archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • italien Antimafiaduemila Elle participe également sous un angle plus littéraire au magazine Fora La Corse vers le monde et à la revue littéraire corse Méditerranéennes Enfin jamais à court d énergie elle a enquêté pour un ouvrage cinglant Le pillage du patrimoine archéologique livre co écrit par deux archéologues suisses publié aux Editions Favre Lausanne Ceci sous son nom ou sous pseudonyme quand les sujets traités nécessitent des précautions de sécurité Les domaines qu elle couvre sont plus orientés vers les grandes questions de société et de façon plus ciblée la criminalité organisée Tout particulièrement celle d origine italienne Elle est par ailleurs farouchement autodidacte et capable d étudier seule des thèmes aussi complexes et variés que tout ce qui touche aux nationalismes pluriels les ordres militaires religieux l histoire de la peine de mort en Italie ou le fait mafieux Sa manière très personnelle de travailler et d aborder son métier lui a permis d avoir accès à des acteurs importants de la lutte anti mafia en Italie qu ils soient magistrats policiers ou carabiniers et de gagner leur confiance Elle se spécialise peu à peu dans l exploration et la compréhension des mécaniques criminelles ce qui nécessite de se replonger dans des faits passés et de savoir en parler avec ceux qui ont mené les enquêtes Plus que d autres peut être elle sait combiner ses qualités d écriture à la compréhension ou à la traduction de différentes influences Son éclectisme ses connaissances du droit de la médecine de l art de l histoire étendues à différents pays lui ouvrent bien des portes Elle tient à son indépendance d esprit et de travail quitte à devoir travailler lentement et sans l appui d une rédaction ou l autre De caractère entier et loyal elle ne se départit jamais

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Madeleine-ROSSI_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • F. Bozo, "La politique étrangère de la France depuis 1945". (...) - États membres
    même formulé l hypothèse 2 La continuité fut moins discutable en politique arabe si les relations avec Israël furent soignées via l envoi de pièces détachées de Mirage malgré l embargo officiel les coups d éclats furent surtout en faveur des pays arabes En témoigna la sortie du ministre des Affaires étrangères lors de la guerre du Kippour Michel Jobert Est ce que tenter de remettre les pieds chez soi constitue une agression imprévue demanda t il le surlendemain de l attaque égypto syrienne contre Israël Quant au président le plus jeune de la Ve République il accentua nettement la politique moyen orientale de la France La rencontre entre le ministre des Affaires étrangères Jean Sauvagnargues et le chef de l Organisation de libération de la Palestine Yasser Arafat le 21 octobre 1974 à Beyrouth le montra bien Réputé plus atlantiste mais relançant sûrement la construction européenne via la création du Conseil européen en 1974 Valéry Giscard d Estaing apparut aussi interventionniste que ses prédécesseurs sur la politique africaine Après avoir remplacé Foccart par Journiac il n hésita pas à y intervenir Ce fut indirectement au Zaïre par la mise à disposition de moyens de transports au profit d une intervention marocaine en 1977 ou directement en Centrafrique avec l opération Barracuda en 1979 La fin de la Guerre froide et le début de l alternance 1981 1995 n atteint pas la continuité de la politique étrangère française On aurait pu craindre de François Mitterrand un rapprochement dangereux avec l URSS Néanmoins le premier président socialiste de la Ve République dissipa ces craintes en soutenant Helmut Kohl et l OTAN dans son discours au Bundestag le 20 janvier 1983 De même au printemps 1983 la France accueillit à Paris pour la première fois depuis 1966 une réunion ministérielle Même constat pour la politique africaine l opération Manta arrêta le colonel Kadhafi au sud du 15eme parallèle et pour le reste le sommet franco africain de La Baule promit beaucoup même si les choses ne changent guère dans la pratique 3 Le Moyen Orient ne dérogea pas à la règle si F Mitterrand visita Israël en mars 1982 ce fut pour prononcer son discours à la Knesset et exposer une certaine continuité de la doctrine française Il y affirma ainsi la nécessité pour Israël de reconnaître le droit des Palestiniens à disposer le moment venu d un Etat Il persista et signa avec les évacuations de Yasser Arafat en 1982 et 1983 respectivement de Beyrouth et Tripoli La mondialisation enfin n entame que superficiellement les fondamentaux de la diplomatie française 1995 2011 Annoncer la rupture et poursuivre dans la continuité loin de l appel de Cochin de 1978 Jacques Chirac défendit le oui pour Maastricht et sous ses mandats l Union européenne passa de 15 à 27 membres C est encore Jacques Chirac qui permit via la déclaration de Saint Malo en 1998 d ouvrir la voie à une avancée importante pour la première fois Londres souscrivit à l objectif d

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-politique-etrangere-de-la,1091.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • monde professionnel vers les questions internationales Biographie mise à jour en 2013 Ses articles pour Diploweb com La nouvelle puissance américaine Henry Kissinger éd Fayard 2003 Classique géopolitique Vincent Satgé présente le livre d Henry Kissinger La nouvelle puissance américaine éd Fayard 2003 Le Diploweb com Introduction à la stratégie général André Beaufre Classique géopolitique Vincent Satgé présente le livre du général André Beaufre Introduction à la stratégie Armand Colin 1963 rééd Zbigniew Brzezinski Le vrai choix Ed O Jacob Classique géopolitique Vincent Satgé présente l ouvrage de Zbigniew Brzezinski Le vrai choix Ed Odile Jacob 2004 Dans ce livre l auteur Justin Vaïsse Barack Obama et sa politique étrangère 2008 2012 Éd O Jacob Présentation d un classique de géopolitique Justin Vaïsse Barack Obama et sa politique étrangère 2008 2012 Éd Odile Jacob octobre 2012 Y Lacoste La géographie ça sert d abord à faire la guerre éd La découverte Présentation d un classique de géopolitique Yves Lacoste La géographique ça sert d abord à faire la guerre rééd La Découverte 2012 Le Introduction à la géopolitique P Moreau Defarges éd Seuil 2009 Présentation d un classique de géopolitique Philippe Moreau Defarges Introduction à la géopolitique Paris éd Seuil 2009 Le Diploweb com R Kagan La puissance et la faiblesse Hachette Littératures 2006 La crise ukrainienne justifie la présentation d un classique de géopolitique Robert Kagan La puissance et la faiblesse Hachettes G Chaliand Le nouvel art de la guerre L Archipel 2008 Présentation d un classique de géopolitique Gérard Chaliand Le nouvel art de la guerre L Archipel 2008 156 p Le Diploweb com développe cette M Foucher L Europe et l avenir du monde Ed Odile Jacob 2009 Présentation d un classique de géopolitique Michel Foucher L Europe et l avenir du monde Ed Odile Jacob 2009

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Vincent-SATGE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La France d'aujourd'hui doit réagir pour le monde de demain - États membres
    puisque nombre d arbres étaient déjà à terre 2008 Avec la crise les ventes d automobiles baissent On considère que ce n est qu une mauvaise passe et on institue une prime à la casse pour que les constructeurs puissent la franchir sans trop de dommage Or la crise n était pas passagère Mais quand bien même elle l aurait été il était évident que le niveau des ventes se ressentirait tôt ou tard de leur dopage artificiel d un moment sauf à avoir mis à profit le répit ainsi obtenu pour préparer l avenir A tant d erreurs commises s ajoute notre incapacité à demeurer des leaders dans des domaines comme par exemple l espace ou l aéronautique où nous avions pourtant été les pionniers Plus grave encore depuis quelques années la France recule sur presque tous les marchés du monde tandis que son industrie qui fut grande disparaît ou se délocalise et que faute de perspectives d avenir beaucoup de jeunes ingénieurs s expatrient sans nécessairement revenir plus tard en France Cette Bérézina ne s explique pas seulement par des charges fiscales et sociales qui pour élevées qu elles soient trop élevées sans doute ne sont pas les plus importantes en Europe Il y a sans doute aussi les effets d une bureaucratie pesante d une réglementation envahissante d une rigidité quasi générale face à un environnement changeant Mais la France souffre d abord d avoir perdu l esprit d entreprise Certes il existe encore ici ou là de véritables entrepreneurs Mais ils sont une minorité C est la frilosité qui domine L économie française n est plus conquérante elle est dans une perpétuelle défensive Elle s emploie à sauvegarder ses positions de naguère à dire vrai on voudrait que puisse se prolonger l économie d autrefois Tourné vers le passé tout le monde ou presque entrepreneurs politiques syndicalistes n anticipe plus Il n est guère question que de prévisions à très court terme et jamais davantage alors que le monde est en mutation continue Tout va être fait pour repousser les échéances douloureuses rarement pour les prévenir Si la crise survient qu on n avait pas su ou pas voulu envisager on va s attacher à prolonger le malade C est une course incessante entre un passé en sursis et un avenir sans plus d espoir Combien de drames pourtant sociaux notamment auraient pu être évités si les transitions nécessaires avaient été organisées à temps Transitions entre une impossible répétition de toutes les activités existantes et la mise en place qui demande du temps de nouvelles activités L avenir sera fait largement de techniques et de façons de faire de produits et de marchés inédits La mondialisation économique n est pas une punition elle est un combat Encore faut il inventer innover investir se porter sans cesse à l avant garde Des pays émergents comme ceux de l Asie du Sud Est ont su naguère le faire La France qui a au départ davantage d atouts que ces tigres asiatiques est parfaitement capable d accomplir cette révolution à condition de ne plus chercher l avenir dans le rétroviseur Pour continuer d avancer et se porter à l avant garde il ne suffira pas d innover il faudra toujours apprendre à anticiper par référence à la fois à des évolutions générales et à celles de chaque secteur d activité ceci dans l enchevêtrement de logiques multiples et la confusion des objectifs L Etat demeure indispensable à une gouvernance raisonnée de l économie nationale mais il n a plus le même pouvoir qu autrefois Tout d autre part est désormais trop complexe pour qu un seul facteur comme le marché ou une seule motivation par exemple la recherche du profit puisse suffire à déterminer des choix Une société internationale tend à s instaurer sans facteur ni règle dominants à partir de la circulation des hommes et des choses du cognitif et du numérique C est un foisonnement de relations et d inter réactions sans ordre entre acteurs et facteurs multiples et différents Dans ce contexte d interdépendance généralisé où prédomine désormais l indétermination il faudra sans cesse marquer sa place et tracer sa route Mais toute action en même temps devra s inscrire dans la durée Un processus à ces fins pourrait être le suivant dans un champ donné partir d un état des lieux et de l environnement dressé en fonction d une collecte exhaustive et impartiale d éléments de toutes sortes et de leur hiérarchisation imaginer les évolutions possibles de la situation avec leurs problématiques faire le choix de l une d entre elles jugée la plus probable ou de la combinaison en une seule de plusieurs d entre celles ci s être fixé un objectif qui ne peut plus être que composite dégager de la problématique choisie un scénario avec le chemin critique et les moyens pour atteindre l objectif Des changements fondamentaux s annoncent dont les effets ne se font pas encore pleinement sentir sur l économie et la société mais qu il faudrait sans trop tarder commencer à prendre en compte Il en est ainsi notamment avec le travail Une croissance dominée par la finance a conduit à une aggravation des inégalités On privilégie les besoins les plus rentables qui ne sont pas nécessairement les plus vitaux La mondialisation crée de nouvelles dépendances les évolutions techniques et la pression concurrentielle agissent peu à peu sur la nature du travail et sa place Depuis les années 1970 le chômage est considéré comme un avatar de la crise Cela est vrai en partie mais a occulté une évolution qui n en est qu à ses débuts L espace du travail devient variable en soi et dans sa temporalité L emploi est de moins en moins fixe Pour un même individu les formes de travail se diversifient Il s exerce simultanément dans des cercles différents Dès lors qu il ne correspond plus à une activité professionnelle unique à un métier le travail ne suffit plus à marquer la place de cet individu dans la société Ceci est susceptible de se faire au détriment de son équilibre personnel Plus généralement l instabilité fondamentale résultant de l évolution du travail amènera à penser en termes nouveaux la recherche de la paix sociale LA SOCIETE A la fois mythe et réalité le bien commun est le fondement de la démocratie il tend en France à ne plus être compris que comme la somme des intérêts particuliers Or tout ensemble complexe comme l est la société française a des caractéristiques et des évolutions qui ne sont pas celles de ses composantes Chacun revendique une place et un rôle dans la communauté nationale mais c est d abord pour en retirer un avantage personnel Chacun se réfère à l intérêt général mais prétend être traité comme un cas particulier Face à un monde de plus en plus incertain chacun demande à être protégé mais en même temps aspire sans cesse à plus de liberté On invoque celle ci à hauts cris En fait de libre arbitre il y a surtout une massification et une collectivisation des comportements On se voudrait tout puissant on ne décide plus rien On ne sait plus même qui décide on ne choisit rien vraiment ce sont les évènements qui le font De responsabilité il n est plus guère question ou alors c est toujours celle d autrui Nul pourtant ne peut prétendre à sa dignité s il renonce à sa propre responsabilité En démocratie accomplissement individuel ou accomplissement collectif doivent aller de pair Un héritage dénaturé des Lumières et un développement économique dévoyé ont conduit à l exacerbation de l individualisme dans le déni des solidarités A la fois producteur consommateur travailleur électeur etc l individu s égare entre ses différentes fonctions Le temps n est plus où une seule suffisait à le définir D autre part la mondialisation a creusé la fracture sociale Avec la crise c est pour chacun le risque du déclassement social La nation ne transcende plus les Français dans leur diversité individuelle et la pluralité de leurs rôles Un sens dégradé de la patrie ne donne plus à chacun une dimension supérieure au seul souci d améliorer sa situation personnelle Pour eux elle est devenue davantage ce qui les différencie des autres nations que ce qui les rassemble Il n existe pas de projet commun il n y a plus d ambition partagée pour la France l idéal semble mort Chacun s isole dans une société à la fois plus rigide et parcellisée où l échange informatique tend à se substituer à l échange humain sans pouvoir le remplacer Ce ne sont le plus souvent qu ensembles fragmentés groupements d intérêts exclusifs collaborations précaires à vocation limitée ou encore des réseaux sans clair début ni fin ni finalité Plus à l échelle du monde des dynamiques comme la financière que personne ne maîtrise plus vraiment Souvent comblés et toujours insatisfaits nous avons perdu nos repères moraux sociétaux environnementaux On parle de changement de civilisation là où nous aspirons surtout à repousser les limites de notre autonomie personnelle Les notions naguère les plus évidentes ont perdu de leur sens Le progrès cesse d être perçu comme une marche vers un monde idéalisé la recherche de la performance prime sur le service d un idéal L autorité dans son principe remise en cause est reçue comme un abus de pouvoir Les élites sont disqualifiées déclassées voire déchues sans que des minorités agissantes prennent le relais au service du bien commun D autres minorités obsédées d elles mêmes s enrichissent sans vergogne dans l indifférence à la situation et au sort de l immense majorité des autres Français elles ne voient même plus ceux ci Honneur ou patrie ni l un ni l autre les Français ne parlent plus aux Français La quotidienneté l a emporté sur le futur Les plus jeunes eux mêmes ont peur de l avenir et peur de leur place dans l avenir Notre démocratie tend à devenir le régime de l inégalité et de l injustice injustice de la Loi et de son application injustice dans la répartition aberrante des ressources injustice dans une fiscalité sans cesse amendée et toujours inéquitable etc Prenons garde qu un jour ne vienne où la colère chez d aucuns aux lendemains sans espoir ne les mènent à se lever contre cette démocratie pervertie Oui le mal est profond mais il n y a pas de fatalité il n est pas incurable si nous savons réagir à temps La France n est certes pas la seule à être prise dans le maelstrom général Ce n est pas une raison pour qu elle ne veuille ni ne puisse se ressaisir elle même Quelle que soit la forme que revêtira ce ressaisissement il ne sera pas durable s il n est pas étayé de l action à la base de groupes voire de communautés vivantes naissant ou renaissant à l échelle des villes des entreprises ou plus modestement encore Des groupes des communautés dégageraient du magma actuel les idées simples de la vie et le feraient dans la perspective d une solidarité s étendant peu à peu en réseaux jusqu à la dimension de la Nation C est d un nouveau militantisme contre une démocratie galvaudée pour une démocratie renouvelée qu il devrait s agir partant de la réhabilitation ou de la reconnaissance d un certain nombre de vérités élémentaires car la solution est dans un comportement plus que dans un système Tous les hommes dans une société sont égaux en dignité quels qu ils soient quoi qu ils croient où qu ils soient Chaque homme a droit à un accomplissement personnel dans un destin collectif Aucune formule aucun système ne peut apporter de solution immuable ou globale Nul ne peut vivre et agir hors de communautés qui prolongent son action personnelle Toute société est tôt ou tard condamnée qui refuse la solidarité et accepte l injustice Chacun dans la société dans la nation doit avoir une place et un rôle Tout citoyen a le droit et le devoir de participer à la vie collective il doit en consentir l effort il doit savoir pour quelle fin celui ci lui est demandé Il n y a pas de participation sans responsabilité La route sera sans doute longue avant qu apparaissent des résultats tangibles Elle sera parsemée d obstacles avec le risque constant d un retour en arrière Mais elle n est pas aussi difficile qu il puisse paraître s il y a la résolution et la persévérance qu elle requiert D aucuns diront que tout cela est bien naïf On demanda un jour à un résistant de la seconde guerre mondiale comment les résistants avaient ils pu faire Avant toute chose a t il répondu nous avons cru nous avons voulu UNE NOUVELLE POLITIQUE En France la démocratie n est plus vivante Il n est de véritable démocratie que lorsque les citoyens ne se comportent pas comme des citoyens passifs et sont traités en adultes responsables aptes à reconnaître la réalité des faits et à oeuvrer ensemble pour la faire évoluer Mais aujourd hui on commente l évènement avant qu il ne survienne on voudrait tout savoir tout juger avant de pouvoir seulement connaître Trop souvent la politique est devenue un jeu de rôles Il n y a plus de vision il n y a pas d ambition il n y a plus de projet Politiques et citoyens tendent à évoluer dans des mondes différents Ils utilisent les mêmes mots sans partager le même langage Ils ne connaissent pas les mêmes réalités ils n ont pas les mêmes enjeux Les premiers prisonniers de leurs ébats voient moins dans les seconds les hommes dans leur vérité que des électeurs avec leurs bulletins de vote Tandis que ceux ci attendent davantage de leurs élus une assistance pour résoudre leurs problèmes personnels que le service d un intérêt général qu ils ne perçoivent d ailleurs plus guère Pis encore ils se considèrent souvent les uns comme corrompus les autres comme infantiles S ils communiquent encore entre eux c est de plus en plus à partir d apparences D un côté des sondages donnent une représentation de l opinion publique instantanée confondue avec les mouvements profonds de la souveraineté populaire de l autre des réseaux sociaux entretiennent l illusion qu il suffit de pouvoir s exprimer pour savoir gouverner Les médias contribuent au spectacle en jouant le rôle simplificateur et amplificateur du chœur antique La démocratie est un état d esprit avant d être des institutions Pour qu elle soit vivante il faut l effort de chacun C est le contraire qui aujourd hui se passe Elle est considérée comme un fait définitivement acquis alors qu elle doit sans cesse être remise sur le métier Après Athènes Rome les révolutions française et américaine ce sont de nouvelles démocraties qu il va falloir inventer Mais dans un monde devenu pluriel il ne saurait en exister un schéma type La complexité accrue de la société française la multiplicité des sujets la diversité des rôles de chacun la mutation des relations sociales obligent à rechercher des formes d organisation à la fois nouvelles et évolutives Or quoi qu il puisse sembler avec les amendements incessants de la Constitution et de la Loi les institutions françaises n ont pas vraiment changé depuis longtemps Aussi ne sont elles plus tant en mesure de peser sur les évènements tandis qu elles apparaissent de plus en plus éloignées de l existence même des citoyens Ceux ci dès lors sont enclins à ne participer à la vie publique que par l entremise d entités diverses agissant sur les plans local professionnel ou autres qui soient à la portée de leurs perceptions immédiates et à la mesure de leurs possibilités directes Ce type d actions pourrait enclencher un processus de dislocation Mais ré irriguant le tissu social il peut être au contraire à la source d un enrichissement général L Etat le pouvoir central n est plus à même d être partout en charge de l intérêt général dans une société de plus en plus complexe Loin d être antagonistes les deux évolutions peuvent être heureusement complémentaires à condition de bien circonscrire le champ d action des uns et de l autre de savoir combiner l existence d entités autonomes avec celle de structures assurant la cohésion de l ensemble et de favoriser une meilleure participation de tous à la vie publique dans son ensemble par des échanges de bas en haut et de haut en bas Gardien acteur moteur de l intérêt général à l échelle de la Nation l Etat doit s abstenir de tout traiter et tout régir Il incarne un projet commun Il fournit un cadre Il ne lui appartient pas de le remplir entièrement Pour ce qui n a pas à être accompli à son niveau il doit aider mais aider seulement aux activités des entités autonomes les coordonnant en tant que de besoin La multiplicité des sujets et leur complexité obligent à la décentralisation notamment au niveau des collectivités territoriales Elle ne doit pas être la revanche des Girondins sur les Jacobins Il s agit de répartir les tâches en vue de la meilleure efficacité Mais en politique comme dans tout autre domaine il n y a pas décentralisation qui vaille sans un renforcement concomitant des moyens de direction et de contrôle de l échelon central ultime responsable de tout ce qui relève de l intérêt commun L Etat de surcroît qui en est le responsable suprême doit d autant plus rester fort qu il lui faut faire face à la fois à la concurrence de pouvoirs aux finalités particulières et aux effets d une interdépendance accrue avec l étranger LA REFORME Depuis ces dernières décennies de façon croissante la France est en état de réforme ininterrompue plus exactement de réformette La Constitution qui devait incarner la permanence est sans cesse modifiée au fil de l actualité Dès lois succèdent aux lois sans que le plus souvent elles se rattachent à une vision d ensemble du problème traité On sacrifie à la mode à l opinion publique quand ce n est pas au seul intérêt de son électorat S il y a urgence on improvise De toute façon les textes d application tarderont le plus souvent à être promulgués Qu importe à vrai dire le verbe tiendra lieu d action Pendant ce temps la conscience du déclin se répand insidieusement comme une fatalité sans même susciter de révolte sauf ici ou là lorsque sa situation personnelle se trouve mise en cause La France a connu dans le passé d autres époques d abandon La situation est aujourd hui d autant plus difficile qu à ses propres problèmes s ajoutent ceux d un monde sans ordre et sans foi Mais enfin on ne va pas capituler comme en 40 Entre un funeste abandon et une révolution dévastatrice il y a la possibilité de réformes véritables Un nouveau Comité Rueff Armand devrait comme cela se fit il y a cinquante ans procéder à l inventaire des réformes nécessaires Aucun domaine ne devrait être esquivé ni ménagé Deux secteurs appelleraient une attention particulière la fiscalité et la protection sociale A force de couches successives notre système fiscal est devenu fondamentalement injuste inefficace et vulnérable Il faudrait presque pouvoir le mettre à bas afin d ensuite le remplacer par un ensemble autrement plus simple et plus cohérent Quant à la protection sociale elle n a jamais été repensée depuis 1945 Or les données ne sont plus les mêmes qu alors Le niveau de vie des Français s est transformé leurs aspirations également tandis que les prestations se multiplient avec un coût croissant Il faut réfléchir à de nouveaux équilibres Pour sauver l essentiel des choix seront à faire en sachant reconnaître que la solidarité ne doit pas être confondue avec l assistanat et que l équité n est pas l uniformité LA LOI En démocratie la Loi est censée exprimer la volonté générale Mais en France parodiant Rochefort on pourrait dire qu il y a 65 millions de sujets de réglementation chaque Français ou presque souhaitant que soit traité son cas personnel Comme d autre part on n abroge presque jamais de textes mais qu on leur ajoute souvent on aboutit à un fatras de lois décrets règlements et circulaires En démocratie nul n est censé ignorer la Loi Mais il y a tant de textes qu il est impossible à quiconque de les connaître tous Les connaîtrait on ils sont trop nombreux pour pouvoir être tous applicables Au demeurant pour les appliquer il faudrait qu on puisse toujours les comprendre Or le langage employé est souvent abscons fait davantage par et pour des spécialistes qu à la portée du public auquel ils s adressent La Loi n est donc pas une référence simple et claire accessible à tous Elle prête à des interprétations diverses qui sont fonction souvent des circonstances ou bien de l identité des intérêts des opinions de ceux qui vont avoir à l appliquer Dans ces conditions elle ne saurait être la même pour tous elle ne peut pas être juste L affaire se complique avec l Union européenne et la place prise dans notre législation par ses décisions et les arrêts de la Cour européenne de justice S il est vrai que la Loi doit exprimer la volonté générale on ne peut plus savoir très bien de quelle volonté il s agit La question de la Loi n est pas une question mineure Le bon fonctionnement de la démocratie exige que celle ci puisse être comprise reconnue légitime et acceptée par tous Tel est de moins en moins le cas Il est vain d espérer que l on puisse tout mettre à bas et tout réécrire il y faudrait une révolution tant il est vrai qu en France il faut souvent celle ci pour faire vraiment avancer les choses Alors faute de mieux il serait du moins possible d être plus sélectif et plus lisible dans l élaboration des textes à venir Cela même est peut être un objectif trop ambitieux Sans doute pourrait on en tout cas envisager que périodiquement par exemple tous les dix ans un inventaire soit fait pour les supprimer des textes inappliqués inappropriés ou devenus obsolètes La simplification et la classification de la Loi non seulement amélioreraient l existence des Français mais en outre elles les aideraient à prendre mieux conscience de l intérêt général qu elle est censée servir Trop régir par la Loi déresponsabilise le citoyen L ADMINISTRATION Les Français n aiment pas l Etat mais ils ne cessent de faire appel à lui Citoyens ils en attendent beaucoup contribuables ils trouvent qu il leur demande trop Pour eux l Etat est d abord l administration Il y a trop de fonctionnaires mais pour ce qui les concerne directement il n y en a toujours pas assez L administration est sans cesse critiquée mais les Français en même temps en sont fiers quand ils la comparent à celles de l étranger Au reste ils savent bien que c est l Etat qui a maintenu le pays malgré les turbulences et les changements considérables qu il a connus Mais il est de fait que depuis quelques décennies l administration française a perdu de la qualité qui était la sienne Ceci tient d une part à ce qu au nom d un libéralisme idéologique on n a eu de cesse de critiquer et de rabaisser l Etat ce qui ne contribue pas à y attirer et à y conserver les meilleurs éléments d autre part à sa difficulté à s adapter à un monde devenu continûment changeant Certes on rencontre encore plus qu on ne le croit généralement beaucoup de talents et de compétences ainsi qu un grand dévouement à l intérêt général Pour bon nombre de ses agents le service d Etat conserve toute sa signification Mais au fur et à mesure qu ils voyaient l administration perdre de son pouvoir beaucoup de fonctionnaires ont préféré passer à la politique L administration elle même s est politisée Traditionnellement les fonctionnaires étaient au service de l Etat et du gouvernement quelles que fussent leurs convictions ou leurs appartenances personnelles Durant la période récente beaucoup de postes dans l administration ainsi que dans des organisations de la mouvance de l Etat notamment dans l économie et la communication ont été pourvus en fonction d opinions politiques et non plus tant de compétences Contribue également à cette politisation la pratique sous la Ve République de Cabinets du Ministre qui au lieu de se borner à leur rôle d auxiliaires de ce dernier prétendent illégitimement exercer sur les services leur propre autorité Pour les fonctionnaires qui ne sont pas passés à la politique le discrédit de l Etat en général ainsi qu une différence de rémunération de plus en plus voyante entre secteur public et secteur privé constituent de fortes invites au pantouflage Ce dernier n a cessé de se développer et ceci à un âge où jamais naguère il n aurait pas été imaginable Le monde ne cesse de changer l administration ne parvient guère à le faire Technocrates et bureaucrates ont encore trop de place Trop de fonctionnaires prétendent tout savoir en ayant fort peu vécu Sans doute est elle plus accessible qu auparavant mais elle reste imprégnée de certitudes L administration reste à l écart de la vie réelle elle ne participe pas à la vie collective Elle devrait stimuler celle ci elle continue de s en abstraire Il lui faudrait savoir faire confiance elle répugne à déléguer Par peur de la critique elle préfère le secret Elle veut sincèrement servir mais tarde à voir l homme derrière l administré Qui veut réformer l administration se heurte aux habitudes prises aux positions acquises ou plus simplement à la peur du changement Sous prétexte d introduire de nouvelles méthodes l administration fait de plus en plus appel à des cabinets extérieurs de consultants Outre que ceux ci n ont pas de légitimité pour se substituer à elle ils n ont souvent d autres connaissances que techniciennes voire livresques et ils ignorent à peu près tout de ce qu est le service public La question n est pas seulement de constituer un instrument rénové de gestion Certes cela est nécessaire mais ce n est pas suffisant Il faut d abord en revenir aux racines du mal Redéfinir les responsabilités de l Etat et de l administration Les mettre en mesure d évoluer quand la société se transforme Réhabiliter le service de l Etat Faire prévaloir un nouvel esprit de service public Restaurer sa grandeur sans pour autant nier ses servitudes Il faut que les fonctionnaires apprennent à sortir de leurs bureaux pour aller à une meilleure écoute et à une meilleure saisie de la réalité à viser à la performance dans l accomplissement de leur tâche autant qu à la sécurité dans le déroulement de leur carrière Il faut que ceux qui dirigent l Etat réapprennent à faire confiance à ceux qui le servent sans plus chercher à les enrôler à des fins partisanes et rendent à chacun a quelque niveau qu il soit le sens de l utilité de son travail au service de l intérêt général Moderniser l administration ne serait pas si difficile Cela demanderait seulement un peu de courage et beaucoup de volonté politique UN NOUVEAU PLAN Bien fou serait le voyageur qui jetterait son guide quand la route deviendrait plus incertaine C est bien pourtant ce que la France a fait dans les années 1970 en renonçant au Plan alors que le monde devenait plus indéterminé Près de 40 ans plus tard face à une complexité accrue la question d un Plan se pose plus que jamais Mais c est d un Plan différent qu il devra s agir Les temps ont changé l économie s est internationalisée les acteurs et les facteurs sont de plus en plus nombreux Il conviendra non pas tant de faire des prévisions à court et moyen termes que de se livrer à un véritable travail de prospective Le Plan repensé doit permettre d éclairer l action de l Etat et des autres acteurs de l économie dans un monde en mutation Le Plan devra être à la fois thématique sectoriel et synthétique Il aura à considérer les évolutions possibles à de plus lointaines échéances Se gardant de trop faciles extrapolations il devra prendre en compte des hypothèses de rupture éventuelle Il aura à esquisser différentes pistes sans nécessairement avoir à les chiffrer Certaines pratiques en vigueur avec l ancien Plan demeureront toutefois valables pour le nouveau Il était le produit d échanges entre chefs d entreprises syndicalistes fonctionnaires Pas davantage que son devancier le nouveau Plan ne devra être un travail à quelques uns dans le silence de cabinets ministériels Il sera élaboré à partir de rencontres entre toutes les forces économiques et sociales nationales et régionales et constituera à ce titre un élément de transparence une référence commune et un instrument efficace de participation à la vie collective Il ne saurait être un document académique Il vise à éclairer l action de tous les acteurs de l économie chacun dans sa responsabilité Il ne pourra jouer pleinement son rôle que si l Etat d abord y conforme sa propre politique et pour aider à son service dispose de moyens législatifs et aussi de quelques leviers La Caisse des Dépôts et Consignations et la nouvelle Banque d Investissement constituent déjà de ces leviers Dans leur systématisation les privatisations des années 1990 en ont compromis d autres Certes l aéronautique avec Air France par exemple pouvait sans inconvénient être privatisée En revanche des secteurs comme l énergie voire certains transports ne peuvent être abandonnés par l Etat sans qu il se prive ce faisant de possibilités d action dans l intérêt économique général Il se peut aussi qu il doive s engager directement dans d autres secteurs pour aider à l avenir nous sommes à présent dans une situation un peu comparable à celle qui prévalait au lendemain de la guerre quand il fallut repenser refonder et relancer l économie française dans un monde transformé Libéralisme ou étatisme la question n est pas là Ce qu il faut c est donner à l Etat les moyens d assumer efficacement ses responsabilités Efficacement ce devrait être également gérer au moins aussi bien que le secteur privé puisqu il s agit de l intérêt général DE CERTAINS ACTEURS DE LA SOCIETE Des forteresses Il existe en France un certain nombre de forteresses en particulier l éducation nationale la magistrature et les syndicats Leurs membres ont en commun une fâcheuse tendance à confondre avec l intérêt général les façons qu ils ont de concevoir le service dont ils ont la charge Non pas qu ils ne soient pas désintéressés c est même là une de leurs caractéristiques Mais le sentiment élevé qu ils ont de leur mission les amène souvent à ne voir d autre horizon de celui de leur profession Toute critique est alors presque perçue comme iconoclaste Ce qu il faut bien appeler leur corporatisme est un élément de rigidité de la société française alors qu ils pourraient tant aider au contraire à la faire évoluer s ils voulaient bien eux mêmes sortir de leurs a priori Il est juste de dire que la position des uns et des autres n est guère aisée Enseignants et magistrats souffrent d avoir perdu beaucoup de leur prestige d antan Pauvres ils l étaient déjà mais ils étaient alors considérés or ils constatent qu ils ne le sont plus autant tandis que pourtant leur tâche est devenue plus malaisée Bien que d une autre façon les syndicats sont également en situation difficile Aucune bonne gestion sociale n est possible du moins dans une entreprise d une certaine taille sans présence de syndicats mais ceux ci ne sauraient avoir le monopole des relations sociales Ils sont censés être représentatifs mais leurs représentants sont élus par un électorat fâcheusement réduit La base qui peine souvent à voir plus loin que son site d activité leur reproche de ne pas en faire plus tandis que les employeurs leur font grief de demander toujours trop Sans influence véritable sur la marche de l entreprise ils sont enclins à se limiter à la revendication en essayant toutefois de ne pas être entraînés trop loin à moins qu ils ne s enferment dans des postures idéologiques La société française ne pourra vraiment évoluer que si magistrats enseignants syndicats quittant leurs forteresses respectives se convainquent pouvoir être des artisans du changement et cessent de se considérer comme des victimes Les uns et les autres en ont le potentiel Puissent ils enfin le comprendre plutôt que d être toujours à se défendre D autres Acteurs 1 L entreprise L entreprise a un rôle économique et un rôle social non seulement vis à vis des hommes qu elle rassemble mais à l égard aussi de la collectivité nationale dont elle ressort Pendant longtemps ce rôle avait été méconnu ou alors il avait revêtu une forme paternaliste Dans les années 70 il sembla que les choses changeaient on parlait d entreprise citoyenne et aussi d innovation sociale voire de participation Mais ceci ne dura guère chez les employeurs le souci de la concurrence l emporta sur celui du personnel tandis que les organisations syndicales n appréciaient guère l innovation sociale en ce qu elle pouvait contrarier leur préférence pour le centralisme démocratique Néanmoins dans les années 80 l entreprise restait comme un centre privilégié de la vie économique et sociale Lutte de classes ou pas elle constituait un lieu de relations humaines Il n en est plus ainsi aujourd hui Elle apparaît surtout comme le terrain d intérêts antagonistes Chefs d entreprise salariés actionnaires n ont plus de véritables rapports Pour les dirigeants le personnel est perçu d abord comme une charge Lui même ne se sent plus considéré que comme une variable d ajustement il cesse d être attaché à l entreprise sa seule préoccupation est celle de son emploi Quant à l actionnaire il s intéresse non plus à l entreprise en tant que telle mais au seul cours de son action Il est prêt à céder celle ci à la première alerte ou alors il attend une OPA pour réaliser son bénéfice La mondialisation et l internationalisation de l actionnariat ont profondément modifié le contexte de l entreprise Par ses propres problèmes aggravés par la crise elle est devenue la source d une instabilité plus générale A l étranger aussi il existe des problèmes comparables Mais le plus souvent en Europe aux Etats Unis et plus encore dans les pays émergents l antagonisme social peut être atténué par le sentiment d un intérêt national dominant Une société américaine est toujours américaine une société hollandaise est toujours hollandaise etc Il n en est plus ainsi en France où même trop souvent il est absurdement de bon ton de paraître avant tout international voire apatride A la fois pour la paix sociale et pour l efficacité économique de l entreprise il est grand temps de repenser celle ci dans ses différents aspects notamment la place et le rôle de ses composantes les relations entre elles et les rapports avec la société en général La réforme de l entreprise est un thème récurrent Mais elle n aura de sens que si elle vise d abord à restaurer un minimum de communauté d intérêts entre ses composantes Cela ne sera pas facile tant celles ci évoluent à présent comme dans des mondes qui s ignorent voire qui sont hostiles Avant même de grandes dispositions législatives de caractère général la réforme de l entreprise pourrait commencer par de simples mesures de bon sens susceptibles d atténuer les ségrégations actuelles Ainsi au niveau de l atelier comme l expérience en a été faite naguère dans certaines entreprises des conseils consultatifs instances de concertation réunissant tous les salariés

    Original URL path: http://www.diploweb.com/France-Reagir.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Directeur de Péchiney devenu ultérieurement Péchiney Ugine Kuhlmann il assume successivement ou conjointement différentes responsabilités en particulier fusions avec Trefimetaux Cegedur Ugine Kuhlmann directeur des Affaires Africaines et PDG de diverses sociétés africaines PDG des Produits Chimiques Ugine Kuhlmann et directeur de la branche Chimie de PUK directeur des Affaires Sociales de l ensemble du Groupe etc 4 En 1980 Francis GUTMANN est Directeur Général de la Croix Rouge Française En octobre 1981 il revient au Quai d Orsay en qualité de Secrétaire Général fonction qu il occupe jusqu en juin 1985 ce qui le conduit outre le rôle habituel du Secrétaire Général d animation de l ensemble de l action diplomatique à effectuer différentes missions de crise à l étranger Il est élevé à la dignité d Ambassadeur de France en 1985 Nommé au lendemain de la signature du Traité d adhésion de l Espagne à la CEE Ambassadeur à Madrid il y reste jusqu à sa nomination en septembre 1988 à la Présidence de Gaz de France qu il quitte en 1993 pour prendre celle de l Institut Français du Pétrole jusqu à fin 1995 A partir de 1996 il effectue des missions pour le Ministère des Affaires Etrangères Envoyé par le Président de la République il est médiateur pour le conflit des Iles Hanish entre l Erythrée et le Yémen Depuis 1998 il est Président du Conseil Scientifique de la Défense 5 Francis GUTMANN a appartenu à différents Conseils d Administration ainsi qu au Comité de l Energie Atomique 1981 1985 Vice Président du Comité Français de l Environnement 1988 1990 Président d Eurogas Union Européenne de l Industrie du gaz naturel 1990 1994 Administrateur de la Croix Rouge Française 1992 2000 il a présidé de 1989 à juin 2000 la Fondation Méditerranéenne d Etudes Stratégiques dont

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Francis-GUTMANN,466_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • UE27+1=UE28 : territoire, population, économie ? Des chiffres (...) - États membres
    en euros 2012 Exprimé en euros le PIB par habitant de la Croatie est 2 48 fois inférieur à celui de l UE27 Le graphique 6 atténue les différences parce qu il est exprimé en Standards de pouvoir d achat SPA 11 Pour le dire simplement le PIB par hab en SPA permet en éliminant les différences de niveau de prix entre les pays de comparer des niveaux de vie Avec un PIB par habitant en SPA placé à 61 UE27 100 en 2011 dernière année disponible la Croatie se situe légèrement en dessous de la Pologne 64 mais loin devant la Bulgarie 46 Il n en demeure pas moins qu il faudra très probablement à la Croatie plusieurs décennies avant de dépasser la moyenne de l UE y compris en cas d adhésion d autres pays des Balkans occidentaux qui feraient pourtant baisser le niveau moyen Après avoir affiché de bonnes performances économiques entre 2003 et 2006 5 de croissance annuelle en moyenne et alors qu elle est souvent présentée comme l économie la plus avancée de la zone Danube Balkans la Croatie connaît une tendance inverse à partir de 2008 avec une récession de 6 9 en 2009 2 3 en 2010 0 en 2011 et 2 en 2012 La crise met en évidence les limites du modèle de croissance croate basé sur la consommation des ménages Au vu des prévisions 2013 et 2014 devraient être difficiles comme le montre le graphique 7 Taux de croissance du PIB réel en volume En matière de taux de croissance du PIB réel la Croatie fait moins bien que l UE27 en 2012 Croatie 2 UE27 03 comme en 2013 Croatie 0 4 ex UE27 0 1 voire en 2014 Croatie 1 ex UE27 1 6 Certes il s agit de prévisions peut être optimistes pour l UE en 2014 mais l intégration de la Croatie n apportera très probablement pas en 2013 le souffle tant attendu par l UE D autant que la Croatie investit moitié moins que l UE en Recherche et Développement 12 C est pourquoi il est difficile de comprendre la déclaration du Commissaire européen Štefan Füle le 17 avril 2013 La Croatie arrive à un moment où l Union européenne traverse sa crise économique et financière la plus grave De nombreuses décisions ont été prises pour surmonter la crise au cours des dernières années et la Croatie peut maintenant apporter sa contribution à la résolution de cette crise de l UE 13 Une déclaration très politique qui fait penser à une forme de déni puisqu on ne voit pas en quoi la Croatie pourrait à court terme aider l UE à sortir de la crise ne serait ce que pour des raisons de volume Même avec un taux de croissance du PIB réel de 5 par an une économie qui représente 0 33 du PIB de l UE aurait un impact marginal sur le PIB de l UE D autant que les taux d emploi demeurent beaucoup plus réduits en Croatie que dans l UE Alors que le taux d emploi des femmes dans l UE27 atteint en 2012 62 4 il est à 50 2 en Croatie 14 Alors que le taux d emploi des hommes se place à 74 6 dans l UE27 en 2012 il reste à 60 6 en Croatie 15 Le différentiel de chômage ne suffit très probablement pas à expliquer ces différences Pour autant il faut avoir à l esprit que le chômage frappe en 2012 environ 10 5 de la population active de l UE27 ce qui est déjà considérable mais 15 9 en Croatie 16 Un salaire minimum à 374 euros en 2013 17 suffira t il à rendre le territoire attractif pour les investisseurs Si oui la Croatie doit poursuivre la lutte contre la corruption afin d améliorer le climat des affaires Avec un indice de perception de la corruption à 46 sur 100 en 2012 la Croatie se place loin de la France 71 et plus encore du Danemark ou de la Finlande 90 18 Or la corruption ne fait pas bon ménage avec le développement ni avec la démocratie Tableau de synthèse la part de la Croatie dans l UE28 En résumé la Croatie représente 1 26 de la superficie de l UE28 0 86 de sa population mais seulement 0 33 de son PIB L adhésion de la Croatie démontre une fois de plus la pertinence de cette quasi règle l Union européenne reste attractive pour les pays pauvres élargissements de 2004 2007 et 2013 mais devient répulsive pour les pays riches Norvège Suisse et maintenant Islande 19 Depuis 1995 aucun pays entré dans l UE n affiche au moment de son adhésion un PIB par habitant en SPA supérieur à la moyenne de l UE Certes il a été démontré que la majorité des pays entrés en 2004 ou 2007 poursuivent leur rattrapage économique en dépit de la crise économique engagée en 2008 20 Il faudra cependant une grande maîtrise des techniques de communication pour convaincre qu intégrer systématiquement des pays pauvres enrichit l Union européenne et la rend plus puissante dans un monde multipolaire marqué par l émergence de nouvelles puissances 21 Copyright 19 Mai 2013 Verluise Diploweb com Mise en ligne initiale 19 mai 2013 Plus Les illustrations de cet article sont rassemblées dans le fichier pdf ci dessous destiné à des fins pédagogiques UE28 territoire population économie La Croatie ça change quoi Gérard François Dumont et Pierre Verluise Géopolitique de l Europe classes préparatoires commerciales nouveau programme 2e édition Ed Sedes Armand Colin 1er septembre 2014 De tous les continents l Europe est celui dont la définition suscite régulièrement les plus vives controverses Où commence t elle Où s arrête t elle Cette géopolitique de l Europe traite du territoire composite qui s étend de l Atlantique à la vaste Russie Sa configuration en a été profondément remodelée depuis la fin de la Guerre froide L Union européenne des 28

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-UE28-la-Croatie-ca-change-quoi.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Angela Merkel – François Hollande: quelles relations ? - États membres
    pas si éloignées que cela des positions chrétiennes démocrates Le réalisme l aurait emporté sur la confrontation l idéal de la démocratie sociale chère au SPD emporter sur le rêve si souvent déçu d un socialisme à la française déçu entre autres parce que la France ne peut plus depuis longtemps déjà concevoir sa politique économique et sociale sans concertation avec ses partenaires européens F Mitterrand sous la pression de son conseiller économique J Attali l avait compris en 1983 La crise semble avoir hâté la conversion de F Hollande à ce qu il n a au fond jamais cessé d être comme son premier ministre Jean Marc Ayrault un social démocrate à l allemande favorable au compromis qu implique l idée de partenariat social favorable aussi à l économie sociale de marché comme le SPD en avait accepté les principes à Bad Godesberg en 1959 A ceci près que sachant que la France n est pas l Allemagne et les Français pas les Allemands F Hollande n a pas fait sien le slogan du ministre social démocrate de l Economie des années 1960 Karl Schiller Autant de marché que possible autant de planification que nécessaire pour en faire Autant de marché que nécessaire autant de solidarité que possible La nuance est importante mais c est sans doute à ce prix qu est devenu possible en France l abandon d un discours de confrontation pour retourner à un discours de recherche d un terrain d entente qui permette à nouveau au tandem franco allemand de redevenir le moteur de l Europe Rien n est encore vraiment assuré mais une évolution semble aujourd hui possible L alerte aura été chaude parce qu on pouvait craindre en effet ces derniers mois qu à la recherche d un compromis entre la France et l Allemagne se substitue une politique délibérée de confrontation pour forcer l autre à changer de politique Il est oiseux de mettre en avant les divergences entre les deux pays en matière de structures territoriales ou de politiques économiques pour faire croire à leur incapacité à s entendre Ces divergences ne datent pas d aujourd hui elles n ont pas dans le passé empêché la France et l Allemagne de proposer à l Europe les compromis qui l ont fait naître et se développer La leçon de ces dernières décennies est que les divergences n empêchent pas le compromis quand ces derniers mois d aucuns ont cherché à accréditer l inverse en particulier au sein du Parti socialiste Celui ci ne peut plus faire l économie d un débat sur la voie du réformisme comme seule alternative au conservatisme de droite comme de gauche De quoi s agit il Menacée de déclin la France n a pas les moyens d une politique de confrontation elle a qu elle le veuille ou non toutes les raisons objectives de s entendre avec l Allemagne pour remettre ses finances en état et provoquer non pas la croissance de ses déficits publics mais la

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Relations-franco-allemandes-retour.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • son doctorat de 3ème cycle à l étude du périodique Der Ruf 1945 1949 journal des prisonniers allemands aux Etats Unis et en Allemagne Lecteur de français à l Institut d Etudes romanes de l Université de Cologne 1970 74 il est assistant à l UER d Etudes germaniques de l Université de Lille 3 1974 1980 puis maître assistant maître de conférences à l Université de Valenciennes 1980 1988 Titulaire d une habilitation à diriger des recherches portant sur l histoire de l Allemagne contemporaine Valenciennes 1985 il est professeur à l Université de Valenciennes de 1988 à 2000 Depuis septembre 2000 J Vaillant est professeur de civilisation allemande à l Université Charles de Gaulle Lille 3 Il dirige depuis 1977 la revue Allemagne d aujourd hui revue d information et de recherche sur l Allemagne Paris qui traite de la vie politique économique sociale et culturelle de ce pays Depuis 2000 il est également Directeur des Presses Universitaires du Septentrion Villeneuve d Ascq Ses publications portent sur l histoire de l Allemagne après 1945 des deux Etats allemands RFA et RDA plus particulièrement sur la politique culturelle américaine et française en Allemagne occupée le fédéralisme allemand l unification la politique étrangère de l Allemagne depuis 1990 et les relations franco allemandes Il a reçu en 2008 le Prix Adam Mickiewicz du Triangle de Weimar qu il a partagé avec W Bartozewski ancien ministre polonais des Affaires étrangères et R von Thadden ancien coordinateur des relations culturelles franco allemandes Ses articles pour Diploweb com Relations franco allemandes retour à la raison Il apparaît urgent que la France et l Allemagne après des mois d errances cessent de cultiver leurs différences et leurs divergences pour retrouver Une embellie pour l Allemagne une embellie pour l Europe L Allemagne est elle

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jerome-VAILLANT_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •