archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • dans ces domaines de nombreux articles et plusieurs ouvrages parmi lesquels L anglais dans le monde contemporain Paris Editions Le Robert Collection L ordre des mots 1990 dir Le plurilinguisme européen Théories et pratiques en politique linguistique Paris Éditions Champion Slatkine 1994 L anglais en Europe repères Key aspects of the use of English in Europe Strasbourg Éditions du Conseil de l Europe 2002 Europe l enjeu linguistique Paris La documentation française collection Les études 2008 dir Language choices in European companies Sprachwahl in europäischen Unternehmen Choix linguistiques dans les entreprises en Europe Sociolinguistica volume 23 2009 Tübingen De Gruyter C Truchot et D Huck dir L analyse des pratiques d évaluation des politiques linguistiques une entrée pour l étude des politiques linguistiques Les Cahiers du GEPE N 1 2008 publication en ligne Claude Truchot a fondé et dirigé à l université de Strasbourg le Groupe d étude sur le plurilinguisme européen Il collabore comme expert en politique linguistique auprès de diverses institutions dont le Conseil de l Europe et siège au comité de rédaction de plusieurs revues de politique linguistique Ses articles pour Diploweb com L enseignement supérieur en anglais véhiculaire la qualité en question Angliciste et sociolinguiste l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Claude-TRUCHOT_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Service européen pour l’action extérieure (SEAE-EEAS) : quels défis (...) - Institutions
    européenne et le vice président de la Commission qui a le poste de haut représentant 41 42 En attendant Le Parlement européen peut adresser des questions ou formuler des recommandations à l intention du Conseil et du haut représentant Il procède deux fois par an à un débat sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité commune y compris la politique de sécurité et de défense commune 43 TUE art 36 C est notamment à cette occasion que le haut représentant informe le Parlement de l évolution des coopérations renforcées TFUE art 328 Quelles fonctions Aux côtés des chefs d État ou de gouvernement le haut représentant de l Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité participe aux travaux du Conseil européen TUE art 15 Les fonctions du haut représentant de l Union européenne sont notamment définies aux articles 18 26 et 27 du traité sur l Union européenne Voyons la suite de l article 18 Art 18 paragraphe 2 Le haut représentant conduit la politique étrangère et de sécurité commune de l Union européenne Il contribue par ses propositions à l élaboration de cette politique et l exécute en tant que mandataire du Conseil Il agit de même pour la politique de sécurité et de défense commune 44 Relevons à cette occasion que depuis le 1er décembre 2009 le traité de Lisbonne transforme la Politique européenne de sécurité et de défense PESD en Politique de sécurité et de défense commune PSDC 45 Art 18 paragraphe 3 Le haut représentant préside le Conseil des affaires étrangères 46 Le Conseil des Affaires étrangères rassemble les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l UE Art 18 paragraphe 4 Le haut représentant est l un des vice président de la Commission Il veille à la cohérence de l action extérieure de l Union européenne Il est chargé au sein de la Commission européenne des responsabilités qui incombent à cette dernière dans le domaine des relations extérieures et de la coordination des autres aspects de l action extérieure de l Union Dans l exercice de ces responsabilités au sein de la Commission et pour ces seules responsabilités le haut représentant est soumis aux procédures qui régissent le fonctionnement de la Commission dans la mesure où cela est compatible avec les paragraphes 2 et 3 47 L article 26 paragraphe 3 précise La politique étrangère et de sécurité commune est exécutée par le haut représentant et par les États membres en utilisant les moyens nationaux et ceux de l Union 48 C est donc bien le Conseil européen qui identifie les intérêts stratégiques fixe les objectifs et définit les orientations de la politique générale de la PESC et le haut représentant qui exécute Sa marge de manœuvre se trouve donc considérablement réduite De là à en faire un exécutant il n y a qu un pas Poursuivons avec le début de l article 27 Art 27 paragraphe 1 Le haut représentant de l Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité qui préside le Conseil des affaires étrangères contribue par ses propositions à l élaboration de la politique étrangère et de sécurité commune et assure la mise en œuvre des décisions adoptées par le Conseil européen et le Conseil Art 27 paragraphe 2 Le haut représentant représente l Union européenne pour les matières relevant de la politique étrangère et de sécurité commune Il conduit au nom de l Union le dialogue politique avec les tiers et exprime la position de l Union dans les organisations internationales et au sein des conférences internationales 49 L article 220 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne TFUE charge par ailleurs le haut représentant de la mise en œuvre de la collaboration avec les organes des Nations unies le Conseil de l Europe l Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe OSCE comme l Organisation de coopération et de développement économiques OCDE L article 221 du TFUE donne au haut représentant l autorité sur les délégations de l Union européenne dans le monde qui agissent en étroite coopération avec les missions diplomatiques et consulaires des pays membres Ce qui conduisait au printemps 2010 un ministre des Affaires étrangères d un pays membre parmi les plus peuplé à confier en off Nous devons l accepter apprivoiser le doute et la méfiance Il faut maintenant une ambition élevée pour la haute représentante comme pour le service européen d action extérieure C est la haute représentante qui doit avoir désormais le pas sur les ministres des Affaires étrangères comme sur les ambassadeurs des pays de l UE Ce n est pas drôle mais c est comme ça C est l Europe nous l avons voulu il faut l accepter et en attendre probablement de bonnes surprises Après avoir choisi les candidats destinés à travailler au service il faudra que l alchimie prenne 50 Pour autant les déclarations 13 et 14 au sujet du service européen pour l action extérieure invitent à la relativiser ce délicieux abandon des États comme nous allons le voir plus loin LE SERVICE EUROPEEN POUR L ACTION EXTERIEURE La fin de l article 27 du traité sur l Union européenne présente le service européen pour l action extérieure Notons qu aucun autre article du TUE ne traite directement du service Art 27 paragraphe 3 Dans l accomplissement de son mandat le haut représentant s appuie sur un service européen pour l action extérieure Ce service travaille en collaboration avec les services diplomatiques des États membres et est composé de fonctionnaires des services compétents du secrétariat général du Conseil et de la Commission ainsi que de personnel détaché des services diplomatiques nationaux L organisation et le fonctionnement du service européen pour l action extérieure sont fixés par une décision du Conseil Le Conseil statue sur proposition du haut représentant après consultation du Parlement européen et approbation de la Commission 51 52 À ce troisième paragraphe de l article 27 du TUE viennent s ajouter trois déclarations pour encadrer le service européen pour l action extérieure Il s agit de déclarations 13 14 et 15 53 relatives à des dispositions des traités annexées à l acte final de la Conférence intergouvernementale qui a adopté le traité de Lisbonne signé le 13 décembre 2007 La déclaration 13 précise La Conférence souligne que les dispositions du traité portant sur la politique étrangère et de sécurité commune y compris la fonction de haut représentant de l Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et la mise en place d un service pour l action extérieure ne portent pas atteinte aux responsabilités des États membres telles qu elles existent actuellement pour l élaboration et la conduite de leur politique étrangère ni à leur représentation nationale dans les pays tiers et au sein des organisations internationales La Conférence rappelle également que les dispositions régissant la politique de sécurité et de défense commune sont sans préjudice du caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense des États membres Elle souligne que l Union européenne et ses États membres demeureront liés par la Charte des Nations unies et en particulier par la responsabilité incombant au Conseil de sécurité et à ses États membres du maintien de la paix et de la sécurité internationales 54 La déclaration 14 ajoute que En plus des règles et procédures visées à l article 24 paragraphe 1 55 du traité sur l Union européenne la Conférence souligne que les dispositions concernant la politique étrangère et de sécurité commune y compris pour ce qui est du haut représentant de l Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ainsi que du service pour l action extérieure n affecteront pas la base juridique existante les responsabilités ni les compétences de chaque État membre en ce qui concerne l élaboration et la conduite de sa politique étrangère son service diplomatique national ses relations avec les pays tiers et sa participation à des organisations internationales y compris l appartenance d un État membre au Conseil de sécurité des Nations unies La Conférence note par ailleurs que les dispositions concernant la politique étrangère et de sécurité commune ne confèrent pas de nouveaux pouvoirs à la Commission de prendre l initiative de décisions ni n accroissent le rôle du Parlement européen La Conférence rappelle également que les dispositions régissant la politique de sécurité et de défense commune sont sans préjudice du caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense des États membres 56 La lecture des déclarations 13 et 14 donne l impression que les États se sont prémunis le plus possible contre une intrusion du service européen d action extérieur pourtant créé par leur volonté sur le pré carré de leurs prérogatives en matière de politique étrangère et de défense En effet les déclarations 13 et plus encore 14 restreignent considérablement les marges de manœuvre du haut représentant de l Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité comme du service européen pour l action extérieure 25 octobre 2010 Catherine ASHTON haut représentant de l Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Vice président de la Commission européenne entourée de Pierre VIMONT Secrétaire général du service européen d action extérieure et de David O SULLIVAN Directeur Général administratif Source Le Conseil de l Union européenne Voyons maintenant comment le service européen pour l action extérieure est organisé L organisation du SEAE présentée par Touteleurope eu 57 La décision du Conseil fixant l organisation et le fonctionnement du SEAE a enfin été adoptée par le Conseil des ministres européens des Affaires étrangères le 26 juillet 2010 Le SEAE pourrait entrer en service le 1er décembre 2010 La décision du Conseil du 26 juillet 2010 prévoit que le SEAE assistera le haut représentant aux fins de l exécution de son mandat consistant à conduire la politique étrangère et de sécurité commune PESC de l Union et à veiller à la cohérence de l action extérieure de l Union comme indiqué notamment aux articles 18 et 27 du traité de Lisbonne L article 2 de cette décision prévoit plus précisément que le SEAE assiste le haut représentant dans l exécution de son mandat consistant à conduire la politique étrangère et de sécurité commune PESC de l Union européenne y compris la politique de sécurité et de défense commune PSDC à contribuer par ses propositions à l élaboration de cette politique qu il exécute en tant que mandataire du Conseil et à veiller à la cohérence de l action extérieure de l Union en sa qualité de président du Conseil des affaires étrangères sans préjudice des tâches habituelles du secrétariat général du Conseil en sa qualité de vice président de la Commission en vue de s acquitter au sein de la Commission des responsabilités qui incombent à cette dernière dans le domaine des relations extérieures et de la coordination des autres aspects de l action extérieure de l Union sans préjudice des tâches habituelles des services de la Commission Le texte prévoit également que ce service assistera le Président du Conseil européen ainsi que les Président et membres de la Commission européenne dans l exercice de leurs fonctions respectives dans le domaine des relations extérieures et assurera une coopération étroite avec les États membres Loin d être une supra diplomatie européenne la création d un poste de ministre européen des Affaires étrangères avait vivement été rejetée lors des négociations du traité de Lisbonne notamment par le Royaume Uni le SEAE n a pas vocation à se substituer aux chancelleries des Etats membres La décision du Conseil prévoit ainsi dans son article 3 qu il travaille en collaboration avec les services diplomatiques des États membres ainsi qu avec le secrétariat général du Conseil et les services de la Commission et les assiste afin de veiller à la cohérence entre les différents domaines de l action extérieure de l Union et entre ces domaines et ses autres politiques Résultat de la négociation avec les eurodéputés la décision finale du Conseil sur le SEAE rappelle que le Parlement européen jouera pleinement son rôle dans l action extérieure de l Union y compris en exerçant ses fonctions de contrôle politique comme le prévoit l article 14 paragraphe 1 du TUE ainsi que dans les matières législatives et budgétaires conformément aux traités Le personnel La décision sur l organisation et le fonctionnement du SEAE prévoit dans son article 4 que la gestion du SEAE est assurée par un secrétaire général exécutif exerçant ses fonctions sous l autorité du haut représentant Ce poste a été confié par Catherine Ashton au Français Pierre Vimont 58 Il sera assisté de deux adjoints L administration centrale sera organisée en directions générales Le personnel du SEAE sera nommé par le haut représentant et sera composé selon l article 6 de la décision du 26 juillet 2010 de fonctionnaires et d autres agents de l Union européenne y compris des membres du personnel des services diplomatiques des États membres nommés en tant qu agents temporaires et si nécessaire à titre provisoire d experts nationaux spécialisés détachés END Le Parlement européen a obtenu lors des négociations que 60 du personnel provienne de la fonction publique européenne Le texte de la décision prévoit que le recrutement au sein du SEAE est fondé sur le mérite tout en veillant à assurer un équilibre adéquat tant géographique qu entre les hommes et les femmes Le personnel du SEAE compte un nombre significatif de ressortissants de tous les États membres La décision précise enfin que la décision d ouvrir une délégation sera adoptée par le haut représentant après consultation du Conseil et de la Commission Siège La décision du 26 juillet 2010 prévoit que le SEAE siègera à Bruxelles Afin d affirmer l indépendance de ce service il ne sera géographiquement placé ni au Conseil des ministres ni dans le Berlaymont bâtiment principal de la Commission mais dans un autre bâtiment sans doute le Charlemagne Chaque délégation ou autre mission de l UE sera dirigée par un chef de délégation ou un équivalent qui aura autorité sur l ensemble du personnel et des activités de la délégation et sera responsable de la gestion globale des travaux de la délégation ainsi que de la coordination de toutes les actions de l Union Le chef de délégation recevra ses instructions du haut représentant et du SEAE et sera responsable de leur exécution Dans les domaines où la Commission exerce les compétences que lui confèrent les traités celle ci pourra également donner des instructions aux délégations qui seront exécutées sous la responsabilité générale du chef de délégation Dans une acception large ce service rassemblerait près de 6 000 personnes Le budget L article 8 de la décision concerne le budget du SEAE Il prévoit que l ordonnateur de ce budget est le haut représentant et que le SEAE exerce ses pouvoirs conformément au règlement financier applicable au budget général de l Union dans les limites des crédits qui lui sont alloués Le budget relevant de la PESC de l instrument de stabilité de l instrument financier de coopération avec les pays industrialisés de la communication de la diplomatie publique et des missions d observation électorale reste cependant géré par la Commission mais sous l autorité de son vice président c est à dire le haut représentant L article 8 paragraphe 5 de la décision prévoit qu afin d assurer la transparence budgétaire dans le domaine de l action extérieure de l Union lorsque la Commission transmet à l autorité budgétaire le projet de budget général de l Union européenne elle lui transmet également un document de travail qui présente de manière complète toutes les dépenses liées à l action extérieure de l Union Le Parlement européen qui vote le budget général de l Union a ainsi obtenu le contrôle demandé du budget du SEAE Source touteleurope eu octobre 2010 59 Immenses sont les défis à relever par le haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité comme par le service européen pour l action extérieure Lisibilité visibilité et réactivité voici trois éléments qui différencient pour l heure la diplomatie des États et la PESC Le service européen pour l action extérieure saura t il acquérir ces qualités On comprend à la lecture des déclarations 13 et 14 que les États membres se sont donné les moyens de garder la main Cependant il est encore trop tôt pour savoir si le diagnostic posé au printemps 2009 par l ancien député européen Jean Louis Bourlanges pour expliquer sa déception européenne reste pertinent Il écrivait alors tout a été conçu et organisé pour assurer la mise en majesté et le règne sans partage des chefs d État ou de gouvernement dans le cadre d un Conseil européen lui même soumis par la règle du commun accord à la loi des moins disant européens 60 Les cadrages du poste de haut représentant et de l organisation du service européen conduisent à toucher du doigt une des contradictions majeures de la construction européenne la tension entre l intérêt général de l Union européenne et l intérêt particulier national Encore qu il soit plus difficile qu il n y paraît de définir véritablement l intérêt de l UE et l intérêt national dans un monde en mutation Il semble encore plus complexe de mettre en œuvre une articulation constructive de l un et de l autre Ne perdons pas de vue cependant que les circonstances conduisent parfois à interpréter voire dépasser les textes de l Union européenne comme on l a vu pour le Pacte de stabilité Le haut représentant et le service européen pour l action extérieure peuvent devenir l outil de coordination souhaité par les 12 sages apporter plus de cohérence entre le discours et l action comme entre les responsabilités et les engagements aider à dépasser le plus petit commun dénominateur pour faire de l UE un multiplicateur de puissance si et seulement si les États

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Service-europeen-pour-l-action,687.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géopolitique des marges orientales de l'Union européenne - Institutions
    de Lviv en Galicie était majoritairement de langue polonaise dans les années 1930 Si les deux pays vont co organiser l Euro 2012 de football cela ne veut pas dire pour autant que les relations aient toujours été bonnes entre la Pologne et ses voisins orientaux pendant plusieurs siècles le prosélytisme religieux catholique accompagnait une vocation impériale polonaise 3 Jusque dans les années 1940 le général Sikorski Premier ministre du gouvernement polonais en exil portait encore un projet polonais régional spécifique une Pologne forte décide de l existence et de la liberté des Etats de taille moyenne en Europe de l Est Au moment de notre défaite ceux ci perdent leur existence indépendante devenant la proie de l ennemi et de la Russie 4 La Pologne d aujourd hui s inscrit en partie dans cet héritage en œuvrant à l exportation de l acquis communautaire en Biélorussie et en Ukraine La reprise d anciens réseaux de solidarité est également observable dans l espace de la mer Baltique En effet la multiplication des échanges dans cette région ressuscite dans une certaine mesure la ligue hanséatique réseau polycentrique de cités Etats reliant les ports de la mer du Nord à ceux de la Baltique orientale né au XII siècle La Hanse dont le terme viendrait du vieil allemand signifiant association de marchands a certes disparu avec la paix de Westphalie en 1648 mais son imaginaire persiste jusqu à aujourd hui Ainsi la fin de la guerre froide a suscité un engouement certain pour l idée d un retour à cet âge d or de la ligue hanséatique exprimé par les intellectuels et diplomates scandinaves aussi bien que par les hommes d affaires allemands ou les nostalgiques de l ancienne Königsberg 5 Ce n est d ailleurs pas un hasard si la compagnie aérienne allemande s appelle Lufthansa Air Hanse La coopération régionale a également été réactivée par la Finlande via la dimension septentrionale de l UE dont l objet originel consistait à répondre aux enjeux de l élargissement et à associer la Russie mais qui au final se concentre sur les priorités sécuritaires de l UE Cette re construction de l interdépendance entre l UE et les marges orientales vise à transformer le voisinage et promeut donc l exportation du modèle de l UE C est en ce sens que l on peut parler de l UE comme d une puissance normative 6 dont l objectif consiste à exporter un certain nombre de règles et de normes internes sociales économiques environnementales dans des pays tiers L extension de son modèle interne a conduit à utiliser le concept de gouvernance externe qui traduit les processus de transformation à l œuvre dans les pays concernés 7 Les accords de libre échange approfondi entre l UE et les pays du Partenariat oriental sont l illustration parfaite de ce phénomène puisque leur objectif essentiel n est pas tant d abolir les droits de douanes que d encourager l adoption des normes techniques communautaires En un sens

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Les-marges-orientales-de-l-Union.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Le processus européen de décision après le traité de Lisbonne - Institutions
    membres au gré des adhésions se voient transférer de plus en plus de compétences sans cependant qu on puisse parler de fédération parce que l échelle de décision et de pouvoir Europe est nécessaire et que les États appliquant la subsidiarité et la proportionnalité savent que le transfert de compétences souveraines est requis dans un monde en compétition acérée L auteur expose les acteurs les premiers rôles d abord Conseils conseil de l UE et Conseil Européen Commission Parlement européen mais également les seconds rôles qui jouent dans la pièce des partitions importantes les fonctionnaires les Agences le Comité Économique et Social Européen et le Comité des Régions ou le Médiateur rattaché au Parlement européen Et également la Représentation Permanente du moins la nôtre qui reçoit ses instructions du SGAE auprès du 1er ministre pour porter la voix des intérêts de l État français Et nos collectivités territoriales qui sans avoir l autonomie des Lander allemands sont bien présentes Les jeux de pouvoir Dans la seconde partie à l aide de schémas et de précieux tableaux récapitulatifs l auteur dévoile les jeux de pouvoir qui se déroulent au travers des mécanismes de décision Elle détaille l élaboration d un texte directive règlement de la proposition à son adoption selon les différentes procédures mais elle évoque aussi ce qui se passe en amont C est en effet un élément caractéristique du système européen que le stade des consultations et des avis Il permet l exercice de l influence de la société civile au travers du lobbying Un lobbying transparent régulé et argumenté des groupes de pression encouragé par les institutions qui recherchent les informations de terrain auprès des experts et agents économiques et sociaux Quant au stade essentiel de l adoption de la décision une large place est faite à la procédure législative normale anciennement co législation et à l analyse du système des amendements au gré des différents lectures quoi permet progressivement l élaboration d un texte consensuel parfois trop L ouvrage aborde également en détails l ensemble des procédures spécifiques susceptibles d intervenir la procédure budgétaire qui doit permettre d éviter l affrontement sur les ressources et leur utilisation entre États Membres et Parlement et garantir une répartition d intérêt général la coopération renforcée qui permet à un groupe d États d aller plus loin dans un domaine dans un exercice à géométrie variable mais sous contrôle communautaire mais aussi la coordination économique les instruments particuliers de la CPJP ou de la PESC le pouvoir spécifique de la Commission européenne en droit de la concurrence et finalement les adhésions et les révisions des Traités L Exécution Comment appliquer une directive une fois celle ci adoptée Dans le chapitre III Florence Chaltiel aborde la question de l Exécution notamment des nombreux comités composés d experts nationaux qui interviennent selon des modalités différentes et encadrent l autonomie de la Commission à qui le conseil délègue l exécution des textes et des politiques Elle insiste sur le devoir de coopération des États

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Le-processus-europeen-de-decision.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Titulaire d une Chaire Jean Monnet de la Commission Européenne Docteur en droit de l Union européenne Paris I La Sorbonne Maitrise en sciences politiques et en Droit Paris X Diplôme du Centre d Etudes Européennes Economiques de l Université Paris I La Sorbonne Domaines de recherche d enseignement et d expertise Droit des sociétés européen et gouvernance d entreprise RSEE Questions institutionnelles et politiques affaires publiques et lobbying société civile Droit matériel concurrence et politique industrielle SIEG Affiliation académique Présidente honoraire du Groupe des Belles Feuilles FNAGE CEDECE ECSA Europe BASE GNL Administrateur de Confrontations Europe European Corporate Governance Institute World Council of Corporate Governance WCCG Club recherche de l IFA Partenaire AFJE Womens et Partenariats institutionnels avec les réseaux professionnels feminins EPWN Femmes Business Angels Paris Pionnières France Active Force Femmes Femmes Débat et Société Expert auprès de l UE Courriel beaufort essec fr Ses articles pour Diploweb com Le processus européen de décision après le traité de Lisbonne Avec un tel outil il n est plus possible d affirmer qu on ne comprend rien à l Europe Présentation du livre de Florence Chaltiel Le processus Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Viviane-de-BEAUFORT_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • L’exploration spatiale par des vols habités : aspects historiques (...) - Institutions
    Space Centre à Huntsville si le programme Constellation est arrêté déclare Le plan Obama assure que pendant des décennies les Etats Unis seront subordonnés et dépendront des autres pays pour accéder à l espace Lorsque l administrateur de la Nasa Charles Bolden comparut devant le comité sénatorial des appropriations le 22 avril dernier Shelby l attaqua en ces termes Je vous soupçonne de ne pas croire que la prépondérance américaine dans le domaine des vols habités est une priorité pour laquelle vous devez vous battre A part les Etats Unis quels sont les projets des autres acteurs Laissant aux acteurs variés de la scène américaine le soin et le plaisir de discuter et peut être rejeter les plans actuels notons qu ils imposent de toutes façons une pause programmatique d au moins cinq ans occupée par une RD non focalisée Incertitude donc en face d un chantier où manquent les idées nouvelles Les idées nous les avons depuis très longtemps et elles ne se renouvellent pas C est ce que l on constate chez les pays émergents qui du point de vue spatial comme en fait beaucoup d autres en sont restés à 1960 Ils ont tous Chine Inde Japon envoyé une sonde automatique autour de la lune D après les déclarations du directeur de l office chinois d ingénierie des vols habités Wang Wenbao à Colorado Springs le 14 avril dernier la Chine a l intention de construire entre 2016 et 2022 une station spatiale de 30 tonnes constituée de trois modules de durée de vie dix ans accueillant trois spationautes pour de longues périodes La Chine se préparera à cette entreprise par un programme à phases successives de rendez vous et dockings Tiangong 1 simple laboratoire orbital cible de docking lancée en 2011 permettra des manoeuvres de rendez vous avec d abord le véhicule automatique Shenzhou 8 puis si tout se passe bien avec les missions habitées Shenzhou 9 et 10 en 2012 Tiangong 2 sera ensuite lancé puis Tiangong 3 dans la période 2014 2016 comportant l un et l autre des expériences sur la technologie des supports de vie régénératifs et un Spacelab de 8 5 t à deux modules expériences et ressources capable de recevoir et stocker ravitaillement en vivres équipements et ergols Le programme repose sur la fusée Longue Marche 2F tirée de Jiuquan Nous savons très bien à quoi servira ce vaste programme entrepris après que les Etats Unis ont démontré le fiasco du concept de station spatiale habitée par leur retrait de l ISS Il y a quelques années le scandale du lait contaminé fourni à des milliers de bébés agitait violemment les média et la classe politique chinoise On n en a plus parlé après la mise en orbite et la sortie extravéhiculaire d un spationaute chinois Et voilà l investissement s est révélé rentable Si la presse internationale a évoqué l éventualité d une mission habitée chinoise vers la lune aux environs de 2025 2030 mes amis de Beijin se gardent bien de la confirmer ou de l infirmer Poussée par l exemple de son voisin l Inde annonce son intention de financer un programme de vols habités avec peut être une première mission vers 2016 L échec récent du moteur cryogénique indigène équipant le lanceur GSLV la fera peut être réfléchir c est ce qui est arrivé au Japon qui nourrissait l ambition de vols habités mais s est heurté aux difficultés techniques rencontrées par ses lanceurs et a pour l instant remis les réalisations à un futur indéterminé Et l Union européenne Demandons nous maintenant ce que l Europe fait ou devrait faire dans le domaine des vols habités Elle a jusqu à présent sagement évité ce genre de dépenses autant qu elle le pouvait Je passe à juste titre pour manquer d enthousiasme pour ces missions ce qui ne m a pas empêché de proposer au CNES dès 1974 de nous entendre avec l Union soviétique pour obtenir le vol gratuit de spationautes français et de convaincre le président du CNES en 1978 d accepter l offre que nous en fit enfin Brejnev désireux de se rapprocher de nous et autorisant en même temps la vente d ergols pour Ariane 1 Et nous n avons eu qu à nous en féliciter puisque les vols de Chrétien et autres ont apporté en France beaucoup de popularité et de visibilité tant au CNES qu à l espace Politique de marketing peu coûteuse Là où l affaire est devenue moins appétissante c est quand il a fallu payer les nouvelles missions habitées Beaucoup d entre nous regrettent d avoir été forcés par notre Prince en 1995 à participer à l ISS à un niveau financier beaucoup trop élevé 8 bons milliards d euros au début qui ont fait des petits Voyez dans ce cadre le projet ATV dont le premier tir a coûté 1 2 milliard d euros et dont les quatre suivants feront monter la facture au delà de deux L objectif de la mission était d apporter quatre tonnes d eau à l ISS masse qui sera ô gloire portée à six tonnes lors de la prochaine mission Peut on imaginer une façon plus bête de dépenser son argent Malheureusement l avenir n est pas encore dégagé de ce côté puisqu il nous faudra encore longtemps porter le fardeau de cette station dont la Nasa se désintéressera de toute façon après 2020 mais que nos amis allemands adorent On parle de 2028 Et je ne suis pas convaincu que l intérêt présenté par les expériences proposées pour inclusion à la station justifient un budget annuel de 400 M Pour ce prix nos spationautes font de la bicyclette sous surveillance médicale Vers une politique européenne de vols habités Que peut donc être le contenu d une politique européenne de vols habités La question ne se pose pas pour nous dans les mêmes termes que pour les Etats Unis parce que nous n incorporons en aucune façon le vol habité dans notre image de l Europe Et sans participation à l image point d argent Je ne crois pas que nos dirigeants puissent nous refaire le coup de l ISS Même dans la perspective d un programme très attractif de coopération le budget communautaire pas plus que les budgets nationaux ne sauraient exsuder plus de 1 à 2 milliards d euros par an pour un projet spatial Notre image de l Europe c est celle d un continent longtemps déchiré par des guerres fratricides qui a décidé de rompre avec le passé en édifiant une superstructure politique douée de certains attributs traditionnels des Etats westphaliens Et le combat en cours concerne l un de ces attributs la monnaie qu il s agit de rendre robuste ce qui n est pas encore acquis De ce point de vue l espace attribut du Prince offre un aspect symbolique non dénué d intérêt puisque l Europe a besoin d un prince A t elle besoin des hommes dans l espace ou sur la lune dont elle a su jusqu à présent se passer Je répondrai nettement non Mais il y a quelque chose qui fait partie de l image de l Europe c est son enfant la science et c est donc comme représentant du triomphe de la science dans ce qu elle a de plus concret par son alliage avec une extraordinaire gestion des ressources humaines que l espace peut se présenter au public comme un archétype de la gouvernance mondiale de ce double point de vue science et management C est dire que nous devons rejeter tout leadership spatial national d où qu il vienne de chez nous ou d ailleurs au profit d une doctrine de collaboration entre égaux L initiative Bush nourrissait l inquiétude si malgré quelques vagues propos mentionnant une participation internationale qui restait à définir elle se présentait bien comme une entreprise purement américaine d impérialisme spatial et il était à craindre que l insuffisance criante de son financement amènerait la NASA sur un chemin similaire à celui qu elle avait parcouru pour l ISS à un moment ou un autre les amis des Etats Unis seraient mis en demeure de participer aux frais des missions américaines selon les modalités imposées par le partenaire principal et sans autre bénéfice que celui de faire valoir taxe qui obérant leur indépendance leur ôterait les moyens de choisir leur propre voie Avec le rejet par l administration Obama de la lune comme objectif premier disparaît ce danger il n y a aucune chance que l Europe accepte de contribuer de façon financièrement significative à une mission américaine vers un astéroïde Personne d autre ne nous proposera de participer à une expédition lunaire Si d aventure les Chinois voulaient visiter notre satellite naturel leur motivation serait d après ce que m a dit un haut responsable spatial chinois d y placer un Chinois Si l Inde imite son voisin pour placer un Indien sur la lune nous dirons aux uns et aux autres que c est leur affaire et en aucun cas la nôtre L Europe n a rien à prouver en matière scientifique ou technique En 2030 peut être un Chinois marchera sur la lune mais trois cent cinquante millions de ses compatriotes n auront pas accès à l eau potable Peut être l oublieront ils en regardant leur poste de télévision Mais devant ces armadas potentielles américaine chinoise indienne peut être coréenne devant ces missions qui seront présentées comme une démonstration de la prépondérance montante de l Asie en face de l Europe affainéantie et de l Amérique affaiblie quelle devra être notre réaction Quel programme européen d exploration spatiale Voyons d abord ce que pourrait être un programme d exploration spatiale mené par l Europe Nous entrons dans une période caractérisée par l absence de cible définie Une question classique est posée peut on mener un programme de RD sans focalisation La réponse doit être cherchée dans l exemple du SDI Space Defense Initiative système de défense spatial proposé par le président Reagan en 1983 qui n était pas vraiment défini En principe une flottille de satellites détecterait le départ de missiles adverses une seconde flottille les détruirait Comme on ne savait faire ni l un ni l autre le DOD a consacré quatre milliards chaque année à des investissements dans les domaines fondamentaux qui ont radicalement transformé la pratique spatiale Les microprocesseurs les CCD Internet en sont des conséquences Pendant ce temps les Etats Unis ne sont pas retournés sur la lune pas plus que sur aucune planète et se sont contentés de se familiariser avec la navette Une telle politique peut donc réussir Pendant les cinq à dix prochaines années les performances des composants électroniques continueront de croître selon la loi de Moore avec sa constante de temps de deux ans nous amenant vers la nanotechnologie Les systèmes de propulsion ne vont guère évoluer Mais ce qui pourrait changer ce sont les pratiques orbitales sur lesquelles l essentiel des investissements devrait porter ce que l on appelle l astronautique manœuvres rendez vous avec cibles coopératives ou non docking assemblage en orbite gestion des ergols propulsion électrique et pour les opérations planétaires utilisation d orbites non képlériennes emploi généralisé d aérofreinage et d aérocapture le tout concernant aussi bien les missions robotiques qu habitées Le plan Obama prévoit exactement ce type d activité pour NASA Il propose de réfléchir Rien n empêcherait les Agences européennes de proposer un programme de RD orbital avec démonstrateurs Un article récent Space News 19 04 10 d Alan Stern ancien administrateur adjoint de la Nasa pour la science fait comprendre la nécessité de changer notre paradigme Nasa d après lui n a pas réalisé les exploits qu en attendait le public parce qu elle s est enfermée dans une architecture monolithique un seul système de transport la navette dirigé vers une seule cible la navette D après lui nous avons besoin d efforts parallèles et relativement indépendants Et de prôner les capacités de lancement allant jusqu au vol habité développées par des opérateurs privés sous la bienveillante catalyse de Nasa dans le cadre de son programme COTS incubateur de Space X et Orbital Sciences où l on a vu entre autres la société Scaled composites de Burt Rutan mettre au point un lanceur habité pour une somme très inférieure aux dépenses de NASA consacrées aux seuls freins de la navette Stern se demande si la créativité américaine libérée ne pourrait permettre un retour à la lune pour un budget de 3 à 5 milliards ou une mission habitée à un astéroïde voisin la Terre pour un coût de 7 à 8 milliards Il faudrait alors réinventer la pratique du vol habité loin des budgets faramineux consacrés d après leurs défenseurs à la sécurité des spationautes Si les capacités promises par les promoteurs des projets à 100 milliards seraient plus grandes il faut reconnaître que les développements monolithiques des dernières décennies n ont rien apporté à l exploration que seules les missions automatiques ont pratiquée avec succès Regrouper les efforts Introduisant dans le débat une dimension ignorée par Stern la dimension internationale les notions de diversité et de parallélisme assez peu crédibles dans le cadre strictement américain prennent du sens mais à condition d encadrer la compétition par une véritable coopération On peut imaginer de regrouper plusieurs efforts nationaux pour former des équipes structurées multinationales et de faire superviser les différentes tentatives par un organe international de coordination et de coopération Prenons le cas de l exploration lunaire actuellement coordonnée lâchement par le comité international ILEWG International Lunar Exploration Working Group On pense d abord à une entente pour entreprendre la réalisation du programme envisagé par ILEWG en 2008 à savoir le développement par différents pays de véhicules lunaires la construction du village robotique et la préparation de bases habitées internationales et leurs opérations conduites en commun Les partenaires se partageraient des infrastructures variées telles que télécommunications fourniture d énergie systèmes de transport spatial dans une organisation internationale structurée Le village robotique constitué de composants d origine et de nature multiples se mettrait en place en plusieurs phases d abord reconnaissance en orbite lunaire petites atterrissages établissement d un réseau de tels atterrisseurs suivi du déploiement de grandes infrastructures utilisation coordonnée des ressources minières entre autres si elles existent Le retour d échantillons figurerait parmi les objectifs du village Si les six atterrissages Apollo ont permis le retour de 382 kg répartis en 2000 échantillons ceux ci ont tous été recueillis au voisinage de l équateur sur la face visible D autres sites comme le bassin d impact du pôle Sud les volcans jeunes comme Procellarum la face cachée doivent être prospectés pour compléter notre connaissance encore fragmentaire de l histoire du système solaire et le retour automatique fournit une excellent simulation d une mission habitée peut être permettrait il de prouver que l homme peut être totalement remplacé dans la fonction d exploration Un village robotique lunaire en production collaborative Le village robotique permettra d introduire des communications interactives entre la lune et le public féru de jeux vidéos Je crois que ce ne sont quelques hommes que nous enverront sur la lune ou peut être plus tard sur Mars mais des millions Le village robotique lunaire peut fournir une démonstration de la justesse du concept de diversité internationale Il serait important qu il constituât la prochaine étape de l exploration lunaire à la place des missions actuelles nous avons vu le Japon l ESA la Chine l Inde les Etats Unis envoyer chacun des sondes automatiques sans coordination autre que des échanges d information sur leur contenu scientifique Une telle approche par la RD orbitale et le village robotique est elle trop raisonnable trop modeste pour préparer les programmes de vols habités par définition très médiatiques donc non raisonnables et disons le extravagants En fait elle repose sur une idée qui devient de plus en plus populaire Partager ses données avec un grand nombre d innovateurs grâce aux technologies modernes de l information commence à être considéré comme ouvrant la possibilité de capter en retour les connaissances stockées de la foule Un nouveau mode d innovation appellé production collaborative se crée quand un grand nombre de personnes ou d entreprises travaillent librement ensemble pour engendrer de la croissance Myspace Youtube Linux ou Wikipedia sont à peine nés et ont déjà changé le paysage de la créativité Qu est Wikipedia sinon le partage des connaissances entre millions de gens Nous assistons à un nouveau mode d interaction qui a été appelé Wikinomics Ses méthodes sont celles que le public loin des Agences et des administrations aimerait voir appliquer pour faire jaillir du néant une nouvelle pratique spatiale et comme premier exemple le village robotique lunaire Les deux étapes que je viens d esquisser RD astronautique et village robotique lunaire pourraient constituer deux des piliers sur trois de la participation de l Europe à l exploration spatiale Je ne me bornerai à faire allusion au troisième car il fait l objet d un consensus et nos amis vous en parleront Il s agit de l exploration martienne Si des hommes sont envoyés vers Mars ce ne sera pas avant la fin des années 2030 l année 2038 présenterait des avantages balistiques particuliers A ce moment existeront des ordinateurs de taille réduite ayant la puissance de calcul du cerveau humain La présence de l homme ne sera donc pas nécessaire Nous ne savons même pas quels seront les grands problèmes qui se poseront à l humanité mais ce qui est sûr c est qu ils seront très graves J ai fait allusion à la pénurie d eau en Chine mais elle sera présente en beaucoup d autres endroits D autres pénuries se feront sentir en énergie en pétrole en nourriture alors que les consommations c est à dire les ponctions sur les ressources naturelles déjà sollicitées à leurs limites aujourd hui augmentent au taux de 2 par an La population se dirige partout

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-exploration-spatiale-par-des.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • the President of CNES Research Achievements Involved in space research J Blamont discovered the turbopause 1959 the interstellar wind 1970 the hydrogen envelope or halo of comets 1971 The polar noctiluxent clouds 1973 He made the first measurement of the temperature of the neutral atmosphere from 100 to 500 km of the dynamic parameters of the mesopause region He was the first to measure Einstein s general relativity red shift on the Sun with his students he developed the scientific ballooning in Europe and the lidar technique for atmospheric probing He proposed and helped the exploration of planets by balloons with the successful flights of two balloons in the atmosphere of Venus during the Soviet mission Vega He developed an image compression device which has been widely used in planetary missions around the Moon Mars and Titan He was a prime investigator on many Soviet and US spacecrafts Voyager Pioneer Venus Vega Phobos Other contributions J Blamont has always promoted cooperation programs in space He provided the payload for the first Indian rocket launch November 1963 and the Centaure rockets launched immediately afterwards January 1964 and helped V Sarabhai to conceive and start ISRO Starting with the various missions to Comet Halley associated with Vega in organized the joint US USSR operation linked with the Soviet Phobos mission and provided telecom relays placed on Nasa s Mars observer and Mars Global Surveyor which became essential in the recovery of data transmitted by Martian rovers Awards and Honors J Blamont is a Member of the French Académie des Sciences 1979 and Foreign Associate of the Indian National Science Academy 1978 the National Academy of Sciences of the United States 1979 and of the American Philosophical Society 2002 He has received the Guggenheim 1967 at the Theodore Von Karman 1989 Medal of

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jacques-BLAMONT_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • J.-C.Trichet La BCE « n’est en aucun cas là pour réparer les erreurs (...) - Institutions
    les risques souverains de la zone euro mais plutôt comme une mise en cause de la politique budgétaire des pays industrialisés Il se trouve que certains pays sont apparus comme étant plus vulnérables que d autres Il est vrai que cela met directement en cause la qualité de la surveillance des politiques budgétaires par les autres gouvernements Les attaques contre la dette souveraine étaient elles prévisibles Notre position constante notamment lorsque des pays comme la France l Allemagne et l Italie ont essayé de faire voler en éclat en 2004 2005 un pacte de stabilité et de croissance jugé stupide et trop contraignant a toujours été de défendre fermement la rigueur budgétaire Cela est totalement justifié par ce que nous vivons aujourd hui Ce n était pas a priori parce que nous pensions que nous pourrions un jour ou l autre nous retrouver dans une situation où la faiblesse d un pays de la zone euro pourrait créer un problème de stabilité financière global mais parce que nous considérions comme très important que la zone euro dans son ensemble ne soit pas affaiblie par des politiques budgétaires malsaines Nous n avons jamais exclu qu il puisse y avoir une dégradation de la situation budgétaire se traduisant par une augmentation importante des primes de risque sur les obligations souveraines Mais ce que nous vivons aujourd hui a été amplifié par la crise financière privée de 2008 2009 la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale C est cette combinaison de facteurs qui a rendu la situation plus difficile à gérer L Europe n a t elle pas réagi trop tardivement à la crise de la dette souveraine alors que dès janvier 2009 tous les éléments de la crise étaient déjà réunis Il fallait d abord que le pays confronté à une défiance des marchés adopte une politique budgétaire qui permette de convaincre l ensemble des opérateurs que la trajectoire budgétaire redevenait soutenable C est ce qui a manqué en 2009 à la Grèce C est toute la différence avec un pays comme l Irlande qui en dépit de sa situation très difficile a anticipé et adopté un plan de redressement important sans attendre de se retrouver dans une situation extrêmement difficile vis à vis des investisseurs De plus dans le cas de la Grèce il y a eu un problème très anormal et très grave de données fausses C est pour cela que le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne avec en particulier Christian Noyer gouverneur de la Banque de France insiste sur la nécessité de disposer de préférence au sein de la Commission d une entité indépendante qui puisse dire le droit en matière statistique et établir un diagnostic budgétaire fiable C est un point décisif si les vrais chiffres avaient été connus il est probable que l histoire n aurait pas du tout été la même Ne vous êtes vous pas montré trop tolérant à l égard de la Grèce lorsque ce pays a menti une première fois sur ses statistiques en 2005 Dès cette époque nous avons demandé très fermement à ce qu Eurostat puisse aller enquêter sur place pour vérifier la réalité des chiffres mais les gouvernements ne l ont pas voulu La situation étant alors moins dramatique certains pays ont refusé eux mêmes de se soumettre à de telles investigations Pourquoi avoir attendu le 10 mai 2010 pour intervenir sur le marché secondaire de la dette souveraine en rachetant des obligations grecques et d autres pays Si vous l aviez fait plus tôt vous auriez fait boire le bouillon aux spéculateurs qui pariaient sur un effondrement du prix de ces obligations Nous avons agi parce que dans quelques pays de la zone euro nous avons constaté des dysfonctionnements très graves sans précédents des marchés financiers le 6 mai après midi et le vendredi 7 mai Nous avons considéré à ce moment là et pas avant que nous avions un problème très grave pour la transmission de notre politique monétaire au sein d une fraction de la zone euro et qu il fallait s efforcer de rétablir un fonctionnement plus normal des marchés concernés Notre objectif n était pas de changer notre politique monétaire qui consiste à garantir la stabilité des prix pour nos 330 millions de concitoyens européens L inflation est un impôt sur les pauvres et les plus vulnérables La BCE n est donc pas là pour éponger les dépenses inconsidérées des États membres La Banque centrale n est en aucun cas là pour réparer les erreurs budgétaires des gouvernements erreurs contre lesquelles elle les a constamment alertés Axel Weber le président de la Bundesbank a critiqué publiquement la décision de la BCE d intervenir sur le marché de la dette souveraine car il considère qu elle remet en cause son indépendance en volant au secours d États qui ont violé leurs obligations Il y a eu une décision du Conseil des gouverneurs prise à une très large majorité Néanmoins vous avez déjà racheté 59 milliards d euros d obligations d État C est énorme Ces interventions sont stérilisées Notre politique monétaire est inchangée car nous considérons qu elle est appropriée pour garantir la stabilité des prix Pour éviter de modifier notre politique monétaire en accroissant la liquidité nous reprenons intégralement la liquidité donnée au titre de ces interventions La BCE ne devient elle pas une sorte de bad bank qui permet aux banques commerciales de se débarrasser des obligations souveraines douteuses Non Notre intervention a pour seul objet de nous aider à avoir une meilleure transmission de notre politique monétaire en contribuant à un meilleur fonctionnement de certains marchés obligataires La prochaine étape de la crise ne risque t elle pas d être celle de la dette privée comme on le voit en Espagne où les établissements bancaires sont très fragilisés La mise en cause de certaines signatures privées a été à la source de la crise internationale que nous traversons C est à la suite de cette crise privée que nous

    Original URL path: http://www.diploweb.com/J-C-Trichet-La-BCE-n-est-en-aucun.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •