archive-com.com » COM » K » KAELE-MAGAZINE.COM

Total: 882

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Kaële Magazine
    de peintre pourtant distinguée dès 1995 au Chili s épanouira à l étranger C est à Lyon que son ascension a commencé Il y a exposé rapidement dès 2004 à la galerie du Triangle Lyon 2e Depuis 2010 les galeries Le soleil sur la place Lyon 2e Claudine Legrand Paris 6e et Chantal Mélanson Annecy la galerie C à Neuchâtel depuis 2011 et la galerie Éva Doublet à Saint Georges du Bois depuis 2012 organisent des expositions temporaires ou permanentes de ses oeuvres Désormais ses tableaux et ses gravures rencontrent un public nombreux C UR CHAUD SANG FROID Dans son atelier pour répondre à la demande le peintre doit livrer un combat une guerre dit il un tableau il faut le dompter Face à la toile Sepulveda travaille sa technique qui lui permet de puiser davantage à cette source incertaine qu est l inspiration Le processus ouvre un grand vide devant les yeux du peintre confronté alors à l incertitude tant que le tableau n est pas fini je suis angoissé Quand décider que l uvre est achevée à partir du moment où je suis en paix avec elle répond il puis je ferme le tableau avec un titre le reste c est de la littérature L artiste donne le titre en fonction de ce qu il a peint à l origine il n y a pas de discours ni de concept Je ne suis pas un théoricien explique t il ce qui ne veut pas dire que je ne trouve pas intéressant les uvres conceptuelles tant que le concept ne dépasse pas l uvre Car pour le peintre chilien l uvre doit rester comprise dans son immédiateté Je suis un intuitif un homme des cavernes en quelque sorte Mais pour autant l artiste figuratif n est pas dupe du jeu de l art contemporain Je ne cherche pas à me vendre moi Je ne vais pas construire une histoire sur ce que je suis et qui au final ne dira rien sur ma peinture Pour exister en tant que peintre il faut donc produire et vendre ou sinon comme nombre d artistes avoir un travail qui permette d assurer un revenu complémentaire Lui veut choisir sa prison Il n a donc jamais été question de travailler autrement qu indépendamment de toute structure hiérarchique Il ne s agit pas seulement de préserver son indépendance Tiraillé entre les exigences matérielles les demandes des galeristes et l offre à fournir le peintre s interroge Lui qui déclare Je n ai jamais eu d émotions fortes devant une peinture je n ai pas la chair de poule comme lorsque j écoute du flamenco Mon émotion est intellectuelle et technique n a de cesse d interpeller ses capacités de création et d exécution LA VOIE DE LA RAISON Pour sa prochaine exposition du 29 novembre au 22 décembre 2012 galerie Mélanson à Annecy il a sélectionné des portraits des gravures des dessins à l encre Des hommes des animaux des arbres des figures mi

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2742 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    avance sans que l on sache avec certitude où cela va nous mener Et ce n est pas la moindre des qualités de cette production tout public 7 M co produits entre la France le Canada la Belgique et le Luxembourg L exploration du fils le conduit à l orée de la forêt devant lui un champ Ce territoire lui est défendu son père la mit en garde Jusqu au jour où il lui faut braver ses peurs pour sauver ce père tyrannique D autres personnages alors interviennent Manon et son père médecin débonnaire idéalement doublé par l ultime interprétation de Claude Chabrol Les soldats bêtes et méchants la vieille Ronce et les villageois prêts à céder devant la rumeur du retour de l Ogre Le scénario le montage permettent à l histoire de s épanouir aux personnages de gagner en profondeur Le temps cinématographique déploie sa puissance de narration Ici pas de gags qui s enchaînent les uns derrières les autres jusqu au générique de fin mais avant tout une histoire à raconter Ce n est pas clinquant c est élégant l animation traditionnelle sur papier est fabuleuse Les paysages vivants baignent au fil des saisons dans une belle lumière picturale Peu d ordinateurs si ce n est pour les effets spéciaux et encore moins de 3D stéréoscopique Ces images on les doit à Jean Christophe Dessaint le réalisateur et à Patrick Suau le directeur artistique choisi pour ses qualités de chef décorateur et son savoir faire de peintre d extérieur pour la première fois mis au service d un film Le Jour des corneilles est le premier film d animation de Jean Christophe Dessaint qui a été directeur de l animation sur Le Chat du rabbin de Joann Sfar et Antoine Delesvaux C est aussi le premier pour Amandine Taffin la scénariste et William Picot le producteur à l origine du film Pour autant Le Jour des corneilles n a rien d une uvre de jeunesse Le film est l adaptation d un livre pour adulte de l auteur québécois Jean François Beauchemin Le Jour des corneilles éditions Allusifs 2004 que William Picot a immédiatement après lecture pensé à adapter pour le cinéma C est mon premier long métrage qui plus est d animation On a failli le tourner en grec ancien pour accentuer la difficulté puis on a renoncé trop compliqué L histoire il est vrai est sombre tragique même et la langue inventée celle d un petit sauvage illettré et brimé en quête de réponses et d affection à priori pas vraiment adaptée pour la toile Ce n est pas creux mais riche de sens On pense à Paul Grimault qui soignait ses décors et ses histoires Amandine Taffin n est pas Jacques Prévert Le Roi et l Oiseau de Paul Grimault scénario et dialogues de Jacques Prévert sortie en 1980 mais la filiation est là indubitablement Ses dialogues inspirés par l écriture de Beauchemin parviennent à raconter avec subtilité ce père qui ne transmet pas

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2722 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    bandes originales de Dogora film sans dialogues sorti en novembre 2004 du Magasin des suicides comédie musicale d animation dans les salles ce mois ci et signera celle de Music le prochain long métrage d animation du réalisateur Chacune de ces réalisations donne à la musique un rôle de premier ordre Dans Le magasin des suicides la musique est omniprésente MENTHON SAINT BERNARD Pour cette comédie musicale une heure dix de musique pour une heure vingt cinq de film tirée du livre de Jean Teulé Étienne Perruchon a voulu une oeuvre qui va vers la lumière parce que c est ainsi que l histoire est construite L exercice a été particulièrement hétéroclite Dans Le Magasin on peut entendre des marches funèbres de la techno des chansons de la musique d orchestre L enjeu comme à chaque fois ou presque est de créer un univers sonore qui colle à la trame Les thèmes du début du film ont donc été confiés aux contrebasses contrebassons clarinettes basses tubas violoncelles Puis progressivement font leur apparition piccolos violons triangle La couleur musicale est portée par les neufs chansons qui émaillent le déroulement de l histoire Ainsi la musique qui fait référence aux thèmes des chansons accompagne la narration la psychologie des personnages qui vont évoluer chacun vers plus de légèreté Cette continuité musicale crée une cohérence accentuée par des comédiens choisis aussi en fonction de leur qualité d interprétations vocales Les comédiens devaient chanter comme ils jouent Un leitmotiv revient c est la chanson des Tuvaches je voulais quelque chose de classe baroque et glauque Ce contraste musical à la fois noir et enlevé est l une des réussites du film Ma façon de penser la musique au cinéma se situe entre l écran et la salle je dois jouer à la fois ce

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2705 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    différents Techniquement une légère modification d interprétation coûte très chère Dans ce sens l animation offre moins de libertés Bien sûr en ce qui concerne les possibilités scénaristiques nous pouvons faire ce que nous voulons Dans Metegol par exemple nous faisons parler des personnages de babyfoot J J Campanella J ai toujours voulu faire de l animation Quand le producteur Gaston Goreli m a proposé le projet je m y suis immédiatement impliqué Ces vingt dernières années mes films préférés ont été des films d animation La qualité du cinéma de prise de vues réelles a baissé naviguant entre les productions commerciales quelconques et les films d auteurs arides et ennuyeux Retrouvrez l intégralité de l article dans le magazine de juillet août 2012 Kaële Magazine n 91 Edité le Mercredi 4 Juillet 2012 Imprimer Patrice Leconte 12 novembre 1947 Paris 1976 Les vécés étaient fermés de l intérieur 1978 Les Bronzés 1981 Viens chez moi j habite chez une copine 1987 Tandem 1989 Monsieur Hire 1990 Le mari de la coiffeuse 1996 Ridicule 2004 Dogora 2011 Voir la mer 2012 Le magasin des suicides Je voulais absolument faire un film de mise en scène L animation m offre une liberté incroyable et très stimulante Par exemple à la fin du film une odeur de crêpes se répand dans toute la maison monte à l étage traverse le couloir se glisse sous la porte de la chambre de Mishima et atteint ses narines Si j avais mis en scène Le magasin des suicides avec les mêmes principes formels de découpage des films de prise de vues réelles cela aurait été plus convenu J aime au contraire l idée d une animation libre hirsute Projet en cours Music réalisé par Patrice Leconte et Régis Vidal directeur artistique du Magasin des suicides produit par Gilles Podesta Le magasin des suicides un film d animation prévu pour Noël 2015 dont le scénario écrit par Jérôme Tonnerre imagine un monde dans lequel la musique est interdite Juan José Campanella 19 juillet 1959 Buenos Aires 2001 Le fils de la mariée 2009 Dans ses yeux El segreto de sus ojos oscar du meilleur film étranger en 2010 Dès 2000 il réalise pour la télévision américaine des épisodes de séries New York unité spéciale et Docteur House Après l oscar les studios d Hollywood lui proposent des scénarios Des suites de film d action des films d invasions extra terrestres mais aucun scénario original rien de différent qui m a donné envie de réaliser J ai cinquante deux ans et un enfant de cinq ans que je veux voir grandir Et puis diriger des acteurs devant un fond vert m ennuierait prodigieusement 2012 Metegol d après un conte de l auteur de bandes dessinées argentin Roberto Fontanarrosa 1944 2007 sortie prévue le 21 juin 2013 en Argentine à l automne 2013 en France Retour sur la 36e édition du festival international du film d animation d Annecy Une fois encore cette 36e édition nous a permis

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2673 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    relations publiques et partir à la recherche de fonds les gouvernements ne finançant que très modestement la culture En Europe par exemple en Suisse en France et en Allemagne le chef d orchestre est en charge de la programmation Bien qu il bénéficie d assistants c est lui qui a le dernier mot sur la programmation À Londres en revanche c est différent Le chef est un nom qui permet de vendre l orchestre de par le monde mais en réalité je n ai pas une grande influence sur leur travail de tous les jours Mis à part la musique symphonique ils interviennent dans un certain nombre de choses en dehors de ma compétence musicale comme par exemple les enregistrements de musiques de film Bien entendu j ai une influence sur la gamme supérieure de l orchestre mes propres programmes et les tournées K Chaque orchestre a sa propre identité C D Oui pourtant moins qu à l époque Les orchestres étaient plus typés formés par un directeur musical en place durant de longues années Je pense à Ernest Ansermet fondateur de l orchestre de Suisse romande ndlr à Genève Willem Mengelberg à Amsterdam Wilhelm Furtwängler et Herbert von Karajan à Berlin Charles Munch à Boston etc Au fil des enregistrements commandés par les maisons de disque une image de l orchestre se construit Ainsi avec l orchestre de Montréal nous avons rejoué les Ballets russes le répertoire d Ernest Ansermet qui n avait jamais enregistré de disque compact Nos disques ont eu du succès nos concerts également c est pourquoi aujourd hui encore l orchestre symphonique de Montréal fait figure de spécialiste de ce répertoire Les arguments sont à la fois artistiques et commerciaux Il en a été de même pour Karajan à Berlin à qui bien sûr on

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2677 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    et l espace Une conversation muette et sonore faite d interrogations et de réponses de tacles et de réparties d accords et de désaccords Lunettes sur le nez bandeau rouge sur le front Odile de Frayssinet est tendue vers son objectif les sculptures peuvent être comme des morceaux de bois posés là et par un simple geste soudain tout va changer Elles vont surgir et donner du sens L installation peut durer des heures comment maîtriser à l avance l espace la hauteur les couleurs la lumière Ses sculptures de fils enduits de pigments de sable de goudron parfois cherchent leur place sur les graviers de la cour Leurs teintes minérales font écho aux murs de pierre vert de gris ocre et étain Une sculpture rouge sombre cherche encore son meilleur angle je redécouvre chaque oeuvre dans ce nouvel espace L installation est une création à part entière mais plus excitante plus rapide La réflexion se fait en marchant en manipulant Les artistes présents n hésitent pas à donner leur avis Au delà de la convivialité des sourires et de l agitation la concentration est toujours là aiguisée à l affût du moindre détail Au terme de cette journée les oeuvres devront être chacune à leur place comme s il n y avait pas eu d autre endroit possible pour elles que celui choisit minutieusement par leur créateur Dans ce qui étaient le réfectoire et la cuisine attenante les toiles du peintre Pascal Honoré 1958 ne cessent d être déplacées L accrochage est une création rien n est gagné d avance Après la solitude de l atelier c est l heure du questionnement des échanges du partage et de la communion Originaire de Champagne où il vit et travaille cet amoureux des arts et de la nature accroche décroche ses toiles dont certaines ont été créées spécialement pour l exposition la forme en amande est récurrente Je me suis laissé inspiré par l amphore l agrume J ai pensé à cette salle du prieuré au monde foisonnant des jardins en mouvement perpétuel Les enjeux sont multiples il faut mettre en scène des toiles de différents formats en fonction de l espace de la lumière artificielle et naturelle du sens de la visite du mobilier des murs du recul nécessaire pour embrasser les tableaux ça fait partie de mon activité Un accrochage peut tuer une oeuvre la neutraliser Ses toiles qui utilisent papiers népalais tampons textiles cire d abeille peinture acrylique encre de chine et fusain rappellent aussi bien les strates de l archéologie que ces jardins du Moyen Âge qui servaient à se nourrir et à se soigner Ici au sein du prieuré non loin d une nature tirée au cordeau les tableaux prennent une nouvelle couleur Posés sur des bancs les grands formats répètent les dialogues avec les carrés du jardin et les solives du plafond à la française avant même les indications du metteur en scène Lawrence McLaughlin qui se partage entre Phoenix Arizona et Sancerre Cher affiche

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2675 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    Barek et Jalila Baccar nous on invités à Tunis aux Rencontres chorégraphiques de Carthage Ce n était pas évident d organiser un festival alors que la Tunisie vit des turbulences politiques et sociales post révolutionnaires Pour l artiste Hafiz Dhaou directeur de la Scène Ness el Fen traduction les gens de l art le public tunisien avait besoin de voir ses salles pleines de montrer sa solidarité et sa ferveur pour la culture sous toutes ses formes Et de préciser Un besoin naturel de reconquérir l espace public qui était jusqu alors le théâtre d affrontements et de manifestations populaires de tout bord L an passé les Rencontres ont été données pendant le couvre feu L engagement est bien là parfois naïf mais bien là Pour l artiste tunisien avec Extra 2012 Annecy a prouvé qu elle était au coeur des enjeux artistiques mais aussi civiques Permettre le croisement d artistes de sensibilités différentes était selon moi l essentiel de ce hors les murs Le danseur annécien Rachid Ouramdane qui était du voyage a été saisi par l enthousiasme des artistes tunisiens mais aussi par celui du public Quel bonheur de voir ces longues queues devant le théâtre municipal de Tunis sur l avenue Bourguiba Nous avons ressenti la ferveur du public et le travail des techniciens qui ont redoublé d efforts J aime pouvoir inscrire ma pratique dans un territoire qui a du sens rencontrer des gens ouverts engagés pour la liberté d expression progressistes qui se battent à leur manière contre toute forme d obscurantisme L agitation des extrémistes est réelle et visible dans les rues provocatrice face à ceux qui ne partagent pas leurs opinions Ces derniers vont au théâtre viennent voir des spectacles de danse où le corps est célébré Aller voir de la danse ce n est pas un acte anodin J ai été impressionné par le public très au fait de notre pratique et de notre conception occidentale de la création C est un double regard que nous n avons pas riche d enseignement Que ce soit sur scène dans la salle dans la coulisse et lors des ateliers les organisateurs les artistes et les techniciens tous ont pu expérimenter la place de l art dans la société Avec Extra 2012 les liens entre les gens du Nord et du Sud ont été véritablement éprouvés au quotidien Cette singularité rare vaut à ce festival transfrontalier d être en tout point remarquable Souhir Saadaoui Kaële Magazine n 90 Edité le Samedi 9 Juin 2012 Imprimer Sameh Arfaoui 24 ans est étudiante en architecture à Tunis et photographe professionnelle Elle a participé aux Rencontres photographiques d Arles et Visa pour l Image à Perpignan Elle a couvert la révolution tunisienne jusqu aux dernières manifestations de Tunis suite aux premières élections démocratiques du pays en octobre 2011 À découvrir son portfolio riche et éclectique www wix com sameharf portfolio Mohamed 26 ans neuropsychologue de la santé publique après le spectacle d Akram Khan Cet évènement va aider

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2641 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    dirigent qui ne lâchent pas le pouvoir de l autre il y a des revendications une volonté de changement K D après vous pourquoi le printemps arabe n a t il pas soufflé en Algérie M A L Algérie a connu une longue période extrêmement violente qui a fait nombre de morts Les gens n ont pas oublié les massacres et les attentats terroristes Le soulagement que ces violences aient pris fin prévaut Ils partagent l idée que la révolte a déjà eu lieu au lendemain des émeutes d octobre 88 qui a abouti à l avènement du multipartisme Malgré cela et le fait que l on soit passé d un parti unique le FLN à plus d une centaine de partis la cassure entre le peuple et le politique persiste À tel point que les prochaines élections législatives du mois de mai et sa vingtaine de nouveaux partis font rigoler les électeurs Et aucune vague de changement ne semble vouloir se former K Le film évoque la mal vie De quoi s agit il M A La mal vie c est ce questionnement des gens en colère qui ne comprennent pas pourquoi les conditions de vie régressent dans un pays aussi riche Toutes les initiatives sont bloquées Le dynamisme des jeunes se trouve confronté à l inertie du système administratif et bureaucratique qui s exerce impunément On baisse les bras la morosité s installe l ennui se répand Les universités étouffent tant il y a d étudiants sans qu il n y ait de véritables perspectives d avenir Les jeunes n ont qu une idée en tête partir C est dramatique Propos recueillis par F F Retrouvez l intégralité de l article en téléchargeant le magazine d avril 2012 Kaële Magazine n 88 Edité le Mercredi 11 Avril 2012 Imprimer Cinéaste témoin de l Algérie contemporaine scénariste romancier Merzak Allouache est né le 6 octobre 1944 à Alger Il est originaire de Notre Dame d Afrique quartier populaire d Alger En 1964 il commence ses études de réalisation à l Institut National de Cinéma d Alger et les termine en France à l I D H E C dont il sort diplômé en 1967 Révélé par Omar Gatlato sélectionné à la semaine de la Critique à Cannes il a ensuite connu le succès avec Bab El Oued City sélectionné au festival de Locarno et Chouchou qui a révélé Gad Elmaleh au grand public Harragas en salles en 2010 est l odyssée âpre et funèbre d un groupe de Harragas ces migrants africains qui prennent la mer sur des embarcations de fortune pour rejoindre les côtes de l Europe Normal est son dernier film sorti en mars 2012 Merzak Allouache a choisi de filmer les milieux du théâtre et du cinéma confrontés à la mal vie en quête d une Algérie libre et démocratique En Algérie normal se dit comme l on dit tranquille en France ça va normal 7ÈME ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ORIENTAL DE GENÈVE Sur

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2597 (2016-02-10)
    Open archived version from archive



  •