archive-com.com » COM » D » DIPLOWEB.COM

Total: 1806

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

  • à la Documentation française revue Questions internationales et site P ges Europe http www ladocumentationfrancaise fr pages europe Co rédactrice en chef du site Regard sur l Est www regard est com Chargée de cours à l INALCO et membre du CREE Centre de recherches Europes Eurasie INALCO Biographie mise à jour en 2015 Ses articles pour Diploweb com Turkish Stream la bataille ne fait que commencer Voici une remarquable lecture géopolitique des jeux et enjeux autour des gazoducs à destination de l Union européenne C Bayou qui suit le dossier P ges Europe en ligne sur le site de la Documentation française Actualité européenne Produit gratuit réalisé par la Documentation française P ges Europe rend compte de l actualité politique économique et sociale Russie Europe un regard empreint de méfiance Géopolitique des relations Russie Union européenne User de l arme énergétique notamment comme d un levier diplomatique est quasiment un aveu de Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens conseillés Archives Retrouvez la chaîne Diploweb sur Union européenne États membres Institutions Pays candidats Russie CEI Russie CEI

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Celine-BAYOU_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • Les relations germano-russes dans le cadre des relations (...) - Russie
    aussi le partenariat stratégique conclu en 2005 sur la formation la recherche et l innovation accords que la Russie n entretient de la sorte avec aucun autre pays s avèrent fructueux à long terme Ce constat est souligné par le fait que de nombreux projets non étatiques existent dans ce domaine De même au niveau culturel et social il existe de nombreuses relations bilatérales qui vont bien au delà des accords interétatiques Depuis la réunification l Allemagne compte environ deux millions de personnes de souche allemande et environ deux millions et demi de citoyens d origine russe venus des États de l ancienne Union soviétique ce qui renforce les liens Près de cinq millions de Russes apprennent l allemand 58 Culturellement parlant la République fédérale est présente dans 60 lieux en Russie où elle entretient des relations avec des instituts et des fondations des bibliothèques ou encore elle détache des enseignants De plus il n existe pas moins de 26 journaux et revues de langue allemande dont le siège est en Russie 59 Qu il s agisse des échanges de scientifiques ou du nombre d étudiants boursiers en Allemagne la Russie arrive en première place Tout ceci génère de nombreux échanges culturels et à différents niveaux dont l objectif est de promouvoir le processus de transformation social en Russie dans les domaines les plus divers 60 Résultat intermédiaire Comme il a été décrit ci dessus les relations germano russes se caractérisent par leur intensité et une certaine ampleur Aujourd hui elles tournent essentiellement autour de quatre axes l échange de vues intensif au niveau politique les étroites relations économiques le dialogue au niveau de la population civile et l échange culturel Derrière ces orientations se cachent des relations séculaires que l on retrouve dans les étroits échanges économiques et culturels De même leur passé commun en partie sous les Empires n est pas sans laisser d empreintes Pour l Allemagne la Russie arrive quand même en quatrième position parmi les partenaires commerciaux non membres de l UE Rares sont les pays avec lesquels les réciprocités sociales et culturelles sont aujourd hui aussi nombreuses qu avec la Russie Mais pour la Russie l Allemagne en tant que troisième puissance économique du monde et le partenaire commercial le plus important est un acteur politique incontournable du point de vue économique Pour la Russie l Allemagne se place au premier rang dans le domaine économique et ceci pour trois raisons elle est son partenaire commercial le plus important un des principaux investisseurs et son plus grand créancier Dans ce contexte on peut donc parler sans conteste d un partenariat stratégique D un point de vue géostratégique chacun intervient toutefois à des niveaux différents En effet la Russie du fait de son étendue géographique sur le continent eurasien à l intersection entre l Europe et l Asie entretient un autre rapport avec la puissance mondiale actuelle que sont les États Unis ainsi qu avec la puissance mondiale probablement montante qu est la Chine L Allemagne par contre ne peut que difficilement revendiquer sa pleine dimension politique mondiale sans l UE Toutefois cette situation prévaut aussi pour les autres grands États membres de l UE par exemple la France et la Grande Bretagne 1 2 L Union européenne et la Russie Russia is now again one of the 10 largest economies in the world Additionally it is the EU s 3rd largest trading partner and an essential energy supplier This recovery makes Russia an economic and political actor in Europe that cannot be ignored 61 Ce qui fait de la Russie de facto une puissance politique incontournable pour l UE ne tient pas à son seul poids économique mais également à son importance géopolitique Car la dynamique de développement de la Russie est porteuse d un grand potentiel avantages nuisances en ce qui concerne soit la structure internationale de sécurité soit le processus de démocratisation dans la zone périphérique orientale de l UE soit la stabilisation socio économique et l intégration de la Russie dans l économie mondiale Ce potentiel est d importance primordiale pour la sécurité et la stabilité de l Europe dans son ensemble 62 Inversement l Union européenne est pour la Russie le partenaire le plus important sur le plan économique et en même temps un des plus importants sur le plan politique En outre les Russes considèrent depuis Pierre le Grand que leur pays est une partie de l Europe Pour le premier ministre Poutine la Russie demeure indissociablement liée à l Europe pour sa modernisation 63 Cependant quelle est la nature réelle des relations entre l Union européenne et la Russie Cette question sera traitée plus bas en analysant les exigences réciproques que formulent l Union européenne et la Russie et en examinant la réalité politique 1 2 1 Le cadre juridique et les champs d actions principaux L Accord de partenariat et de coopération APC signé en 1997 constitue le cadre politique économique et culturel dans lequel s inscrivent les relations Europe Russie Les deux éléments essentiels de cet accord sont les dispositions juridiques encadrant les activités commerciales entre l UE et la Russie le dialogue politique mené régulièrement à haut niveau politique 64 Aux termes de cet accord le fondement de la coopération entre la Russie et l UE sont les liens historiques et les valeurs communes parmi lesquelles figurent le respect de la liberté politique et économique l engagement pour la paix et la sécurité la reconnaissance des principes démocratiques et de ceux fondant l État de droit ainsi que la protection des droits de l homme 65 Cet accord a été considéré comme insuffisant par la Russie au prétexte qu il ne se différenciait pas de ceux conclus entre l Union européenne et d autres pays comme par exemple les pays d Amérique du Sud ou d Afrique D autre part il a été élaboré au cours d une période où sur le terrain de la politique extérieure la Russie acceptait officiellement la prépondérance des valeurs propre à l UE 66 D autres jalons ont été posés pour développer les relations entre l Europe et la Russie avec pour l Europe le document baptisé Stratégie commune de l UE à l égard de la Russie et en réaction le document russe Stratégie à moyen terme relative au développement des relations entre la Russie et l Union européenne de 2000 à 2010 67 En écho paraissait en 2003 le projet des quatre espaces communs et en 2005 les feuilles de route conçues comme une version plus concrète 68 Ces documents doctrinaux qui constituent le fondement des relations entre l UE et la Russie avaient pour vocation de déterminer les domaines dans lesquels l UE et la Russie avaient des intérêts communs et au sein desquels une coopération soit semblait possible soit était considérée comme nécessaire par les deux parties Ils étaient également un moyen pour les deux parties concernées de déterminer leur position respective laquelle faisait nettement ressortir une divergence dans leur façon de concevoir leurs relations mutuelles Alors que la stratégie communautaire consistait essentiellement à subordonner l approfondissement de la coopération avec la Russie à la consolidation de la démocratie et de l État de droit dans ce pays la stratégie à moyen terme de la Russie concernant l UE ne soulignait que l existence d intérêts communs sans faire référence au canon de valeur partagée Elle faisait clairement apparaître la nouvelle grille à travers laquelle la Russie réévaluait le processus de rapprochement entre elle et l UE L association ou l adhésion à l UE étaient exclues L Union européenne et la Fédération de Russie cherchent à transformer leurs rapports en partenariat stratégique 69 Aucune des parties n a vraiment explicité le sens exact qu avait cette formule pour chacune d elles Il ressort toutefois de l analyse des documents officiels et des textes mêmes exposant les deux stratégies qu elle recouvre des réalités différentes Si on suit la définition proposée au début de notre texte les problèmes commencent avec la question de l égalité des droits L Union européenne et la Russie sont elles des partenaires égaux Dans quels domaines le sont elles et dans quels domaines ne le sont elles pas En janvier 2009 l Union européenne comptait 500 millions d habitants 70 contre seulement 142 millions pour la Fédération de Russie le plus grand pays du monde 71 Cette disparité est encore accentuée par la différence de potentiel économique celui de l UE avec ses 27 pays membres est environ treize fois plus grand que celui de la Fédération de Russie 72 Les chiffres du commerce extérieur de l UE sont au bas mot de 12 fois supérieurs à ceux de la Russie et les échanges commerciaux des deux pays sont caractérisés par une importante asymétrie 73 Tandis que l UE est pour la Russie de loin le partenaire commercial le plus important la Russie elle arrive dans les échanges commerciaux avec l UE en troisième position derrière les États Unis et la Chine Plus de 50 pour cent 2007 56 6 des exportations russes sont destinés à l Union européenne tandis que le volume des exportations de l UE vers la Russie ne représente que huit pour cent de la valeur globale du commerce extérieur de cette dernière 74 Encore faut il préciser que le volume des échanges commerciaux entre l UE et la Russie a enregistré une constante progression depuis l an 2000 ce qui n est pas exclusivement dû aux deux vagues d élargissement de 2004 et 2007 Les relations économiques de l UE avec la Russie révèlent une asymétrie identique à celles qui caractérisent les relations commerciales germano russes Alors qu en 2007 65 du total des biens exportés par la Russie vers l UE étaient des matières premières énergétiques le volume des exportations européennes vers la Russie est considérablement plus équilibré La Russie dont la structure d exportation est très nettement dominée par les matières énergétiques et les matières premières fait face avec l UE à un partenaire qui exporte des machines des moyens de transport et des produits chimiques donc principalement des biens d investissement et de consommation 75 Ici également les relations économiques entretenues dans le secteur de l énergie ressemblent le plus à un partenariat stratégique La Russie est le deuxième plus grand exportateur de pétrole après l Arabie Saoudite et le plus grand producteur de gaz du monde L UE importe actuellement de Russie environ 42 de son gaz et 32 de son pétrole 76 Il est probable que la fin prévisible de la production pétrolière en Norvège et l augmentation de la consommation de pétrole attendue d ici 2025 entraîne une intensification de cette coopération et accroisse la dépendance mutuelle Les livraisons de gaz naturel se verront de plus en plus canalisées vers la Chine et le Japon Cet état de choses n affectera pas l Europe dans la mesure où seront à cet effet essentiellement exploités les gisements de Sibérie orientale et ceux de la partie extrême orientale de la Russie lesquels de toute façon ne rentrent pas en ligne de compte pour le marché européen en raison des distances trop grandes pour le transport Même le pétrole qui doit être acheminé vers la Chine et la côte de l Océan pacifique par de nouveaux oléoducs proviendra principalement des champs pétrolifères de Sibérie orientale et de Sakhaline pas des champs de pétrole de Sibérie occidentale qui eux sont importants pour l Europe Ainsi une rivalité géopolitique pour le pétrole et le gaz russes entre l Allemagne et selon le cas l Europe d une part ou l Asie et les États Unis d autre part n est elle pas à craindre 77 Les relations entre l UE et la Russie sont donc caractérisées par un fort antagonisme L asymétrie manifeste en faveur de l UE dans le domaine économique et commercial est contrebalancée par la prédominance géostratégique de la Russie Cette prédominance n est pas due à ses seules ressources énergétiques et aux oléoducs installés sur son sol mais également à l influence et au contrôle exercés par les groupes énergétiques nationaux sur les gisements de gaz et de pétrole dans la région du Caucase de même qu à leur présence dans les projets d infrastructure énergétique notamment en Ukraine 78 Mais l importance géostratégique de la Russie réside aussi dans sa puissance politique et militaire indiscutable Celle ci ne trouve pas son expression dans sa seule extension géographique dans la taille et le degré d instruction de sa population dans son niveau élevé d industrialisation et ses ressources naturelles Elle se reflète également dans le vaste arsenal nucléaire et conventionnel dont elle dispose et dans le rôle qu elle joue comme membre à part entière au Conseil de sécurité des Nations Unies un rôle qui lui garantit un droit de veto 79 Si ce potentiel militaire n est certainement pas un instrument politique dont la Russie peut se servir dans ses relations avec l UE il n en reste pas moins qu il a un effet psychologique sur les deux parties les élites influentes russes voient dans ces instruments de puissance le moyen de faire valoir les prétentions de grande puissance de leur pays à savoir traiter d égal à égal avec les États Unis et être un facteur d ordre en Eurasie 80 L Occident pour sa part considère ce point plutôt comme un risque celui de la prolifération des armes nucléaires et de l insécurité dans la zone périphérique Ce que la partie russe voit manifestement comme une force positive placée à sa disposition l UE l interprète plutôt avec ambivalence Un constat qui est prouvé par les événements lors de la crise en Géorgie depuis 2008 En définitive les différentes asymétries remettent davantage en question la conception d une relation envisagée sous l angle de l égalité des droits des acteurs qu elles ne la confirment Le terme stratégique utilisé pour désigner les relations n est pas moins problématique En effet si le préambule de l APC fait bien référence à des valeurs communes comme fondement des relations qu entretiennent entre elles l UE et la Russie les différences normatives semblent justement après un examen plus détaillé ne pas être négligeables 81 En effet intérêts objectifs et attentes de chacun des acteurs sont très loin de coïncider pour former un grand ensemble commun La politique russe de l UE ressemble à un numéro de funambule que le balancier fait osciller entre intégration et exclusion D une part les pays membres de l UE considèrent que la Russie est trop grande et ne présente pas les qualités requises pour une éventuelle adhésion ce qui d ailleurs ne rentre pas non plus en ligne de compte pour la Russie aujourd hui d autre part elle est un partenaire économique important Aussi l UE par le biais de mesures d intégration sans octroi du statut de membre poursuit elle l objectif de familiariser la Russie avec les conceptions européennes de l économie du droit et de la société En vertu de ses propres conceptions l UE subordonne le partenariat stratégique à la réalisation des exigences qu elle veut voir satisfaites dans les domaines de l harmonisation des standards techniques et du respect des règles fondamentales propres à une démocratie à un État de droit et à une économie de marché Cependant en l absence de la mesure incitative que constituerait la perspective d adhésion les moyens politiques dont dispose l UE pour peser sur le comportement de la Russie sont plus que limités 82 En revanche ce que la Russie attend d un partenariat avec l Europe est d une part un engagement occidental pour soutenir le processus de transformation de son économie et de son industrie d autre part une plus grande participation dans les instances de décision internationales 83 Toutefois pour que la Russie puisse continuer à jouer le rôle puissant sur la scène internationale qui soit conforme à l image qu elle a d elle même elle devra se soumettre à un processus de développement économique axé sur le long terme Ceci serait la condition préalable pour obtenir tous les moyens financiers nécessaires L intégration de la Russie dans une alliance européenne de sécurité élargie sur un modèle d une Politique européenne de sécurité et de défense renforcée par un lien étroit avec la Russie PESD plus pourrait pour les Russes déboucher sur une valorisation de leur propre position en tant que partenaire stratégique de l Union européenne avec une incidence sur les États Unis 84 C est notamment sur ces points que les dirigeants russes attendent de l UE un soutien dans les domaines politiques et économiques sans cependant devoir limiter leur marge de manœuvre 85 Après la guerre de Géorgie en 2008 le constat qu entre l UE et la Russie Les valeurs la culture stratégique et les pratiques relatives au recours à la force militaire sont différentes 86 n a pas perdu de pertinence Alors que l UE essaye d abord de mettre en œuvre une politique d intégration sur la base d accords bilatéraux et d harmonisation des législations les Russes eux conçoivent le partenariat plutôt en se fondant sur des considérations géopolitiques sans adaptation réelle aux valeurs communes de l UE 1 2 2 Le constat de l ambivalence les conflits au sein de l UE vis à vis de la Russie Pour diverses raisons liées à l histoire l économie et la sécurité certains des nouveaux États membres de l UE en particulier la Pologne et les pays baltes mais aussi des anciens États membres comme le Royaume Uni et la Suède s opposent à des projets majeurs de coopération avec la Russie Ces dernières années le comportement de la Russie dans divers conflits bilatéraux n a pas contribué à créer des liens de confiance en particulier avec les membres de l UE qui ont souffert de l occupation russe tels les pays baltes ou qui émettent des réserves à cause des expériences historiques exemples la Pologne et la République tchèque Le litige russo polonais de novembre 2005 sur les restrictions russes aux importations de viande en provenance de Pologne et la crise russo estonienne de l automne 2007 provoquée par le déplacement d un monument soviétique du centre de la capitale estonienne et sa réinstallation au cimetière militaire de Tallinn illustrent ces différentes tensions 87 En ce qui concerne la Pologne qui se retrouve au premier rang des pays nourrissant de vives tensions 88 avec la Russie le passif historique la liant à son grand voisin nuit aujourd hui fortement aux relations bilatérales La Pologne veut être remarquée comme puissance moyenne dans l UE jouant le rôle d un centre régional de gravité politique économique et culturel 89 dans l Europe de l Est Elle ne veut plus servir de pays satellite de la Russie En même temps la plupart des Polonais ressentent une menace russe dans les domaines de la politique de l économie et de la sécurité 90 Ce mélange d effort politique et de sentiments transparaît dans la politique d endiguement menée contre la Russie On constate dans les trois domaines de la politique de l économie et de la sécurité extérieure des mesures polonaises visant la Russie qui concernent aussi la politique de l UE envers la Russie la Pologne freine l évolution des relations politiques UE Russie en bloquant depuis 2007 la rénovation de l APC 91 Sous l angle économique les Polonais insistent à l instar des pays baltes par exemple sur la construction du gazoduc Amber à la place du gazoduc Nord Stream 92 Ces projets sont sources de conflits notamment avec l Allemagne 93 Enfin sur le champ de la sécurité extérieure la Pologne est très favorable à la mise en place d un bouclier antimissile par les États Unis en Pologne officiellement orienté face à la menace iranienne 94 Mais selon le premier ministre de la Pologne Donald Tusk ce bouclier antimissile servirait globalement de mesure préventive à la défense européenne Ces propos du chef du gouvernement polonais soutenu par le gouvernement tchèque visent clairement la Russie et montrent les fortes réticences 95 Parmi les pays membres de l Ouest de l UE qui émettent des réserves à l égard de la Russie l Angleterre a de nombreux désaccords avec la Fédération de Russie surtout dans le domaine énergétique A ces tensions se greffent des incidents sans doute liés à l activité des services spéciaux 96 Dans d autres États membres les préoccupations que suscite la montée de l autoritarisme en Russie sont telles qu elles relèguent au second plan les arguments en faveur d un renforcement du partenariat stratégique même dans des pays aussi russophiles que l Allemagne Illustrant ces difficultés Andreas Schockenhoff membre du Bundestag allemand et coordinateur de la coopération inter sociétal germano russe du gouvernement fédéral note Par cette politique la Russie a perdu considérablement en crédibilité en prévisibilité et en confiance et elle s est isolée sur le plan international De surcroît les chances de voir le pluralisme et les principes de l État de droit l innovation et la modernisation sociale se développer en Russie ont subi un sérieux revers Le fossé s est creusé entre les valeurs et la vision des choses de la Russie et de l Europe Cela est contreproductif pour la Russie mais aussi pour l Europe 97 La Suède qui assurera la présidence de l Union européenne au second semestre 2009 et à qui à ce titre incombe déjà un rôle particulier au sein de l UE dans le cadre des travaux préparatoires insiste sur le fait qu on ne peut pas éluder purement et simplement la question de la guerre d août 2008 et qu il faudra demander des comptes à la Russie Elle exprime des réserves manifestes à l encontre d un pays qui intervient à sa périphérie dans une zone d intérêt géopolitique aussi pour l UE en mettant en œuvre des moyens disproportionnés 98 Ceci montre bien que les États membres d Europe centrale et d Europe orientale comme la Pologne la République tchèque ou les pays baltes ne sont pas les seuls à se montrer circonspects à l égard d une politique d hégémonie russe Cette analyse est confirmée par l étude faite par le Conseil européen des relations externes qui met en relief la répartition des pays membres vis à vis des relations bilatérales avec la Russie les Chevaux de Troie dont la Russie peut se servir avec fiabilité et qui souvent défendent les intérêts russes dans l UE plus ou moins ouvertement Grèce et Chypre les partenaires stratégiques qui ont des relations étroites avec la Russie surtout basées sur les intérêts économiques Allemagne France Espagne et Italie les partenaires pragmatiques pour lesquels les relations bilatérales économiques avec la Russie jouent un rôle très important Autriche Belgique Bulgarie Finlande Hongrie Malte Luxembourg Portugal Slovaquie et Slovénie les partenaires sceptiques qui montrent des réserves importantes envers la Russie République Tchèque Danemark Estonie Irlande Lettonie Pays Bas Suède Roumanie et Royaume Uni les nouveaux guerriers froids qui ont des relations plutôt hostiles avec la Russie Pologne et Lituanie 99 Concernant les questions ouvertes dans les relations de l UE vis à vis de la Russie il existe cinq catégories de problèmes différents l évolution des relations énergétiques la transformation de l économie et l évolution des structures démocratiques en Russie l évolution de la politique européenne de voisinage PEV dans la zone périphérique entre l UE et la Russie et au Caucase l intégration de la Russie dans des organisations internationales les questions de sécurité commune et de défense Ces catégories de problèmes contiennent à la fois une dimension extérieure et une dimension intérieure La dimension extérieure englobe toutes les questions qui sont à traiter avec la Russie La dimension intérieure comprend tous les problèmes et conflits impliquant des pays membres de l UE et qui proviennent de leurs relations bilatérales avec la Russie En ce qui concerne la dimension externe trois questions se retrouvent au premier plan l importance des valeurs européennes dans les relations avec un système politique russe à tendance autocratique l implication de la Russie dans des mesures de sécurité et de défense européenne et l intégration de la Russie dans les structures des organisations internationales comme le G8 D autre part la dimension interne englobe surtout les conflits au sein de l UE concernant le gazoduc Nord Stream la dépendance énergétique croissante de l UE l organisation du marché énergétique de l UE et son ouverture à des entreprises russes et enfin l importance des liens transatlantiques Résultat intermédiaire La partie précédente a montré l ambivalence dans les relations de l UE avec la Russie à cause des relations bilatérales tendues de certains États membres avec la Russie Globalement les relations UE Russie dépendent fortement des relations bilatérales respectives des États membres de l UE en raison du système décisionnel au sein de l UE Ces relations bilatérales présentent un spectre entre bienveillance et refus envers la Russie C est la raison pour laquelle la Russie préfère orienter sa politique vis à vis de l UE plutôt que vers des relations bilatérales avec des pays ouverts aux intérêts russes Pour le Kremlin il s agit en fait de spécialiser chaque relation bilatérale On constate une hiérarchie des relations dans laquelle les relations bilatérales se retrouvent au premier rang Comme l ont montré les efforts de la Russie lors de l élaboration des feuilles de route pour la réalisation des quatre espaces le partenariat stratégique englobe du point de vue russe essentiellement la coopération économique et technique et ne comprend pas vraiment le partage de valeurs communes de l UE sur la démocratie et l État de droit Les tendances néo impérialistes de la Russie la proclamation d une certaine particularité russe comme voie spécifique entre Europe et Asie 100 et l évolution de la démocratie souveraine de Vladimir Poutine renforcent les sentiments de méfiance dans certains pays qui se livrent à des tentatives d endiguement de la Russie du type guerre froide 101 Toutefois le manque de cohésion de l UE vis à vis de la Russie facilite l approche bilatérale de la Russie d une façon divide et impera basée surtout sur les intérêts économiques différents des pays membres de l UE 2 DEUXIEME PARTIE VERS UNE OSTPOLITIK EUROPEENNE 2 1 Les visages de la nouvelle Ostpolitik allemande 102 La priorité de l Ostpolitik de l Europe et de l Allemagne est la Russie Cela ne veut pas dire que nous nous voulions nous cacher derrière l Europe Mais cela veut dire que nous nous engageons clairement à exclure tout cavalier seul Sonderweg allemand dans nos relations avec la Russie Gerhard Schröder chancelier allemand 2001 103 Dans l histoire il n existe presque pas d exemple de politique allemande couronnée de succès qui n ait réussi à s accommoder avec la Russie ou l Union soviétique L objectif de la politique allemande concernant la Russie depuis l écroulement de l Union soviétique a été l intégration de la Fédération de Russie dans les structures européennes et dans les structures économiques mondiales pour des raisons de sécurité et de stabilité Pour cela l Allemagne a été co initiatrice de la stratégie commune de l UE vis à vis de la Russie et du concept européen des quatre espaces L Allemagne a été le premier État membre de l UE à faciliter l obtention de visas depuis janvier 2004 pour la circulation entre l Allemagne et la Russie 104 Dans le domaine de la politique de sécurité l Allemagne veut faire progresser la coopération entre l OTAN et la Russie 105 C est la raison pour laquelle elle a activement soutenu dès sa création en 2002 la montée en puissance du conseil OTAN Russie COR 106 Pendant la présidence allemande de l UE au premier semestre 2007 le dossier Russie comptait parmi les plus importants des projets du gouvernement fédéral Il proposait la mise en place d une nouvelle Ostpolitik au sein de l UE Déjà à partir du deuxième semestre 2006 en amont de la présidence allemande du conseil de l UE le Ministère des Affaires étrangères publiait les grandes idées qui sous tendaient le dossier Russie Une nouvelle Ostpolitik avec trois priorités y était définie une politique européenne de voisinage PEV plus un réajustement des relations de l UE vis à vis de la Russie basée sur la renégociation prévue de l APC ainsi qu une stratégie pour l Asie centrale 107 L Allemagne n a pas atteint tous ces buts Le plan de renouvellement de l APC n a pas été réalisé suite au différend bilatéral entre la Russie et la Pologne à propos des restrictions imposées par la Russie sur les importations de viande polonaise Mais fidèle à sa ligne politique vis à vis de la Russie l Allemagne a joué le rôle de médiateur dans le conflit russo estonien de mai 2007 cette action a montré une réelle capacité d influence dans un cas concret 108 Par ailleurs l Allemagne a joué un rôle important aussi au cours du conflit dans le Caucase en 2008 Déjà au printemps 2008 l Allemagne a pris l initiative d essayer d apaiser le conflit en Géorgie Au cours des négociations de la présidence française de l UE pendant et après la guerre d août 2008 l Allemagne a largement contribué à la définition d une position commune au sein de l UE la plus cohérente possible et d un accord amenant les Russes à cesser les hostilités 109 En ce qui concerne l Ostpolitik actuelle il existe d une manière très schématique pour le gouvernement fédéral allemand deux tendances politiques majeures Ces deux tendances sont représentées d un côté par la chancelière Angela Merkel Christlich Demokratische Union CDU et de l autre par le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank Walter Steinmeier Sozialdemokratische Partei Deutschlands SPD Il est vrai que la chancelière allemande attache une importance particulière aux relations germano russes mais contrairement à son prédécesseur Gerhard Schröder elle poursuit une approche plus équilibrée concernant la Russie d un côté elle entretient de bonnes relations personnelles avec le président Medvedev et le premier ministre Poutine de l autre elle veut prendre en compte les intérêts et les souhaits des pays d Europe centrale et orientale En revanche le ministre fédéral des Affaires étrangères ancien membre du gouvernement Schröder poursuit une approche plus orientée vers la Russie Il pratique dans l ensemble une politique intense et sérieuse envers la Russie en particulier en ce qui concerne les intérêts communs dans les domaines de l énergie et de la sécurité En conséquence une priorité stratégique de la nouvelle Ostpolitik poursuivie par Steinmeier est le principe de Wandel durch Verflechtung qui traduit la recherche d un changement politique et social par le renforcement d un partenariat énergétique et sécuritaire fiable 110 Cette politique s accompagne nécessairement de mesures dans le domaine de la politique de développement de la société et de la culture Cet encadrement civil de la politique se perçoit par exemple dans les liens étroits qu entretiennent les experts russes et allemands dans le cadre du Dialogue de Saint Pétersbourg Le fondement de la nouvelle Ostpolitik allemande est premièrement basé sur l évolution des relations stratégiques avec la Russie Ces relations germano russes s appuient sur le partenariat transatlantique existant Elles s intègrent dans le cadre de la politique extérieure européenne qu elles cherchent à dynamiser Deuxièmement la nouvelle Ostpolitik vise le renforcement de la stabilité dans la zone périphérique entre l UE la Russie et troisièmement la promotion des intérêts économiques et énergétiques allemandes dans cette zone 111 Les divergences politiques se retrouvent autour de la question des liens transatlantiques et de l intégration de la Russie Il s agit du positionnement de l Allemagne vis à vis des Etats Unis et de la Russie en fonction du poids plus ou moins grand accordé aux valeurs de démocratie et d Etat de droit Il s agit donc de décider d une politique à long terme qui se concentre soit sur la réalisation des valeurs politiques de l UE en Russie soit sur la réalisation de projets et d intérêts communs avec la Russie en acceptant une certaine particularité de l Etat russe Dans le premier cas l Allemagne se retrouverait à cause des idéaux et des valeurs plus proche des Etats Unis Cette position politique pourrait être étiquetée Atlantiker atlantiste Dans le second cas les valeurs politiques ne seraient pas exclues des réflexions mais elles ne joueraient qu un rôle secondaire L Allemagne se retrouverait du fait du poids des décisions politiques pragmatiques les intérêts d économie d énergie de sécurité et de stabilité dans une position plus équilibrée entre la Russie et les Etats Unis Cette approche pourrait être étiquetée Pragmatiker pragmatique Ces deux positions antagonistes n empêchent pas que globalement la position allemande vis à vis de la Russie et de la périphérie orientale de l UE reste claire il s agit d une politique qui vise à faire avancer les relations stratégiques avec la Russie et de reconnaître son statut de pôle de puissance et de stabilité majeur dans cette région On a montré que le gouvernement allemand estime la stabilité sociale et la prospérité économique de la Fédération de Russie primordiales pour la stabilité et sécurité de toute l Europe c est à dire l UE et sa périphérie orientale C est la raison pour laquelle l Ostpolitik allemande devra se concentrer nécessairement sur deux champs d action majeurs premièrement la transformation de l économie de la société et de la politique russes pour faciliter l intégration de la Russie dans des structures politiques européennes ou au moins pour renforcer l interdépendance des structures de l UE avec la Russie deuxièmement l évolution de la PESD qui doit chercher l intégration de la Russie dans les structures de la PESD elle même en développant des formats de participation russe ou au moins dans le processus décisionnel de l OTAN en utilisant le COR 2 2 La marge de manœuvre et les champs d action de l Ostpolitik allemande dans l UE La politique extérieure commune de l UE est aussi forte que les pays membres le permettent 112 C est la conséquence de l organisation intergouvernementale actuelle de la politique étrangère et de sécurité commune PESC de l UE selon les traités de Maastricht 1992 et selon ses modifications ultérieures d Amsterdam 1999 et de Nice 2003 Dans le cas de la PESC ce sont les gouvernements des pays membres qui dirigent la politique étrangère commune dans le Conseil de l UE sur la base du consensus C est à dire que le conseil de l UE définit la PESC de l UE suivant les lignes directrices arrêtées par le Conseil européen en se prononçant à l unanimité En d autres termes chaque pays membre y dispose d un droit de véto et peut bloquer toutes décisions communes 113 C est exactement ce règlement qui permet à la Pologne de bloquer depuis fin 2007 le renouvellement de l APC Cet exemple montre que ce règlement exige un effort diplomatique au sein de l UE pour convaincre les partenaires et trouver des positions susceptibles de convenir aux pays membres avant les prises de décisions politiques par le conseil de l UE Certes le poids des voix des membres les plus puissants en termes économiques ou démographiques comme l Allemagne la France ou l Italie reste prépondérant mais il est cependant nécessaire pour ces Etats de rechercher aussi un consensus au sein de l UE 114 La solidité des relations bilatérales germano russes constitue à la fois un avantage et un inconvénient Du point de vue allemand les relations particulières avec la Russie facilitent la définition d intérêts communs et le rôle de médiateur que peut jouer l Allemagne Du point de vue de certains membres au contraire

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Les-relations-germano-russes-dans.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • défense CID en 2009 2010 Ses articles pour Diploweb com Les relations germano russes dans le cadre des relations UE Russie L Allemagne entretient des relations étroites avec la Russie qui peuvent être qualifiées de stratégiques Si les relations personnelles des chefs Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Commandant-KORZETZ_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Russie – Union européenne : quelles stratégies en matière (...) - Russie
    et plus précisément à Salzburg et dans les provinces de Carinthie et de Styrie ce qui représente en termes de population la moitié des neuf provinces autrichiennes Gazprom vend son gaz au prix de 240 dollars les 1 000 m3 alors qu actuellement le consommateur autrichien se voit facturer près de 1 000 dollars pour la même quantité C est le premier accord de ce type pour la Russie sur le marché européen En France Gazprom et Gaz de France ont prolongé jusqu en 2030 leurs contrats existants de fourniture de gaz naturel avec une augmentation du volume approvisionné à compter de la mise en service de North Stream Enfin Soteg fournisseur de gaz naturel et d électricité du Grand Duché du Luxembourg a annoncé en avril 2007 la signature d un MOU Memorandum Of Understanding avec Gazprom Marketing Trading visant à construire une centrale TGV turbine gaz vapeur à Eisenhüttenstadt Allemagne L investissement global est évalué à 400 millions d euros pour cette co entreprise qui sera détenue à parts égales par les deux opérateurs La Russie cherche également à se diversifier en niveau des ressources et des technologies Déficient sur la filière du gaz liquide Gazprom est actionnaire de la société hongroise MOL et finance en Croatie une société de déliquéfaction Une manière pour elle d acquérir des compétences qui lui font défaut Elle cherche également à acquérir de nouvelles technologies afin d exploiter les gisements de ressources naturelles difficiles d accès Autant d exemples qui montrent que la Russie ne se contente plus d être un pays producteur d énergie et qu elle investit au niveau européen dans tous les secteurs du domaine énergétique Cela peut être vu comme un développement industriel normal Cependant les coupures de gaz comme par exemple en Ukraine en 2006 puis en janvier 2009 assimilent ces investissements à une arme énergétique au service de deux objectifs la défense de ses intérêts économiques et le maintien dans son orbite des Etats issus de l Union soviétique 47 Des investissements ciblés sur des domaines stratégiques à développer Au delà du domaine de l énergie de nombreux autres secteurs font l objet d acquisitions par des investisseurs russes Mais il convient de distinguer les secteurs à bonne rentabilité financière des secteurs plus stratégiques Outre l achat de villas à des prix exorbitants par des milliardaires russes telle que la villa Leopolda de Villefranche sur Mer achetée par Mikhail Prokhorov pour un demi milliard d euros les entreprises russes investissent largement dans l immobilier notamment en France et en Angleterre Ainsi la société de bâtiment russe Stroïmontage envisage de construire en France près de 110 000 mètres carrés de logements pour un montant de 280 millions d euros Paris représente un marché assez grand où la demande est prévisible et compréhensible Il n y a donc rien d étonnant à ce que Stroïmontage souhaite contrebalancer les risques que représente la construction de logements en Russie Elle espère que l opération lui rapportera 341 9 millions d euros 48 Le secteur des produits de luxe est également visé Certains y voient le désir des oligarques d acquérir du rêve d autres le moyen de camoufler divers trafics Les exemples en France sont nombreux En 2002 l oligarque Nikolaï Tsvetkov déjà propriétaire de la Manufacture impériale de Saint Pétersbourg devenait l actionnaire majoritaire du porcelainier Deshoulières En octobre 2007 Sergueï Pougatchev a racheté Hédiard afin de développer la marque à l international et en faire un porte parole de la gastronomie française En 2007 la maison de cognac charentais Croizet Eymard ont été acquis par Russian Wine Trust avec 59 hectares de vignoble La filière française du cognac a alors exprimé son inquiétude quant à l intérêt manifesté par les investisseurs russes soupçonnés de camoufler la production de faux cognac en Russie Alain Philippe directeur général du BNIC bureau national interprofessionnel du cognac évoque un risque que ces achats servent d alibi pour vendre de faux cognacs 49 A côté de ces investissements très médiatisés et orientés principalement sur la rentabilité financière on assiste à des acquisitions dans des domaines plus stratégiques et les transactions font alors l objet d un soutien du gouvernement russe La haute technologie et les secteurs innovants sont particulièrement visés Ainsi l ancien premier ministre russe Mikhaïl Fradkov a largement contribué à l acquisition par le consortium russe Airbridge KrasAir de 99 95 du capital du transporteur aérien hongrois Malev En 2005 Vladimir Poutine a aidé le consortium Alfa Group à acheter des actions de Turkcell important opérateur turc de téléphonie mobile Dans le domaine aéronautique la Vnechekonombank VEB banque de développement détenue à 100 par l Etat et principal instrument financier public possède désormais 5 d EADS depuis le rachat de ce paquet d actions à la banque russe VTB en décembre 2007 pour environ 1 milliard d euros La Russie devient alors le 5ème actionnaire de référence du groupe et pour le Kremlin elle pourrait aller plus loin et donner au moins la minorité de blocage à la partie russe 50 Le pourcentage de 5 même s il est faible permet de siéger au Conseil d administration et d avoir connaissance de la politique et de la stratégie industrielles du groupe La Russie affiche sa volonté de redevenir un acteur de premier plan du domaine aéronautique L ensemble des industriels russe du domaine Sukhoï Mikoyan Tupolev Mig sont désormais regroupé au sein de OAK Compagnie unifiée de construction aéronautique La prise de participation d EADS dans le même calendrier complète cette stratégie Les investissements dans le domaine alimentaire font également l objet d un soutien du gouvernement russe Il faut dire que ces investissements contribuent à l objectif public d autosuffisance de la Russie Ainsi la société Willbin première productrice et distributrice de produits laitiers en Russie a bénéficié de la garantie de l Etat lorsqu elle s est affrontée avec la société Danone pour acquérir des sociétés dans les pays de l ex bloc soviétique Il s agissait pour elle de récupérer le savoir faire implanté par Danone en Europe centrale et orientale Moyennant un salaire bien supérieur elle a en outre débauché une soixantaine d emloyés de ces entreprises Les investissements à l étanger relèvent de trois logiques différentes D abord la stratégie d entreprise qui cherche à développer des secteurs d activités Ensuite les effets d aubaine qui face à une entreprise sous côtée permettent d augmenter la taille de l entreprise ou d acquérir des compétences techniques Enfin l intérêt public qui vise le développement d un Etat et l accès à des compétences spécifiques Dans le cas de la Russie il semble que ces trois logiques convergent vers des objectifs communs et cohérents avec la stratégie politique et économique du gouvernement Le Kremlin a en main toutes les cartes permettant de contrôler les investissements à l étranger reprise en main des grandes entreprises pilotage rênes courtes des oligarques et soutien aux investisseurs Pour autant l Union européenne a besoin de capitaux et la Russie en détient il reste à voir quelle stratégie elle adopte en réponse Deuxième partie UNION EUROPEENNE RUSSIE UNE RELATION QUI SE CHERCHE ENTRE PARTENARIAT ET AUTONOMIE De son côté l Union européenne est attirée par les atouts et les perspectives de croissance de la Russie Dès la chute de l URSS elle multiplie les contacts et les investissements Certes elle se heurte à des difficultés au plan juridique et peine investir durablement Néanmoins elle poursuit ses investissements en vue d arrimer ce grand voisin et construire une relation privilégiée Conscients de leur forte interdépendance l UE cherchent avec la Russie à établir un partenariat mais le rapprochement est difficile la première tente d imposer ses normes et ses valeurs la seconde n envisage pas de se voir dicter des règles étrangères sur son territoire La réglementation et la législation russes deviennent plus strictes vis à vis des investisseurs étrangers Tout en cherchant la voie pour établir un partenariat l UE et la Russie travaillent à limiter leur interdépendance et à gagner en autonomie L UE est soucieuse de sécuriser ses approvisionnements en particulier en énergie La Russie cherche à élargir sa sphère d influence à l Est 1 L UNION EUROPENNE RESTE ATTIREE PAR UNE RUSSIE EN PLEINE EXPANSION MAIS PEINE A INVESTIR DURABLEMENT 1 1 La Russie affiche encore des montants d investissements étrangers faibles malgré des attraits certains Des montants d IDE entrants qui restent faibles Selon le Service fédéral de statistiques russe Rosstat le flux des investissements étrangers pour l année 2007 a été multiplié par 2 2 par rapport à l année 2006 soit 120 milliards de dollars en plus En ce qui concerne les investissements directs étrangers IDE dans la Fédération de Russie ils ont atteint 52 milliards de dollars en 2007 soit une hausse de 62 par rapport à 2006 51 Ce chiffre reste faible comparé aux entrées d IDE des USA 233 milliards de dollars de la Grande Bretagne 224 milliards de dollars ou même de la France 158 milliards de dollars Cependant la Russie connaît depuis 2003 une des augmentations les plus fortes des flux d IDE Partis de zéro en 2000 2001 les investissements directs représentent 41 du total des investissements étrangers en 2007 Et le stock d investissements directs en Russie s élève fin 2008 à 324 milliards de dollars soit 25 du PIB 52 Il convient de préciser qu une partie importante de ces investissements provient de zones offshores Il s agit de capitaux d investisseurs russes qui reviennent dans le pays les flux croisés avec les zones offshores représentent 20 de son PIB En 2007 trois pays étaient à l origine de 62 4 des flux entrants dans le secteur non bancaire Chypre 11 6 milliards de dollars les Pays Bas 9 4 milliards de dollars et les Iles Bermudes 8 4 milliards de dollars 53 Cette particularité russe doit modérer l analyse sur la progression des flux d IDE qui sont de toute évidence surestimés Malgré la crise financière qui sévit depuis le deuxième semestre de 2007 les entrées d IDE ont continué de progresser dans les pays en transition de l Europe du Sud Est et de la Communauté d États indépendants CEI et les flux d IDE entrants devraient encore progresser en Fédération de Russie 54 En ce qui concerne les domaines d investissement 90 des IDE sont dirigés vers quatre grands secteurs économiques en 2007 l extraction de matières premières la distribution l immobilier et la production manufacturière dont 50 vers le seul secteur de l extraction Le secteur de la distribution est en pleine expansion et fait partie des premiers secteurs destinataires d investissements directs Au premier semestre 2008 on constate l émergence du secteur de l électricité 19 des IDE reçus Le commerce et le service après vente pour des pièces automobiles sont également des destinations de plus en plus attractives pour les investisseurs étrangers principalement à cause des faibles coûts de production d une main d œuvre très qualifiée et d un marché intérieur en croissance 55 Les principaux pays investisseurs sont l Allemagne dans le domaine énergétique E ON BASF la distribution Métro AG et l agroalimentaire Ehrmann ainsi que le Royaume Uni et les Etats Unis 56 Pour un pays en pleine expansion comme la Russie les flux d IDE entrants restent faibles et le secteur énergétique reste encore le principal bénéficiaire D autres secteurs restent à investir et certains Etats membres tels que l Allemagne et le Royaume Uni sont déjà positionnés Des atouts qui attirent les investisseurs Outre la croissance économique plusieurs facteurs expliquent l attrait des investisseurs étrangers pour la Russie D abord l importance de ses ressources naturelles notamment pétrolières et gazières en fait une zone particulièrement attractive Selon les données de BP la Russie détiendrait des réserves prouvées de pétrole de l ordre de 48 6 milliards de barils soit 4 6 du total mondial Elles intéressent d autant plus les investisseurs étrangers que de nombreuses zones comme le Moyen Orient leur sont fermées Or les compagnies pétrolières internationales cherchent constamment à accroître et diversifier leur portefeuille de réserves A l horizon 2010 Yukos comme TNK tablent pour l ensemble de la Russie sur une production de 11 millions de barils jour contre 8 millions de barils jour en 2004 57 Ces perspectives d augmentation de la production à court terme expliquent pour une partie l attrait des principaux acteurs étrangers du marché du pétrole et du gaz En outre ces derniers misent sur le besoin en infrastructures lourdes et modernes nécessaires à l exploitation des futurs gisements Gazprom ayant concentré ses efforts sur les gisements faciles d accès Ensuite le faible coût de sa main d œuvre et le potentiel important du marché intérieur incitent les entreprises non seulement à investir mais à s installer ex Renault Dans des secteurs tels que la distribution de détail les rendements sont potentiellement élevés puisqu ils visent un marché de la consommation en forte expansion en Russie Enfin la perspective de l adhésion à l Organisation Mondial du Commerce devrait ouvrir de nouveaux débouchés notamment dans les services financiers Autant d éléments qui poussent les investisseurs à s intéresser à la Russie malgré des difficultés constatées au quotidien 1 2 Des investisseurs étrangers qui se heurtent à un protectionisme de l Etat russe Le durcissement progressif et généralisé du cadre réglementaire russe Il convient dans un premier temps de souligner l incertitude du cadre réglementaire russe Dans les années 1995 2000 période de fortes privatisations des industries pétrolières au travers du programme Loans for shares les modalités d attribution des licences d exploration et de développement n ont a priori pas respecté les procédures légales Il en résulte un risque sur le droit d accès à la ressource russe En effet la majorité des licences n a pas été obtenue à l issue d un processus d appel d offre comme l exige la loi il y a donc une incertitude forte sur la légitimité des détenteurs actuels de licences de développement et d exploration Depuis 2001 sur la base de ce vice de procédure l Etat russe procède à des réaffectations discrétionnaires de certaines licences 58 en particulier au profit de Rosneft et de Gazprom dont il est actionnaire majoritaire On peut y voir une première reprise du contrôle de ce domaine par l Etat qui ne souhaite pas voir les oligarques à la tête des grandes entreprises pétrolières faire affaire avec des investisseurs étrangers L affaire Youkos en est l exemple le plus marquant Pour combler les lacunes du cadre réglementaire le gouvernement propose diverses lois pour mieux reprendre en main le domaine énergétique En 2003 la loi sur les accords de partage de production signée en 1995 est ainsi modifiée afin de changer les conditions d accès et de développement de la ressource pétrolière russe La nouvelle loi établit que l utilisation d un accord de partage de production est limitée aux gisements pour lesquels aucun investisseur russe ne s est déclaré prêt à assurer le développement sous le régime normal des licences Les compagnies pétrolières internationales se trouvent obligées d opérer dans un cadre législatif strictement russe soit par la création d une joint venture comme BP le fait avec TNK soit par l entrée dans le capital des compagnies pétrolières russes existantes Un autre exemple de durcissement est l amendement apporté le 16 avril 2008 à la loi sur les sous sols Il est désormais écrit que si au cours de la prospection d un sous sol un investisseur étranger s aperçoit que ce sous sol a une valeur fédérale le gouvernement russe peut lui retirer sa licence d exploitation ou refuser de lui en redonner une Enfin le Kremlin a récemment cadré plus fortement la possibilité d investissement dans les industries extractives et dans d autres secteurs stratégiques 59 Depuis le 29 avril 2008 la Russie dispose d une loi fédérale votée par la Douma qui fixe les modalités de réalisation d investissements étrangers dans les sociétés à caractère stratégique pour la défense nationale et la sécurité de l Etat Cette loi définit un certain nombre de secteurs ayant une importance stratégique pour la Fédération de Russie et dans lesquels les investisseurs étrangers ne sont autorisés à prendre qu une participation minoritaire après contrôle et autorisation du Gouvernement Cette loi prévoit que toute entreprise étrangère privée désirant acquérir plus de 50 et toute entreprise étrangère publique souhaitant acquérir plus de 25 d une société russe dans l un de ces secteurs devra obtenir une autorisation spéciale auprès d une commission présidée par le Premier ministre La liste concerne pas moins de 42 secteurs peu de domaines en sont exclus On y trouve ainsi le nucléaire l armement l aéronautique l espace la prospection géologique des ressources naturelles l extraction dans les gisements d importance fédérale la pêche l édition les médias à grand tirage les grands opérateurs de télécommunication Par ailleurs il semble que si la loi définit une procédure d autorisation elle ne définit pas véritablement une règle du jeu 60 On peut donc craindre que ces vides juridiques et réglementaires ouvrent la voie aux interprétations Or si on se réfère à la loi sur les modalités d attribution des licences d exploration et de développement les interprétations ont systématiquement été arbitrées en faveur de l Etat russe On constate donc une multiplication des contraintes institutionnelles et un durcissement des conditions d accès des investissements étrangers sur le territoire russe Si les investisseurs étrangers ont pensé un temps faire leur marché en Russie le gouvernement a depuis quelques années pris les mesures nécessaires pour que ces investissements ne puissent pas aller à l encontre des intérêts russes Tout investissement important passera désormais par l approbation du gouvernement russe et vraisemblablement au niveau le plus élevé Comme l écrit Catherine Locatelli Au bout du compte les différents objectifs des acteurs russes pourraient se traduire par un seul résultat des investissements étrangers limités réalisés aux seules conditions des acteurs russes 61 Des déconvenues pour les investisseurs en dépit d annonces alléchantes du Kremlin N étant pas membre de l OCDE la Russie n est pas soumise aux règles qui visent à assurer la liberté d investissement et de circulation des capitaux Au delà du cadre législatif comportant des dispositifs faisant obstacles aux investissements étrangers dans certains secteurs de nombreux exemples montrent que les investissements en Russie ne sont pas sans risque Tout d abord l Etat est très présent dans les décisions d investissements L exemple très médiatisé de la société Youkos en est l illustration Lorsque le groupe Youkos a été traîné devant les tribunaux en octobre 2003 de nombreux commentateurs ont dit que les entreprises occidentales hésiteraient davantage à investir en Russie Certes l affaire Youkos a eu un impact à court terme sur les investissements surtout dans le secteur pétrolier et a contribué pendant quelque temps à freiner la croissance en Russie Mais il semble que les investisseurs russes ont été plus affectés à court terme que les investisseurs étrangers Cette affaire a montré les risques liés à l exercice d une activité industrielle ou commerciale en Russie Toutefois vu le niveau élevé des prix des produits de base et l essor de la consommation ceux qui sont prêts à courir ces risques peuvent encore en tirer des profits considérables Ensuite le Kremlin souffle le chaud et le froid en faisant des déclarations pour attirer les investisseurs tout en prenant des mesures propres à les faire fuir L affaire TNK BP illustre parfaitement ces aspects A l occasion d un discours à la foire de Hanovre le 10 avril 2005 en présence du chancelier allemand Gerhard Schröder Vladimir Poutine annonçait Les perspectives de croissance et de diversification de notre économie nationale dépendent du degré de liberté économique dont disposent les entreprises étrangères implantées sur notre territoire national mais aussi de la capacité de l Etat à garantir un climat des affaires favorable transparent et prévisible Cette annonce pouvait laisser croire que le gouvernement russe cherchait à mettre en confiance les investisseurs étrangers Pourtant le lendemain même de ce discours la compagnie pétrolière TNK BP détenue à hauteur de 50 par le britannique BP annonçait qu elle devait débourser 936 millions de dollars pour arriérés d impôts remontant à 2001 62 Le groupe britannique qui cherchait à prendre une place importante dans le contrôle des ressources en hydrocarbures de Sibérie se heurte régulièrement au système judiciaire et législatif russe On peut citer le refus par l administration russe de renouveler les visas des employés britanniques début 2008 en particulier celui du PDG Robert Dudley En mars 2008 des perquisitions ont été conduites au siège de TNK BP ainsi qu au bureau de BP à Moscou Et le PDG de TNK BP a démissionné conformément aux souhaits exprimés par les quatre actionnaires et oligarques russes Pour certains ces pressions russes ont pour objectif de contraindre TNK BP à ouvrir son capital à Gazprom qui ne cache pas sa volonté d acquérir une partie de cette compagnie Pour d autres elles reflètent l état des relations entre la Russie et la Grande Bretagne Enfin Jacques Sapir y voit plus un rapport de force destiné à obliger BP à renégocier les accords de production considérés comme défavorables à la Russie 63 Quoiqu il en soit elles illustrent la reprise en main du secteur par le Kremlin Le décalage entre les annonces à haut niveau et les faits le climat de tension auxquels sont soumis les investisseurs étrangers sont autant d éléments qui suscitent la méfiance vis à vis du système russe dans son ensemble Pour certains spécialistes de la Russie cette méfiance est complètement justifiée Ainsi selon Hélène Blanc Poutine a mis en place un pouvoir fort mieux axé sur l application des lois Malgré tout après 10 ans d anarchie institutionnelle il est aujourd hui difficile de faire jouer ces lois concrètement par conséquent en Russie tout investisseur russe ou étranger s inquiète toujours un peu de savoir si le contrat sera légalement respecté ou s il devra faire appel à une krycha protection mafieuse 64 Face à un Etat en reconstruction voire en construction le climat d affaires en Russie n a pas encore atteint un niveau de stabilité et de prévisibilité tel qu il est attendu par les pays occidentaux Des exemples encourageants et des gestes d apaisements Pourtant dans certains domaines l investissement étranger se porte bien En janvier 2005 Alcoa rachète deux fonderies d aluminium russes pour 257 millions de dollars En mars 2005 Coca Cola fait l acquisition de Multon premier producteur russe de jus de fruits pour une valeur estimée à 600 millions de dollars En avril 2005 une filiale de Renault ouvre une usine près de Moscou pour un coût de 230 millions de dollars Selon Jacques Sapir il n y a pas d entreprise moderne sans chaîne de sous traitance Et pour que la Russie bénéficie de cette chaîne de sous traitance elle doit favoriser l installation de grands groupes tels que Renault qui à leur tour feront s installer des entreprises de sous traitance 65 Là encore une stratégie par étapes dont doivent bénéficier au moins dans un premier temps les investisseurs étrangers Vis à vis des domaines dits stratégiques et comme pour faire taire les critiques les deux premiers dossiers examinés par la Commission gouvernementale dans le cadre de la nouvelle loi adoptée par la Douma ont donné lieu en octobre 2008 à des réponses positives Ainsi Archangel Investment filiale de De Beers a été autorisée à racheter 49 99 des actions d Archangelskgeoldobytcha filiale de Loukoïl à 99 37 Et la Worlds Wing SA filiale d Alenia Aeronautica qui fait partie du groupe Finmeccanica a été autorisée à prendre 25 plus une action de la société Avions civils de Soukhoï GSS Il semble qu il y ait des ouvertures en Russie pour encourager les investisseurs étrangers A vrai dire la Russie a besoin de capitaux et de technologies innovantes pour se moderniser elle doit donc veiller à se montrer plus attractive et plus prévisible 2 FACE A LEUR INTERDEPENDANCE L UE ET LA RUSSIE CHERCHENT LA VOIE DU PARTENARIAT 2 1 UE Russie une forte interdépendance L UE dépendante de la Russie en matière énergétique Premier producteur mondial de gaz et deuxième producteur de pétrole la Russie est un fournisseur incontournable pour une Europe qui souhaite sortir de sa dépendance à l égard de l OPEP Organisation des pays exportateurs de pétrole En 2008 elle est le premier fournisseur d hydrocarbures de l Union européenne premier fournisseur de gaz naturel des Vingt sept avec 40 des importations ce qui représente 19 de la consommation totale de gaz de l Union européenne et le deuxième fournisseur de pétrole avec 20 des importations et 16 de la consommation totale 66 La dépendance des pays européens à l égard des hydrocarbures russes est assez variable 55 du gaz consommé par l Autriche provient de Russie contre 37 en Allemagne 23 en Italie et 21 en France D autres Etats affichent une dépendance moindre tandis que l adhésion de certains pays de l ancien bloc de l Est a indéniablement accru le poids de la Russie dans la consommation européenne d hydrocarbures Certains des nouveaux Etats membres achètent 90 de leur énergie au voisin russe plus de 90 pour la Pologne la quasi totalité pour les Etats baltes Et de nombreux pays d Europe centrale ou orientale dépendent entièrement de la Russie pour leur approvisionnement en gaz comme la Slovaquie ou les Pays Baltes la part du gaz russe est de 94 en Bulgarie 80 en Pologne 100 en Finlande Cette dépendance énergétique de l Union européenne vis à vis de la Russie devrait fortement s accroître dans les prochaines années La dépendance en matière de gaz est celle qui devrait augmenter dans les prochaines décennies compte tenu de la hausse de la consommation dans l Union européenne et de l épuisement du gisement gazier en Mer du Nord Selon l Agence internationale de l énergie la demande européenne de gaz devrait augmenter de 50 d ici 2020 et selon le ministère russe de l énergie la Russie pourrait fournir 70 du gaz importé par les pays européens contre 40 aujourd hui 67 Face à l augmentation de la consommation énergétique en Europe l UE a jugé lors du lancement du partenariat énergétique qualifié à l époque de Plan Prodi en 2000 qu elle avait intérêt à augmenter ses approvisionnements en provenance de Russie Il s agit pour elle de s assurer de livraisons régulières en provenance d un pays proche et en voie de stabilisation politique L idée est qu à terme la Russie subvienne à 40 de la consommation énergétique européenne 68 La Russie dépendante de l UE son principal client Réciproquement l UE est le premier partenaire commercial de la Russie et la destination principale de ses exportations En 2007 l Union européenne a absorbé 56 des exportations russes 69 En particulier l UE est le premier consommateur de produits énergétiques russes Lors du Sommet de Paris le 30 octobre 2000 la Russie estimait alors avoir besoin d accroître ses livraisons d hydrocarbures à l Europe source importante de devises pour une économie russe encore largement basée sur la rente pétrolière Ainsi en 2003 la Russie a dirigé vers l UE 58 de ses exportations de pétrole et 65 de ses ventes de gaz En outre la Russie a également besoin de financement pour moderniser ses réseaux que ce soit pour le gaz le pétrole ou l électricité Elle a besoin des technologies et des investissements européens pour accroître ses capacités de production et moderniser un outil de production obsolète afin d exploiter de nouveaux gisements généralement difficiles d accès et réaliser les infrastructures nécessaires de sortie des hydrocarbures gazoducs et oléoducs Selon un rapport du Sénat les besoins d investissements sont évalués par la Commission européenne dans le seul secteur énergétique russe à 735 milliards de dollars d ici 2030 Le fonds de stabilisation créé par le gouvernement russe ne permet pas de couvrir ce montant La Russie va donc devoir se montrer plus attractive plus prévisible et plus constante vis à vis des investisseurs étrangers si elle veut continuer à se positionner dans les premières places des pays fournisseurs d énergie A l évidence les investisseurs européens sont nécessaires pour réussir l adaptation des infrastructures russes Dès lors l Europe n est pas seulement un consommateur payeur mais un interlocuteur avec lequel la Russie doit compter 70 2 2 UE Russie une relation de longue date mais un partenariat difficile à concevoir Dès l effondrement de l URSS l UE a voulu établir un lien privilégié avec la Russie Dès la chute de l URSS l UE cherche à établir des coopérations avec la Russie En juin 1994 un accord de partenariat et de coopération APC est signé dans le but d encadrer les échanges économiques et commerciaux Entré en vigueur le 1er décembre 1997 pour une durée de dix ans reconductible l APC doit mettre en place les conditions pour la création d une zone de libre échange Moscou doit harmoniser sa législation avec celle de la Communauté européenne en matière de normes et de droit en particulier dans le domaine de la concurrence de la fiscalité de la protection de la propriété intellectuelle et renforcer la coopération avec l UE dans les secteurs prioritaires tels que le transport l énergie les télécommunications Bruxelles de son côté accorde à la Russie un régime commercial spécial mêlant les notions de pays à commerce d Etat et pays à économie en transition Pour soutenir le processus de transition en Russie l UE propose un programme d aide communautaire TACIS Technical Assistance to the Commonwealth of Independant States CEI Il s agit d une aide financière d assistance technique devant encourager l établissement de conditions favorables à l économie de marché et renforcer la démocratie La Russie a été le principal bénéficiaire du premier programme TACIS I 1991 à 1999 avec 30 2 des fonds alloués ce qui lui a permis de percevoir un montant de 1 2 milliard d euros hors programmes régionaux Dans les faits il est l instrument sur le terrain de la politique européenne à l égard de la Russie mais il a également joué un rôle dans la définition progressive de cette politique par la connaissance des réalités russes qu il apportait à l administration bruxelloise 71 Dès l effondrement de l URSS l UE s est donc interessée à son grand voisin et a voulu établir des relations privilégiées Consciente des atouts de la Russie dans certains domaines comme celui de l énergie elle a multiplié les accords et les aides Mais elle a constamment mis en condition le partage de ces valeurs et de ses principes liberté libre échange D une certaine manière elle a tenté un arrimage de la Russie UE Russie un partenariat à réussir mais qui se heurte à de nombreux différends Le partenariat avec la Russie est le plus important le plus urgent et le plus lourd des défis pour l Union européenne a déclaré le Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune Javier Solana lors de sa prise de fonction en octobre 1999 Bruxelles souhaite établir un partenariat plus étroit avec la Russie afin d obtenir une sécurité et une prévisibilité accrues Cependant des exemples montrent que le chemin du partenariat à l européenne peut être encore long Ainsi en 2004 l élargissement aux pays d Europe centrale et orientale constitue un premier sujet de tension La Russie refuse par exemple l extension automatique de l accord de partenariat et de coopération APC aux futurs pays membres Aussi lorsqu en 2006 l Union européenne et la Russie expriment la volonté de lancer les travaux pour conclure un nouvel accord de partenariat en remplacement de l APC arrivant à échéance la Pologne puis la Lituanie bloquent pendant près de deux ans le mandat devant permettre le début des négociations Il reste donc de part et d autre des arriérés qui freinent la mise en place d un véritable partenariat basé sur une confiance réciproque Certes la création en mai 2003 lors du sommet de Saint Pétersbourg des quatre espaces communs peut être vue comme un nouveau départ L UE et la Russie ont en effet adopté une déclaration conjointe et ont convenu de renforcer leur coopération sur la base de quatre volets baptisés espaces communs Ces quatre espaces communs concernent les aspects économiques et commerciaux les aspects justice et affaires intérieures les questions de sécurité internationale et les questions éducatives et culturelles Mais les feuilles de route pour chacun de ces espaces agréées au Sommet de Moscou en mai 2005 manquent de précision et n abordent pas le différentiel de valeurs qui sépare les partenaires Elles ne constituent pas un engagement réciproque tel qu un partenariat l exige et elles ne règlent pas le débat stratégique sur la place de la Russie dans l espace européen En particulier les quatre espaces sont censés s articuler avec la politique européenne de voisinage de l UE PEV qui englobe notamment l Ukraine la Biélorussie la Moldavie et le Sud Caucase Or il existe un vrai différend entre l UE et la Russie sur cette question de voisinage commun la Révolution orange de novembre décembre 2004 en Ukraine et la guerre en Géorgie en 2008 ont permis d en mesurer l ampleur Enfin la Charte européenne de l énergie constitue un point de divergence Elle vise à établir un cadre juridique stable de coopération énergétique entre l UE et la Russie en particulier la protection des investissements Elle doit garantir un traitement équitable et non discriminatoire des entreprises européennes pour l accès aux ressources énergétiques russes alors que les autorités russes veulent avoir la possibilité d acquérir et de contrôler des entreprises européennes de gaz et d électricité et accéder au marché européen de l énergie Pour les membres de la délégation du Sénat l établissement d un partenariat stratégique entre l Union européenne et la Russie répond aux intérêts des deux partenaires et serait de nature à rapprocher la Russie de l Occident 72 L Union européenne souhaite donc que soient respectés les principes posés Mais le refus répété des autorités russes de ratifier l accord de la Charte sur l Energie fait craindre une réticence forte du gouvernement russe vis à vis d une ouverture de la Russie dans le domaine de l Energie Néanmoins un partenariat solide permettrait d accompagner efficacement les relations économiques et commerciales qui se sont développées ces dernières années A titre d exemple l UE envisage de développer des moyens de stockage pour le gaz et le pétrole Le dimensionnement de ces moyens de stockage va s appuyer sur une évaluation du risque de rupture en approvisionnement Ce risque est d autant plus fort que la confiance vis à vis des pays fournisseurs est faible Un contrat énergétique avec la Russie l engageant sur une quantité annuelle permettrait ainsi de dimensionner au juste besoin ces capacités de stockage A contrario si l UE manque de visibilité et de confiance dans ce fournisseur majeur elle risque de dimensionner largement Comme indiqué par M Andris Piebalgs le mieux serait de nouer de bonnes relations avec les pays producteurs et dans ce cadre un système de early warning a été mis en place avec la Russie 73 De son côté la Russie bénéficie d une position de choix entre deux grands consommateurs l UE d un côté et la Chine de l autre Selon Christophe Alexandre Paillard la Russie ne va pas pouvoir honorer la demande de l UE 74 Là encore il conviendrait de s y préparer ensemble et non de constater a posteriori cette incapacité De son côté sur la base d un contrat la Russie pourrait avoir l engagement de l UE sur une consommation

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Russie-Union-europeenne-quelles.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive


  • 2008 2009 Ses articles pour Diploweb com Russie Union européenne quelles stratégies en matière d investissements Avant que la crise économique ne la frappe en 2009 la Russie affiche une croissance économique insolente Grâce à l exploitation de ses ressources en Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique Charte du site Faire un don Devenir membre Auteurs Proposer un article Synergies Présenter le site Conférences Partenaires Participer Proposer une synergie Liens

    Original URL path: http://www.diploweb.com/_Laurence-GABOULEAUD_.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Moscou : double attentat suicide dans le métro - Russie
    anglais allemand espagnol et italien Le double attentat suicide du 29 mars 2010 dans le métro de Moscou qui a fait au moins 38 victimes le plus meurtrier de ce type depuis 2004 a été attribué par les autorités russes à deux femmes kamikazes liées à des groupes rebelles du Caucase du Nord où le Kremlin combat plusieurs foyers d insurrection islamiste ou séparatiste notamment tchétchène Cette rébellion appelle à la formation d un État islamique indépendant dans cette région historiquement trouble situé à quelques centaines de kilomètres de la ville de Sotchi où seront organisés les jeux Olympiques d hiver de 2014 Le gouvernement russe a affirmé l an dernier avoir remporté la guerre contre les rebelles tchétchènes qui a fait plus de 100 000 victimes depuis son déclenchement en 1999 à la suite d une série d attentats meurtriers en Russie Mais le chef des islamistes caucasiens tchétchène Dokou Oumarov a déclaré récemment vouloir porter la guerre jusque dans les villes russes Suite à ces attentats la presse russe dénonce l échec de la politique gouvernementale de Vladimir Poutine dans le Caucase Le président Dmitri Medvedev a lui même souligné la nécessité de s attaquer aux racines de l insurrection et de lutter contre la corruption et la pauvreté Afin de ne pas produire de liens cassés les URL sont ôtés après 6 mois Nous vous remercions de votre compréhension Consultez l ensemble des revues de presse de l ISIT Voir Pourquoi et comment faire un don au Diploweb Mots clés Russie Terrorisme Islamisme Vladimir Poutine Tchétchénie Séparatisme Guerre 2010 Caucase Géopolitique interne Attentats Dmitri Medvedev Revue de presse internationale ISIT Politique de sécurité Moscou Conflit russo tchétchène Recommander cette page Votre adresse email Destinataire Texte de votre message Tweets de diploweb Direction Directeur P Verluise Conseil scientifique

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Moscou-double-attentat-suicide.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Russie-France : première visite d’Etat de Dmitri Medvedev à (...) - Russie
    revirement de la politique française vis à vis de Moscou Au programme officiel de cette visite le lancement de l année France Russie mais également le projet de vente de navires militaires français à Moscou suscitant l inquiétude des Etats Unis et d un certain nombre de pays est européens La France qui souhaite renforcer la coopération économique franco russe devrait signer des contrats bilatéraux avec les compagnies membres de la délégation russe La Russie qui de son côté se lance dans un vaste programme de modernisation économique souhaite conserver un niveau de suprématie nucléaire et entretenir une logique de puissance avec les Etats Unis et la Chine Dmitri Medvedev a également discuté pour la première fois avec ses partenaires occidentaux d éventuelles sanctions économiques contre l Iran Afin de ne pas produire de liens cassés les URL sont ôtés après 6 mois Nous vous remercions de votre compréhension Consultez l ensemble des revues de presse de l ISIT Voir Pourquoi et comment faire un don au Diploweb Mots clés Union européenne France Russie OTAN Relations internationales 2010 Nicolas Sarkozy Dmitri Medvedev Coopération économique Revue de presse internationale ISIT Armement Ventes d armes Relations franco russes Coopération culturelle Visite d

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Russie-France-premiere-visite-d.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive

  • Russia Europe : Reset ? - Russie
    must be put in place by 2020 Medvedev told Russian generals as he introduced the reform 3 Defense legislation was amended in October 2009 From now on the Russian president may engage the armed forces without authorization from the Federation Council He may engage the troops in case of an attack against the Russian armed forces abroad to defend Russian citizens abroad to defend a state that has sought help from Russia 4 this last point is particularly important because it shows that Russia is ready to intervene militarily even if the Russian territory is not threatened Last but not least the new Russian military doctrine also states that Russia is entitled to use nuclear weapons to repel an attack using conventional weapons and Russia reserves the right to launch preventive wars and the possibility of using nuclear weapons even in a local conflict Thus Russia is developing a legislative arsenal to justify military intervention against third party countries Nor should we forget that Moscow has suspended its participation in the Treaty on Conventional Forces in Europe CFE If we compare the media hullabaloo that accompanied the announcement of the so called Bush doctrine and the almost total silence of the Western press on the evolution of the Russian military doctrine we can measure the effectiveness of Putin s propaganda machine Speaking of which the budget for propaganda abroad in 2010 has reached 1 4 billion dollars outpacing that of unemployment relief something which shows once again what the priorities of the Kremlin are 5 The novelty in the Medvedev plan consists in the fact that Russia has decided to harness Western Europeans to build up the instruments of its power following Peter the Great s example The Mistrals purchase offers three advantages first Russia purchases high technology weapons without having to make the effort to develop them itself second it undermines fatally Atlantic and European solidarity and third it accelerates the vassalization of the second largest European country after Germany The multiple setbacks suffered recently by giants of French industry as the humiliating rejection of French nuclear technology by Abu Dhabi in favor of a Korean firm can only reinforce French dependence towards Russia as for Moscow economic transactions are foremost instruments of influence economic and commercial considerations playing only a subsidiary role A Russian expert recently compared that policy to that of China towards the United States according to him the pro Chinese lobby in Washington committed to business with China has become so powerful that the U S can no longer oppose Beijing the same is already true of Germany vis à vis Russia and it will be of France after signing the Mistrals contract 6 France already can no longer say no to Moscow it gave back the Cathedral of St Nicholas in Nice to the Russian Orthodox Church it agreed to fly to the rescue of Avtovaz the hopeless Putin supported car company with an abysmal deficit it agreed to have its troops parade on

    Original URL path: http://www.diploweb.com/Russia-Europe-Reset.html (2016-02-08)
    Open archived version from archive



  •