archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • finances Carrière 1966 1968 Ingénieur dans le secteur concurrentiel 1971 Inspecteur adjoint des finances 1974 Chargé de mission à l Inspection générale des finances 1975 Nommé à la Direction du Trésor 1976 Secrétaire général du CIASI Comité interministériel pour l aménagement des structures industrielles 1978 Conseiller au cabinet du ministre de l économie et des finances 1978 Conseiller du Président de la République pour l industrie l énergie et la recherche 1981 Chef du bureau de l Aide au développement à la Direction du Trésor 1981 Sous directeur des Affaires bilatérales à la Direction du Trésor 1985 Chef du service des Affaires internationales à la Direction du Trésor Président du Club de Paris rééchelonnement des dettes souveraines 1985 1993 1986 Directeur du cabinet du ministre de l économie des finances et de la privatisation 1987 Directeur du Trésor Gouverneur suppléant du Fonds monétaire international jusqu en 1993 Gouverneur suppléant de la Banque mondiale Censeur de la Banque de France 1992 Président du Comité monétaire européen 1992 1993 1993 Gouverneur de la Banque de France premier mandat Membre du Conseil d administration de la Banque des règlements internationaux Gouverneur de la Banque mondiale jusqu en 1995 1994 Président du Conseil de la politique monétaire de la Banque de France Membre du Conseil de l Institut monétaire européen 1995 Gouverneur suppléant du Fonds monétaire international jusqu en 2003 1998 Membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne 1999 Gouverneur de la Banque de France second mandat 2003 Président des gouverneurs du Groupe des Dix Président de la Banque centrale européenne Source site de la BCE consultation juillet 2010 Ses articles pour Diploweb com J C Trichet La BCE n est en aucun cas là pour réparer les erreurs des gouvernements Jean Quatremer a interviewé en exclusivité pour Libération Jean Claude

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Jean-Claude-TRICHET_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • L’Union pour la Méditerranée deux ans après le Sommet de (...) - Institutions
    juillet 2008 quel bilan d étape peut on faire de l UPM UN CONTEXTE PEU PORTEUR FREINE LES DEBUTS DU PROJET MAIS DES SIGNES RECENTS LAISSENT ENVISAGER SON DEVELOPPEMENT L Union pour la Méditerranée compte 43 membres à part entière soit 4 pays de plus que le partenariat euro méditerranéen auxquels s ajoute la Ligue arabe qui a obtenu d y participer de plein droit après de difficiles tractations diplomatiques L emplacement du secrétariat général de l UpM a fait l objet d une controverse La Syrie et le Liban s opposant à ce qu il soit situé dans un pays arabe la candidature de Tunis a finalement été écartée à l issue d une longue querelle au profit de Barcelone Espagne Le secrétaire général de l Union pour la Méditerranée le Jordanien Ahmed Jalaf Massadeh a finalement été installé dans ses fonctions 19 mois après le Sommet le Paris le 4 mars 2010 Florence Beaugé avance que Paris aurait préféré un Tunisien à un Jordanien pour occuper ce poste Mais Tunis froissé que Barcelone ait obtenu le siège du Secrétariat général a refusé de présenter un candidat Si le Jordanien a décroché la palme c est donc faute de rival 9 Quoi qu il en soit le Secrétaire général nommé est entouré de six secrétaires généraux adjoints Israël Autorité palestinienne Italie Grèce Malte et Turquie Il semble que l attribution d un secrétariat général adjoint à Israël soit notamment le résultat des efforts diplomatiques de Bernard Kouchner ministre des Affaires étrangère français Au delà de ces avancées formelles le bilan d étape semble encore mince Nombre d observateurs font remarquer que le contexte n a pas été favorable Un contexte peu favorable En effet la crise financière commence à produire dès l automne 2008 de redoutables effets économiques et bientôt sociaux Les flux d Investissements directs étrangers Nord Sud diminuent en Méditerranée alors que la concertation Sud Sud peine à décoller La guerre conduite par Israël dans la bande de Gaza du 27 décembre 2008 au 17 janvier 2009 survient alors que l UpM est en phase de démarrage Le début de l opération Plomb durci Le 27 décembre 2008 débute l opération militaire Plomb durci dont l objectif est de mettre fin aux tirs de roquettes du Hamas depuis la Bande de Gaza sur le sud de l Etat hébreu Les raids aériens pilonnent les infrastructures les édifices officiels et les camps d entraînement tenus par le Hamas Le 28 Israël mobilise 6500 réservistes et bombarde les centaines de tunnels de contrebande creusés à Rafah qui permettent au Hamas de s approvisionner notamment en armes venues d Egypte Le même jour le Conseil de sécurité de l ONU demande un arrêt immédiat des hostilités dans une déclaration non contraignante Dans les pays musulmans ainsi qu en Europe des milliers de personnes manifestent contre les bombardements Le 29 Israël déclare zone militaire fermée sa zone frontalière avec Gaza et en interdit l accès à la presse internationale L Université islamique et un bâtiment de la Sécurité préventive symboles importants du Hamas sont détruits Le 30 le Quartette ONU Union européenne Etats Unis et Russie appelle à un cessez le feu immédiat et permanent La France propose une trêve humanitaire de 48 heures Le 31 décembre Israël refuse les propositions de trêve internationales et se prépare à une offensive terrestre Source Site de la Documentation française rubrique Chronologie internationale Moyen Orient 2008 L opération plomb durci est venu d emblée démontrer que le conflit israélo palestinien bloque ou ralenti jusqu aux politiques sectorielles prévues par l UpM Les réunions de l Union pour la Méditerranée prévues entre janvier et avril 2009 ont été reportées selon les sources diplomatiques françaises Les travaux ont pu reprendre au printemps d abord au niveau des hauts fonctionnaires puis des ministres En fait la tension reste sous jacente Ainsi au mois de novembre 2009 le chef de la diplomatie égyptienne refuse de rencontrer son homologue israélien l ultranationaliste Avigdor Lieberman au cours d une réunion des ministres des Affaires étrangères de l UpM prévue à Istambul L assaut des commandos israéliens contre une flottille cherchant à forcer le blocus de Gaza le 31 mai 2010 risque d impacter le processus De séminaires en séminaires Que sont devenus les six projets annoncés en 2008 Un an plus tard Dorothée Schmid a une formule saisissante la mise en œuvre progresse de façon inégale les autoroutes sont au point mort tandis que le reste des projets donne surtout lieu à des séminaires d études 10 En fait la nouveauté des projets comme la pertinence des priorités retenues peuvent se discuter Surtout les capacités de financements européens restent limitées Le recours à d autres bailleurs multilatéraux pose la question de la gouvernance des projets élus Il a été fait mention des fonds souverains des pays du Golfe mais quel serait leur intérêt de s agréger à un ensemble dans lequel l Union européenne pèse lourd Pour donner un ordre de comparaison rappelons que le budget pluri annuel pour la rénovation du zoo de Vincennes 11 atteint 133 millions d euros dont 25 apporté par l État 12 Combien mettez vous sur la table A la veille du premier anniversaire la Commission européenne fait un geste politique en renforçant sa contribution aux projets prioritaires Le 10 juillet 2009 la Commission européenne annonce une contribution supplémentaire de 72 millions d euros pour la période 2009 2010 en faveur des domaines d intervention jugés prioritaires par les chefs d État et de gouvernement euro méditerranéens lors de leur rencontre à Paris Une partie des fonds servira à soutenir le fonctionnement du secrétariat de l Union pour la Méditerranée Cette contribution porte à 90 millions d euros le budget communautaire total alloué depuis juillet 2008 aux priorités recensées par l Union pour la Méditerranée 13 Autrement dit la contribution de la Commission européenne de juillet 2008 à fin 2010 serait inférieure au budget pluriannuel de rénovation du zoo de Vincennes Mis à part

    Original URL path: http://www.diploweb.com/L-Union-pour-la-Mediterranee-deux.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Corruption remains a challenge for the EU-27 - Institutions
    of 10 it is possible to divide member states into two groups First there are the 13 most corrupt countries in the EU Greece Bulgaria and Romania 3 8 out of 10 Italy 4 3 Latvia and Slovakia 4 5 Lithuania and the Czech Republic 4 9 Poland 5 the same as the global average Hungary 5 1 Malta 5 2 Portugal 5 8 Spain 6 1 Note that this group of 13 countries that have a rather poor score with respect to corruption has 9 new member states NMS In other words the influence of their situation prior to membership of the Union remains significant Also note that Greece which entered the European Community 29 years ago on January 1st 1981 and entered the Eurozone 9 years ago in 2001 shows a level of corruption as high as Bulgaria and Romania who entered the EU in 2007 The following are the 14 EU 27 member states who are the least corrupt Estonia Slovenia and Cyprus 6 6 out of 10 France 6 9 Belgium 7 1 United Kingdom 7 7 Austria 7 9 Germany and Ireland 8 Luxembourg 8 2 Finland and the Netherlands 8 9 Sweden 9 2 and Denmark 9 3 This group of least corrupt EU countries includes 3 of the 12 new member states of which 2 are former communist states Estonia and Slovenia prove that there is no inevitable link between post communism and corruption Further analysis of the dynamics is required Dynamics During the five years of the first Barroso Commission how did corruption evolve in the candidate countries Romania and Bulgaria between 2004 and 2007 and members of what then became the EU 27 Between 2004 and 2009 only the Corruption Perception Index of Sweden 9 2 out of 10 did not change The other 26 countries of the EU 27 have seen their evaluations change sometimes significantly It is possible to distinguish between two distinct groups countries that are regressing and countries that are progressing The 14 EU 27 countries that regressed between 2004 and 2009 with respect to corruption perception are from the biggest fall to the smallest Malta 1 6 out of 10 Spain 1 United Kingdom 0 9 Finland 0 8 Austria Portugal Italy and Greece 0 5 Belgium 0 4 Bulgaria 0 3 Luxembourg Denmark Germany and France 0 2 Note that there are only two new member states among the country that have regressed Malta joined in 2004 and Bulgaria joined in 2007 The 12 EU 27 countries that progressed between 2004 and 2009 with respect to corruption perception are from the biggest increase to the smallest Poland 1 5 out of 10 Cyprus 1 2 Romania 0 9 Czech Republic 0 7 Slovenia and Estonia 0 6 Slovakia Latvia and Ireland 0 5 Lithuania and Hungary 0 3 The Netherlands 0 2 Note that this group of 12 countries that have progressed with respect to corruption perception includes 10 new member states It is true

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Corruption-remains-a-challenge-for.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • UE, corruption : que faire ? - Institutions
    en place d un lobbying act contraignant et instaurant une législation stricte dont la transparence serait la règle Les partis sont également prêts à garantir un large accès des citoyens aux documents de l Union européenne Tous se sont engagés à soutenir l établissement de règles claires et obligatoires pour éviter les conflits d intérêts mettant en cause le personnel de l Union des membres du Parlement européen ou leurs collaborateurs En matière de coopération judiciaire tous reconnaissent la nécessité d accentuer la coopération judiciaire et policière et de permettre une meilleure coordination entre les Etats dans le cadre des poursuites transnationales Europe Ecologie le MoDem et le PS proposent la mise en place d un procureur européen Enfin les 7 répondants sont favorables à ce que l Union Européenne et les Etats membres surveillent systématiquement les progrès effectués en matière de lutte contre la corruption dans les nouveaux Etats membres et que les Etats membres qui ne respectent pas les critères fixés par l Union soient sanctionnés Dans ce contexte TI soutient des actions en faveur du renforcement de la coopération administrative et judiciaire entre Etats membres et avec les Etats associés en vue de combattre la corruption le blanchiment et la fraude fiscale notamment via l échange automatique d informations et la levée du secret bancaire TI participe à la promotion de la possibilité pour une association spécialisée comme la nôtre d agir en justice au nom de l intérêt public et ou pour le compte de victimes de la corruption action en justice dans le dossier des Biens mal acquis proposition d un amendement lors du vote de la loi du 13 novembre 2007 sur la lutte contre la corruption Actions en cours de Transparency International 1 Projet de déclaration du parlement européen 4 Sous l impulsion du bureau de TI à Bruxelles une dizaine de sections de TI ont encouragé une initiative de parlementaires européens visant à faire adopter une déclaration écrite contre la corruption Si 369 députés soutiennent la proposition elle deviendra une position officielle de l Union Européenne Ce chiffre étant presque atteint 354 signataires au 21 avril 2010 la déclaration écrite devrait être formellement adoptée le 15 mai prochain 2 Appel au renforcement de la coopération judiciaire entre les pays européen et à l institution d un Procureur européen TI a diffusé le 20 avril dernier à la veille du Conseil des ministres de la Justice et de l Intérieur un communiqué demandant la création d un Procureur européen disposant de réels pouvoirs et d un mandat élargi délits touchant aux intérêts financiers de l UE mais également aux délits transfrontaliers comme la corruption afin de renforcer la confiance envers les institutions européennes et leur capacité à traiter efficacement les cas de corruption transnationale 5 3 Encadrement du lobbying au sein de la Commission européenne TI a participé à la consultation de la Commission Européenne sur la révision du registre facultatif mis en place en 2008 Face au faible nombre de lobbyistes inscrit

    Original URL path: http://www.diploweb.com/UE-corruption-que-faire.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • "La Politique étrangère, de sécurité et de défense de l’Union (...) - Institutions
    actuellement responsable de la défense de l Europe Dans ces trois domaines la combinaison des niveaux d action nationale et européen la multiplication des acteurs et le chevauchement des styles décisionnels tantôt communautaires tantôt intergouvernemental tantôt mixtes obscurcissent encore la perception citoyenne On pourrait aussi mentionner une conception étendue de la politique extérieure de l UE si on y inclut les aspects externes des politiques communes internes environnement agriculture concurrence etc mais c est là une conception minoritaire Au total cette triple distinction politique étrangère de sécurité de défense et ce foisonnement institutionnel excitent les spécialistes mais découragent les citoyens Des progrès lents peu spectaculaires mais réguliers C est pourquoi d emblée Fabien Terpan pose clairement son caractère hybride bien particulier la sécurité et la défense continuent à relever d une approche particulière qui appelle une analyse spécifique p 7 et en décrit les progrès lents peu spectaculaires mais réguliers p 13 Son ouvrage concis se concentre d abord sur la PESD PSDC sans aucun doute l aspect le plus complexe de la PESC et offre d abord un résumé de ses développements historiques de l infortunée CED des années 1950 à la CPE des années 1970 et à la double accélération des années 1990 p 10 Le premier chapitre présente son institutionnalisation les relations entre les acteurs et la maîtrise continue des décisions par les Etats membres p 22 Le puzzle institutionnel de la PESD PSDC institutions politiques technico politiques COREPER COPS etc agences spécialisées Centre satellitaire Agence européenne de défense IES etc est clairement présenté grâce à plusieurs schémas de synthèse où l UE apparaît bien comme un acteur complexe en quête incessante d unité p 14 Les modifications apportées par le traité de Lisbonne au niveau du Secrétariat Général Haut représentant et des services de représentation extérieure sont également intégrées F Terpan réinsère la PESC PSDC dans la politique étrangère générale de l UE grâce à une réflexion sur la nécessaire cohérence entre PSDC et relations extérieures pp 40 43 Il donne leur juste part à la diversité des modes de fonctionnement décisionnel entre les feu piliers à l interface entre les piliers et à la tension entre Etats membres résistant à toute communautarisation rampante de la PSDC et la Commission et le Parlement résistant à toute dérive intergouvernementale en matière d action externe Dans le deuxième chapitre l auteur semble particulièrement à l aise dans sa description des capacités juridiques financières budgétaires civiles et militaires de la PSDC pp 44 60 et ses critiques sur l inadéquation des moyens aux fins proclamées notamment pp 56 58 quoique pertinentes restent encore me semble t il en deça de la réalité Politique de voisinage UPM opérations Le troisième chapitre de l ouvrage élargit la perspective à la politique de voisinage aux accords de stabilisation et d association et à l UPM pp 64 68 aux accords avec les pays ACP les groupements régionaux la Russie et la Chine pp 68 73 A cette approche géographique succède une approche

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-Politique-etrangere-de-securite.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Ses articles pour Diploweb com La Politique étrangère de sécurité et de défense de l Union européenne par Fabien Terpan La Documentation française F Terpan réussit la gageure de présenter très clairement un sujet complexe en peu de pages et sans omission significative Cette synthèse aisée à Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Michel-GUELDRY_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Europe as a political force : cards on the table - Institutions
    EU and its member states also include the largest sea area in the world thanks to its exclusive economic zones surrounding regions outside its periphery and overseas territories in the Atlantic Pacific Arctic and Indian Oceans The trade in energy resources the prospect of their exhaustion and increasing maritime trade all underline the importance of the control of energy flows and trade routes The sea as the last free space on the planet and richly endowed with resources is subject to a recrudescence of territorial claims The combination of maritime and continental power will guarantee the EU s security and the prosperity of its civilization on the Eurasian continental landmass in the Euro Mediterranean and Euro African areas and at sea will constitute a vector of future expansion for Europe Participation in the club of world powers The EU must not be excluded from the group of alliances which have formed through competitive accommodation A policy of alliances undertaken as a function of one s security economic energy environmental demographic and cultural interests is a way of diversifying one s external relations to include every continent Taking part in a future club of world powers presumes the construction of alliances intended to avoid the supremacy of a single centre over all the others and the negotiation of common positions The object is to promote world equilibrium by means of weight and counterweight enabling the accommodation of rival ambitions The West should not be an obstacle to a political Europe The EU must identify its own interests separate from Euro Atlantic or US interests EU defence The EU is not a military alliance unlike the Atlantic Alliance European Security and Defence Policy is limited to crisis management missions This situation constitutes an obstacle to its sovereignty A mutual defence agreement between the EU member states organized within a Central Alliance and with a geopolitical ambition could help the EU along the road to a political Europe The geopolitics of trade flows As an indispensable node of worldwide energy commercial financial and demographic networks the EU could take over develop and direct the trade flows necessary for its energy security and its economic expansion The active consolidation of its position as a major crossroads for world trade is slowing down the gradual loss of its central position in the world in favour of Asia The reaffirmation of its European economic model would avoid the steady slide towards a transatlantic market absorbing the unique European market into a centre peripheral relationship with the United States To manage the geopolitics of physical trade flows a spider s web strategy is required This is a web in which the breaking of one or more strands does not prejudice the stability of the whole a sufficiently dense and diversified European energy and commercial trade network could cope with the possible loss of an energy transit route or a trade route The spread of energy and commercial trade routes on a global scale allows new opportunities to be grasped in terms of energy alliances and commercial possibilities and would make it possible to adapt to the shift of resource rich areas A permanent flexible military naval air and air projection force would have the task of re establishing movement on energy and commercial trade routes during an interstate conflict a terrorist act or an act of piracy In the setting of a policy of diversification and security for energy and commercial trade routes the opening of a Eurasian and an Arctic route would offer an alternative to the Cape and Suez Canal routes The transit routes coming from Russia need to be reinforced at the same time The links with Siberia Central Asia and the Far East would be improved by these two new corridors The system would consist of a network of continental and maritime lines crossing the heart of the Eurasian continent and two sea routes around the Eurasian continent by the South the Cape and Suez and by the North the North West Passage and the North through the Arctic Ocean Geopolitics also exists in terms of financial and information flows The great world centres concentrate political economic and financial power and constitute the motors of these flows The financial and information networks therefore tend to become a subsystem of the range of geopolitical forces by means of a power strategy between states economic and financial circles and information organs A geopolitics of financial and information flows could be linked to a European geopolitical strategy Eurasia and Africa issues for the EU s security and identity The EU wedged between the Asian landmass and the African continent must operate on a Eurasian scale as its first priority within the Euro Mediterranean and Euro African space A policy of alliances and the creation of buffer zones and areas of influence will constitute levers to reach a critical threshold of power The purpose of the EU is to position itself as an indispensable player in the equilibrium of the Eurasian continent and hence on a world scale The Mediterranean is by virtue of its geography a vital issue for Europe s security on its southern flank The Euro Mediterranean area is a reservoir of economic energy and demographic alliances Africa is an issue for the EU s increasing weight as a contributor to world security in the context of stabilization missions The historical links between some European states and African countries the immigration question Africa s economic potential and its natural resources are also major considerations The Eurasian Euro Mediterranean and African zones represent the EU s eastern and southern economic and energy hinterland By exercising a stabilizing influence in these regions through an alliance strategy the EU would achieve the level of power necessary to take its place alongside the United States Russia China India and Japan The EU can progressively make its Eurasian and African geographic hinterland the linchpin of its responsibility for security and development in the context of the world balance The

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Europe-as-a-political-force-cards.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • International Relations IERI Brussels Ses articles pour Diploweb com Europe as a political force cards on the table If the European Union wants to be a serious political player in a rapidly changing world it needs to devise a geopolitical strategy based on Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Pierre-Emmanuel-THOMANN,224_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive