archive-com.com » COM » K » KAELE-MAGAZINE.COM

Total: 882

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Kaële Magazine
    de se voir refuser chaque année l accès aux travaux de l assemblée générale de l Organisation mondiale pour la santé Ils décident de faire du bruit en mobilisant les défenseurs de la liberté de la presse de Genève à New York en passant par Bruxelles Par Frank Kodbaye 2008 est l année du cinquième refus essuyé par des journalistes taïwanais désireux de couvrir les travaux de l assemblée générale annuelle de l Organisation mondiale de la santé Oms tenue à Genève du 19 au 24 mai Citoyens d un État qui n existe pas selon l Onu les reporters de l île rebelle n ont pas reçu d accréditation Cette fois ci les victimes de cette mesure sont de grands noms de la presse à Taïpei Le correspondant taïwanais de l agence Central News Agency Ying chen Jou la correspondante à Bruxelles de la chaîne Macro TV Ingrid Hui ying Huang et le journaliste de Radio Taiwan International Frank Kuo hwa Tseng ont fait les frais de cette mesure décidée en 2004 Frank Kuo hwa Tseng a tout de même fait le déplacement à Genève sans avoir fait de demande d accréditation il a trouvé porte close et aucun interlocuteur de l agence onusienne pour entendre ses plaintes Un droit fondamental L Association des journalistes taïwanais Atj a décidé de mener une offensive médiatique En marge de l assemblée de l Oms elle a organisé une conférence de presse le 16 mai dernier où elle a fait montre de sa détermination à mobiliser la communauté internationale à se joindre à ses protestations pour que soit accordé aux journalistes taïwanais le même droit à l information qu aux autres Fini le temps des communiqués de presse au ton neutre Il s agit de revendiquer un droit fondamental celui de l

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1425 (2016-02-10)
    Open archived version from archive


  • Kaële Magazine
    travail des enfants souligne le lien entre la misère et l accès à l éducation scolaire Par fabien Franco Comme le souligne le Rapport mondial de suivi 2008 1 sur le travail des enfants et l éducation pour tous EPT ce sont les populations les plus démunies qui souffrent le plus du manque d éducation Parmi elles les filles des zones rurales pauvres et issues des minorités ethniques ou linguistiques forment la majorité des enfants non scolarisés Dans bien des cas il arrive que même gratuite l école ne soit pas accessible quand les enfants ne peuvent s y rendre parce que l établissement scolaire se situe à quelques kilomètres du foyer et que les moyens de transport sont coûteux ou inexistants que les familles ne peuvent assumer les frais de scolarité ou que les enfants participent aux revenus du foyer doivent travailler pour survivre s occuper d un frère ou d une s ur ou quand ils sont handicapés Dans d autres cas l enseignement promulgué est perçu comme inutile et stérile par les familles dont l environnement économique a davantage besoin de bras et de jambes que de têtes formées selon une culture scolaire parfois caduque héritée d une époque révolue Enfin il arrive que la pauvreté et la violence entravent la communication entre élèves et enseignants L exemple marocain La pauvreté barre la route de l éducation à des millions d enfants contraints de devoir travailler pour se nourrir mais elle n est pas la seule responsable du déficit de scolarité dans le monde Retrouvez l article complet en téléchargeant le magazine de mai au format pdf ici Kaële Magazine n 46 Edité le Lundi 2 Juin 2008 Imprimer Le Rapport mondial de suivi sur le travail des enfants et l éducation pour tous EPT publié annuellement

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1396 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    redoute des attentats al qaïdistes sur son territoire Par Victor Korewa Négocier avec les terroristes Depuis le début de la guerre contre le terrorisme déclenchée par l administration Bush la négociation avec Al Qaida est hors de question Du point de vue du droit international cela peut être compréhensible En effet un État ne peut négocier qu avec un autre État Or dans le contexte de la guerre contre le terrorisme il y a une asymétrie Est ce que cela signifie que le dialogue est impossible Le fait est que les terroristes dans leur idéologie remplacent les États musulmans corrompus et que ces résistants révolutionnaires continueront leur lutte tant que le principe de réciprocité en matière sécuritaire ne sera pas mis en pratique Les États Unis ayant répondu par la voie militaire ont concédé aux djihadistes internationaux le statut d acteur stratégique ce qui a pour conséquence de les conduire à devoir négocier Pour Christian Chocquet colonel de la gendarmerie française un indicateur particulièrement significatif de l accession d une organisation terroriste ou criminelle au statut d acteur stratégique tient dans la nature des négociations qu elle est en mesure de conduire avec des autorités gouvernementales Sur quelle base reposent alors des négociations entre un État et un mouvement terroriste C est après avoir identifié les points de rupture qui sont les signes perceptibles de mécontentement avant le passage à l action violente que l État pourra élaborer des propositions de sortie de crise au mouvement terroriste En situation de contre terrorisme c est le mouvement terroriste qui est demandeur 1 alors qu en situation antiterroriste c est l État qui est dans cette position La principale clé est que l État reprenne l initiative offensive non pas militaire mais politico diplomatique L exemple chinois Au début de l année

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1367 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    le régime d Idriss Déby DR Après s être provisoirement débarrassé des colonnes rebelles qui ont failli le renverser le président tchadien assèche autour de lui toute source de contestation politique Par Frank Kodbaye Les chars étaient encore chauds les rotors des hélicoptères de combat étaient à peine arrêtés depuis le retrait des rebelles ce 3 février que le général Idriss Déby dépêcha ses sbires au domicile de ses opposants politiques Lol Mahamat Choua Ngarléjy Yorongar Ibni Oumar Mahamat Saleh et Wadal Abdelkader Kamougué se terraient chez eux comme des milliers de N Djamenois pour échapper aux balles perdues des combats opposant l armée gouvernementale aux troupes rebelles venues du Soudan Mal leur en a pris L une après l autre ces figures de l opposition démocratique ont vu le grappin du général Déby leur tomber dessus au crépuscule Elles ont été emmenées vers une destination inconnue L entourage du président tchadien ne daigne même pas justifier ces arrestations ni rendre publics les griefs qui pourraient les légitimer Collusion avec les rebelles semblent conclure certaines sources proches du pouvoir La classe politique tchadienne demeure sans voix incrédule et impuissante D ailleurs il ne reste plus aucune personnalité majeure en liberté

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1285 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    ans deux gisements d uranium dans des conditions environnementales affligeantes Par Frank Kodbaye 2008 est une année de redéfinition des projets au Niger pour le leader mondial du nucléaire civil Il vient d annoncer l investissement de plus d un milliard d euros pour l exploitation d un nouveau gisement d uranium au nord du pays Situé à Imouraren à 100 km au sud d Arlit ce nouveau site constituera le plus grand projet industriel minier jamais envisagé au Niger le plaçant au deuxième rang mondial avec une production de près de 5 000 tonnes d uranium produites annuellement Il permettra la création de 1 400 emplois permanents et de très nombreux emplois induits souligne un communiqué de presse du géant de l atome publié le 14 janvier dernier Un gisement de trop pour la société civile d Arlit qui supporte déjà mal l exploitation des deux gisements depuis 1968 La ville minière du nord nigérien ne brille que par la poussière répandue par les mastodontes qui labourent les entrailles de cette terre désertique à la recherche du précieux minerai La pauvreté est visible partout sauf dans le quartier résidentiel qui abrite les villas cossues des cadres de la firme Areva considère que les préoccupations exprimées par les populations concernées à travers la société civile sont des sujets marginaux auxquels il ne faut accorder aucun crédit déclare dépité Almoustapha Alhacen responsable de l Organisation non gouvernementale ONG Aghir In Man une association locale qui défend l environnement les droits des travailleurs locaux d Areva et des populations touarègues autochtones Depuis des années il envoie sans relâche des lettres ouvertes aux autorités de la multinationale française et au gouvernement nigérien dénonçant la mise en danger permanente des travailleurs et des habitants de cette localité l exploitation de l uranium ne respecte

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=1258 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    les forces de sécurité marocaines qui le rouèrent de coups Médecin dans l aide humanitaire depuis plus de dix huit ans Javier Gabaldon coordonne et dirige la mission de Médecins sans frontières au Maroc Depuis deux ans et demi septembre 2003 une douzaine de personnes médecins infirmiers logisticiens et assistants sociaux portent assistance aux damnés de la terre les ISS Des immigrés de l Afrique subsaharienne en situation d extrême précarité exploités battus ou violés Par Fabien Franco Le Rapport sur l immigration d origine subsaharienne ISS en situation irrégulière au Maroc Violence et Immigration MSF juillet 2005 de Médecins sans frontières dénonce ce qu il se passe derrière les portes sous haute surveillance de l Europe Après deux ans de travail sur le terrain les équipes médicales de Médecins sans frontières font un constat terrible sur les conditions de vie et d arrestation des immigrés asubsahariens Cachés au c ur des villes ou dans les forêts leur unique richesse est celle d être en vie Mais à l approche des frontières cette richesse perd de sa valeur Selon les équipes médicales de Médecins sans frontières les séquelles dont souffrent les migrants seraient causées en partie par des membres des

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=294 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    exploiter cette richesse l Angola a le choix des compagnies pétrolières Logiquement le gouvernement se tourne vers de grandes multinationales qui sont elles mêmes contrôlées fiscalement dans leur pays d origine Par conséquent elles ont une marge de man uvre limitée Puis on a introduit des adjudicataires partiels des traders du genre Pierre Falcone ouvrant ainsi la boîte de Pandore Un Pierre Falcone dont la société est immatriculée dans plusieurs paradis fiscaux en tant qu intermédiaire étranger à l ombre des sociétés exploitantes et du gouvernement angolais a la possibilité de se livrer aux crimes organisés c est à dire à la vente d armes et au noircissement de l argent propre Ce sont des gens comme lui qui sont à l origine des dérives mafieuses et criminelles dans le but de maintenir un régime à leur solde K Quel rôle de la France officielle critiquez vous A F À travers des agents de l ombre de l acabit de Falcone la France a financé le conflit du Congo Brazzaville des deux côtés le clan de Lissouba et celui de Sassou Nguesso Ce fut le cas en Angola avec l Unita et le gouvernement de Dos Santos Nous avons des preuves formelles sur ces deux cas J aimerais ajouter ceci notre volonté à Survie est d aider les peuples africains à s en sortir Mais notre objectif premier est de dénoncer les criminalités politique et économique françaises K Pour vous les paradis fiscaux constituent ils le mal absolu A F On s en sert pour causer beaucoup de tort aux pays africains Ils ont leur indépendance depuis plus de quarante ans leurs ressources sont physiquement visibles localisées évaluables mais ils n arrivent pas à se les approprier Pour cause toutes les transactions illégales qui pourraient être dénoncées ne le sont pas en raison des transits dans les paradis fiscaux À l ère de la mondialisation la circulation de l argent s accélère L argent c est comme le chevreuil il va toujours dans des endroits les plus discrets Pour nous la question des paradis fiscaux est centrale Cinquante pour cent de tout l argent offshore l argent d un pays vers un autre transite par les paradis fiscaux qui sont pour la plupart des micro États des Caraïbes de l Europe et de l Asie Le PIB criminel c est 5 de la richesse mondiale l équivalent du PIB américain Tant qu on n aura pas mis en place un minimum de règles le pillage des ressources minérales des pays du Sud continuera K Et pourtant une réglementation au niveau international déclarée bonne par les experts existe A F Oui il y a une réglementation de bonne gouvernance qui exige que tout ce qui est payé à des États doit être déclaré Que cela soit au niveau des Nations unies de l OCDE l Union européenne du Fonds de stabilisation financier de Bâle du Gafi 3 Toutes ces instances ont édicté des règles bancaires malheureusement sans moyens de coercition Il

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=196 (2016-02-10)
    Open archived version from archive

  • Kaële Magazine
    septembre les Palestiniens s en chargeaient en incendiant les synagogues et terminant de réduire en poussière les ruines laissées par les Israéliens dans la bande de Gaza Le processus de paix ne pourra être effectif sans une confiance réciproque Du côté israélien on attend que les groupes terroristes comme le Hamas déposent les armes indiquait aussi Tamar Samash Qu Israël exige des garanties de sécurité se comprend aisément mais faut il pour autant utiliser l argument sécuritaire comme condition sine qua non à la signature de la paix En ce mois de septembre Shaoul Mofaz le ministre israélien de la Défense prévenait que l armée israélienne ferait preuve d une tolérance zéro vis à vis des terroristes Alors que le Hamas et d autres groupes extrémistes proclamaient vouloir poursuivre la lutte armée À SDEROT Eli Moyal maire de Sderot ville située aux portes de Gaza prévoyait fin mai que le désengagement va augmenter le terrorisme Il sera perçu par les Palestiniens comme une victoire Sur ce dernier point il avait vu juste du moins pour une partie de la population palestinienne Puis sur le conflit Dans un pays en guerre si vous gardez vos frontières de l intérieur vous perdez Nous sommes donc obligés de les défendre de l extérieur Nous parlons de terroristes il n y a pas d État palestinien dans la bande de Gaza En Israël plus on s approche des zones frontalières plus les discours se radicalisent Sderot a connu depuis 2001 plus de 700 tirs de qassams missiles artisanaux faisant neuf morts parmi eux des enfants et de nombreux blessés À JÉRUSALEM Colette Avital députée à la Knesset et présidente du Comité de l immigration et de la diaspora expliquait avant le retrait L idée du désengagement vient du parti travailliste dans le cadre de la campagne électorale il y a deux ans Nous avons dit nous allons nous retirer nous allons ériger cette barrière ou mur de sécurité NDLR en attendant que les Palestiniens veulent bien revenir à la table des négociations Cela veut dire que nous voulons terminer le plus vite possible l occupation puisque celle ci crée en partie des frictions sans être l unique source du conflit Elle poursuivait en précisant Il est essentiel de faire le maximum pour établir le plus grand nombre de coordinations entre Palestiniens et Israéliens Et mon impression aujourd hui est que cette coordination aura lieu Notre parti demande aussi au gouvernement que les conditions de vie dans les territoires soient améliorées Si nous ne le faisons pas nous affaiblissons tous les jours Abou Mazen Car le fait de renforcer ou non Abou Mazen est aussi entre nos mains Et si nous ne le faisons pas maintenant nous risquons fort que le Hamas gagne les élections ou ait une plus grande majorité au parlement Si c est le cas le processus de paix est fini Donc renforcer Abou Mazen est à nos yeux dans l intérêt d Israël et pas seulement dans celui des Palestiniens Le

    Original URL path: http://www.kaele-magazine.com/fr/articles_read.php?id_art=140 (2016-02-10)
    Open archived version from archive



  •