies A titre d illustration le commerce maritime mondial de marchandises transportées annuellement a doublé depuis 1990 passant de 4 milliards de tonnes à 8 4 milliards de tonnes en 2010 et 9 1 milliards de tonnes en 2014 selon le United Nations Conference on Trade and Development Il a quintuplé depuis trente ans et selon Florent Detroy consultant spécialiste des matières premières et des pays émergents d ici 2020 il augmentera encore pour atteindre probablement 15 milliards de tonnes par an Mais ces frontières effacées ou existantes mais tellement poreuses ont laissé la place à d autres plus fluctuantes plus resserrées et qui avaient rapidement pour vocation de protéger les territoires polycriminels Les transferts financiers globaux au sein desquels l argent sale sait se dissimuler en a profité pour croître de manière exponentielle en profitant de cet effacement des frontières et renforcer des micro territoires minés par les économies clandestines II Trafic d armes et constitution de nouvelles frontières grands ensembles et micro territoires du crime organisé Alors que les frontières nationales disparaissaient au sein de l espace Schengen les économies parallèles se sont mises à prospérer en s appuyant sur la libre circulation des personnes et des marchandises La pénétration des drogues sur les territoires européen américain ou africain a exigé de la part des trafiquants et transporteurs une méthode et des tactiques afin de protéger leur business Ainsi sont nés les célèbres go fast ces convois ultra rapides solidement armés de fusils d assaut et chargés d acheminer des tonnes de résine de cannabis ou de cocaïne jusque dans les cités touchées par le trafic de drogues ou leurs abords immédiats Les zones de vente ou de redistribution ont nécessité la constitution de petites équipes armées afin de protéger les points de vente et dissuader les prétendants à diriger ces économies clandestines Cette activité illégale étant par nature très lucrative de fortes rivalités sont apparues par désir de prédation criminelle par non respect d accords passés ou de vengeances suite à des interpellations jugées trop faciles Ajoutés à la soif par des caïds ou prétendants caïds de plus en plus jeunes de renverser les équipes en place pour récupérer les points de vente juteux ces rivalités en pleine croissance ont engendré des règlements de comptes en hausse à travers l Europe ou en Afrique L augmentation continue du niveau de violence a provoqué l augmentation de la puissance de feu des caïds et leurs affidés afin de répondre par la loi du talion à tout désir de prédation par des adversaires potentiels Les frontières nationales disparaissent de plus en plus au profit de frontières plus diffuses superposables selon l esprit des caïds qui règnent en maîtres sur ces territoires Aux frontières nationales se sont donc substituées des délimitations moins marquées par des démarcations acceptées mais tenues par des jeunes en scooters patrouillant aux limites des territoires des sonnettes humaines chargées de prévenir de véritables équipes d intervention armées du quartier si des jeunes d une autre cité venaient à s en prendre aux points de vente de drogues Les frontières nationales disparaissent de plus en plus au profit de frontières plus diffuses superposables selon l esprit des caïds qui règnent en maîtres sur ces territoires et évolutifs selon les niveaux de puissance donc d armement Les douaniers affectés aux postes frontières d antan sont remplacés dans l espace Schengen par tout un ensemble de jeunes chargés de prévenir d alerter les plus grands lorsqu un danger semble arriver lorsqu un intrus donne l impression de vouloir pénétrer le territoire chèrement tenu Ces situations se retrouvent peu ou prou dans de nombreux pays à travers le monde Au Mexique bordé au Nord par une frontière grillagée mais sans cesse trouée à l intérieur même du territoire américain Los Angeles New York Chicago des gangs jouent la carte de la protection de leur territoire contre les attaques d autres gangs Les méthodes de dissuasion sont multiples pour préserver l intégrité de leurs parcelles et éventuellement grignoter celle de leurs voisins du meurtre au clip vidéo violent censé faire peur aux gangs ennemis des règlements de comptes sanglants aux équipées sauvages à travers les rues tout dispositif structuré passe par la possession obligatoire d armes à feu de poing ou de guerre Les besoins en armes à feu par les populations quelque soit le pays semble avoir suivi une évolution contraire à celui des Etats depuis deux décennies En effet alors que l ensemble des nations se lancent dans une mondialisation effrénée mêlant libre circulation et une tendance à l uniformisation des styles et des manières de vivre l homme de la rue donne l impression de désirer rapprocher de lui les frontières qui le défendraient A la manière d un élastique se contractant après avoir été étiré le désir de sécurité rapprochée agit selon l effet d extension contraction Ce retour sur soi n est pas une nouveauté en matière de sécurité Rappelons qu en 1989 1990 en Bulgarie alors que l URSS était en pleine phase déliquescente et que l administration soviétique semblait s étouffer définitivement pas moins de 5 200 compagnies de sécurité privée s étaient créés dans tout le pays en trois mois Et pour armer leurs agents les présidents de ces sociétés avaient dû récupérer des armes issues des arsenaux nationaux militaires L effet de dissolution voire d effacement progressif ou rapide des frontières d un Etat a souvent pour conséquence directe de pousser ses habitants à se refermer sur eux mêmes à prendre ou tenter de prendre à leur propre compte leur sécurité et celles de leurs proches Ce réflexe est récurrent durant les périodes de transition démocratique souvent par peur du lendemain A ce moment précis la criminalité organisée en profite pour proposer ses services aux populations en leur offrant sécurité et entraide si besoin Mêlée à une instabilité politique la dilution des frontières des Etats renforce la construction de nouvelles frontières plus rapprochées moins franches et souvent non délimitées mais qui rassurent les populations C est ainsi que sont nées d une part la plupart des mafias en Europe afin de sécuriser les zones de production agricole en Sicile notamment pour Cosa Nostra et ensuite pénétrer la société civile et d autre part sont apparues les premières zones d influence Ce réflexe auto suffisant en matière de sécurité prend tout son sens depuis une décennie en Europe dans les grands ensembles urbains des grandes agglomérations Concentrés dans ces blocs sujettes aux rivalités héritées parfois des territoires d origine certaines populations ont le réflexe de considérer leur quartier leur entrée d immeuble leur arrondissement comme une zone hors du territoire de la Nation et sur laquelle des règles propres peuvent se mettre en place Sur fond de trafic de drogues ces territoires parfois en sécession constituent aux yeux des caïds qui désirent les contrôler leurs territoires Et dans le but de protéger leurs territoires les armes prolifèrent afin d en protéger son limes Parallèlement à cette évolution de nouvelles frontières immatérielles sont dernièrement apparues dans le cyberespace avec l émergence du Dark Web Encore plus diffuses que dans la vie réelle les frontières entre le Web 2 0 et les profondeurs d un Internet caché et sombre existent bel et bien Ce Web criminalisé prouve au fur et à mesure des émissions télévisées montrant son existence et la manière d y accéder à quel point le marché noir des armes à feu investit aux côtés des drogues le marché criminel mondial La frontière devient alors le logiciel et le pont levis permettant d y accéder Y sont mis à la vente entre autres des armes à feu en tous genres des munitions en faisant fi des frontières internationales et des différents codes pénaux des Etats Ce nouveau territoire immatériel fait actuellement l objet d études récurrentes tant son existence même passionne et attire Il est particulièrement difficile à l heure actuelle d analyser en profondeur ses paramètres Mais dans un avenir proche de sérieux travaux de recherche se révèleront nécessaires afin d éviter que la réalité filmée de Matrix ne devienne le quotidien des délinquants III Trafic d armes et superposition de frontières idéologiques L approvisionnement d armes en dehors de tout accord commercial évolue idéologiquement Alors qu il était considéré illicite il y a quelques années de livrer officiellement des armes et des munitions à des rebelles cet acte politique semble désormais revêtir un aspect plus respectable voire vertueux Les gouvernements occidentaux de nos jours et principalement depuis le Printemps Arabe déclarent officiellement armer des entités rebelles Syrie Kurdistan Libye afin de les aider à mener des combats en phase avec les idées de respect des Droits de l Homme ou de lutte contre le radicalisme islamiste Cette évolution est intéressante à plus d un titre Sur un territoire comme celui de l Irak deux types de frontières semblent se superposer désormais Les premières étatiques sont battues en brèche et amoindries par des structures politiques affaiblies Les secondes idéologiques ou religieuses sont la marque du désir de membres des populations qui y vivent de prendre la main sur les frontières étatiques pour instaurer un Etat religieux C est le cas du groupe Daesh Le territoire contrôlé par ses membres couvre différentes zones sur les espaces étatiques syriens et irakiens Les limites de la puissance de ce groupe radicalisé considéré comme terroriste sont fluctuantes selon les combats et l acheminement illicite en armes à feu et munitions leur permet de défendre et éventuellement repousser ces limites de leur puissance territoriale Cette démarche de puissance est à mi chemin entre la sécurisation des frontières nationales par les armes et le réflexe de sécurité rapprochée par des criminels Daesh allie les deux méthodes pour faire totalement fi des frontières étatiques en s appuyant sur la criminalisation et une idéologie religieuse Cette méthode est également utilisée par le groupe Boko Haram au Nigeria selon des techniques analogues en y ajoutant celle de l attentat suicide Poussons à l extrême la réflexion Si le trafic d armes permet en utilisant l effacement des frontières étatiques issues de l Histoire d en instaurer de nouvelles plus criminelles plus idéologiques plus religieuses le risque est grand de voir le système westphalien battu en brèche L idée même d Etat nation pourrait un jour au même titre que le célèbre monopole de la violence légitime théorisé par Max Weber devenir totalement obsolète dans l esprit d une partie des populations Pendant bien longtemps et encore aujourd hui dans l esprit de certains analystes la géopolitique semblait se confondre avec les relations internationales L apport magistral du professeur Yves Lacoste a été d insérer dans cette méthode la prise en compte des représentations pour mieux saisir les enjeux des acteurs sur les territoires y compris les plus éloignés de la zone étudiée Par la suite d autres Professeurs comme Béatrice Giblin pour la géopolitique interne Philippe Subra pour la géopolitique de l aménagement du territoire et Frédérick Douzet pour la géopolitique du cyberespace ont su faire évoluer cette même méthode pour la faire coller sur des territoires matériels ou immatériels de moindre envergure géographique mais regorgeant de tensions extrêmes Le poids géopolitique du trafic d armes à feu sur des territoires aux contours mal définis ou sur des micro territoires cités sensibles quartiers ensembles urbains ou ruraux amène l analyste à se tourner désormais vers un nouveau champ possible d étude en la matière la géopolitique de la sécurité publique La disparition pure et simple des frontières a permis une superposition des acteurs légaux et illégaux étatiques et criminels implantés de longue date ou de passage Alors que les acteurs majeurs étaient auparavant les gouvernements les populations et parfois les forces rebelles sur des territoires bien délimités les nations ont désormais à faire face à des adversaires voire des ennemis parfaitement bien implantés à l intérieur des territoires aux contours flous Pour ce qui est de l Europe occidentale de la même manière que dans les zones désertiques où les frontières ne possèdent qu un poids relatif au regard des routes ancestrales du commerce la disparition pure et simple des frontières a permis une superposition des acteurs légaux et illégaux étatiques et criminels implantés de longue date ou de passage et dont les conséquences se portent sur la gestion quotidienne de la sécurité publique Là encore les représentations des gouvernants des populations des groupes des partis politiques commencent à devenir lourdes de sens et pèsent sur les décisions de chacun des acteurs en raison d enjeux sécuritaires dans les rues Or la mondialisation a amplifié les enjeux et les relations même lointaines entre combattants d un même groupe L engouement pour les réseaux sociaux en est la cause majeure Les frontières idéologiques de Daesh ou d Al Qaïda dans la Péninsule Arabique AQPA ne se bornent pas aux territoires irakien syrien ou yéménite Leur puissance s étend jusqu en France frères Kouachi et Amédy Coulibaly ou au Danemark en Belgique ou au Canada En raison de ces évolutions mondiales

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Frontieres-et-trafic-d-armes.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La géopolitique sur facebook.com/geopolitique P. Verluise - Transversaux
    Management sont partenaires pour la gestion de la page Géopolitique et enseignement supérieur sur Facebook Outre les nouveautés du Diploweb com vous y trouverez une veille géopolitique au sujet des acteurs majeurs du domaine F ACE au monde l entreprise a besoin des outils de la géopolitique pour se positionner C est pourquoi Grenoble école de Management et le Diploweb com sont partenaires pour la gestion de cette page ouverte à tous les passionnés de géopolitique Vous y trouverez des liens vers des ressources documentaires des actualités et les évènements majeurs Accès direct Fondée en octobre 2010 cette page compte 4200 fans en octobre 2012 Elle a dépassé le seuil de 10 000 fans en avril 2014 Plus de 15 000 fans au 1er janvier 2015 Bienvenue Pierre Verluise Directeur du Diploweb com Pourquoi et comment faire un don au Diploweb Mots clés Géopolitique Actualité Pierre Verluise Faceboock ESC Grenoble Enseignement supérieur Recommander cette page Votre adresse email Destinataire Texte de votre message Tweets de diploweb Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Diploweb-com-sur-Facebook.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Synthèse de l'actualité internationale février 2015. A. (...) - Transversaux
    attaque jihadiste cette fois ci à Copenhague Un terroriste né sur le sol danois a tué deux personnes Il voulait semble t il reproduire l attaque de Charlie Hebdo L ensemble des pays européens ont témoigné de leur solidarité avec les Danois Cette nouvelle agression repose la question de la sécurité en Europe puisqu elle est devenue l une des principales cibles des jihadistes mais aussi de la capacité européenne à prendre en main sa défense dans un contexte de plus d une décennie de démilitarisation La France reste attachée à la dissuasion nucléaire Le président F Hollande dans son discours d Istres réaffirme l attachement de la France à la dissuasion nucléaire selon les principes de suffisance la France n a pas les moyens de se doter d un vaste arsenal et de complémentarité maintenir la composante aérienne pour une première frappe précise et une composante maritime les SNLE prévus pour une frappe de riposte pour que la France conserve son autonomie dans ce domaine Les ambiguïtés saoudiennes L ancien sénateur Bob Graham évoque dans un rapport de 28 pages le financement des attentats du 11 septembre 2001 par le gouvernement saoudien de l époque Ce rapport n est pas déclassifié pour des raisons de sécurité nationale La polémique surgit après les attentats de Paris 7 8 9 janvier 2015 et le déplacement de B Obama à Riyad alors qu il ne s est pas rendu à Paris pour rencontrer le nouveau roi Les priorités de Washington apparaissent ici clairement Le roi Salman marque le début de son règne par la poursuite d une politique de pétrole au prix très bas initié dès mi novembre 2014 par son prédécesseur le roi Abdallah décédé fin janvier 2015 ce qui ne l empêche pas d offrir une prime de deux mois de salaires aux fonctionnaires comme aux retraités A l heure où Riyad voit les périls s accumuler à ses portes progressive affirmation de l Iran chaos au Yémen Daesh en Irak en Syrie et aujourd hui en Libye le roi Salman n aura qu une étroite marge de manœuvre pour réformer son royaume La situation y est très délicate Le Nigéria épicentre de déstabilisation de l Afrique de l Ouest Boko Haram frappe en pleine campagne pour les élections présidentielles élections reportées au 28 mars 2015 voir plus bas du fait de l impossibilité d organiser le scrutin dans trois Etats du Nord du pays Adamawa Borno et Yobe comme de l instabilité partout ailleurs Boko Haram serait responsable de la disparition de plus de 15 000 personnes et du déplacement d au moins un million d autres Nigérians Aucun leader politique ne semble s imposer dans ce géant démographique africain de plus de 180 millions d habitants L armée tchadienne après être intervenue contre les jihadistes au Cameroun est intervenue sur le sol du géant nigérian à Gambaru après que l Unité africaine ait fait pression en ce sens sur Abuja Les jihadistes multiplient les actions y compris désormais

    Original URL path: http://www.diploweb.com/2-2015-Actualite-internationale.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Le principe juridique d'ingérence humanitaire existe-t-il (...) - Transversaux
    qu il soit coutumier ou conventionnel ne peut être une norme impérative jus cogens générée ex nihilo s imposant à lui Il y a trois conséquences majeures à la théorie volontariste les Etats sont totalement libres d adhérer ou non aux traités internationaux y compris les conventions relatives au droit des conflits armés ou celle instituant la Cour pénale internationale les Etats sont libres d émettre des réserves interprétatives au traité qu ils ont ratifié à condition que ces réserves soient compatibles avec le but et objet du traité et qu elles ne vident pas le texte de son contenu 10 les Etats sont totalement libres sous réserve d un certain formalisme procédural de se retirer d un accord international qu ils ont ratifié 11 Ces trois libertés affaiblissent la portée du droit international public mais sont paradoxalement la condition à son existence le caractère universel des Nations Unies la recherche d une très large participation à cette convention la pratique récente suivant laquelle on peut être partie à une convention bien qu ayant fait des réserves et enfin le fait que la convention sur le génocide est le résultat d une série de votes majoritaires sont autant d arguments qui militent en faveur d un assouplissement dans le jeu des conventions multilatérales 12 Or les droits de l homme et le droit humanitaire sont des droits conventionnels ou considérés par nombre d Etats comme tel Cette conception du droit international public aboutit à conclure à sa portée relative et contingente même si une autre école plus utopiste voudrait qu il existe des normes impératives du droit international s imposant aux Etats contre leur volonté Notons cependant que quoique la Cour Internationale de Justice CIJ laisse transparaître à plusieurs reprises la notion de jus cogens notamment par son avis consultatif du 28 mai 1951 concernant la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide faisant référence à l existence de principes de morale élémentaire obligeant les Etats en dehors de tout lien conventionnel puis par son arrêt du 5 février 1970 affaire de la Barcelona Traction elle élude cependant l expression même de jus cogens Certes elle définit de manière aléatoire un ensemble de normes juridiques suprêmes ou obligations dans l ordre public international s imposant erga omnes aux Etats et à toutes entités susceptibles d inférer dans la vie internationale sans que ces normes n émanent des Etats ni ne nécessitent leur consentement pour être applicables les Etats ne pourraient aller à l encontre de ces règles ni en politique internationale ni par voie d action ni par voie de convention ni en politique intérieure Tout acte contraire à une norme du jus cogens serait sous réserve d une autre norme de jus cogens nul de droit Pour autant même en ce domaine la souveraineté de l Etat reste une réalité incontournable parce qu il faut éviter de créer une réaction généralisée épidermique des Etats qui aboutirait à annihiler tous les progrès du droit international accomplis jusqu à ce jour Du principe de non ingérence au principe de non recours à la force et au droit des peuples à disposer d eux mêmes des principes au service de la paix et la sécurité internationales A cet égard le principe de non ingérence est indissociable de la volonté de créer les conditions de la paix et de la sécurité internationales buts premiers des nations unies art 1 de la CNU 13 qui suppose l interdiction du recours à la force mais aussi le respect du droit des peuples à disposer d eux mêmes Le principe est que la guerre et toute action de force est prohibée principe qui vient s articuler en appui du principe général de non ingérence La Charte de l ONU déclare illégale la menace ou l emploi de la force soit contre l intégrité territoriale ou l indépendance politique de tout Etat soit de tout autre manière incompatible avec les buts des nations unies art 2 4 de la CNU Ce principe d interdiction de l usage de la force plus large que l interdiction de faire la guerre puisque cela recouvre tout moyen qui aboutirait à contraindre un Etat a été reconnu en outre comme une norme de jus cogens en 1986 dans l affaire des activités militaires et paramilitaires au Nicaragua ce qui interdit toute forme d ingérence d initiative étatique Il vient en complément du pacte Briand Kellog qui déclare la guerre illicite et suppose des justifications pour qu elle soit légale 14 aux yeux du droit international public et de la communauté internationale De fait le principe premier du règlement des différends entre Etat est désormais d avoir recours à des modes de règlement pacifique Par principe la violation du droit international humanitaire n autorise donc pas en droit un autre Etat d user de la force contre cet Etat sous réserve du cas particulier l intervention de protection des nationaux droit coutumier dit d humanité stricto sensu qui suppose une intervention armée visant uniquement à protéger ses concitoyens lorsque leur vie est en danger dans un pays tiers 15 Hormis ces hypothèses et sous réserve des opérations militaires autorisées par l ONU elle même le principe est que la guerre et toute action de force est prohibée principe qui vient s articuler en appui du principe général de non ingérence La charte des nations unies proclame aussi le principe du droit des peuples à disposer d eux mêmes art 1 2 de la CNU qui fait suite à la pensée américaine de Woodrow Wilson qui défendait l idée du droit à l autodétermination des peuples qu il faut aider 1915 Ce principe sera ensuite conforté par notamment la résolution 26 25 XXV resucée de la résolution 1514 XV qui dispose en son 1 La sujétion des peuples à une subjugation à une domination et à une exploitation étrangère constitue un déni des droits fondamentaux de l homme est contraire à la charte des nations unies et compromet la cause de la paix et de la coopération mondiale Elle dispose en son 2 Tous les peuples ont le droit de libre détermination en vertu de ce droit ils déterminent librement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique social et culturel Le mouvement d émancipation fin des mandats et de décolonisation libération nationale ou indépendantiste qui s amorce dès la fin de la seconde guerre mondiale est alors la résultante politique du principe juridique du droit des peuples à disposer d eux mêmes c est à dire du droit pour un peuple à devenir indépendant de toute forme de domination extérieure Une fois l indépendance obtenue les dirigeants des pays décolonisés feront leur le principe d égalité en droit des Etats et plus encore le devoir de réserve que suppose le respect de leur indépendance politique par essence l indépendance nouvellement acquise ne peut supporter officiellement une quelconque ingérence dans les affaires intérieures desdits nouveaux Etats Cette logique s appuie sur le mouvement des non alignés dont la conférence de Bandoeng 1955 fut le point structurant Ainsi officiellement sous l impulsion du Tiers monde est gelée et jusqu à la fin des années 80 toute notion d ingérence en raison de la méfiance qu ont les Etats nouvellement constitués vis à vis de leurs anciens colons Officieusement cependant les pays nouvellement indépendants sont sous assistance militaire et sous perfusion économique et financière et certains de leurs dirigeants autocrates sont soit soutenus soit renversés ou remplacés indirectement via un recours fréquent au mercenariat 16 par le jeu de la bipolarisation du monde et en fonction des liens historiques et des intérêts géostratégiques des différentes puissances y compris la France La question du droit des peuples à disposer d eux mêmes renvoie à la question générale de l assistance aux insurgés contre un régime violant les droits de l homme Reisman et Cutler ont développé l idée que l aide donnée aux insurgés luttant contre un gouvernement despotique serait justifiée par le concept de droit des peuples à disposer d eux mêmes envisagé comme le droit à un gouvernement librement choisi par des moyens démocratiques 17 Mais par son arrêt du 27 juin 1986 affaires dites des contras au Nicaragua le CIJ considère que la pratique des Etats n autorise pas à conclure que le droit international contemporain prévoit un droit général d intervention en faveur de l opposition dans un autre Etat La précision de la CIJ écarte ainsi d un revers de main l idée que l usage des Etats ferait la coutume en ce domaine alors même que c est l essence même du droit coutumier et l origine de la majeure partie des règles écrites du droit international public La Cour s oppose donc fermement quelles qu en soient les motifs à légitimer de manière générale toute forme d intervention L assistance aux insurgés est enfin explicitement écartée en vertu d engagements de non intervention figurant dans les traités régionaux tels que le pacte de la ligue arabe la charte de l OUA la charte de l OEA La raison en est simple c est que le fil qui sépare l intervention désintéressée à caractère humanitaire de l intervention intéressée au risque d une déstabilisation guerrière locale voire régionale semble impossible à trouver et que chaque Etat sent bien que ce serait là ouvrir la boite de Pandore III La communauté internationale jouit seule de la décision d intervention en application du Chapitre VII L ingérence humanitaire fonde t elle les décisions du Conseil de sécurité Non En réalité le Conseil de sécurité de l ONU motive et fonde depuis 1990 classiquement en droit ses résolutions sur la base de ses devoirs et responsabilités au titre du Chapitre VII de la Charte relatif aux Actions en cas de menace contre la paix de rupture de la paix et d acte d agression De fait le Conseil constate ensuite en second lieu la violation des droits de l homme et ou du droit humanitaire répression tortures génocides en l interprétant comme une menace contre la paix internationale au regard de situations s inscrivant majoritairement dans le cadre de guerres civiles ou CANI dès lors que cette situation notamment par l afflux de réfugiés violation de frontières et la circulation d armes est susceptible de déstabiliser une région internationale Il est donc erroné de considérer en droit stricto sensu que l idée d ingérence est justifiée depuis la crise intérieure Irakienne du Kurdistan et plus récemment depuis les guerres civiles dans la zone du pourtour méditerranéen dénommées maladroitement printemps Arabe Libye Syrie par le constat de violations des normes du DIH ou du DH car la réalité est qu une intervention décidée par la communauté internationale est pour l heure conditionnée par le constat cardinal d une menace ou une rupture de la paix et de la sécurité internationales Certes on peut immédiatement considérer que ce constat se réalise de manière sophiste avec cette idée donc qu il faut nécessairement le faire pour in fine stopper les violations du DIH voire des droits de l homme La décision exceptionnelle d intervention doit être légitimée par la communauté internationale pas de droit d intervention par la force au profit des Etats Seule l ONU a la responsabilité de défendre les objectifs fondamentaux prévus par la Charte la paix et la sécurité internationales l interdiction du recours à la force la protection des droits de l homme en tant de paix ou de guerre DIH le respect de la souveraineté et de l égalité des Etats A contrario cela signifie que les Etats n ont pas le droit d intervenir par la force contre un autre Etat Tant la Charte de l ONU article 2 4 que la jurisprudence de la CIJ affaire du détroit de Corfou du 9 avril 1949 interdisent le recours à la force et ne reconnaissent pas aux Etats un prétendu droit d intervention qui n est que la manifestation d une politique de force politique qui dans le passé a donné lieu aux abus les plus graves Elle l intervention serait par la nature des choses réservée aux Etats les plus puissants et pourrait facilement conduire à la perversion de l administration de la justice elle même L assemblée générale de l ONU a par ailleurs fait une déclaration fondamentale 36 103 le 9 décembre 1981 grevée d une annexe intitulées dualement Déclaration sur l inadmissibilité de l intervention et de l ingérence dans les affaires intérieures des Etats par lesquelles est affirmé qu Aucun Etat ou groupe d Etats n a le droit d intervenir ou de s ingérer de quelque manière que ce soit dans les affaires intérieures et extérieures d autres Etats Ainsi aucune intervention militaire afin de pacification ne peut être le fait unilatéral d un Etat sans être considérée comme un crime d agression donc un acte de guerre illicite et donc répréhensible aux yeux de la charte des nations unies et du droit pénal international de la Cour Pénale Internationale Cette condition juridique de la légalité de l intervention est naturellement au cœur de l affaire syrienne dont on sait que les vétos russe et chinois du 28 août 2013 interdisent de jure la légalité de toute forme d intervention armée alors même que le projet de résolution britannique souhaitait pouvoir agir sur le fondement du chapitre VII de la Charte afin de protection des civils contre les armes chimiques L Opération de maintien de la paix au titre du Chapitre VII n est pas un acte d ingérence En cas de conflits armés le Conseil de sécurité 18 peut sur mandat des Etats membres en application du Chapitre VII décider d une intervention à vocation pacifique qualifiée d opération de maintien de la paix OMP 19 sous réserve désormais de répondre à trois principes importants développés par la doctrine de maintien de la paix de l ONU publiée en 2008 le consentement des parties l impartialité l usage de la force limitée à la légitime défense et à la défense du mandat la mission Cette doctrine fait suite aux difficultés rencontrées lors des opérations en ex Yougoslavie au Rwanda en Somalie qui se caractérisèrent par le fait atypique qu elles se déroulèrent dans le cadre de guerres civiles à caractère international ou devenues des CAI en raison de la reconnaissance d indépendance de certains mouvements sécessionnistes Indépendance de la Croatie reconnue par l Allemagne en 1991 20 etc Maintes fois mises en œuvre les opérations de maintien de la paix supposent désormais un consentement des belligérants ce qui par nature s oppose à la qualification d ingérence qui implique une intervention contre la volonté même des belligérants En outre le déploiement sur théâtre de casques bleus a pour finalité première de séparer les belligérants afin de rétablir la paix et non par suite de veiller au respect du droit humanitaire dans le déroulé d un conflit puisqu il s agit justement de stopper le conflit reste le cas des prisonniers et des civils que les casques bleus sont généralement chargés de protégés contre toute violation des règles du droit international humanitaire par l une des parties au conflit ce fut pour partie le problème de la définition de la mission Licorne au Rwanda Une OMP n est donc pas une ingérence humanitaire même si sa mission peut naturellement comprendre des objectifs humanitaires La mission de soutien de l autorité de l Etat au titre du Chapitre VII n est pas une ingérence humanitaire le cas de la crise malienne La mission de soutien au Mali MISMA décidé par le Conseil de sécurité de l ONU résolution 2085 en application du chapitre VII après avoir constaté que la situation de crise constitue une menace pour la paix et la sécurité internationale est intéressante puisque atypique Atypique non pas dans son fondement juridique officiel mais dans ses objectifs et sa mise en œuvre En soi l objectif principal est ici ni de s interposer entre des belligérants sinon ce serait une OMP ni de s opposer à l autorité d un Etat en raison de violations du droit humanitaire mais de rétablir au contraire l ordre et l autorité de l Etat considéré par la communauté internationale comme légal et légitime et de permettre la transition via des élections vers une situation politique pacifiée Or notons que la crise malienne est d abord un problème interne un CANI qui se concrétise par le renversement d un dirigeant Amadou Toumani Touré par les militaires suite à l absence ou à l insuffisance de décisions politiques en réaction aux avancées rebelles notamment les réseaux islamistes du nord L objectif est donc la restauration du pouvoir légitime ainsi que la restauration de ce pouvoir sur l intégralité du territoire malien au nom justement du ferme attachement de l ONU à la souveraineté à l unité et à l intégrité des Etats ce qui en soi est une originalité En outre cet objectif implique de lutter contre les mouvements sécessionnistes du Nord composés pour partie par le mouvement salafiste ANSAR DINE dirigé en sous main ou associé à AQMI un réseau notoirement terroriste s intégrant dans la nébuleuse terroriste islamiste mouvements sécessionnistes qui ne sont naturellement pas reconnus par les Etats membres en particulier la France les Etats Unis Dans ce cadre la MISMA se réalise sous l autorité de l ONU via la Communauté des Etats d Afrique de l Ouest CEDEAO Pour autant la France décide en raison pour partie d intérêts vitaux au Niger Uranium AREVA d engager l opération SERVAL en janvier 2013 cette opération qui s inscrit dans la cadre de la résolution de l ONU est essentiellement ab initio une opération franco française à la demande et avec le soutien des dirigeants maliens Ce n est ni une opération de maintien de la Paix ni une mission afin de protéger les populations civiles mais une opération militaire visant à soutenir le pouvoir malien afin de restaurer l autorité

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Le-principe-juridique-d-ingerence.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Audio Photo Vidéo Accueil Eric POURCEL Docteur en droit Auteur du P O Kindle En contrat d auteur avec Lexis Nexis Programme 360 Formateur sénior en droit Activité principale d avril 2007 à 2012 Chargé de missions auprès du Directeur Général des Services 2005 à 2007 Conseil Général Chargé de missions auprès du DGA en charge des affaires juridiques et marchés publics DGA AJMP CG Juillet 2001 à mars 2005 Officier réserve opérationnelle Marine Membre titulaire de droit du Comité d Etude Défense Nationale CEDN IHEDN Membre de l Association des amis de la Fondation Charles de Gaulle Auditeur libre IHEDN CESM IRSEM IRIS Défense et sécurité Ses articles pour Diploweb com Le principe juridique d ingérence humanitaire n existe pas Au grès des conflits l idée d ingérence humanitaire revient à la surface Pourtant cette idée n est pas un principe juridique mais une revendication Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne Diploweb sur Union européenne États membres Institutions Pays candidats Russie CEI Russie CEI Amérique Amérique du Nord Amérique centrale Amérique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Eric-POURCEL_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •