archive-com.com » COM » K » KAELE-MAGAZINE.COM

Total: 882

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Kaële Magazine
    Avril 2007 En savoir plus Reconversion des sportifs de haut niveau De la bulle à la terre Pour Frédérique Bangué Raphaëlle Monod Gérald Passi des années de pratique de persévérance et d abnégation leur ont été nécessaires pour Edité en Mars 2007 En savoir plus Le Pays de Gex Une île aux frontières de l Ain Le Pays de Gex territoire long d une quarantaine de kilomètres présente une situation enclavée entre le Jura et la frontière Edité en Février 2007 En savoir plus Pêcheurs du Léman Avis de tempête Ils sont 151 à posséder une concession pour la pêche professionnelle sur le Léman dont environ un tiers en Haute Savoie Edité en Janvier 2007 En savoir plus Les ramoneurs Une profession en mal de reconnaissance Activité culturellement inscrite dans le patrimoine haut savoyard le métier de ramoneur souffre aujourd hui des idées reçues et d un manque de Edité en Décembre 2006 En savoir plus Demandeurs d asile 3 Suisse faut il fermer la porte aux étrangers Les citoyens suisses ont massivement approuvé le durcissement des Lois sur l asile et les étrangers le 24 septembre dernier soit Edité en Novembre 2006 En savoir plus Demandeurs d asile 1 Le droit d asile en Haute Savoie Ils attendent leur autorisation de séjour en France pendant que leurs enfants 1 vont à l école de la République Demandeurs Edité en Novembre 2006 En savoir plus Demandeurs d asile 2 Un réfugié politique en Haute Savoie témoigne Après avoir connu trente ans de dictature la république démocratique du Congo RDC ex Zaïre s extirpe difficilement du bourbier de la Edité en Novembre 2006 En savoir plus Les seniors au travail De l or gris convoité Alors que beaucoup crient victoire et vacances quand sonne l heure de la retraite d autres

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles.php?pageNum_rsArticles=4&id_cat=3&totalRows_rsArticles=95 (2016-02-10)
    Open archived version from archive


  • Kaële Magazine
    Savoie Lors de la rentrée solennelle de la Cour de cassation le 7 janvier 2009 le Président de la République a manifesté la volonté non équivoque de réformer l instruction préparatoire en supprimant le juge d instruction très fragilisé après l affaire dite d Outreau Plus récemment le comité de réflexion sur la justice pénale a remis son rapport rapport Léger reprenant cette proposition Pour autant au vu des derniers communiqués notamment du président du Sénat il semblerait qu aucune décision n ait été prise le temps est encore à la réflexion Ce répit est l occasion de discuter de cette juridiction si particulière à laquelle on associe volontiers tous les maux de la justice pénale alors même que son intervention demeure quantitativement limitée Qui est le juge d instruction Quel est son rôle Quels sont ses pouvoirs Pour quelles raisons fait il l objet d une telle défiance au point que son avenir paraît compromis Le juge d instruction peut il être remplacé Par qui Selon quelles modalités procédurales Comment réformer tout en se conformant aux engagements internationaux de la France La conférence se propose de répondre à ces multiples interrogations qui loin de concerner les seuls universitaires ou praticiens du droit sont susceptibles d éveiller la curiosité de tout citoyen conscient ou pas des enjeux d un tel débat Jean François Dreuille Maître de conférences et chercheur au Centre de Droit Privé et Public des Obligations et de la Consommation CDPPOC de l UFR Faculté de Droit et d Economie FDE animera la conférence dans le cadre des Amphis pour tous Les conférences commencent à 17h30 07 décembre 2010 Amphithéâtre Roger Decottignies 27 rue Marcoz à Chambéry 09 décembre 2010 CCSTI La Turbine place Chorus à Cran Gevrier 15 décembre 2010 Lycée Hôtelier 40 Bd Carnot à Thonon

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2182 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    que ce décloisonnement des taches brise la routine de l entreprise administrative il apporte au conseiller une connaissance supplémentaire du marché de l emploi Les salariés 1 sous statut privé ont des contrats à 37 30 heures hebdomadaires beaucoup travaillent à 80 ce qui selon Marie France Rapinier la directrice de Pôle emploi de Seynod depuis sept ans favorise une meilleure disponibilité au travail De bonnes conditions de travail pour les agents doivent par voie de conséquence améliorer la prise en charge des usagers mais en juin dernier près du quart des salariés au niveau national de Pôle emploi débrayaient pour protester contre des conditions de travail éprouvantes dues à l augmentation des inscriptions À Seynod les conseillers rencontrés ont dit être satisfaits par leurs conditions de travail malgré des portefeuilles bien garnis Car en effet on est loin des objectifs initiaux présentés en 2008 lors de la fusion Anpe Assedic qui étaient de 30 à 60 dossiers par agent en fonction de la priorité des situations Le 23 septembre dernier Les Échos ont rendu publique la nouvelle moyenne officielle du nombre de dossiers gérés par un conseiller 103 contre 92 l année dernière Pour Seynod le portefeuille moyen par agent serait selon nos calculs de 206 personnes à fin août pour les dix huit conseillers de Seynod À l accueil Isabelle nom d emprunt en CDD depuis un an affiche une cordialité non feinte Après un an d activité à Seynod elle dit n avoir jamais vécu de clash Elle l explique par l écoute et le sourire qui permettent de tempérer les choses Conseillère placement elle avoue gérer 217 personnes 111 supplémentaires ont été déléguées à des prestataires extérieurs Nous sommes des généralistes certains profils de demandeurs d emploi requièrent une orientation spécifique type Apec Agefiph Afij Mission locale etc NDLR 70 D OFFRES POURVUES Chaque Pôle emploi de l agglomération annécienne se partage la demande d emploi en fonction du territoire pour celui de Seynod la zone géographique s étend de Seynod à Faverges en passant par Rumilly et en fonction du secteur d activité économique des entreprises Seynod rassemble ainsi les offres d emploi des secteurs du bâtiment du nettoyage de la sécurité de la santé des services à la personne de l immobilier des assurances de la banque de l intérim L image de Pôle emploi dans la presse est si mauvaise que certains ont presque honte de dire qu ils ont trouvé grâce à nous dénonce M F Rapinier avant d ajouter Nous avons ici des gens passionnés motivés qui se battent pour trouver des emplois Nous avons la possibilité de faire basculer favorablement la vie des gens Pour les employeurs c est l opportunité de recruter dans ce vivier de compétences enregistrées dans les fichiers informatiques de Pôle emploi Sur les douze mois cumulés d octobre 2009 à septembre 2010 cette agence a enregistré 6 904 offres d emploi dont 70 ont été satisfaites 2 L activité du traitement de l offre est

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2159 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    main à la pâte l astrophysicien et académicien Pierre Léna s engage depuis 1996 dans la rénovation de l enseignement des sciences à l école et au collège Il dénonce un système scolaire discriminant dans lequel les matières scientifiques représentent un facteur d exclusion sociale Alors que les réformes de l Éducation nationale visent à spécialiser davantage les filières du Bac le scientifique rappelle les caractères universel et citoyen de l enseignement général Kaële Pourquoi faut il réformer l éducation scientifique Pierre Léna Nous avons longtemps construit l éducation scientifique avec l objectif de former des scientifiques en mettant l accent au lycée sur des filières spécialisées Depuis une trentaine d années la volonté est que la science doit être enseignée à tous quelque soit le niveau d étude et la capacité d abstraction de l élève Dans la loi de programme pour l école de 2005 il est écrit une culture scientifique pour le libre exercice de la citoyenneté Cela concerne la scolarité obligatoire celle par laquelle passent tous les enfants et qui est la même pour tous Se pose alors la question de l enseignement de sa place au sein de l école de sa nature selon que l on s adresse à des écoliers ou à de futurs ingénieurs Alors pourquoi faut il réformer À l école primaire nous avons constaté il y a quinze ans que la science avait complètement disparu de l enseignement Seules les mathématiques opératoires étaient enseignées peu propice à l émerveillement et à la réflexion Il fallait donc réintroduire les sciences de la nature Au collège la science est présente Le problème est qu à ce niveau elle sert à trier les enfants Il y a ceux qui réussissent et qui iront vers l enseignement général et supérieur et ceux qui échouent

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2093 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    des hommes Nous avons passé une journée au coeur de la forêt avec trois représentants de l un des premiers maillons de la filière bois Un maillon qui s articule parfois péniblement au reste d une profession dont l organisation relève d une réelle complexité Une complexité qui reflète finalement celle de la gestion du patrimoine naturel Par Samuel Dixneuf Leur terrain de jeu représente plus de 28 du territoire national Ils font partie d une corporation éclectique mais complémentaire pesant 400 000 emplois Ils sont rangés sous l appellation ouvriers qualifiés et certaines de leurs missions consistent à abattre des arbres sans faire de dégâts aux peuplements à les façonner à les classer ou à en calculer le volume Ils sont épris d indépendance de nature ils sont robustes et passionnés Ce sont les bûcherons FORÊTS PRIVÉES FORÊTS PUBLIQUES Selon les derniers chiffres de l Inventaire forestier national la forêt française s étend sur 15 5 millions d hectares soit près de 30 du territoire Un chiffre qui a presque doublé depuis le milieu du XIXe siècle en raison notamment de l intensification des pratiques agricoles À cette extension régulière il faut ajouter une forte diversité des espèces qui s échelonnent à toutes les altitudes Cette donne naturellement complexe se double en outre d un imbroglio administratif En effet les trois quarts des forêts françaises relèvent de la propriété privée Les forêts publiques fortement minoritaires sont les seules à être gérées par l ONF organe public créé en 1966 Un organe qui emploie 10 000 salariés dont 6 631 sous statut public ingénieurs cadres techniques et techniciens supérieurs pour la plupart Les 3 300 bûcherons et ouvriers sylviculteurs employés par l État sont donc du personnel de droit privé de simples prestataires Un statut nettement moins enviable Pour le

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1989 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    une baisse du taux de fécondité inférieur à 2 1 enfants par femme qui touche plus de la moitié des habitants de notre planète À terme l espèce humaine faute d assurer le renouvellement minimal des générations vieillirait jusqu à s éteindre sans bruit ni fureur En cette année internationale de la biodiversité l espèce humaine est elle en voie d extinction Le philosophe Christian Godin s est posé la question de la fin de l humanité Kaële Pourquoi le philosophe que vous êtes interroge t il la démographie Christian Godin La question de l existence physique de l humanité mérite d être formulée L idée d une population comptabilisable n est ni évidente ni permanente Au Moyen Âge Thomas d Aquin ignore le fait démographique Dans l histoire des idées le concept de population n a émergé qu à partir du XVIIIe siècle La question démographique s inscrit donc dans un temps historique déterminé En France 1 la presse qui publie les données démographiques omet systématiquement de préciser que le taux de natalité est en dessous du taux de renouvellement des générations Cela signifie que sans l immigration la population française devrait baisser en conséquence Cette baisse de la population sur le long terme n est pas visible en revanche le vieillissement de la population que l on peut constater aujourd hui est tout aussi important avec des conséquences sur le marché du travail le système des retraites la sécurité sociale etc K Les philosophes de l Antiquité n avaient ils jamais eu la connaissance de l extinction d une espèce vivante C G En effet cela pourrait être une explication Le modèle des cycles naturels saisons jour nuit etc a pu donner l image d un temps lui même cyclique l âge d or l âge d argent

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1960 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    Lorquin Par le docteur Régis Aubry président du comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement La conférence organisée par l association Jalmalv Annecy sur la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie une loi qui interdit l acharnement thérapeutique loi dite Leonetti aura lieu le vendredi 16 avril 2010 à 20 h salle Pierre Lamy à Annecy Sur la loi Sans légaliser l euthanasie la loi indique que les traitements ne doivent pas être poursuivis par une obstination déraisonnable et fait obligation de dispenser des soins palliatifs Des traitements anti douleurs efficaces peuvent être administrés en fin de vie même s il en résulte une mort plus rapide Toute personne en phase terminale peut décider de limiter ou d arrêter les traitements Si le malade est inconscient l arrêt ou la limitation du traitement ne peuvent être décidés que dans le cadre d une procédure collégiale et après consultation d un proche ou d une personne de confiance préalablement désignée par le malade Le statut de la personne de confiance est renforcé et son avis prévaut sur tout autre avis non médical Il doit également être tenu compte des directives anticipées formulées par le malade à condition qu elles aient été formulées moins de 3 ans avant la perte de conscience Compléments d information Direction de l information légale et administrative À propos de Régis Aubry Le docteur Aubry du CHU de Besançon chargé de mission de l évaluation de cette loi a décrit ici les principales dispositions législatives en y intégrant le questionnement éthique Voir extrait vidéo sur le site du Centre national de documentation audiovisuelle en santé mentale Ethique et fin de vie un entretien avec Régis AUBRY réalisé par Michael Spreng L association Jalmalv agit au

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1932 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    la relation entre patients et soignants est mise à l épreuve Bien que les rôles de chacun soient clairement distribués il arrive parfois que le dialogue passe mal Suite aux récents rapports qui font état d une maltraitance ordinaire comment est vécue de nos jours la relation au soin Enquête au centre hospitalier de la région d Annecy Si je ne peux pas dire qui je suis je suis condamné à souffrir énonce le philosophe François Chirpaz à l occasion de la conférence organisée par l Espace éthique à l hôpital d Annecy en ce mois de janvier 2010 Au c ur de la réflexion l art du soin Présents ce soir là médecins infirmiers personnels soignant et administratif curieux ou simples usagers n ont pas manqué de confronter le questionnement philosophique à la pratique du soin et à l expérience des patients au quotidien Aujourd hui le débat autour de la maltraitance ordinaire interpelle la relation au soin Les plaintes des usagers témoignent d un manque d écoute de considération et d information en bref d une relation au soin pervertie par une communication défaillante Annick Monfort administratrice du CHRA représentante des usagers membre de la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge pointe du doigt Le manque de dialogue entre les patients les familles et les médecins selon elle la principale source de maltraitance ordinaire à l hôpital Au registre des réclamations l attente du rendez vous pris avec le médecin au sujet du proche hospitalisé celle aux urgences et le sentiment d abandon qui l accompagne celle du change la nuit ou celle du traitement de la douleur la parole des familles ou des patients qui n est pas entendue et celle méprisante d un soignant le non respect

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1908 (2016-02-10)
    Open archived version from archive



  •