archive-com.com » COM » G » GRANDS-REPORTERS.COM

Total: 471

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Grands Reporters - Syrie : Le régime accusé d’attaques chimiques
    dénonce les autorités syriennes qui semblent une fois de plus avoir fait montre du plus grand mépris quant aux souffrances humaines en violant l interdiction de la guerre chimique L OIAC ne va pas aussi loin Dans ses conclusions publiées par le blog The Trench de Jean Pascal Zanders expert reconnu des armes chimiques elle note que suffisamment de faits recueillis permettent de conclure à l utilisation comme arme d un produit chimique toxique Les preuves ne sont pas suffisantes pour identifier de manière définitive la substance chimique même s il est probable qu elle contienne du chlore Ces conclusions prudentes ont été présentées aux Etats membres lors d une réunion qui s est tenue début novembre à La Haye Pays Bas Le régime syrien continue d utiliser des armes chimiques contre son propre peuple avait alors affirmé Rafael Foley le représentant des Etats Unis L ambassadeur français Laurent Pic avait lui assuré que les rapports de l OIAC ainsi que la présence d hélicoptères prouvaient la poursuite d une répression implacable par tous les moyens y compris les plus abominables d un régime criminel contre son propre peuple Sans surprise la Syrie a démenti catégoriquement quelques jours plus tard avoir jamais fait usage de chlore ni d autres matières chimiques toxiques au cours de quelque opération que ce soit en Syrie depuis le début de la crise jusqu à ce jour Arsenal Ce n est pourtant pas la première fois que le régime est accusé Il est jugé responsable par les services de renseignement occidentaux d une série d attaques au gaz sarin le 21 août 2013 Environ 1 400 personnes avaient alors été tuées Le franchissement de la ligne rouge définie par le président américain Barack Obama avait failli provoquer des représailles militaires des Etats Unis et de la France Washington avait reculé au dernier moment après un vote du Congrès Damas avait néanmoins été contraint de signer la Convention sur l interdiction des armes chimiques et de détruire son arsenal sous la supervision de l OIAC Depuis 1 300 mètres cubes d armes dont du sarin et du gaz moutarde ont été saisis Nous avons pu vérifier le démantèlement de onze installations Il nous en reste une à inspecter à proximité de Homs mais elle n est pas accessible en raison des combats explique Ahmet Uzumcu directeur général de l OIAC Mais dès le printemps 2014 de nouvelles attaques se produisaient dans le nord de la Syrie Chargée d enquêter l OIAC avait conclu quelques mois plus tard que du chlore avait été utilisé de manière systématique et répétée contre plusieurs villes toutes contrôlées par l opposition Mais comme dans son dernier rapport elle n imputait pas la responsabilité des attaques Dans le dédale du droit international cette tâche revient à un autre groupe le Joint Investigation Mecanism JIM Sa création a été décidée et actée par la résolution 2 235 du Conseil de sécurité en août Ses membres appartiennent à l OIAC et à l ONU

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Syrie-Le-regime-accuse-d-attaques.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - A Raqqa, « l’ambiance s’est tendue, la paranoïa grandit »
    En ce moment ça passe ou ça casse note le jihadiste européen Mais tant pis je vais quand même essayer Je n en peux plus d être traité comme un chien dès que je refuse un ordre Je suis venu ici pour me battre contre le régime d Al Assad pas pour tuer des rebelles syriens L EI a perdu beaucoup d argent Les dirigeants de l EI se montrent également beaucoup plus méfiants vis à vis des ONG autorisées à travailler dans le califat Il y en a eu jusqu à une vingtaine surtout syriennes mais aussi étrangères Les négociations passaient par des contacts à Tall Abyad C était compliqué il n y avait jamais d accord écrit seulement des promesses orales mais on pouvait discuter Mais ces derniers mois les jihadistes se sont montrés de plus en plus paranoïaques Leurs représentants changeaient toutes les deux semaines on ne savait plus qui était qui Les discussions sont devenues impossibles et la plupart des ONG ont abandonné L EI revient peu à peu à une attitude plus conciliante explique le diplomate occidental L enlèvement non médiatisé d un employé d ONG a révélé l une des principales faiblesses de l EI à Raqqa le manque de matériel médical et de médicaments Lors des négociations les jihadistes n ont pas de demandé de rançon mais un bloc de chirurgie On sentait qu ils en avaient vraiment besoin La fermeture de la frontière turque les empêche de se ravitailler poursuit le diplomate L EI subit également les contrecoups de sa stratégie visant à empêcher la création d une zone de sécurité dans le nord de la Syrie Voulue par la Turquie celle ci doit englober les villes d Al Bab et Manbij deux fiefs de l EI Ankara compte sur les rebelles syriens aidés par sa propre aviation et celle de la coalition pour chasser les jihadistes Dès l annonce fin juillet du président turc Recep Tayyip Erdogan l EI qui n hésitait pas à vendre de l essence à ses ennemis de la rébellion syrienne a stoppé ses livraisons Cela a fonctionné Les prix ont explosé dans les régions tenues par l opposition et les rebelles ont été bloqués Mais l EI a perdu beaucoup d argent explique un employé de l ONU A Raqqa les premières victimes restent les civils L électricité peut être coupée durant une semaine entière avant d être rétablie quelques heures puis d être à nouveau coupée Seuls les plus riches parviennent à se payer les ampères délivrés par des générateurs de quartier Le prix de l essence a quasiment doublé par rapport au début de l année Les civils sont dans une situation catastrophique Il n y a plus de travail mais on leur impose des taxes y compris pour le nettoyage des trottoirs et les commerçants doivent payer des impôts supplémentaires Les Syriens sont piégés entourés de combattants dont ils ne savent rien Désormais beaucoup les haïssent Ils ne supportent plus d être harcelés

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/A-Raqqa-l-ambiance-s-est-tendue-la.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - Stop-Djihad
    bombardé Paris se tait par Luc Mathieu 2 3 4 Octobre à Vichy Rencontres Albert Londres FIGRA 2016 Envoyez vos films Nouveau Collection Photos de Reporters Photojournalisme une profession sacrifiée Les clés retrouvées LES BATEAUX IVRES L Odyssée des migrants en Méditerranée Visa pour l image le programme du festival Dossier Migrants Pendant les massacres la vente continue Sept grands photoreporters s engagent Public Sénat les documentaires en danger Prix Bayeux des Correspondants de Guerre 2015 le palmarès complet Les reporters du cœur Prix Albert Londres les finalistes Derrière le chaos libyen Les talibans me tueront un jour j en suis persuadé Exposition Olivier Jobard KINGSLEY Carnet de route d un immigrant clandestin Prix Albert Londres 2015 c est maintenant Alya la difficulté du retour 21ème Maghreb des Livres Cabu Enragé volontaire Pourquoi il faut interdire les organisations salafistes en France Appel de Reporters Sans Frontières FIGRA 2014 La compétition est toujours ouverte Grand reporters com Un pari réussi Les tsiganes là bas ici en Europe Sinaï Voyage en Barbarie Trois semaines avec Guy Georges sérial killer Coup de pouce FIGRA L oubli Thomas Dandois et Valentine Bourrat de retour à Paris Thomas Dandois et Valentine Bourrat Ils sont libres Thomas et Valentine Le procès en cours Deux mois déjà de détention Menace d un procès se précise Une pétition est lancée Comment être grand reporter Lettre à Laurent Fabius Voyage en barbarie Les oubliés du Sinaï Vietnam Ceux d en face Visa pour l Image Les murs ont des yeux Visa pour l Image en direct FIGRA Envoyez vos films Penser la Paix Radio passagers Pourquoi il faut une radio des migrants Étrange Légion Radio passagers la voix des migrants Syrie un conflit et des Hommes Je vous écris de Syrie L ombre des réseaux de la drogue Josette ou l élégance du reporter Quartiers Shit Camille Lepage la rage de l injustice Valentin et les délirants Prix Albert Londres les lauréats Prix Bayeux Calvados des Correspondants de guerre Palmarès du FIGRA 2014 Syrie les déjà morts FIGRA Le Palmarès complet Prix Albert Londres 2014 Prix Albert Londres 2014 appel a Candidatures Chaos Tous unis les uns aux autres Athénes ne donne rien Mourir à Calais Journalistes otages chronique d une absence Sauvons le cinéma des enfants La Bourse du Talent 2013 l exposition Aussaresses ce que sa mort nous apprend Cachemire et pashminas Un temps pour la douceur Mourir à Calais L enfer de la libération Ce soir je me fiche de la vérité sur Kennedy De quoi vivent les journalistes MALI Le chaudron de Kidal Mes 40 ans de reportage Reporters de guerre Avoir vingt ans à Bayeux L événement Mac Cullin Prix Bayeux des correspondants de guerre Prix Roger Pic 2013 photos Prix Résidence pour la Photographie Otages Les miraculés du Cameroun Enquête De quoi vivent les journalistes Penser la photographie Après la guerre Le lent retour à la vie L histoire secrète des otages Ulysse à Ithaque Bourse du Talent Reportage Du courage de Kidal

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Stop-Djihadisme.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - Syrie : le drôle de jeu de Moscou
    de la solution est peut être en train de changer de position sur ce point Pourquoi D abord parce que Moscou a mesuré comme les capitales européennes que les succès militaires et l expansion de l Etat islamique en Syrie et en Irak exerçaient sur une partie de sa population une attirance réelle Plus de 200 jeunes islamistes de la région de la Volga auraient rejoint en Syrie les combattants de l E I parmi lesquels on trouve déjà un fort contingent de musulmans du Nord Caucase Quant au noyau des troupes de choc de l E I il est en grande partie constitué de combattants tchétchènes souvent passés par l Afghanistan En d autres termes le conflit syrien n est plus seulement aux yeux de Moscou un affrontement entre un régime ami et des forces rebelle s mais une question de sécurité nationale Tout en maintenant voire en amplifiant leur soutien à Bachar al Assad pour éviter la chute du régime et la dislocation du pays dont l EI serait le premier bénéficiaire les dirigeants russes qui entendent à la fois préserver leur point d appui syrien en Méditerranée et confirmer à leurs alliés la fiabilité de leurs engagements sont depuis des mois à la recherche d une solution politique qui se mettrait en place parallèlement à la lutte contre l E I Ainsi s expliquent les discussions récentes des dirigeants russes à la fois avec le régime de Damas avec les représentants de l opposition et avec l Arabie saoudite allié majeur des groupes armés sunnites devenu l ennemi de l E I depuis que le califat d Abou Bakr al Baghdadi conteste la légitimité du wahabisme et se pose en concurrent en matière de fondamentalisme musulman donc en menace Ainsi s explique aussi le soutien de Moscou au plan de paix présenté en août dernier au Conseil de sécurité de l ONU par l émissaire des Nations Unies Staffan de Mistura qui prévoit notamment l établissement d un corps dirigeants de transition inclusif avec les pleins pouvoirs et la mise en place de quatre groupes de travail sur la sécurité et la protection le contre terrorisme les questions politiques et juridiques et la reconstruction Jusqu à présent tous les plans proposés par l ONU ou les grandes puissance s pour résoudre la crise syrienne qui a déjà fait plus de 240 000 morts et 4 3 millions d exilés ou de réfugiés ont échoué buttant notamment sur le sort du président syrien Pour l instant Moscou continue officiellement de défendre une solution incluant Bachar al Assa d et de maintenir qu il n y a pas d alternative au régime de Damas pour lutter contre l Etat islamique tout en rappelant de temps à autre que la Russie n est pas mariée avec le président syrien Washington maintient que la stratégie russe consistant à soutenir le régime de Bachar al Assad est vouée à l échec Paris qui défend jusqu à présent la même position juge cependant

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Syrie-le-drole-de-jeu-de-Moscou.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - Syrie : « Nous sommes seuls face aux jihadistes »
    membres de la coalition En réalité la Turquie et les Etats Unis s affrontent à propos des groupes qui devraient contrôler la région de Marea et la zone de sécurité Les Américains voudraient que ce soient des brigades syriennes qu ils ont eux mêmes formées associées à des Kurdes Cette idée ulcère les Turcs qui sont obnubilés par leur lutte contre les Kurdes On ne s en sort pas explique une source diplomatique occidentale A la fin juillet les Etats Unis ont mis à l épreuve leur stratégie en envoyant dans le Nord syrien des combattants de la Division 30 une unité qu ils avaient entraînée en Turquie L initiative a viré au désastre A peine entrés en Syrie six d entre eux dont leur chef ont été pris en otage par le Front al Nusra Les Américains leur avaient promis qu ils seraient soutenus par des rebelles en cas de problème Mais personne n a bougé Le Pentagone a fait n importe quoi Il a envoyé ses hommes sans avoir établi de liens solides avec les groupes présents localement c était stupide explique un dirigeant des brigades Noureddine al Zengi En représailles l armée américaine a lancé une série de raids aériens contre le Front al Nusra Ces errements ont profité à l EI Les jihadistes sont aujourd hui à moins de 5 kilomètres de Marea Ils ont déjà réussi à y pénétrer avant d être repoussés Sans cesse ils relancent leurs assauts Leur tactique est rodée Ils attaquent de nuit après s être faufilés dans les champs Nous ne les voyons pas toujours arriver nous n avons pas de jumelles à vision nocturne explique Abou Moustapha Les combats durent plusieurs heures jusqu en fin de matinée Parfois les jihadistes ouvrent deux ou trois fronts en même temps avant de basculer sur un seul Cela nous oblige à nous disperser Il nous faudrait plus d hommes et d armement pour tout couvrir Les rebelles ont aussi remarqué la concomitance de plusieurs attaques de l armée syrienne présente dans deux villages alaouites de la région avec des assauts de l EI La dernière remonte à moins de deux semaines Les soldats d Al Assad ont attaqué les rebelles sur une ligne de front à moins de 20 kilomètres de Marea Au même moment l EI passait à l offensive contre la ville Ce n est pas nouveau cela dure depuis deux ans dans la région L EI et les forces d Al Assad s évitent ou se coordonnent Ils sont complices dit Abou Moustapha Le régime continue par ailleurs à larguer des barils d explosifs sur Alep sans jamais viser les positions de l EI autour de Marea Epargnés par l aviation syrienne les jihadistes peuvent aussi compter sur un armement lourd Ils disposent de tanks de canons de mortiers et de lance roquettes Ils ont des obus qui selon les rebelles proviennent de stocks de l armée du régime à Palmyre prise en mai par l EI Le 21

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Syrie-Nous-sommes-seuls-face-aux.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - Les chrétiens du Kurdistan en première ligne.
    les forces de protection des Assyriens et Chaldéens dans une belle villa de briques entourée de sapins Au fond du jardin coule la rivière Khabour Au delà il n y a que des champs de blé d un vert scintillant et à moins d un kilomètre les jihadistes de l EI Ils contrôlent quasiment tous les villages au sud de la rivière Chaque nuit ils s approchent dit Melki L un des postes de garde est installé dans un garage au pied de la rivière Un trou d une vingtaine de centimètres de large a été percé dans le mur Ils rampent parfois jusqu à une centaine de mètres de la rivière comme des serpents Ils tentent de savoir où nous sommes postés On n a pas intérêt à allumer une cigarette sinon on se prend une balle dans la tête leurs snipers sont redoutables raconte un jeune combattant des Suttoro qui revient de sa garde de nuit On a compris qu ils visaient au hasard La journée les jihadistes lancent des obus de mortiers Ils explosent le plus souvent sur des maisons vides ou dans les rues désertes Ils veulent nous faire peur mais on a compris qu ils visaient au hasard explique Melki Les combattants de Tall Tamer ont appris à connaître leurs ennemis Ils les écoutent avec leurs petites radios Motorola que leur ont données les forces kurdes Les conversations captées sont le plus souvent sans intérêt Je ne sais pas ce qu on leur donne à manger mais ils se plaignent sans arrêt de la nourriture s amuse Melki Les jihadistes ont des codes pour annoncer leurs attaques En ce moment quand ils demandent de l eau minérale cela signifie qu ils visent une maison à côté de la rivière détaille t il Des émirs s expriment en turc et en anglais Les combattants ont l accent arabe des sunnites de la région Le vent s est levé sur Tall Tamer Melki et ses hommes s installent au soleil derrière un muret sur des chaises en plastique rouge Ils discutent en buvant des thés sucrés et enchaînent les cigarettes Aucun ne le reconnaît mais ils sont inquiets Dès qu ils évoquent les jihadistes leurs rires deviennent forcés leurs regards se voilent Aris un Arménien catholique au bagout du vendeur de télés qu il était finit par l avouer Ce sont des fantômes ces gars là Ils n arrêteront pas tant que nous ne les aurons pas tous tués Cette guerre durera plus de vingt ans Ario un professeur de sport aux fines lunettes ajoute d une voix basse qu ils ne sont pas normaux J en ai vu un qui portait seul une douchka un autre qui se relevait alors qu il venait de se prendre une balle Personne ne fait ça J ai fini par comprendre quand j ai fouillé les poches de l un de leurs cadavres Il y avait des pilules Ils ont des drogues pour les rendre euphoriques et insensibles à la

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Les-chretiens-du-Kurdistan-en.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - Syrie-Irak : l’Etat islamique peut-il être vaincu ?
    la Turquie et le Qatar soutenaient les formations proches des Frères musulmans et que Paris Washington ou Londres préféraient aider l ASL ou d autres groupes armés jugés plus sûrs Et plus attachés à la chute de la dictature qu à la gloire de l islam sunnite Le rôle de Téhéran Ce qui complique encore le puzzle stratégique régional c est que Téhéran joue également un rôle majeur en Irak Mais cette fois aux côtés de Washington et de ses alliés occidentaux Depuis le renversement du régime sunnite de Saddam Hussein en 2003 et son remplacement par un pouvoir issu de la majorité chiite l Iran exerce une double influence directe et indirecte sur Bagdad Directe par ses conseillers son appui diplomatique et militaire les liens personnels entre certains dirigeants des deux pays Indirecte par le soutien que la République islamique apporte aux milices issues de la communauté chiite C est peu de dire que cette évolution n a jamais été acceptée par Riyad Hantée par le spectre de la suprématie régionale iranienne la monarchie saoudienne qui redoute la constitution d un arc chiite des confins de l Afghanistan à la Méditerranée considère le régime de Bagdad comme usurpateur et soumis à Téhéran Avec les autres monarchies du Golfe elle a été très active dans l incitation à la révolte des provinces sunnites et l aide aux groupes armés jihadistes irakiens y compris la branche locale d Al Qaida dirigée par Abou Bakr al Baghdadi qui fut le creuset de l E I Instable en raison des tensions politico religieuses héritées de l invasion américaine et de la guerre civile vulnérable à cause des tares incurables d une armée indisciplinée mal encadrée peu motivée dont 30 des effectifs engagés l an dernier autour de Mossoul ont déserté l Irak doit beaucoup aux puissantes milices chiites Brigades Badr ou Armée du Mahdi armées et conseillées par l Iran En attendant de pouvoir compter sur des milices tribales sunnites rassemblées et réorganisées et de pouvoir déployer les 11 000 soldats actuellement formés par des conseillers américains ou français c est sur ces phalanges aguerries mais très autonomes ou soumises à Téhéran que Bagdad s appuie essentiellement aujourd hui pour combattre l État islamique La coalition internationale se trouve donc aujourd hui dans la position étrange de soutenir en Syrie les ennemis d un régime allié de Téhéran tout en soutenant en Irak un régime allié de Téhéran Le tout en espérant contenir l expansion de l État islamique Cette contradiction apparente a généré un réel trouble dans le Golfe ou les monarchies sunnites redoutent de voir l Iran tirer bénéfice de son aide au régime irakien en obtenant des occidentaux sa réinsertion dans le concert des nations fréquentables Trouble aggravé par les interrogations qui pèsent dans les capitales sunnites mais aussi en Israël et parfois à Paris sur Washington soupçonné de vouloir conclure avant la fin du mois avec Téhéran un accord sur le nucléaire iranien précipité et insuffisamment contraignant Pas de solution sans règlement de la guerre en Syrie A l abri d une action militaire crédible et résolue faute de combattants l État islamique est donc également protégé par l exceptionnelle complexité du contexte géopolitique régional où les divisions les rivalités les divergences voire les confrontations d intérêts interdisent pour l heure toute opposition ou résistance coordonnée Pour nous admet une source diplomatique il n y aura pas de solution au problème que pose l État islamique tant que nous n aurons pas résolu la question de la transition syrienne Mais la force de l E I ne tient pas seulement aux faiblesses aux indécisions aux contradictions de la coalition Voir sur ce point l étude de Denis Bauchard de l IFRI disponible ici L organisation d Abou Bakr al Baghdadi dispose d atouts qu il serait imprudent de négliger Le premier est la dimension territoriale de l organisation Contrairement à Al Qaida qui entend être le fer de lance d un jihad global sans base ni limite territoriale l E I a choisi d instaurer un califat sur le terrain conquis par ses combattants en Syrie et en Irak Sur ce territoire que certains experts jugent aussi étendu que l Italie l E I impose une administration nouvelle nomme des gouverneurs perçoit des impôts et installe des tribunaux de la charia chargés de faire régner l ordre islamiste en multipliant les sentences barbares flagellations amputations décapitations en public crucifixions L objectif apparent est à la fois d éliminer les mécréants de terroriser les indécis et d assurer comme dans le Cambodge des Khmers rouges l émergence d un homme nouveau en infligeant un véritable lavage de cerveaux aux écoliers et en bannissant des études universitaires les disciplines impies comme les beaux arts ou la philosophie tandis que l enseignement du droit est remplacé par l étude de la charia Mais le califat veille aussi à l approvisionnement des marchés et du commerce prend en charge les blessés et leurs familles lutte contre la corruption verse leur salaire aux fonctionnaires restés à leur poste et tente même de se forger une image de libérateur en dynamitant la prison de Tadmor à Palmyre l un des pires centres de détention et de torture de la dictature syrienne Cette ambition étatique du califat qui revendique aussi des provinces en Libye au Yémen en Arabie saoudite en Égypte en Afghanistan et au Pakistan serait vaine s il ne disposait pas c est son deuxième atout décisif d un trésor de guerre très bien garni Évalué aujourd hui à 2 milliards de dollars le pactole de l E I provient d une demi douzaine de sources distinctes A l origine alimenté par les donations en provenance du Golfe les rançons obtenues en échange d otages et divers rackets et trafics le budget du califat régulièrement détaillé désormais dans ses médias s est accru brutalement d un milliard de dollars lorsque ses troupes se sont emparées il a un de la ville de Mossoul récupérant

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Syrie-Irak-l-Etat-islamique-peut.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive

  • Grands Reporters - Wadha et Ibrahim Abdhalla : affreux, sales et marrants
    dans un champ de la province de Mossoul Ils dorment à la belle étoile jusqu à ce qu ils se fabriquent un abri de fortune avec des bouts de toile récupérés Il s envolait tout le temps A chaque fois mon père disait Mais où es tu Mahomet rigole Naïm 14 ans Le père et la mère rient aussi Au bout de deux mois un camion s arrête Le chauffeur est d accord pour mettre le triporteur dans la remorque Ils rejoignent la frontière syrienne En descendant du camion Wadha demande au chauffeur combien elle lui doit Rien lui répond il Heureusement car sinon à part le moteur du triporteur je ne vois pas ce que j aurais pu lui donner De l autre côté de la frontière en Syrie la famille tombe sur un barrage de l EI J ai cru que j étais dans un film indien se remémore Wadha Ils avaient de longues chemises des pyjamas en dessous et des barbes pleines de poussière Le jihadiste leur demande où ils vont et ajoute qu il est interdit de rejoindre un village kurde Non non on va dans un village sunnite lui répond Wadha qui ne savait en réalité pas où elle allait La famille rejoindra finalement la maison d une tante La cohabitation se passe mal Ils vivent à dix dans une pièce qui sert de chambre et de cuisine On ne pouvait pas rester là on n avait pas assez à manger et le plafond était percé il pleuvait à l intérieur J ai dit à mon mari On va dans un camp de réfugiés pour avoir des aides raconte Wadha Elle se dit déçue Ils ne nous donnent quasiment rien On a faim On a aussi besoin de vêtements et de médicaments pour les enfants Le responsable du camp qui écoutait l air de rien la conversation depuis une dizaine de minutes s approche furieux Arrête de dire qu on ne te donne rien c est faux Vous avez trois repas par jour et vous aurez des matelas cette semaine Wadha se défend mollement reconnaissant qu elle a peut être un peu exagéré Plus tard dans la tente qui lui sert de bureau le responsable dira que cette famille est plutôt exigeante Hier la mère est venue me voir en me disant que si je ne lui donnais pas des cigarettes elle taperait son mari Que voulez vous que je fasse je lui en ai donné soupirera t il Quand on lui demande si on peut faire une photo de la famille Wadha s empresse d accepter Elle décide elle même du cadre Là devant les tentes on verra qu on est pauvre Elle a une autre idée On va mettre le père au milieu et on le pointera tous du doigt comme ça on aura plus d aide Elle hurle Les enfants il y a du gâteau Les plus jeunes arrivent en courant Amron 15 ans pas dupe traîne des pieds Je vais me

    Original URL path: http://www.grands-reporters.com/Wadha-et-Ibrahim-Abdhalla-affreux.html (2016-05-02)
    Open archived version from archive



  •