archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Géopolitique : sources et bibliographie indicative - Transversaux
    XXIe siècle Paris 2008 Géo Gallimard 336 pages dont 207 de cartes et illustrations diverses photos schémas explicatifs cartes en 3D Dans la même catégorie d un format plus maniable et avec davantage de photos satellites mais avec les grands pays éclatés en plusieurs cartes séparées l Atlas du monde Cartes Photos satellites 2010 Sélection du Reader s Digest 485 p pour des cartes plus détaillées il est nécessaire de recourir à celles publiées en feuilles par l Institut Géographique National surtout pour la France et les D O M T O M par Michelin parfois utile pour l Europe cf Yougoslavie et surtout les excellentes World Travel Maps de l éditeur britannique Bartholomew ainsi que les International Travel Maps de l éditeur canadien ITMB ou les Nelles Maps de l éditeur allemand Nelles Verlag Toute carte fait l objet de mises à jour plus ou moins régulières il convient donc de noter la date de celle s que l on utilise En fonction du degré de précision des informations recherchées il peut être instructif de comparer les différentes éditions ou de consulter une édition en particulier Pour consulter l ensemble de la bibliographie 30 pages cliquer sur le fichier pdf ci après Bibliographie géopolitique Copyright Novembre 2011 Gourdin Plus Patrice Gourdin Géopolitiques manuel pratique préface d Yves Lacoste Paris Choiseul 2010 736 pages 35 euros ISBN 978 2 36159 000 0 Présentation du livre par l éditeur Le XXIe siècle marque le retour brutal de la géopolitique sur le devant de la scène À l heure du basculement des rapports de forces entre puissances de la multiplication des crises et des conflits il manquait un ouvrage qui donne de véritables outils d évaluation et de compréhension Ce manuel pratique d analyse géopolitique réalisé par un expert reconnu des relations

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Geopolitique-sources-et.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Pierre Hassner s'interroge sur la puissance et la guerre - Transversaux
    de forces spéciales y compris sur le territoire du Pakistan Mais au sein de ce pays allié l anti américanisme et l islamisme fondamentaliste montent vertigineusement et sont nourris par ces attaques et leurs dégâts collatéraux Et en dépit des communiqués officiels la corruption et l inefficacité des autorités ne donnent pas de véritables signes de diminution en Afghanistan même Les soldats français meurent en essayant de protéger et d éduquer des populations que la France comme ses alliés semble condamnée à abandonner un jour assez prochain Mais naturellement il faut préparer la sortie de cette aventure malheureuse et surtout ne pas perdre de vue que le vrai problème stratégique est celui du Pakistan détenteur de l arme atomique et ennemi potentiel de l Inde La France et l Europe doivent peser de tout leur poids notamment politique et économique pour une solution régionale comprenant l Afghanistan et le Pakistan mais aussi l Inde et l Iran L expérience libyenne est à bien des égards plus prometteuse Elle a témoigné d un esprit d initiative européen et avant tout français et d une modestie réaliste américaine qu on ne peut que saluer Européens et Américains ont unanimement renoncé à la présence en tout cas officielle de troupes au sol et à une occupation permettant de prendre en main l administration du pays Ils ont peut être jeté les bases dans l urgence et chacun pour ses propres raisons de ce rééquilibrage de l Alliance atlantique si souhaitable et si peu réalisé jusqu ici En même temps les mais ne manquaient pas Il semble bien que comme pour le Kosovo ce qui devait durer quelques jours ait duré quelques mois et n ait été obtenu fort heureusement qu en ne se tenant pas à la lettre de la résolution onusienne mais en aidant activement les rebelles par les fournitures d armes l entraînement et la coordination stratégiques et par les bombardements visant clairement le renversement de Kadhafi La légitimation ambiguë par l ONU a été obtenue grâce à l abstention de la Chine et de la Russie qui ont critiqué tout ce qui allait au delà de la zone de non survol et dont des officiels déclarent qu il s agit d une tentative impérialiste de reprise en main de l Afrique et d extension de l Otan vers le Sud Naturellement aussi le problème classique du lendemain se posera en cas de guerre civile prolongée de persécution déjà engagée d immigrés d Afrique noire accusés d être des mercenaires de Kadhafi et méritant autant d être protégés que les vainqueurs hier persécutés De surcroît une présence politique et économique franco britannique triomphale dans la Libye de demain sans parler d une force de stabilisation otanienne ou même onusienne peuvent être souhaitables mais risquent d endurcir tous les pays émergents dans leur méfiance actuelle Autant il est certain que l impossibilité d intervenir partout et de protéger tous les opprimés ne dispense ou n interdit pas de le faire là où on le peut autant la justification juridique et universaliste au nom d une communauté internationale mythique est tout de même gênante quand des cas au moins aussi criants comme la Syrie sont bloqués par le veto des uns et la fatigue ou les intérêts des autres À tout le moins faut il en tirer la leçon que l ONU ne résout pas tout et que d autre part une véritable communauté internationale reste à construire patiemment dans un monde où l Occident ne peut plus prétendre à la représenter à lui seul et où ses nouveaux partenaires concurrents n ont pas la même conception de l ordre international Enfin et peut être surtout les leçons à tirer pour la stratégie française et européenne concernent l Otan et l UE L Otan a finalement fonctionné en Libye comme organisation technique Mais comme les caveat de la plupart des Européens en dehors de la France et du Royaume Uni en Afghanistan l inégalité de participation une minorité de membres de l Otan et de l Union européenne l abstention de l Allemagne et de la Pologne parmi les membres de cette dernière et de la Turquie parmi ceux de la première et surtout l action contradictoire et velléitaire de certains ont exaspéré plusieurs responsables qui l ont exprimé publiquement Le soutien américain indispensable au début et apparemment à la fin a fait défaut de manière inattendue à certains moments importants de l opération et cela a révélé les difficultés techniques rencontrées par les seules puissances européennes actives militairement à assurer l ensemble des tâches devant un adversaire malgré tout relativement modeste Ce qui est sûr c est que la réflexion du nouveau concept de l Otan n a pas atteint ses objectifs et qu au contraire sa direction celle de la mondialisation n est ni souhaitable ni réaliste Le principe est excellent selon lequel l Alliance doit manifester sa solidarité au moins symbolique partout où l un de ses membres est concerné mais aussi que ce sont ceux dont les intérêts et la proximité géographique historique et culturelle sont les plus forts par rapport au conflit en question qui aient l initiative de la stratégie à adopter et que les États Unis ne soient pas forcément aux commandes partout Mais pour l appliquer il faut toute une éducation et des efforts techniques diplomatiques et financiers qui restent à faire pour transformer l essai Quant à l Europe l effort commun intellectuel et pratique en matière de défense est encore plus difficile à organiser L affaire libyenne montre combien on est loin du compte mais confirme l espoir que suscite l accord franco britannique À la France qui se trouve dans une position centrale par ses deux dialogues sur le plan stratégique avec le Royaume Uni et sur le plan économique avec l Allemagne d orienter autant que possible ce double dialogue dans un sens qui soit bénéfique à l organisation de l Europe tout entière Sinon l Union européenne et l Otan

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Guerre-strategie-puissance.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • sa formation à l université de Chicago puis à Sciences Po En 1959 il devient chercheur au CERI puis Directeur de recherche émérite il est actuellement chercheur associé De 1964 à 2003 il enseigne les relations internationales à Sciences Po et à la Johns Hopkins University à Bologne Professeur invité aux universités de Chicago 1998 et Harvard 2000 à l Institut des Hautes études internationales à Genève 2004 2005 à l université du Québec à Montréal 2007 à Claremont Mckenna College en Californie 2009 Pierre Hassner est également membre du comité de rédaction de la revue Survival Lauréat du prix Alexis de Tocqueville en 2003 membre de l Académie Américaine des Arts et des Sciences Pierre Hassner devient Docteur honoris causa de l UQAM en 2008 Spécialiste des relations internationales et des problèmes géopolitiques ses recherches portent l empreinte et l éclairage de sa formation de philosophe Enseignements Claremont Mckenna Collège Podlich lectures rediscorvering the passions on international relations History philososphy and the contemporary world Recherches en cours Evolution des doctrines de politiques étrangères américaines et soviétiques Intervention militaire conditions et obstacles Association avec le CERI Rôle des passions dans les relations internationales Ses articles pour Diploweb com Guerre stratégie

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Pierre-HASSNER_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • "La fabrication de l’ennemi, ou comment tuer avec sa conscience (...) - Transversaux
    guerre de 1914 1918 est à cet égard exemplaire on démonise l Autre C est évidemment plus facile encore lorsqu il y a une différence raciale A cet égard les propagandes américaines et japonaises durant la guerre du Pacifique sont toutes deux d un racisme exemplaire La typologie de l ennemi est particulièrement intéressante dans le cas des guerres civiles ces conflits particulièrement cruels du Même au Même D autres catégories sont décrites avec brio comme celle de l ennemi caché qui a une longue tradition fondée sur le complot comme explication de l histoire Cette perception continue notamment en Orient à avoir nombre d adeptes Encore que dans des pays qui ne comptent guère d analphabètes les accusations portées contre les empires ou les axes du mal ont pu encore récemment rencontrer une adhésion notable et qu il était couteux de les réfuter aux États Unis pays hautement démocratique Pierre Conesa sait de quoi il parle Il manie dans ce livre un gros matériau politique sur plusieurs continents Il a été l un des directeurs de la Délégation des Affaires Stratégiques DAS du ministère de la Défense dont il a pu mesurer les pesanteurs avant de devenir le directeur général de la Compagnie Européenne d Intelligence Stratégique En matière d analyse des ruses de perversion de masse il n en est pas à son premier essai 1 Avec La fabrication de l ennemi Pierre Conesa donne un très salutaire ouvrage critique qui devrait rencontrer un large écho à condition qu on ait envie de l entendre Le prêt à penser politique contemporain trouve ici un miroir sans complaisance Copyright Novembre 2011 Chaliand Diploweb com Faire et publier une traduction de cet article du Diploweb A titre exceptionnel la publication d une traduction de certains textes publiés sur le site Diploweb com peut être autorisée à quatre conditions Respecter l intégrité du texte et mentionner les coordonnées bibliographiques de la version d origine en français avec son URL Faire traduire par un professionnel agréé vers sa langue maternelle Demander et obtenir une autorisation écrite du Directeur du diploweb com Pierre Verluise via diploweb hotmail fr Préciser à ce moment les preuves de la compétence du traducteur et les signes de la respectabilité du support de publication choisie site revue éditeur Adresser un exemplaire justificatif de la traduction sous word et en pdf Toute traduction ne respectant pas ces quatre conditions est rigoureusement interdite et fera l objet de poursuites devant les tribunaux de Paris Plus Pierre Conesa La fabrication de l ennemi ou comment tuer avec sa conscience pour soi Préface de Michel Wieviorka Robert Laffont 2011 Présentation par l éditeur Comment les hommes en viennent ils à se massacrer légalement Nous allons vous rendre le pire des services nous allons vous priver d ennemi avait prédit en 1989 Alexandre Arbatov conseiller diplomatique de Mikhaïl Gorbatchev L ennemi soviétique avait toutes les qualités d un bon ennemi solide constant cohérent Sa disparition a en effet entamé la cohésion de l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-fabrication-de-l-ennemi-ou.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géographie des conflits. Les lieux de mémoire dans la ville en (...) - Transversaux
    la ville Les lieux de mémoire comme pôles structurant un quartier territoire l inscription spatiale de la guerre dans la ville Cette utilisation belligène de la mémoire et de ses lieux dans la ville en guerre doit être interprétée comme un élément de déstabilisation qui s oppose aux processus de ré conciliation et de pacification des territoires La dimension symbolique des lieux n est pas anodine dans la mesure où elle inscrit dans les paysages des messages sur l habiter c est à dire sur la manière dont les habitants ordinaires peuvent occuper l espace dans l immédiat après guerre La multiplication de lieux d une mémoire excluante dispersés dans les villes participe alors d une géographie de la peur produite par les combats qui imposent aux habitants de choisir un camp et inscrite durablement dans l après guerre par ces marqueurs spatiaux de la haine de l Autre C est dans cette perspective qu on entend les lieux du mémoricide qu il s agisse des ruines de la mémoire collective ou de la construction de lieux excluants comme des pôles structurant un quartier territoire dans lequel l Autre est considéré comme un indésirable voire un ennemi On utilise le quartier territoire pour décrire la territorialisation par la violence des acteurs de la guerre qui s approprient un quartier qu ils bornent par des marqueurs spatiaux et auxquels ils attribuent une identité excluante en rejet de l Autre que cette différenciation se construise sur des critères identitaires tels que la religion l ethnie la langue politiques idéologiques ou même sociaux L expression traduit à la fois l appropriation et l appartenance des quartiers par un groupe spécifique pour lequel l Autre devient à la fois un indésirable c est à dire qu il n a pas le droit de vivre dans ce quartier où il est un intrus un étranger et un ennemi dans la mesure où sa présence est perçue comme menaçante pour la sécurité et pour l identité du quartier Cette territorialisation par la violence à l échelle des territoires du quotidien produit des fragmentations urbaines dans la guerre par la géographie de la violence et dans l immédiat après guerre par la géographie de la peur par la violence réelle perçue et ou crainte la ville n est plus structurée selon des ségrégations sociospatiales mais se fragmente se décompose en tant que territoire commun à l ensemble des habitants pour se morceler en de multiples territoires le quartier fait ville c est à dire que la guerre s ancre dans les pratiques spatiales les habitants évitant de traverser le quartier de l Autre préférant des trajectoires contournant ce territoire du danger que cette dangerosité soit perçue ou réelle et dans l habiter la géographie de la peur produit des mobilités résidentielles qui renforce le processus d homogénéisation par le choix de l entre soi communautaire à l échelle du quartier Cette fragmentation de la ville par la guerre que ce soit pendant le temps des combats ou dans celui de l immédiat après guerre où le vécu des combats continue de produire des spatialités spécifiques à la guerre tant la peur s est ancrée dans l imaginaire des habitants tend à détruire la ville pour ne laisser place qu à des quartiers villes Selon les cas de villes en guerre ce processus n est pas toujours totalement abouti on utilise donc l expression de quartiers territoires pour décrire ces territoires produits par le processus de fragmentations urbaines par la guerre en tant que réalité combats et imaginaire peur Dans cette perspective l existence de quartiers territoires menace le processus de pacification et de ré conciliation dans l immédiat après guerre puisque ces quartiers se construisent comme des fiefs politiques pour les acteurs tenant des discours géonationalistes s appuyant sur le repli identitaire et la peur de l Autre L emplacement de ces lieux de mémoire n est pas anodin et encore moins innocent c est à dire qu il est pensé géographiquement pour produire une appropriation et une appartenance identitaires à l échelle du quartier qui se construit selon la dichotomie endogroupe exogroupe nous vs eux Ces lieux de mémoire s intègrent dans un dispositif spatial plus complexe le quartier territoire dans lequel chaque élément spatial est mis en scène pour signifier à l Autre son caractère indésirable et matérialiser ce rejet dans le paysage afin de renforcer la géographie de la peur Le géographe Michael F Davie 10 a ainsi analysé les affiches politiques dans Beyrouth en guerre comme des marqueurs idéologiques permettant à la fois de borner le territoire milicien et de donner à voir la bonne conduite politique que devaient adopter les habitants à l intérieur de ce quartier territoire Les lieux de mémoire s insèrent dans cette mise en spectacle de l impossible vivre ensemble par les acteurs de la guerre tout autant que les affiches politiques les tags graffitis les murs de séparation L ensemble de ces marqueurs spatiaux sont pensés conjointement pour faire de la ville une scène de théâtre où chaque élément spatial est donné à voir aux habitants ordinaires comme le symbole du bienfondé du vivre séparé Il s agit pour les acteurs de la guerre à la fois de produire un urbanisme en guerre c est à dire d inscrire dans le visible les traces de la guerre et de répondre à l urbanisme de paix proposé par les acteurs de la pacification Certains de ces lieux de mémoire de la haine sont construits ou certaines ruines de la mémoire collective sont maintenues dans des emplacements qui leur permettent de matérialiser une frontière entre le quartier territoire et le dehors c est à dire le reste de la ville qui n est plus considérée par les acteurs du géonationalisme comme la ville mais comme une ville de l Autre Les lieux d une mémoire excluante participent dès lors à un marquage bornage c est à dire qu ils deviennent des lieux symboliques des limites du quartier ville dans

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Geographie-des-conflits-Les-lieux.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • dans Sports violences et racisme en Europe Actes sur CD du colloque éponyme Conseil de l Europe 2007 Intervenir en zone urbaine étude comparative de Mitrovica et Beyrouth dans Penser les conflits contemporains état des lieux et perspectives Les Documents du C2SD Actes de la journée d études du 23 octobre 2007 pp 17 68 Les missions de l armée française dans les Balkans le bilan dans Frédéric Charillon dir 2007 La défense française Réflexions sociales et politiques Les Documents du C2SD n 91 pp 137 156 Faire la paix dans les villes Le mensuel de l Université n 23 2008 Du jeu des sept erreurs du quartier Petite Bosnie Les recompositions spatiales dans la ville de Mitrovica Kosovo EspacesTemps net rubrique Mensuelles La photo du mois 8 juin 2009 Questionnements géographiques sur les monuments aux morts Les Cafés géographiques rubrique Vox geographi 21 novembre 2009 Des ponts entre les hommes Les paradoxes de géosymboles dans les villes en guerre Les Cafés géographiques rubrique Vox geographi 12 décembre 2009 Les espaces de la mort à Mitrovica Kosovo des géosymboles de la lutte identitaire Cahier ADES n 5 mars 2010 pp 105 115 Bagdad une ville en guerre Entretien réalisé par Sylvain Kahn Globe France Culture 30 juin 2010 Les paysages urbains en guerre géosymboles territorialités et représentations dans Nicolás Ortega Cantero Jacobo García Álvarez y Manuel Mollá Ruiz Gómez dir Lenguajes y visiones del paisaje y del territorio Langages et visions du paysage et du territoire UAM Ediciones Madrid août 2010 pp 187 199 Carte postale d un habitat sur cour Abidjan Les Cafés géographiques rubrique Cartes postales du monde 23 juin 2010 Villes et citadins dans les guerres du XXème siècle Vivre la ville Actes des Premières Rencontres d histoire critique des 27 28 novembre 2009 Cahiers d histoire

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Benedicte-TRATNJEK_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Métier : diplomate - Transversaux
    et de l impact de la diplomatie multilatérale au détriment de la diplomatie bilatérale De nos jours il est impossible de traiter un problème dit bilatéral sans tenir compte du contexte plus large régional ou international Puisque tous les pays font partie d un ou plusieurs réseaux de coopération il est peu probable qu on puisse apprécier à leur juste valeur les relations d un pays donné avec par exemple la France exclusivement sous l angle des relations bilatérales sans la prise en considération de l appartenance de Paris à l Union européenne et à l OTAN de son statut de puissance nucléaire de sa présence permanente au sein du Conseil de Sécurité de l ONU de l évolution de ses rapports avec l Allemagne lesquels à mon avis devraient servir de modèle à suivre pour l Europe centrale de sa situation dans le bassin méditerranéen et de ses relations spéciales avec l Afrique sans parler du fait que des organisations et instances internationales telles que l UNESCO l OCDE le Conseil de l Europe et le Parlement européen ont leur siège en France L art de la communication Lors de consultations ou de négociations le diplomate doit être en mesure de présenter sa position de manière succincte mettant l accent sur l essentiel de son message Il importe que ses phrases aient un début et une fin et que son interlocuteur sache quand il peut l interrompre pour reprendre à son compte le fil de la conversation On ne saurait donc assommer de discours sans fin la personne qui se trouve de l autre côté de la table Il faut lui donner l occasion et le temps nécessaire pour qu il se fasse entendre J ai été témoin de conversations où j ai ressenti un malaise presque physique en voyant le partenaire n ayant pratiquement pas l opportunité de présenter son propre point de vue Quand il s agit de participation à des conférences ou de présence à des séances formelles la présentation d une position de manière appropriée acquiert une importance encore plus grande S il s agit de discours préparés à l avance il est indispensable de les bien présenter plus simplement de les bien lire Si l on prend la parole sans texte rédigé à l avance il faut posséder un certain talent d improvisation pouvoir parler de façon cohérente et compréhensible L articulation adéquate la manière de présenter son point de vue sont des conditions sine qua non pour tout diplomate Etre fonctionnaire d un ministère des Affaires étrangères ne signifie pas automatiquement être bon orateur Certains collègues sont incapables de retenir l attention du public Si on parle avec précipitation si on est à peine audible si on met l accent dans une phrase au mauvais endroit si on ne fait pas de pause à des endroits requis si on se concentre davantage sur la lecture du texte plutôt que sur son contenu bref tout cela est susceptible de ruiner et de saper les meilleures des prises de positions Le contraire peut également se produire un contenu mal rédigé un message peu sympathique mais qui présenté dans un emballage séduisant et attrayant arrive à capter l attention jusqu à la fin du discours y compris de ceux qui ne sont pas d accord Notons d ailleurs que ce fait n est pas du tout le privilège des fonctionnaires des services extérieurs mais touche les plus hauts échelons de l Etat Ainsi il m est arrivé de suivre lors de forums internationaux des discours prononcés par des orateurs de très haut rang dont les points de vue coïncidaient avec les miens et pourtant j ai failli m endormir A l inverse j ai assisté à des exposés présentés par des responsables politiques de certains pays dont la teneur m était inacceptable et dont je ne partageais pas l analyse Et pourtant il m était impossible de ne pas suivre tout ouïe l orateur et de noter la manière magistrale avec laquelle il savait capter l attention de l audience Inutile de rappeler que ce n est pas la première fois que cela arrive dans l histoire de l humanité Pour être en mesure de faire des exposés de toutes sortes de négocier en séances formelles ou à huis clos il va de soi que les responsables politiques et les diplomates doivent disposer de connaissances linguistiques adéquates d un vocabulaire approprié pour pouvoir transmettre leur message de la manière la plus efficace Quant à l art de la transmission des messages politiques ou diplomatiques il faut noter qu il y a des personnes talentueuses de grande qualité ayant d excellentes idées mais si en raison d une faible connaissance de langues étrangères ou des défauts dans la présentation elles ne sont pas en mesure de faire cette transmission convenablement vers leurs interlocuteurs cette richesse intellectuelle se perd et ne sera qu un potentiel non exploité A ce propos tout en reconnaissant que de nos jours la langue anglaise est devenue et pour plusieurs raisons le premier véhicule linguistique de la communication internationale n oublions pas que le monde est un lieu de diversité extraordinaire de langues et que dans les instances internationales il subsiste plusieurs langues qui continuent à garder leur importance Pour ce qui est de l Union européenne le français à côté de l anglais reste un outil de travail et de communication indispensable Liens avec la société civile J ouvre ici une parenthèse pour indiquer qu au delà de la communauté diplomatique réunie au sein d une organisation régionale ou multilatérale ou bien accréditée sur une base bilatérale dans un pays donné la société civile les différentes organisations locales représentent un terrain de choix pour faire connaître au public son pays son histoire sa culture sa langue sa vision du monde Sans aucun doute il importe de faire usage de cette possibilité offerte de se faire connaitre auprès de ces organisations de la société civile et de répondre positivement car les diplomates sont très souvent sollicités aux requêtes visant à les rencontrer à donner des conférences et à participer à des tables rondes organisées C est un moyen extraordinaire de bâtir des ponts solides entre les peuples de différents pays Le diplomate doit tenir présent à l esprit que la société civile au delà des organisations locales représente un réseau mondial et que ses composantes les ONG les syndicats le monde scientifique les médias les institutions religieuses le monde des affaires peuvent être une courroie de transmission de valeurs vers l opinion publique pour lui faire comprendre que la diplomatie n est pas une occupation extraterrestre mais qu elle est susceptible d influencer sa qualité de vie et de forger un meilleur avenir J imagine que si ces respectables messieurs des traités de paix du précédent début de siècle habillés de noir et en haut de forme avec leurs monocles et leurs cigares se retrouvaient soudain dans notre monde d aujourd hui ils seraient sidérés de voir le contexte du travail des diplomates et de constater la longue liste de problèmes de toute nature auxquels font face leurs successeurs D après la célèbre chanson américaine On the funny side of the street Les jours d un diplomate sont chargés d événements professionnels intéressants qui enrichissent son expérience personnelle Ici je fais allusion à des épisodes franchement curieux et amusants qui font également partie du quotidien de ceux qui s occupent de relations internationales A titre d exemple je me permets d évoquer une note verbale envoyée par courrier dans les années 1990 par la mission du Ghana auprès de l ONU à New York au chef de la mission hongroise Le texte s adressait à l ambassadeur de Roumanie et en fin de page le destinataire du courrier a été indiqué comme la mission onusienne de la Lituanie Dans la même veine lorsqu avait eu lieu vers la fin des années 1990 le vote à l Assemblée générale sur la candidature de la Slovénie au Conseil de Sécurité le résultat du scrutin présenté oralement révélait qu au delà de la Slovénie dont la candidature avait été entérinée par une grande majorité des Etats membres de l organisation internationale trois ou quatre voix se sont portées sur la Slovaquie pays qui n était même pas en lice On peut s attendre légitimement à ce que les diplomates connaissent plus ou moins la carte de notre globe terrestre Et j admets volontiers que sur ce point je réagis en tant que citoyen d Europe centrale qui a du mal à comprendre comment peut on confondre Ljubljana et Bratislava Mais je dois avouer que quand il y a quelques années Kiribati et Tonga avaient été solennellement admis dans les rangs de l ONU les membres de la mission hongroise rassemblés devant la carte du monde affichée au mur ont passé de longues minutes à essayer de localiser au fin fond de la Polynésie l endroit exact de ces deux archipels Soyons donc un peu plus tolérants à l égard des autres le nombre d Etats qui font partie de l ONU s élève en octobre 2011 à 193 représentant véritablement les quatre coins du monde Toujours dans le même esprit d épisodes amusants j attendais un jour un collègue dans un des salons des délégués du bâtiment de l ONU à New York lorsqu un garde onusien dans son uniforme bleu est apparu s est approché de moi et m a demandé si j étais l ambassadeur de la Mongolie Ma première réaction a été de le regarder d un air stupéfait et de lui répondre Est ce que j en ai l air Sur quoi le garde a haussé les épaules et est reparti sans un mot Ce qui indique une fois de plus que même à l intérieur du Quartier Général des Nations Unies il reste pas mal de choses à faire dans le domaine de la connaissance de la géographie et de l anthropologie Parlant d histoire et de géographie de multiples exemples montrent dans des domaines d ailleurs assez inattendus le long chemin qui nous reste à parcourir pour éviter de commettre dans la vie publique de grossières erreurs Les diplomates qui passent leur vie dans un contexte international sont bien placés pour éliminer ou du moins limiter ces erreurs plus que navrantes en les signalant aux responsables En 2000 par exemple un magazine américain de réputation mondiale en publiant la chronologie des événements qui avaient marqué le XXème siècle avait indiqué à côté de la date de 1914 l assassinat à Sarajevo de l archiduc yougoslave sic Ferdinand Un autre exemple les Postes françaises avaient émis à l occasion de l élargissement en 2004 de l Union européenne une très belle planche philatélique commémorative présentant la carte de l Europe où toutes les frontières entre l Allemagne et le Danemark entre l Irlande et la Grande Bretagne ou encore entre l Italie et la Slovénie avaient été soigneusement indiquées En revanche dans le cas de trois des nouveaux entrants à savoir la République Tchèque la Slovaquie et la Hongrie les frontières entre ces pays n y figuraient pas Lors de la présentation solennelle de cette planche devant le corps diplomatique à Paris mes collègues centre européens amusés émettaient en chuchotant l hypothèse que la France s était peut être mise en tête de reconstituer la monarchie des Habsbourg Une période rare dans l histoire de la diplomatie hongroise Comme je l ai indiqué plus haut une de mes expériences diplomatiques les plus mémorables est liée à la réunion de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe autrement dit du processus d Helsinki qui s était tenue à Vienne de 1986 à 1989 Or dans la seconde moitié des années 1980 une évolution intéressante s était mise en place dans la partie orientale du Vieux Continent La nouvelle manière de penser lancée par M Gorbatchev à partir de 1985 avait commencé lentement prudemment mais sûrement à avoir des effets sur le comportement de la délégation soviétique participant à la réunion dans la capitale autrichienne La Hongrie selon le traditionnel triangle de la CSCE occidentaux ceux de l Est neutres et non alignés appartenait au groupe des pays de l Est et prenait part régulièrement aux réunions de coordination socialistes Cependant il nous était de plus en plus difficile de participer à la formulation de positions communes au sein du groupe A l époque déjà la diplomatie hongroise était beaucoup plus ouverte que celle de nos alliés Comme ce fut le cas lors des précédentes réunions du processus d Helsinki c était avec nos collègues polonais que nous avions su trouver le plus aisément un langage commun Par contre les délégués tchécoslovaques roumains bulgares et d Allemagne de l Est s étaient avérés difficiles à traiter Il faut dire qu il était psychologiquement assez malaisé et cela représentait pour nous Hongrois une sorte de défi professionnel de dire autour de la table de ces réunions de coordination des choses qui allaient à l encontre des positions prises par les autres délégations de poser continuellement des points d interrogation de trouver des arguments et des prétextes dans le but d atténuer le triomphe de l orthodoxie L attitude et les interventions de la délégation hongroise à la réunion de Vienne étaient de moins en moins influencées par ces soi disant plateformes communes qu il s agisse de questions économiques humanitaires politiques ou militaires Notre délégation s était autorisée à faire des observations qui se distinguaient spectaculairement des positions adoptées par d autres pays membres du Traité de Varsovie C est ainsi que nous avions non seulement appuyé publiquement une proposition concernant les minorités nationales présentée par le Canada les Etats Unis et d autres pays occidentaux mais horribile dictu nous nous y étions joints en tant que co auteurs Dans nos interventions sur ce sujet nous avions souligné que la question des minorités ne cessait pas d exister parce que certains refusaient d en parler Le traitement de cette question incombe aux pays où vivent ces minorités et la mise en oeuvre des droits des minorités doit se faire dans le strict respect de l intégrité territoriale des Etats européens disions nous En même temps nous avions ajouté que les Etats qui ont des minorités vivant au delà de leurs frontières ne sauraient être indifférents à la manière dont elles sont traitées dans un autre pays C était encore une première au sens où un gouvernement de l Est critiquait publiquement un autre gouvernement de l Est sur un forum international car il n était point de mystère à qui s adressaient les reproches hongrois La presse occidentale avait abondamment rapporté cet événement et le journal Le Monde avait indiqué que c était la première fois qu un pays du Traité de Varsovie se rangeait derrière une proposition émanant d un pays membre de l OTAN dans une question se rapportant à la corbeille des droits de l homme La Hongrie cavalier seul Ce n était certes pas la seule surprise réservée par les Hongrois à leurs alliés de l époque car tout cela était intimement lié aux processus qui étaient en cours dans notre pays Pour voir à quel point tout ce qui se passait à Vienne incommodait certains participants venus de la partie orientale de l Europe il suffit d indiquer que sur la table des négociations à Vienne figuraient des questions telles que la réunification des familles les mariages mixtes le tourisme les contacts dans les domaines du sport et de la jeunesse la circulation des informations la culture et l éducation la facilitation des voyages privés et professionnels la simplification des procédures d obtention de visas etc Dans les interventions hongroises la manière dont nous avions traité la problématique des contacts humains de la liberté de religion du rôle de la société civile de la réduction des forces conventionnelles etc représentait un écart par rapport aux déclarations sur ces sujets émanant d autres pays de l Est Dans une de nos interventions nous avions mis en exergue l importance de la contribution des organisations et des individus à la promotion du processus d Helsinki Nous avions déclaré qu un système politique ne pouvait être efficace que si les membres de la société en question étaient en mesure de trouver des possibilités appropriées pour exprimer leurs points de vue et intérêts Des individus et des groupes d individus dont ceux qui pensent différemment pouvaient aider à la solution des problèmes qui se posent à leur société et apporter une contribution utile à la réalisation des objectifs de la CSCE Un autre exemple des actions de la Hongrie faisant cavalier seul parmi les pays du bloc de l Est était lié au cas du diplomate suédois Raoul Wallenberg qui dans les années 1940 a sauvé à Budapest des milliers de personnes d origine juive et qui après la libération du pays fut emmené de force en URSS où il a disparu A la réunion de Vienne après des interventions américaine britannique canadienne suédoise et suisse sur le destin de Wallenberg nous avions également pris la parole en exprimant l espoir que puisque les circonstances de sa disparition n avaient pas été entièrement élucidées les grands changements qui étaient en cours en Union soviétique allaient permettre de répondre à cette question définitivement et de manière satisfaisante Dans un livre publié à New York intitulé Le mystère Wallenberg on lit que C était la première fois qu un ambassadeur d un régime communiste appartenant au Traité de Varsovie avait eu le courage de lancer à Moscou un défi dans un forum publique plénière européen Honnêtement je me sentais très à l aise de pouvoir parler à Vienne avec une tonalité et une substance si différentes des autres acteurs venus de notre région d Europe A cette époque nous avions la forte impression que les pays occidentaux suivaient nos prises de position et observations officielles ou informelles avec une attention accrue Ce

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Metier-diplomate.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Lutte contre la corruption internationale : comment faire (...) - Transversaux
    Tertio se doter de codes d éthique ou autres chartes de prévention et recruter des déontologues à la pelle qui ont joué aux Rotariens avec les trois questions bien connues Est ce légal Est ce équitable Serai je fier de cette action Le tout pour distiller le nouveau message Bribe and you are out Il eut été sans doute plus sage de revenir à la grande question stoïcienne de Platon qu est ce qui dépend de nous et qu est ce qui n en dépend pas Enfin quarto pour certaines sociétés le choix stratégique d éviter dorénavant certains pays considérés comme trop corrompus ce fut le cas dans le BTP pour la société SPIE pourtant connue pour ses anciennes largesses qui sous la présidence de Jean Monville a délibérément opté pour l évitement Il faut dire aussi qu un environnement d affaires par trop bureaucratique et donc propice à la corruption pousse à la joint venture où le partenaire local est le problem solver alors que les grandes multinationales en particulier celles de technologies avancées préfèrent de loin créer des filiales à 100 Du développement comme processus de longue durée Deuxième série de commentaires il ne faut pas surestimer ce que peut faire la justice des pays corrupteurs ne serait ce que parce que la corruption implique par construction deux acteurs le corrupteur et le corrompu Or si on se place sous l angle des pays jugés corrompus je crois sincèrement qu on commet de graves erreurs de diagnostics Au risque de paraître provocateur je vous dirai qu un environnement corrompu n est pas une anomalie sociologique mais un stade dans le développement des systèmes politiques Sur ce point il est étrange que nous puissions sans problème qualifier dans l ordre économique certains pays d Europe de l Est après l implosion du bloc soviétique d économies en transition mais que dans l ordre politique qualifier certains pays d Asie centrale ou d Afrique comme des sociétés en transition ou en devenir passe pour un jugement politiquement incorrect voire raciste Nous entretenons une mémoire collective particulièrement courte peut être parce qu il n y a pas lieu d en être fier au regard des critères actuels de la bonne gouvernance Pourtant historiquement constatons que la première forme de pouvoir sinon le penchant de l homme originel c est la prédation Une fois sorti du stade de l anarchie par la force l homme de pouvoir chef de clan ou de bande pratiqua la confiscation notamment d une partie des récoltes paysannes et organisa sa répartition à ses protégés la prédation est forcément collective Ce fut le pré Moyen Age français mais c est aussi les systèmes plus récents des gangs ou des mafias voire de nombreux aspects du système plus sophistiqué de l économie de rente En tout cas ce n est que plus tard beaucoup plus tard que les détenteurs du pouvoir ou les gangs comprennent que le système ne fonctionne pas de façon optimale et que la bienveillance de l Etat Providence est plus satisfaisante en terme de légitimité et de popularité que le système de prédation initial Dès lors l extorsion devient l impôt les détenteurs du pouvoir deviennent chefs d Etat de moins en moins autoritaires et de plus en plus démocratiquement élus et les chefs de gangs peuvent alors se muer en oligarques crony capitalism avant qu ils ne deviennent à terme des capitalistes présentables Evacuer la dimension historique du phénomène de la corruption c est oublier l histoire de l humanité c est nier comment la France s est construite comment s est déroulée la conquête de l Ouest aux Etats Unis comment le Japon et la Corée ont développé leur puissance économique comment la Russie s organise aujourd hui Si on considère après Max Weber dans sa description de la bureaucratie idéale que la corruption est la violation intentionnelle du principe intangible de neutralité de l Administration vis à vis des agents économiques force est de reconnaître que dans certaines cultures souvent multi millénaires cette notion de neutralité de l Administration est pour le moins farfelue voire immorale Le vrai code de moralité dans ces cultures est basé sur la solidarité active à la famille au clan et à l ethnie tous ces cercles concentriques qu il est impensable de ne pas faire bénéficier des faveurs de celui ou de celle qui accède à une position administrative Un ministère en Afrique s appelle une mangeoire tandis que le proverbe wollof dit que la chèvre broute là où elle est attachée Mais chez nous aussi sachons nous rappeler l origine des expressions telles que pot de vin pourboire pas de porte etc Pour toutes ces raisons aujourd hui les principes de bonne gouvernance et de transparence apparaissent comme une greffe d un autre système moral qui cherche ainsi à s imposer comme une pensée unique et une panacée Une greffe qui ne pourra prendre qu avec un changement de culture et un relâchement sans doute préjudiciable des liens familiaux et claniques dans ces sociétés qu il faut absolument se garder de qualifier a priori de plus primitives Après tout nos sociétés dites modernes tendent à oublier le sens profond de la solidarité et distillent la nouvelle forme d hypocrisie du politiquement correct pour mieux cacher que l intérêt général n est en fait plus que la somme de nos intérêts individuels Bref il faut comprendre la corruption si on veut la combattre intelligemment et admettre avec de nombreuses élites du Tiers Monde que le diktat moral de l Occident a correspondu ces dernières années à un abus de position dominante A cet égard la fameuse bonne gouvernance apparaît bien comme la dernière pierre à l édifice du non moins fameux Consensus de Washington Avec de tels raisonnements allez vous me dire vous légitimez les sociétés corrompues Il va de soi que tel n est pas mon propos Il ne faut pas jouer avec les mots Outre qu elle est socialement discriminatoire la corruption est

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Lutte-contre-la-corruption.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •