archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • UE-OTAN Balkans occidentaux : la ressource euro-atlantique - Pays candidats
    candidat soient parvenus à dépasser ce conflit bilatéral en privilégiant le compromis et la concertation La Baie de Piran Copyright O Perrot 2011 Juste derrière la Croatie le Monténégro pourrait être le deuxième pays des Balkans occidentaux à rejoindre l Union européenne Aucune date n a encore été avancée mais les déclarations encourageantes se sont multipliées depuis la décision d ouvrir des négociations d adhésion en juin 2012 voir le tableau récapitulatif de la marche des Balkans vers l UE en fin d article En septembre 2012 le commissaire européen chargé de l Elargissement Stefan Füle a reconnu qu il s agissait d une juste reconnaissance des progrès impressionnants que le Monténégro a réalisés dans le processus de réformes et le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a confirmé que le pays pourrait devenir le prochain pays à rejoindre l Union européenne après la Croatie 5 Là encore l idiosyncrasie des parcours balkaniques fait écho à l approche différenciée menée par l UE Membre de la République fédérale de Yougoslavie puis uni à la Serbie au sein de la communauté d Etats Serbie et Monténégro institué par l accord signé sous l égide de l UE le Monténégro a proclamé son indépendance en conformité avec les desiderata internationaux Le 21 mai 2006 55 5 des 86 3 de Monténégrins s étant rendus aux urnes ont voté pour l indépendance satisfaisant ainsi aux conditions fixées par l UE l OSCE et le Conseil de l Europe Celles ci avaient spécifiquement imposé une participation supérieure à 50 des inscrits et la victoire du oui à 55 des votants minimum Cette indépendance acquise dans la paix et le respect des consignes de la communauté internationale a ouvert la voie à l UE Dès 2007 le Monténégro a signé un Accord de stabilisation et d association ASA Il a déposé sa candidature en décembre 2008 et obtenu le statut de candidat officiel deux ans plus tard reflétant les opinions favorables des responsables européens vis à vis des progrès accomplis Des réserves ont toutefois été exprimées notamment concernant la réforme constitutionnelle le renforcement global de l indépendance judiciaire et la lutte contre la corruption et le crime organisé 6 L échéance des prochaines élections législatives anticipées du 14 octobre 2012 sera également surveillée de près Mais le rôle de Podgorica dans l amélioration des relations régionales et son alignement sur les exigences communautaires tendent à rassurer une Union qui s inquiète ailleurs d une certaine reform fatigue de l effritement de la motivation européenne des élites politiques locales II Les entraves à la coopération régionale Tout comme le Monténégro la Macédoine s est séparée de la Yougoslavie sans effusion de sang C est un autre conflit qui a poussé l UE à intervenir Alors que la situation au Kosovo semblait pacifiée les revendications de la minorité albanaise se sont agrégées et soutenues par des activistes traversant la frontière ont déclenché des affrontements au début de l année 2001 L OTAN a imposé un cessez le feu et les Accords d Ohrid ont négocié une politique de réformes constitutionnelles et juridiques établissant un partage du pouvoir sur des bases ethniques La pacification de l ancienne république yougoslave a aini été réalisée sans recours à la force et sans instauration d une administration internationale mais dans la perspective de l insertion du territoire à la sphère euro atlantique afin de contenir toute résurgence des conflits dans la région Des premiers progrès ont été enregistrés avec en particulier l entrée en vigueur de l ASA en 2004 Mais bloqué par la querelle du nom avec la Grèce qui estime que Macédoine ne saurait désigner un État hors de ses frontières le rapprochement avec l UE et l OTAN est depuis dans l impasse L ouverture des négociations d adhésion avec l Union recommandée chaque automne et cette année encore par la Commission européenne n a pas été validée par le Conseil La perspective atlantique de la Macédoine est suspendue pour la même raison Alors que la Croatie et l Albanie ont reçu l invitation officielle pour devenir membres à part entière de l Alliance au sommet de Bucarest de 2008 l adhésion de la Macédoine a été conditionnée à la résolution de la querelle avec la Grèce membre de l OTAN Cette position a été réaffirmée au sommet de Chicago des 20 21 mai 2012 entraînant des réactions à la mesure de la déception Le Premier ministre Gruevski a fustigé l injustice d une politique des deux poids deux mesures appliquée à la Macédoine 7 la presse a parlé de disgrâce 8 Prenant l offensive la FYROM a porté l affaire devant la Cour internationale de Justice accusant la Grèce d une violation de l accord de Vienne signé en 1995 selon lequel Athènes ne devait pas s opposer à une demande d admission dans des organisations internationales ou régionales dont elle est membre En décembre 2011 la Cour a statué en faveur de Skopje mais les pourparlers entre les deux pays en sont restés selon les observateurs locaux à des échanges de plaisanteries 9 Tableau des élargissements de l OTAN Cliquer sur la vignette pour voir le tableau Or cette pomme de discorde a exacerbé les luttes de pouvoir et les divisions entre communautés chacun reprochant à l autre son aboulie ou ses prises de position vis à vis des partenaires euro atlantiques Pourtant la responsabilité de tous les acteurs a été mise en cause dans la conduite des affaires publiques De nombreux efforts restent notamment à faire en matière de lutte contre la corruption et de la consolidation d institutions démocratiques interethniques surtout après les incidents violents qui ont eu lieu en 2012 à Skopje Tetovo et Gotisvar Enfin le recensement de la population nécessaire à la bonne gestion des programmes communautaires a été reporté puis annulé à l automne 2011 Moins technique et plus politique qu il n y paraît le décompte démographique répond à une exigence européenne qui a cristallisé les dissensions communautaires et les dysfonctionnements dans certains États des Balkans C est le cas de l Albanie où le recensement devait être organisé en avril 2011 et a été repoussé à l automne Les critiques ont porté sur une question du formulaire relative à l appartenance ethnique et qui selon certains aurait pu inciter les ressortissants grecs à se rendre au sud de l Albanie pour augmenter le poids de la communauté grecque et légitimer de nouvelles aspirations territoriales Après de vives polémiques cette question a été retirée du questionnaire et le recensement a effectivement commencé le 2 octobre 2011 Les tensions entre l Albanie et son voisin grec réapparaissent périodiquement instrumentalisées par certains acteurs nationalistes locaux et attisées par les revendications d Athènes aux accents expansionnistes Territoire balkanique au carrefour de l Europe le sud de l Albanie est devenu une zone de transit propice à de nombreux trafics L agence européenne Frontex a mis en garde contre la porosité de la frontière avec la Grèce porte sur l UE vers laquelle le passage se négocierait à plus de 100 euros Dans ces conditions Tirana peine à construire son image de leader régional promoteur de la stabilisation Récompensée pour son rôle de modérateur contribuant activement à la coopération régionale l Albanie est devenue membre de l OTAN en 2009 Mais si les intérêts géopolitiques ont facilité l intégration euro atlantique la faiblesse des processus de réformes et d harmonisation se heurte aux conditionnalités de l UE Surtout la crise politique qui s éternise depuis les législatives de juin 2009 a alerté les institutions communautaires sur les défaillances du système démocratique albanais Elle a en outre alimenté un climat de méfiance vis à vis des représentants politiques qui consacrent leur énergie à la stigmatisation de leurs adversaires plutôt qu à la gestion du pays Les députés ont certes adopté en juillet 2012 un nouveau code électoral conforme aux canons internationaux mais les intrigues partisanes ont jusqu ici bloqué sa mise en application L élection durant l été 2012 du nouveau président de la République avait déjà mis en lumière les tractations entre les partis qui se sont arrangés pour que Bujar Nishani soit élu au quatrième tour où seule la majorité absolue des suffrages est exigée Dans ce contexte l enthousiasme de Tirana à rejoindre l UE ne saurait suffire à convaincre les instances communautaires qui attendent des résultats au delà des effets d annonce Tout comme l Albanie la Serbie a déposé sa candidature dans un élan de volontarisme qui a pris de court les Vingt sept Non seulement le processus de ratification de l ASA étape préalable habituelle n était pas encore achevé mais la négociation même de ce dernier avait été laborieuse en raison de la coopération aléatoire de Belgrade avec le TPIY Si l Accord n a pas encore été ratifié par les vingt sept États membres la Serbie a fait partie des premiers pays des Balkans occidentaux exemptés du régime des visas dans l espace Schengen avec la Macédoine et le Monténégro voir le tableau en fin d article C est l arrestation du criminel de guerre Ratko Mladić à 75 kms de Belgrade en mai 2011 qui a ouvert la voie vers l UE Celle ci s est félicitée de ce signe en faveur de la paix et le Conseil attaché au critère de la coopération avec le TPIY tel que défini au sommet de Zagreb lui a accordé le statut de candidat officiel en mars 2012 Aucune date pour l ouverture des négociations d adhésion n a été fixée mais la Serbie n en espérait pas tant 10 L UE ne laisse de mettre en garde contre l illusion d une adhésion rapide et insiste sur l importance des relations de bon voisinage Lors de la visite officielle du nouveau Premier ministre serbe à Bruxelles le 4 septembre 2012 le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a ainsi souligné qu u ne amélioration visible et durable des relations avec le Kosovo était une condition clé pour que s ouvrent les négociations relatives à l adhésion 11 La centralité de la question du Kosovo a ainsi été réintroduite dans le processus de rapprochement à l UE mettant à mal la stratégie serbe qui s efforce de séparer l ambition européenne et la normalisation des relations avec le Kosovo L Union attend de Belgrade qu elle joue le jeu du dialogue lancé sous son égide au début de l année 2011 ce qui implique qu elle mette en œuvre les accords signés 12 Le nouveau pouvoir issu des élections législatives et présidentielles de mai doit donc à la fois rassurer l UE et respecter les engagements antérieurs tout en tenant compte de l hostilité de la population à l intégration euro atlantique Ces contradictions ne sont certes pas étrangères aux pays candidats mais elles poussent la Serbie à faire le grand écart entre l enjeu européen et la rhétorique nationaliste Après avoir affirmé son ancrage européen le président Nikolić vient de repousser la possibilité d établir des relations de bon voisinage avec le Kosovo en tant qu État 13 Or l Union européenne échaudée par l exemple chypriote ne tient pas à importer une querelle bilatérale en son sein Elle parie sur le dialogue et renforce sa présence là où la qualité étatique du pays est contestée comme en Bosnie Herzégovine et au Kosovo III La contrainte étatique Enlisée dans une impasse institutionnelle la Bosnie Herzégovine a hérité de la complexité des Accords de Dayton La structure de l État est marquée par une très grande dispersion des pouvoirs entre la Republika srpska et la Fédération croato musulmane et la marge de manœuvre de l entité centrale est faible En outre le Haut Représentant peine à imposer les directives internationales auprès d une classe politique avant tout soucieuse de conserver ses prérogatives locales Alors qu elles avaient donné quelque espoir avec la victoire du modéré Bakir Izetbegović à la présidence collégiale les élections d octobre 2010 ont débouché sur une crise politique de long terme Pendant seize mois les tractations autour du partage des responsabilités ont divisé les acteurs politiques Ce climat de marchandages a ouvert la voie à la radicalisation des Croates de la Fédération dont le représentant nationaliste Dragan Cović revendique la création d une troisième entité à majorité croate Face à la menace de dissolution de l État le Haut Représentant a fustigé des conceptions politiques étroites sur les plans ethnique et nationaliste qui font obstacle à l intégration européenne et aux structures euro atlantiques 14 Ce n est que le 5 janvier 2012 qu un gouvernement central a pu être formé Les six partis ayant trouvé un compromis sur l attribution des ministères et le contrôle des agences de l État Vjekoslav Bevanda a été nommé au poste de Premier ministre Deux réformes majeures ont ensuite été votées concernant l organisation d un recensement de la population qui aura lieu en avril 2013 et la création d un organisme de coordination chargé de gérer les aides au développement accordée par l Union européenne Réclamées par les Vingt sept elles ont permis d espérer une relance du processus de rapprochement européen Parallèlement l UE a renforcé sa présence en créant le double mandat de Représentant spécial de l Union et de Chef de Délégation Ce dernier a pour tâche de dispenser les conseils de l Union européenne faciliter le processus politique et assurer la cohérence de l action de l Union Estimant la stabilisation du pays engagée l UE a également mis fin à la mission policière MPUE qui a quitté le pays en juin 2012 Ces quelques avancées ne sauraient faire oublier l inertie du pouvoir et les multiples blocages qui étouffent les timides progrès Les retards dans les domaines essentiels que sont la construction de l État la gouvernance la mise en œuvre de l État de droit ou la convergence avec les normes européennes mettent à mal la perspective européenne de la Bosnie Herzégovine De nombreuses mesures économiques et budgétaires restent en suspens tandis que la réforme essentielle de la Constitution permettant l alignement sur la décision de la Cour européenne des droits de l homme suite à l affaire Sejdić Finci ne cesse d être repoussée L Europe attend que les élites de Bosnie s engagent enfin dans un processus de réconciliation interethnique et que leur action soit guidée par la détermination la responsabilité politique la culture du compromis et une vision d avenir commune 15 Le Kosovo est également confronté à une situation institutionnelle et politique délicate qui limite la réalité de sa perspective européenne Parce que cinq Etats membres n ont pas reconnu son indépendance proclamée le 17 février 2008 il ne peut prétendre à des relations contractuelles avec l Union Ce statut étatique relatif a contraint l UE à faire preuve d ingéniosité dans les instruments mis en œuvre comme dans les termes employés 16 Cela dit l accord de février sur la dénomination officielle du Kosovo avec un astérisque renvoyant à la résolution 1244 et à l avis de la CIJ 17 a ouvert une piste Etabli dans le cadre du dialogue entre Prishtinë Priština et Belgrade il satisfait les partenaires qui s opposent à toute référence étatique comme ceux qui souhaitent que le Kosovo bénéficie du processus d association Sur cette base l UE a lancé l Etude sur la faisabilité d un ASA en mars 2012 Active au Kosovo depuis de nombreuses années l Union européenne a su adapter ses programmes Cette année elle a lancé le Dialogue sur la libéralisation des visas tant attendu par la classe politique et les citoyens Le Premier ministre Hashim Thaçi y a vu un jour béni pour les citoyens du Kosovo 18 et la ministre pour l Intégration européenne Vlora Çitaku l un des plus grands succès depuis l indépendance 19 Argument électoral et ressource de légitimation pour les élites politiques locales la libéralisation des visas est devenue un marqueur européen pour les populations Les États membres restent toutefois prudents dès lors qu il s agit d immigration La pierre d achoppement n est pas une fois n est pas coutume le statut du pays mais le désarroi vis à vis du potentiel migratoire du Kosovo 20 Parce qu il est devenu une zone de transit pour migrants venant d Afghanistan ou d Irak via la Turquie le Kosovo cristallise les inquiétudes des pays européens qui ont déjà dû faire face à l arrivée mal contrôlée des demandeurs d asile en provenance de Macédoine et de Serbie Le ministère pour l Intégration européenne n en reste pas moins déterminé et s attache depuis sa création en avril 2010 à la gestion des dossiers en coopération avec les instances communautaires Sur le terrain cela s est notamment traduit par le lancement du Dialogue structuré sur l Etat de droit dont le but est d aider le Kosovo à relever les défis auxquels il est confronté en matière de lutte contre la criminalité de corruption et plus généralement en matière judiciaire De son côté le Parlement européen a exhorté le Kosovo à faciliter le retour des réfugiés et des personnes déplacées lutter contre la corruption et prendre des mesures pour résoudre l instabilité qui règne au nord du pays 21 Surtout l Union européenne a accompli un processus de rationalisation permettant la fusion de la fonction du Représentant spécial de l Union européenne RSUE avec celle du chef du Bureau de liaison de la Commission européenne En désignant Samuel Žbogar ancien ministre des Affaires étrangères slovène pour assumer cette double responsabilité la diplomatie européenne a donné à son action une dimension régionale qui participe du renforcement des liens entre l UE et les Balkans occidentaux Tableau La marche des Balkans vers l UE Cliquer sur la vignette pour voir le tableau Les divers mécanismes programmes et initiatives communautaires rapprochent ainsi les Balkans occidentaux de l UE Chaque pays s approprie différemment le processus mais tous utilisent la ressource

    Original URL path: http://www.diploweb.com/UE-OTAN-Balkans-occidentaux-la.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Pourquoi la France s'est-elle engagée en Bosnie ? Réponse - Pays candidats
    l Union de l Europe Occidentale UEO mais le consensus n ayant pas pu être trouvé ce fut vers les Nations Unies que se tourna la France 6 Quels étaient à ce moment précis les objectifs avoués de la France ou plutôt de l homme qui décidait de la politique étrangère de la France le président François Mitterrand Compte tenu de l aptitude de ce dernier à dissimuler ses desseins il n est pas aisé de répondre dans le détail mais il est possible de dégager des traits généraux Au lendemain de l implosion du système soviétique 8 décembre 1991 François Mitterrand voit avec crainte et regret se défaire des Etats d abord la RDA ensuite la Yougoslavie Il refuse notamment les sécessions unilatérales de la Slovénie et de la Croatie et exige ensuite pour les reconnaître que soient au préalable réglés les problèmes de frontières et de minorités Il dit ne pas vouloir entrer dans les conflits nés des partitions et ne pas vouloir faire de distinction entre agresseurs et agressés A ses yeux toute intervention doit être rigoureusement neutre et pacifique Il est surtout soucieux de ne pas ajouter la guerre à la guerre Dans une telle optique le recours à l ONU et non pas à l OTAN s impose naturellement Seule l organisation mondiale rigoureusement neutre peut mettre sur pied une force la FORPRONU susceptible d exercer des actions humanitaires de protection des populations civiles La France s active à mettre en place une telle force et ce résultat obtenu s investit pleinement en déployant un bataillon d infanterie à Sarajevo dès l été 1992 et en constituant le contingent le plus nombreux La déception produite par la visite de François Mitterrand à Sarajevo le 28 juin 1992 s explique par une mauvaise perception des objectifs du président Celui ci souhaite s en tenir strictement au seul domaine humanitaire Contrairement à ce qu espèrent les Bosniaques et leurs partisans occidentaux il ne vient pas dans la capitale assiégée par les Serbes depuis plusieurs mois pour promettre de faire lever l embargo sur les armes qui pénalise lourdement les assiégés Il n est d ailleurs pas accompagné de son ministre des Affaires étrangères ou de son ministre de la Défense mais de Bernard Kouchner secrétaire d Etat à l action humanitaire Et au final le principal résultat de la visite sera la réouverture de l aéroport ce qui devait permettre une action plus aisée de l aide humanitaire Comme l observe avec justesse le biographe de Bernard Henri Lévy ce dernier en organisant le voyage surprise à Sarajevo a cru mouiller le président et l entraîner là où il ne veut surtout pas aller François Mitterrand n est nullement tombé dans le piège et quelques mois plus tard au cours d une conversation avec Bernard Henri Lévi il réaffirme son hostilité à alimenter le conflit tout en dévoilant des attaches avec le peuple serbe Moi vivant jamais vous m entendez bien jamais la France ne fera la guerre à la Serbie 7 Plusieurs éléments propres au problème bosniaque ou inhérents à la situation politique française allaient contribuer à infléchir la position de F Mitterrand Durant le premier semestre 1993 il est en effet nécessaire d une part de trouver une parade à l échec du Plan Vance Owen et de marquer la volonté de s opposer aux bombardements aériens proposés par les Etats Unis Par ailleurs la seconde cohabitation modifie la donne en imposant en mars 1993 au Président socialiste un gouvernement de droite conduit par Edouard Balladur avec Alain Juppé comme ministre des Affaires Etrangères Ce dernier n hésite pas dès le mois d avril en réponse à une question d actualité à l Assemblée nationale à affirmer qu en Bosnie les agresseurs sont les Serbes Quelque temps après sur proposition d un général français le général Morillon commandant de la FORPRONU en Bosnie Herzegovine le Conseil de Sécurité décide la création de zones de sécurité en Bosnie En donnant son accord à Alain Juppé pour soutenir cette initiative François Mitterrand lui aurait déclaré Vous êtes bien conscient que nous prenons une orientation différente et que nous nous engageons dans une stratégie qui peut conduire à l affrontement Cela dit allez y 8 Néanmoins si l agresseur principal en Bosnie commence à être clairement dénoncé par la France et si l option d une riposte militaire n est plus systématiquement écartée l état d esprit du pouvoir français demeure nettement pacifiste Mon général nous ne voulons surtout pas de cercueils dans la cour des Invalides telle est la consigne qu aurait donnée alors Edouard Balladur à un général en partance pour la Bosnie Les révélations d abord dans la presse américaine en août 1992 puis dans la presse européenne de l atrocité d actes commis en Bosnie constituent un autre puissant facteur d infléchissement des positions françaises Le tir sur le marché de Markale à Sarajevo le 5 février 1994 qui fait 68 morts bouleverse particulièrement l opinion française Au lendemain de ce drame Alain Juppé soumet à François Mitterrand un projet d ultimatum selon lequel si les troupes serbes n avaient pas retiré leurs armes lourdes à une certaine distance de la ville avant une certaine date des frappes aériennes de l OTAN interviendraient Le président Mitterrand donne aussitôt son accord ce qui confirme que sa position de base est en train d évoluer Un autre signe d évolution des esprits est la décision du général français commandant de la FORPRONU à compter de mars 1994 Bertrand de La Presle de lancer une frappe aérienne réalisée par l OTAN à l occasion de la crise de Gorazde L implication militaire de la France durant toute la période reste forte Les effectifs français au sein de la FORPRONU sont alors à leur maximum 7 100 sur 45 000 hommes en septembre 1995 et des généraux français y occupent des postes éminents Mais l état d esprit des forces françaises est différemment apprécié Gilles Hertzog auteur du documentaire Srebrenica une chute sur ordonnance interrogé par la commission parlementaire Loncle 9 émet à ce sujet un jugement très négatif Hélas l appareil militaire français à Paris comme sur le terrain à l exception du général Morillon qui avait d ailleurs été rappelé après avoir de son propre fait institué Srebrenica en zone de sécurité et du général Cot qui rua courageusement dans les brancards continuait au printemps et à l été 1995 à être à l heure mitterrandiennes Il était neutre voire pour certains de ses membres pro serbe renvoyait les belligérants dos à dos suspectait les Bosniaques de mauvais coups pour forcer la main de la FORPRONU et intervenir à leurs côtés La préoccupation première de cet appareil militaire n était pas a priori l application du mandat de la FORPRONU à savoir préserver les populations civiles et maintenir la paix mais surtout préserver nos hommes et le précieux matériel Il est certain que la plupart des militaires français vivent mal tout à la fois le flou de leur mission le maintien de la paix leur impuissance ne pas faire usage de leurs armes et l humiliation d être pris tantôt comme cibles tantôt comme alliés objectifs par les différents protagonistes A ces contraintes s ajoutent la lourdeur de l organisation onusienne et la difficulté de collaborer avec des troupes étrangères parfois peu disciplinées et aux motivations contestables Sur le plan diplomatique l action de la France ne faiblit pas durant la dernière année de la présidence Mitterrand tant au sein du Conseil de Sécurité qu au sein d une nouvelle structure le Groupe de contact dont Paris a été l un des membres initiateurs Mis en place en avril 1994 ce groupe composé de cinq membres Etats Unis Russie Allemagne France Grande Bretagne a pour objectif d impliquer davantage les Etats Unis dans le règlement du conflit bosniaque les Européens s étant persuadés qu ils n y parviendraient pas seuls Mai 1995 un tournant Y a t il eu au printemps 1995 une réorientation radicale de la politique française en Bosnie La question est souvent posée elle l est systématiquement à la plupart des témoins auditionnés par la Commission parlementaire Loncle En fait personne ne nie qu il y ait eu à l époque un changement dans la politique française en ex Yougoslavie mais les avis divergent sur la force de ce changement et sur ses causes A propos de ces dernières il nous semble que c est moins le départ de François Mitterrand et l arrivée de Jacques Chirac à la présidence de la République que les événements survenus en Bosnie au cours du printemps 1995 qui constituent l élément déclencheur En outre davantage qu un tournant radical il est préférable de parler de réorientation de la politique Comme il a été en effet rappelé précédemment les positions initiales de François Mitterrand neutralistes et hostiles à toute intervention militaire s étaient déjà quelque peu modifiées au gré des circonstances et surtout avec la nomination d Alain Juppé au ministère des Affaires étrangères L arrivée de la Droite au pouvoir en mai 1995 avec l élection de Jacques Chirac à la présidence ne pouvait qu accentuer ces nouvelles tendances Durant la campagne présidentielle en effet Jacques Chirac avait fermement critiqué les tergiversations de François Mitterrand dans les conflits yougoslaves 10 Toutefois la réorientation de la politique française ne fut pas directement suscitée par l arrivée de Jacques Chirac à l Elysée mais par la prise en otages en mai 1995 de 367 Casques bleus dont 174 français par des Serbes désireux de s en servir comme boucliers humains pour se protéger d éventuelles frappes aériennes L événement très médiatisé bouleversa l opinion Jacques Chirac réagit aussitôt avec beaucoup de fermeté tançant le chef d état major des armées l amiral Jacques Lanxade et donnant l ordre aux forces françaises de riposter à toute attaque Une semaine après sa prise de fonction explique Jean David Levitte conseiller diplomatique de J Chirac le Président a été amené à réagir vite et fait face à ce qu il a ressenti comme une humiliation inacceptable Le Président de la République qui a une longue expérience des affaires militaires a toujours considéré que l on pouvait tuer ou blesser un soldat au combat mais qu on ne pouvait pas humilier l armée française Il fallait donc réagir et réfléchir très vite à ce que pouvait être cette réaction française face à une provocation massive des Bosno Serbes Le Président a été d emblée convaincu qu il était absolument nécessaire de changer la donne militaire 11 Dès le 27 mai 1995 les militaires français reprennent le pont de Vrbanja dont s étaient emparées les forces serbes Pour la première fois les troupes françaises sur instruction du Président de la République adoptaient une tactique offensive Une telle réorientation supposait que les casques bleus français soient désormais dotés de moyens lourds notamment d une artillerie adaptée ce que décida le Président Il était indispensable pour faire corroborer de telles décisions que le mandat de la FORPRONU soit modifié et Jacques Chirac s y employa avec une énergie rare durant tout le mois de juin 1995 Jacques Chirac et la création de la Force de réaction rapide Pour le nouveau président français il s agissait de trouver rapidement un moyen de modifier le rapport des forces sur le terrain afin d éviter d une part que les contingents de l ONU soient pris en otage et d autre part d obliger les belligérants à conclure un accord de paix L idée de créer une Force de Réaction Rapide terrestre dotée de pièces d artillerie lourde capable de riposter efficacement à toute menace ou attaque contre les Casques bleus se dessina lors d une rencontre entre Jacques Chirac et le Premier ministre britannique John Major au tout début juin Elle fut adoptée quelques jours plus tard à une réunion des ministres de la Défense des pays de l Union européenne et de l OTAN 3 juin 1995 Les semaines suivantes Jacques Chirac profita du sommet Union Européenne Etats Unis à Washington pour convaincre le président Clinton et les leaders du Congrès américain puis rencontra Boutros Boutros Ghali secrétaire général des Nations unies et fit peu après rédiger à Halifax au sommet du G7 un texte à présenter au Conseil de Sécurité Le 15 juin la Force de Réaction Rapide FRR est officiellement créée par la résolution 998 du Conseil de Sécurité avec pour mission d assurer des actions ou réactions d urgence en appui à des unités des Nations unies isolées ou menacées d aider au redéploiement d éléments de la FORPRONU et de contribuer au maintien de la liberté de mouvement 12 Relevant directement des commandants militaires des Nations unies dans l ex Yougoslavie notamment le général Janvier elle exclut les personnalités civiles M Boutros Ghali et M Akashi représentant spécial du Secrétaire général de l ONU en ex Yougoslavie depuis janvier 1994 Dès les 21 et 25 juin débarquent à Ploce sous les ordres du général André Soubirou les premiers éléments d une brigade multinationale France Grande Bretagne Pays Bas qui comptera environ 4 200 hommes L ensemble du matériel et des hommes ne put atteindre Sarajevo qu à la fin du mois de juillet 1995 tant furent nombreux les obstacles de tous ordre placés par les belligérants les Croates les Bosniaques musulmans et les Serbes persuadés que l arrivée de la FRR allait troubler leurs plans Il fallut plusieurs fois employer la force pour permettre le passage au sol et près du sol 13 mais la Brigade multinationale parvint au final à remplir sa mission en désenclavant Sarajevo et en détruisant des sites des forces serbes autour de la capitale bosniaque La Brigade rappelle le général Janvier va défendre le mont Igman et préparer les accès libres à Sarajevo selon le plan By Pass et surtout elle va riposter aux agressions serbes C est très important pour la première fois les Serbes vont subir des pertes significatives Ceci grâce à nos mortiers de 120 et plus tard grâce à notre artillerie 14 Si donc il n y a guère de doute quant à l efficacité de la nouvelle force d intervention et pas davantage sur l implication décisive de la France dans sa création et dans son action il serait néanmoins excessif de considérer qu elle a marqué une volonté de modifier en profondeur l approche de la gestion des conflits en Bosnie Comme l observe Thierry Tardy la France conçoit avant tout la Force de Réaction Rapide comme une force d appui en quelque sorte une force de protection de la FORPRONU et non comme un moyen visant à influer de façon coercitive sur le comportement des parties en vue d un règlement de fond Encore une fois l objectif visé est la sécurité de la FORPRONU et non celle des populations Il ne s agit toujours pas d imposer un règlement à quelque partie que ce soit S inscrivant dans le cadre de la politique définie par la France depuis 1992 et ne souhaitant finalement qu améliorer l action de la FORPRONU la France ne remet pas en cause par la création de la FRR son engagement consensuel non coercitif au sein de la FORPRONU ou alors très marginalement 15 Le pas décisif vers la paix en Bosnie ne fut pas finalement accompli par la France même si Jacques Chirac joua un rôle non négligeable en contribuant à alerter le président Clinton sur l urgence de mettre un terme au conflit Ayant pris acte de l incapacité des pays européens à imposer seuls l arrêt des armes le président français parvint à convaincre les Américains de s investir dans la question bosniaque mais dès lors la France comme les autres pays Européens se trouvèrent presque totalement dessaisis du dossier car quand les Etats Unis viennent en général ils prennent Jean David Levitte Il revint au très brillant diplomate Richard Holbrooke 16 de mener les négociations et de proposer un règlement politique consistant à un partage du territoire bosniaque Ce résultat étant conforme aux vœux de la France cette dernière ne manifesta aucune amertume de s être trouvé marginalisée alors qu elle s était fortement impliquée jusque là dans le dossier Néanmoins les Etats Unis soucieux de ménager la susceptibilité française acceptèrent que l accord mis au point à Dayton soit signé à Paris C était si l on en croit Jean David Levitte une façon de rendre hommage à la République française pour le rôle décisif qu elle a joué dans cette affaire 17 Bref bilan Même une vingtaine d années après l implication française en Bosnie n est pas sans étonner D abord parce qu elle a rompu avec les habituels théâtres d intervention française liées le plus souvent au contexte post colonial Afrique notamment En outre loin d être une simple posture elle s est traduite par un engagement massif de plusieurs milliers de soldats dont 85 perdirent la vie 18 ainsi que par la mobilisation intense du nouveau président de la République a partir du printemps 1995 Cette implication coûteuse généreuse même si elle ne fut jamais totalement désintéressée se révéla néanmoins bien peu fructueuse pour la France Du point de vue international ce furent les Etats Unis en dépit de leur intervention tardive qui raflèrent la mise Bill Clinton étant proclamé l homme de la paix en Bosnie Sur le plan national l opinion bien que troublée par les exactions ne fut jamais totalement acquise à une intervention onéreuse en vies humaines sur un territoire sans liens directs avec des intérêts français Pour l armée française les séquelles de l intervention en Bosnie furent lourdes Placées sous l autorité de l ONU avec pour objectifs exclusifs de s interposer entre les belligérants de faciliter l aide humanitaire et de créer les conditions d un dialogue politique les contingents français constatèrent très tôt les limites d une telle mission Ligotés par les consignes de neutralité paralysés par la

    Original URL path: http://www.diploweb.com/France-en-Bosnie-1992-1995-Il-y-a.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Présentation de Suat Ilhan, "Türk olmak zordur", "Il est dur d’être (...) - Pays candidats
    ils ont rendu service à l Islam 10 La révolution kémaliste De même que la République française n a jamais caché sa filiation avec la tradition étatiste et centralisatrice de la monarchie la république turque assume avec l Empire ottoman une certaine continuité La révolution kémaliste s inscrit pour S Ilhan dans un effort de contemporanisation cagdas du savoir et des connaissances Il la situe dans la trajectoire des révolutions française anglaise et américaine qui embrassent l Occident du XVIIe au XVIIIe siècle 11 Avec la culture occidentale écrit S Ilhan l objectif est de parvenir étape après étape par s approprier les acquis de la modernité à adopter les changements contemporains en les mêlant à la culture turque 12 La Turquie est un pays à cheval sur deux mondes Il est dès lors normal que les Turcs peuple de nomades s emparent de ce qui peut leur sembler utile dans la culture occidentale Toutefois il s agit d une culture laïque L incorporation d éléments de la civilisation occidentale ne contredit pas l essence nationale du projet kémaliste Comme le note S Ilhan les deux cultures religieuses ne se rencontrent pas et la culture turque n est pas dénaturée 13 La grande erreur commise en Europe est de considérer Mustapha Kemal comme un occidentaliste ou un européiste avant l heure Toute son œuvre politique témoigne du contraire C est en luttant contre l impérialisme occidental à l occasion de la guerre d indépendance en 1920 qu il pose les fondements de l État républicain À aucun moment de son existence Kemal n a utilisé le terme d occidentalisation mais a toujours insisté sur la contemporanisation Sans guerre d indépendance note S Ilhan il n aurait pas pu y avoir d État indépendant et de modernisation de la société 14 Dans cette rhétorique anti occidentale S Ilhan va même plus loin et n hésite pas à faire de la guerre d indépendance la première victoire du monde musulman au XXe siècle L aboutissement victorieux de la guerre de libération nationale a de surcroît bénéficié aux pays musulmans et à l Islam Elle est le point tournant de la lutte entre Occident et Orient Islam et christianisme 15 Un Islam gallican Dès lors comment S Ilhan parvient il à intégrer l acquis majeur de la révolution kémaliste c est à dire la laïcité L auteur reconnaît que c est une question ardue Depuis des siècles la culture turque s est formée au contact de l Islam Les bases de la pensée s appuient sur l Islam les croyances l Histoire les coutumes les mœurs le droit le folklore la morale la science L Islam est le principal élément qui colore la culture 16 Par conséquent pour S Ilhan il était impensable que le nouvel État se coupe du jour au lendemain de l héritage islamique Si coupure il y a celle ci doit permettre de libérer le politique du religieux en plaçant la mosquée sous le contrôle étroit de la République En réalité on assiste à la mise en place d une laïcité concordataire pour ne pas dire d un Islam gallican L Islam n est pas l idéologie officielle de la République elle est le système de croyance de la majorité des citoyens turcs 17 Le Ministère des affaires religieuses le Dinayet est la pierre angulaire de ce système qui permet à la fois d affirmer la séparation du spirituel et du temporel tout en maintenant la présence d un Islam scientiste et national au cœur de la société Les confréries religieuses n ont pas à intervenir dans la gestion du culte sous peine de provoquer l anarchie L article 1 du Dinayet stipule ainsi que le ministère des affaires religieuses a pour objet le bon fonctionnement des services relatifs à la croyance islamique Elle gère la religion et le culte dans un sens éclairé 18 Le Dinayet prend en compte l histoire turque et les exigences de la laïcité À juste titre Suat Ilhan rappelle que cette pratique de séparation du temporel et du spirituel n est pas neuve chez les Turcs et qu il existe dès les Ottomans un droit laïc indépendant de la Charia En outre lorsque les Turcs venant d Asie centrale font leur entrée à Bagdad en 1058 leur chef Tughril Beg se voit décerner par le calife abbasside le titre de Sultan Le Calife commandeur des croyants se dépouille de ses prérogatives politiques pour les confier au Sultan et se concentrer sur son magistère spirituel 19 Atatürk en fait de même lorsqu il coupe le lien de souveraineté attachant l État au califat avant de supprimer définitivement le titre de Calife en 1924 Un État pivot La conscience d appartenance à une aire géographique de taille continentale amène S Ilhan à poser la question du pantouranisme La Turquie est à la confluence de trois continents l Asie l Europe l Afrique Elle contrôle les routes Nord Sud et Est Ouest 20 Le monde turc a son apogée va des confins de l Indus au bord du Nil de l Adriatique à la muraille de Chine Le Taj Mahal en Inde le pont de Mostar sur la Neretva la Mosquée Tolun au Caire sont autant de traces de cette grandeur passée 21 À l époque moderne le contrôle du bassin occidental de la Mer Égée et du Golfe persique était la clef de la position de la Sublime Porte en tant que puissance globale et indépendante L Empire Ottoman dans sa lutte conte monde occidental fonctionnait à la manière d un rideau protecteur pour le monde musulman Il entravait la marche des puissances impérialistes vers l Afrique l Asie Avec la fin de l Empire ottoman c est l ensemble du monde musulman qui s est retrouvé encerclé 22 Aujourd hui selon S Ilhan on retrouve dans la République kémaliste les mêmes constances qu à l époque ottomane La géographie de la Turquie explique aussi bien les périls qui la menacent que les grands atouts

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Turquie-S-Ilhan-Il-est-dur-d-etre.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Les relations entre la Turquie et les Etats-Unis. Géopolitique - Pays candidats
    sont opposés à la Turquie sur la question chypriote en 1964 et en 1974 décrétant à l époque un embargo sur les armes à destination de la Turquie dans les années 1980 l aide militaire à la Turquie sera calibrée sur celle accordée à la Grèce avec un ratio de sept pour dix Mais les difficultés s accumulent surtout du côté de l Irak où la préférence américaine pour les Kurdes inspire aux Turcs un malaise persistant Fin 1991 une no fly zone est établie dans le nord de l Irak par les États Unis la France et le Royaume Uni pour protéger les insurgés kurdes irakiens de la vengeance programmée de Saddam Hussein Les Turcs se résolvent à contrecœur aux opérations Provide Comfort et Poised Hammer mises en œuvre à partir de la base d Incirlik construite près d Adana au sud de la Turquie aux premiers temps de la guerre froide Les Turcs acceptent également les sanctions prévues contre l Irak malgré la perte économique manifeste que cela implique pour eux Ils assistent surtout à partir de ce moment là avec inquiétude à l autonomisation progressive du Kurdistan irakien où la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan Partiya Karkerên Kurdistan PKK active en Turquie depuis 1984 commence à installer ses bases L ensemble de ces concessions marque durablement les esprits et explique bien des réactions turques pour la suite de l histoire irakienne 1991 2001 la décennie du basculement La Turquie a pu craindre d être marginalisée par la fin de la guerre froide elle s est au contraire trouvée libérée d une partie de ses obligations anciennes tout en gagnant la possibilité de jouer d autres rôles La décennie 1991 2001 qui s ouvre avec la première guerre du Golfe et s achève avec le 11 septembre apparaît ainsi a posteriori comme la décennie du basculement de la relation turco américaine Pour des raisons tenant à la fois aux circonstances régionales et à la trajectoire nationale des deux partenaires l équilibre des forces traditionnellement très favorable aux Américains bascule insensiblement du côté de la Turquie Dès les années 1990 l alliance turco américaine se consolide en se diversifiant la Turquie devient un partenaire multifonctions pouvant contribuer à la résolution de bon nombre des difficultés diffuses posées par un système international instable Elle est ainsi pleinement intégrée à l équation de stabilisation de l Europe balkanique et participe aux forces de maintien de la paix en Bosnie au Kosovo en Macédoine Mais c est le 11 septembre 2001 et ses suites qui la poussent au devant de la scène en faisant un protagoniste essentiel des plans de Washington au Moyen Orient Les États Unis considèrent à l époque qu une Turquie laïque encore largement sous l emprise des militaires peut servir de digue contre la vague islamiste Ce schéma de défense se double après le 11 septembre du fantasme d une Turquie modèle politique incarnant la démocratie musulmane avancée que l Administration américaine rêve de répandre au Moyen Orient L impact du 11 septembre sur la Turquie est cependant ambigu Traditionnellement en quête de réassurance identitaire elle se trouve à l époque mise en scène comme pays de l entre deux par des décideurs occidentaux devenus huntingtoniens dans un monde découpé en zones antagonistes Pensée comme pont entre les civilisations ou comme instrument du dialogue avec un monde musulman hostile aux États Unis elle prépare dès ce moment sa reconversion et le réveil de sa vocation orientale assoupie Le pacte imprécis la dérive de la relation turco américaine La relation turco américaine traverse manifestement aujourd hui une phase de réajustement houleux Depuis le déclenchement de la seconde guerre du Golfe accidents désaccords et mésententes s accumulent entre la première puissance mondiale et l aspirant challenger qui a fait du Moyen Orient le laboratoire de son renouveau économique et diplomatique Cette dérive inquiète Washington tandis qu elle semble nourrir une forme d exaltation à Ankara la Turquie a cessé d être un faire valoir et fait comprendre qu elle travaille désormais avant tout pour son propre compte La crise de 2003 tournant ou révélateur La première crise de confiance significative entre les deux alliés a lieu le 1er mars 2003 Elle prend tout le monde par surprise et laisse le champ libre à des interprétations multiples Ce jour là la Grande Assemblée nationale turque refuse le passage et le stationnement en Turquie de 62 000 militaires américains en route vers l Irak Les leaders de l AKP qui disposent pourtant d une solide assise au Parlement n ont pas réussi à réunir la majorité absolue des voix la discipline de parti n a vraisemblablement pas été strictement respectée face à une opinion publique turque massivement opposée à la guerre en Irak Le lendemain le chef d état major de l armée turque affirme pourtant qu il apporte son soutien à l opération américaine Le secrétaire d État américain adjoint à la Défense Paul Wolfowitz qualifie la prise de position turque de grosse erreur et les États Unis agitent des menaces de rétorsion financière 6 La crise est progressivement surmontée La Turquie rejoint la coalition du côté des pays fournissant un appui logistique aux opérations et obtiendra une compensation pour services rendus Depuis 2003 la moitié des avions cargos militaires à destination de l Irak sont bien partis de la base d Incirlik Mais le vote de 2003 qui a définitivement remis en cause la fiction d un soutien turc automatique aux décisions de Washington concentre toute la complexité d un rapport empoisonné par le ressentiment turc Pour compenser les brimades subies depuis 1991 sur le dossier kurdistanais les Turcs ont donné libre cours à leurs divergences internes et l anarchie chronique de leur système de décision que les Américains rebaptisent traditionnellement instabilité a accouché d un blocage La Turquie a infligé aux États Unis un traumatisme majeur elle cesse dès ce moment d être considérée comme un allié fiable La relation turco américaine s intensifie cependant car les difficultés bilatérales impliquent de multiplier les consultations mais tout se joue désormais sur le mode du rapport de forces Les deux États entrent dans un système de marchandage permanent La question irakienne devient le baromètre de la relation pendant quelques années de tâtonnements désaccords et accusations mutuelles de traîtrise les Turcs accusent les Américains de soutenir le PKK et mènent des opérations au Kurdistan irakien pour y traquer la guérilla tandis que les Américains soupçonnent les Turcs de faciliter le passage d Al Qaida Tout s apaise progressivement à partir de 2008 l Irak devient le lieu privilégié du redéploiement de la puissance turque au point qu elle s y impose comme relais politique naturel au moment du retrait américain Le modèle politique turc entre islam modéré et islamisme Un nouveau paramètre essentiel entre maintenant en jeu pour façonner la perception américaine de la Turquie Celle ci est gouvernée depuis 2002 par un parti d origine islamiste très préoccupé cependant durant ses premières années tests de démontrer son attachement à la modernité occidentale L AKP que sa sociologie rend plus américanophile que les élites turques classiques devrait en principe être l ami de Washington il semble a priori être le candidat idéal pour incarner le fantasme américain d un islam modéré ennemi de l islam radical djihadiste que Washington combat ouvertement depuis le 11 septembre La place et l influence réelle des islamistes dans le système politique turc ont pourtant toujours préoccupé les Américains et l État ami musulman a déjà failli basculer du mauvais côté en un moment de l histoire récente Parvenu au pouvoir en 1996 grâce à l une de ces péripéties électorales dont la Turquie est coutumière Necmettin Erbakan le leader du Refah Partisi Parti de la prospérité parti islamiste ancêtre de l AKP s était rapidement embarqué dans une surenchère islamique en interne comme en politique étrangère Lorsque l armée turque le persuada moins d un an plus tard de démissionner Washington se contenta d affirmer à la fois son attachement au sécularisme et à la démocratie deux préférences malaisément démontrables par un coup d État militaire fût il qualifié par les analystes de soft en comparaison de ceux qui avaient rythmé les décennies précédentes 7 L installation de l AKP aux affaires ouvre une autre période ambiguë Lorsque ce parti néo islamiste qui se décrit volontiers comme musulman démocrate à l instar des démocrates chrétiens européens gagne largement les élections de 2002 et se retrouve au Parlement en tête à tête avec les sécularistes du vieux parti kémaliste le Parti républicain du peuple Cumhuriyet Halk Partisi CHP beaucoup d observateurs craignent une islamisation rapide de la Turquie Quelques années plus tard et malgré les gages d ouverture donnés par l AKP sur certains dossiers intérieurs qui s avèrent fondamentaux au moins pour faire avancer le processus d adhésion à l UE droits des Kurdes place de l armée dans le jeu politique etc le soupçon d un agenda caché islamique demeure 8 Le contenu des télégrammes diplomatiques américains récemment révélés par WikiLeaks en dit long sur le malaise américain face à l expérience AKP On y lit des descriptions peu flatteuses du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan que l ambassade américaine à Ankara perçoit comme un fondamentaliste islamique peu cultivé et peu ouvert obsédé par le pouvoir et développant une tendance à l autocratie évoluant de surcroît dans un milieu très corrompu L appartenance d une partie de son entourage à une confrérie islamique dérange les diplomates américains de même que ses largesses envers des banquiers islamistes et son obstination à ne s informer que par des journaux islamistes En bref le biais religieux imprègne les analyses des décideurs américains également très inquiets de la montée de l antisémitisme en Turquie 9 L échappée orientale de la diplomatie turque Si l évolution du paysage politique turc intéresse désormais plus sérieusement l Amérique c est qu elle a un impact évident sur les choix de politique étrangère du pays L activité diplomatique incessante et tous azimuts de la Turquie fascine beaucoup d observateurs puissance montante incontestée dans son environnement régional elle s impose sur de nombreux dossiers qui intéressent les États Unis À leur arrivée aux affaires les cadres dirigeants de l AKP n avaient à l exception du président Abdullah Gül qu une faible expérience de l international Une décennie plus tard le bilan diplomatique de l équipe est impressionnant mais les nouvelles options turques au Moyen Orient sont une source régulière d inquiétude pour Washington La politique étrangère turque est menée tambour battant depuis presque trois ans par le ministre Ahmet Davutoglu ancien universitaire ayant développé une vision originale et turco centrée du système international Si ses premiers écrits le rattachent clairement à une généalogie islamiste sa rhétorique actuelle insiste sur la portée du soft power et met en scène la Turquie comme une puissance bienveillante acteur majeur dans son environnement régional immédiat mais désireuse d intervenir bien au delà 10 Le Moyen Orient est devenu le laboratoire d action privilégié de ce ministre atypique dont les ambitions ont rapidement été décrites aux États Unis comme néo ottomanes car se déployant dans les anciens espaces d influence de l Empire 11 La présence turque au Moyen Orient se renforce de plusieurs façons et embarrasse les États Unis pour diverses raisons Pour concrétiser son ambition de soft power Ankara signe des accords de libre échange et de libre circulation avec plusieurs pays arabes dont la Libye et la Syrie et se confirme comme acteur économique de premier plan sur des terrains encore difficilement praticables pour les entreprises occidentales comme l Irak Sa diplomatie de médiation cherche à se rendre indispensable dans toutes les configurations de conflit elle intervient comme médiateur entre la Syrie et Israël en 2008 s interpose régulièrement entre les factions palestiniennes rivales du Fatah et du Hamas ou entre les parties libyennes après mars 2011 défendant le principe d une solution politique sur le dossier du nucléaire iranien elle tente en tandem avec le Brésil de retarder l adoption de nouvelles sanctions internationales contre Téhéran Sa capacité à gérer des relations parallèles avec les différents centres de pouvoir en Irak de Bagdad au gouvernement régional kurdistanais tout en défendant les intérêts de la minorité turkmène montre aussi que la Turquie sait organiser son influence dans le jeu politique interne de ses voisins quand ses intérêts vitaux énergétiques mais aussi politiques dans le cas des Kurdes sont en jeu La brouille est en revanche consommée avec Israël après l épisode du Mavi Marmara au printemps 2010 la mort de neuf militants turcs lors de l assaut des forces spéciales israéliennes contre le navire qui tente de forcer le blocus de Gaza propulse la Turquie comme héraut de la cause palestinienne Toutes ces avancées confortent le désir d indépendance de la Turquie et lui permettent de marchander sa coopération avec les États Unis sur des dossiers essentiels Si elle s est immédiatement jointe à la coalition en Afghanistan en 2001 elle s y met en scène comme seul membre musulman de l Alliance n y a pas envoyé de troupes combattantes et refuse d y renforcer ses effectifs quand les États Unis le lui demandent Son positionnement dans l OTAN apparaît d ailleurs de plus en plus décalé Au printemps 2009 la crise de la nomination du secrétaire général Ankara bloquant dans un premier temps la candidature de Anders Fogh Rasmussen l ancien Premier ministre danois ayant soutenu en 2005 le quotidien Jyllands Posten dans l affaire des caricatures de Mahomet a marqué le début d une série de coups d éclat destinés à valoriser son statut d allié à part Au sommet de Lisbonne de décembre 2010 la Turquie se rallie au projet de bouclier antimissile mais obtient que l OTAN ne désigne pas nommément l Iran comme menace Lors de la crise libyenne la Turquie commence par s opposer à l intervention alliée avant de rentrer tardivement dans le rang Toutes ces manifestations d autonomie incitent certains à prédire un possible retrait turc de l OTAN par le passé des analystes américains ont déjà pu suggérer que le pays n y avait plus sa place 12 C est en tout cas dans cette enceinte multilatérale que se cristallisent le plus violemment les désaccords turco américains mais c est aussi là désormais que se redéfinit en permanence le sens de la relation Le contenu précis des ambitions turques au Moyen Orient est difficile à mesurer de même que la capacité du pays à tenir ces ambitions dans un environnement qui se dégrade chaque jour mais la rhétorique officielle reste impressionnante Au soir de son nouveau triomphe électoral du 12 juin 2011 le Premier ministre Erdogan a ainsi prononcé à Ankara un discours du balcon illustrant la dimension identitaire de sa nouvelle politique étrangère et le désir de leadership des Turcs dans la région 13 Dans un élan inédit remarqué des observateurs turcs et internationaux le Premier ministre turc y affirmait que le résultat des élections turques était salué à Bagdad à Damas à Beyrouth à Amman au Caire à Tunis à Sarajevo à Skopje à Bakou à Nicosie citant aussi Ramallah Naplouse Jénine Jérusalem et Gaza avant de parler de victoire de la démocratie de la liberté de la paix de la justice et de la stabilité Un effacement américain programmé quelles responsabilités pour la Turquie au Moyen Orient Cette confiance retrouvée de la Turquie dans son destin oriental ne devrait pas forcément inquiéter une Amérique qui peine de plus en plus à mettre seule de l ordre dans la région La Turquie étant maintenant en position de négocier sa contribution il faut comprendre si elle est prête à jouer le rôle de puissance d appui pour accompagner le retrait américain du Moyen Orient ou si elle souhaite s imposer comme une puissance alternative défendant une vision du monde différente S accommoder de la nouvelle Turquie L émancipation rapide de l allié jusqu ici docile rend évidemment les calculs américains beaucoup plus complexes que par le passé C est au fond la réussite turque au sens large qui nourrit le dilemme américain Washington a longtemps considéré que le pays était doté d un fort potentiel économique et diplomatique tout en notant que ses difficultés intérieures l empêchaient de valoriser ce potentiel Morton Abramowitz ancien ambassadeur américain en Turquie sous l ère Özal et conseiller de Bill Clinton reprenait en 2000 l éternelle interrogation américaine quand ce pays tellement doté allait il enfin décoller soulignant que la Turquie était encore plombée par sa dette extérieure son instabilité politique et ses blocages identitaires otage d une classe politique corrompue et enfoncée dans le sous développement 14 Dix ans plus tard l étoile montante turque libérée de bien des contraintes et de la plupart de ses tabous affiche une baraka exceptionnelle et pose finalement bien plus de problèmes à l ami américain Le diagnostic qui s impose au vu des accrocs de plus en plus fréquents entre les deux partenaires est que les États Unis et la Turquie sont entrés dans une zone de négociation continue afin de trouver un nouvel équilibre qui satisfasse à la fois le besoin de reconnaissance turc et les impératifs de sécurité américains En dépit de son caractère moins stable la relation turco américaine n a rien perdu de sa qualité stratégique ni de sa portée globale même si elle se recompose autour de chaque dossier commun La Turquie ne peut en effet être tenue à l écart d aucun des dossiers essentiels sur lesquels les États Unis sont impliqués au Moyen Orient Depuis 30 ans de l Irak à l Afghanistan elle a aussi démontré qu elle est un partenaire indispensable pour faire face aux crises imprévues 15 Lorsque les objectifs concordent elle demeure un auxiliaire ponctuel indispensable aux États Unis De son côté Ankara ne peut évidemment pas davantage tourner le dos aux États Unis car elle ne peut assumer seule des fardeaux stratégiques multiples et dépend beaucoup

    Original URL path: http://www.diploweb.com/La-Turquie-alliee-de-toujours-des.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • en Méditerranée et au Moyen Orient est responsable du programme Turquie contemporaine à l Ifri Ses travaux portent sur les développements de la politique interne en Turquie et sur les nouvelles ambitions diplomatiques turques Dorothée Schmid est diplômée de Sciences Po Paris et titulaire d un Doctorat en Science politique de l Université de Paris II Spécialiste des politiques extérieures européennes dans la région méditerranéenne et au Moyen Orient Parmi ses publications elle est notamment l auteur du rapport sur Les élites françaises et la Turquie une relation dans l attente publié par le Think Tank turc EDAM en 2010 Elle a également dirigé Le retour de la Turquie au Moyen Orient ouvrage à paraître en 2011 chez CNRS éditions Ses articles pour Diploweb com La Turquie alliée de toujours des Etats Unis et nouveau challenger Membre de l OTAN depuis 1952 la Turquie est un allié traditionnel des États Unis malgré des désaccords sur des dossiers comme Chypre ou l Irak Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne Diploweb sur Union européenne

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Dorothee-SCHMID,369_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Au nord du Kosovo, exercices de souveraineté - Pays candidats
    ainsi que le contrôle par les troupes internationales de toutes les routes secondaires menant à la Serbie Seuls les véhicules particuliers les camions de moins de 3 5 tonnes et ceux transportant de l aide humanitaire de la nourriture et des médicaments ont été autorisés à passer la frontière après contrôle d identité et inspection de la cargaison Cet accord provisoire a permis de rétablir la paix temporairement et de stabiliser une situation précaire que la reprise du dialogue devait consolider Le 2 septembre 2011 le Kosovo et la Serbie ont accepté que le tampon des douanes du Kosovo soit Kosovo customs et dénué d emblèmes nationaux Les embargos respectifs pouvaient donc être levés Le 17 septembre 2011 le Kosovo a réouvert ses frontières au produits serbes puis les premiers camions de produits kosovars ont été autorisés à entrer en Serbie En revanche le retrait des barricades n a pas eu lieu et c est en hélicoptère que les policiers et douaniers européens et kosovars sont transportés à la frontière S émancipant de l autorité de Belgrade les représentants serbes bloquent toujours les accès vers le nord pour protester contre la présence d agents kosovars qui incarnent une autorité qu ils refusent de reconnaître De son côté Belgrade objecte que le rôle des officiers kosovars même symbolique est incompatible avec la nature administrative de la frontière Le nord du Kosovo est ainsi devenu l enjeu de conflits de souveraineté déterminants pour le repositionnement des acteurs vis à vis des adversaires politiques la population et l UE Un territoire au cœur des disputes de souveraineté Rappelons que la partie septentrionale du Kosovo contiguë à la Serbie et délimitée par le fleuve Ibar qui traverse Mitrovicë Mitrovica est quasi exclusivement peuplée de Serbes 4 Cette situation est le résultat du redécoupage spatial de la Yougoslavie après la Seconde Guerre mondiale La partie sud de la Serbie actuelle à majorité albanaise qui jouxte le Kosovo occidental a alors été retirée au Kosovo tandis que les régions septentrionales du Kosovo d aujourd hui ont été détachées de la Serbie Cette redistribution avait des motifs politiques et économiques Il s agissait en effet de créer des entités volontairement non homogènes et sans identification à un groupe majoritaire afin de limiter les revendications d un exclusivisme national 5 et de stimuler le développement des relations au sein de la fédération Le Kosovo d aujourd hui a hérité de cette division ethno territoriale qui a été accentuée par les restrictions à la liberté de mouvement posées dès 1999 par la force internationale 6 Cette fracture spatiale a pris une nouvelle dimension depuis la proclamation de l indépendance dans la mesure où quoiqu indépendant le Kosovo n est pas en mesure d exercer son autorité au nord Son effectivité étatique est contestée par les structures parallèles serbes régulant la police les systèmes de santé et d éducation les renseignements Financées par Belgrade 7 celles ci se substituent aux institutions kosovares et sabordent le projet européen de construire un

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Au-nord-du-Kosovo-exercices-de.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Géopolitique de la Turquie: repenser l'empire - Pays candidats
    système n est possible que s il est mis en tension par un objectif opératif 12 Le système a un besoin vital de profondeur Elle lui procure la résilience indispensable à sa survie Or pour Davutoglu La perception de la Turquie comme un réduit influe sur les rapports avec son environnement en instaurant des limites rédhibitoires A partir du moment où on instaure une profondeur stratégique les coups de l adversaire s amortissent 13 En effet remarque Davutoglu chaque pays possède un bassin qui reflète son espace de manœuvre géostratégique Héritière de l empire ottoman auréolée de son ancien titre de guide de la communauté islamique la Turquie dispose d un large champ de manœuvre inexploité En cercle concentrique cette espace s étend de Sarajevo au Caire pour le premier du Maroc à l Indonésie pour le second La Turquie en raison de son emplacement est l un des rares pays à pouvoir arguer d une réelle centralité sur l échiquier planétaire Ainsi si l Allemagne est le cœur de la Mitteleuropa Europa elle est située loin de l Amérique et de l Afrique La Russie est le pays au centre de l Europe et de l Asie mais éloigné de l Afrique L Iran est le pays d Asie centrale par excellence mais excentrée par rapport à l Europe et l Afrique Du point de vue global la Turquie possède une position géographique optimale Elle est située en Asie et en Europe et dispose d un accès direct au continent noir à travers la Méditerranée 14 Retour vers le futur Si Ahmet Davutoglu ne rejette pas le qualificatif de néo ottoman il n en demeure pas moins critique quant à l incapacité de la Porte au moment de son déclin à juguler la pénétration occidentale Dans ce tableau sombre une période fait exception à ses yeux le règne du Sultan Abdülhamid II 1876 1909 Retournant contre les Européens l arme de l instrumentalisation des minorités le Sultan Rouge réactive la charge de Commandeur des croyants La stratégie est à double détente D une part elle vise à créer une zone d influence en dehors des frontières ottomanes de l autre elle cherche à freiner l appétit des puissances coloniales en se posant comme la protectrice des musulmans partout dans le monde 15 En réalité le néo ottomanisme prend ses racines au XIX ème siècle à l époque des Tanzimat Oscillant entre modernité et tradition ses représentants comme le poète Namik Kemal réfléchissent sur la possibilité d une synthèse entre démocratie et islam Par la suite le néo ottomanisme désigne à l époque de la République tout un courant national libéral groupé autour du défunt Président Türgüt Özal Dubitatif envers le kémalisme ils opposent 800 ans de grandeur impériale à 80 ans d atrophie républicaine La réappropriation du passé ottoman est une psychothérapie La société renoue avec sa plus longue mémoire Elle est également un moyen en s inspirant du multiculturalisme de l empire de trouver une solution à la lancinante question kurde En se déplaçant du passé vers l avenir à l aide de la grammaire civilisationnelle ottomane la Turquie panse ses plaies et réintégre son environnement régional Concrètement cette politique se décline en 4 grands principes Une politique zéro problème avec les voisins Trop longtemps la Turquie a vécu dans la mentalité de la forteresse assiégée Conséquence de cet autisme géopolitique à la fin des années 90 s était formé un axe Greco syro iranien La contestation d Athènes sur la délimitation du plateau continental en mer Egée rejoignait le refus syrien de voir les ressources hydrauliques du Tigre et de l Euphrate verrouillées par la Turquie A cela s ajoutait l instrumentalisation réciproque par Damas et Téhéran du terrorisme kurde Mais avec la guerre en Irak 2003 les lignes ont bougé Un rapprochement spectaculaire s est opéré avec la Syrie désireuse de desserrer l étreinte américano israélienne Ankara estime qu un dialogue avec Téhéran est préférable à une confrontation stérile Plutôt que vouloir humilier l Iran il faut l accompagner dans la quête d un nucléaire civil Tel est le sens de l accord tripartite intervenu avec le Brésil en 2010 En Irak la Turquie vise avant toute chose à préserver le cadre unitaire de l Etat Toutefois la diplomatie turque entretient des contacts à haut niveau avec le gouvernement kurde d Erbil Du moment où le pas effectif de l indépendance n est pas franchi et où les Kurdes collaborent dans lutte contre le PKK une large autonomie est envisageable Les relations sont au beau fixe avec la Russie La Turquie a adopté une attitude prudente au moment de la crise géorgienne en 2008 A cela une raison majeure l approvisionnement en gaz et en pétrole dépend majoritairement de Moscou Plus décevant est le bilan sur la question chypriote Le plan Annan en 2004 favorable à la Turquie prévoyait la réunification de l île dans le cadre d une structure confédérale très lâche sans droit de retour des populations expulsées Pour ces raisons il a été massivement repoussé par la partie grecque Avec l Arménie on touche du doigt les limites de cette politique La volonté de normaliser les rapports avec Erevan et d ouvrir la frontière a déclenché une crise avec l Azerbaïdjan république turcophone alliée dont 1 7e du territoire le Haut Karabagh est occupé par l Arménie La résolution des contentieux avec un voisin en génère avec un autre En définitive cette approche un peu irénique omet la possibilité que les voisins de la Turquie aient des intérêts distincts de ceux d Ankara Une politique multidimensionnelle Libérée de la pesanteur des blocs la politique turque se déploie en trois anneaux décroissants Le monde arabo musulman L Asie centrale L Europe avec les Balkans Trop longtemps la Turquie a fait figure de fourrier de l impérialisme occidental Aussi le veto à la guerre en Irak 1er mars 2003 a eu un impact considérable sur l opinion publique orientale Au sein des organismes occidentaux la

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Turquie-repenser-l-Empire.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Croatie, Macédoine, Monténégro, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Serbie (...) - Pays candidats
    la dénomination République de Macédoine utilisée par l ancienne république yougoslave depuis son indépendance en 1991 Athènes continue en effet de craindre que l usage du nom République de Macédoine ne débouche sur des prétentions territoriales à l égard de la province grecque de Macédoine Elle s en tient donc pour sa part à évoquer la République de Skopje du nom de la capitale et à désigner les habitants de ce pays avec le vocable Skopjiens Depuis 1999 des pourparlers se poursuivent sous l égide de l ONU afin de trouver une issue à ce contentieux un peu ridicule La Macédoine a été admise à l ONU sous la dénomination provisoire d ancienne République yougoslave de Macédoine ARYM ou FYROM selon l acronyme anglais Malgré l absence d accord entre Athènes et Skopje 120 Etats de l ONU sur 194 reconnaissent officiellement l appellation Macédoine Mais cela ne suffit pas à lever la menace d un veto grec qui pourrait bloquer l ouverture de négociations d adhésion Selon les traités européens cet acte requiert en effet l accord unanime des Etats membres L opposition symbolique d Athènes parait d autant plus anachronique que les entreprises grecques représentent en 2011 les principaux investisseurs de l Union européenne en Macédoine Potentialités et difficultés de l économie La crise économique de 2008 n a pas épargné les pays des Balkans occidentaux La Bosnie Herzégovine et la Serbie ont même du faire appel à l aide financière du FMI et de l Union européenne Dans l ensemble les progrès de l économie de marché sont pourtant présents partout malgré des poches de pauvreté endémiques qui demeurent dans la plupart des pays à l exception de la Croatie Cette situation se traduit toujours par des flux importants d émigration rendus plus faciles par l abolition des restrictions aux visas dans la zone Schengen Depuis 2010 tous les citoyens des pays des Balkans occidentaux à l exception des Kosovars peuvent en effet voyager sans visa dans l Union européenne Il s agit d une disposition qui a grandement permis de désenclaver les Balkans en confortant les citoyens de ces pays dans l idée que l Union européenne voulait bien d eux contrairement à la rhétorique de certains partis politiques nationalistes en particulier en Serbie L émigration reste particulièrement présente dans les pays où les taux de chômage peuvent atteindre des proportions dramatiques en 2010 43 pour cent au Kosovo et en Bosnie Herzégovine L émigration en particulier vers l Allemagne et la Suisse n est donc plus le résultat d un exil politique permettant de fuir les discriminations ethniques comme dans les années 1990 mais un moyen d échapper à une pauvreté structurelle L émigration des jeunes gens bien formés entrave énormément le développement économique de certains pays comme la Bosnie Herzégovine En règle générale les flux commerciaux des pays des Balkans occidentaux sont aujourd hui majoritairement orientés vers l Union européenne bien qu une bonne part du commerce continue de se faire régionalement grâce à l Accord de libre échange centre européen mais aussi avec d autres partenaires comme la Russie et la Turquie En 2010 la Russie est ainsi le premier fournisseur en importations de la Serbie La Serbie est du reste le seul pays d Europe avec lequel la Russie a signé un accord de libre échange dans le but d exporter les biens produits par des investisseurs russes mais aussi de concurrencer la stratégie commerciale de l Union européenne toutes les marchandises produites en Serbie en accord avec les principes de l OMC et consignées dans l accord de libre échange peuvent ainsi être vendues sur le marché russe sans aucune taxe Pour une Union européenne en manque cruel de croissance les Balkans occidentaux représentent une zone où les perspectives sont élevées tout comme le fut l Europe centrale dans les années 1990 2000 La prévision de croissance de la Serbie en 2013 est ainsi de 5 5 et de 6 3 pour l Albanie Il est légitime dès lors que ces taux attirent les investisseurs Les pays des Balkans occidentaux sont également attractifs dans la mesure où il dispose d une main d œuvre bien formée mais aussi de politiques fiscales incitatives En 2010 la Serbie dispose du taux d imposition le plus faible d Europe 10 en moyenne L une des difficultés pour les investisseurs européens demeure toutefois une corruption endémique qui peut encore se traduire par des menaces de violence physique lorsque la concurrence touche des intérêts économiques locaux qui ne rechignent pas devant les méthodes criminelles Cette situation est sans conteste un élément d hésitation fort pour les investisseurs Une démocratie encore fragile La démocratie formelle au sens du fonctionnement d institutions démocratiques et d élections libres a fait des progrès dans tous les pays des Balkans occidentaux comme le souligne le dernier rapport de la Commission européenne sur la stratégie d élargissement 2009 2010 3 Les problèmes de corruption des institutions d Etat et des entreprises l absence d indépendance de la justice et de lutte insuffisante contre le crime organisé demeurent cependant des problèmes récurrents dans tous les pays Ces carences sont plus inquiétantes dans certains pays que dans d autres par exemple au Kosovo Des procès pour corruption ont parfois été retentissants ces dernières années afin de montrer que les Etats ne restaient pas inactifs En Croatie l ancien Premier ministre Ivo Sanader est ainsi placé en état d arrestation en 2010 pour plusieurs affaires de corruption et de détournement de fonds publics équivalant à 6 millions d euros environ En fuite à Salzburg il a été extradé le 18 juillet 2011 par la justice autrichienne à Zagreb où il est détenu dans l attente d un procès Phénomène classique dans les pays post communistes qui ont retrouvé l économie de marché la corruption est l un des grands obstacles à l application des normes européennes Beaucoup plus que la pression extérieure de Bruxelles la diminution de cette corruption dépend de la force des contre

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Balkans-occidentaux-perspective.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •