archive-com.com » COM » K » KAELE-MAGAZINE.COM

Total: 882

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Kaële Magazine
    International Que fait l Armée française en Afghanistan THOMAS GOUASQUE Droits réservés Avec plus de 500 de leurs soldats tués l année 2010 est devenue la plus meurtrière pour les forces internationales en Afghanistan Ces pertes de plus en plus lourdes rendent cette guerre impopulaire dans tous les pays occidentaux engagés dans le conflit y compris dernièrement aux États Unis La France malgré l opinion publique hostile constitue une exception par l absence d un vrai débat politique sur sa présence militaire en Afghanistan Mais quel est le sens de l engagement de la France dans cette guerre qui ne sort de l ombre que lorsque les soldats français tombent sous le feu La France de Jacques Chirac s est engagée dans ce conflit au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 lorsque les États Unis et leurs alliés ont obtenu le feu vert de l Onu pour renverser le régime des talibans reconnu comme servant de base d appui pour Al Qaida le réseau terroriste d Oussama Ben Laden Les troupes françaises au sein de la Force Internationale d Assistance et de Sécurité agissant sous le mandat de l Onu ont été déployées quelques mois plus tard que les forces de l Otan Le but de leur présence contrairement aux forces de l Otan n était pas de combattre les talibans mais d assurer le maintien de la sécurité civile afin de permettre la reconstruction du pays De la part de la France c était un engagement symbolique qui se voulait être une preuve de solidarité avec les États Unis La France n est entrée dans la logique de guerre qu après l embuscade de Surobi en août 2008 qui a coûté la vie à 10 militaires français précise Karim Pakzad spécialiste de l Afghanistan chercheur à l Institut

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2116 (2016-02-10)
    Open archived version from archive


  • Kaële Magazine
    Communiqués Météo International L Italie épinglée Dans son rapport publié le 28 avril dernier le Comité anti torture du Conseil de l Europe dénonce la politique de l Italie consistant à intercepter des migrants en mer et à les contraindre à retourner en Libye ou dans d autres pays non européens ceci constituant une violation du principe de non refoulement Le Comité souligne que l Italie est liée par le principe de non refoulement quel que soit le lieu où elle exerce sa juridiction ce qu inclut l exercice de sa juridiction par le biais de son personnel et de ses navires engagés dans la protection des frontières ou le sauvetage en mer y compris lorsqu ils opèrent hors de son territoire De plus toutes les personnes tombant sous la juridiction de l Italie devraient avoir la possibilité de demander la protection internationale et bénéficier de facilités appropriées pour le faire Selon les informations dont dispose le CPT cette possibilité et ces facilités n ont pas été offertes aux migrants interceptés en mer par les autorités italiennes pendant la période examinée Au contraire les personnes qui ont été renvoyées en Libye dans le cadre des opérations menées de mai à juillet 2009 se sont vu refuser le droit d obtenir une évaluation individuelle de leur cas et un accès effectif au système de protection des réfugiés Selon le rapport la Libye ne saurait être considérée comme un pays sûr en termes de droits de l homme et de droit des réfugiés la situation des personnes arrêtées et détenues en Libye y compris celle des migrants 8722 qui courent également le risque d être expulsés de Libye 8722 indique que les personnes renvoyées vers la Libye risquent d être victimes de mauvais traitements Le rapport du CPT ainsi que la réponse

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=2009 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    Editorial ONU Evasion Sport Kaléidoscope Portfolio Cahier Vins Communiqués Météo International Istanbul 2010 la nouvelle capitale européenne de la culture La gare d Haydarpasa à Istanbul depuis 101 ans Comme toujours à sa place Série d affiches décalées ici la gare asiatique se trouve à la place du centre culturel Ataturk publiée à l occasion de la Feux d artifice magnifiques invités de marque concert de Tarkan c était la grande fête à Istanbul le samedi 16 janvier dernier pour célébrer l inauguration officielle d Istanbul 2010 capitale européenne de la culture Derrière les paillettes les enjeux de l évènement dépassent de très loin le simple domaine culturel La soirée d ouverture a joué sur les symboles les festivités se sont déroulées dans sept lieux différents en référence aux sept collines sur lesquelles a été fondée Constantinople au IVe siècle à l image de Rome Cette manifestation fut aussi hautement emblématique au niveau politique Depuis 2005 la Turquie a entamé des négociations en vue d adhérer à l Union européenne Ce processus doit affronter à la fois des oppositions internes et externes de la part de nombreux pays membres dont la France Istanbul 2010 capitale européenne de la culture est la caisse de résonance de la candidature turque et une vitrine du pays Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan l a réaffirmé lors de l ouverture Istanbul est une ville européenne Avec son c ur sa culture sa civilisation ses gens son passé et son futur elle a toujours tourné son visage vers l Europe Au delà d Istanbul cela montre que la Turquie est un pays européen un pays ayant vocation à être membre de l UE Istanbul est elle européenne Par Clément Girardot Journaliste auteur du blog 8239 http lebainturc blogspot com Retrouvez l article complet en téléchargeant

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1883 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    chaque pays négociait les quantités de matières premières ou de produits échangés entre lui et l Union soviétique cette dernière en fixait les prix Depuis presque le début de l existence du Comecon l Union soviétique exportait du gaz et du pétrole en échange de produits alimentaires de produits manufacturés de machines et équipements Cette organisation du marché peut être définie comme une économie de marchandage quand chaque État marchandait ses quantités d exportations importations commente Gérard Wild L échange commercial entre l URSS et les pays de l Europe de l Est est aujourd hui qualifié par des spécialistes comme une forme de subventions indirectes aux pays satellites en échange de leur loyauté politique Il est difficile d évaluer le montant de ses subventions mais il est clair que cet échange commercial s est révélé épuisant à long terme pour l économie soviétique le prix du pétrole et du gaz étant largement sous évalué par rapport aux prix du marché et le prix des produits importés sur évalué par rapport à leur qualité La qualité des produits exportés par les pays de l Europe de l Est était une des pommes de discorde dans leurs relations avec les soviétiques qui réclamaient sans cesse l amélioration de la qualité Place privilégiée de la RDA La République démocratique d Allemagne occupait toujours une place à part au sein du Comecon Selon les accords du Traité de Rome la RDA était considérée comme une simple région de la République fédérale d Allemagne et donc la RDA faisait partie du marché de la Communauté économique européenne Les règles de commerce entre les deux Allemagnes ont été simplifiées la RDA étant une zone franche au sein du marché des pays du Comecon Usant de ses privilèges de zone franche la RDA revendait les hydrocarbures ainsi que des produits chimiques importés depuis l URSS à prix préférentiels à la RFA provoquant la colère des dirigeants soviétiques Pourtant la RDA n était pas le seul pays à mener le commerce plus au moins secrètement avec les pays de l Europe de l Ouest en revendant sa production souvent de meilleure qualité que celle destinée à l Union soviétique au prix du marché Tous les spécialistes ne sont pas d accord sur le rôle qu ont joué le commerce de l ombre et la spéculation sur les différences de prix entre l Est et l Ouest Mais même si ce commerce n a pas été déterminant dans la chute de l Union soviétique il a été hautement symbolique de la résistance des pays de l Est aux dogmes de Moscou La résistance qui n a pu être possible que grâce aux institutions défaillantes de l Union soviétique dont les leaders étouffaient les rapports alarmistes de peur de créer des tensions entre l Union soviétique et les pays frères et provoquer la colère du Politburo Dans cette situation d hypocrisie générale les Soviétiques persistaient à fermer les yeux sur la nécessité des réformes jusqu à l arrivée au

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1777 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    ont montré un autre visage que cet Iran raciste belliqueux et obscurantiste incarné par le président Mahmoud Ahmadinejad Pour Mohammad Reza Djalili professeur en science politique à Genève l épreuve de force qui oppose la population et le pouvoir politique ne fait que commencer Kaële Quelle importance faut il donner aux événements de juin 2009 Mohammad Reza Djalili Les dernières élections présidentielles du 12 juin ont marqué un tournant dans l histoire de la république islamique Pour la première fois en effet le régime avait autorisé des débats télévisés entre les quatre candidats choisis par le gouvernement C est ainsi que les Iraniens ont pu se rendre compte du fossé qui oppose les différentes factions politiques du pays Quatre vingt cinq pour cent du corps électoral s est rendu aux urnes en pensant que le vote pouvait changer quelque chose Puis le régime a arrêté les gens contrôlant les médias internet la rue Une chape de plomb s est abattue sur le pays Mais fondamentalement le jour où l on écrira l histoire de la révolution islamique il y aura un avant et un après 12 juin 2009 K Un fossé Aucune faction ne remet en cause la théocratie M

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1736 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    de la stratégie du redressement économique de son pays La crise peut elle constituer une menace pour le système économique construit par Poutine Modèle du développement russe Dès son arrivée au pouvoir en 2000 Vladimir Poutine a commencé à renforcer le rôle de l État dans l économie et à racheter des participations dans les sociétés qui ont été privatisées dans les années 1990 Parfois l État a exercé des pressions en ayant recours à divers moyens administratifs judiciaires ou fiscaux comme dans le cas de la compagnie pétrolière Youkos mise aux enchères après son démantèlement pour fraudes fiscales et rachetée par la société pétrolière d État Rosneft Dans le cas de la société britanno néerlandaise Royal Dutch Shell l État a eu recours à des enquêtes environnementales en contraignant la Royal Dutch Shell à vendre à Gazprom la plus importante part de ses actifs de l exploitation du gisement Sakhaline II Aujourd hui toutes les grandes entreprises d extraction de matières premières et la plupart des grandes entreprises industrielles de Russie appartiennent à l État ou sont contrôlées par l État via des hommes proches du gouvernement explique Alain Blum spécialiste de la Russie directeur du Centre d Etudes des Mondes Russe Caucasien et Centre Européen de Paris Les entreprises actuellement dirigées par des hommes de confiance de Poutine ne se comptent plus Pour en citer quelques unes le géant gazier russe Gazprom est dirigé depuis 2003 par Alexeï Miller qui a travaillé avec Poutine dans l équipe du maire de Saint Pétersbourg Anatoli Sobchak dans les années 1990 Igor Setchine actuel vice premier ministre est le chef du conseil d administration de Rosneft première compagnie pétrolière russe qui est soupçonnée d être le principal instigateur de l affaire Youkos Victor Zoubkov ancien Premier ministre de Poutine est membre

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1631 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    la capitale Pourtant les ressources de l État ne suffisent pas à payer correctement les fonctionnaires et la gestion des ressources reste problématique Il faut aussi revoir les contrats miniers et forestiers Quelle analyse faites vous du conflit Malgré les accords signés il y a un an entre le gouvernement du Rwanda et le gouvernement congolais le conflit persiste Le gouvernement congolais s était engagé en 1997 à ne plus soutenir les Interhamwes les anciens génocidaires hutus de 1994 qui ne représentent pas plus de trente mille personnes aujourd hui de son côté le gouvernement rwandais ne devait plus soutenir les miliciens tutsis congolais accords de Nairobi 1997 En janvier 2008 lors de la conférence de Goma les groupes rebelles de l est du Congo se sont engagés à rendre leurs armes Mais de fait les milices ont peu désarmé Seuls mille FDLR sur les trente mille ont accepté le retour au Rwanda car ils n ont pas la garantie qu un espace politique leur soit réservé puisque la démocratie rwandaise est inexistante Le deuxième point est que les rebelles de Laurent Nkunda ces Tutsis congolais alors qu ils avaient signé les accords de Goma les ont rapidement dénoncés À partir du mois d août 2008 lorsqu ils ont décidé une nouvelle opération de conquête du territoire leur influence s est accrue provoquant de nombreux déplacements de population Aujourd hui ils ont la volonté d occuper le terrain depuis Goma jusqu à Kanyabayonga La question qui se pose est de savoir si cette occupation n est pas également voulue par le gouvernement de Kigali dont on sait aujourd hui qu il constitue un soutien pour Nkunda Officiellement il s érige en protecteur des Tutsis congolais qui seraient menacés aussi bien par les Interhamwes que par les Hutus congolais reproduisant ainsi

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1566 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    ne cesse de voyager au point que les Algériens l ont surnommé ironiquement le touriste politique Une situation complexe Très longtemps les analyses consacrées à l Algérie ont été idéologiquement réduites à des approches manichéennes d un côté les militaires gouvernant en maîtres incontestables de l autre les islamistes armés régnant en seigneurs indétrônables Entre les deux les Algériens domestiqués et terrorisés Cela a naturellement nuit à la compréhension du fonctionnement de la société en rapport avec le pouvoir politique Tous ceux qui connaissent l Algérie le disent les choses ne sont pas aussi simples que l on a voulu les présenter Certes le poids des militaires est irréfutable la force des islamistes armés est indéniable et la voix des civils est inaudible mais réduire ainsi la dynamique algérienne n aide pas à la compréhension de ce pays Ce qui serait juste c est d observer les micro pouvoirs qui se constituent interagissent et s unissent pour former une toile Ainsi par exemple on rendrait justice à ces milliers de jeunes qui ont rejoint en dépit de leur désaccord avec les choix des militaires l armée algérienne engagée dans une lutte sans merci contre l islamisme On jetterait aussi le doute sur les affaires à défaut de lumière des milliers de civils qui profitent de la situation pour s enrichir sur les pratiques occultes de certains micro pouvoirs au sein de l armée qui tirent les ficelles et man uvrent afin de sauvegarder certains intérêts et sur les intentions d une classe politique tournant le dos à la société civile pour obtenir privilèges et alliances auprès des pouvoirs politique et économique Ce sont toutes ces tensions qui ont failli déséquilibrer l Algérie Ce n est pas anodin quand on sait que l un des fondements du pouvoir en Algérie est

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1507 (2016-02-10)
    Open archived version from archive



  •