archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Europe’s Near Abroad. Promises and Prospects of the EU’s (...) - Institutions
    dialectique des rivalités institutionnelles à l origine de la PEV La Commission clef de voûte des plans d action signés avec chaque pays a gagné en influence dans un domaine jusqu ici réservé au Conseil qui n a toutefois pas abandonné ses prérogatives Chacune des institutions a finalement délimité sa marge d action la Commission conserve l initiative tandis que le Conseil mène les négociations et supervise l adoption et l application de la PEV Cette collaboration formalisée est essentielle à la bonne marche d une politique qui s adresse à des partenaires divers comporte plusieurs piliers et vise à garantir la sécurité de la périphérie des Vingt sept La PEV mise en effet sur la stabilité et la prospérité d une ceinture de nations alliées mais ne prépare pas pour autant à l adhésion C est là toute l ambiguïté d une politique qui oscille entre intégration et exclusion Ce dilemme est patent en matière de libéralisation des visas où comme le montre Kevin O Connell l Union européenne est partagée entre le souhait de favoriser les bonnes relations avec les pays limitrophes et la nécessité de contrôler les frontières et les migrations Dans ce domaine comme dans d autres les choix communautaires sont fonction des enjeux régionaux Avec ses partenaires orientaux qui bénéficient d une perspective européenne l UE insiste sur les critères des droits de la personne et de la démocratie En revanche sur le pourtour méditerranéen la menace d une victoire islamiste a poussé les États européens à soutenir tous les gouvernements en place pourvu qu ils garantissent la stabilité On le voit et c est là l une des remarques majeures de l ouvrage la PEV repose sur le dialogue la concertation et l échange avec ses partenaires Au delà des aides financières et autres mesures incitatives son succès dépend surtout de la bonne volonté des administrations locales qui évaluent les bénéfices des réformes à mettre en œuvre à l aune des coûts induits Les réticences de la Biélorussie et de la Lybie que compare Mathieu Briens sont à ce titre éloquentes Comme pour toute autre forme intrusive de diffusion de la démocratie et de l économie de marché le soutien et l implication des responsables locaux sont décisifs Quoi qu il en soit comme le soulignent avec finesse Ruth Seitz et Daniele Marchesi l UE a tout à gagner de la Politique européenne de voisinage qui renforce son pouvoir civil et normatif Prolongeant cette idée dans la conclusion de l ouvrage Sieglinde Gstöhl retourne à la théorie L Union européenne est un pouvoir global qui dispose d instruments économiques juridiques et institutionnels pour exporter ses valeurs et ses normes Dans le sillage des réflexions sur l exportation de la démocratie l universalisation des standards et la socialisation par l économie et le droit la PEV légitime la position de l UE sur la scène diplomatique internationale où l influence n est plus seulement conçue comme une capacité de sécurité mais aussi comme une dynamique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Europe-s-Near-Abroad-Promises-and.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Balkans Quelques conférences et publications Le Kosovo et sa perspective européenne Maison de l Europe Paris avril 2009 La présence européenne au Kosovo ISIT Paris avril 2009 Les premiers pas du Kosovo indépendant CERSA Université Paris II novembre 2008 Les traités européens de Rome à Lisbonne Fondation Philotechnique Paris novembre 2008 Le compromis du Cadre constitutionnel du Kosovo Revue d Etudes politiques et constitutionnelles est européennes CEREB GRECCAP Universités Bordeaux IV et Clermont Ferrand I Bruylant numéro spécial 2009 La construction délicate du statut du Kosovo in Guide du maintien de la paix 2009 Jocelyn COULON dir Centre d Etudes des Politiques Etrangères et de Sécurité de l Université du Québec éditions Athéna Montréal 2008 Les perspectives incertaines de la Constitution du Kosovo Esprit n 346 Paris juillet 2008 Contact et plus d informations sur http od perrot free fr Ses articles pour Diploweb com UE OTAN Balkans occidentaux la ressource euro atlantique Géopolitique des Balkans occidentaux et de leurs relations avec l Union européenne et l OTAN Odile Perrot présente un vaste tour d horizon à la fois Au nord du Kosovo exercices de souveraineté Géopolitique des Balkans occidentaux Après un été 2011 agité au nord le Kosovo et la Serbie ont temporairement renoué avec le dialogue Les relations Le Kosovo d une coalition à l autre Géopolitique des Balkans occidentaux Les élections au Kosovo entre décembre 2010 et janvier 2011 attestent d une transformation étatique Cependant Balkans occidentaux l agenda européen Géopolitique des Balkans occidentaux Ces pays n en sont pas tous au même point dans leurs relations avec l Union européenne L auteur présente de Europe s Near Abroad Promises and Prospects of the EU s Neighbourhood Policy Géopolitique du voisinage de l Union européenne Une mise en perspective sur un sujet au carrefour des études européennes

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Odile-PERROT_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • From ESDP to CSDP : Time for some Strategy - Institutions
    East Whether this implies the EU should actively contribute to the resolution of these conflicts is not clear at all Sub Saharan Africa has been an important area of focus for CSDP though the strategy behind it has not always been clear E g given that the EU twice intervened in the DRC at the request of the UN in 2003 and 2006 why was the third request in 2008 refused This demonstrates that without strategy it is impossible to define what success of an operation means At the tactical and operational level the operation in Chad 2008 2009 went very well e g but to which strategic objective did it contribute and which long term effects did it create Other strategic players are becoming increasingly active but are mostly unwilling to contribute to crisis management on the African continent so what are the EU s priorities A perfect example of a European priority is being demonstrated by the operation against piracy off the coast of Somalia where the EU is working to secure Europe s lines of communication with the world For the first time the EU is undertaking an operation that is clearly about interests such as the protection of shipping in close cooperation with the naval forces of other global powers As the title of a recent publication From Suez to Shanghai 3 shows this can potentially become a very important priority especially if the evolving geopolitical situation in the Arctic is also taken into account Importantly the collective security system of the UN and therefore of the EU as its main supporter and with two permanent members on the Security Council among its ranks can only be legitimate if it addresses the threats to everyone s security too much selectivity undermines the system Even though it cannot always play a leading role the EU must therefore also shoulder its share of the responsibility for global peace and security by playing an active role in the Security Council notably via its strategic partnerships with the non EU permanent members and by contributing capabilities to UN mandated crisis management and peacekeeping operations Notably if the threshold to activate the mechanism of the Responsibility to Protect R2P 4 is reached anywhere in the world the EU in view of its support for the principle and its vital interest in upholding international law should contribute Having not been mentioned in the ESS R2P is included in the Implementation Report a positive signal 3 Which Scale Finally the EU must decide what scale of effort to devote to these priorities Quantitatively CSDP is based on the 1999 Helsinki Headline Goal i e 60 000 troops but this seems to have been overshadowed by the much more limited battlegroup project The actual availability of the forces declared cannot be assessed because Member States declare numbers that in theory they are willing to deploy for CSDP operations but no real pre identified units Furthermore most Member States have declared similar numbers to NATO

    Original URL path: http://www.diploweb.com/From-ESDP-to-CSDP-Time-for-some.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • is Director of the Security Global Governance Programme at Egmont the Royal Institute for International Relations the think tank associated with Belgian Foreign Affairs which he joined in 2002 originally as a senior research fellow His research focuses on the foreign security and defence policy of the European Union He is a Visiting Professor for European security at the College of Europe in Bruges since 2007 8 and at Ghent University 2003 7 and from 2008 9 onwards He also has lectured at the Université Libre de Bruxelles ULB and the Université de Liège ULG and has been a visiting professor at Renmin University in Beijing and Carleton University in Ottawa On behalf of Egmont he is co director of the Higher Studies in Security and Defence a course for security practitioners organized in collaboration with the Belgian Royal High Institute for Defence and sits on the Executive Academic Board of the EU s European Security and Defence College ESDC He is also a member of the Scientific Councils of the Flemish Peace Institute Brussels and the Centre d Etudes en Sciences Sociales de la Défense Paris He is editor in chief of Egmont s journal Studia Diplomatica and of its Egmont Papers member of the board of the Flemish United Nations Association foreign languages book review editor of the journal European Foreign Affairs Review and member of the editorial board of the journals Internationale Spectator Clingendael Institute The Hague and European Security His recent research and publications have focussed inter alia on the European Security Strategy on which he has published The European Security Strategy A Global Agenda for Positive Power Ashgate 2005 and The EU and the European Security Strategy Forging a Global Europe Routledge 2008 co edited with Jan Joel Andersson Contact EGMONT Royal Institute for International

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Sven-BISCOP_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • La régulation économique, priorité de la Commission Barroso (...) - Institutions
    pas donné lieu à des difficultés majeures Donc si ça ne vaut pas pour lui pourquoi est ce que cela vaudrait pour d autres A moins bien sûr que l on ne découvre dans leur passé des éléments particulièrement embarassants Je n attends donc pas de trouble majeur mais on peut toujours être démenti personne n avait prévu les sorties de M Boutiglione Touteleurope fr M Barnier pourra t il réformer le Marché intérieur vers plus de régulation R D Cette question soulève celle plus large du pouvoir d influence d un commissaire sur l action de la Commission Sur le plan des principes l action de la Commission est collégiale Donc en théorie le fait que M Barnier soit plus ou moins porté à la régulation ne serait pas un facteur décisif puisque c est la Commission dans son ensemble qui devrait se prononcer sur l ensemble des propositions que ses services pourraient formuler En pratique il en va un peu différemment dans la Commission de M Barroso dont la gestion est assez peu collégiale A priori lui même intervient assez fortement dans les grands dossiers en phase directe avec le commissaire responsable Ce qui permet d envisager pour un commissaire quel qu il soit la possibilité de marquer le territoire de manière plus forte que cela n était possible par le passé Mais cela est relativement théorique parce que la Commission n opère pas dans un vide complet loin s en faut Elle doit tenir compte de ce que lui disent les gouvernements des Etats membres Regardez le débat actuel sur la révision de la stratégie de Lisbonne on voit bien que le gouvernement allemand n est pas très chaud sur l idée d un pilotage plus centralisé de l économie européenne il l a tout de suite dit avant que des propositions concrètes n aient été envisagées De même en ce qui concerne la régulation financière dont on a beaucoup parlé à l occasion de la nomination de M Barnier le gouvernement britannique n a pas fait de mystère de ses préférences et de ses lignes rouges Or on sait que la ligne officielle de la Commission Barroso II est qu il ne faut pas créer de problèmes avec les Etats membres et singulièrement avec les grands Etats membres Imaginer que M Barnier puisse contre vents et marées prendre seul l initiative de créer des textes qui poseraient problème dans plusieurs capitales des grand Etats me paraît assez audacieux Je crois qu il faut dans ce faux débat garder le sens des proportions Certes il est très bien d avoir pour le portefeuille du Marché intérieur quelqu un comme M Barnier qui connaît bien la Commission dont les convictions européennes ne datent pas d hier et qui ont longtemps été en décalage par rapport à son propre parti politique Ce sont des atouts considérables et l on verra ce qu il propose et de quelle capacité d entraînement il peut disposer au sein de la Commission Mais il faut se garder de juger cela de la façon dont on juge un ministre dans un gouvernement national un Commissaire tout seul ne peut pas faire grand chose Touteleurope fr La commission dans son ensemble va t elle œuvrer pour une plus grande régulation économique R D Oui je pense que ça peut se faire mais pas tout de suite A mon avis l élément décisif n est pas tant la composition de la Commission mais le climat dans lequel nous nous trouvons maintenant De façon générale on entend dire un peu partout la même chose Regardez ce qui s est passé en Grande Bretagne ce pays était très en pointe sur la libéralisation des marchés économiques et financiers Or c est son Premier Ministre M Brown qui a pris l initiative de taxer les banques avant même que M Sarkozy qui pourtant avait émis des idées semblables n avance des propositions concrètes Je prends ça comme un exemple significatif d une température plus générale dans laquelle l ensemble des gouvernements est maintenant beaucoup plus ouvert à l idée d une plus grande intervention dans le modèle économique et d une meilleure coordination de la régulation économique et financière puisque c est du secteur bancaire que sont venues les principales difficultés Le climat est donc très différent Et la Commission va être aspirée par cet appel d air et appelée à prendre des positions M Barroso lui même disait au début de son premier mandat qu il fallait se garder de tout ce qui pouvait entraver la compétitivité du marché international Il a fait du chemin Mais c est normal le monde est un peu différent en 2010 de ce qu il était en 2005 Touteleurope fr Comment interprétez vous les changements de portefeuille entre les Commissions Barroso I et II R D L organisation de la Commission comme celle d un gouvernement est aussi une façon de signaler l attention que l on porte à certains problèmes Et notamment le fait que l on souhaite mettre au premier plan un certain nombre de préoccupations en créant des départements à part entière ce qu on a fait avec le changement climatique Comme autrefois on l avait fait avec la santé en faisant sortir ce qui était un peu noyé dans une direction plus générale un certain nombre de dossiers et surtout en attribuant à une personne le soin de s en occuper On va désormais avoir un commissaire au changement climatique qui par la force des choses voudra que ce dossier reçoive toute l attention qu il mérite au sein de la Commission dans les travaux du Conseil dans les rapports avec le Conseil économique de l Europe etc C est donc une façon non seulement de signaler symboliquement l émergence de nouveaux sujets mais aussi une façon d organiser l action de la Commission qui permet d envisager un plus grand dynamisme dans ces domaines De ce point de vue je pense qu effectivement la promotion de l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-regulation-economique-priorite.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • universitaire européen de Florence où il dirigé l Académie de droit européen et à l Université de Pise Il a été professeur invité aux universités de Florence Cesare Alfieri de Lausanne et à la Law School de l université du Michigan A Sciences Po il co dirige le master Affaires européennes de Sciences Po et le programme Euro Transatlantic master en partenariat avec les universités de Bath Madrid Carlos III Berlin Freie Universität et Humboldt Prague Charles Sienne Washington Seattle North Carolina Chapel Hill Publications Il a notamment publié La Cour de Justice des Communautés européennes Paris Montchrestien 1994 2nde éd révisée 1997 et La fin de l Europe Paris Flammarion 2005 Parmi les ouvrages qu il a dirigé Politiques européennes Paris Presses de Sciences Po 2009 Que fait l Europe What is Europe up to co dirigé avec Florence Deloche Gaudez et Sophie Jacquot Paris Presses de Sciences Po 2009 Elargissement Comment l Europe s adapte co dirigé avec Florence Deloche Gaudez et Olivier Duhamel Paris Presses de Sciences Po 2006 L Europe sans Bruxelles Une analyse de la méthode ouverte de coordination Paris L Harmattan 2004 Une Constitution pour l Europe Paris Presses de Sciences Po 2002 Good Governance in an Integrated Market codirigé avec Christian Joerges Oxford University Press 2002 Ses recherches ont fait l objet de publications dans de nombreuses revues scientifiques internationales parmi lesquelles Revue du droit public et de la science politique Journal of Common Market Studies American Journal of Comparative Law West European Politics European Journal of Public Policy European Journal of International Law Rivista italiana di diritto pubblico comunitario Common Market Law Review European Union Politics Ses articles pour Diploweb com La régulation économique priorité de la Commission Barroso II A l heure ou les commissaires désignés sont auditionnés par les députés

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Renaud-DEHOUSSE_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • UE Partenariat Oriental : quelles perspectives ? - Institutions
    ce point de beaucoup plus de cohésion que sur la question des relations transatlantiques ou de la sécurité énergétique leurs deux autres principales priorités de politique étrangère De fait la concrétisation du Partenariat Oriental marque l inscription réussie de leurs préférences au sein de la PESC et plus généralement la mise en place de la première politique européenne conçue et promue par les nouveaux Etats membres Au delà de la PEV qui traite avec les Etats individuellement les pays de Visegrad auront réussi à faire du voisinage oriental une région singulière Pour autant un peu à l image du Sommet de lancement du Partenariat Oriental le 7 mai 2009 à Prague si l on perçoit l aspect symbolique de ce projet la substance de son contenu est moins claire Une politique sans nouveautés réelles Au delà du changement de centre de gravité géopolitique de cette politique quelles sont les réelles nouveautés du partenariat oriental De ce point de vue force est de constater que cette politique consiste plus souvent à rationaliser des politiques existantes qu à les transformer radicalement Cette politique comprend plusieurs priorités que nous allons détailler les accords de libre échange approfondis l énergie et les migrations L intégration dans l espace géoéconomique européen sous la forme d une zone de libre échange approfondie suppose une harmonisation législative importante c est à dire l adoption d un grand nombre de règles En effet l UE a dorénavant la volonté d exporter son ensemble normatif que ce soit en termes de droit de la concurrence de règles d appels d offre de normes environnementales etc Pour accéder aux marchés européens il est nécessaire pour les partenaires de respecter l acquis communautaire dans un certain nombre de domaines C est vrai pour les certifications de produits techniques ou les normes sociales cela l est encore plus pour les produits agricoles soumis aux normes sanitaires et phyto sanitaires Les accords de libre échange approfondis prévus par le partenariat oriental tentent donc de répondre à cette question Leurs problématiques ne concernent pas seulement les droits de douane comme dans les accords classiques mais reposent plutôt sur l adoption de l ensemble normatif européen c est en ce sens qu on dit qu il est approfondi Si l on présente souvent les bénéfices attendus d une telle transformation on oublie parfois de mentionner le coût et la difficulté de ces transformations pour les économies concernées C est par exemple le cas pour les produits agricoles puisque les pays post soviétiques connaissent les plus grandes difficultés à s éloigner des anciens standards le Gost au profit de standards européens beaucoup plus exigeants La mise en œuvre des accords de libre échange approfondis pourrait déboucher à moyen terme sur une communauté économique du voisinage assez large L espace géoéconomique concerne également la sécurité énergétique qui prend une place de plus en plus importante dans l agenda européen Durant les années 1990 le faible cours des matières premières et la perception d une interdépendance avec la Russie rendaient cette question moins pressante C est avec la crise russo ukrainienne de 2006 que les pays européens prennent conscience de la place de la Russie comme fournisseur et cette impression de dépendance a encore été renforcée par la crise de janvier 2009 Dans ce domaine la situation européenne est assez disparate puisque si six pays dépendent totalement du gaz russe d autres comme le Portugal n en importe pas du tout La sécurité énergétique est approchée dans le partenariat oriental par le biais du Corridor sud qui fait signe vers la diversification des sources et des tracés Derrière ce terme on retrouve une priorité de la plupart des pays européens acheminer des ressources caucasiennes et centre asiatiques vers les consommateurs finaux en évitant la Russie C est là la rationalité du projet Nabucco initié en 2002 et qui devrait transporter annuellement 31 milliards de mètres cubes chaque année Ce projet souffre toutefois d un accès incertain aux sources d approvisionnement puisque la fiabilité du Turkménistan reste en question tandis que l on refuse le gaz iranien pour des raisons politiques De leur côté la Russie et l Italie ont lancé le projet concurrent South Stream en compagnie d autres Etats européens de transit certains étant eux mêmes membres du consortium Nabucco Cette situation a abouti à un renforcement de la Turquie comme pays de transit essentiel puisque Nabucco et South Stream sont sensés y passer selon la réalisation de l un ou l autre tandis que d autres voies d acheminement passent déjà par ce territoire Enfin la question migratoire occupe aussi bien les pays de l UE que les partenaires avec des intérêts différents toutefois Du côté de l UE l objectif est avant tout sécuritaire l accent est mis sur la lutte contre la criminalité organisée contrôlant des réseaux migratoires Les accords de réadmission sont donc un élément essentiel de cette politique Du côté des partenaires on insiste sur l une des dimensions fondamentales du projet européen la liberté de circulation C est l objectif à long terme de la liberté de circuler sans visa qui semble un des principaux facteurs d encouragement des changements dans les pays concernés Le problème ne concerne pas seulement la mobilité touristique ou étudiante mais il inclue également la mobilité de travail ou le droit d asile Ce dossier est particulièrement important pour les populations de ces pays tant en raison des transferts de fonds que du potentiel d ouverture pour les sociétés Une offre attrayante pour les partenaires En fait répondre à cette question implique de bien différencier les attentes des différents partenaires en Europe orientale comme dans le Caucase Tous n ont pas les mêmes ressources ni les mêmes faiblesses ni les mêmes attentes Force est de reconnaître que sans un appareil étatique efficient les chances d harmonisation européenne s avèrent diminuées L Europe orientale présente deux cas de figure distincts L Ukraine et la Moldavie sont deux Etats qui revendiquent régulièrement leur volonté d appartenir à l

    Original URL path: http://www.diploweb.com/UE-Partenariat-Oriental-quelles.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • cadre de la PESC et sur les relations UE Russie Il est actuellement visiting researcher à la Fletcher School of Law and Diplomacy Boston En 2008 2009 il était Doctorant chercheur au Centre français de recherche en sciences sociales CEFRES de Prague Expériences Professionnelles 2009 Chargé de cours Université Charles Prague 2008 Mission de l OSCE en Serbie 2007 Secrétariat General de l OSCE Vienne Section pour la coopération extérieure 2006 Ambassade de France en Estonie Articles The role of civil society in foreign policy making societal groups and parastate organizations in the Czech Republic in S Fischer and H Pleines eds Civil Society in Central and Eastern Europe Changing Europe book series vol 7 Ibidem publishers Stuttgart 2010 à paraître Bouclier antimissile réactions centre européennes Telos Septembre 2009 L affaire du bouclier anti missile The anti missile shield Telos Janvier 2009 Contributions régulières à www nouvelle europe eu Ses articles pour Diploweb com UE Partenariat Oriental quelles perspectives Géopolitique de l Union européenne Le Partenariat Oriental de l UE s inscrit dans la politique européenne de voisinage et marque l influence des Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_David-CADIER_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •