archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • crée DEYNERGIES en juillet 2005 qu il préside Il est membre du Conseil d Administration de FINGAZ Vevey Suisse et est vice président du Comité Exécutif d ICC Chambre de Commerce International France De 2000 à 2009 il a été membre du Conseil d Administration de TECHNIP dont il a présidé le Comité Stratégique de 2002 à 2006 il a été membre du Conseil d Administration de l Institut Français du Pétrole IFP dont il a présidé le Comité d Audit et de 2001 à 2006 il a présidé le Comité exécutif du Centre du Gaz de l UNECE à Genève dont il est encore membre De 1998 à 2005 il a été membre du Conseil de Surveillance de GASAG société du Gaz de Berlin et vice président de celui de SPP société du Gaz de Slovaquie de 2002 à 2005 Il a présidé de 1999 à 2001 l Association Technique de l Industrie Gazière ATG devenue Association Française du Gaz AFG syndicat professionnel au début de l année 2000 Il a été en outre chargé de cours en économie et statistiques dans l enseignement supérieur Ses articles pour Diploweb com Gaz géopolitique et prospective Géopolitique de l énergie Présentation

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jacques-DEYIRMENDJIAN_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La démographie est un des fondamentaux de la géopolitique - Transversaux
    pour la prospective l étude des tendances lourdes et de leurs effets possibles En outre au delà la démographie bénéficie non seulement d une longue unité d œuvre mais aussi d une logique de très longue durée Une logique de très longue durée Dans différentes disciplines la réflexion sur le futur connaît une première frontière résultant d une échéance définie a priori et change en conséquence de nature lorsqu elle porte au delà de cette échéance La loi de finances votée par un Parlement déroule une logique directe sur une année le vote ayant conduit à élire un président de la République déroule une logique politique sur la durée de son mandat un accord international précisant une durée déroule normalement ses effets jusqu au terme précisé dans le texte En revanche en démographie les événements survenus à un moment donné comme les naissances d une année considérée ont des conséquences pendant une période très longue Il faut en effet pratiquement un siècle pour renouveler entièrement une population Cela met la science de la population dans une situation remarquable En forçant le trait nous pourrions proposer de la considérer comme une boule de cristal scientifique Réfléchissons à ce que l on peut savoir de prévisible sur l humanité en 2060 c est à dire dans un demi siècle l impression première est qu il est parfaitement impossible de répondre à cette question Peut on fonder les tendances lourdes d une réflexion prospective au delà du milieu du XXIe siècle sur un socle de connaissances acquises et ayant une inertie réellement aussi longue La réponse à cette question est incontestablement négative pour le politique 3 l économique 4 ou le social 5 En revanche elle est positive pour le démographique En effet par exemple tous les hommes qui auront plus de 51 ans en 2060 sont inventoriables Ils sont nécessairement nés dans les années antérieures à 2009 ce qui fournit déjà un plafond démographique fondé sur une logique imparable 6 Ensuite leur effectif peut être projeté pour élaborer des tendances en appliquant des projections de taux de mortalité par âge Par rapport aux tendances lourdes retenues il est ensuite possible d étudier des ruptures selon les progrès de la médecine l évolution des comportements mortifères les éventuels conflits ou les catastrophes naturelles Au total la longue unité d œuvre et la logique de très longue durée propres à la démographie offrent des ouvertures très précieuses à la prospective La prise en compte des différentes temporalités Néanmoins pour utiliser à bon escient la démographie dans la prospective deux conditions doivent être remplies La première consiste à se souvenir que les effets d inertie inhérents aux logiques démographiques n excluent pas des ruptures Quelle que soit la durée de ces dernières leurs effets sont longs Autrement dit la logique de longue durée dans laquelle s exercent les conséquences des événements démographiques ne doit pas masquer le fait qu une variation affectant une tendance lourde peut s effectuer de façon brève L événement démographique a

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Geopolitique-demographie-et.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La multiplication de la norme est-elle vraiment positive pour (...) - Transversaux
    des recettes innovantes 3 Plus récemment encore de nouvelles techniques d intervention ont vu le jour sous l inspiration des acteurs de terrain Entre autres techniques on citera le Cash for Work le Food for Work le Voucher le Safety Net les Seeds Market le warrantage la RNA régénération naturelle assistée le DRR disaster risk reduction puis de nouveaux outils d analyse comme les EMMA emergency market mapping analyse les études SMART le CHB cadre harmonisé bonifié le HEA household economy analysis etc Ces notions ésotériques dissuadent toute aventure dilettante et entretiennent une mystique autour du professionnel de l humanitaire Dans le système onusien la promotion d un cadre normatif trouve son allant et sa légitimité dans l appartenance à la communauté politique internationale De ce fait le rôle d impulsion de règles en matière d action humanitaire des agences onusiennes remonte aux premières années de création de l ONU Les 4 conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels de 1977 offrent un compendium des étapes clés qui ont jalonné la longue marche de codification de l action humanitaire Les cas non prévus au départ par exemple la situation des personnes déplacées internes 4 sont intégrés au fur et à mesure et finiront par cristalliser les ingrédients du Droit International Humanitaire Sans entrer dans l égrenage exhaustif des normes depuis l existence du HCR il faut retenir qu aujourd hui son Guide pratique pour l usage systématique des standards et des indicateurs recense environ 160 normes applicables aux opérations de terrain Ces interventions concernent l assistance et la protection fournies aux réfugiés et déplacés Dans la même dynamique le PAM a élaboré des principes clairs pour mettre la participation et le partenariat au cœur de ses actions 5 Ces lignes directrices ont inspiré l action de nombreuses organisations humanitaires et servent de référence Aucun domaine d action humanitaire ne semble encore hors d atteinte des règles Ces dernières touchent parfois des secteurs très ciblés comme par exemple le déminage et la dépollution encadrés par l UNMAS Autorité du Service de l Action anti Mines des Nations Unies avec ses normes internationales NILAM Le PNUE a créé aussi un cadre normatif pour l introduction systématique des préoccupations environnementales dans la fourniture de l aide d urgence Enfin c est surtout l IASC inter Agency Standing Committee qui s est illustrée par son approche multisectorielle dans l émission de normes humanitaires L agence a établi des guidelines qui embrassent des domaines très variés pour encadrer les actions 6 Cette institution créée en 1992 est une galaxie regroupant de nombreuses agences onusiennes et ONG de grande notoriété avec pour objectif d améliorer les réponses de la communauté humanitaire aux différents sinistres Pour ne citer que ces quelques cas le système onusien est un pôle non négligeable d impulsion de normes qui a joué un rôle considérable dans l accélération du processus d encadrement de l action humanitaire Enfin les Etats ne sont pas restés de marbre devant cette évolution et ceux qui ont tenu le flambeau sont les principaux financeurs de l aide humanitaire Dans ce groupe on retrouve essentiellement les pays de l Union européenne les Etats Unis le Canada le Japon et l Australie Individuellement et collectivement ils ont promu des règles dont la finalité est d améliorer la mise en œuvre de l aide C est le cas de la Déclaration signée à Stockholm le 17 juin 2003 sur les principes et bonnes pratiques de l aide humanitaire Ce document rappelle les objectifs de l action humanitaire et fixe les principes de sa mise en œuvre Des initiatives semblables sont développées dans d autres régions du monde pour affiner les résultats de l engagement aux côtés des communautés affectées par une crise En Afrique par exemple on retiendra la Convention de l OUA sur les réfugiés de 1969 Elle assigne aux Etats des responsabilités dans la protection et l amélioration du sort des réfugiés Récemment encore la conférence parlementaire régionale tenue à Cotonou au Bénin en 2004 a rappelé les efforts considérables qui restent à faire pour une bonne prise en charge des réfugiés Elle s achève par la Déclaration de Cotonou et l adoption d un plan d action commun aux Etats De même l UA a adopté la convention de Kampala sur la protection et l assistance aux personnes déplacées internes en octobre 2009 Au delà de l instrument juridique contraignant qu elle représente son contenu établit des standards pour la prévention des déplacements forcés et leur gestion en période de crise Ailleurs sur d autres continents les Etats s impliquent dans la règlementation de l action humanitaire pour se conformer au mouvement général initié depuis la seconde moitié du XXème siècle Malheureusement comme toute révolution profonde ou progrès brutal ce mouvement charrie dans son sillage des résidus pernicieux qui risquent de le déstabiliser à long terme Les risques d étiolement de l esprit humanitaire Si toute l évolution normative mentionnée ci dessus se matérialise dans les faits à travers des projets concrets distribution alimentaire construction d écoles et d abris fourniture de soins de santé etc mais aussi une meilleure évaluation des programmes humanitaires avec des données chiffrées une efficacité accrue des acteurs sur le terrain et la possibilité offerte aux bailleurs institutionnels de suivre les résultats atteints les risques qu elle entraine ne sont pas des plus futiles C est tout le cœur de l action humanitaire qui est exposé au délitement La première conséquence dangereuse de la sophistication de l aide humanitaire est l assimilation du bénéficiaire à un client Ceci explique l introduction par exemple des normes ISO de certification dans le monde humanitaire Ces normes à l origine destinée aux activités industrielles s appliquent désormais à l aide humanitaire Les partisans de l approche client se défendent en arguant le souci de garantir un service de qualité et la possibilité pour les bénéficiaires sinon de boycotter du moins critiquer l aide reçue Leur intention est bonne au départ ils ignorent cependant

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-action-humanitaire-menacee-par-l.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Stratégiques Paris spécialité Gestion des affaires humanitaires Diplômé de l Institut des Nations Unies pour la Formation aux Opérations de Paix Genève Suisse Master2 en Science Politique Relations Internationales à l Université Lyon 3 Fonctions Depuis 2011 Chargé de programmes Zone Sahel et Océan Indien Caritas France Siège Paris 2008 2011 Coordonnateur Régional en République Démocratique du Congo Goma et Bukavu Caritas France 2008 Chargé de projets à Bamako Mali Caritas France 2007 2008 Chargé d études au département humanitaire du GSCF Groupe de Secours Catastrophe Français Publications récentes La dyade politico humanitaire Institut des Relations Internationales et Stratégiques de Paris affaires strategiques org Quand la crise financière déteint sur l action humanitaire Magazine GSCF gscf eu du 10 04 2009 Les enfants soldats dans les conflits en Afrique centrale redacinfo fr du 13 02 2009 L impensé du choc des civilisations Journal la Fraternité 14 05 2008 République du Benin N 2481 Ses articles pour Diploweb com L action humanitaire menacée par l inflation normative Géopolitique de l humanitaire Il faut être dans la norme jusque dans l action humanitaire Cela génère des effets contre productifs selon M F Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Merick-Freedy-ALAGBE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • International : l’actualité d'août 2012, synthèse résumée - Transversaux
    l Europe communautaire en vue d avoir une finance plus stable au service d une économie qui peine un retrouver un vrai dynamisme Ce projet qui n a pas encore apporté de réponse à toutes les questions qu il soulève sera dévoilé le 12 septembre 2012 La Russie nouveau membre de l OMC Le 22 août 2012 la Russie est parvenue au terme de négociations particulièrement longues à entrer à l OMC elle le doit à l appui des pays européens La Russie continue sa mue post soviétique et adhère à l un des temple du libéralisme économique Elle était la dernière grande puissance en dehors de ce cénacle commercial Cette nouvelle est célébrée en Russie par les oligarques et grands patrons de pans entier de l économie russe métallurgie L entrée à l OMC devrait jouer le rôle d aiguillon modernisateur amélioration de la productivité accélération de la croissance par la baisse des taxes Ce coup de fouet libéral sera probablement fatal aux entreprises obsolescentes mettra t il pour autant un terme à l opacité de l économie russe où les passe droits sont nombreux et la corruption endémique Peut on encore espérer que les progrès vers davantage de libéralisme économique entraînent ceux vers plus de démocratie politique Rien n est mois sûr la condamnation à 8 ans de camp de Taïssa Ossipova opposante à V Poutine pour trafic de drogue lors d un procès truqué montre une nouvelle fois les limites de la démocratie russe comme la condamnation des Pussy Riots à 2 ans de camp pour avoir fait dans une cathédrale une prière anti Poutine Les Etats Unis entre Barack et Mitt un jeu de balance Barack OBAMA est candidat à sa réélection pour le camp démocrate L enthousiasme suscité par sa candidature il y a 4 ans s est érodé avec l exercice du pouvoir dans un contexte économique particulièrement difficile Son bilan est certes honorable au regard d une situation dégradée mais difficilement convaincant avec un taux de chômage autour de 8 Il peut compter sur le soutien des grands électeurs des Etats du Pacifique du Nord Est Maine Pennsylvanie ou de l Illinois mais le centre des États Unis est davantage séduit par le candidat républicain Mitt ROMMEY a choisi pour colistier le très libéral Paul RYAN celui ci promet des coupes sombres dans le budget de l Etat fédéral et présente l Europe dettes récession système de santé mutualisé comme un anti modèle Le débat sur Medicare couverture sociale dont bénéficient 50 millions de personnes âgées ou handicapées devient central Ce ticket très conservateur relance la candidature de Rommey Le rôle des swing states sera encore primordial Le financement de cette campagne présidentielle au regard des difficultés économiques d un nombre croissant d Américains pose question A la fin du mois de juillet Mitt Rommey disposait de 186 millions de dollars contre 124 pour Barack Obama Le printemps arabe des lendemains qui déchantent La Tunisie épicentre du printemps arabe connaît des heures difficiles

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Point-actualite-internationale.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Dissuasion nucléaire : quelle transparence environnementale (...) - Transversaux
    politiques de dissuasion nucléaire Cependant l équilibre voulu par le Conseil constitutionnel ne se réalise pas de manière aisée Le sénateur Roland Courteau soulignait dans un rapport du 11 janvier 2012 que le programme d essais nucléaires français en Polynésie s est établi sans concertation et en dépit d une information très insuffisante 5 malgré des conséquences environnementales certaines Il conclu son rapport en rappelant également qu il revient au gouvernement français d amplifier ses efforts de dialogue et de concertation afin d éviter les malentendus et les craintes suscitées par les retards dans la communication et le sentiment justifié ou non que le secret défense masquerait des réalités peu avouables souligné par nous 6 On ne saurait oublier que à l occasion d une procédure impliquant la Commission Consultative du Secret de la Défense Nationale l article L 2312 8 du Code de la défense précise que c est l autorité administrative en charge de la classification qui décide en dernier lieu de la déclassification ou non d un document soumis au secret défense Le pouvoir discrétionnaire dont dispose l administration en vertu du Code de la défense entre ainsi en conflit avec une obligation de transparence qui se donne précisément pour but d associer la société civile au processus décisionnel Ce conflit nourrit naturellement les soupçons de dissimulation tandis que le régime juridique du secret de la défense nationale favorise les utilisations abusives de la classification Outre ces limites intégrées à l agencement constitutionnel de l exercice du pouvoir souverain la nature exceptionnelle de l arme nucléaire peu de manière exceptionnelle conduire à abaisser sensiblement le niveau des garanties juridiques en particulier en matière environnementale L affaire du Rainbow Warrior en témoigne II Les limites exceptionnelles à l exigence de transparence en matière de dissuasion nucléaire l affaire du Rainbow Warrior Tout en étant anachronique au vu de la consécration des mécanismes de transparence l affaire du Rainbow Warrior 7 soulève un certain nombre de questions fondamentales qui la rende particulièrement actuelle Elle interroge directement le rôle de la société civile nationale à travers les opinions publiques et internationale avec l association Greenpeace dans l escalade de la crise débouchant sur l opération clandestine menée par les services secrets français La reprise des essais nucléaires français à Mururoa était particulièrement mal vue par l opinion publique de la Nouvelle Zélande La France a à cet égard rappelé les interventions de certaines autorités néo zélandaises dans les affaires intérieures françaises spécialement en ce qui concerne les essais nucléaires à Mururoa 8 Cette hostilité s est notamment manifestée par un certain nombre de campagnes de dénigrement de la France mais également sur le plan juridique par un soutien très appuyé de la part du gouvernement néo zélandais au traité de Rarotonga créant une zone dénucléarisée dans le Pacifique Pour sa part l association Greenpeace en guise de protestation contre la tenue de ces essais naviguait fréquemment dans la zone interdite à la navigation qui entourait directement le site d expérimentation

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Dissuasion-nucleaire-quelle.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La pensée d’Alfred Sauvy pour répondre aux défis - Transversaux
    parfaits si l homme n existait pas Sans délaisser l économie l importance qu il donne à l action des hommes en faveur du bien commun le conduit à approfondir les questions démographiques alors que la science de la population est encore en 1945 une science sauvage sans maître ni élèves cultivée seulement par des amateurs dans le meilleur sens du terme ou bien abordée occasionnellement sous l un de ses aspects par des économistes des statisticiens des ethnographes 1 Et Alfred Sauvy devient le maître de la démographie ce que reconnaît le Collège de France en l accueillant en 1959 avec une chaire intitulée Démographie sociale C est la première fois que cet intitulé entre dans cette prestigieuse institution française Témoin des prouesses de la médecine moderne découvrant combien une approche scientifique objective permet de comprendre la réalité et d éclairer la décision il se fixe comme mission d informer les hommes ne supportant pas le nombre de décisions politiques reposant sur une ignorance à la fois bien portée et plus poussée que celle des médecins de Molière 2 Il privilégie une méthode en quatre temps Le premier est la phase de collecte des données Le second est le diagnostic permettant d identifier les problèmes Le troisième temps consiste à établir des pronostics ou des perspectives conditionnelles pour nourrir la réflexion éclairer l action Enfin quatrième et dernier temps le but final est d éclairer l action L expert homme d action n est nullement un technocrate D une part il considère que sa mission est d informer les hommes politiques quels qu ils soient avec des analyses fondées sur une exacte connaissance des faits D autre part Alfred Sauvy entreprend une large œuvre de vulgarisation car il faut également donner des clés de lecture à tous les citoyens Dans ce dessein il publie de nombreux livres et donne de multiples chroniques dans les périodiques les plus divers Le Nouvel Observateur L Expansion Ouest France La Nouvelle République du Centre Ouest Géo Alfred Sauvy prend appui sur sa méthode et sur une approche pluridisciplinaire économie démographie sociologie et histoire de l homme en collectivité pour pourchasser le malthusianisme sous toutes ses formes Il démontre l inanité des raisonnements simplistes relatifs aux relations supposées entre le progrès technique et le chômage au problème des retraites à l immigration Sa Théorie générale de la population est émaillée de commentaires quant aux erreurs manifestes qu il décèle dans les comportements des hommes des groupes sociaux et du personnel politique En matière de retraite il déplore à de nombreuses reprises notamment dans les années 1970 l inculture démographique de ses contemporains qui négligeant les enseignements de l étude attentive de la pyramide des âges proposent des projets naïfs On ne gagne pas une guerre économique en ne pensant qu à adoucir le sort des citoyens et en se donnant pour objectif d assurer à tout le monde une retraite paisible à un âge aussi bas que possible Plaçant le souci de l emploi

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-pensee-d-Alfred-Sauvy-pour.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géopolitique de la puissance - Transversaux
    ne suffira pas à l annihiler et elle est elle même limitée par le risque de réciprocité Ainsi il n y a plus de forts absolus ni de faibles totalement désarmés La puissance militaire pour importante qu elle demeure est devenue relative Puissance économique Il existe d autres formes de puissance en particulier la puissance économique Elle s exerce entre des entreprises l une d entre elles pouvant contraindre une autre à l acceptation de ses conditions voire la mener à sa satellisation ou même à sa disparition C est ici peut être que la puissance demeure la plus déterminante Mais les réglementations nationales ou internationales tendent à en restreindre la portée Entre des États la puissance économique peut créer des situations de dépendance ou bien être à la base d une politique de sanctions Mais ces dernières sont rarement efficaces en ce qu elles atteignent davantage les populations que leurs dirigeants Avec la mondialisation et les interdépendances qu elle engendre tous les pays voient leur puissance limitée et leur vulnérabilité accrue par le fait d autrui Aussi la croissance renaissante aux États Unis peut elle être compromise par la persistance de la crise en Europe tandis que la Chine n échappe pas entièrement à la situation dans le reste du monde La puissance économique est elle même devenue également relative Puissance culturelle Avec la puissance culturelle on touche à des éléments incorporels de la puissance D aucuns en déduiront qu il s agit davantage d influence que de puissance véritable La culture selon eux peut contribuer à créer un contexte favorable à l exercice de sa volonté mais pas à l imposer D autre part elle ne permet pas de se protéger d un monde de plus en plus sans ordre et d une manière générale de la montée des périls Mais l influence par la culture est ici entendue comme un simple pouvoir moral Il est sans doute possible en termes de puissances d entendre la culture comme faisant partie d un ensemble plus vaste et diversifié Une combinaison de puissances Aucune forme de puissance ne paraît à elle seule susceptible d imposer une volonté ou de garantir la sécurité Cela tient à la complexité accrue des affaires dans la multiplication des acteurs et des facteurs à la pluralité des places et des rôles de chacun dans un nouveau décor international en gestation au foisonnement des interdépendances Mais on peut se demander dans quelle mesure une combinaison de toutes les formes possibles de puissance ne pourrait pas pallier l insuffisance de chacune d entre elles L idée s est même faite jour de renforcer une telle combinaison en l étendant à un ensemble d autres éléments que ceux de la puissance traditionnelle afin de mieux correspondre à un monde complexe et multiforme Cet ensemble constitué de ce qu on a appelé le soft power pouvoir sans la force pouvoir d attraction pouvoir sur les esprits comprend notamment outre la culture des valeurs l image l information la formation

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-puissance-n-est-plus-ce-qu-elle.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •