archive-com.com » COM » K » KAELE-MAGAZINE.COM

Total: 882

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Kaële Magazine
    seuls les fauteuils ont été changés remarque Marius Corboz figure de la commune et membre actif de l association Ciné Villages gestionnaire de la salle depuis 2003 Ce samedi 23 novembre la projection du dernier long métrage de Jean Pierre Jeunet dans sa version 3D marque pour la salle historique du bout du lac d Annecy une victoire supplémentaire Comme l a précisé Régine Chavanaz la présidente de Ciné Villages 117 adhérents lors de son intervention avant la séance la question du passage au format numérique se résumait en ces termes C était prendre le train en marche ou mourir à court terme Une contrainte à laquelle ont été confrontés tous les exploitants de salle ces dix dernières années Durant cette période la pellicule argentique a progressivement disparu de l industrie du cinéma au profit de copies numérisées qui ont accru le nombre de versions et leurs qualités respectives Si les multiplexes ont pris le tournant du numérique avec le nouveau siècle les rares salles de cinéma des communes rurales encore existantes ne se sont pas converties aussi rapidement Pour autant comme leurs cousines des centres villes elles n ont pas eu d autres choix que d entrer dans les ordres au risque de se voir disparaître au fur et à mesure que disparaissait la pellicule 35 mm Pour les indépendants il n a pas toujours été possible d assumer les lourds investissements que nécessite le passage à la numérisation Cette transformation a vu l émergence d une véritable activité industrielle capital intensive matérialisée par les multiplexes offrant des grands écrans des salles en gradin le son numérique etc Contrairement à l Italie où le passage au numérique joint à la désaffection des spectateurs dans les salles indépendantes ont fait l effet d un tsunami qui a ravagé plus de

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=3027 (2016-02-10)
    Open archived version from archive


  • Kaële Magazine
    XXIe siècle Konrad Witz La Pêche Miraculeuse Flora Bevilacqua MAH L exposition consacrée à Konrad Witz au musée d art et d histoire de Genève jusqu au 23 février 2014 propose un voyage extraordinaire dans l histoire de l art Sur les volets du retable récemment restaurés de l artiste se lit l émerveillement de la création intacte au delà des siècles Par Fabien Franco Pourquoi le retable peint par Konrad Witz en 1444 marque t il un tournant dans l histoire de la peinture Quelle a été son histoire matérielle et comment est il parvenu à traverser les siècles 569 ans après que son auteur en ait achevé la réalisation quelle fascination cette pièce unique exerce t elle sur les visiteurs d aujourd hui C est en décembre 2012 que les amateurs d art et d histoire ont redécouvert l uvre emblématique du musée genevois après restauration Ce fut alors l émerveillement de pouvoir admirer à nouveau les quatre faces des deux panneaux du retable conservés dont La Pêche miraculeuse plus ancienne représentation d un paysage réaliste de la peinture occidentale Les quatre peintures qui composent le chef d uvre de Witz avaient retrouvé une brillance étonnante des transparences délicates des teintes métalliques sophistiquées une gamme chromatique plus franche La restauration avait permis non seulement la redécouverte de détails mais aussi de révéler des informations nouvelles sur la technique du peintre et sur le processus de fabrication des volets Cette enquête au long cours menée par des conservateurs restaurateurs et des historiens aura duré deux ans Depuis le 1er novembre 2013 l exposition proposée dans les salles beaux arts du musée genevois et l ouvrage qui l accompagne donnent à comprendre cette uvre emblématique à travers ses dimensions physiques historiques et esthétiques Un voyage qui permet de contempler en

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=3029 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    rythmes reconnaissables entre tous L ambiance est chaude et l air chargé de sons presque palpable Les basses font vibrer les corps et les voix chanter les c urs Tout cela est connecté à des ordinateurs armés des logiciels de production musicale En octobre Yannis Sauty cofondateur du label de reggae Rock A Matik a vu la sortie sur les plateformes digitales de son premier line up 1 soit dans ce cas douze artistes interprétant ses riddims en provenance de France de Suisse des USA d Italie de la Barbade d Angleterre Si cette activité de production ne suffit pas à elle seule pour payer les factures du quotidien elle prend de plus en plus d ampleur CREUSER LE SILLON Il a commencé la basse à l adolescence le pont entre le rythmique et le mélodique définit il a joué dix ans dans le groupe La Substance a été chargé de communication au théâtre d Annecy BSN jusqu à ce qu il décide en 2012 de se vouer entièrement à la musique À l heure de myspace quelques clics de souris suffisent pour découvrir et entrer en contact avec n importe quel artiste Tout passe par les réseaux La première fois que j ai proposé mes compositions c était au label anglais indépendant de reggae Reality Shock 2 Mais il n y a pas que les labels qui ont besoin d une mélodie d une ligne de basse ou d un morceau de guitare Les chanteurs sont eux aussi à la recherche de musiciens avec qui partager leur vision artistique Le tout premier chanteur avec lequel je suis entré en contact c est le chanteur Henry P Il a aimé mes instrumentations j ai produit pour lui Le style Yannis Sauty Un voyage en 2003 en Jamaïque le confirme dans son statut de musicien européen Quand tu vas là bas tu te rends compte que cela ne sert à rien de vouloir faire jamaïcain Musicalement j ai appris à accepter d aimer une musique sans pour autant vouloir la copier Le plus important c est le son que toi tu fais c est de parvenir à se définir soi même C est peut être aussi pourquoi dix ans plus tard il peut affirmer Les gens qui écoutent mon reggae disent le reconnaître Pour le hip hop le son est encore plus évident Le compositeur produit un hip hop métissé avec des touches de reggae de rock Une identité marquée qui fait sa particularité En octobre il a accompagné sur scène Silqe artiste de Reading la capitale britannique du hip hop underground venu chanter ses compositions sur la scène du Brise Glace à Annecy Depuis ses premiers contacts via internet le musicien a fait du chemin Il a composé et mixé pour nombre d artistes rejoué des riddims pour des albums varié les expressions musicales Le marché est pourtant concurrentiel Avec plus ou moins 4 000 euros un musicien peut aujourd hui monter son studio de mixage et d enregistrement proposer

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=3030 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    solliciter la mémoire du copain Gustave centenaire bien connu des habitants du hameau des Prières à Seythenex Gustave me raconte alors l histoire de Léonie Dubassat son ancienne voisine des Prières Une histoire dont le dénouement s affiche aujourd hui sur les murs du musée château d Annecy Car la découverte qui sommeillait dans les cartons qu André Mysse petit fils de Léonie et Paul avait conservés va se révéler comme le présageait l intuition du photographe extraordinaire À la Société française de photographie la plus ancienne de France fondée en 1854 la conservatrice en charge du pictorialisme m a assuré ne pas avoir autant de photographies aussi belles Quand on compare Mysse à ses contemporains il compte parmi les meilleurs du mouvement soutient Pascal Lemaître Et de prédire D ici les prochaines années sa renommée ne va cesser de croître HORS CADRE Paul Mysse est né à Odessa en 1881 Il a connu une trajectoire singulière qui l a conduit de Moscou sa ville natale à Faverges en Haute Savoie C est avant la Révolution d octobre 1917 que le Russe va faire la rencontre de Léonie jeune femme volontaire qui à vingt ans a quitté ses montagnes de Haute Savoie pour la vaste Russie Ses origines modestes l obligent à abandonner une prometteuse carrière de violoniste pour subvenir aux besoins de sa famille Il entre au service des Tugan Baranovsky riches propriétaires terriens de Pozniky comme secrétaire et régisseur des domaines C est là qu il fait la rencontre de la préceptrice des enfants Léonie Dubassat Il l épouse en octobre 1913 à Pozniky L année suivante naît leur fi ls Léon Après la Révolution de 1917 inquiète de l insécurité grandissante Léonie pousse son mari à rentrer en France Le couple embarque précipitamment à Sébastopol en décembre 1919 Passant par Constantinople ils arrivent enfin en Haute Savoie le 1er février 1920 Installé à Faverges Paul donne des cours de violon avant d ouvrir en 1926 un magasin de photographe Il meurt prématurément en 1940 emporté par la typhoïde Ces quelques lignes rédigées d après les écrits de Léon et la correspondance familiale esquissent l histoire du couple d une famille et d une époque Dans le cabinet d arts graphiques ce témoignage sensible approfondi par les clichés introduit l exposition à travers des images intimes et touchantes Une manière de montrer le hors cadre habituellement caché par la lumière des uvres artistiques Cette ombre adroitement révélée permet d approcher l homme l époux et le père indissociables de l artiste LE RÉEL MIS EN SCÈNE Les tirages originaux exposés au musée ont été réalisés entre 1908 et 1940 Leur valeur est à la fois ethnographique artistique et historique Certaines photos ont remporté des prix internationaux et ont été exposées à New York Amiens ou Zaragoza Les regards sont restés étonnamment vivants Le portrait de l esclave aff ranchi né dans la Russie d avant la Révolution communiste intitulé Étude tête de vieillard nous regarde à travers le

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=3031 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    la politique vit une crise existentielle la nécessité de redonner une voix à cette tradition perdue qui m a poussé à écrire J ai commencé l écriture en 2010 et le roman a été publié en avril 2012 K De nombreuses références littéraires émaillent le discours de votre vrai faux homme politique Pourquoi avoir fait le choix des citations d auteurs classiques d auteur de théâtre à commencer par Bertolt Brecht R A Le cinéma italien est non seulement l héritier du néo réalisme mais aussi d une tradition romanesque qui montre ce qui pourrait être et non pas ce qui a été C est la ligne de Bertolucci de Bellocchio une ligne à laquelle je pense appartenir Je n explique pas la réalité je l interprète J ai été l assistant de Francesco Rosi qui a été un grand maître du réalisme italien Il me semble qu il est pratiquement impossible aujourd hui de prendre cette voie Le romanesque est le seul moyen de rendre compte d une réalité invisible ambiguë Pour rendre évident ce qui est caché nous avons besoin de l imagination K Vous citez dans le film le paradoxe du mensonge d Épiménide Une façon de nous dire qu il y a une part de vérité dans le mensonge comme il y a une part de vérité dans l artifice du cinéma et du jeu politique que vous mettez en parallèle R A Absolument Le romanesque ne coupe pas les liens avec la réalité il représente au contraire le moyen de la faire intégrer à tous Bien entendu c est l outil de l écrivain et non celui de l homme politique C est d ailleurs pourquoi je considère que la politique est condamnée à un destin tragique Car bien que le film montre un espoir je pense que la possibilité de l imposture persistera toujours dans le jeu politique a fortiori dans le monde de l image C est la première fois en effet dans l histoire de l humanité que les élections se font à travers l écran cathodique La télévision à mesure qu elle semble la contenir toute entière provoque un déficit de réalité Raison pour laquelle dans le film je n y fais aucune référence K Vous montrez l attraction et la répulsion qu exerce le pouvoir Comment l expliquez vous R A Jean Baudrillard l a dit d une manière formidable aujourd hui le politique se partage entre l idée d occuper le pouvoir et l idée de le fuir Jamais dans l Histoire il n y a eu cette panique du pouvoir Pour le narrateur que je suis il est intéressant d observer comment l homme politique manifeste et exprime cette angoisse Le pouvoir politique est une sphère contraignante éloignée d autres lieux de pouvoirs parfois plus puissants comme ceux de la finance et des marchés L élu d aujourd hui a découvert la faillite du politique C est quelque chose que l on peut lire sur son visage K

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=3002 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    Gevrier et de l agglomération annécienne Cette année l événement révèle une programmation particulièrement fastueuse avec des longs métrages qui ont été distingués à Berlin ou à Chicago et des discours aussi variés que pertinents Les productions qui vont de 2011 à 2013 des films de fiction et des documentaires investissent les multiples horizons d un monde qui garde les stigmates du passé dans lequel différentes réalités sociales s affrontent et à travers lequel on pourra être surpris de voir son reflet dans le regard de l autre aussi exotique soit il Migration économique intolérance exploitation racisme mémoire collective enjeux démocratiques engagement politique culture rom ces neuvièmes rencontres permettent de prendre du recul avec les sujets brûlants de l actualité Que le discours s exprime sur les modes tragique ou comique c est toujours de la capacité du septième art à rapprocher les êtres dont il est question Explications et découverte de la programmation en compagnie de Michel Caré responsable du Centre départemental de promotion du cinéma et organisateur de l événement DES FILMS QUI ONT DES CHOSES À DIRE À l heure où les productions hollywoodiennes jouent de plus en plus la carte de la mondialisation au prix d un formatage consensuel aberrant qui a vu cette année la projection de films aussi déprimants pour l amateur de films à grand spectacle que le cinéphile averti citons pour exemple l affligeant Superman Man of steel Zack Snyder sorti en juin 2013 et le médiocre Pacific Rim Guillermo del Toro sorti en juillet les films présentés à Cran Gevrier ce mois ci devraient en réconcilier plus d un avec les salles obscures À ces mastodontes coûteux qui remplissent les salles à défaut de remplir les têtes Michel Caré qui a une toute autre vision de l art et de l

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=3003 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    solitaire dont on fête en 2012 le tricentenaire de sa naissance Edité en Mars 2012 En savoir plus Le troublant miroir de l Afrique noire L exposition L Afrique de nos réserves raconte plus de deux cents ans de relations entre le continent noir et la France Edité en Février 2012 En savoir plus Abdelwaheb Sefsaf dans les mots de Darwich Dans Quand m embrasseras tu le comédien Abdelwaheb Sefsaf incarne les mots du palestinien Mahmoud Darwich Une interprétation incandescente qui redonne Edité en Février 2012 En savoir plus Têtes raides but not dead Chef de file d une chanson rock et réaliste Têtes Raides cultive un parfum de pavés dans les ruelles d un répertoire Edité en Janvier 2012 En savoir plus Vivre ici quand le cinéma pénètre l intimité des citoyens La deuxième édition du festival de cinéma Clap Maghreb propose quatre films dont le dernier long métrage du Edité en Janvier 2012 En savoir plus Charlie Chaplin ou la comédie de la vie Mythique unique inégalé Charlie Chaplin continue trente quatre ans après sa mort de vivre dans nos mémoires et d alerter nos consciences Edité en Décembre 2011 En savoir plus Les jouets se donnent un genre A Paris le Grand Palais accueille actuelle ment deux expositions consacrées aux jeux et jouets Tout en retraçant leur évolution au Edité en Décembre 2011 En savoir plus La bonne distance d Economopoulos Les Balkans vus par Nikos Economopoulos c est un monde dur et poétique complexe et primitif Une oeuvre fondatrice un travail Edité en Novembre 2011 En savoir plus Bonlieu la politique et les Annéciens Son emplacement et l espace qui lui ont été réservés témoignent de la volonté d inscrire la culture au coeur de la Edité en Octobre 2011 En savoir plus Paul Rebeyrolle peintre

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles.php?pageNum_rsArticles=6&id_cat=2&totalRows_rsArticles=200 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    soul le funk le jazz etc J écoutais Jimmy Hendricks À partir de 16 ans j ai commencé à chanter avec un groupe À 21 ans retour aux sources Je me suis rendue dans le nord de l Inde pour apprendre la musique J ai pris des leçons de musique hindoustanie musique classique d Inde du nord En 1997 je suis revenue au Royaume Uni C est à ce moment que j ai voulu mélanger la musique indienne et la musique anglo saxonne K En 1997 vous faites la connaissance de votre producteur Sam Mills Qu est ce que cette rencontre a changé pour vous S R Sam est aussi guitariste Ensemble nous avons travaillé sur différentes idées À l époque je n avais que ma connaissance de la musique indienne J avais déjà essayé de chanter en anglais mais c était difficile C est à partir de cette rencontre que j ai commencé à prendre confiance en moi ça a été un long parcours Il a fallu beaucoup travailler je faisais différentes voix sur une même musique le tout combiné à des sons indiens Puis Sam m a suggéré de ne chanter que d une voix Et nous avons réussi à concilier les chants et rythmes traditionnels de l Inde du sud avec la musique occidentale comme le jazz le blues etc K En 2001 vous sortez Salt Rain votre premier album qui s est vendu à 200 000 exemplaires S R Salt Rain a été un vrai travail d équipe avec Sam Ensuite il y a eu Love Trap en 2000 en 2003 Nous avons beaucoup joué en live Puis j ai fait un break et j en ai profité pour voyager K Le mélange des cultures la fusion des identités font partie intégrante de vos albums Est ce une volonté de mêler ces différents styles musicaux S R Je ne les mélange pas volontairement C est spontané Ces différents styles de musique font partie de moi K Quelles sont vos relations avec l Inde S R Mes racines sont indiennes K De quel pays vous sentez vous la plus proche S R Les traditions indiennes sont ancrées en moi mais je me sens britannique Je me sens aussi citoyenne du monde car cela représente la capacité d ouverture d esprit vers les autres cultures ce qui implique l amour de l autre et surtout d être humain K Vous ne vous êtes jamais sentie ordue à travers toutes vos identités S R Je crois que dans ce monde nous sommes tous un peu perdus K Music for crocodiles est le titre de votre nouvel album Qui sont ces crocodiles S R Ce sont les consommateurs de musique Nous sommes tous des crocodiles nous avons tous faim de musique K Qui a écrit les textes de ce nouvel album S R Sam et moi Nous avons ensuite enregistré l album en Inde à Paris à Londres le tout mixé à Los Angeles K Comment définiriez vous votre musique

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=201 (2016-02-10)
    Open archived version from archive



  •